B76-La véritable Église de Jésus-Christ.

Article de Henri Viaud-Murat.

Reproduction autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que la source soit indiquée.

Nous le savons, ceux qui se disent Chrétiens n’appartiennent pas tous à la véritable Église de Jésus-Christ, qui est Son Épouse. Quelles sont les caractéristiques de cette véritable Église, comment est-elle organisée, et comment fonctionne-t-elle? En cette fin des temps, nous ne tiendrons bon que si nous faisons partie de cette véritable Église.

Si l’on consulte les statistiques, ce sont les Chrétiens qui forment le groupe le plus nombreux, parmi toutes les « religions » du monde. On dénombre actuellement plus de 2,3 milliards de Chrétiens dans le monde, les plus nombreux étant les Catholiques, suivis par les Protestants et les Orthodoxes.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que tous ces « Chrétiens » n’ont guère brillé, dans le passé, par leur témoignage chrétien et leur amour fraternel! Tant de « Chrétiens » se sont entre-déchirés lors de féroces guerres de religions, prouvant qu’ils n’étaient pas animés de l’Esprit du Seigneur Jésus, qui nous a pourtant ordonné d’aimer nos ennemis!

Ce fut dans la grande ville d’Antioche, siège du ministère de l’apôtre Paul, que, pour la première fois, les disciples de Jésus-Christ furent appelés « Chrétiens » (Actes 11: 26). « Christ, » en Grec, signifie « Oint, » tout comme « Messie » en Hébreu.

Les premiers Chrétiens n’étaient pas membres d’une religion nouvelle, et ils ne se considéraient pas comme tels. Ils se considéraient comme « disciples » du Seigneur Jésus. Celui-ci, avant de monter au Ciel, avait laissé Ses dernières instructions à Ses disciples, en leur disant:

« Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28: 18-20).

« Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il; car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit. Alors les apôtres réunis lui demandèrent: Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël? Il leur répondit: Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Actes 1: 4-8).

Ainsi, les Chrétiens sont tout d’abord des disciples du Seigneur Jésus. Un disciple de Jésus est quelqu’un qui croit en Lui et qui suit Ses enseignements, pour obéir à tout ce qu’Il lui a ordonné. C’est aussi quelqu’un qui a pour mission d’être un témoin vivant de Jésus-Christ. Pour cela, il a lui-même reçu sur lui, et en lui, l’onction du Saint-Esprit.

Les ordres donnés par le Seigneur étaient très précis:

  • Faites de toutes les nations des DISCIPLES.
  • Baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
  • Enseignez-leur à obéir à tout ce que je vous ai prescrit.
  • Soyez baptisés du Saint-Esprit, afin de recevoir Ma puissance.
  • Ne vous éloignez pas de Jérusalem, tant que vous ne serez pas baptisés de l’Esprit.
  • Soyez Mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre.

Contrairement à ce qui se passe dans les religions classiques de ce monde, les disciples du Seigneur Jésus ne devaient pas se contenter d’adhérer de manière intellectuelle à un ensemble de doctrines qui leur ont été léguées par leur Maître. Le fait de « croire en Jésus » implique le fait de reconnaître Sa nature et Son oeuvre, notamment Son oeuvre à la croix. Cela implique aussi d’être intimement lié à Lui par Son Esprit, afin de recevoir Sa Vie et Sa Puissance, pour pouvoir être des témoins dignes de leur Maître.

Dans l’Evangile de Marc, le Seigneur Jésus précise un peu plus en quoi doit consister le ministère de Ses témoins, une fois qu’ils seraient revêtus de Son Esprit et de Sa puissance.

« Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris. Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel, et il s’assit à la droite de Dieu. Et ils s’en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l’accompagnaient » (Marc 16: 15-20).

« Annoncer la Bonne Nouvelle » du salut en Jésus-Christ devait nécessairement être accompagné des signes et des miracles qui caractérisent les témoins de Jésus. Le Seigneur leur donne une liste de miracles et de signes qui doivent accompagner le ministère de Ses disciples. Mais cette liste est loin d’être limitative! En effet, dans l’Évangile de Jean, le Seigneur avait dit à Ses disciples, parmi Ses dernières paroles:

« En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père; et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. Si vous m’aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous » (Jean 14: 12-17).

Normalement, tout disciple du Seigneur doit faire partie de « ceux qui croient »! Notre foi doit toujours se traduire par les oeuvres correspondantes! Et ce ne sont pas des oeuvres d’hommes! Il s’agit des oeuvres du Seigneur Jésus Lui-même! Chasser les démons, guérir les malades en leur imposant les mains, ressusciter les morts, parler des langues nouvelles, saisir des serpents et boire des breuvages mortels en toute immunité! Tout cela, bien entendu, au Nom de Jésus, c’est-à-dire en tant que représentants de Jésus, agissant comme l’aurait fait notre Maître.

Nous comprenons pourquoi le Christianisme a pu se répandre aussi rapidement dans tout le monde connu de l’époque! Tant que les Chrétiens ont été véritablement des disciples obéissants, revêtus de la puissance divine, ils ne pouvaient avoir de rivaux parmi les disciples des autres religions! Même si certains sorciers et magiciens, comme Simon, pouvaient accomplir quelques prodiges mensongers, il leur était absolument impossible de résister à la puissance du Seigneur, manifestée dans la vie de Ses disciples remplis de foi et d’Esprit, comme Étienne ou Philippe! Le Christianisme conquérant était irrésistible, parce qu’Il transmettait la Vie même de Dieu, la vie éternelle!

Aucune religion du monde ne présente un Dieu incarné sous forme humaine, acceptant d’expier, par une mort horrible et ignominieuse, le péché de l’humanité tout entière! « Croire en Jésus » ne revient donc pas à suivre de bons principes de morale chrétienne. Cela revient à se reconnaître d’abord pécheur devant Dieu, et de reconnaître que Jésus, le Fils de Dieu, incarné dans un corps semblable au nôtre, mais sans péché, S’est chargé sur la croix de nos péchés et de nos iniquités, et a subi la condamnation qui nous revenait, selon la Justice de Dieu.

Le sacrifice substitutif de Jésus-Christ sur la croix est quelque chose qui est absolument unique dans toute l’histoire de l’humanité! Ceux qui « croient en Jésus-Christ » n’adhèrent donc pas à une religion, mais ils adhèrent à la Vie même du Dieu Tout-Puissant, lorsqu’ils se repentent de leurs péchés, et acceptent Jésus comme leur Sauveur et Seigneur. Ils reçoivent alors le pardon de tous leurs péchés. Ils sont réconciliés avec Dieu. Mais ils reçoivent aussi une nature spirituelle nouvelle. Ils passent par une « nouvelle naissance » spirituelle, qui fait d’eux des fils et des filles de Dieu, et qui les fait entrer dans le « Corps » de Christ, organisme vivant qui regroupe tous ceux qui sont passés par une nouvelle naissance en Christ. Jésus est la Tête unique de ce Corps. Chacun des membres de ce Corps participe directement à la nature divine!

Lorsque nous avons compris la nature réelle du Chrétien, en tant que nouvelle création en Jésus-Christ, nous comprenons aussi que l’existence même de « religions chrétiennes » multiples et variées est une aberration complète! Ces « religions chrétiennes » ne sont que des créations humaines, qui donnent une image complètement déformée de ce qu’est en réalité la véritable Église, qui est le Corps de Christ.

L’Église de Christ n’est pas divisée, de même qu’un corps ne peut être divisé entre ses parties. Chaque Chrétien véritable est une cellule vivante de Christ. Tous les Chrétiens sont enfants d’un même Père, le Dieu Tout-Puissant. Ils reconnaissent tous le même Seigneur, Jésus-Christ. Ils sont tous unis par le même Esprit, qui est le Saint-Esprit de Dieu. Ils appartiennent tous à un même peuple, qui est le peuple spirituel de Dieu. Ils possèdent tous les mêmes Ecritures Saintes, la Bible. Aucune religion du monde ne peut unir ses membres d’une manière aussi étroite que ne le sont les Chrétiens!

Voici ce qu’écrit l’apôtre Paul à ce sujet:

« Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité, vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix. Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation; il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous » (Éphésiens 4: 1-6).

Il est donc inadmissible que cette belle unité organique soit représentée, aux yeux du monde, par une foule d’églises chrétiennes divisées, souvent ennemies, qui s’opposent, parfois sur des détails insignifiants ou, parfois encore, sur des doctrines fondamentalement différentes. Comment a-t-on pu en arriver là?

Bien-aimés, on en est arrivé là quand, peu à peu, des disciples remplis de foi et d’Esprit sont devenus les membres d’une religion ordinaire! Ils ont fini par perdre la foi vivante, les signes et les miracles ont cessé, et les traditions des hommes ont pris la relève!

Pourquoi le feu initial s’est-il éteint dans la vie de tant de disciples? Parce que leur coeur s’est éloigné du Seigneur! Avant les signes, les prodiges et les miracles, ce qui caractérise un vrai disciple de Jésus, tout comme leur Maître, c’est la haine de l’iniquité et l’amour ardent de la Justice! Voici ce qui est écrit du Fils de Dieu:

« Mais il a dit au Fils: Ton trône, ô Dieu, est éternel; le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité; Tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité; C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint d’une huile de joie au-dessus de tes égaux » (Hébreux 1: 8-9).

Dieu est Saint, Dieu est Juste. Son trône est un trône de justice et d’équité. Le Seigneur Jésus a toujours aimé la justice, et haï l’iniquité. C’est pour cela que Dieu Son Père l’a oint d’une huile de joie et de sainteté, au-dessus de Ses égaux.

Par la grâce de Dieu, le Seigneur a voulu faire de tous Ses disciples Ses égaux! Il nous a recréés à Son image! Il nous a rendus participants de Sa nature divine! Il nous a fait asseoir avec Lui sur Son trône, dans les lieux célestes!

La véritable onction de l’Esprit Saint, dans la vie des disciples de Jésus, est d’abord une onction de justice et de sainteté. La vraie puissance de l’Esprit est d’abord celle de la Sainteté absolue de Dieu! C’est cette Sainteté qui fait fuir les ténèbres de l’iniquité et du mensonge, et qui détruit les oeuvres mauvaises du Menteur et du père du Mensonge! Si l’amour de la justice et la haine de l’iniquité baissent dans la vie d’un disciple de Jésus, il est donc normal que l’onction et la présence de Dieu baissent aussi dans la vie de ce disciple, et que les oeuvres de la puissance divine ne se manifestent plus dans son ministère!

En revanche, dès que nous nous repentons de ce sommeil spirituel, pour retourner au Seigneur et à Sa Parole, dès que nous revenons de tout notre coeur à l’amour de la Justice et à la haine de l’iniquité, nous pouvons voir également la présence et la puissance de Dieu se manifester à nouveau dans notre vie et dans l’Église.

Le Seigneur Jésus a dit aussi:

« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (Matthieu 6: 33).

« Toutes ces choses, » ce sont non seulement la nourriture, la boisson et le vêtement, mais aussi celles qui sont comprises dans l’héritage céleste que nous avons reçu en Christ.

« Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit » (Romains 14: 17).

Historiquement, on peut constater que l’une des raisons les plus importantes de tous les réveils successifs dans l’Église a été le désir de restaurer la pureté du message évangélique et de la foi chrétienne. Tous les « réformateurs, » au sens le plus large de ce terme, ont toujours été ceux qui ont appelé le peuple de Dieu à se repentir, et à revenir aux anciens sentiers. Tous ceux qui ont écouté leur voix ont toujours assisté à un réveil de la présence et de la puissance de Dieu au milieu d’eux. Tandis que ceux qui ont persévéré dans les anciennes ornières se sont de plus en plus endurcis dans la religiosité et les traditions des hommes, tout en persécutant ceux qui avaient osé mettre en cause l’ordre établi.

Malheureusement, ceux qui avaient déclenché un réveil se sont à leur tour enfoncés dans leurs traditions, jusqu’à ce que le Seigneur réveille à nouveau certains esprits assoiffés de Justice et de Vérité, et le cycle a recommencé!

C’est pour cette raison que nous nous retrouvons aujourd’hui avec une aussi grande multitude d’églises chrétiennes. Les églises historiques « endormies » ont continué à subsister, à côté de nouvelles églises, qui ont été « réveillées » pendant un temps, puis qui se sont à leur tour endormies, devenant elles aussi les persécutrices des nouveaux réformateurs qui se levaient en leur sein!

Bien-aimés, pour ne pas nous endormir à notre tour, nous devons vivre dans un réveil personnel permanent! Le sommeil spirituel nous guette en permanence! Nous devons toujours garder dans toute sa fraîcheur l’onction du Saint-Esprit dans notre vie! Nous devons toujours garder ouverts et propres tous les canaux de communication qui nous relient à notre Sauveur et Maître, afin de recevoir et de manifester en permanence Sa Vie abondante!

Si « Christ » signifie oint, « Chrétien » devrait aussi signifier « celui qui a reçu l’onction de Christ »! Si l’onction est absente de la vie de celui qui se dit Chrétien, peut-on encore l’appeler « Chrétien »? Nous devons justifier notre appellation de « Chrétien » par l’onction de Christ qui repose sur notre vie! Car c’est cela, avant tout, qui doit caractériser la véritable Église de Jésus-Christ. Tout le reste n’est que religion et tradition des hommes!

Comment fonctionnait l’Église primitive?

L’organisation de l’Église primitive était très simple et informelle. Il faut dire aussi qu’elle était dirigée par des apôtres remplis de l’Esprit, qui connaissaient la volonté du Seigneur, et qui veillaient à garder l’Église sur le chemin de la Vérité! C’est un point très important! Lorsque, dans une assemblée de l’Église, les responsables sont vraiment des ouvriers selon le coeur de Dieu, remplis de foi et du Saint-Esprit, les problèmes sont également réglés selon la volonté du Seigneur! On peut affirmer que le problème essentiel des églises apostates est d’abord un problème de mauvaise direction spirituelle.

Les premiers Chrétiens savaient, avant tout, qu’ils appartenaient à un seul peuple. Ils pouvaient parfois être en désaccord sur certaines doctrines, mais ils ne mettaient pas en doute le fait qu’ils étaient tous membres du Corps de Christ. Les différences doctrinales ne se traduisaient pas par la volonté de s’enfermer dans des « dénominations » différentes.

Les regroupements ou rassemblements des Chrétiens, dans le cadre de leur vie d’Église quotidienne, se faisaient exclusivement sur la base de la localité ou du voisinage. Ils n’auraient pas imaginé faire quelques kilomètres pour aller se joindre, dans une localité voisine, à une assemblée jugée plus proche de leurs idées! De même qu’on ne choisit pas les membres de sa famille, les premiers Chrétiens ne choisissaient pas leur assemblée. Ils se joignaient naturellement à l’assemblée de leur localité ou de leur quartier, si la localité était grande.

Lorsque Paul écrit aux Chrétiens de Corinthe, ou de telle autre localité, il s’adresse à « l’Église » de Corinthe, et non « aux églises de Corinthe. » En revanche, il adresse une épître « aux églises de Galatie, » car la Galatie était une province et non une localité.

Les Chrétiens se réunissaient dans des maisons, et aucun bâtiment n’était désigné comme « l’église. » Si la localité était petite, une seule maison pouvait suffire pour recevoir l’assemblée des Chrétiens. Si la localité était vaste, comme Antioche ou Rome, les Chrétiens se répartissaient en une multitude d’assemblées de maisons, tout en gardant à l’esprit qu’ils continuaient à ne former, au niveau de la localité, qu’une seule Église, celle du Seigneur.

L’Église de chaque localité était dirigée par un groupe d’anciens, qui exerçaient collectivement la direction spirituelle de l’assemblée. Leurs ministères étaient complémentaires: prophètes, évangélistes, pasteurs ou docteurs. Certains étaient parfois envoyés pour secourir, enseigner ou exhorter les églises d’autres localités, et devenaient ainsi les «messagers, » ou les « apôtres » de leurs églises auprès de leurs frères.

Les anciens s’engageaient toujours dans leur ministère à la suite d’un appel personnel que leur avait adressé le Seigneur. Leurs appels respectifs étaient ensuite reconnus par les autres anciens, ainsi que par les assemblées de la localité, et ils finissaient par être officiellement reconnus et nommés dans leurs fonctions d’anciens. Tous les Chrétiens de la localité savaient ainsi qui étaient ceux qui étaient appelés à les diriger sur le plan spirituel, et pouvaient avoir recours à eux en fonction de leurs besoins.

Ces anciens étaient assistés par un groupe de diacres et de diaconesses, qui avaient en charge les problèmes matériels et concrets: distribution d’aide, de nourriture et d’argent aux pauvres et aux veuves de l’Église, service des tables…

Toutes les églises locales étaient parfaitement autonomes pour ce qui concerne la gestion de leurs affaires spirituelles et matérielles. Parfois, les anciens de plusieurs localités pouvaient se réunir, afin de régler des problèmes communs à l’ensemble des églises, comme on peut le voir dans Actes 15. Les décisions devaient être prises à l’unanimité, sous la direction du Saint-Esprit. En effet, si les églises locales restaient maîtresses de la gestion de leurs affaires courantes, elles savaient toutes qu’elles appartenaient avant tout à l’Église universelle de Jésus-Christ, une et indivisible, et que le Seigneur Jésus restait la Tête de cette Église, et Celui qui la bâtissait par Son Esprit et Sa Parole. Tant que les anciens restaient remplis du Saint-Esprit, ils avaient tous la pensée du Seigneur, et ils ne pouvaient qu’être unanimes! Etant en communion avec Dieu, ils pouvaient aussi recevoir Sa sagesse, pour diriger Son peuple et pour exercer la discipline spirituelle nécessaire.

La vie quotidienne de ces premiers Chrétiens était faite de simplicité, de ferveur et d’amour fraternel.

« Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières » (Actes 2: 42).

« La multitude de ceux qui avaient cru n’était qu’un coeur et qu’une âme. Nul ne disait que ses biens lui appartinssent en propre, mais tout était commun entre eux. Les apôtres rendaient avec beaucoup de force témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus. Et une grande grâce reposait sur eux tous. Car il n’y avait parmi eux aucun indigent: tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, apportaient le prix de ce qu’ils avaient vendu, et le déposaient aux pieds des apôtres; et l’on faisait des distributions à chacun selon qu’il en avait besoin » (Actes 4: 32-35).

« L’Église était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie, s’édifiant et marchant dans la crainte du Seigneur, et elle s’accroissait par l’assistance du Saint-Esprit » (Actes 9: 31).

Le conflit le plus grave auquel dut faire face l’Église primitive fut sans doute celui qui opposa les partisans de la loi à ceux de la grâce. La toute première Église, à Jérusalem, fut exclusivement composée de Juifs convertis. Par la suite, lorsque le Seigneur leur révéla qu’Il ouvrait aussi la porte du salut aux païens, une partie des Juifs convertis voulut imposer la Loi de Moïse à ces nouveaux disciples, tandis qu’une autre partie, l’apôtre Paul en tête, avait compris que Juifs et païens convertis à Jésus-Christ étaient tous au bénéfice d’une nouvelle alliance, et étaient passés dans une nouvelle ère, celle de la Grâce.

L’Église primitive faillit se diviser sur ce point capital de doctrine, mais le Saint-Esprit parvint à mettre tout le monde d’accord. Toutefois, l’apôtre Paul dut souffrir, tout au long de son ministère, de l’opposition des partisans de la Loi, qui n’ont jamais complètement rendu les armes. Ces tensions ne furent toutefois pas suffisantes pour créer un schisme et constituer deux Églises distinctes.

Ce n’est que dans la suite des siècles que les schismes se sont multipliés, pour aboutir à la situation morcelée que l’on peut constater aujourd’hui. Il est clair que ces schismes n’étaient pas dans la volonté du Seigneur. Ce sont les hommes qui ont créé ces divisions.

Nous assistons en ce moment à un double mouvement de réunification. L’un est conduit par les hommes, et l’autre par le Saint-Esprit. Le mouvement de réunification conduit par les hommes s’appelle aussi l’oecuménisme. Il s’agit d’un effort humain de rapprochement entre les dénominations crées par les hommes, mais sans que ce rapprochement se fasse sur la base de la Vérité biblique. Les églises concernées acceptent de se parler, de discuter, de conclure des accords et de faire des actions communes, mais sans chercher à remettre fondamentalement en cause leurs doctrines particulières, pour les accorder avec l’enseignement du Seigneur et de Sa Parole. Cet oecuménisme ne peut que conduire à la constitution de la grande Église Apostate et Prostituée, qui sera celle de l’Antichrist.

L’autre effort de réunification, conduit par le Saint-Esprit, rapproche les Chrétiens de la véritable Église de Jésus-Christ, dans un désir de se remettre profondément en question, et de revenir à l’enseignement fondamental du Seigneur et de Sa Parole. Ces Chrétiens ont compris que les divisions séculaires au sein du Christianisme ne pouvaient qu’être l’oeuvre de Satan et de la chair, et que la véritable Église, dans le fond, n’est pas, et n’a jamais été divisée. Ils sont donc décidés à revenir à la croix, et à laisser l’Esprit de Dieu diriger effectivement et pleinement Son Église, qui est aussi l’Épouse de Christ, afin de la préparer au retour de Son Seigneur.

Ces deux mouvements ont toujours existé depuis le temps de l’Église primitive. Mais ils s’accélèrent à mesure que l’on approche du retour du Seigneur. La Parole de Dieu nous a prévenus que la fin des temps serait caractérisée par une apostasie généralisée, et par des « temps difficiles » (2 Timothée 3: 1). Il est un fait que, par rapport aux plus de deux milliards de Chrétiens de nom, la proportion des Chrétiens nés de nouveau et remplis de foi et du Saint-Esprit, semble infime! Il n’en était pas de même au commencement de l’Église!

Ceux qui sont de la Vérité, et dont le coeur est tout entier au Seigneur, ne peuvent que souffrir devant le lamentable spectacle qu’offre le Christianisme visible. Mais ils se réjouissent aussi de voir l’Épouse de Jésus-Christ se sanctifier, se séparer, et se mettre à part pour son Seigneur!

Cette Épouse qui se prépare est en train de retrouver ce qui faisait la force de l’Église Primitive: l’onction bénie du Saint-Esprit, l’amour ardent de la Justice, et la haine de l’iniquité, et un amour fraternel pur et sincère! Elle retrouve les voies de l’obéissance, et revient avec joie aux premiers commandements du Seigneur, ceux que nous avons énoncés au début de cet article. Elle est décidée de se débarrasser de tout joug humain et charnel, pour se remettre sous la bannière exclusive de Jésus-Christ. Elle est résolue à rejeter tout compromis avec la Vérité, même si, pour cela elle doit être traitée de légaliste et d’extrémiste! Elle veut produire le fruit du Saint-Esprit, et manifester aussi la puissance et les oeuvres du Seigneur Jésus.

Tous ceux qui font partie de la véritable Église de Jésus-Christ le savent. Ils ont faim et soif de l’Amour de Dieu, de Sa Justice et de Sa Sainteté. Ils veulent plaire à leur Dieu. Ils se sont remis entièrement entre les mains du Seigneur, et sont convaincus qu’Il les conduira dans toute Sa volonté!

Voici quelques conseils pratiques qui pourront aider tous ceux qui font partie de la véritable Église de Jésus-Christ.

Les temps que nous vivons seront de plus en plus difficiles, pour ce qui concerne nos relations avec le monde, ainsi qu’avec la fausse Église. Nous ferons l’objet de persécutions parfois violentes, et nous devrons traverser bien des tribulations.

Toutefois, nous ne devons jamais oublier que notre Seigneur Jésus a vaincu le monde, et qu’Il est avec nous tous chaque jour, jusqu’à la fin! Il est là pour nous garder, nous édifier, nous fortifier, nous sanctifier, nous perfectionner dans la foi, et nous rendre inébranlables.

« Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ! Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera » (1 Thessaloniciens 5: 23-24).

C’est Lui qui le fera, si nous restons attachés à Lui dans la foi!

Si le monde qui nous entoure devient de plus en plus difficile, en revanche, le Seigneur conduira tous les membres de Sa Véritable Église dans une communion fraternelle et des relations d’amour qu’ils n’auront jamais expérimentés auparavant! A mesure que la communion de chaque membre du Corps de Christ avec leur Seigneur grandira et s’approfondira, cette même communion se fera de plus en plus étroite entre les membres de ce Corps. Nous nous reconnaîtrons dès le premier coup d’oeil! Nous n’aurons pas besoin de communiquer beaucoup pour entrer dans cette communion, car le Saint-Esprit nous éclairera. Nous connaîtrons l’exaucement de cette prière du Seigneur Jésus:

« Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père, je veux que là où je suis ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire, la gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’a point connu; mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont connu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que je sois en eux » (Jean 17: 20-26).

Tous les Chrétiens de la véritable Église connaîtront entre eux la même unité parfaite et profonde qui existe entre le Père et le Fils! Ils sauront que le Père les aime comme Il aime Son Fils Jésus! L’amour du Père, dont Il a aimé Jésus, sera en eux! Et c’est par là que le monde croira que Jésus a été envoyé par le Père, et connaîtra qu’Il a bien été envoyé par le Père!

Notre part, c’est de ne pas nous laisser abattre par ce que nous pouvons voir de la fausse Église. Elle ne représente pas le Seigneur sur cette terre. Mais notre part, c’est de croire, de tout notre coeur, que le Saint-Esprit nous conduira dans cette merveilleuse unité de l’Esprit et de la foi, sur laquelle reposera la gloire de Dieu! Ce sera le moyen le plus puissant pour évangéliser tous ceux qui sont de la Vérité!

Toutefois, cette merveilleuse communion fraternelle sera rare, car les membres du Corps de Christ, de la véritable Épouse de Jésus-Christ, sont proportionnellement peu nombreux, et éparpillés sur toute la face de la terre. Là où il se trouve, là où il vit, un membre du Corps de Christ aura souvent le sentiment qu’il est bien seul et bien isolé. Mais il ne doit pas oublier que la vraie communion spirituelle, dans l’Esprit du Seigneur, ne dépend pas des distances physiques qui peuvent nous séparer! D’une part, avec le Seigneur, nous ne sommes jamais seuls et, d’autre part, le Seigneur mettra toujours sur notre chemin au moins un autre membre de Son Corps, au moment où nous en aurons le plus besoin! N’oublions jamais que le Seigneur S’est réservé, plus que jamais en cette fin des temps, un certain nombre d’hommes et de femmes qui n’ont jamais fléchi le genou devant Baal!

« Ne savez-vous pas ce que l’Écriture rapporte d’Élie, comment il adresse à Dieu cette plainte contre Israël: Seigneur, ils ont tué tes prophètes, ils ont renversé tes autels; je suis resté moi seul, et ils cherchent à m’ôter la vie? Mais quelle réponse Dieu lui fait-il? Je me suis réservé sept mille hommes, qui n’ont point fléchi le genou devant Baal. De même aussi dans le temps présent il y a un reste, selon l’élection de la grâce » (Romains 11: 2-5).

Nous devons donc accepter sans murmurer les moments de grande solitude, sachant que nous ne sommes pas seuls. Ces moments nous permettront aussi de mieux comprendre la profonde solitude qui a été celle de notre Seigneur Jésus quand Il était sur cette terre! Qui était en mesure de vraiment Le comprendre? Qui était à Ses côtés dans les moments, ou, en tant que Fils de l’Homme, Il en a eu besoin? Mais Jésus jouissait d’une parfaite communion avec Son Père. Il a dit:

« Voici, l’heure vient, et elle est déjà venue, où vous serez dispersés chacun de son côté, et où vous me laisserez seul; mais je ne suis pas seul, car le Père est avec moi » (Jean 16: 32).

Nous devons avoir les mêmes dispositions de coeur que celles du Seigneur Jésus. Nous devons d’avance accepter toutes les tribulations auxquelles nous sommes destinés, sachant que le Seigneur est avec nous, et que ces tribulations auront une fin. Une grande gloire nous attend, et c’est cette assurance de notre glorieux avenir dans le Seigneur qui doit nous soutenir à chaque instant.

Nous devons aussi être déterminés à toujours donner un bon témoignage. Il pourra nous arriver de chuter. Mais, si cela nous arrive, ne perdons pas de temps à nous lamenter. Reconnaissons sincèrement nos manquements et nos erreurs devant le Seigneur, et relevons-nous au plus vite pour reprendre le chemin avec Jésus!

Recherchons la sanctification, sans laquelle nul ne verra le Seigneur. Évitons même l’apparence du mal, s’il est possible, afin de ne pas être une pierre d’achoppement pour ceux qui sont encore faibles dans la foi.

N’hésitons jamais à proclamer haut et fort la Vérité, et à dénoncer les oeuvres des ténèbres. Cela signifie que nous devons accepter de reprendre dans l’amour un frère ou une soeur, quelle que soit sa position, qui vit dans le péché, et qui ne semble pas vouloir changer. Tout comme nous devons toujours accepter d’être repris, si le Seigneur nous montre que cette répréhension est juste.

Restons soumis à toute autorité établie, dans le monde et dans l’Église. Mais refusons clairement d’obéir à tout ce qui n’est pas conforme à la Parole de Dieu, ou à tout ce qui va à l’encontre de nos convictions profondes. Le Seigneur nous a libérés de tout joug, veillons à conserver précieusement cette liberté, pour le mettre au service du Seigneur et de nos frères! A cause de cela, nous serons bien souvent traités de rebelles, mais cela n’a aucune importance! Bien au contraire, nous devons apprendre à considérer comme une grâce le fait d’être injustement traités!

Nous ne sommes liés en permanence à aucune assemblée et à aucune dénomination. Si nous appartenons à une assemblée, servons-la loyalement et fidèlement, dans l’amour et dans la vérité. Mais n’acceptons jamais de nous laisser entrainer dans des compromis, dans des erreurs, dans des fausses doctrines ou dans des mensonges. Prions pour les responsables, afin qu’ils soient des ouvriers selon le coeur de Dieu. Mais fuyons les mauvais ouvriers!

S’il est clair que les anciens de votre assemblée s’engagent sur des mauvaises voies, et que ni vos exhortations ni vos prières ne sont suivies d’effets, vous devez rester à l’écoute du Seigneur, qui, à un moment donné, peut vous demander de partir, afin de ne pas participer aux jugements qu’Il va envoyer.

Nous rencontrons d’ailleurs, dans nos déplacements, de nombreux groupes de maisons composés de Chrétiens qui ont quitté certaines églises établies dans lesquelles ils étouffaient spirituellement, ou qui étaient tombées dans l’apostasie.

Nous avons eu l’occasion de le dire, notre but n’est pas de promouvoir un mouvement d’églises de maisons. Notre but est d’édifier les saints, afin que des Chrétiens plus ou moins charnels deviennent de plus en plus spirituels. Ensuite, ces Chrétiens seront toujours plus sensibles à la direction de l’Esprit, dans tous les aspects de leur vie. La véritable Église doit crucifier la chair, marcher par l’esprit, et être conduite par l’Esprit.

Cette sensibilité à la voix de l’Esprit a toujours été la caractéristique essentielle des membres du Corps de Christ. Mais cette sensibilité grandira à mesure que la fin approche. Le Seigneur Jésus veut diriger personnellement et directement chaque membre de Son Corps! Et il n’y a que Lui qui puisse le faire! Il n’a besoin d’aucun intermédiaire, même si, dans Sa grâce, Il associe des hommes et des ouvriers à Son ministère. C’est Jésus qui a dit : « Je bâtirai mon Église, et … les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle » (Matthieu 16: 18).

Par Son Esprit et par Sa Parole, le Seigneur veut toujours nous donner, dans notre esprit, des convictions qui nous communiquent Sa parfaite paix. Nous devons agir ensuite sans tarder selon les convictions que nous avons reçues.

Ne faisons jamais rien sans conviction! Car tout ce qui n’est pas le fruit d’une conviction est péché!

Fuyons toute mortelle passivité! Le Seigneur nous a donné Son Esprit. Il nous a donné une nature nouvelle, dans laquelle Il a déversé, par Son Esprit, tout ce qu’Il nous faut pour Lui obéir et pour réussir à faire Sa volonté! C’est un don de la grâce de Dieu! Ne restons donc plus passifs, à attendre que les « choses nous tombent du Ciel »! Elles nous sont déjà « tombées du Ciel » en la personne du Seigneur Jésus et avec Lui!

« Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? Qui accusera les élus de Dieu? C’est Dieu qui justifie! Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous! Qui nous séparera de l’amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée? selon qu’il est écrit: C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, Qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 8: 31-39).

Bien-aimés, avec de telles promesses, que pouvons-nous craindre? Dieu est pour nous! Notre Père Céleste nous a déjà donné toutes choses avec Christ et en Christ! Le plus important, pour nous, c’est donc d’avoir reçu Christ! Avec Lui et en Lui,nous avons tout! Car en Lui réside la plénitude de la divinité, et Dieu veut nous remplir de toute Sa plénitude!

Par conséquent, et ce sera notre dernier conseil, plaçons toujours notre relation avec le Seigneur Jésus-Christ en toute première priorité! Tout le reste en dépendra, pour nous et pour les autres!

Ce qui doit nous encourager le plus à nous rapprocher sans cesse davantage du Seigneur Jésus, c’est de savoir que Lui-même désire ardemment notre communion! Quel mystère de la grâce de Dieu, qui nous est révélé dans toute la Bible! Dieu recherche la communion des hommes! Il l’a recherchait dès le jardin d’Eden, lorsqu’Il parcourait le jardin dans la fraîcheur du soir, à la recherche d’Adam et d’Ève! Dieu recherchait encore notre communion, lorsqu’Il nous a envoyé Son Fils Jésus pour expier nos péchés sur la croix! En cette fin des temps, Dieu sait que notre communion avec Lui doit être toujours plus étroite! Quelle consolation, et quelle bénédiction pour ceux qui L’aiment!

« Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, car la vie a été manifestée, et nous l’avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée, ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ. Et nous écrivons ces choses, afin que notre joie soit parfaite » (1 Jean 1: 1-4).

La Vie éternelle, qui était auprès du Père, nous a été manifestée, afin que nous soyons en communion les uns avec les autres, parce que notre communion est avec le Père et avec Son Fils Jésus-Christ!

« Il (Dieu) vous affermira aussi jusqu’à la fin, pour que vous soyez irréprochables au jour de notre Seigneur Jésus-Christ. Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à la communion de son Fils, Jésus-Christ notre Seigneur » (1 Corinthiens 1: 8-9).

C’est dans notre communion avec Jésus-Christ que nous pourrons être affermis jusqu’à la fin, pour que nous soyons irréprochables au jour, très proche, du retour de notre Seigneur Jésus-Christ!

79 Responses to B76-La véritable Église de Jésus-Christ.

  1. DUTHANEL ACE dit :

    Frère dans le précieux Nom de Jésus, je vous salue!
    Pourriez-vous m’aider à trouver une copie du texte du message intitulé: « Les deux manières d’obéir à la Parole de Dieu: la bonne manière et la mauvaise » par Henri Viaud-Murat.
    J’ai l’audio (C161)
    Merci, Que Dieu vous bénisse.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Duthanel, Le texte écrit de ce message audio (C161) n’existe pas encore, je ne peux donc pas vous le procurer! Merci de contacter directement notre frère Claude Chaine, responsable du site Source de Vie, pour tous les problèmes concernant ce site!

  2. Bruno dit :

    Frères Henri et Boris,
    Merci pour vos réponses car la sagesse est dans le conseil de plusieurs… Pourvu qu’ils soient en Christ!

  3. Boris dit :

    Bonjour frères,
    La Babylone de l’Apocalypse prend ses racines dans la Babylone de l’Ancien testament. Babylone y incarne l’ennemi du peuple de Dieu et l’opposé dé Jérusalem. Il en découle deux dimensions une dimension matérielle et une dimension immatérielle.
    Dans le livre de l’Apocalypse, c’est la manifestation et l’incarnation de Babylone de manière matérielle dans le monde. Elle est le centre politique du monde (Esaie, 47 :5, Ap 17 :18) mais aussi dans tous les autres domaines importants tels que la religion (Esaie 21 :9) et le commerce (Ap 13 :17, Ap 18 :11). Elle est un empire de nations, elle dirige le commerce mondial, et sa religion est la croyance reconnue universellement. Dans son idéologie, elle incarne une croyance mondiale. Elle représente l’Eglise ou la religion mondiale. Elle ne sera pas seulement chrétienne mais l’unification de toutes les croyances. Surement que les églises chrétiennes tombées dans l’apostasie se joindront à elle. Surement que l’église chrétienne qui est la plus développée au monde sera au centre de cette religion mondiale. Néanmoins, elle ne sera pas la seule je pense. De toute façon Babylone sera opposée au règne du Christ sur le plan politique et sur le plan spirituel. Le pouvoir politique est une chose, mais il faut aussi le pouvoir sur les esprits et les croyances.
    Enfin il y a la dimension immatérielle de Babylone, la Babylone invisible en tant que puissances des ténèbres. Elle incarne toutes les factions, organisations, systèmes qui s’opposent au développement du royaume de Dieu et qui persécutent ceux qui détiennent le témoignage de Christ. Elle est aussi connue comme représentant l’idolâtrie et la corruption.
    Pour conclure, je ne pense pas que la Babylone des derniers temps sera la seule Rome. Rome était la Babylone au temps des apôtres, car elle était la capitale de l’empire romain. Aujourd’hui, dans un empire qui sera mondial, Babylone risque d’être bien plus grande. De toute façon, tout ce qui ne sera pas avec Christ sera contre lui, c’est-à-dire séduit par la grande prostituée Babylone et participant de son système corrompu.

  4. Bruno dit :

    Bonjour Henri,
    Je reviens à ta réponse du 11 août, après avoir relu l’Apocalypse où l’on y parle à partir du chap 14 de Babylone; par exemple au chap 19 v 20, nous voyons que le faux prophète pousse les hommes à adorer la bête, ce qui est une idolâtrie, mais si Babylone nous est décrit comme une grande cité prostituée avec beaucoup de richesse et de pouvoir politique, comment peut-on en déduire pour autant qu’elle est la fausse Eglise chrétienne?
    J’ai une autre question, les coupes du chap 14 sont-elles les mêmes jugements que les sceaux et trompettes des chap 6,8 et 9. Les sceaux ont l’air un peu différents.
    Merci pour toutes tes réponses si enrichissantes

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Bruno, La Babylone est la fausse église chrétienne, parce que c’est contre elle que le Seigneur et les apôtres nous ont constamment mis en garde, depuis le début. L’apostasie ne concerne pas les païens, mais les Chrétiens qui ont abandonné la foi pour se tourner vers les fables. C’est toujours cette fausse église chrétienne qui a persécuté la véritable! Aucune autre religion au monde n’a jamais autant persécuté les véritables Chrétiens! Même aujourd’hui, cette fausse église possède dans le monde une influence et un pouvoir inégalés! L’Antichrist sera donc un (vrai ou faux) descendant de David, converti à un faux Christianisme, et qui finira par renier le Seigneur! Quant aux interprétations possibles du Livre de l’Apocalypse, elles sont nombreuses. Que chacun ait une pleine conviction dans ce qu’il croit! Je dis donc toujours que le plus important, c’est de nous sanctifier et de nous tenir prêts à tout moment!

  5. Sylvie S. dit :

    Cher frère Maillot/Ginot, super ton message ! Ô merci pour ces deux merveilleuses phrases ! : « D’ailleurs, il y a des brebis qui n’ont plus besoin du berger pour aller au pâturage, elles y vont toutes seules. Un vrai disciple du Seigneur doit savoir vivre et dépendre de son Maître. » Oui, quand il n’y a plus personne capable de le faire, nous sommes portés, toujours et encore enseignés par Dieu! Je l’ai vécu, dans la solitude d’alors et je témoigne que Dieu le fait bien, c’est la VERITE ! Frères et soeurs, louez Dieu et chantez avec foi « Le Seigneur seul est ma lumière, ma délivrance et mon appui… » ! Soyez tous bénis en Jésus-Christ! Amen

  6. bruno dit :

    Bonjour Henri,
    C’est quoi exactement la Grande Babylone? Comment savoir si notre église y participe?
    Quelle importance pour nous, si nous sommes enlevés avant la Grande Tribulation, cela ne concernera que ceux qui n’auront pas été enlevés?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Bruno, La Grande Babylone est la fausse Eglise chrétienne, l’Eglise apostate qui a renié le Seigneur et la Vérité. Elle se forme sous nos yeux, avant de prendre pleinement le pouvoir sous l’Antichrist. L’ennemi essaye de s’infiltrer dans toutes les églises et toutes les assemblées, s’il le peut. Il le peut, si le péché, l’erreur et le mensonge sont tolérés! Paul avertissait déjà les anciens d’Ephèse qu’il s’introduirait parmi eux des loups ravisseurs, et qu’il s’élèverait du milieu d’eux des hommes pervers, pour entraîner les brebis derrière eux! Si c’est le cas dans notre assemblée, Dieu peut nous ordonner d’en partir!

  7. MAILLOT dit :

    Moi, je suis pour que les chrétiens réveillés restent dans les Eglises endormies et servent d’intruments pour réveiller les autres… J’ai été moi-même réveillé par le Seigneur et je continue dans la même église… Le Seigneur a un plan… Nous devons être remplis d’humilité et de force (que nous donne l’onction du St.Esprit) pour rester, au lieu d’abandonner le bateau qui prend l’eau… C’est aussi une forme de courage… Ce que j’ai décidé, c’est de prier davantage et tout remettre entre les mains du Seigneur, tout en me formant davantage et en fortifiant ma foi. Et j’ai même demandé au Seigneur de me former lui-même, quand le Pasteur n’est plus capable de le faire. D’ailleurs il y a des brebis qui n’ont plus besoin du berger pour aller au pâturage, elles y vont toutes seules. Un vrai disciple du Seigneur doit savoir vivre et dépendre que de son Maître… S’il est persécuté, le Maître l’a été avant lui… Et je continuerai mon cheminement, car je ne dépends pas des hommes mais de Dieu lui-même… Si je tombe, il saura me relever… Quand je suis faible, c’est là que je suis fort… Humblement vôtre… Ginot.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Maillot, Tu peux avoir une conviction personnelle, mais il ne faut pas en faire une règle universelle, car Dieu peut très bien demander à quelqu’un de quitter une église qui est devenue participante de la Grande Babylone, pour éviter de participer à ses jugements (Apoc. 18: 4). Dans ce cas, il ne s’agit pas d’abandonner un bateau en perdition, mais d’obéir à Dieu. D’où l’importance de marcher par l’esprit et de savoir écouter les directives du Saint-Esprit.

  8. Sylvie dit :

    Chère soeur Roxane, je voulais te dire que tu as l’autorité de commander à la chair de péché en toi(nous l’avons tous encore d’ailleurs, idem que toi), de retourner illico dans son placard et demande simplement à Jésus de rester devant la porte ! Le rusé n’aura qu’à voir avec Jésus-Christ, mais plus avec toi ! Ainsi, tu seras à chaque fois victorieuse sur toutes tes peurs, tes angoisses, tes appréhensions, oui par ce bon moyen, en paix dans toutes les autres pièces de ta maison ! Alleluia, c’est cela garder les yeux sur Jésus ! Tu en es déjà capable, car Christ t’as équipée à la perfection ! Résiste, résiste, résiste et tu verras comme Dieu te comblera de ses promesses, ton coeur retrouvera toujours la paix et la joie, même dans les difficultés et le diable s’enfuira loin de toi, déjà et pour toujours vaincu !!! Vous tous, frères et soeurs, à travers ce que vous vivez, soyez bénis abondamment par notre Seigneur, le Prince de la paix ! Amen

  9. Sara Kolli dit :

    Henri,
    J’ai été particulièrement touchée par cet enseignement concernant la communion fraternelle. Dans l’église où je suis depuis 2 ans, je ne rencontre que des oppositions,des mensonges. De plus, et j’ai reçu personnellement de la part de Dieu des révélations personnelles. Je les ai gardées précieusement en priant avec ferveur pour que Dieu accomplisse ce qu’il m’a révélé. Je pleure sur l’église où je suis, car je vois des attitudes pharisiennes qui ne devraient être, nous sommes sous la grâce et il est plus important d’aimer son prochain comme soi-même que de le juger.
    Je vous bénis Henri, merci pour votre enseignement. Si vous avez des encouragements à me soumettre, je les accepte avec joie. Que le nom de Yeschoua Messiah soit glorifié. AMEN!
    Sara

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Sara, merci pour ton message. Le Seigneur connaît chacune de Ses brebis, c’est Lui qui les soutient, et c’est Lui qui saura les défendre et les justifier! Que le Seigneur te garde dans Sa paix et sa joie!

  10. Sile dit :

    Merci beaucoup pour toutes ces réponses frère Henri. Je suis en paix.

  11. Sile dit :

    Cher frère Henri. Qu’est-ce que vous appelez les grandes réformes collectives = celle de Luther, Calvin et cie ? Il y tant de gens qui portent ces personnages aux nues que je finis par penser que ces réformes ont surtout changé la forme mais pas le fond, car je crois sincèrement que des vrais disciples ont toujours existé et ne se sont jamais éteint ou encore ressurgis comme certains peuvent encore le sous-entendre….

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Sile, Le principal mérite des grands Réformateurs a été de remettre l’accent sur la Parole de Dieu. Mais leur plus grande erreur a été de reconstituer, face à l’Eglise Catholique qu’ils combattaient, des dénominations qui ont enfermé le peuple de Dieu dans des structures humaines que Dieu n’avait pas prévues. Mais le Saint-Esprit a toujours ouvert les yeux aux vrais disciples de Jésus!

  12. Sile dit :

    Cher frère Henri, j’ai une question à poser :
    C’est quoi cette énième réforme de l’Eglise qu’annoncent certains prédicateurs? Pourquoi Dieu, s’Il est tellement puissant, S’efforce de réformer l’Eglise ENCORE UNE FOIS? La Parole de Dieu dit que mes brebis entendent ma voix, et elles me suivent… si donc les brebis le suivent, une réforme ne sert de rien, n’est-ce-pas? Et je n’ai jamais rien lu (ou reconnu) de tel dans la Bible… Qu’en est-il vraiment?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Sile. C’est à chaque Chrétien individuel de « réformer ses voies, » s’il s’est engagé sur une mauvaise voie. Il a besoin alors de se repentir, et d’abandonner ses mauvaises voies. Les grandes réformes collectives peuvent être une accumulation de petites réformes individuelles, et ce n’est pas mauvais en soi. Mais il y a aussi des « Réformes » qui ne touchent que la forme! Elles ne concernent qu’une amélioration de l’apparence et de l’extérieur de l’Eglise « visible, » celle que l’on voit, et qui n’est pas entièrement composée de Chrétiens nés de nouveau! Ces Réformes-là ne mènent pas très loin, et sont très superficielles. Un disciple fidèle qui marche dans l’obéissance et par l’esprit n’a besoin d’aucune réforme, tant qu’il est sur la bonne voie!

  13. Roxane dit :

    Bonjour Pasteur
    J’avais posté un message en novembre, dans lequel je vous relatais ma situation au sein de mon église locale.
    Malheureusement je n’ai pas suivi vos conseils, ma vigilance est tombée et j’ai pensé que mes ennemis etaient devenus mes amis. Du coup, j’ai ouvert une brèche dans ma muraille. Je sens que je vais prendre des coups très durs. Le Seigneur m’a prévenue et me demande d’aimer mes ennemis. J’ai peur. J’ai peur de me laisser envahir par la colère et l’amertume devant leurs actions. Je vous demande donc, à vous pasteur, et aux freres et soeurs qui liront ce message, de prier pour moi afin que je sorte sans trop de blessures de cette nouvelle épreuve qui m’attend au sein même de mon église.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Roxane, Ne vous laissez pas aller à la peur! Jésus est avec nous tous les jours, nous pouvons Lui faire confiance!