B6-L’Evangile dans sa simplicité.

Article de Henri Viaud-Murat.

Reproduction autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que la source soit indiquée. 

On a souvent tendance à trop compliquer l’Evangile de Jésus-Christ ! Il est pourtant, par la grâce de Dieu, d’une simplicité « évangélique » ! Voici un exposé de ce simple Evangile, à la portée des petits enfants.

Voici l’Evangile de Jésus-Christ :

1. Dieu a créé l’homme et la femme. Il les a créés à Son image.

2. Dieu a ordonné à l’homme de dominer sur la terre et sur tout ce qu’elle contient.

3. L’homme et la femme ont désobéi à Dieu. Le péché, c’est la désobéissance à la Parole de Dieu. Avec le péché, la maladie et la mort sont entrées dans l’humanité. L’homme s’est retrouvé coupé de Dieu, dans un état de mort spirituelle.

4. Dieu a décidé de racheter l’homme de la condamnation qui pesait sur lui, à cause de son péché.

5. Pour que le péché de l’homme soit racheté, il fallait que Quelqu’un accepte de payer le prix de ce rachat. Tous les hommes étant nés dans le péché, aucun être humain pécheur ne pouvait payer le prix du rachat de l’humanité.

6. Le péché de l’humanité ne pouvait être racheté que par le sang versé par un Etre qui devait être né pur, parfait et sans péché.

7. Jésus, le Fils de Dieu, S’est incarné dans une chair semblable à la nôtre, mais sans péché. Il a été conçu par le Saint-Esprit d’une manière entièrement miraculeuse. Il est l’image de Dieu, Dieu fait Homme.

8. Jésus a vécu une vie exemplaire sur la terre. Il a été le seul à obéir parfaitement à tous les commandements de la Loi de Dieu. Il est aussi le modèle qui nous permet de voir de quelle manière peut vivre un Chrétien entièrement conduit par l’Esprit.

9. Jésus fut crucifié, Il a été enseveli pendant trois jours et trois nuits dans la tombe, et Il est ressuscité le troisième jour.

10. Tous ceux qui se sont repentis de leurs péchés et qui croient en Jésus-Christ reçoivent un plein pardon, et la vie éternelle. Dieu les fait passer par une nouvelle naissance spirituelle, qui fait d’eux des enfants de Dieu, de nouvelles créatures en Christ. Toutes les choses anciennes sont passées, et toutes choses sont devenues nouvelles.

11. Ceux qui se convertissent à Christ doivent aussitôt passer par un baptême d’eau par immersion. Celui-ci représente notre mort et notre résurrection en Christ. Notre chair a été crucifiée avec Christ, nous sommes morts en Christ, nous sommes ensevelis avec Lui par le baptême, et nous sommes ressuscités en Lui et avec Lui.

12. L’Eglise de Jésus-Christ n’est pas un bâtiment ni une dénomination. Elle est le Corps vivant de tous ceux qui sont nés de nouveau en Christ, qui est la Tête de Son Eglise.

13. Sur la croix, Jésus S’est chargé de nos péchés et de nos iniquités, mais aussi de nos maladies et de nos infirmités. Son sang nous purifie de tout péché, et Ses meurtrissures nous guérissent de toute maladie.

14. Dieu veut que tous les hommes soient sauvés, guéris et remplis de Son Esprit.

15. La Bible, qui est la Parole de Dieu, est la Volonté de Dieu pour nous. Le Saint-Esprit n’agit jamais en contradiction avec la Parole de Dieu.

16. Dieu veut que nous soyons des témoins remplis de Son Saint-Esprit. Il donne Son Esprit à ceux qui Le Lui demandent et qui Lui obéissent.

17. Dieu veut que nous soyons forts en Lui, et que nous accomplissions les mêmes œuvres que Jésus. 

18. Dieu veut que nous marchions par l’esprit et pas par la chair. Dès notre conversion, Il nous transforme à l’image de Jésus-Christ. Ceux qu’Il a connus d’avance, Il les a prédestinés à être semblables à l’image de Son Fils.

19. Dieu veut que nous L’aimions par-dessus tout, et que nous aimions notre prochain comme nous-mêmes. L’amour est l’accomplissement de toute la Loi de Dieu. Seul Jésus-Christ peut nous remplir de l’amour de Dieu.

20. Jésus a promis de venir chercher ceux qui L’aiment et qui sont prêts pour Son retour. Sans la sanctification, nul ne verra le Seigneur.

Voici ce que vous devez faire si vous voulez vous convertir à Jésus-Christ et Lui obéir :

1. Reconnaissez devant Dieu votre état de pécheur. C’est parce que vous êtes pécheur de nature que vous avez commis des péchés.

2. Reconnaissez que votre péché vous conduit à la mort et que vous avez besoin de la solution de Dieu pour recevoir Son pardon et la vie éternelle.

3. Repentez-vous de tous vos péchés. Demandez sincèrement pardon à Dieu, au Nom de Jésus.

4. Demandez à Jésus de devenir votre Sauveur et Seigneur, Celui à qui vous devrez dorénavant obéir en toutes choses et sans hésitations.

5. Croyez dans votre cœur que le sang de Jésus vous purifie alors de tous vos péchés, et que Dieu vous donne la vie éternelle.

6. Confessez de votre bouche (à haute voix) que Jésus-Christ est à présent votre Sauveur et Seigneur, et que Dieu est devenu votre Père.

7. Demandez aussitôt à Dieu de vous remplir de Son Esprit, afin de vous permettre de porter le fruit de l’Esprit, et aussi de vous donner la liberté d’exercer les dons spirituels.

8. Demandez à Dieu de vous diriger vers une église ou un groupe composé de véritables Chrétiens nés de nouveau comme vous. Demandez-Lui aussi le discernement, pour que vous puissiez voir si vous avez affaire à des Chrétiens qui aiment véritablement le Seigneur, et qui veulent sérieusement obéir à Sa Parole sans compromis.

9. Demandez de passer par le baptême d’eau par immersion, dès que vous pourrez le faire.

10. Lisez chaque jour votre Bible, et demandez toujours à Dieu de vous montrer ce que vous avez besoin d’apprendre.

11. Mettez aussitôt en pratique ce que vous avez appris dans la Bible. Cela permet à Dieu de vous faire avancer dans la sanctification, et de vous préparer pour le retour de Jésus-Christ, quand Il viendra pour enlever Son Eglise fidèle.

12. Priez chaque jour le Seigneur, et prenez l’habitude de passer du temps avec Lui.

Voici encore un exposé clair des vérités fondamentales de l’Evangile de Jésus-Christ, telles qu’elles ont été publiées dans un livre ancien, « La gloire de Son Royaume, » rédigé par Elwood Scott, à la suite d’une révélation divine :

1. Il y a un seul Dieu, vivant et vrai.

SES ATTRIBUTS

2. Les attributs de Dieu sont les caractéristiques, les qualités et les perfections qui Lui appartiennent. Ce sont aussi les composantes de Sa nature divine, celles qu’Il a bien voulu révéler aux hommes.

3. Ces attributs concernent Sa nature et Son caractère moral. Les attributs de Sa nature révèlent Son existence en tant qu’Esprit infini et rationnel. Ce sont : le fait que Dieu existe par Lui-même, la liberté, la toute-puissance, l’omniprésence, l’omniscience, la sagesse. Ses attributs moraux sont : la sainteté, la droiture, la justice, la bonté, l’amour, la grâce, la miséricorde et la vérité.

4. Ce que les hommes savent de Dieu sur cette terre, c’est qu’Il est un Esprit invisible, qu’aucun homme n’a vu ni ne peut voir. Il est éternel et existe par Lui-même. Il crée des êtres qui possèdent l’immortalité, mais Lui seul possède l’éternité. Il est infini, remplissant tout l’espace de l’univers entier, embrassant tous les mondes. Il est omniprésent, et Sa puissance est infinie, comme le montre toute Sa création, de l’infiniment grand à l’infiniment petit. Tous Ses actes traduisent Sa volonté et sont visibles par l’homme, dans l’universalité, la variété et la multitude de Ses œuvres. La toute-puissance de Dieu est seulement limitée par Ses perfections morales. Dieu ne peut mentir ni faire le moindre acte mauvais, bien qu’Il en ait le pouvoir.

5. Dieu est omniprésent. Il est Celui qui crée, soutient et gouverne toutes choses. Il est aussi omniscient, toutes choses étant ouvertes et nues devant Ses yeux. La sagesse de Dieu est infinie. Elle embrasse toute la connaissance, et elle est indépendante de toutes Ses créatures. Nous ne pouvons rien Lui dire qu’Il ne sache déjà, car Son intuition intelligente et infinie connaît toutes les choses passées, présentes et futures. Cette intelligence est parfaite et absolue. L’homme analyse les choses pour découvrir leur nature. Dieu connaît la nature des choses sans les analyser.

6. Dieu possède aussi la connaissance absolue du futur. Comment cette connaissance du futur peut-elle être conciliée avec la liberté d’action et la responsabilité morale de l’homme ? Ceci est véritablement un mystère pour l’homme sur la terre. Mais les Ecritures enseignent clairement ces deux choses, et la foi accepte ce que la raison ne peut concilier. Certaines églises ont nié la liberté morale de l’homme. D’autres soutiennent que Dieu, dans l’exercice de Son omniscience comme de Sa toute-puissance, S’abstient de connaître ce que Ses créatures feront en certaines circonstances données. Mais cette connaissance que Dieu a du futur, qui n’est pas révélée à l’homme, n’impose, ni même n’insinue, pour l’homme, la moindre ligne de conduite. Elle n’affecte sa liberté d’action en aucune façon. Si l’homme pèche ou s’il vit dans la sainteté, ce n’est pas la conséquence du fait que Dieu connaisse le futur. Aussi, en dépit de Sa connaissance du futur, Dieu a fait l’homme à Son image : un être moralement libre.

7. Dieu possède une sagesse infinie. Il sait toujours ce qui est le meilleur. Il choisit toujours les moyens qui accompliront le mieux Ses objectifs. C’est cela la sagesse. C’est l’art d’amener notre connaissance au meilleur avantage. La sagesse de Dieu se voit à la fois dans la création et dans la providence. Partout, Sa sagesse et Ses œuvres se confirment mutuellement comme étant de Dieu. On n’a jamais vu ni connu plus grande sagesse que la sagesse de Dieu dans le plan de rédemption de l’homme. Elle résout le problème de la justice de Dieu, en justifiant celui qui croit en Jésus-Christ.

8. On voit la bonté parfaite de Dieu dans la bienveillance qui embrasse toute l’humanité, et qui pourvoit à son bien-être. Ses relations pleines de miséricorde envers les hommes proclament Sa bonté. La bonté de Dieu se voit également dans Ses faveurs imméritées envers l’homme. Il l’attire vers le salut. Il utilise de nombreux moyens pour y parvenir. Et Il a pourvu avec abondance au bonheur éternel de l’homme.

LE MAL

9. Comment le péché, avec ses terribles conséquences, peut-il exister dans le monde malgré la droiture du gouvernement de Dieu ? C’est un problème grave dont la complète solution n’est pas accessible à l’homme pendant sa vie terrestre. Mais le péché existe, et Dieu le permet pour des raisons qui Lui sont propres, et qui ne sont pas entièrement révélées à l’homme. Dans le Ciel, il ne peut pas en être ainsi. Aucune ombre de péché ne peut même entrer par les portes de la Cité Céleste. Si un ange péchait à nouveau, Dieu le chasserait immédiatement en enfer.

10. La droiture et la justice sont des perfections divines. C’est la sainteté appliquée à la manière de gouverner. La vérité (ou la loyauté) de Dieu est très semblable à Sa droiture. Tout ce qu’Il dit, tout ce qu’Il fait est vrai. La véracité est un élément de Son caractère. Dieu ne peut mentir. Et de même que Dieu est éternel, Sa vérité est éternelle. Tout ce qui n’est pas en harmonie avec Sa vérité révélée est mensonge. A la question : « Qu’est-ce que la vérité ? », nous répétons cette réponse dans le Ciel, et elle est vraie : « Connaître Dieu, comme Il S’est révélé à l’homme, est la vérité la plus élevée. » Notre Seigneur a déclaré : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. » Toutes les choses qu’on enseigne ou qu’on croit, et qui ne sont pas en harmonie avec Ses révélations claires, sont à la fois fausses et trompeuses.

LA TRINITE

11. Le Dieu éternel S’est révélé aux hommes comme Père, Fils et Saint-Esprit. Le Fils de Dieu est divin et Il l’a toujours été. Il est l’image formelle (formée) du Père. Il y a eu sur ce point, dans le passé, beaucoup d’erreurs et d’hérésies dans l’Eglise. Mais nous adorons un seul Dieu trinitaire, sans confondre Ses Personnes ni diviser Sa substance. Car il y a une Personne du Père, une autre du Fils, et une autre du Saint-Esprit. Mais la divinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit, c’est un seul Dieu.

LA DIVINITE DE JESUS-CHRIST

12. Il est la Parole de Dieu depuis toute éternité. Au commencement était la Parole, la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Quand Il était sur la terre, nous l’avons toujours considéré comme divin et adoré comme Dieu. Et, au Ciel, tous Le confessent, saints et anges, comme étant Dieu égal au Père. Tous les hôtes du Ciel L’adorent. Il est Dieu manifesté dans la chair.

LE SAINT-ESPRIT

13. Le Saint-Esprit est un avec le Père et avec le Fils. Egal en éternité, en puissance et en gloire. Il Se mouvait au-dessus des eaux. Il développa la forme et la beauté à partir du désordre et de la confusion. Il procède du Père et du Fils. Il a élu domicile avec Son Eglise sur la terre. Il a toujours été avec elle depuis Sa venue à la Pentecôte. Il est Celui qui console, qui guide et qui sanctifie Son peuple.

L’ETAT ORIGINEL DE L’HOMME ET LA CHUTE

14. Dieu a fait l’homme droit. Il était à la fois physique et spirituel, et possédait la vie divine. Il était fait à l’image de Dieu. Il pouvait être en communion avec Dieu, avec tout ce qui est divin, aussi bien qu’avec l’univers physique. Il fut fait de peu inférieur aux anges et fut couronné de gloire et d’honneur. Il avait la domination sur les œuvres terrestres des mains de Dieu. Il était un compagnon de son Père et Créateur, capable de L’admirer, de L’adorer, et de se réjouir en Lui. Bien qu’il fût matériel et possesseur d’une nature animale, venant des mains de Dieu, il était cependant un être intellectuel, moral, pur et saint. Il fut placé sous une loi, avec la vie et la mort devant lui. Adam se rebella. Le péché naquit sur la terre. La gloire du Seigneur se retira de lui. L’homme chuta. Il sentit sa culpabilité et fut éloigné de Dieu. Le ruisseau de l’humanité fut contaminé à sa source. Le premier couple devint pécheur. Leurs descendants furent inévitablement à leur image, entraînés dans la chute, corrompus. Ainsi, par un homme, le péché entra dans le monde, et par le péché la mort. Et ainsi la mort fut transmise à tous les hommes. C’est pourquoi tous ont péché. Notre nature pécha en Adam et le ruisseau devint pollué à la source. Cette dépravation devint universelle, car toutes les facultés et tous les pouvoirs de l’esprit, de l’âme et du corps furent placés sous l’emprise du mal.

L’EXPIATION (LA REPARATION)

15. Nous croyons universellement que la mort de Christ fut une substitution propitiatoire, c’est-à-dire qu’Il subit la condamnation de l’homme, et que cela fut efficace. Nous croyons que, par cette mort, la justice divine est satisfaite. Car Dieu est juste, et Il justifie ainsi tous ceux qui croient en Jésus. Le pardon et le salut sont donc gratuitement offerts à tous les hommes, par la repentance et la foi en Jésus.

L’ELECTION (LA PREDESTINATION)

16. Nous croyons que Dieu avait décrété d’avance et élaboré un plan, depuis la fondation du monde, par lequel Il sauverait l’homme. Plus encore, Il décréta d’avance, depuis le commencement, que tous les hommes qui, au cours des âges, accepteraient ce plan et voudraient s’y conformer seraient sauvés. Ainsi, quiconque, en accord avec son propre pouvoir et sa liberté de choix, choisit la vie éternelle au travers du plan de Dieu, est prédestiné au salut éternel.

LA REPENTANCE

17. La vraie repentance est une condition de l’âme devant Dieu, opérée par l’action du Saint-Esprit sur le cœur et l’âme de l’homme, par laquelle il est rendu capable de voir et de sentir le caractère coupable de ses péchés, et de les abandonner complètement, avec l’objectif d’avoir un cœur entièrement à Dieu à l’avenir.

LA JUSTIFICATION

18. La justification peut seulement suivre la vraie repentance. Elle est un acte de la grâce gratuite de Dieu, par lequel Il pardonne les péchés de l’homme et l’accepte comme droit à Ses yeux. Et ce, uniquement pour l’amour de Christ.

LA FOI

19. La foi en Dieu, véritable et sincère, croit à toutes Ses paroles, à tous Ses ordres, à toutes Ses promesses, et à toutes les menaces de Dieu. Elle s’appuie sur le témoignage de Dieu, et elle a pour nous une grande valeur, comme la vérité elle-même. Nous avons la possibilité de croire à ce que disent les hommes. Nous sommes donc responsables de notre foi. Car nous pouvons croire à un mensonge aussi bien qu’à la vérité. Seule la vérité peut rendre l’homme libre. La foi véritable, la foi qui sauve, conduit l’âme à placer sa confiance dans le sacrifice que Jésus a accompli par Sa mort et Sa résurrection, et dans le pouvoir rédempteur de ce sacrifice.

L’ADOPTION

20. L’adoption est un acte de Dieu par lequel le pécheur croyant est reçu dans la famille de Dieu, avec tous les droits et les privilèges de Ses enfants. Dans la famille de Dieu, il devient un héritier, avec un droit et un titre pour la vie éternelle.

LA NOUVELLE NAISSANCE

21. La nouvelle naissance, dont notre Seigneur a parlé, est ce puissant changement que Dieu opère dans l’esprit de l’homme quand Il lui communique la vie éternelle et le renouvelle à Son image. Ce changement est l’œuvre du Saint-Esprit dans l’homme. Il le convainc de péché, le conduit à la repentance et à la foi, par lesquelles il naît d’en haut, avec la vie éternelle comme don de Dieu.

24 Responses to B6-L’Evangile dans sa simplicité.

  1. Joseph dit :

    Merci pour cette réponse honnête et vraie!

  2. Joseph dit :

    cher frère Henri

    Connais-tu des livres intéressants et bibliques sur des sites accessibles qui pourraient nous donner un avant-goût de notre vie future?
    Merci.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Joseph, Honnêtement, le meilleur livre que je connaisse sur ce sujet, c’est encore la Bible, notamment le Livre de l’Apocalypse!

  3. yeitau dit :

    Cher frère Henri, « La gloire de Son Royaume »: as-tu des renseignements sur Sénecca Sodi, que penses-tu de ce qui est écrit dans ce livre? Ai-je tort de croire qu’il a été écrit pour nous donner un avant-goût de notre vie future?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Yeitau, J’ai lu ce livre, mais je suis très réservé, surtout par le fait qu’il s’agit d’une révélation apportée par l’esprit d’un mort. Je préfère donc la mettre de côté, même s’il y a des choses intéressantes.

  4. Brissy dit :

    Bonjour Frère Henri . Je suis heureux d’avoir relu ce message . Je pense que Notre Seigneur Jésus a voulu que je puisse m’enquérir d’une situation qui n’est pas claire à mon niveau.
    J’ai toujours su que Jésus est Dieu ainsi que Père et le Saint Esprit. Quand J’Adore Dieu, je n’ai aucun problème cependant j’ai de la difficulté à adorer le Saint Esprit en tant que Personne distincte, car dans mon entendement le Saint Esprit conduit à Adorer le Père et Jésus, si bien que dans les cultes quand j’entends chanter des chansons à la gloire du Saint Esprit ou quand j’entends des Chrétiens Lui donner des ordres pour Lui intimer de manifester sa puissance, je suis bloqué pourtant je vois Paul adresser des prières de salutation en faisant référence à l’amour du Père, à la communion du Saint Esprit et à la grâce de Jésus Christ
    Comment est-ce que je dois me comporter vis à vis de la personne du Saint Esprit, hormis me laisser diriger par lui. Surtout qu’aujourd’hui le Saint Esprit a remplacé Jésus Christ dans nos réunions et que le nom de Jésus ne sert qu’à la fin d’une prière.
    J’ai vraiment besoin d’être édifié sur ce sujet.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Brissy, La première des choses est de ne pas te laisser troubler par ce qui se passe autour de toi. Jésus nous a prévenus que la fin des temps serait un temps d’apostasie. Il est clair que l’on ne peut pas donner des ordres au Saint-Esprit. Mais il est clair, également, que le Saint-Esprit est une Personne divine, qui vit en nous, tout comme le Père et le Seigneur Jésus. Dans notre relation personnelle avec le Saint-Esprit, il ne serait pas normal de L’ignorer complètement, comme si cela était interdit de Lui adresser la moindre parole! Nous devons donc rester équilibrés, et nous comporter naturellement avec le Saint-Esprit comme envers la Personne divine qu’Il est. Nous savons que la volonté du Saint-Esprit est de convaincre de péché, de justice et de jugement, de glorifier le Seigneur Jésus, de nous rappeler les paroles de Jésus, et de nous conduire dans toute la Vérité. Dans l’Assemblée, la plus grande joie du Saint-Esprit est de glorifier le Seigneur Jésus et Son oeuvre, car Jésus est la Porte qui nous conduit au Père. Nous devons respecter le désir du Saint-Esprit de demeurer « en retrait, » bien qu’Il soit Dieu, de même que le Seigneur Jésus, dans Son ministère terrestre, voulait toujours « être en retrait » par rapport à Son Père, qu’Il mettait toujours en avant. Si nous sommes guidés et conduits par le Saint-Esprit, nous ne ferons jamais de « faux-pas »! Tu dois donc être certain que le Saint-Esprit veut te guider en toutes choses, et cela te gardera dans la paix. Tu pourras marcher par l’Esprit, même si d’autres « déraillent » autour de toi!

  5. Jm Baku dit :

    Cher frère Henri,
    Que le Dieu Tout Puissant vous bénisse car vous êtes l’outil que Dieu utilise pour parler à son peuple.
    « L’Évangile dans sa simplicité » est un message très puissant de la part de Dieu, qui nous rappelle Son Amour de Dieu envers nous ses créatures.
    Frère Henri, je voulais juste vous dire de regarder le point 12; pendant que je parcourais le message, au point 12, j’ai ajouté quelques mots à mon insu et, Dieu l’a confirmé par un verset biblique. Voici:
    « L’Eglise de Jésus-Christ n’est pas un bâtiment ni une dénomination. Elle est le corps vivant de tous ceux qui sont nés et qui naîtront de nouveau en Christ, qui est la Tête de Son Eglise. » Voir: jean 10:16 Que Dieu vous bénisse abondamment.
    Fr Jean-Marie Baku

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Baku, Bien entendu! On pourrait même ajouter: « Elle est le corps vivant de tous ceux qui sont nés, qui naissent en ce moment, et qui naîtront de nouveau en Christ jusqu’à Son retour… »

  6. Simone dit :

    Bonjour Frère Henri, et merci pour vos enseignements profonds qui me touchent beaucoup. Je viens à vous car je me trouve devant une situation dont je ne sais quoi penser. J’ai remarqué que j’ai souvent un fardeau d’intercession pour le salut de personnes qui ne font pas partie de ma famille et que pour ma famille ce n’est pas le cas et vraiment je commence à me culpabiliser. Une fois j’avais lu un enseignement de Watchmann Nee qui disait de ne pas prier en établissant une liste au hasard mais pour ceux et celles que le Saint Esprit nous met à coeur… alors je me pose des questions… et pourtant la famille, mes proches devraient être la priorité ?? Je ne comprends plus rien. Merci pour votre réponse.
    Que Dieu vous bénisse abondamment.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Réponse à Simone : Chère Soeur, le Seigneur ne veut pas vous culpabiliser. La culpabilisation vient donc plutôt de l’ennemi. Continuez à vous laisser conduire par le Saint-Esprit. Si vous n’intercédez pas plus pour les membres de votre famille, est-ce pour la raison que vous avez déjà la foi que le Seigneur va les sauver, selon Sa promesse ?

  7. sabine dit :

    J’ai lu plusieurs de vos écrits. Je les trouve très près de la Parole. A chaque lecture, je suis richement bénie. J’ai deux questions, la première concerne les divorcés. Le mari d’une soeur s’est remarié avec une musulmane pratiquane avec qui il a des enfants (lui était Chrétien baptisé, c’est la soeur qui a demandé le divorce). La soeur ne s’est pas remariée, elle a été visitée par le Seigneur d’une manière extraordinaire, qui l’a convaincue de péché par rapport au divorce et qu’elle doit rester seule et que son mari reviendrait, selon Esdras, où le peuple devait renvoyer les femmes et leurs enfants. La duxième question se rapporte sur l’évangélisation. Vous dites que cela concerne les nations et non les humains!!! Si les individus n’entendent pas l’évangile, ils sont donc excusables devant DIEU quant à leur salut. Merci pour votre réponse. Que DIEU vous y inspire.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Réponse à Sabine : Chère Soeur, merci pour ce témoignage. Cette soeur a compris la pensée de Dieu, qui peut ainsi travailler le coeur de son mari et le faire revenir ! Concernant l’évangélisation, je n’ai pas dit que les individus ne devaient pas entendre l’Evangile, mais que le Seigneur avait donné comme l’un des signes de la fin le fait que « toutes les nations devaient avoir entendu l’Evangile. » Maintenant, pour être sauvés, ce sont certainement les individus qui ont besoin d’entendre l’Evangile ! Dieu peut le leur annoncer de toutes les manières possibles, y compris en Se révélant Lui-même à des individus qui ont reçu l’enseignement du Père !

  8. daniel dit :

    Bonjour! Je ne sais pas si c’est la bonne rubrique pour poser ma question! En fait, cela concerne Matthieu 28:19:.. « baptiser au nom du Père, du Fils,et du Saint-Esprit… » J’ai entendu dire que ce verset a été rajouté dans l’original (?) et que c’est seulement au nom de Jésus que se fait la baptême.
    -2eme question: L’autre jour durant le culte, le pasteur a dit : on ne doit prier QUE Dieu, au nom de Jésus. Quand est il exactement ?
    Je vous remercie!
    Daniel

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Le verset de Matthieu 28:19 n’a pas été rajouté, et Jésus a bien prononcé ces paroles, qui doivent régler la question ! Quand la Bible dit que nous devons faire quelque chose « au nom de Jésus, » cela ne veut pas dire que nous devions à chaque fois prononcer la formule « au nom de Jésus. » Mais cela signifie que nous devons le faire en tant que représentants de Jésus, comme Jésus l’aurait fait, et comme Il a demandé de le faire ! Donc, le vrai baptême « au nom de Jésus » est un baptême par immersion, fait « au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. »
      Quant à la prière, le principe général est de prier le Père au Nom de Jésus. Mais nous voyons qu’Etienne, en mourant, a bien prié directement le Seigneur Jésus, qu’il voyait pourtant à la droite du Père (Actes 7 : 59). L’apôtre Paul, quand Jésus lui est apparu, dans Actes 9 : 5 et 6, L’a bien prié directement pour Lui demander ce qu’il devait faire. Nous ne devons donc pas entrer dans un légalisme étroit. Ni le Père, ni Jésus ne Se fâcheront contre nous, si nous nous adressons parfois directement au Seigneur Jésus ! Après tout, le Père, le Fils, et le Saint-Esprit demeurent tous les trois en nous. Pouvons ignorer complètement l’un ou l’autre d’entre eux ?

  9. Sophia dit :

    Merci pasteur, pour vos conseils et votre sagesse qui m’ont éclairée sur ces interrogations.
    Soyez richement béni,
    Sophia

  10. Stef dit :

    Est-ce vrai qu’il reste 7000 peuples à évangéliser ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Non, il ne reste pas autant de peuples à évangéliser. Mais, de toute manière, il faut savoir ce que le Seigneur a voulu dire par « évangéliser. » Cela ne veut pas dire que tous les êtres humains qui composent ces peuples doivent tous avoir entendu l’Evangile. Il faut simplement que cet Evangile soit annoncé à leurs nations. Le Seigneur a bien dit que l’Evangile serait annoncé à toutes les nations, mais pas nécessairement à tous les hommes qui composent ces nations. Actuellement, rien que par la radio et la télévision chrétiennes, l’Evangile est prêché à pratiquement toutes les nations du monde, mais tous ceux qui composent ces nations ne l’ont pas obligatoirement entendu.

  11. Sophia dit :

    Bonjour HVM,
    Je voulais vous remercier pour vos enseignements. C’est une bénédiction pour la Francophonie. Je lis beaucoup d’articles et livres en anglais et je me demandais si vous aviez déjà lu le livre The Way of the Master? Je ne l’ai pas terminé, mais j’aimerais un jour le traduire, ainsi que le cours Online Biblical School of Evangelism. J’ai deux questions que j’aimerais vous poser :
    1. Comment adresser le fait qu’il y ait de la séduction dans notre église locale? J’imagine que vous avez un article à cet effet. J’aimerais savoir comment réagir. Quand j’entends un pasteur dire :  »Alors tout ceux qui disent que Jésus revient demain, désolée de vous décevoir, mais la Bible dit que la bonne nouvelle sera prêchée partout et il reste 7 000 peuples à évangéliser. Jésus ne peut pas revenir avant. » – Philippe Joret
    Que fait-on quand on n’est pas d’accord avec des propos tenus par des pasteurs à l’église? Ça me dérange un peu de voir que des fidèles peuvent être induits en erreur par leurs dires.
    2. Depuis que je suis petite, ma mère et ma tante, qui ont toujours suivi le Seigneur de manière juste et avec foi et persévérance, acceptaient le ministère du pasteur Benny Hinn. Elles ne l’ont jamais mis sur un piédestal, mais rendaient plutôt gloire à Dieu pour les guérisons qui prenaient place dans ses croisades. Je n’avais jamais entendu que des gens critiquaient son ministère, jusqu’au jour où j’ai annoncé à des gens que je partais en Israël avec lui (pas personnellement!) Avant de partir en Israël, il était venu à Toronto et à la fin, il appelait les gens à venir chercher l’onction à l’avant, et une troupe (à peu près toute l’aréna) s’est avancée. J’étais debout, je regardais perplexe, me demandant si j’étais la seule qui ne me sentais pas à l’aise. Il avait l’air fâché, criait après un collaborateur et se tournait frénétiquement de gauche à droite pour « lancer » l’onction sur les gens. En partant, j’étais vraiment troublée. Je me demandais si c’était parce que c’était un niveau de spiritualité que je n’arrivais pas à saisir. Et je suis finalement convaincue que je n’avais pas à le juger, advenant qu’il aurait mal agi (tout le monde peut s’emporter) s’il demandait pardon à Dieu en ce moment, Il l’avait déjà pardonné, et je serais là, moi, en train de critiquer une faute pardonnée. Je suis allée en Israel deux mois plus tard. Mais par la suite, je n’ai pas suivi son ministère. Et maintenant, je n’ai aucune conviction à le faire. Pourtant, je le défendais et indiquais à ceux qui le critiquaient qu’il ne fallait pas critiquer un homme de Dieu. Cela dit, je ne crois pas qu’il soit plus juste de présenter Dieu comme un Père Noël qui n’a qu’une envie, qu’on soit riche et que son ministère soit tourné tant vers l’argent. Bref, si vous me permettez, j’aimerais savoir ce que vous en pensez.
    Soyez richement béni,
    Sophia

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur, Concernant votre première question, si je ne suis pas d’accord avec les propos de certains, et que je suis sûr qu’il sont tort, je ne tiens aucun compte de ce qu’ils disent, et je m’efforce de leur montrer, avec la Bible, qu’ils ont tort. S’ils ne veulent rien entendre, je prie que Dieu les éclaire, et je les laisse entre les mains du Seigneur.
      Sur le deuxième point, j’insiste sur le fait que nous devons tout contrôler, les ministères et ce qu’ils enseignent. C’est une erreur de dire que nous ne devons pas juger les hommes et les ministères. Nous jugerons le monde et les anges, nous devons apprendre à juger comme nous devons le faire, sans esprit de jugement charnel, mais en discernant le vrai du faux, le bon du mauvais. Paul a été jugé de cette manière par les Béréens, et il les félicitait pour leur attitude. Nous devons donc cultiver notre relation et notre communion avec le Seigneur et Sa Parole, pour pouvoir développer notre capacité à juger comme il le faut.

  12. simone dit :

    Merci, Cher frère Henri, pour ce texte.
    Je suis triste, très triste, car depuis vingt ans, le coeur de mon époux n’est toujours pas touché, je ne peux même aborder le sujet. Je suis au moins aussi triste concernant le milieu catholique, qui reste imperméable à tout ce que l’on peut dire, leur coeur est enveloppé d’un voile imperméable, et les choses entrent mais le principal reste hors de leur portée. C’est à la fois désagréable mais surtout extrêmement décourageant.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur, Vous pouvez être attristée, il y a de quoi, mais il ne faut pas que votre tristesse vous pousse à déprimer, ni à décliner dans la foi ! Si vous savez que toute votre famille va se convertir, selon les promesses du Seigneur, vous devez vous dire que chaque jour qui passe vous rapproche de l’objectif, et non vous en éloigne ! Donc, en un sens, vous devez vous réjouir, non pas de la situation actuelle, mais de la réalisation certaine de la promesse de Dieu ! De même pour les Catholiques. Dieu connaît les Siens ! Beaucoup de Chrétiens, en France, sont d’origine Catholique, comme moi-même et peut-être vous aussi. Ils ont donc pu être touchés par l’Evangile, et il y en aura d’autres !
      « Ne t’ai-je pas donné cet ordre : Fortifie-toi et prends courage ? Ne t’effraie point et ne t’épouvante point, car l’Eternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras » (Josué 1 : 9). C’est en Dieu et en Jésus-Christ que nous pouvons, que nous devons, reprendre courage ! Alors, courage, ma soeur, nous ne sommes plus très loin du but !

  13. silas dit :

    Simple et efficace ! Dommage qu’il n’y ait pas les références bibliques. Mais ça peut être un bon exercice personnel de chercher. Soyez bénis !

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Une soeur avait bien pris la peine de rechercher les références, mais je n’ai pas encore eu le temps de mettre l’article à jour !