B81-Dieu est un Père!

Article de Henri Viaud-Murat.

Depuis la chute, l’humanité ne sait plus ce qu’est un véritable père. Or Dieu, dans Sa nature profonde, possède un cœur de Père, et veut Se révéler à tous les hommes comme un Père. Trop de pères terrestres ont donné une image bien déformée et pervertie de la paternité! Nous avons besoin de recevoir cette révélation de Dieu en tant que Père, non seulement Père de notre Seigneur Jésus, mais aussi notre Père qui est dans les Cieux!

Dans le Jardin d’Éden, Adam et Ève jouissaient d’une douce communion avec leur Créateur. Celui-ci venait les visiter chaque jour, quand Il parcourait le Jardin « vers le soir. » Sous quelle forme le Seigneur Dieu Se présentait-Il à eux? Nous l’ignorons. Peut-être était-ce le Seigneur Jésus qui leur apparaissait sous une forme humaine? Dans tous les cas, ils pouvaient voir cette représentation divine, et Lui parler face à face.

Dieu avait formé Adam de la poussière de la terre, et avait soufflé en lui un souffle de vie. Puis Il avait créé Ève en plongeant Adam dans un profond sommeil, et en lui ouvrant le côté, pour ôter de son corps l’une de ses côtes, qu’Il transforma en femme, « os des os » d’Adam, et « chair de sa chair. »

En créant l’homme et la femme à Son image, à Sa ressemblance, Dieu S’affirmait déjà, non seulement comme leur Créateur, mais comme leur Père. Adam et Ève possédaient une hérédité divine incontestable, qui faisaient d’eux véritablement un fils et une fille de Dieu. C’est par leur esprit que l’homme et la femme ressemblaient le plus à leur Créateur. C’est par leur esprit qu’ils pouvaient être en contact et en communion avec leur Dieu, qui est Esprit.

Quant à leur corps physique, il est possible que, là encore, le Seigneur l’ait formé à la ressemblance du corps de Jésus-Christ, qui devait Lui être donné des milliers d’années plus tard, lors de Son incarnation. Dieu, qui sait toutes choses d’avance, et qui savait qu’Il devait former un corps pour Son Fils, avait déjà certainement le modèle parfait du corps humain dans Son Esprit, et Il a utilisé ce modèle lorsqu’Il a formé le corps physique des premiers humains.

La Bible nous révèle que notre esprit a une forme, et que notre corps physique ne fait que reproduire la forme de notre esprit. Le Seigneur Jésus, avant de S’incarner dans un corps physique semblable au nôtre, avait certainement déjà une forme spirituelle dans les cieux. C’est sans doute sous cette forme que l’Éternel S’est manifesté aux hommes dans le passé, sous l’ancienne alliance. Voici ce que Dieu dit de Moïse:

« Je lui parle bouche à bouche, je me révèle à lui sans énigmes, et il voit une représentation de l’Éternel » (Nombres 12: 8).

Parfois, Dieu apparaissait à certains sous une forme humaine, comme à Gédéon ou à Abraham. Cette représentation humaine de l’Éternel était appelée « l’ange de l’Éternel »

« Puis vint l‘ange de l’Éternel, et il s’assit sous le térébinthe d’Ophra, qui appartenait à Joas, de la famille d’Abiézer. Gédéon, son fils, battait du froment au pressoir, pour le mettre à l’abri de Madian. L‘ange de l’Éternel lui apparut, et lui dit: L’Éternel est avec toi, vaillant héros! L‘ange de l’Éternel avança l’extrémité du bâton qu’il avait à la main, et toucha la chair et les pains sans levain. Alors il s’éleva du rocher un feu qui consuma la chair et les pains sans levain. Et l‘ange de l’Éternel disparut à ses yeux. Gédéon, voyant que c’était l‘ange de l’Éternel, dit: Malheur à moi, Seigneur Éternel! car j’ai vu l‘ange de l’Éternel face à face » (Juges 6: 11-12; 21-22).

« Ce même jour, Abraham fut circoncis, ainsi qu’Ismaël, son fils. Et tous les gens de sa maison, nés dans sa maison, ou acquis à prix d’argent des étrangers, furent circoncis avec lui. L’Éternel lui apparut parmi les chênes de Mamré, comme il était assis à l’entrée de sa tente, pendant la chaleur du jour. Il leva les yeux, et regarda: et voici, trois hommes étaient debout près de lui » (Genèse 17: 26-27; 18: 1-2).

Ces trois « hommes » étaient l’Éternel Lui-même, accompagné par deux anges.

Il est probable que cette forme parfaitement humaine, choisie par Dieu pour Se manifester par moments aux hommes, avait déjà été conçue dans la pensée du Seigneur bien avant la création d’Adam et d’Ève. Le corps de nos premiers parents a donc été créé en fonction du modèle qui existait déjà, de toute éternité, dans la pensée du Seigneur.

Avant Sa naissance terrestre, le Seigneur Jésus était appelé « La Parole. »

« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu… Personne n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître » (Jean 1: 1-2, 18).

Le texte grec est bien plus précis. Voici ce qui est écrit en réalité, au verset 18: « Dieu le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître. »

La Parole était avec Dieu, et la Parole était aussi Dieu. Cette Parole a ensuite été manifestée dans la chair, en la Personne du Seigneur Jésus. Ainsi, la Parole est en réalité Dieu le Fils, et ce Fils est « dans le sein du Père. » L’expression « Dieu le Fils » implique l’éternité divine du Fils, qui est éternellement « dans le sein du Père. » Cette expression très particulière implique clairement une relation de filiation, de même que l’enfant à naître est « dans le sein » de sa mère. Le fait d’être « dans le sein du Père » indique cette relation de filiation divine entre le Père et Son Fils, qui n’était pas encore manifesté dans la chair, mais qui, dans les cieux, était à la fois la Parole éternelle et le Fils éternel.

C’est par Son Fils que le Père a créé toutes choses, et c’est par Sa Parole puissante que le Fils a tout créé!

Dans l’Ancien Testament, nous voyons à plusieurs reprises Dieu, ou l’Éternel, Se manifester sous forme humaine. Il est possible que ce soit le Seigneur Jésus, la Parole, qui Se soit ainsi manifesté sous cette forme humaine, avant de prendre un corps de chair et d’os semblable au nôtre.

Quoi qu’il en soit, l’homme et la femme, créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, pouvaient sans aucun doute considérer le Seigneur comme leur Père. Il est certain que Dieu, quand Il les rencontrait dans le Jardin, devait aussi les considérer comme Ses enfants bien-aimés. Ils étaient les objets de toute Son affection.

L’homme et la femme resplendissaient de la gloire de Dieu. Ils ne connaissaient que ce qui était Bien, Beau et Bon. Le mal leur était complètement inconnu. Pourtant, le mal existait déjà, en la personne du diable, qui avait déjà accompli sa rébellion, et qui se présenta à l’homme et à la femme sous la forme du serpent.

Le serpent tenta Ève, qui fut séduite et succomba à la tentation, parce qu’elle n’avait pas gardé dans son cœur la Parole de Dieu dans toute sa pureté. Adam, lui, désobéit à Dieu en toute connaissance de cause. Immédiatement, la mort entra en eux, et ils furent coupés du Seigneur et de toute Sa gloire. Ils furent instantanément privés de leur Père Céleste, et Dieu fut privé de Ses enfants! Ou, plus exactement, Ses enfants étaient à présent plongés dans la mort, séparés de leur Père Céleste, qui est la Vie éternelle!

Depuis ce moment fatidique, nous pouvons dire que toute l’humanité n’a plus jamais su ce qu’était un vrai Père! Aucun père terrestre, aussi bon soit-il, n’a jamais pu, et ne pourra jamais se comparer à la perfection de Dieu le Père! La plupart des pères ont même donné une image tellement déformée de la paternité, que cette image déformée, dans le cœur des êtres humains, ne leur a pas donné le désir de s’approcher de Dieu en tant que Père.

Nous ne retrouvons un Père Céleste qu’au moment où nous naissons de nouveau en Jésus-Christ. Mais, même après notre nouvelle naissance, il nous faut un certain temps pour recevoir la révélation de notre Père Céleste! Nous recherchons le plus souvent une relation avec le Seigneur Jésus, et le Père nous semble souvent bien lointain! Pourtant, Jésus est venu nous révéler le Père.

Certains posent parfois ces questions: « Pourquoi Dieu, qui a un cœur de Père, a-t-Il placé l’arbre de la connaissance du bien et du mal dans le Paradis terrestre? Pourquoi a-t-Il donné à l’homme et la femme la possibilité de Lui désobéir? »

Ces questions simples et profondes appellent également des réponse simples et profondes! Le fait que Dieu ait donné à Adam et Ève la possibilité de Lui désobéir est la preuve qu’Il leur avait donné aussi la possibilité de Lui obéir et de Lui rester fidèles!

Notre obéissance doit toujours être mise à l’épreuve, sinon nous n’aurons jamais la possibilité de prouver au Seigneur que nous voulons Lui obéir! C’est la possibilité réelle de dire « non » à Dieu qui donne toute sa valeur au « oui » que nous pouvons prononcer pour Lui rester fidèles! Sans la possibilité de dire « non, » il n’y a pas non plus de possibilité réelle de dire « oui »!

Il en est de même pour un mari et son épouse. C’est leur liberté de se séparer à tout moment qui donne toute sa qualité à leur décision de rester ensemble! Que vaudrait la fidélité d’un couple qui n’aurait aucune possibilité de se séparer, de deux êtres qui seraient liés mécaniquement, dans l’impossibilité absolue de pouvoir se quitter?

Le Seigneur ne pouvait pas Se contenter d’une telle relation mécanique entre Ses enfants et Lui. C’est pour cela qu’Il les a créés libres de rester avec Lui ou de Le quitter. C’est cette liberté qui est la caractéristique la plus forte de notre ressemblance avec Dieu. Dieu est fondamentalement un Être libre, et Il a voulu créer des êtres libres à Son image.

Dieu dut donc chasser Adam et Ève du Jardin d’Éden, loin de Sa face. C’est depuis ce moment précis que l’esprit de rejet s’est durablement infiltré dans l’espèce humaine. Il n’y avait plus de communion possible entre Dieu, qui est absolument Saint dans Sa nature, et deux êtres qui étaient devenus pécheurs dans leur nature. Mais le Seigneur continuait à les aimer d’un amour éternel, puisque Son plan de salut était déjà prêt, pour les arracher à la mort et les faire renaître à la vie éternelle!

Dieu n’a pas été pris par surprise par la chute d’Adam et d’Ève! Mais Il avait déjà tout prévu, depuis avant la fondation du monde, afin d’offrir à l’humanité déchue la solution parfaite qu’Il tenait en réserve. C’est pour cela que, pour le Seigneur, nous pouvons dire que Jésus-Christ a été crucifié bien avant la fondation du monde!

« Et si vous invoquez comme Père celui qui juge selon l’œuvre de chacun, sans acception de personnes, conduisez–vous avec crainte pendant le temps de votre pèlerinage, sachant que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps » (1 Pierre 1: 17-20).

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui » (Jean 3: 16-17).

Depuis quand Dieu a-t-Il donc « aimé le monde »? Il l’a aimé bien avant la fondation du monde! Il l’a aimé d’un amour qui est un amour éternel! Il a continué à l’aimer lorsque « le péché est entré dans le monde »! Il l’a aimé au point de lui donner Son Fils Jésus, afin que le monde soit sauvé par Lui!

Certains pourraient encore dire: « Si Dieu a un cœur de Père, comment a-t-Il pu sacrifier Son propre Fils pour sauver le monde? » C’est justement parce que Dieu avait un cœur de Père, et qu’Il aimait les hommes et les femmes qu’Il avait créés, qu’Il a accepté ce suprême sacrifice: donner Son Fils unique pour les sauver. C’était la seule solution qui pouvait satisfaire à la fois la Justice et l’Amour de Dieu. Le péché du monde n’a pu être expié que par le sacrifice du Seigneur Jésus, car il fallait que la Justice divine soit satisfaite. Sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon divin. Une fois l’expiation effectuée, l’Amour de Dieu pouvait à nouveau atteindre tous ceux qui allaient accepter le bénéfice du sacrifice du Seigneur Jésus.

Dieu savait que Jésus allait ressusciter trois jours et trois nuits après Sa mort et Son ensevelissement. Il savait que Son Fils Bien-aimé n’allait pas rester dans la tombe. Mais pensez-vous que cela allait diminuer la douleur que le Père a éprouvée, devant les souffrances indicibles de Son Fils? Si Dieu vous avait promis que votre fils allait ressusciter, mais que vous ayez été obligé de le donner en sacrifice et de le voir mourir dans d’horribles souffrances, auriez-vous accepté?

Si Dieu a pu considérer Abraham comme Son ami, et s’Il lui fit les plus grandes et les plus belles promesses, c’est certainement parce qu’Abraham accepta de Lui sacrifier Son fils Isaac. Et pourtant, Dieu avait promis à Abraham que des peuples nombreux allaient être engendrés par ce fils. Abraham connaissait la fidélité de Dieu à Sa Parole. Il savait donc que Dieu allait certainement ressusciter ce fils qu’Il lui demandait de Lui sacrifier. Mais il fallait quand même le sacrifier! Il fallait lui trancher lui-même la gorge avec son couteau! Quel choix pour un père qui chérit son fils!

« Après ces choses, Dieu mit Abraham à l’épreuve, et lui dit : Abraham! Et il répondit: Me voici! Dieu dit: Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac; va–t’en au pays de Morija, et là offre–le en holocauste sur l’une des montagnes que je te dirai. Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Il fendit du bois pour l’holocauste, et partit pour aller au lieu que Dieu lui avait dit » (Genèse 22: 1-3).

Remarquez de quelle manière Dieu insiste: « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes… » Et, ce fils unique qu’Abraham aimait, il devait l’offrir en holocauste sur le Mont Morija, là même où devait, bien plus tard, s’élever le Temple de Jérusalem! L’endroit même où Dieu allait établir Sa présence dans le Lieu Très Saint était l’endroit exact où un père avait accepté de Lui sacrifier son fils!

Notez aussi qu’Abraham ne discute pas. Il se lève de bon matin et part avec son fils et deux serviteurs.

« Le troisième jour, Abraham, levant les yeux, vit le lieu de loin. Et Abraham dit à ses serviteurs: Restez ici avec l’âne; moi et le jeune homme, nous irons jusque–là pour adorer, et nous reviendrons auprès de vous » (Genèse 22: 4-5).

Abraham était certain que son fils allait ressusciter. Il dit en effet à ses deux serviteurs: « Nous reviendrons! » La résurrection de son fils était la seule manière de concilier les deux paroles qu’il avait reçues du Seigneur: la première, qui lui annonçait que de nombreuses nations sortiraient de son fils, et la seconde, qui lui demandait de l’offrir en holocauste!

Toutefois, ces trois jours de voyage ont dû être bien lourds pour ce père affligé, qui savait qu’il devait sacrifier son fils! Combien de pensées ont dû lui traverser la tête! Son cœur de père dut être profondément déchiré! C’était sans doute le plus grand sacrifice que Dieu pouvait demander à un être humain: sacrifier un fils bien-aimé! Il fallait que nous puissions nous-mêmes comprendre l’immensité du sacrifice que Dieu a dû consentir, en acceptant de sacrifier Son propre Fils pour le salut du monde!

En outre, le Seigneur Jésus ne S’est pas contenté de subir d’atroces tortures physiques. Mais Lui, le Saint, le Pur, dut accepter de porter dans Son Corps, sur le bois de la croix, nos péchés, nos iniquités, et toutes leurs conséquences, en particulier nos maladies et nos infirmités, ainsi que la mort qui nous revenait!

Pouvez-vous imaginer ce que dut représenter, pour un Dieu parfaitement Saint, le fait de porter, dans Son corps sans péché, la souillure du péché et de la mort? Le péché et la mort sont des souillures absolues pour Dieu! Rien d’impur n’avait jamais touché le Fils de Dieu! Et là, par amour pour nous, Il a accepté de prendre sur Lui, dans Son Corps, et d’entraîner dans Sa mort, la souillure de nos péchés, la souillure de nos maladies, et la souillure de la mort, Lui qui est la Vie éternelle!

« Lui qui a porté lui–même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris » (1 Pierre 2: 24).

« Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris » (Esaïe 53: 3-5).

« Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies » (Matthieu 8: 16-17).

Notez bien que c’est dans Son Corps que le Fils de Dieu S’est chargé de nos péchés, de nos iniquités, de nos maladies et de nos infirmités. C’est pour cela que Son corps physique est passé par la mort, car la mort est la conséquence du péché. Mais Son Esprit ne pouvait pas être touché par toutes ces souillures. Si Son Esprit avait été touché par le péché et la mort, Jésus serait mort spirituellement, ce qui est absolument impossible, sinon Il n’aurait pas été Dieu. Dieu ne peut pas mourir spirituellement! Quand Son Corps physique est mort, Jésus a bien remis Son Esprit entre les mains de Son Père.

Le sacrifice du fils d’Abraham préfigurait celui du Fils de Dieu. C’est pour cette raison que l’Éternel a juré de bénir la postérité d’Abraham, tout en lui annonçant que toutes les nations de la terre seront bénies par sa postérité.

« Lorsqu’ils furent arrivés au lieu que Dieu lui avait dit, Abraham y éleva un autel, et rangea le bois. Il lia son fils Isaac, et le mit sur l’autel, par–dessus le bois. Puis Abraham étendit la main, et prit le couteau, pour égorger son fils. Alors l’ange de l’Éternel l’appela des cieux, et dit: Abraham! Abraham! Et il répondit: Me voici! L’ange dit: N’avance pas ta main sur l’enfant, et ne lui fais rien; car je sais maintenant que tu crains Dieu, et que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. Abraham leva les yeux, et vit derrière lui un bélier retenu dans un buisson par les cornes; et Abraham alla prendre le bélier, et l’offrit en holocauste à la place de son fils. Abraham donna à ce lieu le nom de Jéhovah–Jiré. C’est pourquoi l’on dit aujourd’hui: A la montagne de l’Éternel il sera pourvu. L’ange de l’Éternel appela une seconde fois Abraham des cieux, et dit: Je le jure par moi–même, parole de l’Éternel! parce que tu as fait cela, et que tu n’as pas refusé ton fils, ton unique, je te bénirai et je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer; et ta postérité possédera la porte de ses ennemis. Toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, parce que tu as obéi à ma voix » (Genèse 22: 9-18).

A la montagne de l’Éternel, il a été pourvu! Sur le Mont Golgotha, Dieu notre Père a accepté de sacrifier Son Fils pour le salut du monde! Et toutes les nations de la terre ont été bénies en la postérité d’Abraham, c’est-à-dire en la Personne du Seigneur Jésus!

L’apôtre Paul nous parle aussi de ces promesses éternelles faites par Dieu à Abraham et à sa postérité:

« Frères je parle à la manière des hommes, une disposition en bonne forme, bien que faite par un homme, n’est annulée par personne, et personne n’y ajoute. Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n’est pas dit: et aux postérités, comme s’il s’agissait de plusieurs, mais en tant qu’il s’agit d’une seule: et à ta postérité, c’est–à–dire, à Christ » (Galates 3: 15-16).

Étant donné que l’Église est « en Christ, » elle bénéficie de l’alliance conclue entre Dieu et Abraham, recevant ainsi un héritage spirituel magnifique: une nouvelle naissance à l’image de Christ, la présence personnelle de Christ en elle, une place assurée à la droite du Père, dans les lieux célestes, et l’éternité dans la Jérusalem Céleste, dans la présence du Seigneur.

Quelle autre preuve de l’amour de Dieu pouvons-nous demander? Quel autre preuve pourrait mieux nous convaincre que Dieu a un cœur de Père pour tous les hommes qu’Il a créés, et qu’Il a voulu sauver en donnant Son Fils?

Dieu a été profondément touché dans Son cœur par le sacrifice d’Abraham, car Il savait ce qu’Il allait Lui-même endurer en donnant Son propre Fils! Et c’est pour cela qu’Abraham a été appelé Son ami. Le cœur de Dieu était parfaitement en communion avec le cœur d’Abraham.

Or ce qui a toujours caractérisé Abraham, c’est la foi. C’est par sa foi qu’il a été déclaré juste, et c’est aussi par sa foi qu’il a pu être entièrement agréable à Dieu.

« Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. Pour l’avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable. C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. C’est par la foi qu’Abel offrit à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn; c’est par elle qu’il fut déclaré juste, Dieu approuvant ses offrandes; et c’est par elle qu’il parle encore, quoique mort. C’est par la foi qu’Énoch fut enlevé pour qu’il ne vît point la mort, et qu’il ne parut plus parce que Dieu l’avait enlevé; car, avant son enlèvement, il avait reçu le témoignage qu’il était agréable à Dieu. Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait. C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu’Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse. Car il attendait la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l’architecte et le constructeur » (Hébreux 11: 1-6; 8-10).

C’est aussi par la foi que les Chrétiens doivent se rendre agréables à Dieu leur Père. Sans la foi, il est impossible d’être agréable au Seigneur. Nous voyons donc à quel point la foi est essentielle dans nos relations avec notre Père! C’est par la foi que nous accordons une importance suprême à la Parole du Seigneur, qui nous révèle Sa volonté.

Un Chrétien qui n’accorde pas une importance suprême, et même unique, à la Parole de Dieu n’aime tout simplement pas Son Père, qui est l’Auteur de cette Parole!

C’est aussi par la foi que nous serons enlevés à la rencontre de Jésus, et c’est par la foi que nous sera assurée une pleine entrée dans la cité céleste que le Père a préparée pour ceux qui L’aiment. Ce n’est pas par nos œuvres, afin que personne ne se glorifie. Mais c’est par la foi en Dieu et en Ses promesses.

Avant de croire en Jésus pour faire de Lui notre Sauveur et Seigneur, nous n’étions que des créatures de Dieu. Par notre nouvelle naissance spirituelle, nous devenons des enfants de Dieu à part entière. Pour devenir enfants de Dieu, il faut que notre nature de péché soit transformée en une nouvelle nature, créée dans une justice et une sainteté que produit la vérité. C’est par cette nouvelle nature que nous sommes participants de la nature de Dieu. Nous pouvons à présent nous adresser au Créateur de l’Univers en L’appelant « Père »!

« Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse. Or, aussi longtemps que l’héritier est enfant, je dis qu’il ne diffère en rien d’un esclave, quoiqu’il soit le maître de tout; mais il est sous des tuteurs et des administrateurs jusqu’au temps marqué par le père. Nous aussi, de la même manière, lorsque nous étions enfants, nous étions sous l’esclavage des rudiments du monde; mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption. Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père! Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu » (Galates 3: 29-4: 7).

Nous avons été adoptés dans la famille de Dieu! Mais, contrairement à ce qui se passe pour les adoptions humaines, Dieu, en nous adoptant, nous a transmis Sa nature juste et sainte. Il nous donne ainsi la possibilité de marcher sur cette terre comme a marché le Seigneur Jésus, et de réjouir ainsi le cœur de notre Père. En Christ, Dieu nous a donné toutes les qualités de Son Fils, qualités qui sont propres à remplir d’allégresse le cœur de notre Père Céleste.

Quand nous connaissons pleinement l’œuvre de Christ, et que nous réalisons ce que nous sommes en Lui, nous ne pouvons plus nous considérer comme de misérables pécheurs. Comment un « misérable pécheur » pourrait-il avoir une nouvelle nature semblable à celle de Dieu? Comment pourrait-il réjouir le cœur de son Père? Dieu nous a donné un esprit de force, d’amour et de sagesse. Et « l’homme qui aime la sagesse réjouit le cœur de son père » (Proverbes 29: 3). En Christ, nous ne pouvons qu’aimer la Sagesse de Dieu.

C’est aussi en Christ que se réalisent pleinement toutes les promesses faites par Dieu à Israël, Son peuple:

« Car le jour vient où les gardes crieront sur la montagne d’Éphraïm: Levez–vous, montons à Sion, vers l’Éternel, notre Dieu! Car ainsi parle l’Éternel: Poussez des cris de joie sur Jacob, éclatez d’allégresse à la tête des nations! Élevez vos voix, chantez des louanges, et dites: Éternel, délivre ton peuple, le reste d’Israël! Voici, je les ramène du pays du septentrion, je les rassemble des extrémités de la terre; parmi eux sont l’aveugle et le boiteux, La femme enceinte et celle en travail; c’est une grande multitude, qui revient ici. Ils viennent en pleurant, et je les conduis au milieu de leurs supplications; je les mène vers des torrents d’eau, par un chemin uni où ils ne chancellent pas; car je suis un père pour Israël » (Jérémie 31: 6-9).

Qui est ce Chemin qui nous permet de ne plus chanceler, si ce n’est notre Seigneur Jésus? Et quels sont ces torrents d’eau, sinon les fleuves d’eau vive que devaient recevoir tous ceux qui croiraient en Jésus?

« Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s’écria: Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui » (Jean 7: 37-39).

En Christ, Juifs et Gentils sont à présent unis dans un même Corps, et peuvent célébrer le même Père! Le mur de la séparation est détruit!

Par notre nouvelle naissance spirituelle, et la possibilité d’être remplis de l’Esprit de Dieu, le Seigneur nous donne la capacité d’obéir à tous les commandements de Jésus:

« Vous avez appris qu’il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez–vous? Les publicains aussi n’agissent–ils pas de même? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites–vous d’extraordinaire? Les païens aussi n’agissent–ils pas de même? Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait » (Matthieu 5: 43-48).

Les Juifs n’avaient pas les moyens d’aller plus loin que le fait d’aimer leur prochain et de haïr leur ennemi. Mais, en Christ, nous recevons une nature parfaite, à l’image de celle de notre Dieu. Nous jouissons aussi de la présence de Christ en nous, qui nous permet d’aimer comme Lui, de marcher comme Lui, et d’être parfaits comme notre Père céleste est parfait! Quelle gloire! Le Seigneur veut que tous Ses enfants réalisent la splendeur de leur héritage, par la foi en Sa Parole.

C’est le Seigneur Jésus qui est le seul Intermédiaire, le seul Médiateur, entre Dieu notre Père et nous, Ses enfants. C’est Jésus qui nous conduit au Père, qui nous révèle le Père, et qui nous ouvre le cœur du Père. Nul ne vient au Père que par Lui. Jésus est la Porte ouverte vers le Père. Il est le Chemin qui nous mène au Père. C’est Lui qui nous transmet la Vérité du Père, la Vie éternelle qui vient du Père! Notre communion est avec le Père et avec Son Fils Jésus-Christ! Et, un jour, le Seigneur Jésus nous introduira, en tant qu’Épouse, dans la présence du Père, pour nous Le révéler pleinement!

C’est aussi le Seigneur Jésus qui nous révèle la grandeur de l’amour du Père pour nous. Voici ce qu’Il dit dans la prière qu’Il adresse à Son Père:

« Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père, je veux que là où je suis ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire, la gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’a point connu; mais moi je t’ai connu, et ceux–ci ont connu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que je sois en eux » (Jean 17: 20-26).

Jésus prie pour que les Chrétiens soient un comme le Père est un avec le Fils, « afin que le monde connaisse que tu les as aimés comme tu m’as aimé. » Cette prière a été exaucée par notre nouvelle naissance. Tous ceux qui sont nés d’eau et d’esprit sont déjà parfaitement un dans leur esprit. Nous avons tous reçu le même esprit pur et parfait en Christ!

Si le monde doit connaître que le Père nous aime comme Il aime Son Fils Jésus, à combien plus forte raison les Chrétiens devraient-ils être pénétrés de cette vérité! Dieu ne fait aucune préférence entre Ses enfants, et Il les aime tous du même amour éternel. Il aime chacun de Ses enfants exactement de la même manière qu’Il aime Son Fils Jésus, en Qui Il a mis toute Son affection! Il est clair qu’un tel amour ne se fonde pas sur nos mérites ni sur nos performances! Nous n’avons aucun mérite, tout nous a été donné par grâce! Dieu nous aime parce qu’Il est Amour.

« Ne vous y trompez pas, mes frères bien–aimés: toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation. Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de vérité, afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de ses créatures » (Jacques 1: 16-18).

« Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l’ignorance. Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu’il est écrit: Vous serez saints, car je suis saint. Et si vous invoquez comme Père celui qui juge selon l’œuvre de chacun, sans acception de personnes, conduisez–vous avec crainte pendant le temps de votre pèlerinage, sachant que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous, qui par lui croyez en Dieu, lequel l’a ressuscité des morts et lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance reposent sur Dieu. Ayant purifié vos âmes en obéissant à la vérité pour avoir un amour fraternel sincère, aimez–vous ardemment les uns les autres, de tout votre cœur, puisque vous avez été régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu » (1 Pierre 1: 14-23).

Nous avons été régénérés par la semence incorruptible de Dieu, qui a fait de nous des fils et des filles du Très-Haut. Nous avons hérité de Sa nature divine, nous avons reçu Son Esprit et Sa Parole, afin que nous puissions être saints comme notre Père Céleste est saint. Le sang de Jésus nous a purifiés. Conduisons-nous donc avec une crainte respectueuse de Dieu, pendant le temps de notre pèlerinage terrestre, afin d’honorer et de réjouir notre Père, à qui seul reviennent toute la gloire et tout l’honneur, par Son Fils Jésus-Christ!

Nous pouvons à présent, par la foi, en apprenant à marcher par l’esprit, rejeter le péché qui nous enveloppe si facilement, et courir vers le but, les yeux fixés sur Jésus.

Cette crainte respectueuse du Seigneur est entretenue par Ses justes châtiments. Car c’est ainsi qu’un Père Juste traite les enfants qu’Il aime.

« Et vous avez oublié l’exhortation qui vous est adressée comme à des fils: mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur, et ne perds pas courage lorsqu’il te reprend; car le Seigneur châtie celui qu’il aime, et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils. Supportez le châtiment: c’est comme des fils que Dieu vous traite; car quel est le fils qu’un père ne châtie pas? Mais si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non des fils. D’ailleurs, puisque nos pères selon la chair nous ont châtiés, et que nous les avons respectés, ne devons–nous pas à bien plus forte raison nous soumettre au Père des esprits, pour avoir la vie? Nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon; mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté. Il est vrai que tout châtiment semble d’abord un sujet de tristesse, et non de joie; mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice » (Hébreux 12: 5-11).

Dieu Lui-même nous fera donc atteindre le but qu’Il nous a fixé, et Il nous fera paraître irrépréhensibles devant Sa face! Il fera de nous des vainqueurs, si nous restons dans la foi, et nous fera asseoir avec Lui sur Son trône!

« Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône » (Apoc. 3: 21).

Merci, Père Saint, de nous avoir donné Ton Fils Jésus-Christ, Ton Esprit Saint, et Ta Parole éternelle! Quand nous voyons Jésus, nous Te voyons! Merci d’avoir révélé ces choses à Tes enfants! Quelle joie de savoir que personne ne nous ravira de Ta main! Nous voulons écouter Tes instructions et faire la joie de Ton cœur! Nous voulons Te glorifier, en Te permettant d’accomplir en nous toute Ta volonté! Remplis-nous toujours plus du Saint-Esprit et de foi, afin de pouvoir T’être entièrement agréables! Nous T’adorons en esprit et en vérité!

« Que notre Seigneur Jésus–Christ lui–même, et Dieu notre Père, qui nous a aimés, et qui nous a donné par sa grâce une consolation éternelle et une bonne espérance, consolent vos cœurs, et vous affermissent en toute bonne œuvre et en toute bonne parole! » (2 Thes. 2: 16-17).

11 Responses to B81-Dieu est un Père!

  1. Sylvie S. dit :

    Que Dieu soit loué et adoré sur la terre comme au ciel ! Jamais je ne le remercierais assez de m’avoir fait connaître la Vérité ! Combien cette mesure de foi qu’IL m’a donnée est la plus précieuse des perles ! Seigneur aide-moi à t’être agréable en toutes choses par la foi, par la foi, par la foi, comme Abraham, avec l’amour ! Ô merci Seigneur de ta grâce infinie pour tous les Saints qui t’aiment ! Gloire, honneur et puissance à l’Eternel des armées ! Amen

    J'aime

  2. jeanne dit :

    Merci pour ce message d’amour du PERE très cher frere Henri,
    Quel immense bonheur d’avoir reçu cette adoption, mon coeur éclate en chant d’allégresse, d’être enfant de DIEU, il me tarde de le voir.
    Combien sa bonté est grande, combien ses bienfaits sont nombreux, impossible de les compter, combien son amour est fidèle, mon oeil le voit alleluia!
    Que la gâce soit avec tous ceux qui aiment notre SEIGNEUR JESUS CHRIST dans l’incorruptibilité! Amen.

    J'aime

  3. vincent dit :

    Merci Franck marc ,pour partager cette vidéo avec nous ,et pour rectifier l erreur de la cote de l homme. Le nouveau testament nous dépeints pourtant l unité entre l homme et la femme, l un est complémentaire de l autre pour ne former qu’un. Même si l homme est autorité ou responsable du couple il n est pas supérieur a la femme. Je veux prier pour tous le peuple juifs de sangs qui, meme si ils sont sincère et zélés envers DIEU n on pas la connaissance de la réel justice de DIEU.
    Quelle poids sur leurs dos, « ce maitre » a désobéis au shabbat sur le simple fait de penser a son travail profane… quelle charge et pauvreté.
    Comment un cèdre tordue a sa base peut il se redresser par lui-même !?Comment une tunique blanche pleine de tache peut elle se purifiée et blanchir toute seul !?
    Comment l homme imparfait peut il se parfaire et rendre la paix sur terre par ces propre moyen ou par l étude et la répétition de rites !?
    Merci SEIGNEUR JESUS de nous avoir blanchie, purifies et redresser par ta condamnation INJUSTE, mais justice et rachat parfait de notre PERE céleste.
    Puissions nous juifs spirituels (oliviers sauvages) utiliser et faire fructifier cette grâce et tous les talents que DIEU nous a donner, pour en sauver quelques uns, manifester et leurs donner une sainte jalousie de l ESPRIT qui nous animes, de manière a ce qu’ ils puissent dire « oui DIEU est parmi eux »

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Vincent, Ceux qui se disent Chrétiens ont souvent donné aux Juifs une bien piètre image de ce qu’est le Christ, le Messie des Juifs! Nous devons prier pour que les Juifs comprennent que le Messie d’Israël est bien différent de l’image qu’en donnent souvent beaucoup de Chrétiens.

      J'aime

  4. josia dit :

    Bonjour frère Henri, et encore merci pour cet enseignement. Vous dîtes: « la Bible nous révèle que notre esprit a une forme », pourriez-vous préciser les passages bibliques auxquels vous vous rapportez. Merci, que Dieu vous bénisse. Fraternellement.

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Josia, Je pourrais citer par exemple Apocalypse 7: 9-17. Il y est parlé de la grande foule des « âmes » de ceux qui viennent de la grande tribulation. Ils ne sont pas encore ressuscités, puisqu’ils ne le seront qu’à Apocalypse 20. On voit qu’ils sont habillés, qu’ils parlent et qu’ils chantent. Ils sont en fait dans leur esprit. Il y a aussi dans l’Ancien Testament un passage où Saül invoque l’esprit de Samuel. Il est bien écrit que ce fut l’esprit de Samuel en personne qui se manifesta à Saül, parce que ce dernier l’avait dérangé du séjour des morts (1 Samuel 28:15). Certains disent qu’il s’agit d’un démon qui aurait pris la forme de Samuel, mais ce n’est pas ce que la Bible dit. Même la magicienne réalise qu’il s’agit du vrai Samuel, et elle en est toute effrayée (1 Sam. 28: 12). De manière générale, on voit dans la Bible que tous les esprits ont une forme, que ce soient les anges et les démons, et Dieu Lui-même, qui est Pur Esprit, S’est souvent manifesté sous forme humaine dans l’Ancien Testament. L’esprit de l’homme a donc une forme. Nous avons nous-même rencontré deux ou trois Chrétiens qui étaient morts et ressuscités, et ils ont constaté qu’après leur mort, ils possédaient un esprit qui avait une forme humaine, avec tête, bras, jambes… Certains ont même vu leur corps physique allongé dans un lit, au moment où ils l’ont quitté, et ont constaté que leur esprit était en parfait état! Notre esprit régénéré n’est ni malade ni infirme! C’est donc notre corps physique qui est construit selon le modèle de notre « homme intérieur, » qui est notre esprit. D’ailleurs, si l’apôtre Paul parle de notre esprit en l’appelant « l’homme intérieur, » c’est que cet « homme intérieur » a exactement une forme humaine, comme la forme de notre corps physique. Le corps glorieux que nous recevrons à la résurrection reproduira complètement la perfection actuelle de notre esprit. C’e’st pourquoi, nous devons savoir dès à présent que notre nouvelle nature régénérée, notre esprit, est bien un « homme nouveau » complet, sain et saint, qui est le vrai Temple du Seigneur. C’est à notre nouvelle nature pure et sainte que nous devons nous identifier, puisqu’elle est notre véritable identité en Christ! Quand Jésus crée quelque chose, Il le crée parfait!

      J'aime

  5. Franck Marc dit :

    Bonjour

    Merci Henry pour cet enseignement.

    J’écris juste à propos d’un détail, quoique…

    Eve n’est pas créée à partir d’une côte d’Adam mais à partir d’un côté. En hébreu il est écrit : « D’un côté du masculin, le féminin surgit. »
    – Ce qui semble nous rappeller la lance enfoncée dans le côté de Jésus lors de sa crucifixion… –
    Le professeur de philo et de judaïsme M. Armand Abecassis ouvre cette parenthèse à la 45ème minutes de sa conférence vidéo que je vous propose d’écouter entièrement bien sûr.

    Fraternellement

    Franck

    http://www.akadem.org/sommaire/themes/liturgie/7/3/module_4346.php#calques

    J'aime

  6. Kevin dit :

    Merci Henry pour cette enseignement.

    En parlant des corps. Dans genese 19, Lot donne à mangé à des anges. Il semblerait qu’il n’y à pas seulement des corps composés d’atomes. Si un ange peu manger, il doit avoir une sorte de corps mais qui n’a rien à voir avec le notre.

    Nous avons de la chance d’avoir un Dieu bon qui nous laisse pas tomber. Il est tellement plus facile de détester que d’aimer. J’ai un peu mal à réaliser à qu’elle point Dieu nous a aimé. C’est incroyable, mais vrai.

    J'aime

  7. Beugre Meledje Bernard dit :

    Merci frère Henri!

    Ainsi, il n’y a de fils que celui par qui le Père se revèle et celui qui revèle le Père,

    afin que par la foi en JESUS CHRIST, le Père et le croyant soient UN.

    Béni soit l’Esprit de vérité qui nous éclaire par ce ministère.

    J'aime

  8. Boris dit :

    Alléluia !

    J'aime

  9. Diane dit :

    Merci mon cher frère Henri, un autre message très édifiant.

    J'aime

%d blogueurs aiment cette page :