B49-Etes-vous entré dans votre ministère ?

Article de Henri Viaud-Murat. 

Reproduction autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que la source soit indiquée. 

Beaucoup de Chrétiens s’interrogent, inquiets de savoir quel est le ministère que le Seigneur leur a réservé. Si vous l’ignorez, découvrez le merveilleux ministère que le Seigneur nous propose d’exercer en Jésus-Christ !

Voici ce que l’apôtre Paul écrit aux Romains :

« Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. Et non seulement cela, mais encore nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation » (Romains 5 : 10-11).

Jésus-Christ est venu et Il est mort pour que nous soyons réconciliés avec Dieu. Cela signifie donc que nous étions ennemis de Dieu et que, sans la venue de Jésus-Christ, nous serions restés ennemis de Dieu. Ceux qui restent ennemis de Dieu jusqu’à leur mort vont à la perdition ! Ceux qui reçoivent Jésus-Christ comme leur Sauveur et Seigneur échappent à la condamnation, et sont réconciliés avec Dieu, avec tout ce que cette réconciliation implique.

Paul précise encore, à l’intention des Colossiens :

« Il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche, si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi, sans vous détourner de l’espérance de l’Evangile que vous avez entendu, qui a été prêché à toute créature sous le ciel, et dont moi Paul, j’ai été fait ministre » (Colossiens 1 : 20-23).

Nos pensées et nos mauvaises œuvres faisaient de nous des ennemis de Dieu, parfois sans que nous le sachions. Il est terrible de penser que l’on puisse être un « ennemi de Dieu » ! Qui peut résister au Seigneur de tout l’Univers ? Quel espoir peuvent avoir les ennemis de Dieu ? Et pourtant, Dieu a tellement aimé Ses ennemis qu’Il a envoyé Son Fils unique, Jésus, pour les racheter et les réconcilier avec Lui ! Dieu seul pouvait accomplir cette réconciliation d’une manière parfaitement juste ! 

L’amour de Dieu est le fondement de notre réconciliation avec Lui. Il a voulu nous réconcilier avec Lui pour pouvoir librement déverser dans notre vie la plénitude de Son amour divin et de Ses bénédictions pour notre esprit, notre âme et notre corps !

Non seulement Il nous a réconciliés avec Lui, mais Il nous a réconciliés pour nous faire paraître devant Lui saints, irrépréhensibles et sans reproche, si du moins nous demeurons fondés et inébranlables dans la foi !

« Réconcilier » signifie « oublier les offenses et restaurer dans l’état antérieur d’harmonie et d’accord complet avec la volonté de Dieu. » C’est nous rétablir dans une parfaite harmonie avec la pensée et le désir du cœur de Dieu !

Nous le savons, l’homme est composé de trois parties : l’esprit, l’âme et le corps. A cause du péché et de la chute, l’homme avait été plongé tout entier dans la malédiction, la condamnation et la mort. En nous réconciliant avec Lui, Dieu veut que notre esprit, notre âme et notre corps retrouvent une parfaite harmonie avec Sa volonté. Il veut que Sa volonté parfaite se réalise dans notre esprit, notre âme et notre corps. C’est cela, un salut complet. Et c’est ce que le Seigneur Jésus nous a acquis par Son sacrifice à la croix.

La réconciliation de notre esprit avec Dieu s’effectue quand notre esprit passe par une nouvelle naissance spirituelle, et qu’il est recréé à l’image de Jésus-Christ, dans une sainteté et une justice que produit la Vérité (Eph. 4 : 24). Cette réconciliation de notre esprit avec Dieu est l’œuvre souveraine de Dieu, et elle est totale et complète dès le moment de notre nouvelle naissance spirituelle, quand nous nous repentons de nos péchés et que nous reconnaissons le Seigneur Jésus comme notre unique Sauveur.

La réconciliation de notre âme avec Dieu s’effectue à mesure que notre âme est renouvelée, que nos pensées, nos volontés et nos sentiments charnels sont remplacés par des pensées, des volontés et des sentiments spirituels. Cette sanctification de notre âme n’est pas une création nouvelle, à l’inverse de notre esprit, mais c’est un renouvellement progressif. Notre âme devient alors de plus en plus pure, et de plus en plus capable de discerner la pensée et la volonté du Seigneur, car elle est de moins en moins encombrée de tout ce qui provient de la chair.

« Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. Par la grâce qui m’a été donnée, je dis à chacun de vous de n’avoir pas de lui-même une trop haute opinion, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun » (Romains 12 : 2-3).

Dans ce passage, Paul nous parle du renouvellement de notre âme, c’est-à-dire de nos pensées et de nos sentiments, afin qu’ils soient de plus en plus conformes aux pensées et aux sentiments de Jésus-Christ. En même temps, il nous montre que ce renouvellement de nos pensées et de nos sentiments doit nous permettre de discerner la volonté de Dieu, qui est toujours bonne, agréable et parfaite.

Ce renouvellement de notre âme s’effectue par la foi en la personne et en l’œuvre de Jésus-Christ. Sa mort et Sa résurrection nous ont fait échapper à la puissance de la loi de péché et de mort qui nous dominait depuis la chute. C’est cette loi de péché et de mort qui se trouve toujours présente dans notre corps physique, et que la Bible appelle « la chair » (de péché). C’est par la foi en la victoire de Jésus que nous pouvons nous dépouiller de tout ce qui est charnel au niveau de notre âme, pour nous revêtir des pensées et des sentiments de Jésus-Christ. Les pensées et les sentiments de Jésus-Christ sont aussi les pensées et les sentiments de notre esprit régénéré.

La réconciliation de notre corps s’effectue par la guérison de nos maladies et de nos infirmités, toujours grâce au sacrifice substitutif de Jésus-Christ, qui S’est chargé, sur la croix, de nos maladies et de nos infirmités, et dont les meurtrissures nous ont guéris. Là encore, il s’agit d’un processus graduel de sanctification de notre corps physique. La guérison de notre corps ne doit donc pas être simplement considérée comme la disparition de nos maladies et de nos infirmités, mais comme un processus divin de sanctification de notre corps. Car, pour le Seigneur, la maladie et l’infirmité sont de véritables impuretés, complètement incompatibles avec la nature de Dieu. Le Seigneur veut nous purifier de toute impureté, et de tout ce qui n’est pas conforme à Sa volonté. Tout ce qui n’est pas conforme à la volonté de Dieu est une impureté pour Lui.

La réconciliation complète de notre corps physique s’achèvera au moment du retour de Jésus-Christ, lorsque les morts en Christ ressusciteront et recevront un nouveau corps glorifié, tandis que les vivants en Christ verront leur corps physique changé en un instant, et revêtir l’immortalité et l’incorruptibilité.

Alors, nous serons parfaitement et définitivement réconciliés avec Dieu dans tout notre être, et Dieu remplira tout en tous !

Voilà, bien-aimés, en quoi consiste réellement notre réconciliation avec Dieu ! Le Seigneur ne sera jamais pleinement satisfait, tant qu’il y aura dans notre vie un seul élément qui ne sera pas pleinement réconcilié avec Sa volonté, tant que tout ce qui s’oppose à Sa volonté parfaite ne sera pas éliminé de notre vie. Quand le Seigneur Jésus a enseigné à Ses disciples à prier, Il leur a dit :

« Voici donc comment vous devez prier : Notre Père qui es aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » (Matthieu 6 : 9-10).

Le nom du Seigneur ne sera jamais pleinement glorifié, et Son règne ne sera jamais pleinement venu, tant qu’il subsistera un seul domaine de notre vie qui ne sera pas réconcilié avec Sa volonté ! Si nous voulons pleinement glorifier le Seigneur, et pleinement satisfaire Son cœur, nous devons aussi accepter d’être pleinement réconcilié avec Lui et collaborer pleinement avec Lui dans cette œuvre de réconciliation. Nous ne devons jamais nous satisfaire d’un travail inachevé. Nous devons savoir que Dieu sera toujours pleinement avec nous, tant que nous voudrons collaborer avec Lui à cette œuvre de réconciliation parfaite !

Le cri de notre cœur devrait toujours être le suivant : « Oui, Seigneur, que Ta pleine volonté soit faite dans ma vie, comme elle est faite au Ciel ! » Notre pleine réconciliation avec Dieu revient à chercher à faire Sa pleine volonté dans notre vie. 

Nous pouvons bénir le Seigneur de nous avoir déjà pleinement réconciliés avec Lui, et de travailler à nous réconcilier avec Lui dans tous les domaines de notre vie ! Mais le Seigneur ne S’est pas contenté de nous réconcilier avec Lui. Dans Sa grande bonté, Il nous a aussi confié le merveilleux ministère de la réconciliation.

C’est ce ministère auquel sont appelés tous les Chrétiens ! C’est le ministère que le Seigneur nous a donné, et qu’Il veut que nous exercions ! Tous les différents ministères chrétiens peuvent se résumer, en définitive, à un ministère de réconciliation avec Dieu !

« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu » (2 Cor. 5 : 17-21).

Une fois que nous avons été réconciliés avec Dieu, et que nous avons bien compris en quoi consiste cette réconciliation, Dieu veut à présent nous confier le ministère de la réconciliation. Il veut Se servir de nous pour que nous puissions aider tous les hommes à être réconciliés avec Dieu, dans tous les domaines de leur vie, dans leur esprit, leur âme et leur corps. Le Seigneur fait de nous des ambassadeurs de la réconciliation !

Il est clair que nous ne pourrons pas exercer correctement notre ministère de la réconciliation, si nous n’avons pas bien compris nous-mêmes ce que signifie « être réconcilié avec Dieu » ! Réconcilier les hommes avec Dieu, c’est les aider à devenir de nouvelles créations en Christ. Mais c’est aussi les aider à renouveler leur âme ! C’est aussi les aider à recevoir la guérison de leurs maladies et de leurs infirmités ! C’est les aider à ne plus marcher selon la chair, mais à marcher selon l’esprit !

Quand vous conduisez quelqu’un à Christ, vous exercez votre ministère de la réconciliation ! Quand vous imposez les mains à un malade pour qu’il soit guéri, vous exercez votre ministère de la réconciliation ! Quand vous chassez un démon au nom de Jésus, vous exercez votre ministère de la réconciliation ! Quand vous aimez vos ennemis et que vous leur accordez un plein pardon, vous exercez votre ministère de la réconciliation ! Quand vous répandez la saine doctrine, qui aide ceux qui vous écoutent à renouveler leurs pensées et leur âme, vous exercez votre ministère de la réconciliation ! 

Quel glorieux ministère que celui de la réconciliation ! Ce ministère touche profondément tous les aspects de la vie humaine, et tous les domaines de l’être humain, de son esprit, de son âme et de son corps !

Quelle grande responsabilité le Seigneur nous confie !

S’Il a bien voulu nous confier une aussi grande responsabilité, c’est qu’Il sait qu’Il nous a déjà donné tous les moyens pour pouvoir, en Jésus-Christ, exercer parfaitement notre ministère de la réconciliation ! Il nous a donné un Sauveur parfait, Il a fait de nous de nouvelles créations, Il nous a donné Son Esprit, qui demeure en permanence en nous. Il nous a donné Sa divine Parole. Il ne nous manque absolument rien pour pouvoir exercer parfaitement notre ministère ! Le Seigneur Lui-même nous a rendus capables de l’exercer, et c’est Christ en nous qui en est le garant !

« Ce n’est pas à dire que nous soyons par nous-mêmes capables de concevoir quelque chose comme venant de nous-mêmes. Notre capacité, au contraire, vient de Dieu. Il nous a aussi rendus capables d’être ministres d’une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’esprit ; car la lettre tue, mais l’esprit vivifie. Or, si le ministère de la mort, gravé avec des lettres sur des pierres, a été glorieux, au point que les fils d’Israël ne pouvaient fixer les regards sur le visage de Moïse, à cause de la gloire de son visage, bien que cette gloire fût passagère, combien le ministère de l’esprit ne sera-t-il pas plus glorieux ! Si le ministère de la condamnation a été glorieux, le ministère de la justice est de beaucoup supérieur en gloire. Et, sous ce rapport, ce qui a été glorieux ne l’a point été, à cause de cette gloire qui lui est supérieure. En effet, si ce qui était passager a été glorieux, ce qui est permanent est bien plus glorieux. Ayant donc cette espérance, nous usons d’une grande liberté » (2 Cor. 3 : 5-12).

Notre ministère de la réconciliation est un ministère de l’esprit ! C’est un ministère de la justice ! C’est un ministère glorieux, infiniment plus glorieux que le ministère de la condamnation, qui était celui de l’ancienne alliance ! C’est un ministère permanent, que nous pouvons exercer dans une grande liberté, celle de l’Esprit ! 

Il est clair que de nombreux Chrétiens n’ont pas compris quelle est la gloire du ministère que Dieu leur a confié, et que Dieu les appelle à exercer par la foi ! Un ministère qui fait de nous des ambassadeurs et des ministres de Dieu Lui-même !

Beaucoup d’êtres humains seraient heureux de pouvoir accéder à des fonctions d’ambassadeurs ou de ministres sur cette terre ! Mais nous tous, Chrétiens de la Nouvelle Alliance, nous sommes appelés à être des ambassadeurs de Christ, et des ministres de Dieu ! Quel honneur suprême ! Combien cette position est infiniment plus élevée que toutes les positions terrestres les plus glorieuses !

Et c’est Dieu Lui-même qui nous a rendus capables d’exercer un tel ministère. De nous-mêmes, nous ne sommes capables que du pire ! Mais notre capacité vient de Dieu ! C’est Lui qui nous a rendus capables d’être ministres de Sa Nouvelle Alliance ! Il faut le répéter pour bien vous en convaincre : Dieu nous a déjà rendus capables d’être Ses ministres et Ses ambassadeurs ! Il ne nous est pas permis de ne pas le croire ! Si nous ne le croyons pas, nous resterons dans un état de lamentable défaite ! Mais si nous le croyons, nous permettrons au Saint-Esprit de nous faire pleinement rentrer dans notre divin ministère !

De même que Christ a été envoyé par Dieu le Père, comme Son Ambassadeur et Son Ministre suprême, de même, Christ nous a envoyés pour être Ses ambassadeurs et Ses ministres ! Combien nous devons être reconnaissants au Seigneur pour Sa grâce ! Ne L’attristons plus par notre ignorance et notre incrédulité ! Prions pour que nos yeux spirituels s’ouvrent, et pour que s’ouvrent aussi les yeux spirituels de nos frères et sœurs en Christ !

« C’est pour cela que nous aussi, depuis le jour où nous en avons été informés, nous ne cessons de prier Dieu pour vous, et de demander que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle, pour marcher d’une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres et croissant par la connaissance de Dieu, fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients. Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés » (Colossiens 1 : 9-14).

Quand nos yeux s’ouvrent, quand notre intelligence est renouvelée, et quand nous sommes remplis de la connaissance de la volonté de Dieu, en toute sagesse et intelligence spirituelle, nous pouvons marcher d’une manière digne du Seigneur, et aider les autres à marcher de même ! Nous serons pleinement agréables au Seigneur, parce que nous serons alors de bons ministres de la réconciliation et de la grâce de Dieu ! Nous porterons toutes sortes de bons fruits spirituels ! Nous croîtrons à tous égards par Sa puissance glorieuse, en sorte que nous serons toujours et avec joie persévérants et patients, dans l’exercice de notre ministère !

Dès à présent, nous pouvons donc rendre grâces au Père, qui nous a rendus capables d’avoir part à cet héritage céleste, à cet héritage des saints dans la lumière !

Nous te rendons grâces, Dieu notre Père, de nous avoir réconciliés avec Toi, et de nous avoir donné le ministère de la réconciliation ! Nous Te rendons grâces de nous avoir rendus capables d’avoir part à cet héritage glorieux des saints dans Ta lumière ! Que Ta volonté soit faite dans notre vie, dans l’Eglise et dans le monde ! Que Ton Nom soit glorifié aux siècles des siècles ! Amen !

35 Responses to B49-Etes-vous entré dans votre ministère ?

  1. laurent dit :

    Bonjour, pourriez-vous m’éclairer sur un point un peu complexe: devenir « pasteur, » « enseignant, » « apôtre, » « évangéliste » ou « docteur »! Est-il obligatoire ou nécessaire de passer par des formations par une église locale, et pourquoi est-ce payant? Nous savons aussi qu’il y a des lois qui ne nous permettent pas de faire n’importe quoi non plus, c’est vrai; mais je me pose cette question, les différents pasteurs m’expliquent que ces formations ont un coût. Si offrande il y a, ne sert-elle pas aussi à cela, « l’avancement du règne, » cela ne fait-il pas partit de cette formation, afin que les ministères puissent se révéler? Merci, si vous avez le temps de me répondre. Que Dieu vous guide et vous éclaire dans toute vos voies.

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Laurent, Les différents ministères de conducteurs spirituels correspondent à des appels personnels précis donnés par le Seigneur Lui-même. Ces ministères ne résultent jamais d’une formation dans des instituts bibliques ou même dans des églises. Il faut d’abord qu’il y ait un appel personnel du Seigneur. Et celui qui a reçu cet appel le sait. Idéalement, quelqu’un qui a été appelé par Dieu à un ministère doit commencer à l’exercer progressivement au sein d’une église locale, dans un esprit d’amour et de service, avant d’être reconnu par ses frères. Mais il y a tant d’églises locales qui vont mal aujourd’hui! De toute manière, celui qui a reçu un appel du Seigneur doit commencer par l’exercer là où il vit, là où il se réunit avec d’autres Chrétiens, et ceux qui ont les yeux spirituels ouverts reconnaîtront cet appel. Les Pharisiens et les jaloux ne manqueront pas de combattre ou de rejeter celui qui a reçu cet appel, mais le Seigneur aura toujours le dernier mot dans la vie de ceux qui L’aiment et qui veulent Le servir d’un coeur honnête! Rien n’empêchera un appel divin de s’accomplir dans la vie de ceux qui sont appelés, même s’ils sont seuls et combattus par tous, au moins pendant un temps! Mais, pour cela, nous devons rester inébranlables dans la foi, et ne nous laisser troubler par rien de ce qui peut venir des hommes! Si Dieu est avec nous, qui peut être contre nous?

      J'aime

  2. Sile dit :

    Merci chers frères pour vos différents échanges suite à cet enseignement.

    En effet cela m’ éclairé davantage sur comment prier pour ma famille et tous les gens que je connais, qui ont été blessés spirituellement et qui ont laissé la chair prendre le dessus au point d’avoir perdu presque toute la foi, et pour d’autre leur honneur, voir plus.Merci, car vous m’avez fortifié à persévérez dans la prière pour eux, que Dieu vous bénisse.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :