B88-Nouvelle naissance et sanctification.

Article de Henri Viaud-Murat.

Connaissez-vous clairement la différence entre la nouvelle naissance spirituelle, qui est instantanée, et la sanctification, qui est progressive?

Le Seigneur Jésus a dit à l’un des principaux Pharisiens, Nicodème, que les hommes devaient passer par une nouvelle naissance afin de pouvoir entrer dans le Royaume de Dieu, et aussi de pouvoir « voir » le Royaume de Dieu.

Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit: Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître? Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne t’étonne pas que je t’aie dit: Il faut que vous naissiez de nouveau. Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit » (Jean 3: 3-8).

Il y a dans ce passage une phrase que nous devons analyser avec attention:

« Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. »

Notre « première naissance » est une naissance de la chair, ou selon la chair. Il s’agit de la naissance de tout être humain sur cette terre. Il naît « dans la chair » et « de la chair. » Il hérite, par sa naissance terrestre, du péché originel de ses premiers parents. Il est donc, par nature, un pécheur coupé de Dieu. Cette nature de péché, dont il a hérité par sa naissance charnelle, le poussera plus tard, en grandissant, à commettre toutes sortes de péchés. La conséquence du péché, c’est la mort. Cet être humain qui est né dans la chair naît donc dans la mort, et pour mourir.

Dieu, qui est la Vie, et la Vie éternelle, a voulu sauver cet être humain qu’Il a créé. Pour cela, Il doit le faire sortir de la mort, le faire pénétrer dans Sa Vie, et faire pénétrer Sa Vie en lui. En quelque sorte, la mort, ce n’est pas l’absence de vie, mais c’est une vie sans Dieu, qui aboutit à la perdition éternelle, à une éternité sans Dieu.

Annoncer la Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ, c’est proclamer que Dieu a envoyé Jésus-Christ Son Fils Unique dans une chair semblable à la nôtre, mais sans péché, afin d’accomplir l’expiation de notre péché. Il a pris dans Son corps, sur le bois de la croix, tout le Péché de l’humanité, depuis le premier homme jusqu’au dernier, et Il a reçu la condamnation qui nous revenait, c’est-à-dire la mort.

Dans Sa mort, le Seigneur Jésus a entraîné la mort qui pesait sur toute l’humanité. Il a « ôté le voile » qui recouvrait tous les hommes, et Il a anéanti la mort. La Justice de Dieu a ainsi été satisfaite, et le Seigneur pouvait alors procéder à une nouvelle création spirituelle, l’ancienne création étant abolie par la mort de Jésus.

Le prophète Esaïe a magnifiquement annoncé ce grand salut qui devait nous être donné en Jésus-Christ:

« L’Éternel des armées prépare à tous les peuples, sur cette montagne, un festin de mets succulents, un festin de vins vieux, de mets succulents, pleins de moelle, de vins vieux, clarifiés. Et, sur cette montagne, il anéantit le voile qui voile tous les peuples, la couverture qui couvre toutes les nations; il anéantit la mort pour toujours; le Seigneur, l’Éternel, essuie les larmes de tous les visages, il fait disparaître de toute la terre l’opprobre de son peuple; car l’Éternel a parlé. En ce jour l’on dira: voici, c’est notre Dieu, en qui nous avons confiance, et c’est lui qui nous sauve; c’est l’Éternel, en qui nous avons confiance; soyons dans l’allégresse, et réjouissons-nous de son salut! » (Esaïe 25: 6-9).

Ce grand salut nous est donné par grâce. Il n’est accessible que par la foi en Jésus-Christ. Tous ceux qui croient en la Personne et en l’œuvre du Seigneur Jésus reçoivent le pardon de tous leurs péchés. Mais ils reçoivent un don encore plus précieux que le pardon de leurs péchés! Ils passent par une nouvelle naissance instantanée!

Jésus a dit à Nicodème: « Ce qui est né de l’Esprit est esprit! »

Cela signifie deux choses: cette nouvelle naissance est l’œuvre de l’Esprit de Dieu, et cette nouvelle naissance concerne notre esprit. L’Esprit de Dieu fait passer notre esprit par une nouvelle naissance.

La Bible nous révèle que l’être humain est composé de trois parties: l’esprit, l’âme et le corps. Voici ce que nous dit l’apôtre Paul:

« Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ! Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera » (1 Thessaloniciens 5: 23-24).

Nous devons soigneusement remarquer les expressions employées par l’apôtre. Tout d’abord, Il nous révèle que notre être se compose d’un esprit, d’une âme et d’un corps physique. Ensuite, il prie que ces trois parties de notre être soient « conservées irrépréhensibles, » ou irréprochables, « lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ. » Ce qui est « conservé » dans un certain état signifie que cet état est déjà accompli, avant d’être conservé! Notre être entier doit donc parvenir à un état irréprochable avant l’avènement du Seigneur, puis être conservé dans cet état, lors de l’avènement du Seigneur.

Enfin, Paul nous dit que c’est le Seigneur qui le fera, car Il est fidèle. L’apôtre emploie ce verbe au futur. Cela signifie qu’au moment où parle Paul, notre être entier n’est pas encore parvenu à cet état irréprochable, mais que Dieu, qui est fidèle, le fera parvenir à cet état avant l’avènement du Seigneur.

Au moment de notre nouvelle naissance, seul notre esprit parvient à la perfection de Christ. Il est instantanément recréé dans la justice et la sainteté de Dieu. Notre corps physique n’atteindra à la perfection que lors de sa rédemption finale, au moment de sa résurrection.

Nous devons aussi faire attention à l’emploi du mot « irréprochable. » Ce n’est pas un mot que l’apôtre Paul a utilisé de manière fortuite. Il savait très bien ce qu’il voulait dire. Que signifie ce mot « irréprochable »? Il signifie que l’on a aucun « reproche » à faire à la personne que l’on examine. Cela ne signifie pas que cette personne ait atteint la perfection dans tous les domaines. Mais cela signifie que, dans l’état où elle se trouve, on ne peut lui faire aucun reproche.

En effet, nous savons que notre corps physique, lors de notre nouvelle naissance spirituelle, reste inchangé. Il n’est pas encore ressuscité. Il reste soumis à la faiblesse et à la mort physique, du moins jusqu’au retour du Seigneur pour enlever Son Église.

En effet, Paul nous révèle que le Seigneur Jésus viendra d’abord enlever Son Église, avant de revenir avec elle régner sur cette terre. Au moment du retour du Seigneur, notre corps physique doit passer par une résurrection, pour ce qui concerne les Chrétiens qui sont « morts en Christ, » ou par un changement complet, pour ce qui concerne les Chrétiens qui seront vivants lors de ce retour du Seigneur.

« Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible; il ressuscite incorruptible; il est semé méprisable, il ressuscite glorieux; il est semé infirme, il ressuscite plein de force; il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S’il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel. C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. Mais ce qui est spirituel n’est pas le premier, c’est ce qui est animal; ce qui est spirituel vient ensuite. Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre; le second homme est du ciel. Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes. Et de même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste. Ce que je dis, frères, c’est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité. Voici, je vous dis un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité. Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite: La mort a été engloutie dans la victoire. O mort, où est ta victoire? O mort, où est ton aiguillon? L’aiguillon de la mort, c’est le péché; et la puissance du péché, c’est la loi. Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ! » (1 Corinthiens 15: 42-57).

Paul appelle ce corps de chair que nous avons actuellement un « corps corruptible, méprisable, infirme, et animal »! Lors du retour du Seigneur, ce corps sera changé en un clin d’œil, en un instant, et deviendra un « corps incorruptible, glorieux, plein de force, et spirituel. »

Il est donc parfaitement évident que notre corps physique actuel ne sera pas transformé en corps spirituel avant le retour du Seigneur, mais il le sera juste au moment du retour du Seigneur, lorsque la dernière trompette sonnera.

Paul écrit aux Thessaloniciens:

« Nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance au sujet de ceux qui dorment, afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n’ont point d’espérance. Car, si nous croyons que Jésus est mort et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts. Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur: nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts. Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles » (1 Thes. 4: 13- 18).

La première résurrection des morts se produira donc exactement au moment du retour du Seigneur pour enlever Son Église. Il ne s’agira pas encore du retour du Seigneur pour régner sur la terre, mais du retour du Seigneur pour enlever l’Église « dans les airs, » à Sa rencontre. C’est seulement à ce moment précis que se produira la résurrection de notre corps physique, ou encore la « rédemption de notre corps physique. » Cette rédemption de notre corps nous a bien été acquise sur la croix, mais elle ne se manifestera qu’au moment du retour du Seigneur.

Par conséquent, l’état « irréprochable, » que notre corps physique doit atteindre avant le retour du Seigneur, ne peut pas concerner sa résurrection. Notre corps doit être rendu irréprochable avant de passer par la résurrection physique. Que signifie donc cet état irréprochable?

Cela signifie que notre corps physique ne sera plus un obstacle à la pleine manifestation de la Vie de Christ, qui anime et remplit déjà notre esprit régénéré. Avant le retour du Seigneur, tous les Chrétiens qui composent le Corps de Christ auront donc nécessairement compris la signification de la croix, et sauront ce que signifie « ne plus marcher selon la chair »! Ils sauront ce que signifie « marcher selon l’esprit »!

La « chair » actuelle de notre corps physique n’est pas encore la « chair » de notre corps spirituel ressuscité. A la résurrection de notre corps, nous recevrons un nouveau corps de chair et d’os, mais il s’agira d’une « chair spirituelle, » d’une matière nouvelle, dans laquelle le péché n’habitera plus. Ce nouveau corps glorieux sera semblable au corps du Seigneur Jésus, après Sa résurrection. Dans Son corps ressuscité, Il a pu Se montrer à Ses disciples, manger et boire avec eux. Il leur a dit qu’Il n’était pas un « esprit, » parce qu’un esprit n’a « ni chair ni os. » Le Seigneur avait bien un corps de chair et d’os, mais il s’agissait d’un corps ressuscité, spirituel, glorieux et plein de force, sur lequel la mort n’avait plus aucun pouvoir. Il est clair que cela n’est pas la situation de notre corps physique actuel.

Toutefois, si notre corps physique actuel reste faible, et s’il est encore soumis à la mort physique, il est déjà complètement libéré de la puissance du péché, grâce à l’œuvre de Christ à la croix, même si la mort continue à habiter dans nos membres. Il est très important de le réaliser.

Dans la Bible, « mort » et « péché » sont pratiquement deux termes synonymes. De même que la Vie et la Sainteté de Dieu sont inséparables, la mort est inséparable du péché. Lorsqu’il est écrit que « le péché est entré dans le monde, » quand Adam et Ève ont péché, cela signifie aussi que « la mort est entrée dans le monde. »

« C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché » (Romains 5: 12).

La mort est toujours la conséquence du péché. La mort accompagne toujours le péché. Mort et péché sont inséparables!

Si notre corps physique actuel est encore soumis à la mort, c’est parce que le péché continue d’habiter dans notre corps mortel. Toutefois, même si le péché habite dans notre corps mortel, celui-ci a été totalement affranchi de la puissance du péché, grâce à la mort de Jésus. Notre corps physique peut, dès à présent, devenir un instrument de la justice de Dieu. Notre corps mortel peut donc être libéré de tout « reproche, » à condition que nous apprenions à faire de notre corps un instrument de l’esprit, et non plus de la « chair, » au sens de « chair de péché. »

Notre corps physique actuel est encore une « chair de péché, » en ce sens que le péché habite encore dans la chair de notre corps physique. Mais nous possédons en nous, dans notre esprit déjà régénéré, la Vie éternelle, par la présence permanente du Saint-Esprit. Or, le Saint-Esprit est un Esprit de Résurrection! Si nous connaissons l’œuvre de la croix, et si nous sommes dans la foi, l’Esprit de Celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus transmettra donc la Vie de Dieu en permanence à notre corps mortel! La présence de la mort dans notre corps mortel ne sera plus un obstacle à la parfaite manifestation de la Vie de résurrection qui se trouve dans notre esprit régénéré, par le Saint-Esprit!

« En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit. Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s’affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l’esprit s’affectionnent aux choses de l’esprit. Et l’affection de la chair, c’est la mort, tandis que l’affection de l’esprit, c’est la vie et la paix; car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas. Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu. Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu » (Romains 8: 2-14).

Si l’apôtre Paul insiste tellement pour avertir les Chrétiens, de Rome ou d’ailleurs, qu’ils ne doivent pas « marcher selon la chair, » c’est qu’il est encore possible pour un Chrétien de « marcher selon la chair »! Si cela n’était pas possible, il leur dirait simplement: « A présent que vous êtes Chrétiens, vous savez qu’il vous est complètement impossible de marcher selon la chair! Gloire à Dieu! » Mais il n’en est pas ainsi!

Dans la plupart de ses lettres, Paul enseigne aux Chrétiens qu’ils ont été effectivement libérés de toute la puissance du péché, mais que cette puissance de péché continue d’habiter dans leurs membres, et qu’ils doivent donc apprendre de quelle manière annuler en permanence, par la foi, la loi du péché et de la mort, en ayant recours à la loi de « l’Esprit de Vie en Jésus-Christ. »

La loi du péché et de la mort agit dans la chair, tandis que la loi de l’Esprit de Vie en Jésus-Christ agit dans notre esprit régénéré. Un Chrétien qui ignore la puissance de la croix ne pourra pas avoir la foi nécessaire pour « activer » la loi de l’Esprit de Vie. D’où l’importance vitale de la « prédication de la croix, » pour montrer aux Chrétiens de quelle manière ils vont pouvoir marcher selon l’esprit, et manifester, dans leur corps physique actuel, la perfection qu’ils ont déjà acquise dans leur esprit.

Cet apprentissage progressif de la manifestation de la perfection et de la sainteté que nous avons reçues dans notre esprit régénéré s’appelle la « sanctification. »

La sanctification ne concerne pas notre esprit. Notre esprit régénéré est déjà saint, pur et parfait. Mais notre corps physique, qui avait eu, jusqu’à notre nouvelle naissance, l’habitude de vivre sous la domination de la puissance du péché, doit à présent apprendre à vivre sous la domination de la puissance de l’Esprit de Dieu, qui réside dans notre esprit.

Il est important, au point où nous sommes parvenus, de citer tout le chapitre 6 de l’épître aux Romains, car il est essentiel pour notre compréhension de la sanctification:

« Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde? Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit (litt.: « réduit à l’impuissance »), pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; car celui qui est mort est libre du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit. Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ. Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises. Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce. Quoi donc! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce? Loin de là! Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice? Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de cœur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits. Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. Je parle à la manière des hommes, à cause de la faiblesse de votre chair. De même donc que vous avez livré vos membres comme esclaves à l’impureté et à l’iniquité, pour arriver à l’iniquité, ainsi maintenant livrez vos membres comme esclaves à la justice, pour arriver à la sainteté. Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice. Quels fruits portiez-vous alors? Des fruits dont vous rougissez aujourd’hui. Car la fin de ces choses, c’est la mort. Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 6).

En Christ, nous sommes déjà saints, dans notre esprit régénéré. Mais nous devons « parvenir à la sainteté » dans tout le reste de notre être, c’est-à-dire dans notre âme et notre corps physique actuel. Cela signifie que le péché ne doit plus régner dans notre corps physique, comme il le faisait auparavant. Nous devons apprendre à ne plus « livrer nos membres » au péché. Cet apprentissage ne peut se faire que si notre ignorance cède la place à la connaissance de la croix.

Remarquez le nombre de fois où Paul emploie les verbes « ignorer » et « savoir »:

« Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? »

« En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit… »

« Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. »

« Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice? »

Souvent le peuple de Dieu périt, parce qu’il ne sait pas, parce qu’il ignore, parce qu’il ne connaît pas la Parole de Son Dieu!

« Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance » (Osée 4: 6).

La foi vient toujours de ce que nous avons compris de la Parole de Dieu! Si nous ignorons la Vérité, nous ne pouvons pas avoir la foi!

Notre connaissance de l’œuvre de Christ à la croix nous permet d’exercer notre foi, afin d’être complètement libérés, d’une manière concrète et plus seulement théorique ou légale, de la puissance du péché qui habite dans notre chair!

« Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice. Quels fruits portiez-vous alors? Des fruits dont vous rougissez aujourd’hui. Car la fin de ces choses, c’est la mort. Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. »

Lorsque nous savons que nous avons été libérés du péché, nous pouvons avoir pour fruit la sainteté! C’est cela, la sanctification! Nous commençons à produire le bon fruit de l’Esprit! Nous pouvons pleinement obéir à l’ordre suivant:

« Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce. »

Lorsque nous avons compris que la loi du péché a été vaincue à la croix, et que notre corps physique actuel a été libéré de cette loi du péché, il nous est parfaitement possible de ne plus livrer nos membres au péché, mais de les livrer, de les offrir à Dieu, afin qu’ils deviennent des instruments de la justice divine et cela, même si le péché continue d’habiter dans nos membres!

Notre esprit régénéré est déjà « justice de Dieu en Christ, » grâce à notre nouvelle naissance. C’est lui qui est devenu « l’homme nouveau » que nous sommes en Christ. Mais il faut que cette justice de Dieu puisse se manifester pleinement dans toute notre vie pratique. Il faut que cette justice de Dieu puisse régner pleinement sur toutes les pensées et tous les désirs de notre âme, et sur tous les actes de notre corps physique.

Si c’est encore la puissance du péché (ou de la chair de péché) qui contrôle notre âme et notre corps physique, la justice de Dieu, que nous possédons dans notre esprit, ne pourra pas s’exprimer ou, du moins, ne pourra pas pleinement s’exprimer dans le reste de notre être.

Quand nous avons compris que la croix nous a complètement libérés de toute la puissance du péché, même si cette puissance habite encore dans notre corps physique, nous pouvons commencer à « livrer nos membres au Seigneur, » pour qu’ils soient des instruments de plus en plus parfaits de Sa Justice.

On ne peut pas livrer nos membres à Dieu, comme des instruments de justice, si l’on ne sait pas que nos membres ont déjà été libérés de toute la puissance du péché. C’est par la foi que nous le savons, en croyant simplement ce que nous révèle la Parole de Dieu.

Nos membres avaient tellement été les esclaves du péché, avant notre nouvelle naissance (et souvent même après), que nous devons soigneusement veiller à ne plus marcher selon nos habitudes passées, et selon nos manières de penser passées! Nous devons remplacer les pensées que nous avions, lorsque nous étions les esclaves du péché, par des pensées remplies de la connaissance de la Vérité, remplies de la connaissance de l’œuvre de la croix, remplie de la connaissance de la victoire totale de Christ!

Par exemple, la puissance de péché qui demeure dans nos membres peut nous envoyer la pensée suivante: « Tu es incapable de dominer ces envies de te droguer et de boire. Tu as toujours été esclave de la drogue et de la boisson! Ne t’imagine pas que tu vas pouvoir t’en sortir comme cela! »

Si nous ignorons l’œuvre de la croix, nous allons nous efforcer de lutter contre ces envies impures, mais par la puissance de notre seule volonté. Notre volonté n’est pas assez puissante pour résister à la puissance du péché. Nous pourrons contrôler pendant un temps la puissance du péché, mais nous n’y parviendrons jamais en permanence.

Pour parvenir à dominer en permanence la puissance du péché, il nous faut exercer en permanence la puissance de la foi! Si nous savons que Christ nous a déjà libérés de toute la puissance du péché, nous n’aurons aucun mal à repousser toutes les tentations du péché, parce que nous n’ignorerons plus ce qui est écrit! Nous pourrons proclamer par la foi: « Je ne suis plus esclave du péché ni de la chair! Je refuse de livrer mes membres au péché! Je suis devenu esclave de la justice de Dieu! Seigneur, je t’offre mes membres, pour qu’ils soient des instruments de Ta Justice! »

La loi de l’Esprit de Vie en Jésus-Christ, qui nous a libérés de la loi de la mort et du péché, peut alors entrer en action! Nous regardons en permanence au Seigneur Jésus, et l’Esprit Saint nous fait produire Son fruit!

« Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu. Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; la loi n’est pas contre ces choses. Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit » (Galates 5: 19-25).

Si Paul demande aux Chrétiens de Galatie de ne plus marcher selon la chair, mais de marcher selon l’esprit, c’est donc qu’il est possible, pour un Chrétien, de continuer à marcher selon la chair, bien qu’il ait été délivré de la puissance du péché! Il ne peut marcher selon la chair que s’il ignore qu’il a déjà été délivré de sa puissance!

Souvenez-vous des esclaves Noirs, aux États-Unis, qui sont restés esclaves, parce qu’ils ignoraient que le Président Lincoln les avait déjà affranchis de l’esclavage! Leurs maîtres avaient profité de leur ignorance pour les maintenir esclaves. D’autres esclaves ont bien appris qu’ils avaient été libérés, mais ils ne l’ont pas cru, et ils sont aussi restés esclaves!

Il en est de même pour les Chrétiens qui ignorent l’œuvre de la croix. Ils restent esclaves de la loi du péché qui est dans la chair, alors qu’ils en ont été libérés!

Le Seigneur Jésus a dit à ceux qui avaient cru en Lui:

« Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jean 8: 31-32).

Pour connaître la Vérité, il faut demeurer dans la Parole de Dieu. Il faut l’étudier, la connaître, la comprendre, et la garder dans notre cœur et dans nos pensées.

Nous ne devons jamais oublier que la chair est une puissance de péché qui habite toujours dans nos membres. La chair de péché sera toujours capable de nous envoyer, de l’intérieur, des pensées et des désirs contraires à ceux de l’esprit.

« Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair » (Galates 5: 17).

« Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres… Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ c’est par grâce que vous êtes sauvés); il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ » (Éphésiens 2: 1- 7).

« Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c’est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées. Ils ont l’intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur cœur Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d’impureté jointe à la cupidité. Mais vous, ce n’est pas ainsi que vous avez appris Christ, si du moins vous l’avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c’est en lui que vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité » (Éphésiens 4: 17-24).

Nous devons comprendre que la chair a « des pensées, des passions et des désirs contraires à ceux de l’esprit, » et qu’elle les aura toujours! Ce combat entre des pensées, des passions et des désirs contraires se passe nécessairement au niveau de notre âme, de notre être psychologique conscient.

En effet, il n’y a aucun combat au niveau de notre esprit, qui est déjà établi « en Christ dans les lieux célestes, » dans le Royaume de Dieu. Les pensées, les passions et les désirs charnels n’ont aucun accès dans la dimension de notre esprit. Toutefois, au niveau de notre âme, de notre être psychologique conscient, il y a un combat entre tout ce qui nous vient de la chair, et tout ce qui nous vient de l’esprit.

Nous devons apprendre à remporter la victoire au niveau de notre âme. Nous devons discerner tout ce qui se manifeste à notre conscience, et qui provient de la chair, et le remplacer par tout ce qui provient de l’esprit. Ce qui provient de notre esprit régénéré est toujours contrôlé par le Saint-Esprit et par la Parole de Dieu.

Nous progressons dans la sanctification, lorsque les pensées, les passions et les désirs de la chair, qui nous contrôlaient auparavant, sont peu à peu remplacés par les pensées, les passions et les désirs de l’esprit.

Les actions de notre corps dépendent toujours des pensées, des passions et des désirs qui nous contrôlent au niveau de notre âme. Notre corps deviendra de plus en plus un instrument de justice, lorsque ce qui provient de la chair est progressivement remplacé par ce qui provient de l’esprit! Nous devons parvenir à maintenir « toute pensée captive à l’obéissance de Christ »!

« Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ » (2 Corinthiens 10: 3-5).

Satan avait bâti en nous, dans notre âme, de véritables forteresses. Ce sont les faux raisonnements et les fausses pensées, qui s’élèvent contre la connaissance de Dieu. Ce sont ces forteresses que nous devons détruire par la Parole du Seigneur.

Par ailleurs, lorsque Paul dit que « Dieu nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, » il est clair qu’il ne peut pas parler encore de la résurrection de notre corps physique! Il ne peut parler que de la résurrection de notre esprit! Seul notre esprit est actuellement « en Christ dans les lieux célestes. » Seul notre esprit est donc passé par une nouvelle naissance. La nouvelle naissance de notre corps est encore à venir.

Le combat de la sanctification se déroule donc actuellement uniquement au niveau de notre âme et de notre corps physique. Mais nous ne pouvons gagner ce combat qu’en sachant que tout notre être, l’esprit, l’âme et le corps, a déjà été racheté par le Seigneur Jésus, et a déjà été affranchi de toute la puissance du péché, même si notre rédemption n’est pas encore pleinement manifestée!

Nous sommes dès à présent libérés de toute la puissance du péché, mais nous ne sommes pas encore libérés de la présence du péché dans nos membres. Lorsque Christ reviendra, Il libérera notre corps physique de la présence de péché qui y demeure encore. Notre corps, libéré de la mort, deviendra aussitôt incorruptible!

Dans cette attente, réjouissons-nous de savoir que, même si le péché demeure encore dans notre corps physique, nous avons été libérés de sa puissance! Le péché n’a plus le droit de pénétrer dans notre âme, sous la forme de pensées, de passions et de désirs impurs! Le péché n’a plus le droit de contrôler nos membres pour en faire des instruments d’iniquité!

C’est ainsi que Dieu doit achever en nous Son œuvre de sanctification, avant le retour de Christ. Tous les Chrétiens qui font partie de l’Épouse de Christ sauront, avant le retour du Seigneur, qu’ils ont été libérés de la puissance du péché. Ils auront appris à maintenir la chair sous la puissance de l’esprit. Ils auront appris à laisser en permanence la loi de l’Esprit de Vie en Jésus-Christ contrôler leur vie, et annuler tous les effets de la loi du péché et de la mort. Ils auront appris à laisser la Vie de l’Esprit se manifester dans leur corps, au travers de leur âme purifiée. Ils sauront ce que signifie « marcher par l’esprit, » et plus par la chair!

Gloire à Dieu pour notre sanctification, sans laquelle nul ne verra le Seigneur!

Les Chrétiens qui progressent dans la sanctification sont ceux qui ont compris la signification de la croix. Ce sont ceux qui savent ce que le Seigneur Jésus a accompli à la croix. Ce sont ceux qui savent ce que signifient la mort, la résurrection et l’ascension du Seigneur! Ils savent qui ils sont en Christ! Ils savent où se trouve en ce moment même leur esprit ressuscité! Ils sont dans la foi!

« Que personne ne vous séduise par de vains discours; car c’est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion. N’ayez donc aucune part avec eux. Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière! Car le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité. Examinez ce qui est agréable au Seigneur; et ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les. Car il est honteux de dire ce qu’ils font en secret; mais tout ce qui est condamné est manifesté par la lumière, car tout ce qui est manifesté est lumière. C’est pour cela qu’il est dit: Réveille-toi, toi qui dors, Relève-toi d’entre les morts, Et Christ t’éclairera. Prenez donc garde de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages; rachetez le temps, car les jours sont mauvais. C’est pourquoi ne soyez pas inconsidérés, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur. Ne vous enivrez pas de vin: c’est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit » (Éphésiens 5: 6-18).

Si Paul exhorte les Chrétiens à « ne pas se laisser séduire par de vains discours, » c’est qu’il est donc possible que des Chrétiens soient séduits! S’il leur demande de « ne pas prendre part aux œuvres infructueuses des ténèbres, » c’est donc qu’il est possible pour des Chrétiens de participer à ces œuvres des ténèbres! S’il leur demande de ne pas être « inconsidérés, » c’est qu’il est possible que des Chrétiens soient inconsidérés et qu’ils se conduisent comme des insensés!

Les Chrétiens doivent donc savoir que cette œuvre de sanctification dans leur vie ne se fera pas automatiquement. Elle ne se fera que s’ils le désirent. Elle ne se fera que s’ils croient que Dieu l’accomplira dans leur vie, et qu’Il leur fera atteindre le but qu’Il leur assigne: être semblables à Christ, parce que Christ, l’espérance de la gloire, vit en eux!

Et c’est ainsi que le Seigneur Jésus viendra enlever une Épouse pure, « sans ride, ni tache, ni rien de semblable »!

« Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible » (Éphésiens 5: 25-27).

Ces versets nous décrivent clairement tout ce processus de sanctification de ceux qui sont nés de nouveau. Ce processus de sanctification s’effectue par l’action du sang de Jésus, du baptême d’eau, et de la Parole de Dieu. Il est l’œuvre du Saint-Esprit dans la vie de ceux qui croient. Il est l’œuvre de la grâce de Dieu.

Ce processus de sanctification sera achevé pour le retour du Seigneur, lorsque cette Épouse glorieuse sera effectivement sainte et irrépréhensible, non seulement dans son esprit régénéré, mais aussi dans tout son être. Dieu nous conservera alors dans cet état irréprochable, lors de l’avènement du Seigneur.

« Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera » (1 Thessaloniciens 5: 24).

Ne croyons donc pas que ce processus de sanctification sera long et pénible! Il nous faut simplement croire que Dieu, qui est Fidèle et Puissant, l’accomplira dans notre vie comme Il l’a promis!

Au moment du retour du Seigneur, il Lui suffira de donner à la préparation de Son Épouse la « touche finale, » qui consistera à lui donner un corps ressuscité. Alors cette Épouse pourra être présentée à Son divin Époux « sans ride, ni tache, ni rien de semblable »! Amen!

50 Responses to B88-Nouvelle naissance et sanctification.

  1. isaac dit :

    Cher frère Henri,
    Maintenant seulement je viens de découvrir cet enseignement sur la sanctification. Mais il existe encore une ambiguïté au niveau de notre être, le corps, l’âme et l’esprit. Ce sont les désirs de l’Esprit, le Saint-Esprit, qui sont contraires à ceux de notre chair. Notre esprit dont il est question étant le souffle de vie pur et saint de Dieu en nous, animant notre chair, poussière, et nous rendant vivant. Notre esprit n’a donc pas de volonté, et nous sommes conscients de lui seulement au niveau où nous sommes vivants, et cette conscience est dans notre âme. Notre volonté y est aussi. Naître de l’Esprit, c’est recevoir en nous cette transformation instantanée, non visible de tout notre être; je signale que même l’air que nous respirons est mystiquement empoisonné (Satan, le prince de la puissance de l’air).
    Je remarque aussi que notre esprit ne grandit pas (taille, âge), mais il mûrit. Et, de plus, lui et l’âme sont unis au point où il est bien difficile d’établir des limites. Lorsque nous recevons le Saint-Esprit, il s’y unit aussi. Merci frère.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère, Nous devons comprendre que notre esprit est un « homme intérieur complet, » avec une forme semblable à celle de notre corps physique, avec des désirs, des sentiments et une volonté. Les désirs de notre esprit sont les mêmes que les désirs du Saint-Esprit, car notre esprit est recréé à l’image de Jésus, participant de la nature divine. Notre âme n’est pas la source de nos pensées et de nos désirs, mais c’est le lieu où ils se manifestent à notre conscience. La source de ces pensées et de ces désirs peut être soit la chair, soit l’esprit. A notre nouvelle naissance, seul notre esprit est transformé instantanément. Notre âme doit être renouvelée, et notre corps attend la résurrection. Notre âme et notre esprit ne sont unis que lorsque notre âme a été sanctifiée. Notre âme est notre être intérieur conscient ordinaire. Le Saint-Esprit ne s’unit pas à notre âme si celle-ci est encombrée de pensées et de désirs impurs venant de la chair!

  2. kevin dit :

    Merci Henri, ça me fait rappeler ce passage:
    « Huit jours après, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison, et Thomas se trouvait avec eux. Jésus vint, les portes étant fermées, se présenta au milieu d’eux, et dit: La paix soit avec vous! Puis il dit à Thomas: Avance ici ton doigt, et regarde mes mains; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté; et ne sois pas incrédule, mais crois. Thomas lui répondit: Mon Seigneur et mon Dieu! Jésus lui dit: Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru! » (Jean 20:26 à 29).
    C’est ce que je m’efforce de faire, même si c’est pas toujours facile.

  3. kevin dit :

    Bonjour cher Henri
    Je viens de lire vôtre article sur la victoire sur le péché sur le site « Source de vie ». Je vois que je m’y prenais de la mauvaise manière. Il est impossible d’avoir la victoire sur le péché avec la méthode que la plupart des chrétien utilise. C’est à dire, lutter avec ces propre moyen. Nous essayons tous au début de cesser de pécher avec notre volonté. J’avais bien comprit depuis un certain temps que cette méthode ne marche pas. Je me suis dis:
    « Je n’arriverais jamais à ne plus pécher avec ma propre volonté. J’ai cette puissance de péché et de mort en moi. Il n’y a rien à faire. Mais je ne vais pas non plus ouvrir grand la porte au péché. Je vais essayer de nettoyer le plus gros. Et tans pis pour le reste. De toute façon, je peut pas faire mieux. Vivement l’enlèvement, que je sois enfin débarrassé de cette chair. En attendant, il va y avoir de la casse. Mais au moins, je couvert par le sang de l’agneau. »
    Voila en gros, c’était ça mon résonnement il y a encore une heure ou deux. Mais dans cette article vous proposez une autres solution. En gros, c’est une question de foi. J’ai pas très bien compris, mais en gros si je crois de tout mon coeur que ma chair a été crucifié avec Christ, je devrais voir le résultat dans ma vie pratique.
    Malheureusement. J’ai du mal à y croire (j’ai bien dit j’ai du mal, j’ai pas dit que j’y croit pas) pour plusieurs raisons. La première, c’est que Paul n’a pas été aussi précis et détaillé que vous. Et la deuxième qui est la principale, c’est que sa me parait trop beau pour être vrai. Je suis tellement habitué à l’orage que j’arrive pas à voir le beau temps. Je suis tellement habitué a être dans ce monde de souffrance que j’ai du mal m’imaginer que bientôt je serais dans un endroit dont la beauté et la splendeur dépasse tout ce qu’on peut imaginer. Mais si je sais pertinemment que c’est vrai. J’arrive pas à concevoir ce que je suis en Christ. Je suis trop fixé sur le moment présent. Pourtant j’ai la foi, mais je ne serais trop vous expliquer. J’y crois, mais j’arrive pas à réaliser.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher Kevin, Pour toi, comme pour nous tous, c’est l’autorité de la Parole de Dieu qui est en cause. Nous ne voyons pas encore ce que Dieu nous y révèle, mais nous devons le croire tout simplement, car Dieu a pris la peine de nous révéler ces choses dans Sa Parole, et Il nous demande de croire sans douter et sans discuter. Et en croyant, nous verrons ce qui est écrit s’accomplir. Il faut te détacher de tout ce que tu connais de toi et de ton passé, dans le naturel, pour t’attacher à ce que Christ te dévoile de ta nouvelle nature en Lui. C’est cela, la mort au vieux moi! Il y tellement de menteurs et de mensonge dans ce monde, que cela explique peut-être pourquoi tu as du mal à croire Celui qui est la Vérité pure, et qui ne ment jamais! Mais c’est pourtant la Vérité! Dieu ne ment pas, et tout ce qui est écrit dans Sa Parole est la Pure Vérité! Cela vaut la peine de le croire! Tout est une question de foi, et la foi, dans sa définition la plus simple, c’est faire totalement confiance à Celui qui nous aime et qui nous dit la Vérité!

  4. raphael dit :

    Papa Henri que notre SEIGNEUR te remplisse encore plus de son ESPRIT, et tous les membres de ton ministère, afin de nous donner les message qui challenge notre foi et nous permet de tenir fermement dans notre foi et notre position en CHRIST JÉSUS.

  5. Danielle dit :

    Cher frère Henri,

    Je dis encore merci et merci au Seigneur pour vos enseignements dans la Vérité des Écritures afin de nous montrer la voie à suivre par L’Esprit-Saint, oh Amen! Que Dieu Soit notre Lumière à tous par la foi en Jésus-Christ et que nous soyons gardés pour Son Retour prochain, Gloire au Seigneur!

    affectueusement en Jésus,

    Danielle xx

  6. voahirana dit :

    Cher Henri

    L’Esprit est déjà en nous, le baptême du Saint Esprit est donc Sa plénitude en nous? Corrige-moi si je me trompe.
    Nous avons été enseigné que dès fois Sa place diminue (comme l’eau dans une barrique) et il faut que nous Le demandions toujours pour être rempli.
    Merci pour votre éclaicissement.
    Fraternellement

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Voahirina, On peut avoir l’Esprit, sans être rempli de l’Esprit! L’image que le Seigneur Jésus emploie, c’est celle de « fleuves d’eau vive » qui s’écoulent de nous. Il y a une grande différence entre une citerne, même pleine, et des « fleuves d’eau vive » qui s’écoulent en permanence! C’est cela que nous devons désirer et demander à Dieu, et Il répond toujours à ce genre de désir!

  7. Josée dit :

    Amen Frère Henri, je vous remercie du temps que vous nous accordez pour ces enseignements, qui est toujours très appréciés et qui nous font grandir dans sa volonté et qui nous rend inébranlables dans sa Parole qui est la seule vérité et la lumière sur notre sentier.
    Un chant qui vient toujours toucher mon coeur:
    Quand on chante
    Esprit de Dieu agit agit
    Esprit de Dieu agit
    en moi des aujourd’hui
    Que l’Esprit se Glorifie par les dons de ton Esprit et par les fruits de ma vie, dès aujourd’hui.
    Que cette ANNÉE 2010 soit remplie de BÉNÉDICTION POUR TOUT CE QUE LE SEIGNEUR À PRÉPARÉ D’AVANCE pour vous et les tiens.
    Que la Paix du Seigneur vous accompagne jusqu’à son retour.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Merci, chère Soeur Josée, que l’oeuvre du Seigneur dans ta vie s’accomplisse parfaitement!

  8. Guy Christian dit :

    Merci Mr Viaud-Murat!
    Toutefois Emmanuel, le nom de Jésus Christ, veut dire « Dieu est parmi nous » je pense!
    Que devons nous comprendre de cela?
    Merci

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Guy C., Emmanuel signifie bien « Dieu avec nous. » C’est donc très simple, Jésus nous a réconcilié avec Dieu, et Dieu est venu demeurer en nous par Son Esprit! Il ne peut pas être plus proche de nous à présent!

  9. Serge G. dit :

    Merci petite soeur Patricia! Mais je ne sais pas si tu es comme moi mais je veux apprendre à ressentir les sentiments de Jésus. J`aimerais avoir son coeur mais je ne peux y accéder par mes propres forces. J’ai tant à apprendre de Lui et je dirais comme Jean-Baptiste: « Il faut qu’il croisse en moi et que moi je diminue. » Voilà ce qui pourrait être davantage la solution. Mais en fait c’est la solution. Mais il y a plus. Comme le commentais frère Henri, la souffrance de Christ, ce sont les gens perdus. On ne parle pas de d`autres souffrances intérieures que celle là! Et l’Apôtre Paul! Ne trouve tu pas qu’on a du chemin à faire!
    Bye
    Serge

  10. Sile dit :

    Cher frère Henri, je fais une différence entre les prières ou chants qui invitent le St-Esprit et que je trouve inutile puisqu’Il est déjà en nous et que d’ailleurs vous soulignez bien, et les prières et chants qui demandent à ce que nous nous laissons plus remplir de Lui.
    Dans le 1er cas, j’imagine le Seigneur peiné mais encore plein d’espoir que ses enfants comprennent un jour cette merveilleuse réalité.

    Maintenant, je trouverai plus exact que ce soit à Jésus de lui demander de nous remplir davantage de son St-Esprit, que le St-Esprit lui-même, puisqu’à l’origine, c’est Jésus qui nous baptise, si je ne me trompe pas.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Sile, C’est bien Jésus qui nous baptise de l’Esprit, mais c’est à nous de le désirer et de le demander!

  11. Patricia dit :

    Cher frère Serge,
    pour t’ encourager, sache qu ‘il vient un moment où les tribulations ne nous font plus souffrir intérieurement, parce que le Seigneur nous aura appris à être content dans l’ état où nous nous trouvons.
    La volonté de Dieu pour nous est bonne, agréable et parfaite, dit la bible. Seulement, il y a un temps où on le croit, sans le vivre encore, et un temps où on
    l’ expérimente, comme pour la guérison.
    Sois béni.