B86-Des ouvriers selon le coeur de Dieu.

Article de Henri Viaud-Murat.

Le Seigneur cherche des ouvriers dans Sa moisson! Des ouvriers selon Son coeur, capables de dispenser Sa Parole droitement, et de produire les oeuvres de Jésus! Qui veut répondre à cet appel?

Il est écrit dans l’Evangile de Matthieu: « Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité. Voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu’elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n’ont point de berger. Alors il dit à ses disciples: La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson. Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité » (Matthieu 9: 38-10: 1).

N’êtes-vous pas, vous aussi, ému de compassion devant tant de brebis du Seigneur, qui sont languissantes et abattues, comme des brebis qui n’ont point de berger?

Même les ennemis de Jésus, en particulier les Scribes et les Pharisiens, Lui reconnaissaient cette qualité:

« Maître, nous savons que tu parles et enseignes droitement, et que tu ne regardes pas à l’apparence, mais que tu enseignes la voie de Dieu selon la vérité » (Luc: 20-21).

De son côté, l’apôtre Paul écrit au jeune Timothée:

« Efforce-toi de te présenter devant Dieu comme un homme éprouvé, un ouvrier qui n’a point à rougir, qui dispense droitement la parole de la vérité » (2 Timothée 2: 15).

La Parole de Dieu est la Vérité, parce que Dieu Lui-même est la Vérité! Il n’y a pas de plus grande joie pour le Seigneur que de voir Ses enfants, et en particulier Ses ouvriers dans Sa moisson, marcher dans la Vérité, enseigner la voie de Dieu selon la Vérité, et dispenser droitement la Parole de la Vérité!

Aucun ministère de direction spirituelle, dans l’Église du Seigneur, ne peut s’affranchir de cette obligation, quel que soit ce ministère.

Nous savons qu’il existe cinq ministères de direction spirituelle dans l’Église, et tous ces ministères doivent travailler ensemble à un seul objectif commun: le perfectionnement des saints. Or il est impossible de perfectionner les saints, si les anciens ne dispensent pas droitement la même Parole de Vérité! Voici ce que dit l’apôtre Paul à ce sujet:

« Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ » (Éphésiens 4: 11-15).

Réalisez-vous l’importance capitale de la Vérité dans ce processus de perfectionnement des saints? C’est la Vérité qui nous édifie et qui nous perfectionne. L’objectif est simple: que tous les enfants de Dieu puissent parvenir:

* À l’unité de la foi.

* À l’unité de la connaissance du Fils de Dieu.

Or, la foi « vient de ce que l’on entend, et ce que l’on entend de la Parole de Dieu » (Romains 10: 17). L’unité de la foi ne pourra donc être réalisée que lorsque les enfants de Dieu recevront ensemble la même révélation de la Vérité de la Parole de Dieu, par l’action de l’Esprit Saint dans les coeurs.

Tant que les enfants de Dieu seront divisés sur l’interprétation de telle ou telle doctrine de la Bible, on ne pourra pas parler d’unité de la foi. Pour le Seigneur, il n’y a qu’une seule interprétation possible de Sa Parole, la Sienne!

De même, « l’unité de la connaissance du Fils de Dieu » ne pourra se faire en dehors de la connaissance exacte de la Vérité de la Parole de Dieu, car le Fils de Dieu EST la Parole de Dieu, et Il est aussi la Vérité!

Ainsi, des ministères qui dispensent la Parole de Dieu chacun en fonction de leur compréhension différente ou divergente de la révélation biblique travaillent, en fait, non à l’unité des Chrétiens, mais à leur dispersion!

Ce qui faisait la force et la puissance de l’Église primitive, c’est qu’elle était dirigée par les apôtres du Seigneur, qui avaient tous, unanimement, la même connaissance et la même compréhension de la Parole de la Vérité. « L’enseignement des apôtres, » l’un des quatre fondements de la vie de l’ Église, était un enseignement homogène, pur, sans aucune contradiction entre les apôtres.

Certains, comme Paul, avaient reçu des révélations plus profondes et plus « excellentes » que les autres, mais les autres apôtres reconnaissaient la validité et la véracité de ces révélations, et ils ne s’y opposaient pas.

Toute déviation par rapport à la Vérité était aussitôt discernée et traitée, afin que l’ Église continue à marcher dans la Vérité. Il y avait déjà des germes d’erreurs qui tentaient de se glisser dans l’Église. Mais les apôtres du Seigneur veillaient à les éliminer dès qu’ils se manifestaient.

Aujourd’hui, nous sommes à la fin des temps. Ce sont des temps d’apostasie et d’abandon de la Vérité. Une multitude d’ouvriers se sont levés, qui ne dispensent pas droitement la Parole de Dieu. Ils n’ont pas été appelés par le Seigneur. Déjà Paul avait prévenu les anciens de l’Église d’Éphèse:

« Lorsqu’ils furent arrivés vers lui, il leur dit: Vous savez de quelle manière, depuis le premier jour où je suis entré en Asie, je me suis sans cesse conduit avec vous, servant le Seigneur en toute humilité, avec larmes, et au milieu des épreuves que me suscitaient les embûches des Juifs. Vous savez que je n’ai rien caché de ce qui vous était utile, et que je n’ai pas craint de vous prêcher et de vous enseigner publiquement et dans les maisons, annonçant aux Juifs et aux Grecs la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus-Christ. Et maintenant voici, lié par l’Esprit, je vais à Jérusalem, ne sachant pas ce qui m’y arrivera; seulement, de ville en ville, l’Esprit-Saint m’avertit que des liens et des tribulations m’attendent. Mais je ne fais pour moi-même aucun cas de ma vie, comme si elle m’était précieuse, pourvu que j’accomplisse ma course avec joie, et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus, d’annoncer la bonne nouvelle de la grâce de Dieu. Et maintenant voici, je sais que vous ne verrez plus mon visage, vous tous au milieu desquels j’ai passé en prêchant le royaume de Dieu. C’est pourquoi je vous déclare aujourd’hui que je suis pur du sang de vous tous, car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher. Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’ Église du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang. Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. Veillez donc, vous souvenant que, durant trois années, je n’ai cessé nuit et jour d’exhorter avec larmes chacun de vous. Et maintenant je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, à celui qui peut édifier et donner l’héritage avec tous les sanctifiés » (Actes 20: 18-32).

Paul leur affirme tout d’abord qu’il ne leur « a rien caché de ce qui leur était utile, » et qu’il leur a annoncé « tout le conseil de Dieu. » Cela signifie qu’il leur a prêché la Parole du Seigneur dans toute sa plénitude et dans toute sa Vérité. Et c’est pour cela qu’il peut se déclarer « pur du sang » d’eux tous! Car un ministère qui ne prêche pas tout le conseil de Dieu, dans la Vérité de Sa Parole, souille ses mains du sang de ceux qu’il conduit à la perdition, au lieu de les conduire au salut.

Paul prévient aussi les anciens d’Éphèse qu’après son départ, il s’introduira parmi eux « des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau. » Il s’agit de faux ouvriers, des ouvriers de Satan, qui réussiront à s’introduire parmi les anciens. Ils exerceront leur ministère néfaste, avant tout, en introduisant des faux enseignements, des doctrines humaines, ou même des doctrines de démons.

Mais ce n’est pas tout! Il leur dit aussi qu’il s’élèvera parmi eux « des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. » Nous retrouvons ici encore l’effet pernicieux de l’enseignement de fausses doctrines.

C’est pourquoi Paul les recommande à Dieu et « à la Parole de Sa grâce, à Celui qui peut édifier et donner l’héritage avec tous les sanctifiés. »

Ceux qui ont été sanctifiés l’ont été par la pure Parole de Dieu. Jésus-Christ, priant Son Père, Lui dit, à propos de Ses disciples:

« Sanctifie-les par Ta Parole, Ta Parole est la Vérité » (Jean 17: 17).

C’est uniquement cette Parole de la grâce de Dieu qui peut édifier Ses disciples, et qui peut les faire pleinement entrer dans leur héritage spirituel, avec tous les sanctifiés!

Personne ne doit donc oser s’engager dans un ministère d’ancien, quel que soit ce ministère, s’il n’a pas, au fond de son coeur, un amour ardent et exclusif pour la Vérité de la Parole de Dieu! Personne ne doit oser affirmer une vérité comme étant biblique, s’il ne l’a pas soigneusement éprouvée à la lumière de la Parole de Dieu et du Saint-Esprit! Sinon, les conséquences spirituelles seront extrêmement graves, pour l’Église et pour lui-même!

Certains ministères, et nous pourrions même dire, beaucoup de ministères, n’osent pas aujourd’hui annoncer clairement et hardiment tout le conseil de Dieu, parce que les exigences de la Parole de Christ leur semblent trop absolues, face à toutes les « limitations » et les « impossibilités humaines » dont ils sont conscients.

Prenons l’exemple concret du ministère de pasteur, par rapport à celui de prophète. Le pasteur est journellement confronté à une multitude de problèmes pratiques, qui touchent à la vie intime des disciples. Il doit souvent passer son temps à « recoller les morceaux » qui ont été brisés par le prophète! Celui-ci, s’il exerce un véritable ministère de prophète, dénonce le péché, « taille dans le vif, » et appelle les croyants à revenir sans compromis au Seigneur et à Sa Parole. Tandis que le pasteur doit surtout édifier, restaurer, consoler et rassembler.

Il semble donc qu’il y ait une contradiction dans l’exercice de ces deux ministères et que, dans la pratique, il leur serait difficile, voire impossible de s’entendre. Mais il ne s’agit que d’une contradiction apparente.

Si le pasteur et le prophète sont tous deux remplis de l’Esprit de Dieu, et s’ils ont la même révélation de la Vérité de la Parole de Dieu, il est alors certain qu’ils vont recevoir la sagesse divine pour exercer leur ministère d’une manière conforme à la vérité de Dieu, sans tomber ni dans le légalisme, pour ce qui concerne le prophète, ni dans le compromis, pour ce qui concerne le pasteur! Leurs ministères seront harmonieusement complémentaires. Le prophète abattra ce qui doit être abattu, et le pasteur bâtira ce qui doit être bâti.

L’apostasie, c’est quand le prophète abat ce qui devrait être conservé devant Dieu, et que le pasteur bâtit ce qui devrait être abattu!

Pour exercer correctement leurs ministères respectifs, il est nécessaire que le prophète comme le pasteur aient reçu tous les deux la révélation de ce qui constitue une véritable nouvelle naissance, mais aussi la révélation de la manière dont nous pouvons marcher, concrètement, dans la perfection de notre nouvelle nature spirituelle.

Mais si le pasteur, par exemple, n’a pas compris quelle est la nature exacte de « l’homme nouveau » que nous sommes devenus en Christ, s’il est persuadé qu’il nous est impossible, tant que nous sommes sur cette terre, de marcher dans la perfection de Christ, même s’il croit que nous devons constamment y tendre, mais sans jamais y parvenir, pensez-vous réellement qu’il pourra apprendre aux brebis de Dieu à marcher par l’esprit, c’est-à-dire à marcher dans la Vérité?

« Marcher par l’esprit, » c’est marcher comme Christ a marché. C’est produire les mêmes oeuvres que le Seigneur Jésus! Combien de ministères sont réellement et intimement persuadés qu’une telle marche est possible, ici et maintenant, pour les disciples du Seigneur?

Si des pasteurs, ou des anciens, ne sont pas persuadés qu’une telle marche dans la perfection soit possible, c’est sans doute, la plupart du temps, parce qu’ils prennent le problème à l’envers. Au lieu de partir de la révélation de la Parole de Dieu, pour élever les hommes à Son niveau, ils partent de la constatation des limitations de la réalité humaine, pour abaisser la Parole de Dieu au niveau de cette réalité! Ils sont donc obligés de faire des compromis, sous prétexte que nous devons être « compatissants, » et que nous ne devons pas « placer la barre trop haut »!

Au lieu de voir ce qui a été accompli par Christ, ils continuent à ne voir que la triste réalité humaine, les échecs, les erreurs et les impossibilités qui sont le lot commun de tous les hommes, et même de beaucoup de disciples de Christ. Ils s’efforcent péniblement de « relever » le niveau spirituel du troupeau, au lieu de réaliser que Christ nous a déjà fait atteindre, en Lui et avec Lui, le plus haut niveau spirituel qu’il soit possible d’atteindre! Une fois que l’on a compris cela, il s’agit ensuite simplement d’apprendre à vivre concrètement, au niveau de notre vie quotidienne, cette réalité spirituelle qui est déjà la nôtre dans l’esprit.

J’espère que je me fais bien comprendre, car il s’agit là d’un point capital, absolument essentiel!

Prenons un exemple concret. Le Seigneur Jésus a dit à Ses disciples, dans Son Sermon sur la Montagne:

« Soyez donc parfaits, comme votre Père Céleste est parfait » (Matthieu 5: 48).

Selon la vision spirituelle qu’ils auront reçu de cette « perfection, » différents pasteurs auront une attitude pratique complètement différente!

Le pasteur qui croit que cette « perfection » est un objectif plus ou moins lointain à atteindre, tout en étant persuadé qu’il est impossible de l’atteindre pleinement, tant que nous serons sur cette terre, « dans notre corps de chair actuel, » celui-là ne peut que se montrer « indulgent » devant les échecs des brebis de Dieu, à cause de la faiblesse de leur « nature humaine. » Il ne peut qu’aboutir à des compromis par rapport à de nombreuses doctrines bibliques, qu’il juge trop radicales et trop absolues. Il invoquera plus facilement la « grâce » et « l’amour » de Dieu, qui nous « accepte tels que nous sommes, » pour excuser notre « incapacité d’obéir parfaitement » à la volonté de Dieu. Etant lui-même convaincu qu’il est impossible aux Chrétiens de marcher concrètement dans l’absolue sainteté de Dieu, et d’être réellement « parfaits » comme Dieu Lui-même est Parfait, sa foi en la puissance de Dieu est limitée! Il ne pourra pas aller au-delà des limites de sa foi. Un tel pasteur sera, et c’est bien normal, incapable de montrer aux disciples du Seigneur comment marcher par l’esprit, parce qu’il n’aura pas lui-même compris de quoi il s’agit.

En revanche, si un autre pasteur a parfaitement compris l’oeuvre de Christ, il saura que, lorsque nous passons par une nouvelle naissance spirituelle en Christ, nous devenons dans notre esprit, et par un don de la grâce de Dieu, un « homme nouveau » semblable à Christ. S’il a compris que cet « homme nouveau » est un homme complet, déjà créé dans une perfection absolue; s’il a compris que cet « homme nouveau » est « justice de Dieu en Christ; » s’il sait que cet « homme nouveau » a été créé « dans une justice et une sainteté que produit la vérité » (Éphésiens 4: 24); s’il sait donc que cette nouvelle création est déjà sainte et parfaite comme Dieu Lui-même est Saint et Parfait, ce pasteur aura un ministère pratique complètement différent du premier! Et sa compréhension de la Parole de Dieu sera également complètement différente!

Ce second pasteur pourra montrer aux brebis du Seigneur qu’elles possèdent déjà, dans leur esprit, une réalité après laquelle il ne leur est plus nécessaire de courir! Peuvent-elles chercher à atteindre ce qu’elles possèdent déjà? Car elles possèdent, dans leur esprit régénéré, la réalité de leur perfection en Christ! Il leur suffit à présent d’apprendre comment faire passer, toujours par la foi, cette réalité dans le concret de leur vie pratique, dans leur marche quotidienne. Tandis que le premier pasteur s’efforcera toujours d’atteindre cette réalité, mais sans jamais croire qu’il pourra un jour l’atteindre! Quelle différence capitale dans l’exercice du ministère de ces deux pasteurs!

En outre, on peut ajouter sans se tromper que le premier pasteur s’opposera toujours au ministère d’un vrai prophète de Dieu, tandis que le second exercera toujours son ministère en harmonie parfaite avec celui du prophète.

En effet, le premier pasteur, rempli de la pensée de nos incapacités et de nos impossibilités humaines, ignorant que nous possédons déjà la perfection et la sainteté de Dieu dans notre esprit, considèrera inévitablement que ce prophète, ou que son autre collègue pasteur, sont de purs légalistes. Il sera persuadé que ces deux autres ministères n’ont rien compris à la réalité pratique des gens, qu’ils exigent des Chrétiens des choses impossibles, et qu’ils mettent sur les épaules des brebis du Seigneur des fardeaux qu’ils sont incapables de porter!

Un véritable ministère de l’Esprit, qui connaît la puissance de Dieu, et qui sait ce que Christ a accompli pour nous, n’imposera jamais rien aux brebis du Seigneur. Il est à l’opposé du légaliste qui condamne et qui contraint! Il veut travailler uniquement par la persuasion et par la conviction que donne le Saint-Esprit. Mais il est également conscient que son ministère sera nécessairement perçu comme légaliste par ceux qui n’ont pas compris tout ce que Christ a réalisé par Sa mort et Sa résurrection.

Pour que les cinq ministères puissent s’entendre et collaborer harmonieusement au perfectionnement des saints, il est donc indispensable qu’ils aient au moins tous reçu une pleine révélation de la croix et de la nature d’une vraie nouvelle naissance en Christ! S’ils ne sont pas d’accord là-dessus, il n’y a aucune collaboration possible. Non seulement cela, mais ils travailleront nécessairement dans des directions opposées!

Rappelons donc en quoi consistent ces deux révélations capitales.

La croix représente le lieu de passage obligé entre l’ancien monde, contrôlé par Satan et le péché, et le nouveau monde, contrôlé par Dieu et Sa Justice. Pour entrer dans ce monde nouveau du Royaume de Dieu, tout ce qui vient de l’ancien monde doit passer par la croix, donc par la mort et la résurrection de Christ!

Sur la croix, le Seigneur Jésus n’a pas seulement porté nos péchés, nos maladies et la mort qui nous revenait, mais Il a aussi mis à mort, par Sa propre mort, notre ancienne nature de péché! Nous sommes morts, en Lui et avec Lui, à toute notre vie passée! Dans cette mort du Seigneur, sont donc mortes aussi toutes nos impossibilités humaines d’obéir parfaitement à toute la volonté de Dieu! En Christ et par Lui, tout devient possible!

Quand Christ est ressuscité, nous sommes aussi ressuscités à une vie nouvelle, en Lui et avec Lui. Lorsque nous nous convertissons à Jésus-Christ, après nous être repentis de nos péchés, Dieu nous fait passer par une nouvelle naissance. Le Seigneur fait mourir notre esprit, notre « vieil homme, » qui était coupé de Dieu à cause du péché, et Il le ressuscite en « homme nouveau. » En fait, nous sommes devenus cet « homme nouveau, » parfait et pur, créé dans la justice et la sainteté que produit la Vérité. Nous avons reçu une nouvelle nature créée à l’image de celle de Jésus. Nous sommes participants de la nature divine, et nous devenons alors parfaitement capables d’obéir à Dieu en toutes choses, pourvu que nous marchions par l’esprit, et plus par la chair.

Le Seigneur savait, quand Il nous demandait d’être « parfaits comme notre Père Céleste, » qu’il nous était impossible d’y parvenir sans que Lui-même nous transforme et nous fasse passer par une nouvelle naissance! A présent que nous sommes parfaits en Lui, il nous est possible de marcher dans la perfection. Il nous est possible de marcher par l’esprit et plus par la chair! Il nous est possible d’aimer nos ennemi comme Dieu les aime! Il nous est possible de rester seuls si notre conjoint nous quitte et demande le divorce! Il nous est possible de répondre naturellement aux exigences les plus absolues de Dieu, parce que notre nature a changé, et que Dieu nous en a rendus capables!

Plus rien n’est impossible à la nouvelle création, car elle a justement été créée pour que ce qui était impossible aux hommes pécheurs ou charnels devienne possible pour l’homme nouveau! Tout ce que fait notre nouvelle nature, elle le fait par la foi, pour que ce soit par la grâce de Dieu!

Vous comprenez bien que, dans ces circonstances, on ne peut plus raisonner en invoquant nos « faiblesses » et nos « impossibilités » humaines, pour excuser le fait que nous n’obéissions pas pleinement à tous les commandements de la nouvelle alliance, commandements qui sont bien plus exigeants que ceux de l’ancienne alliance!

Pour marcher selon cette nouvelle nature parfaite que nous avons reçue en Christ, il nous faut, bien entendu, commencer par croire que nous l’avons reçue! Car c’est en croyant que nous l’avons reçue que nous la verrons se manifester concrètement! C’est en croyant que je suis parfait en Christ, par la grâce de Dieu, et non par mes mérites, que je vais pouvoir commencer à me comporter comme quelqu’un de parfait!

Cette révélation de notre perfection spirituelle en Christ est tellement éloignée de la mentalité de la plupart des Chrétiens, et de la mentalité de la plupart des conducteurs chrétiens, que certains m’ont déjà accusé de « blasphémer » en affirmant que nous sommes parfaits en Christ! Ils me disaient: « Mais enfin, regarde la réalité! Constate l’état de l’Église! As-tu jamais vu, ou connu, quelqu’un qui vivait dans cette perfection? Qui es-tu pour te prétendre parfait? Ne sais-tu pas que nous sommes, et que nous serons toujours, de pauvres pécheurs imparfaits, sauvés par grâce? »

Comprenez-vous? On dirait que certains trouvent glorieux et pieux de se considérer comme imparfaits devant Dieu! Ils ne savent pas que, quand Dieu crée quelque chose ou quelqu’un, Il le crée nécessairement parfait! Au lieu de constater la réalité divine de la Parole de Dieu et de la nouvelle création, ils constatent la triste réalité des hommes! Comment peuvent-ils s’en sortir?

Je leur réponds: « Oui, nous étions de pauvres pécheurs! Mais justement, nous avons été sauvés par grâce! Et Dieu, dans Sa bonté, en nous sauvant, n’a pas voulu nous garder dans notre ancienne nature de péché, mais Il nous en a donné une nouvelle, semblable à celle de Son Fils, semblable à la Sienne! Il n’est pas question pour moi de vous affirmer que je suis absolument parfait dans tous les aspects de ma vie pratique. Dans ce domaine, je suis en voie de perfectionnement et de sanctification. Mais je peux vous affirmer que je suis absolument parfait dans ma nouvelle nature, dans l’homme nouveau que je suis dans mon esprit régénéré! Et je peux vous dire aussi que cette perfection absolue que je possède dans mon esprit, vous la possédez aussi dans le vôtre, si vous aussi vous êtes nés de nouveau en Christ! »

Oh, la magnificence et la perfection de l’oeuvre de Christ! Oh, la nécessité de bien la connaître! Oh, la nécessité de croire en Celui que le Père nous a envoyé, et en toute Son oeuvre!

Dès lors, tout le travail des différents ministères, quand ils ont bien compris ces réalités glorieuses, ne consiste plus à tenter de faire péniblement atteindre aux disciples une perfection qui se dérobe sans cesse à leurs efforts, mais il consistera à faire comprendre ces réalités spirituelles à tous les disciples, et à leur expliquer, simplement, de quelle manière ils peuvent commencer à marcher concrètement dans ces réalités qui sont déjà les leur! C’est un tout autre programme!

Si nous croyons sincèrement que Dieu nous a donné une nouvelle nature créée à Son image, et parfaitement capable d’obéir à toute Sa volonté, rien ne nous sera jamais trop difficile, rien ne nous sera jamais plus impossible! Cela ne devient difficile ou impossible que lorsque nous ne sommes pas dans la foi, c’est-à-dire lorsque la chair nous domine!

Il est impossible à la chair d’obéir à la volonté de Dieu! Un Chrétien, même né de nouveau, s’il est contrôlé par la chair, sera dans l’impossibilité d’obéir parfaitement à son Seigneur. Parce que la chair rend toujours la Parole de Dieu sans force!

Nous devons donc savoir que la chair a déjà été crucifiée par la mort de Jésus! La chair est une puissance de péché qui demeurera dans nos membres jusqu’à notre mort, ou jusqu’au retour de Jésus, et tant que nous n’aurons pas reçu notre corps ressuscité. La chair s’opposera toujours à l’esprit!

Mais si nous avons compris que Dieu nous a déjà délivré de l’emprise de la chair, dans notre nouvelle nature, si nous avons réalisé que nous sommes déjà passés « de l’autre côté de la croix, » du « bon côté » de la croix, du côté du Royaume de Dieu, et que la chair est restée « de l’autre côté », dans le royaume de Satan, plus rien ne nous sera impossible concernant la volonté de Dieu! Entre la chair et l’esprit, se dresse maintenant la barrière infranchissable de la croix! Pourvu que nous sachions de quel côté nous sommes!

Nous savons alors que « la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ » nous a libérés de « loi du péché et de la mort » qui est dans la chair! La chair est bien toujours présente dans nos membres, mais elle est « morte » pour nous! Elle est vivante dans le royaume de Satan, mais morte dans le Royaume de Dieu, parce qu’elle n’y a pas accès! Et nous, qui sommes de nouvelles créations en Christ, nous vivons dans le Royaume de Dieu! Nous sommes dans le Royaume de Dieu, et le Royaume de Dieu est en nous! La chair a perdu toute sa puissance!

Gloire à Dieu, qui a rendu possible pour nous tout ce qui nous était impossible quand nous étions perdus, ou quand nous étions des Chrétiens charnels!

Nous ne raisonnons plus selon les pensées des hommes, mais nous avons la pensée de Christ! Nous ne raisonnons plus selon les valeurs de l’humanisme de ce monde, mais nous vivons selon les valeurs de Dieu!

Nous ne faisons donc plus de compromis avec la Vérité de la Parole de Dieu, parce que nous savons que nous n’avons plus besoin de faire des compromis! Nous n’avons plus à invoquer nos « impossibilités » pour rabaisser « la barre de Dieu » à notre niveau humain! Nous ne penserons plus jamais que Dieu a « placé Sa barre trop haut, » puisque c’est Dieu Lui-même qui nous a établis, en Christ, à la hauteur spirituelle la plus élevée! Nous n’aurons plus besoin de faire des prodiges d’ingéniosité pour tordre la Parole de Dieu, et la faire entrer de force dans notre moule humain!

C’est pourquoi Paul a dit et répété:

« Ce n’est pas pour baptiser que Christ m’a envoyé, c’est pour annoncer l’Evangile, et cela sans la sagesse du langage, afin que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine. Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu. Aussi est-il écrit: Je détruirai la sagesse des sages, Et j’anéantirai l’intelligence des intelligents. Où est le sage? où est le scribe? où est le disputeur de ce siècle? Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde? Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse: nous, nous prêchons Christ crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens, mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs. Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes. Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n’y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes; et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu’on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu. Or, c’est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption, afin, comme il est écrit, Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur. Pour moi, frères, lorsque je suis allé chez vous, ce n’est pas avec une supériorité de langage ou de sagesse que je suis allé vous annoncer le témoignage de Dieu. Car je n’ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (1 Cor. 1: 17-2: 2).

Lorsque différents ministères comprennent et vivent ces paroles, alors ils pourront réellement travailler ensemble dans la même direction et dans le même Esprit! Alors ils peuvent satisfaire le coeur de Dieu! C’est ce qui est en train de se passer en ce moment même. Les brebis du Seigneur, qui veulent être prêtes pour Son retour proche, et qui ne veulent entendre que Sa voix, sont partout en train de se détacher des ministères qui ne savent pas leur expliquer en quoi consiste la nouvelle création et la marche par l’esprit, ou, tout simplement, qui ne leur disent pas la Vérité. Les brebis de Dieu en ont assez des mensonges ou des vérités simplement humaines! Elles en ont assez d’être conduites dans des compromis et de « tourner en rond dans le désert »! Elle veulent connaître la Vérité, et elles sauront reconnaître la Vérité! Elles veulent pénétrer pleinement dans leur « pays de Canaan » spirituel, qui est celui de la parfaite victoire sur tous nos ennemis!

Mais, entre le désert de la chair et le pays de Canaan de l’esprit, encore faut-il franchir notre Jourdain, qui est le fleuve de la mort, l’image de la croix!

Je refuse moi-même de discuter avec les « disputeurs » qui m’accusent d’être un légaliste qui place un fardeau trop lourd sur le dos des disciples. Dans la mesure où ce que j’enseigne est vraiment la Parole de Dieu, et seulement dans cette mesure, ces contestataires ne se rendent pas compte qu’ils ne font qu’accuser Christ Lui-même de placer ce fardeau sur Ses disciples! En faisant cela, ils sont encore animés par la sagesse de ce monde, et n’ont toujours pas compris en quoi consistait la sagesse de Dieu.

Demandons au Seigneur, non seulement de nous conduire toujours dans toute la Vérité, mais aussi d’ouvrir les yeux de tous ceux qui sont encore aveuglés à cette Vérité, pour qu’ils voient les merveilles de Christ, de Son oeuvre et de Sa nouvelle création, jusqu’à ce qu’ils puissent, eux aussi, s’écrier: « Je n’ai pas la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié »!

40 Responses to B86-Des ouvriers selon le coeur de Dieu.

  1. Sylvie S. dit :

    Chère soeur Kenda, oui je suis d’accord avec toi, c’est du copier/coller! J’ai même entendu un genre jazzy-blues; cela ne s’arrête plus quand la poudre est allumée…

  2. Kenda dit :

    Chère Sylvie S., je comprends ce que tu veux dire. Je me rappelle que récemment on m’a fait écouter du « rap chrétien ». Photocopie du rap du monde mais avec des paroles chrétiennes. Dans le clip tout était là: vêtements casquettes, gestes de la main. Si je coupais le son cela m’aurait fait penser à n’importe quel clip du monde. Il faut dire que cea attire, l’église parait « moderne » il y a de « l’ambiance » et ça fait le show. A la personne qui me l’a montré, je ne lui ai dit dans l’amour que je n’étais pas trop convaincue par cela. Mais je suis vraiment étonnée de voir quel « copier/coller » les Chrétiens peuvent être amenés à faire, sous prétexte d’être « in ». Et cela attire! Je dis copier/coller, car il n’est pas rare que des chansons qui ont fait le buzz dans le monde soit prises, pour mettre des paroles chrétiennes sur la mélodie. Aujourd’hui, il y en a pour toutes les sauces:rap/rock/ reggae « chrétiens ».
    Enfin bref, le Seigneur est là pour nous conduire dans ce qui est bon, ou pas.

  3. Sylvie S. dit :

    Merci pour ta réponse Henri. Oui, c’est vrai que cela ne peut être que par l’Esprit qu’on peut juger de tout ! OK, Jésus me guidera au cas par cas. Si je vais dans une mauvaise direction, IL m’arrêtera et me dira quoi faire, si je Lui pose la question. M’appuyant sur Sa parole, je sais que je peux LUI faire confiance ! Quelle bénédiction que d’avoir la vie en Jésus ! Gloire à Dieu !
    Sois béni Henri, et encouragé aussi dans tout ton travail journalier, ainsi que ton épouse ! Amen

  4. Sylvie S. dit :

    Cher Henri, peux-tu détailler ce que doivent être les chants et les danses pour un chrétien né de nouveau ? Avec la diversité surabondante ici-bas, pour certaines choses, je suis encore perplexe, notamment sur la musique un peu plus moderne, pas rock mais plutôt variété. Par contre, cette mode des bannières et la danse qui s’y joint ne m’ont jamais attirée. Cela m’a souvent fait penser à des pratiques new-age. Toutefois, je me disais que peut-être j’étais trop sévère et qu’on pouvait brandir une bannière pour honorer Dieu ? Cela va faire plusieurs années maintenant que je LUI ai demandé son avis. Le Seigneur m’a répondu par Sa parole au Cantique des Cantiques : la bannière qu’IL déploie, c’est l’Amour !
    Mais certains m’ont dit : « Ces bannières sont fabriquées dans l’amour de Dieu, Dieu veut aussi développer notre côté artistique et on les brandit dans la joie, la fraternité, c’est une manière parmi d’autres de glorifier Dieu. »
    Si on réfléchit un peu, les bannières ce sont des trucs qu’on utilisait sur les champs de bataille, cela fait partie de l’ancienne alliance! Ou aujourd’hui, du champs de bataille de l’adversaire! Pour moi, la réponse de Dieu est claire ! Cela ne sert à rien de brandir des bannières et de faire le show; où lisez-vous que les disciples ont fait la même représentation ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Sylvie S., Quand David chantait, sautait et dansait devant l’arche, c’était dans l’Esprit. Quand le paralytique de la Belle Porte a été guéri, et qu’il est entré dans le Temple en sautant et louant Dieu, c’était aussi dans l’Esprit! Mais quand les faux prophètes de Baal sautaient et dansaient devant leur autel, c’était dans la chair! Il n’est pas possible de faire une description détaillée des chants et danses qui devraient être pratiquées par un Chrétien spirituel. Mais un Chrétien spirituel, conduit par l’Esprit, saura toujours de quelle manière chanter et danser dans l’Esprit! Déjà, chanter dans l’esprit, c’est aussi chanter en langues! On ne peut donc pas juger selon l’apparence des choses. mais on doit juger selon la vérité, et discerner quelle est l’inspiration d’un chant, d’une danse, ou te tout autre manifestation visible, si cette inspiration vient de la chair, ou vient de l’esprit régénéré!

  5. jecomprendsmieux dit :

    Ah oui, frère Henri, c’est exactement cela. Tu l’expliques très bien chapeau ! J’avais effectivement vécu cette forte conviction de péché, me sentant sale et honteuse devant le Seigneur, j’avais passé des jours voire des semaines dans cet état de PPP (Pauvre Pecheur Perdue), pleurant, me demandant comment j’avais pu faire toutes ces horreurs, ces abominations (péchés) qui défilaient constamment devant moi contre Dieu.
    Puis, j’ai demandé pardon au Seigneur. Ensuite, je me suis sentie changée de l’intérieur en un instant paf!: c’était ma consolation que je venais de recevoir de Dieu, on aurait dit que mon cerveau se retournait à l’intérieur de moi comme on retourne une crêpe dans une crêpière.
    Je me sentais complètement changée de l’intérieur, dans une paix qui surpasse toute intelligence sans réellement comprendre de quoi il en retournait.
    J’étais allée me mirer le lendemain en croyant que j’étais devenue, même physiquement une autre personne. Et non, c’est la même tête que j’avais dans de la glace!
    Ce n’est que quelques jours après lorsque je ressentais fortement la haine du péché dans mon coeur qui me poussait à faire du ménage dans ma vie, mes relations, mes affaires personnelles que le Saint-Esprit en personne m’avait revélé que j’étais née de nouveau!!! C’est alors que j’avais compris ce que c’était la nouvelle naissance que venait de connaître mon esprit. Tout venait de Dieu, j’avais rien fait moi, personne n’avait prié pour moi, personne ne m’avait imposé les mains, le Seigneur opérait lui-même cette oeuvre en moi et chez moi.
    Tout ce que je me souviens avoir fait était juste de reconnaître mon état de pécheur et de demander pardon.
    Et depuis, le Seigneur, toujours lui, mon Seigneur adoré, est occupé à me transformer de gloire en gloire et de victoire en victoire. Yes! Gloire à toi Seigneur Jésus !!!

  6. jecomprendsmieux dit :

    Merci frère Henri pour cette explication on ne peut plus claire. Si je comprends bien pour toi, un Chrétien qui n’est né de nouveau en Christ est considéré comme étant un païen, même s’il croit quand même en Dieu? Même si cette personne va à l’église, chante, danse, tape des mains, et prie Dieu tout comme les autres? Et qu’auparavant, un jour, cette personne avait répondu à l’appel du pasteur d’aller devant pour donner sa vie à Jésus?
    Au fait, cette prière faite lors de ces appels devant n’est-elle pas la nouvelle naissance? il y a pourtant une confession de la bouche et des pleurs pour certains. Perso, je ne l’ai jamais faite, je suis née de nouveau à travers d’autres circonstances organisées par le Seigneur lui-même. Reçois mes actions de grâce pour cela, Seigneur !!!

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur jecomprendsmieux, La nouvelle naissance n’est acquise QUE par une repentance sincère et la foi réelle en Jésus, en Sa Personne et en Son oeuvre. C’est parce que le Saint-Esprit a convaincu de péché, de justice et de jugement. Le pécheur répond alors à l’appel de Dieu, de tout son coeur. Une vraie nouvelle naissance ne se juge pas d’abord par la fréquentation des réunions, ni la vigueur des chants ou des danses, mais par le fruit de l’Esprit que le nouveau converti commence à produire, et veut absolument produire: la recherche de la sainteté pratique, le désir sincère d’obéir en toutes choses au Seigneur, par l’esprit et dans l’Esprit. Certes, on peut aussi danser et chanter quand on est né de nouveau, il n’y a pas de problème à cela! Mais cela ne suffit pas, pas plus que les pleurs abondants! J’en ai tellement connu qui versaient de chaudes larmes, mais qui recommençaient aussitôt à pécher sans trop s’en soucier! Jésus n’a jamais fait d’appels aux pécheurs comme on le voit dans beaucoup d’églises. Mais Sa prédication était tellement remplie de l’Esprit que les coeurs étaient vivement touchés, comme au jour de la Pentecôte. L’appel de l’Esprit résonnait dans les coeurs. C’est de cette prédication apostolique dont nous avons besoin, et pas de ces prédications à l’eau de rose qu’on entend parfois, ou trop souvent! Nous n’avons pas besoin de la religiosité, nous avons besoin de la Vie de Jésus!

  7. jecomprendsmieux dit :

    Bonjour frère Henri, je suis tout à fait d’accord avec votre réponse du 29 avril à 21h12. En effet, tout comme le salut, la guérison divine mieux, la santé divine, la protection divine, la victoire divine…, la prospérité divine est disponible pour tous, notre Dieu nous les ayant gracieusement accordés. Sauf que tout le monde n’y accède pas, pourtant tout cela est disponible pour tous! Je pense que le véritable problème dû à ça est que beaucoup ne sont pas conscient du « pas » de foi qu’il faut à tout prix poser pour s’emparer de toutes ces grâces que notre Père Céleste nous a déjà données. Notre Dieu étant par ailleurs un Dieu de principes, je pense que rien n’est malheureusement acquis de façon automatique. Notre foi doit être par conséquent accompagnée d’actes correspondants, comme cela nous est démontré dans Jacques 2:14 à 26.
    En passant, frère Henri, pourrais-tu s’il te plaît m’éclaircir le verset 19 de Jacques 2? Que voulait réellement dire Jacques (Serviteur de Dieu) en comparant une personne qui croit en Dieu aux démons qui le font aussi? Voulait-il dire que certains Chrétiens ressemblent aux démons dans certains domaines de leur vie spirituelle, sans s’en rendre compte?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Jecomprendsmieux, La vraie foi est une certitude absolue dans le coeur, qui est nécessairement accompagnée d’une confession de la bouche, et des actes correspondants. Cette vraie foi s’appuie sur la Parole de Dieu, ou la révélation du Saint-Esprit. La foi des démons n’est pas la même que cette foi dont je viens de parler! Ils ont bien la certitude que Dieu existe, mais leur nature mauvaise n’est pas changée pour autant, et ne peut pas l’être. S’ils croient que Dieu existe, c’est en tremblant, car ils savent ce qui les attend! Ce qu’ils croient ne peut pas être accompagné des actes correspondants. Un païen peut aussi croire en Dieu, mais s’il n’est pas né de nouveau en Christ, sa foi en Dieu ne sera pas vivante, ni accompagnée des actes correspondants. Jacques insiste donc sur le point que la vraie foi est toujours accompagnée des oeuvres correspondantes. Et ce sont ces oeuvres qui prouvent que la vraie foi est présente! Il suffit donc de nous écouter parler et de nous voir agir, pour savoir si nous avons la vraie foi ou pas!

  8. kevin dit :

    Oui, je sais bien, cher Henri.
    J’allais oublier, merci à tout ceux qui ont prié pour moi à ce moment-là!