B27-Qu’est-ce que le Royaume de Dieu ?

Article de Henri Viaud-Murat. 

Reproduction autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que la source soit indiquée. 

On parle beaucoup, dans les milieux chrétiens, du Royaume de Dieu. Certains disent qu’il est déjà là, d’autres qu’il doit être instauré sur la terre maintenant par l’Eglise, d’autres encore qu’il est encore à venir, lors du retour de Jésus sur la terre. Qu’en est-il exactement ?

Qu’est-ce que le Royaume de Dieu ? La réponse la plus simple que l’on puisse faire est la suivante :

Le Royaume de Dieu, c’est là où Dieu règne !

Où Dieu règne-t-il en ce moment même ?

Dieu règne dans le Ciel, où tout est parfaitement soumis à Sa volonté. Dieu règne aussi, sur cette terre, dans l’esprit de ceux qui sont nés de nouveau en Christ, et dans la vie de ceux qui marchent, non selon la chair, mais selon l’esprit.

Le Royaume de Dieu n’est pas encore établi sur cette terre, de manière visible, sous la forme, par exemple, d’un règne politique, économique et social absolu, où toutes choses seraient soumises à la volonté de Dieu dans tous les domaines de la vie des hommes. Nous savons qu’un tel règne ne pourra venir sur la terre qu’au moment où Jésus-Christ reviendra physiquement sur cette terre, pour y régner pendant mille ans. Jusque-là, le monde entier restera sous la puissance du Malin, à l’exception de tous ceux qui sont entrés dans l’Eglise par la nouvelle naissance, ou qui vont encore y entrer. Tous ceux-là sont entrés dans le Royaume spirituel de Dieu, et s’efforcent de le faire passer dans leur vie pratique. Mais ils ne peuvent imposer ce Royaume à leur environnement. Ils ne peuvent qu’annoncer ce Royaume, et inciter à y entrer tous ceux qui se repentent et qui croient en Christ.

Depuis la chute d’Adam et d’Eve, le monde est passé sous la domination de Satan. Le péché est entré dans le monde, c’est-à-dire dans l’humanité déchue. La mort a régné à cause du péché.

L’apôtre Jean a écrit : « Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin » (1 Jean 5 : 19).

Dans ce verset, l’apôtre distingue deux mondes différents : ceux qui sont « de Dieu, » c’est-à-dire qui sont entrés dans le Royaume de Dieu, et ceux qui sont « sous la puissance du malin, » c’est-à-dire le monde entier, tous ceux qui n’appartiennent pas à Christ.

Satan lui-même l’affirme devant Jésus en personne, lors de la tentation dans le désert :

« Le diable, l’ayant élevé, lui montra en un instant tous les royaumes de la terre, et lui dit : Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes ; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux. Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi. Jésus lui répondit : Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul » (Luc 4 : 5-8).

Jésus ne conteste pas l’affirmation de Satan. Tous les royaumes de la terre sont bien contrôlés par Satan. Dieu ne règne donc pas encore sur cette terre. Mais ceux qui adorent Dieu et le servent dans la vérité ont échappé au règne de Satan !

« Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés » (Colossiens 1 : 12-14).

Aujourd’hui, le Royaume de Dieu est un Royaume spirituel.

La volonté de Dieu, c’est bien d’établir Son règne sur cette terre, afin que Sa volonté y soit faite comme au Ciel. Mais ce n’est pas encore le moment, choisi par le Père. Le Seigneur procède par étapes. Il nous demande d’abord d’entrer dans Son Royaume spirituel, avant de l’établir sur cette terre de manière visible.

Quand Jésus apprend à Ses disciples à prier, Il leur montre de quelle manière ils doivent le faire :

« Voici donc comment vous devez prier : Notre Père qui es aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » (Matthieu 6 : 9-10).

Jésus reconnaît donc que le règne, ou le Royaume de Dieu, n’est pas encore établi sur la terre, parce que la volonté du Seigneur n’y est pas encore faite comme au Ciel. Il nous demande de prier pour que ce règne vienne. Mais nous devons bien comprendre de quelle manière ce règne doit venir. 

Le Seigneur ne veut pas dire par là que nous devons nous efforcer d’établir le Royaume de Dieu dans ce monde. Il veut dire que nous devons annoncer l’Evangile, pour faire entrer les pécheurs repentants dans le Royaume spirituel de Dieu. Le Royaume temporel de Christ viendra plus tard.

Aujourd’hui, tant que l’Eglise sera sur cette terre, le Royaume de Dieu ne pourra être que spirituel, et limité à la vie personnelle de tous les enfants de Dieu, qui forment l’Eglise. Ce n’est que dans la vie personnelle des enfants de Dieu et dans l’Eglise que la volonté de Dieu peut être pleinement accomplie aujourd’hui.

D’ailleurs, Jésus le dit Lui-même à Pilate :

« Pilate rentra dans le prétoire, appela Jésus, et lui dit : Es-tu le roi des Juifs ? Jésus répondit : Est-ce de toi-même que tu dis cela, ou d’autres te l’ont-ils dit de moi ? Pilate répondit : Moi, suis-je Juif ? Ta nation et les principaux sacrificateurs t’ont livré à moi : qu’as-tu fait ? Mon royaume n’est pas de ce monde, répondit Jésus. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne fusse pas livré aux Juifs ; mais maintenant mon royaume n’est point d’ici-bas. Pilate lui dit : Tu es donc roi ? Jésus répondit : Tu le dis, je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix » (Jean 18 : 33-37).

Dans cette déclaration capitale, Jésus affirme qu’Il est bien Roi, mais que « maintenant Son Royaume n’est pas d’ici-bas. » Le « maintenant » indique le temps présent, qui a commencé lors de la première venue de Christ sur la terre, et qui s’achèvera par Son retour pour y régner. Il devait venir une première fois comme un Rédempteur souffrant, comme un Roi spirituel, mais pas encore comme le Roi temporel de toute la terre.

Si le Royaume de Jésus avait été de ce monde, Ses serviteurs auraient combattu pour Lui, et L’auraient défendu. Il aurait conquis l’empire Romain pour rétablir le trône de David à Jérusalem. Mais ce n’était pas le temps. Pour nous, membres de l’Eglise de Jésus, ce n’est pas non plus le temps de régner sur la terre de cette manière. Nous ne devons pas combattre de cette manière pour imposer le Royaume de Dieu à une terre rebelle qui ne veut pas se repentir. Mais nous devons faire comme Jésus : rendre témoignage à la vérité, et manifester le Royaume de Dieu dans notre propre vie.

Dans l’Evangile de Luc, Jésus précise encore Sa pensée :

« Les pharisiens demandèrent à Jésus quand viendrait le royaume de Dieu. Il leur répondit : Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards. On ne dira point : Il est ici, ou : Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous » (Luc 17 : 20-21).

Les Juifs attendaient le rétablissement du Royaume de Dieu. Pour eux, il s’agissait de la venue du Messie, qui devait S’installer sur le trône de David et régner à Jérusalem sur le monde entier. Mais le Royaume de Dieu ne pouvait être établi sur la terre que lorsque le Seigneur Jésus serait investi de l’autorité royale, à Son retour en gloire.

Jésus savait que ce n’était pas encore le moment de régner de cette manière. Mais Il répond aussitôt aux pharisiens que le Royaume de Dieu était déjà au milieu d’eux. En effet, le Royaume de Dieu s’était déjà approché du monde en la Personne de Jésus, puis en la personne de tous ceux qui L’avaient accepté comme Seigneur et Maître.

Toutefois, le Royaume de Dieu, dans un premier temps, ne devait pas venir de manière à frapper les regards. Il ne s’agissait pas d’un Royaume terrestre, où le Roi devait exercer tous les pouvoirs, législatif, exécutif et judiciaire. Mais il s’agissait d’abord d’un Royaume intérieur, caractérisé par une nouvelle naissance spirituelle, et par une marche par l’esprit sur la terre.

Quand Il envoie par la suite Ses disciples annoncer le Royaume de Dieu, Il leur dit : 

« Allez, prêchez, et dites : Le royaume des cieux est proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Matthieu 10 : 7-8).

« Dans quelque ville que vous entriez, et où l’on vous recevra, mangez ce qui vous sera présenté, guérissez les malades qui s’y trouveront, et dites-leur : Le royaume de Dieu s’est approché de vous. Mais dans quelque ville que vous entriez, et où l’on ne vous recevra pas, allez dans ses rues, et dites : Nous secouons contre vous la poussière même de votre ville qui s’est attachée à nos pieds ; sachez cependant que le royaume de Dieu s’est approché » (Luc 10 : 8-11).

Jésus et les disciples prêchaient le Royaume de Dieu. Cette prédication s’accompagnait de signes, guérisons, délivrances et résurrections de morts. Quelle était cette prédication du Royaume ? Elle était toute simple : « (Jésus) disait : Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle » (Marc 1 : 15).

« Jésus, ayant assemblé les douze, leur donna force et pouvoir sur tous les démons, avec la puissance de guérir les maladies. Il les envoya prêcher le royaume de Dieu, et guérir les malades » (Luc 9 : 1-2).

Pour pouvoir entrer dans le Royaume de Dieu, il fallait se repentir et croire en Jésus comme Sauveur et Seigneur. 

« Ils écoutaient ces choses, et Jésus ajouta une parabole, parce qu’il était près de Jérusalem, et qu’on croyait qu’à l’instant le royaume de Dieu allait paraître. Il dit donc : Un homme de haute naissance s’en alla dans un pays lointain, pour se faire investir de l’autorité royale, et revenir ensuite. Il appela dix de ses serviteurs, leur donna dix mines, et leur dit : Faites-les valoir jusqu’à ce que je revienne. Mais ses concitoyens le haïssaient, et ils envoyèrent une ambassade après lui, pour dire : Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous. Lorsqu’il fut de retour, après avoir été investi de l’autorité royale, il fit appeler auprès de lui les serviteurs auxquels il avait donné l’argent, afin de connaître comment chacun l’avait fait valoir » (Luc 19 : 11-15).

Jésus précise bien dans cette parabole qu’Il devait partir « pour un pays lointain, » pour Se faire investir de l’autorité royale. Dans une autre parabole, Il ajoute même qu’Il ne devait revenir que « longtemps après » (Matthieu 25 : 19). Pendant ce temps d’attente, nous ne sommes appelés qu’à faire valoir sur cette terre les talents que nous avons reçus. Cela signifie concrètement que nous sommes appelés à gagner des âmes pour Christ, et à leur apprendre à marcher par l’esprit, afin d’être des témoins de Christ dignes de ce Nom.

Même les disciples de Jésus pensaient qu’Il allait rétablir le Royaume de Dieu sur la terre, immédiatement après Sa résurrection :

« Après qu’il eut souffert, il leur apparut vivant, et leur en donna plusieurs preuves, se montrant à eux pendant quarante jours, et parlant des choses qui concernent le royaume de Dieu. Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il ; car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit. Alors les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël ? Il leur répondit : Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu’ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux » (Actes 1 : 3-9).

Le Seigneur ne pouvait pas être plus clair ! Le Royaume de Dieu ne pouvait pas être rétabli sur cette terre avant Son retour fixé par le Père. Mais ce même Royaume allait venir sur Ses disciples avec puissance, sous la forme du baptême du Saint-Esprit. Le Royaume de Dieu allait alors pouvoir être établi à l’intérieur des disciples, par la présence permanente du Saint-Esprit en eux.

Le Seigneur Jésus l’avait souvent annoncé par ailleurs à Ses disciples :

« Il leur dit encore : Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu’ils n’aient vu le royaume de Dieu venir avec puissance » (Marc 9 : 1).

Cette puissance n’était pas une puissance temporelle, mais une puissance spirituelle, celle du Saint-Esprit survenant sur les disciples, et qui allait les remplir de puissance spirituelle.

L’apôtre Paul confirme cette vérité, en disant :

« Car le royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance » (1 Cor. 4 : 20).

Il s’agit, bien entendu, d’une puissance spirituelle. Paul ajoute par ailleurs :

« Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit. Celui qui sert Christ de cette manière est agréable à Dieu et approuvé des hommes » (Romains 14 : 17-18).

Oui,  Jésus-Christ reviendra bien un jour pour régner avec Son Eglise sur la terre. Dans cette attente, Il ne peut régner sur la terre que d’une manière spirituelle, dans la vie de tous ceux qui Lui appartiennent et qui vivent eux aussi sur cette terre. Ceux-là sont appelés à marcher sur cette terre comme Il a Lui-même marché, et à « régner » sur cette terre comme Lui-même y a régné quand Il y marchait.

C’est ce que dit l’apôtre Paul, quand il écrit :

« Si par l’offense d’un seul la mort a régné par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par Jésus-Christ lui seul » (Romains 5 : 17).

Le Royaume de Dieu maintenant, ce n’est donc pas « conquérir la terre pour Christ, » au sens où l’entendent les partisans du « Royaume maintenant. » Mais c’est régner dans la vie comme Christ a régné dans la vie, lors de Sa première venue. 

« Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même » (1 Jean 2 : 6).

C’est cela, régner dans la vie actuellement !

Jusqu’au retour de Christ sur la terre, notre Royaume ne sera jamais de ce monde, même si nous devons manifester le Royaume de Dieu dans ce monde, par une vie sainte, et aussi par les conversions, les signes, les guérisons, les prodiges et les miracles qui accompagnent ce Royaume.

Nous le répétons avec force, afin d’être bien compris : nous sommes appelés effectivement à régner maintenant sur la terre, mais uniquement comme Christ y a régné lui-même quand Il y marchait, il y a deux mille ans !

Quand Il marchait sur cette terre, Christ y a marché en Roi, dans la justice et la sainteté parfaite, et dans la puissance de l’Esprit, détruisant les œuvres de Satan, guérissant les malades, chassant les démons et ressuscitant les morts.

C’est ainsi qu’Il manifestait le Royaume de Dieu sur la terre. Et c’est ainsi que nous devons aussi le manifester, au Nom de Jésus, en « régnant » dans la vie actuelle, par Jésus-Christ, comme Lui-même a régné.

Un jour, Il reviendra sur cette terre, pour y régner avec une verge de fer, d’une manière visible. Et nous règnerons avec Lui, mais d’une autre manière que maintenant. Pour le moment, nous pouvons simplement entrer dans le Royaume de Dieu, et le manifester dans notre vie personnelle, en apprenant à ne plus marcher selon la chair, mais à marcher selon l’esprit.

Comment entrer maintenant dans le Royaume de Dieu ?

Actuellement, nous ne pouvons entrer dans le Royaume de Dieu que par une nouvelle naissance spirituelle. Il faut que notre esprit passe par une régénération, une nouvelle création. Jésus a dit à Nicodème :

« Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître ? Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne t’étonne pas que je t’aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau. Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit » (Jean 3 : 3-8).

Jésus parle clairement d’une nouvelle naissance spirituelle, qui seule nous permet de voir le Royaume de Dieu et d’y entrer.

Il s’agit d’une naissance d’eau et d’Esprit. Pour naître de l’Esprit, il faut se repentir et croire en Jésus-Christ. Cette nouvelle naissance spirituelle est un acte créatif de Dieu, qui transforme l’esprit d’un pécheur qui se repent et qui croit en Jésus, en le faisant passer par une nouvelle naissance. Le Seigneur nous demande ensuite de passer par un baptême d’eau par immersion, pour représenter notre mort au royaume de Satan, et notre vie nouvelle dans le Royaume de Dieu.

En Jésus-Christ, nous devenons alors une nouvelle création, nous recevons la justice même de Dieu. Notre esprit devient un « homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité » (Ephésiens 4 : 24).

Nous entrons dans le Royaume de Dieu, et le Royaume de Dieu entre en nous. Nous sommes en Christ, et Christ est en nous. Le Royaume de Dieu est présent sur la terre par la présence de l’Eglise. Le Royaume de Satan est aussi présent sur la terre, par la présence de tous ceux qui ne se sont pas encore convertis à Christ, et qui sont encore sous l’empire du diable.

Le combat spirituel n’est pas seulement entre les membres du Royaume de Dieu et les membres du royaume de Satan. Il est aussi à l’intérieur de chacun de ceux qui appartiennent à Christ, entre la chair et l’esprit. Chaque fois que nous laissons la chair nous contrôler, nous sommes vaincus et nous laissons le royaume de Satan nous contrôler. Car la chair appartient au royaume de Satan. Mais chaque fois que nous laissons l’esprit nous contrôler, nous sommes vainqueurs. Nous laissons alors le Royaume de Dieu nous contrôler.

Les vainqueurs en Christ sont donc ceux qui ont appris à crucifier la chair et à marcher par l’esprit, et à demeurer dans leur position spirituelle, « assis en Christ dans les lieux célestes. »

La nouvelle naissance nous permet d’entrer dans le Royaume de Dieu. Mais la marche par l’esprit nous permet de manifester ce Royaume de Dieu dans notre vie personnelle, de manière concrète.

Depuis le jour de la Pentecôte, il y a toujours eu des vainqueurs et des vaincus dans l’Eglise visible. Les vainqueurs ne sont pas destinés à se manifester seulement à la fin des temps. Mais ils ont toujours existé depuis près de deux mille ans ! Ce sont tous ceux qui ont compris en profondeur l’œuvre de la croix, qui ont compris en quoi consistait la nouvelle naissance, et qui ont appris à crucifier la chair avec ses désirs et ses passions, afin de marcher par l’esprit !

« Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu, et quiconque aime celui qui l’a engendré aime aussi celui qui est né de lui. Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements. Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde ; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. Qui est celui qui a triomphé du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? » (1 Jean 5 : 1-5).

Il est clair que le vainqueur est celui qui a triomphé du monde en Christ. Par la nouvelle naissance, tous les enfants de Dieu ont reçu, dans leur esprit, une nouvelle nature de vainqueurs ! Mais nous ne pouvons manifester cette victoire que si nous marchons par la foi, c’est-à-dire par l’esprit. Posséder le Royaume de Dieu, c’est marcher par l’esprit ! C’est amener notre âme et notre corps dans une obéissance parfaite à l’esprit. C’est marcher dans la vérité et porter le fruit de l’Esprit.

Comment reconnaître les faux prophètes et les faux docteurs ?

En cette fin des temps, il y en a beaucoup qui, à l’instigation du père du mensonge, le diable, s’efforcent d’introduire dans l’Eglise toutes sortes de mensonges et de doctrines de démons. Jésus nous a prévenus que nous ne pourrons reconnaître tous ces faux docteurs et faux prophètes que par les fruits que produit leur vie.

« Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ? Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez » (Matthieu 7 : 15-20).

Ces faux prophètes et faux docteurs peuvent être des hommes qui ne sont pas passés par une nouvelle naissance. Mais ils peuvent aussi être des Chrétiens séduits, qui ont reçu une fausse doctrine et qui la répandent autour d’eux. Les résultats sont les mêmes. Mais nous avons une manière infaillible de les reconnaître : par leurs fruits.

Jésus parle ici du fruit de l’Esprit, qui est le caractère même de Jésus. Voici comment Paul décrit ce fruit :

« Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ; la loi n’est pas contre ces choses. Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit » (Galates 5 : 22-25).

L’apôtre dit bien ici que ceux qui marchent par l’esprit, ce sont ceux qui ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs, afin de produire du bon fruit. 

Ceux qui répandent l’erreur et le mensonge ne peuvent pas avoir crucifié leur chair, tout au moins dans certains domaines précis. Car il existe un rapport étroit, dans le Royaume de Dieu, entre la Vérité et la Sainteté. Ceux qui annoncent la vérité doivent confirmer ce message par le bon fruit qu’ils produisent dans leur vie. Les faux docteurs et les faux prophètes ne peuvent pas produire ce fruit, parce qu’ils annoncent des mensonges.

Il existe donc un moyen bien simple de nous rendre compte si nous sommes nous-mêmes dans la vérité : observons les fruits que nous produisons dans notre vie pratique. Plus la vérité grandit en nous, et plus le fruit de sainteté et de justice grandit aussi. Plus le mensonge et l’erreur sont présents, et plus les œuvres de la chair et le mauvais fruit seront aussi présents dans notre vie. 

Jésus a dit aux Juifs qui avaient cru en Lui :

« Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jean 8 : 31-32).

La vérité de Dieu nous affranchit en tout premier lieu du péché, de l’erreur et du mensonge. Celui qui répand l’erreur et le mensonge n’a pas encore été affranchi du péché dans certains domaines de sa vie. Il le sait parfaitement, même s’il ne l’avoue pas. Il y a dans sa vie des zones d’ombre, un manque persistant de victoire sur une forme de péché. Cela peut être une forme grossière, comme les perversions sexuelles, l’alcool, la drogue ou le tabac. Mais cela peut aussi être une forme de péché plus subtile, comme l’entêtement spirituel, l’orgueil spirituel, un esprit de contrôle et de domination spirituelle, ou l’hypocrisie en général.

Il s’agit là d’une loi spirituelle inéluctable ! Ceux qui répandent le mensonge sont aussi esclaves d’une forme de péché ! Ceux qui répandent la vérité sont esclaves de la justice ! Que Dieu soit béni pour ce moyen infaillible de reconnaître le mensonge, que ce soit dans notre propre vie, ou dans la vie des faux prophètes et des faux docteurs qui agissent dans l’Eglise !

Ainsi, si vous n’avez pas la victoire sur une forme de péché, c’est que, quelque part, vous êtes encore contrôlé par un mensonge ou une fausse doctrine. Inversement, chaque fois vous acceptez une vérité nouvelle, cela se traduit dans votre vie par une victoire sur une forme de péché ! La connaissance de la vérité nous affranchit toujours.

Concernant ce sujet du Royaume de Dieu, il y a aujourd’hui beaucoup de mensonges qui circulent. Ces mensonges sont toujours soigneusement enrobés de versets bibliques, car le diable connaît la Bible par cœur. Il a même tenté de l’utiliser pour séduire Jésus !

Il faut donc considérer comme un mensonge toutes les doctrines qui veulent nous faire croire que le Royaume de Dieu est autre chose qu’un Royaume spirituel et invisible, au milieu de nous et en nous ; toutes les doctrines qui nous disent que l’Eglise doit conquérir maintenant la terre pour Christ ; toutes celles qui nous disent que Christ ne reviendra pas sur cette terre tant que le monde ne Lui sera pas entièrement conquis et soumis ; toutes celles qui nous disent que les Chrétiens doivent prendre d’assaut toutes les mairies, toutes les entreprises, tous les ministères, tous les gouvernements, et même la direction suprême des Etats ; toutes celles qui nous disent que l’enlèvement de l’Eglise ne se produira pas, tant que la terre ne sera pas conquise pour Christ de cette manière ; toutes celles qui nous disent que l’enlèvement est un enlèvement spirituel et non physique…

Bien-aimés, tant que Jésus ne sera pas revenu sur la terre pour y régner pendant mille ans, notre Royaume ne sera pas de ce monde ! Nous serons dans ce monde, mais pas de ce monde ! Nous sommes un peuple spirituel, un Royaume de sacrificateurs spirituels !

Voici les exhortations que nous adresse l’apôtre Pierre :

« Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu ; et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ. Car il est dit dans l’Ecriture : Voici, je mets en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse ; et celui qui croit en elle ne sera point confus. L’honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, la pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle, et une pierre d’achoppement et un rocher de scandale ; ils s’y heurtent pour n’avoir pas cru à la parole, et c’est à cela qu’ils sont destinés. Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, et qui maintenant êtes le peuple de Dieu, vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, et qui maintenant avez obtenu miséricorde. Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre, à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme. Ayez au milieu des païens une bonne conduite, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ils remarquent vos bonnes œuvres, et glorifient Dieu, au jour où il les visitera » (1 Pierre 2 : 4-12).

N’est-ce pas clair ? Nous sommes étrangers et voyageurs sur cette terre ! Comment pourrions-nous vouloir y installer un Royaume visible ? Notre appel est spirituel : avoir au milieu des païens une bonne conduite, produire du fruit, afin que ces païens puissent glorifier Dieu, le jour où Il les visitera ! Nous serons toujours rejetés par le monde et par les hommes, sauf par ceux qui écouteront la vérité ! Mais nous devons être le sel de la terre, la lumière de Christ qui brille dans les ténèbres !

« Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes œuvres » (Tite 2 : 11-14).

La grâce de Dieu ne nous enseigne pas à conquérir la terre pour Christ et à établir le Royaume de Dieu maintenant, de manière visible sur la terre ! Nous devons manifester le Royaume de Dieu par notre piété et nos œuvres spirituelles, en attendant la pleine manifestation du Royaume de Dieu sur la terre, lors du retour du Seigneur pour y régner avec Son Eglise ! Voilà la vérité, voilà ce que nous devons vivre et proclamer ! A Dieu soit toute la gloire en Jésus-Christ !

25 Responses to B27-Qu’est-ce que le Royaume de Dieu ?

  1. Argence Marie-Claire dit :

    Grand merci de partager votre étude de la Parole. Mais je reste un peu perplexe sur votre conclusion, disant que nous n’avons pas à conquérir la terre pour Dieu. Jésus a dit : Allez et faites de toutes les nations mes disciples… Nous sommes Ses ambassadeurs et, comme vous le dites, nous sommes appelés à porter du fruit, à être sel et lumière. Alors, même s’il ne s’agit pas de conquérir toutes les mairies et postes de gouvernement comme un but en soi, quelle grâce se serait si des croyants se trouvaient à des postes où ils pourraient influencer notre société avec les valeurs du Royaume. Aux brebis que le Seigneur place à Sa droite au jour du jugement, Il dit: Vous m’avez nourri, vous m’avez vêtu, vous m’avez visité… Ce ne sont pas que des œuvres « spirituelles », n’est-ce pas?
    Que le Seigneur vous bénisse abondamment. M-C, Juin2011.

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Marie-Claire, Le Seigneur veut conquérir des âmes et des coeurs, et pas encore la terre, car Il a bien dit que Son Royaume n’était pas de ce monde. Mais tant mieux si un Chrétien peut occuper un poste important. Toutefois, il y a une fausse doctrine qui s’intitule « Le Royaume Maintenant », et qui prétend que l’Eglise doit conquérir toute la terre, dans tous les domaines, politique, économique, social…, avant le retour du Seigneur. Le résultat, c’est qu’on ne parle plus de l’enlèvement de l’Eglise, et qu’on tombe dans une séduction orgueilleuse. Ce n’est que pendant le Millénium que Jésus-Christ règnera sur cette terre!

      J'aime

  2. Michel Ange dit :

    Vous êtes oint dans la compréhension et dans l’explication de la Parole de Dieu. Soyez béni, et continuez à nous bénir par ce genre d’explication.

    J'aime

  3. Jean-Luc77 dit :

    Cher frère Henri, c’est parfaitement énoncé ! Que notre foi en Christ nous approprie pour l’éternité la grâce de Dieu pour que nous pratiquions et manifestions de mieux en mieux dans tout notre être la Vie divine pour la gloire de Dieu ! Que seule la domination du Saint-Esprit par notre esprit régénéré révèle les fils de Dieu, les vrais adorateurs en esprit et en vérité, les vainqueurs !

    J'aime

  4. Jean-Luc77 dit :

    Cher Henri, j’ai la même définition que toi pour « violent » dans Mat 11:12 dans le sens de déterminé, de ferme, de fort, de sûr ! Ce qui m’amène au partage d’une réflexion autour du verset de Mat 12 :29 : « Ou, comment quelqu’un peut-il entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, sans avoir auparavant lié cet homme fort? Alors seulement il pillera sa maison ».
    Ce verset est toujours employé dans son contexte lorsque l’on veut chasser des démons, comme si le domaine de Satan était l’homme fort qu’il faut neutraliser avant de le dépouiller ! Voici ma réflexion : Depuis notre nouvelle naissance d’en haut, ne pouvons-nous pas considérer que notre homme fort soit notre homme nouveau spirituel, qui est assis dans les lieux célestes en Christ et bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles en Christ ? Nous savons que : « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté » (Eph 6:12-13).
    Je crois que l’homme fort est notre nouvelle nature spirituelle, participante de la nature divine, notre esprit régénéré rempli du Saint-Esprit, qui a tout hérité en Christ et avec Christ et qui doit utiliser toutes les armes spirituelles misent à sa disposition pour ne pas perdre (comme Adam) ce que Dieu lui a confié pour le témoignage et la domination de Sa gloire sur la terre ! Cet homme fort spirituel est individuel et corporatif, il forme le Corps de Christ uni par la foi dans le Saint-Esprit ! Cet homme fort spirituel est l’incarnation de Christ ressuscité et glorifié, qui est vainqueur de la puissance de la mort, de la chair, de la loi, du péché et de Satan ! Ne nous laissons plus remettre sous le joug de l’ennemi de nos âmes, car nous sommes passés sous la puissance de l’Esprit de Vie en Jésus-Christ ! Soyons l’honneur et la gloire de notre Dieu et Père céleste, les témoins vivants et lumineux de Sa puissance de résurrection en Christ sur la terre ! Nous devons, par la foi, être pleinement participants et témoins de l’accroissement et de la domination de la Vie divine et spirituelle en Christ dans l’homme nouveau et fort que nous sommes sur la terre, tout en étant des fidèles pratiquants de la diminution de la domination de la chair !

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Jean-Luc77, On peut effectivement voir les choses comme cela. L’essentiel, pour nous, en Christ, est de garder la liberté spirituelle qu’Il nous a acquise, et de ne pas nous laisser remettre sous le joug d’aucune domination!

      J'aime

  5. Sile dit :

    Merci mon Dieu et cher frère pour toutes ces réponses dans ta réponse. Force est de constater que ce que j’avais initialement reçu et implanté dans mon coeur d’enfant jusqu’à ce jour, était toujours juste. D’autant plus que ces dernières 24-48h je vivais dans cette « violence » avec les promesses qui suivent. Force est de constater aussi, qu’à l’instant même ou je me rappelais que se sont les violents qui s’emparent des promesses, et que j’en voulais faire part d’une manière particulière et que j’ai voulu vérifier, que la Parole de Dieu fut attaquée, ma position bousculée pour me faire questionner voire douter. Je regrette d’avoir douté. Je ne savais pas que l’attaque sur la Parole de Dieu pouvait être si forte et brutale. Bien que j’ai été ébranlée dans ce fondement, je suis néanmoins heureuse de ce que la racine ait tenu bon. Et je ne désire que plus de stabilité au fur et à mesure. Dieu veille sur Sa Parole, merci amen !

    J'aime

  6. Sile dit :

    Cher frère Henri ! Je réfléchissais sur beaucoup de choses. c’est alors qu’une forteresse surgit du fond de ma pensée. Et je me rappelais alors l’enseignement que j’avais reçu enfant de nombreuses fois, à propos du royaume de Dieu et de sa façon d’y entrer. J’ai retrouvé le verset en question, et qui est utilisé pour encourager les gens à entrer dans le royaume : Mathieu 11.12 « mais depuis le temps de Jean-Baptiste jusqu’à maintenant, le royaume des cieux est forcé, et les violents le ravissent. » Je fus très troublée car en lisant davantage le chapitre de Mathieu, cela ne décrit pas du tout la volonté du Seigneur d’entrer dans le royaume de cette façon là ! la Parole indique clairement dans les proverbes 3.31 « n’envie pas les violents et n’adopte aucun de leurs procédés, car l’Éternel a en horreur les gens mauvais, mais il réserve son intimité aux hommes droits » Et surtout quel contraste avec le passage suivant dans Marc 10.14  » Voyant cela, Jésus fut indigné et leur dit : laissez les petits enfants venir à moi et ne les en empêchez pas, CAR LE ROYAUME DE DIEU EST POUR CEUX QUI LEUR RESSEMBLE ! » Quel rapport y-a-t’il entre un enfant et un violent? Je n’en trouve aucun !
    Qui sont donc ces violents ? Est-ce donc ces théologiens, docteurs etc, qui connaissent la VÉRITÉ, mais qui la tordent en leur âme et conscience, qui offre donc une nourriture frelatée ? J’ai fait un tour sur le net et ne put que constater l’ampleur des dégâts dans le coeur des hommes.J’ai cependant lu une voix qui dénonce.Pourtant la définition de « ravir » est sans appel (CNRTL) :
    1- S’emparer par la force, par ruse de ce qui est à autrui, peut revenir à autrui
    2-Priver quelqu’un de quelque chose, lui ôter quelque chose
    3-Soustraire quelqu’un à un état, un destin, une action
    4-Supplanter quelqu’un dans le cœur de quelqu’un
    etc, bref du vol. Frère, est-ce juste ce que je comprends ?

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Sile, Le mot grec traduit par « violent » peut aussi se traduire par « impétueux », « fort », c’est le même mot qui est utilisé dans Actes 2: 2 pour désigner un « vent impétueux ». Le Seigneur veut donc dire simplement que le Royaume des cieux est forcé par ceux qui sont déterminés à s’en saisir, et qui balayent tous les obstacles contraires. Cela n’est pas du tout contradictoire avec la nature d’un petit enfant, bien au contraire!

      J'aime

  7. Pasteur Pierre dit :

    Merci pour cet enseignement, et que Dieu vous bénisse abondamment.

    J'aime

  8. maima dit :

    Merci pour cette étude. Merci de m’avoir fait prendre conscience. Que Dieu vous bénisse pour tout ce que vous faites.

    J'aime

  9. michel dit :

    Merci frère pour cette étude. Je suis en train de préparer un message sur le R. de Dieu et, avec Google, j’ai pu avoir votre site. Merci pour ces informations, et que Dieu vous bénisse.

    J'aime

  10. Michel dit :

    Merci de cet article.
    J’ai lu que « se repentir » est une mauvaise traduction des textes. Jésus aurait dit de « changer » et non de « se repentir ». Qu’en pensez-tu? Je vois là une grande différence de comportement par rapport à ce que prêchent les églises. « Se repentir »…, de quoi s’il vous plaît? Changer est à mes yeux beaucoup plus important, reste à savoir, au-delà des généralités, comment changer…
    Pourrais-tu commenter sur la différence entre l’histoire biblique (Adam, Eve, le mal, le bien, la rédemption, etc..)et l’histoire réelle de l’homme, de ses origine et de sont irresponsabilité vis-à-vis de sa naissance, de son herédité et du milieu dans lequel il grandit?

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Michel, C’est une question de mots, qui doivent être bien définis. De même que « pécher, » en Grec, signifie « rater la cible, » « se repentir » signifie « changer de direction ou de comportement, » afin de se remettre sur la bonne voie. Cela implique une reconnaissance de notre erreur ou de notre péché, une acceptation franche de la vérité, et une décision ferme de nous remettre sur les bons rails! L’homme n’est certainement pas responsable ni de son hérédité, ni de son milieu, ni de la chute originelle, mais il est responsable de sa décision d’abandonner son état de pécheur, pour accepter le salut que Jésus lui offre gratuitement! Pourquoi resterions-nous dans un état dont nous avons hérité, et dont nous ne sommes pas responsables, alors que le Seigneur nous offre la possibilité d’en sortir? Nous sommes responsables des décisions que nous prenons.

      J'aime

  11. Offgrid dit :

    Je pense que Jésus a dit : « à l’intérieur. » Et ça c’est vrai.
    (Note HVM : « Les pharisiens demandèrent à Jésus quand viendrait le royaume de Dieu. Il leur répondit : Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards. On ne dira point : Il est ici, ou : Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous » (Luc 17 : 20-21).

    J'aime

  12. Ruth Mulunda dit :

    Je vous remercie pour la lumière que vous avez apportée sur ce sujet du Royaume de Dieu. Que Dieu vous multiplie Ses grâces pour cette bonne oeuvre que vous faites.

    J'aime

  13. arthur dit :

    Bonjour frère,
    Concernant la parabole des mines et de talents, j’aimerais savoir ce que représentent les talent où les mines données aux serviteurs.
    Comment faudrait-il faire pour multiplier ses talents afin que l’on puisse passer de 2 à 4 talents ? ou plus, de 2 à 14 talents ?
    Merci encore une fois de plus !
    Arthur d’ Allemagne.

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère, Si tu relis Jean 15 : 1-8, tu vois que le Seigneur nous demande de porter du fruit, beaucoup de fruit, et de plus en plus de fruit. Il s’agit du fruit de l’Esprit (Gal. 5 : 22). Donc, multiplier les talents, c’est produire de plus en plus de fruit spirituel. C’est crucifier la chair, c’est apprendre à marcher par l’Esprit, c’est faire de plus en plus les oeuvres de Jésus, qui sont les oeuvres de la foi ! Dieu nous a déjà tout donné, un Sauveur merveilleux, Son Esprit, Sa Parole, à nous de faire fructifier toutes ces richesses dans notre vie ! Tout par la foi, mais la vraie foi s’accompagne des oeuvres correspondantes.

      J'aime

  14. Aline dit :

    Merci pour les références bibliques que vous m’indiquez. J’aimerais vraiment beaucoup que vous fassiez une étude sur le règne de Jésus-Christ à Son retour sur terre. J’aime beaucoup vous lire.
    Que vous soyez béni Henri !

    J'aime

  15. Aline dit :

    Je vous remercie pour votre analyse concernant le Royaume de Jésus-Christ. Je voudrais trouver des versets qui m’indiquent indubitablement que Jésus-Christ reviendra pour régner sur terre (donc là c’est le Royaume terrestre) avec l’Eglise.
    Fraternellement, Aline.

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Il y a beaucoup de prophéties, de l’Ancien comme du Nouveau Testament, qui annoncent le règne futur du Messie d’Israël. Le trône de David doit être rétabli, et c’est Jésus qui va l’occuper! Je n’ai pas la place de faire ici une étude approfondie, mais je citerai simplement Zacharie 14:3-5, qui annonce le retour de « L’Eternel » sur le Mont des Oliviers. La fin du chapitre montre que le monde entier viendra fêter la Fête des Tabernacles à Jérusalem et y « adorer l’Eternel, » qui n’est autre que Jésus. Dans le Nouveau Testament, Actes 1:6 montre que les disciples savaient que Jésus devait rétablir le trône d’Israël, et Jésus ne les contredit pas. Dans Apocalypse 20:4-6 dit clairement que Jésus doit régner sur la terre actuelle avec l’Eglise pendant mille ans.
      Après les mille ans, la terre actuelle disparaîtra, et le Royaume de Dieu deviendra alors le Nouveau Ciel, la Nouvelle Terre et la Jérusalem Céleste, comme je l’explique dans mon article sur la fin des temps et le retour de Jésus. Que le Seigneur vous bénisse!

      J'aime

  16. vincent dit :

    Merci beaucoup Henri, quand le vin nouveau s’introduit dans l’outre neuve, la parole est claire pour tout le monde, car l’interprétation est reçue par l’esprit. La pratique est tellement dure, car la guerre est véritablement terrible en nous, l’influence si subtile du monde, de nos relations et du malin… pas facile la croix! Tout seul sans l’aide de notre famille spirituelle, c’est mission impossible. Mais voilà l’église est toute divisée, chacune avec des rites et traditions et interpretations différentes, toutes concurentes les unes des autres, car les brebis n’appartiennent plus à Christ mais à leurs dirigeants… Des temps pas faciles que les nôtres, abondance matérielle et pauvreté spirituelle…!
    Que notre Père te bénisse Henri, dans l’amour de Christ.

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Jésus nous a bien prévenus que la fin des temps serait difficile ! Il Se demandait s’Il trouverait la foi sur la terre quand Il reviendra ! Mais il y a toujours eu, et il y aura toujours, un reste fidèle. Même si c’est dur, il faut persévérer. Il n’y a aucune mission impossible pour celui qui croit en Dieu, car le Seigneur reste toujours le même, fidèle à Sa Parole ! Ne regardons pas aux divisions de l’Eglise ! La vraie Eglise n’est pas divisée, et ses membres savent se reconnaître comme les brebis du même troupeau ! Les brebis de Jésus reconnaîtront toujours Sa voix !

      J'aime

%d blogueurs aiment cette page :