B43-Méfiez-vous d’Obama !

Article de Henri Viaud-Murat.

Reproduction autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que la source soit indiquée.

L’ascension fulgurante d’Obama à la présidence des Etats-Unis est comparable à celle d’un météore. Autant le Président Bush avait fini par être rejeté par la majorité du peuple américain et même du monde entier, autant Obama a été reçu presque comme le Messie, suscitant d’immenses espérances. Mais qu’en est-il exactement ?

Si vous prenez la peine d’étudier sérieusement les nombreuses sources d’information qui détaillent le passé et les accomplissements de Barack Obama, vous réalisez rapidement que les Américains ont élu le Président le plus libéral de toute leur histoire ! Quand nous disons « libéral, » nous parlons de l’ouverture à toutes les idées « modernes » qui sont de plus en plus communément admises aujourd’hui, et qui caractérisent cette fin des temps.

Le Seigneur nous a dit que la fin des temps sera caractérisée par un accroissement de l’iniquité dans le monde et de l’apostasie dans l’Eglise. Barack Obama semble avoir été particulièrement choisi pour contribuer à pousser rapidement l’Amérique et le monde dans cette funeste direction prédite par le Seigneur. Il n’est donc pas étonnant que sa popularité soit grande dans un monde impie ! Le monde, aujourd’hui, ne choisira certainement pas quelqu’un qui ne pense pas comme lui et qui n’incarne pas au mieux ses valeurs, notamment un espoir démesuré de pouvoir atteindre le changement, que tous désirent, vers un monde « plus juste et plus pacifique. » Plus les choses vont mal, et plus l’espoir suscité par cette personnalité charismatique est grand ! Plus la déception risque aussi d’être grande !

Une courte mais instructive biographie.

Barack Obama est né le 4 août 1961, d’un père Kenyan, qui étudiait aux Etats-Unis, et d’une mère Américaine. Le grand-père paternel d’Obama, Hussein Obama, avait abandonné le Christianisme, « religion de femmes, » pour se convertir à l’Islam, religion qu’il jugeait « plus virile, » et dont il devint un fervent adepte. Le père d’Obama, en revanche, n’a jamais brillé par sa ferveur islamique. Brillant élève, il fut envoyé étudier en Amérique avec une bourse du gouvernement Kenyan. Il était déjà marié à une jeune Kenyane quand il s’est inscrit à l’Université de Hawaii, où il fit la connaissance d’Ann Dunham, née au Kansas, et élevée par des parents chrétiens, mais dans un environnement athée et marxiste, qui l’a influencée très tôt. Elle était une étudiante de gauche radicale quand elle épousa Barack Obama Senior, en 1961, sans l’accord des deux familles. Les parents de Barack Obama Junior divorcèrent en 1964, sans qu’il soit prouvé qu’ils aient longtemps cohabité. En effet, dès 1962, Ann Obama et son jeune fils quittèrent Hawaii pour se rendre à Seattle, dans l’Etat du Washington, tandis que le père de Barack junior continuait ses études à Hawaii, puis à l’Université de Harvard. A la fin de ses études, il revint au Kenya, abandonnant femme et enfant. Apparemment, il ne voulait pas s’embarrasser des responsabilités d’une famille, étant d’ailleurs déjà marié au Kenya. Plus tard, il se remaria une troisième fois avec une autre Américaine, tout en étant légalement marié à deux autres femmes. Il finit alcoolique et mourut prématurément dans un accident de voiture.

En 1963, Ann Obama revint poursuivre ses études à Hawaii, où elle fit la connaissance d’un autre étudiant Indonésien musulman, qu’elle épousa en 1967, et qu’elle suivit en Indonésie, où elle vécut avec lui entre 1968 et 1972. Ann haïssait l’Amérique et admirait beaucoup l’Islam. Elle finit par divorcer de son second mari en 1980, mais resta en Indonésie et en Asie du Sud-Est jusqu’à sa mort.

Barack Obama fut adopté par son beau-père Indonésien. Il passa ses deux premières années en Indonésie dans une école Catholique, et les deux années suivantes dans une école musulmane. D’après les témoins de l’époque, interrogés par la suite par des enquêteurs américains, le jeune Obama était très pieux et aimait réciter par cœur les versets du Coran en arabe. Par la suite, en grandissant, il n’a plus manifesté un attachement particulier à la pratique de l’Islam. Toutefois, comme ses deux « pères, » son père biologique, et son père adoptif, étaient Musulmans, Barack Obama peut être, à juste titre, considéré par les Musulmans comme né Musulman. Car, dans l’Islam, c’est le père qui transmet la religion. Barack Obama pourrait donc être considéré par les Musulmans comme un apostat, car il s’est converti plus tard au Christianisme, du moins formellement.

En 1972, Barack Obama fut renvoyé par sa mère à Hawaii pour y poursuivre ses études. Il fut pris en charge par ses grands-parents maternels. Il fut admis dans le collège privé le plus huppé de Hawaii. Lui-même admit plus tard, dans l’un de ses livres, qu’il avait grandi comme un adolescent révolté, soucieux de défendre la cause noire, mais aussi adepte occasionnel de la marijuana, de l’alcool et de la cocaïne.

On peut voir là l’évolution tristement normale d’un jeune métis abandonné par son père et ballotté de famille recomposée en famille d’accueil, livré à sa révolte et à son désir ardent de justice, et servi par sa vive intelligence et sa profonde ambition. Tout petit déjà, il disait à sa mère qu’il serait un jour Président ! Nous retrouvons dans son histoire certains traits étrangement communs avec celle de notre propre Président Sarkozy !

En 1981, à la fin de ses études secondaires, il s’inscrivit à la prestigieuse Université de Columbia, non loin de Harlem. Diplômé en 1983, Barack Obama, après quelques années d’expérience dans la vie professionnelle, put s’inscrire en 1988 à l’Université de Harvard, malgré l’insuffisance de son dossier scolaire. Il en sortit diplômé en 1991.

Refusant un emploi prestigieux qui lui était offert, Barack Obama s’installa à Chicago, et s’investit activement dans un travail d’amélioration de la condition sociale de la communauté noire locale : développement de logements sociaux, amélioration de l’habitat ancien, lutte contre les discriminations sociales… Plus tard, il épousa une brillante avocate noire, Michelle Robinson, qui avait été sa maîtresse de stage à la fin de ses études.

Dès 1988, nombreux étaient ceux qui exhortaient Barack Obama à se joindre à une église chrétienne. Il a fini par céder à la pression, apparemment plus pour des raisons politiques que par conviction spirituelle. Mais il n’a pas rejoint n’importe quelle église. Il s’associa à une grande église nationaliste noire, la Trinity United Church of Christ, dirigée par le Pasteur Jeremiah Wright, notoirement raciste et fervent partisan d’une théologie de la libération des Noirs, ami de Farrakhan, le leader des Black Muslims. Il ne s’agit donc pas d’une véritable église évangélique, mais d’une église entièrement tournée vers la défense et la libération du peuple noir.

Barack Obama est resté vingt ans membre de cette église. Mais il en est sorti et s’est désolidarisé de son remuant pasteur, au moment où il a fait acte de candidature à la nomination démocrate à la Présidence, réalisant que son appartenance à une église aussi extrémiste ne pouvait que nuire à sa carrière politique.

En 1991, Barack Obama s’inscrivit comme avocat au barreau de l’Illinois, mais sans se consacrer entièrement au métier d’avocat. En 1995, il saisit une opportunité pour se faire élire sénateur de l’Etat de l’Illinois. Cette même année, avec certains autres collègues avocats, il réussit à faire voter une loi obligeant les banques, jusqu’ici réticentes, à octroyer des crédits permettant à des familles noires à faibles revenus de devenir propriétaires de leur logement. Rappelons ici que les prêts bancaires immobiliers risqués ont été l’une des causes principales de la crise financière des subprimes, qui a éclaté en 2007. On peut donc dire que Barack Obama a contribué directement à développer l’endettement risqué de familles pauvres à faibles revenus, avec le résultat que l’on connaît.

Tout au long de son mandat de sénateur de l’Illinois, Barack Obama s’est illustré par une défense constante de toutes les minorités, qu’elles soient raciales, sociales ou sexuelles. C’est ainsi qu’il a préconisé l’éducation sexuelle des enfants dès la maternelle, qu’il s’est déclaré en faveur du mariage homosexuel et de l’adoption d’enfants par des couples homosexuels, ainsi qu’en faveur de la régularisation de tous les immigrants en situation illégale, et de l’octroi à ces immigrants illégaux des avantages sociaux légaux.

En 2004, Barack Obama fut élu sénateur de l’Illinois au Congrès des Etats-Unis, poste de sénateur que seuls quatre Noirs avaient obtenu avant lui. Barack Obama s’est montré très peu actif dans l’exercice de son court mandat de sénateur des Etats-Unis, compte tenu du fait qu’il s’est lancé très tôt dans la course à l’investiture du parti Démocrate à la candidature à la Présidence des Etats-Unis. Il prit cependant l’initiative de faire voter deux lois, une loi accordant une aide financière au Congo, et une loi pour la nomination d’un bureau de poste. On ne peut donc dire qu’il ait été un grand leader du Sénat, ni un sénateur particulièrement actif. Il a plutôt été caractérisé par son absentéisme. Il a présidé la sous-commission sénatoriale pour les affaires européennes, sans avoir jamais assisté à une seule réunion de cette commission ! Il s’est plutôt comporté, tout au long de cette période, en observateur qui se tenait à distance, plus soucieux de promouvoir sa carrière de candidat à la Présidence, que de s’investir dans les grandes luttes sénatoriales.

En 2007, le « National Journal » l’a cependant qualifié de « sénateur le plus libéral des Etats-Unis, » dont les positions ont été régulièrement et ouvertement « libérales » (nous dirions en France : « plutôt gauchistes ») sur tous les grands problèmes politiques, économiques, sociaux ou de politique étrangère. C’est ainsi que Barack Obama s’est ouvertement prononcé, dans ses discours ou dans ses écrits, pour un désarmement nucléaire mondial, à commencer par celui des Etats-Unis, pour le contrôle des armes possédées par les particuliers, pour une « discrimination positive » en faveur des minorités, pour des mesures en faveur d’une euthanasie contrôlée, du clonage, de la légalisation des mariages homosexuels, de la suppression des obstacles à l’avortement, de la suppression de la peine de mort, et de l’adoption de mesures fiscales et sociales en faveur des plus défavorisés.

Il eut aussi l’occasion d’affirmer, devant un public d’étudiants, que le Sermon sur la Montagne pouvait justifier son soutien aux mariages homosexuels, et que son soutien à la légalisation de l’avortement ne faisait pas de lui un « Chrétien au rabais. »

Ceux qui ont soutenu Barak Obama dans son ascension fulgurante.

Le « cas » de Barack Obama est assez curieux, car il a été soutenu à la fois par tous les milieux libéraux, socialistes, gauchistes et même marxistes des Etats-Unis, par les milieux islamistes, par les Juifs des Etats-Unis (78% ont voté pour lui, comme 68% des hispaniques et 56% des femmes), mais aussi par un grand nombre de banquiers, de financiers et de familles richissimes, comme George Soros, les Rockefeller ou les Kennedy. A lui seul, George Soros a réuni 70 milliardaires, qui sont devenus les plus gros contributeurs financiers de la campagne d’Obama. Barack Obama a réussi à réunir la somme la plus importante jamais recueillie par un candidat à l’élection présidentielle (700 millions de dollars) et, manifestement, ce ne sont pas les petits contributeurs qui ont donné le plus d’argent. Tous ces contributeurs vont certainement trouver normal que le Président qu’ils ont puissamment aidé à faire élire se souvienne un jour de leur générosité, qui n’était certainement pas désintéressée.

Il peut sembler étonnant qu’un candidat nettement « de gauche, » voire d’extrême gauche, selon les critères américains, soit soutenu aussi franchement par une majorité de financiers et de représentants du grand capitalisme ! En fait, cela se comprend fort bien, car ce sont justement ces financiers et ces grands capitalistes qui tiennent les rênes secrètes du pouvoir aux Etats-Unis. Sans leur soutien, Barack Obama ne serait rien. Et ses idées de gauche n’inquiètent nullement ses sponsors, qui ont tout prévu pour que le Président Barack Obama ne mette en œuvre aucune des idées du candidat Barack Obama qu’ils pourraient juger dangereuses pour leur propre programme ! Bien au contraire, les idées progressistes et l’image positive de leur candidat servent leurs intérêts immédiats actuels.

L’équipe rapprochée de Barack Obama.

Sans parler du Vice-Président Joe Biden, lui aussi très libéral, le « conseiller spécial » de Barack Obama, celui qui lui est le plus proche, est un Juif sioniste de gauche, David Axelrod, l’architecte victorieux de sa campagne. Axelrod s’était déjà illustré en faisant gagner leurs campagnes électorales à plusieurs Afro-Américains candidats à des postes importants de gouverneurs ou de parlementaires. Axelrod a réussi ses campagnes en axant son argumentation non pas sur les idées des candidats, mais sur leur personnalité, que celle-ci soit réelle, ou fabriquée, comme on peut fabriquer la renommée d’un produit commercial.

La personnalité vibrante et charismatique de Barack Obama a donc été, tout au moins en partie, le fruit d’une stratégie méticuleuse, en fonction de l’analyse soignée des attentes de l’opinion et des électeurs. Il s’agissait donc, pour Axelrod, de répondre aux attentes essentielles de l’opinion publique, et d’élaborer soigneusement une image consensuelle d’Obama, propre à lui forger un grand destin politique, qui répondait aussi exactement que possible aux attentes actuelles des Américains.

Il faut dire que George Bush a largement fait l’office de repoussoir dans ce processus ! Autant George Bush a bien joué le rôle de l’impérialiste « bête et méchant » qu’on lui avait demandé de jouer, autant Barack Obama s’apprête à bien jouer le rôle du « sauveur providentiel » qu’on lui a aussi demandé de jouer. Le jour de son investiture, Barack Obama a été ovationné par deux millions de personnes, tandis que Bush était hué par la foule, qui pourtant l’acclamait quelques années auparavant.

La stratégie géniale d’Axelrod a donc reposé sur l’art de manipuler l’information, pour imposer à l’opinion publique une interprétation de l’actualité et une image du candidat Obama qui lui semblaient aller tout à fait dans le sens de ses intérêts. Il s’agissait donc réellement de faire le « marketing » d’une personnalité, en fonction des intérêts et des besoins du public, et de « créer une légende Obama » qui puisse rallier le maximum de suffrages. C’est ainsi qu’Axelrod a réussi à cristalliser sur la personne d’Obama l’espoir, non seulement de l’Amérique, mais de tout un monde qui aspirait ardemment à plus de justice et plus de paix, notamment le monde noir.

C’est exactement de cette même manière que le futur Antichrist s’imposera.

Le Secrétaire Général de la Maison-Blanche, poste essentiel, est un autre Juif sioniste, Rahm Emmanuel, représentant de l’Illinois au Congrès, et surnommé « Rahmbo, » en raison de sa violence et de son extrémisme. Ancien conseiller politique de Clinton, c’est lui qui, en 1996, au cours d’un banquet, avait menacé de mort tous ceux qui avaient trahi son maître Clinton, en plantant plusieurs fois son couteau dans la table !

Rahm est connu comme étant réellement le brillant Machiavel de l’équipe Obama. Comme Obama, il a réussi à s’affirmer dans les milieux politiciens corrompus et impitoyables de Chicago. Il a fait partie de ceux qui ont poussé à la guerre en Irak. Il a voté au Congrès le « Patriot Act » de Bush, qui restreignait considérablement les libertés publiques, sous prétexte de lutte contre le terrorisme.

Parmi les conseillers les plus puissants et les plus influents de Barack Obama, il faut mentionner tout particulièrement Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller du Président Carter pour la Sécurité Intérieure. « Zbig » est un autre génial stratège, qui a discerné en Barack Obama l’homme de la situation présente, celui qui, comme il l’a dit publiquement, est, à l’image du Président Kennedy, le mieux à même de « comprendre l’évolution de l’Histoire, et de faire changer l’Amérique et le monde. »

C’est Brzezinski qui avait conseillé au Président Carter de financer les Islamistes d’Afghanistan, pour attirer l’Union Soviétique dans le bourbier Afghan, dont elle sortira vaincue. Ainsi, ce sont ceux qui ont formé, armé et financé les fondamentalistes islamistes qui luttent actuellement contre les terroristes d’Al Quaïda !

C’est aussi Brzezinski qui a créé avec David Rockefeller la célèbre Commission Trilatérale, pépinière de dangereux Illuminati, qui veulent soumettre le monde à la volonté de pouvoir d’une élite sans scrupules. Brzezinski, Polonais d’origine et passionnément anti-Russe, a toujours méprisé les néo-conservateurs de l’équipe Bush qui, selon lui, sont sans intelligence politique, et n’ont jamais compris les vrais enjeux stratégiques du monde moderne. Ces enjeux ne sont pas, selon Brzezinski, au Moyen-Orient, en Israël ou en Iran, mais en Russie et en Chine, deux grandes puissances montantes qu’il faut, selon lui, absolument neutraliser et annihiler, par tous les moyens, afin d’assurer aux Etats-Unis un siècle supplémentaire de domination mondiale !

On peut donc réaliser que certains des plus proches conseillers de Barack Obama sont des impérialistes intelligents et dangereux, bien plus dangereux que Bush et ses conseillers ! Ils sont d’autant plus dangereux qu’ils sont intelligents, et ont décidé de faire appel à un homme qui a une favorable image de gauche, pour contraster avec l’image droitière déplorable du précédent Président.

Si nous pouvons penser que le Président Bush n’a été, dans le fond, qu’un instrument entre les mains secrètes de ceux qui détiennent le vrai pouvoir aux Etats-Unis, notamment dans les milieux militaro-industriels, nous pouvons également penser que Barack Obama ne sera qu’un instrument identique entre les mains de ces mêmes milieux. Il devra se plier à leur volonté, sous peine d’être éliminé d’une manière ou d’une autre. Contrairement aux apparences et à ce que la presse proclame, ce n’est pas le Président des Etats-Unis qui est l’homme le plus puissant du monde ! Nous verrons plus loin de quelle manière ceux qui détiennent le pouvoir réel pourraient facilement faire pression sur Obama.

Obama n’est donc, malgré ses origines, sa formation et sa culture, ni un communiste déguisé ni un musulman déguisé, bien qu’il ait été influencé par le socialisme et l’Islam, mais il est probablement l’homme de paille et le faire-valoir d’un dangereux groupe de puissants financiers et banquiers internationaux, qui ont tous les moyens pour lui imposer leur volonté.

Nous savons que le Malin prépare activement la venue de l’Antichrist annoncé par la Bible. Barack Obama n’est pas l’Antichrist, et ne peut pas l’être, selon les critères bibliques. L’Antichrist, pour séduire Israël, devra prouver qu’il est descendant de David. Il doit aussi se convertir à Jésus-Christ, et finir par renier le Seigneur, tout comme Judas, cet autre « fils de la perdition. » Enfin, l’Antichrist doit émerger de l’Europe, de l’ancien Empire Romain reconstitué, et non de l’Amérique.

Si Barack Obama n’est pas l’Antichrist, il est un excellent type d’Antichrist, qui incarne certaines caractéristiques essentielles de l’Antichrist : charisme, intelligence, charme, souci des pauvres et des déshérités, souci de promouvoir les minorités… Il faut donc penser que la Présidence d’Obama ne sera qu’une étape supplémentaire, mais essentielle, dans la préparation de la venue du véritable Antichrist.

A titre d’exemple, quelles ont été les premières mesures décidées par le Président Obama ? Elles ont été en faveur d’un prochain financement des organisations étrangères qui travaillent pour le « planning familial » et l’avortement, et en faveur de la communauté homosexuelle, pour obliger les entreprises à recruter des homosexuels, en pénalisant davantage les discours homophobes. Il ne faut pas oublier que le programme de Barack Obama est le plus favorable aux homosexuels et à l’avortement que les Etats-Unis aient jamais connu ! Barack Obama, lors des festivités de son investiture, a fait prier non seulement Rick Warren, pasteur évangélique assez controversé, mais encore un évêque anglican ouvertement homosexuel, afin de « faire appel à toutes les composantes de notre société » !

Malgré les apparences, nous ne devons donc pas penser que le Président Obama sera plus « évangélique » et plus pacifique que son prédécesseur. Déjà, avant son élection, Barack Obama avait affirmé publiquement qu’il fallait attaquer de manière unilatérale les bases arrière des Talibans au Pakistan, pays pourtant allié des Etats-Unis. Effectivement, ces bases ont été peu après bombardées de manière unilatérale par les Etats-Unis, ce qui a entraîné une vigoureuse protestation du Pakistan. Il n’est donc pas impossible qu’un nouveau front soit ouvert dans ce pays musulman.

Si Barack Obama a affirmé qu’il désirait désengager l’Amérique de l’Irak dans un délai de dix-huit mois après son élection, il a aussi déclaré qu’il voulait accroître l’engagement des Etats-Unis en Afghanistan. Si la puissante Union Soviétique est sortie vaincue d’Afghanistan, croyez-vous que la puissante Amérique en sortira victorieuse ? Rien n’est moins sûr !

Concernant Israël, il est probable que Barack Obama n’assurera plus à l’Etat Hébreu le ferme soutien américain que lui ont assuré tous les précédents présidents américains. Barack Obama a publiquement déclaré que « le problème d’Israël avait « infecté » toute la politique étrangère des Etats-Unis. » L’emploi du mot « infecté » n’est pas dû au hasard, mais traduit la pensée profonde du nouveau Président. Le fait que Barack Obama ait choisi quelques proches conseillers qui sont des Juifs sionistes n’est aucunement une garantie de l’évolution positive de sa politique envers Israël. Cela peut au contraire être un moyen de faire passer des mesures qui seraient passées moins facilement, auprès des opinions américaine et israélienne, si ses conseillers avaient été des Musulmans !

Un moyen de pression efficace sur Barack Obama.

D’après l’Article 2 de la Constitution des Etats-Unis, le poste de Président des Etats-Unis ne peut être occupé que par un « natural born citizen of America, » c’est-à-dire par un citoyen Américain né aux Etats-Unis, et dont les deux parents sont eux-mêmes citoyens Américains, par naissance ou par naturalisation. Or il est notoire que le père de Barack Obama était un étudiant Kenyan. A l’époque, le Kenya faisait encore partie de l’Empire Britannique en voie de décomposition. Le père de Barack Obama était donc citoyen britannique et Kenyan, soumis aux lois britanniques, et non citoyen américain.

En outre, la question du lieu de naissance de Barack Obama n’a jamais été officiellement établie avec certitude. La famille paternelle de Barack Obama, qui réside au Kenya, affirme qu’il est né au Kenya, au cours d’un déplacement de sa mère, alors qu’elle était en fin de grossesse. De retour à Hawaii avec son bébé, elle avait fait établir ce que l’on appelle un « live birth certificate, » ou « certificat de vie, » qui n’est pas officiellement un certificat de naissance. Selon la loi de Hawaii, les parents d’un enfant né à Hawaii, ou né à l’étranger, peuvent obtenir un tel certificat, qui n’est nullement un certificat de naissance.

Barack Obama n’a jamais produit officiellement de certificat de naissance. C’est la raison pour laquelle certains citoyens américains lui ont récemment intenté plusieurs procès, afin de pouvoir prouver si le candidat Obama remplissait bien, ou ne remplissait pas, les conditions légales et constitutionnelles pour être Président des Etats-Unis. Quatre procès sont actuellement en cours devant la Cour Suprême des Etats-Unis, et sept autres devant différents Etats.

Jusqu’à présent, les avocats de Barack Obama ont réussi à faire traîner les procédures, mais il y a là un risque de crise constitutionnelle potentielle grave. Ceux qui contrôlent Obama ont les moyens de faire annuler ces procès, ou de les faire conclure favorablement pour Obama, y compris en ayant recours à des moyens frauduleux. Mais ils ont aussi la possibilité de faire aboutir ces procès de manière à faire annuler l’élection de Barack Obama. Car il est absolument clair que son père n’était pas Américain de naissance, ni même Américain naturalisé. Selon la loi américaine, Barack Obama n’a manifestement pas les qualifications légales requises pour être un Président des Etats-Unis. Comment se fait-il qu’un fait aussi évident n’ait jamais été soulevé par les grands médias ?

Il existe aussi un autre problème, au regard de la loi Indonésienne. Barack Obama, qui a vécu quatre ans en Indonésie, avait été adopté par son beau-père Indonésien. Il avait donc la nationalité Indonésienne. D’après la loi Indonésienne, si un Indonésien veut renoncer à sa nationalité, il doit le faire officiellement à partir de l’âge de dix-huit ans. Or Barack Obama n’a jamais renoncé officiellement à cette nationalité. Ce qui pose un autre problème constitutionnel potentiel grave.

On peut se demander pour quelle raison Barack Obama, jusqu’ici, n’a jamais produit les preuves formelles et indiscutables pouvant valider sa candidature. Ces preuves auraient fermé la bouche à ses détracteurs, et automatiquement éteint les actions en justice ! Il semble donc y avoir une volonté cachée de fraude et de dissimulation, qui n’est pas de bon augure pour la suite de sa présidence.

En conclusion, voici ce que nous pouvons dire avec certitude :

Barack Obama, présenté partout comme une sorte de Messie et de Sauveur providentiel, n’a cessé d’afficher des idées et des convictions profondément anti-chrétiennes, malgré une apparence et un langage séduisants. Il a commencé, dès le début de sa présidence, à engager plus profondément l’Amérique dans des voies qui ne sont pas celles du Seigneur, mais qui ne peuvent qu’accroître l’iniquité et la rébellion, par rapport à la Parole de Dieu. En réalité, pour ceux qui le connaissent et qui ont suivi sa carrière précédente, Barack Obama n’a fait que continuer à mettre en œuvre les convictions qui étaient déjà les siennes depuis longtemps.

La Parole de Dieu nous dit que toutes les autorités qui sont établies à la tête des pays ont été instituées par Dieu. Barack Obama n’échappe donc pas à cette règle. Mais ceux qui sont établis à la tête des Etats par Dieu ne sont pas tous des hommes selon le cœur de Dieu ! C’est aussi Dieu qui a établi Hitler et Nebucadnetsar ! Nous pouvons donc conclure que Dieu a bien établi Barack Obama sur l’Amérique, mais que l’on peut considérer son élection comme un jugement sur ce pays, et non comme une bénédiction divine. Nous le verrons dans la suite des temps ! Méfions-nous d’Obama ! Ce qui ne nous empêche pas de prier pour lui !

135 Responses to B43-Méfiez-vous d’Obama !

  1. julie dit :

    Mes frères et soeurs, je me demande pourquoi les enfants des Dieu s’intéressent trop a Barak Obama, est-ce qu’on ne devrait pas se préparer pour notre Seigneur, à nous revêtir, à régler des choses dans nos vies, au lieu de perdre le temps à parler d’Obama, il n’est pas le seul président dans ce monde, c’est pas lui le DIABLE. Consacrons-nous aux choses de DIEU, au lieu de se poser des questions sur lui, pour s’avoir si c’est lui le Messie ou la bête.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Jule, Obama n’est ni le diable, ni le messie, ni la bête. L’une des raisons pour lesquelles j’ai écrit cet article, c’est justement pour mettre en garde certains chrétiens qui avaient tendance à faire trop de cas d’Obama. Aux USA, beaucoup de Chrétiens ont été séduits. De toute manière, les brebis du Seigneur gardent les yeux fixés sur Jésus!

  2. kassarate dit :

    Je salue tous les frères qui interviennent sur ce site au nom de JESUS. J’étais le seul dans mon entourage à ne pas enthousiasmer pour l’élection de Barak Obama. Naturellement, personne ne pouvait comprendre que les projets de Barak étaient contraires à ce que proclame la Bible. Prions pour que le Saint-Esprit nous conduise, afin de nous éviter la séduction.

  3. John Nons dit :

    Bonjour Frère,

    Je vous remercie pour votre réponse qui me laisse un peu sur ma faim. Je ne vois toujours pas en quoi cela est nécessaire à la foi du peuple de Dieu d’avoir l’oeil ouvert sur OBAMA. Si ce n’est que pour nourrir son intelligence et peut-être à tort.
    Jésus était en face d’Hérode et vivait sous son régime. Hérode faisait parti de la vie journalière des juifs. Dans ce contexte ou Jésus a traité Hérode de « Renard », l’attitude de Jésus n’était pas la méfiance, bien que ce dernier voulait apparement le tuer. Bien au contraire Jésus a dit : Luc 13v32-33: Il leur dit : Allez dire à ce renard : Voici : je chasse les démons et j’accomplis des guérisons aujourd’hui et demain ; et le troisième jour, ce sera pour moi l’achèvement. Mais il faut que je marche aujourd’hui, demain et le jour suivant ; car il ne convient pas qu’un prophète périsse hors de Jérusalem. « Il faut que je marche, que j’avance, que je preche l’évangile » a dit Jésus que j’atteigne le but fixé par mon Père.
    Restons dans le contexte de de la Parole. Dans ce contexte, la Parole exprime clairement qu’ Hérode faisait partie du plan de Dieu, et Jésus ayant cette révélation en était conscient et cela l’encourageait à continuer sur le chemin qu’il était appelé a être. Cela l’encourageai aussi, non pas a se méfier d’Hérode, mais à faire face en lui adressant le message de Dieu. Je crois que la méfiance nous fait reculer, mais la révélation du plan de Dieu et la réelle oeuvre de la croix en nous, dans nos coeurs, nous emmenera a parler de la part de Dieu et à faire face à n’importe quelles personnes antichrist soit elles. Il y a une lumiere de l’évangile qui doit atteindre notre coeur et changer notre vision humaine des choses. La révélation de la croix nous conduira dans des chemins étroits et ressérés, non pas pour nous méfiés de toutes les embuches du Diable, même si nous ne devons pas ignorer ses desseins, mais pour faire la traversée avec grace et détermination. Ne pas ignorer ne signifie pas « se méfier ».
    Que Dieu puisse nous bénir et nous faire grandir en nous conduisant dans son plan, ou plus d’un Hérode nous attend. Que sa volonté soit faite, prenons notre croix et servons le.
    Que la révélation de sa Parole nous éclaire et nous conduise Tous.
    Dieu vous bénisse.
    John Nons

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère John, Il n’est aucunement nécessaire à la foi du peuple de Dieu d’avoir l’oeil ouvert sur Obama. Sinon pour aider certains à ne pas se laisser séduire trop rapidement. Mais c’est surtout ce que le Saint-Esprit leur confirmera qui comptera.

  4. John Nons dit :

    A mon avis, que l’Antichrist vienne, c’est le Plan de Dieu. Paul dit « Il faut » : 2 Thessalonic 2:3 « Que personne ne vous séduise d’aucune manière ; car il faut qu’auparavant l’apostasie soit arrivée, et que se révèle l’homme impie, le fils de perdition ». L’Eglise doit donc apprécier que cela arrive. Et si Mr Obama est un type d’homme qui permettra a l’Antichrist de venir, disons merci Seigneur. L’Eglise doit vouloir voir ces jours venir et se préparer pour faire face et traverser ces jours avec Dieu. Notre combat n’est pas contre les hommes et surtout pas contre ce que Dieu a planifié. Je ne vois pas les hommes du nouveau testament avoir eu une prédication pour tenir les chrétiens en garde contre les autorités d’un pays, ni exposer et détailler leurs vies et encore moins de s’en méfier. Au contraire Paul a demander de : Romains 13:1 Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y a pas d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées par Dieu. Cela ne veut-il pas dire que Dieu permet a un président d’être a la tête d’un pays qu’il soit l’Antichrist ou pas et s’il l’est : Alléluia!! C’est Dieu qui le permet et institué les autotrités « qui existent ». Et même de faire attention à nos attitudes et ce que cela peut attirer sur nos vies : Romains 13:2 « C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre de Dieu, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux–mêmes. » Et de surcroit : 1 Timothée 2:2 « pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. » « pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité » qu’ils soit antichrist ou pas.
    Le message des Hommes de la nouvelle alliance était un message puissant, celui de la croix et de la grace pour que nous ayons la Foi en Lui pour faire face a l’antichrist, a vire dans un monde impie et antichrist, à remonter les courants d’eaux. Le détail de la vie d’un politique, ne nous emmène pas a maturité. Celui de la croix et de la grâce, par contre, m’emmène à ne pas etre effrayé. Si l’Antichrist arrive, alléluia, cela voudra dire que l’Eglise est conduite par le Saint Esprit et qu’elle est dans la volonté de Dieu. Servons le Seigneur et préoccupons-nous des choses de Dieu. Laissons Dieu accomplir son Plan de la manière qu’il veut. Nous par contre, bâtissons avec Christ Son Eglise, comme vous le faites avec le message de la croix.
    Fraternellement,
    John Nons

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère John Nons, Il ne s’agit pas de s’opposer aux autorités, mais d’avoir l’oeil ouvert. Même Jésus a traité Hérode de « renard » et demandait de se méfier du levain des Pharisiens, qui étaient quand même les chefs religieux de Son temps.

  5. Diane dit :

    Bonjour Frère Henri Viaud Murat, je remercie le Seigneur pour vos messages qui me fortfient énormément.
    J’aimerais avoir votre mail s’il vous plaît? Merci.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Diane, Merci pour votre commentaire. Je vous envoie mon adresse mail.

  6. colombe dit :

    Bonjour Henri
    j’ai bien lu ce que vous avez dit sur Obama, du moins en partie, mais j’ai toujours entendu dire que le faux prophète serait juif ou d’origine juive ???? Qu’en est il ??? MERCI.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Colombe, C’est L’Antichrist qui doit, comme Judas, être d’origine Juive, et même descendant de David. C’est ainsi qu’il pourra être accepté comme le Messie par Israël. L’Antichrist sera le chef politique et militaire, tandis que le Faux Prophète sera le chef de la grande religion mondiale de l’Antichrist.

  7. Isaac Monekosso dit :

    Bonsoir,
    je tiens simplement à partager avec tous les blogueurs cet article que je crois avoir reçu dans mon coeur hier matin par le Saint-Esprit, relatif à nos questions sur la conspiration des gouvernements mondiaux contre les peuples.
    Le Nouvel Ordre Mondial.
    Le Nouvel Ordre Mondial consiste à faire régner l’ordre à partir du chaos ou du désordre. Que signifie l’expression l’ordre à partir du chaos? Cela signifie tout simplement faire régner le mensonge à partir des œuvres de la chair, qui sont contraire à ceux de l’Esprit, contrôler les hommes dans le monde à partir du mensonge. Le seul ordre qui été établi est celui de Jésus-Christ, par Sa mort sur la croix et Sa résurrection pour le péché des hommes. Il est donc la solution de Dieu depuis plus 2000 ans aux problèmes des hommes. Cette solution a été accomplie, car Il a dit, tout est accompli. Il est l’ordre parfait de Dieu, qui a pour but que tous les hommes se repentent, qu’ils connaissent le Père comme Lui Il L’a connu, qu’ils connaissent Son oeuvre à la croix, qu’ils marchent par le Saint-Esprit béni, afin de demeurer fermes pour l’enlèvement, par le Dieu de paix qui les sanctifie (1 Thessaloniciens 5. 23-24), et qu’ils bénéficient de le grâce de la vie Eternelle (Jean 6.40; Jean 17.3). Ceci étant le plan parfait de Dieu pour l’humanité. Il faudra donc retenir que l’ordre qui règne dans ce monde, c’est l’ordre des hommes, qui a pour but de cacher le mensonge de Satan par les hommes (manipulation). La Bible dit que Satan est le prince de ce monde. La même Bible dit: « mes pensées ne sont pas vos pensées et mes voies ne sont pas vos voies » (Esaïe 55: 8-9).
    Les pensées des hommes, non révélées par le Saint-Esprit, sont les pensées de Satan. Satan est le père du mensonge et de la manipulation. Rappelons-nous Pierre, quand il a pris Jésus à part et lui a dit (Matthieu 16 21-24): « A Dieu ne plaise Seigneur! Cela ne t’arrivera pas » (que tu ailles sur la croix). Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre: « Arrière de moi, Satan! Tu m’es en scandale; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. » Nous devons savoir que l’expression « créer l’ordre à partir du désordre ou chaos » veut en réalité dire, créer le mensonge (pensées des hommes par Satan), à partir du mensonge (Ici par des actes qui résultent de ces pensées).
    Pour nous Chrétiens, nous devons demander au Saint-Esprit où est la vérité (Romain 12.2). La vérité en Jésus-Christ nous permettra de voir le mensonge (Satan, le monde, la chair) caché dans sa subtilité. De même que le Père, le Fils, et le Saint-Esprit sont un, de même, Satan, le monde et la chair sont un (Galates 5.24; 6.14). Face à une telle situation, nous devons (Chrétiens) définir les faits qui sont, bien entendu, la plupart des cas ce gros mensonge, et la vérité, qui est le nom de Jésus, Jésus-Christ la Parole vivante de Dieu, pour marcher ainsi selon l’Esprit et être des enfants dignes de notre Père céleste en Jésus-Christ. Je terminerai en vous exhortant en Christ de lire ces versets d’Ephésiens 4.17-24.
    Soyez bénis.

  8. Aurélien dit :

    Bonjour,
    Merci de nous éclairer sur les signes du temps, et il y en a bien d’autres. Ils nous faut être vigilants et se confier à la lumière du Christ qui nous apporte la Vérité.
    Si vous étiez un loup, prêt à faire un carnage dans une bergerie, vous n’y entreriez pas en loup, mais caché sous la peau d’un agneau ou déguisé en berger. C’est la technique du malin.
    Quand aux religions, source de bien des divisions, le fait de les remplacer par une nouvelle religion consensuelle est une idée formidable! Tout comme le remplacement de l’argent, carte de crédit, carte d’assurance, permis de conduire, etc… par une puce sous-cutanée. Il est Malin, ce grand séducteur! C’est pour ça qu’on l’appelle ainsi, après tout! « oui, c’est la solution, c’est formidable, ça va résoudre tous les problèmes,…Paix, sécurité! » Et tout le monde va avaler ça! Restons, restez vigilants! Belles en apparence, mais ce n’est ni la paix, ni la sécurité de notre Seigneur. Juste une pâle copie pour nous mener, comme des moutons, au royaume ténébreux du vaincu.

  9. panouf0304 dit :

    Bonjour, je suis chrétien de confession catholique, et j’ai lu avec un grand intérêt cet article; il corrobore du reste les informations que j’ai eues sur le blog américatho… Je savais qu’Obama était une catastrophe, mais par contre, je ne suis pas sûr qu’il soit tellement favorable aux grands banquiers: il a apparemment réellement cherché à faire pression sur Wall Street à ce sujet… Par ailleurs, son action pour que les familles noires puissent avoir un logement ne me choque à priori pas; cela dit, je n’ai pas pu lire la loi en question…
    En tout cas, ce blog est très bien tenu…

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher Panouf0304, Merci pour votre commentaire. Quant aux confessions chrétiennes, je crois que la véritable Eglise de Jésus-Christ n’est pas divisée. Elle compose le Corps Vivant de Christ, composé de tous ceux qui se sont repentis de leurs péchés et qui ont reçu Jésus-Christ comme leur Sauveur et Seigneur. Tous ceux-là sont passés par une nouvelle naissance spirituelle, ils reconnaissent la Bible comme seule Parole de Dieu, et veulent être conduits par le Saint-Esprit de Vérité!

  10. Mpova dit :

    Salut, Fr. Henri Viaud-Murat,
    J’ai quelques préoccupations, je voulais savoir, aujourd’hui plusieurs musiciens, hommes politiques, acteurs ou stars du monde servent de messagers pour les illuminatis (francs-maçons).
    Je voulais savoir, en tout cela, quels sont les effets négatifs que ces messages subliminaux représentent pour nous? Et surtout pour les enfants? Pourquoi dit-on que le subconscient est plus fort que le conscient?
    MERCI

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Mpova, Un Chrétien né de nouveau et rempli de l’Esprit, qui marche dans la sanctification et dans la foi, n’a absolument rien à craindre de ces influences négatives! Satan tentera de lui faire peur, mais nous devons rester dans la foi, pour nous et pour nos enfants. Mais un Chrétien tiède, infidèle ou dans le compromis sera soumis à ces influences, et en souffrira. Nous devons choisir qui nous voulons servir, Dieu ou le monde!

  11. Fabrice dit :

    Extraordinaire tout ça! Merci au frère Henri pour le fait qu’il tire l’attention de tous ceux qui lisent et confessent Jésus et l’ont réçu personnellement dans leurs vies. Chers frères, restons vigileants sur nos opinions sur tout ce qui passe dans le monde politique en place, effectivement tout est entrain de se mettre en place pour l’apparition du véritable antichrist; mais j’ai quelques préoccupations que je veux partager avec vous frère Henri (si vous me transmettez votre mail privée) au sujet de l’efficacité de la prière qui doit amener le règne de Dieu sur la terre (Math. 6:10). En ce moment je suis en prière pour la Côte d’Ivoire mon pays, et je crois que la prière peut changer beaucoup de choses au niveau des décisions des dirigeants mais aussi je crois que les chrétiens doivent afficher leurs positions pour éclairer les gens sur ce que Dieu veut vraiment. On ne peut pas et on ne doit pas autoriser le péché, quelques soient les raisons pour lesquelles les gens les commettent…
    Que Dieu bénisse chacun!!!

  12. Carole dit :

    Salut frère Henri,
    J’ai parcouru les commentaires des uns et des autres, après avoir lu ton article qui est d’ailleurs très bénissant, je tiens juste à rappeler, comme ne cessent de le faire les autres, à être vigilants et à prier sans cesse (1 Thessaloniciens 5:17).
    Sois beni frère, et que notre Seigneur Jésus-Christ davantage t’éclaire au travers de Sa lumière.
    Shalom