B94-Les fondements de la marche par l’esprit.

Article de Henri Viaud-Murat.

La marche par l’esprit ne doit pas être quelque chose de théorique. C’est au contraire quelque chose qui doit être très pratique! Voici quelques explications qui vous aideront à mieux comprendre les fondements de la marche par l’esprit.

Quand on parle de « marche par l’esprit, » on parle nécessairement de la marche pratique des Chrétiens. Nous ne parlons pas ici des Chrétiens de nom, mais de ceux qui sont nés de nouveau en Christ. Nous ne voulons pas nous limiter à des principes de bonne morale chrétienne. Même ceux qui ne sont pas Chrétiens peuvent appliquer des principes de morale chrétienne. Mais nous voulons expliquer comment, après être nés de nouveau en Christ, nous pouvons concrètement marcher, vivre et agir conformément à la nouvelle personne que nous sommes dans le Seigneur.

Pour marcher par l’esprit, il faut d’abord « être dans l’esprit »! Et l’esprit dont nous parlons ici est notre esprit régénéré, la nouvelle nature que nous sommes devenus lorsque nous sommes passés par une nouvelle naissance. « Etre dans l’esprit » signifie « connaître la vraie nature de notre esprit régénéré, et occuper par la foi notre position céleste en Christ. »

Rappelons que c’est Dieu qui nous fait passer par cette nouvelle naissance, lorsque nous nous repentons de nos péchés, et que nous recevons Jésus-Christ comme notre Sauveur et Seigneur. Nous recevons un esprit nouveau. L’esprit est notre « homme intérieur, » et c’est cet « homme intérieur » qui passe par une nouvelle naissance. Notre esprit ancien, qui est notre « vieil homme, » meurt, et nous recevons un nouvel esprit, une nouvelle nature spirituelle. Nous devenons un « homme nouveau » en Christ.

Notre ancienne nature de péché est donc remplacée par une nouvelle nature semblable à celle de Christ, créée dans une justice et une sainteté que produit la vérité (Ephésiens 4: 24). C’est seulement à partir de ce moment-là que nous devons apprendre à « marcher » selon cette nouvelle nature.

« Marcher » fait référence à notre vie pratique, à tout ce qui peut se passer dans le cours de notre existence quotidienne. Pour « marcher dans la joie, » il faut d’abord « être dans la joie »! On « marche dans la joie » tant que la joie remplit notre coeur. Si, à un moment donné, on cesse d’être dans la joie, pour être dans la tristesse, on va cesser de « marcher dans la joie, » pour commencer à « marcher dans la tristesse. »

« Marcher par l’esprit » signifie donc « vivre concrètement en étant conduit par l’Esprit de Christ, qui demeure dans notre esprit régénéré. »

Toutes les actions que nous entreprenons seront « influencées » par l’état « intérieur » dans lequel nous nous trouvons. Nous ne sommes pas des automates, qui agissent de manière mécanique, sans aucune référence à nos émotions ou à nos pensées.

Tout ce que nous faisons et tout ce que nous disons est contrôlé par le système de pensées que nous avons construit, par les sentiments qui se manifestent au niveau de notre âme, et aussi par une foule de « choses » plus ou moins cachées dans notre « subconscient » et notre « inconscient. » Ce sont tous ces éléments qui forment notre personnalité.

Pour aborder la pratique de la marche par l’esprit, il nous faut d’abord bien comprendre ce que sont l’âme et de l’esprit. Nous devons avoir clairement compris la différence entre l’âme et l’esprit.

Nous devons aussi savoir qu’un être humain comprend des éléments dont il est conscient, et des éléments dont il est inconscient. Dieu nous rend pleinement responsables de tout ce que nous accomplissons de manière consciente.

Dans la pratique de notre vie chrétienne, on peut admettre que ce qui compte le plus pour nous, c’est ce qui se passe au niveau de notre être conscient. Ce qui se passe au niveau de l’inconscient est important, mais nous ne pouvons agir réellement que sur ce dont nous sommes conscients.

La nature humaine est très complexe, et ne peut pas être réduite à quelques définitions simplistes. Toutefois, il nous est nécessaire de simplifier les choses, dans le but de mieux les comprendre.

Un être humain ne forme qu’une seule « personne, » un seul individu. Cet individu est composé de trois parties: un esprit, une âme et un corps physique. L’esprit est notre être intérieur profond. L’âme est notre être psychologique conscient. Quant au corps, tout le monde sait ce qu’il est.

Notre corps physique est le temple du Saint-Esprit. Mais une puissance de péché, la chair, habite aussi dans notre corps. A cause de la présence de cette puissance de péché, notre corps est encore soumis à des influences mauvaises et destructrices, sous la forme de maladies, d’infirmités, et même de mort physique.

Le « salut » de notre corps, c’est la guérison de nos maladies. Notre corps physique, s’il a été racheté par le Seigneur, n’est pas encore passé par la résurrection. Mais il peut être guéri, renouvelé et vivifié par l’Esprit de résurrection qui demeure en nous, pourvu que nous ayons la foi.

Notre personnalité humaine comprend de multiples facettes, dont les plus connues sont: l’intellect (pensées, raisonnements), les sentiments (désirs et émotions), la volonté, l’éducation, la mémoire de notre passé, et les systèmes de valeurs auxquels nous sommes attachés.

Ce sont tous ces aspects de notre personnalité, conscients et inconscients, qui façonnent et inspirent tout ce que nous faisons et tout ce que nous disons.

L’esprit.

La plupart des Chrétiens n’ont pas compris quelle est la réalité de leur esprit régénéré. Ils ont donc du mal à « marcher » selon une réalité qu’ils ne connaissent pas, et dont ils ne sont pas vraiment conscients. Ils se rendent bien compte que « quelque chose a changé à l’intérieur, » et qu’ils ne sont plus les mêmes qu’avant, mais cela reste trop vague pour alimenter une foi solide. Ils se rendent également compte qu’il y a encore beaucoup de choses dans leur vie qui restent « comme avant »! Et ils ont du mal à sortir de leurs contradictions.

La nouvelle naissance par laquelle nous passons au moment de notre conversion nous a été acquise par la mort et la résurrection de Jésus! La mort de Jésus était nécessaire pour expier nos péchés et mettre à mort notre vieille nature de péché. Mais la résurrection de Jésus était nécessaire pour la création de notre nouvelle nature.

Notre esprit est un « homme intérieur complet, » qui peut réfléchir, penser, décider et éprouver des sentiments. Il possède toutes les caractéristiques d’une personne complète. Notre esprit possède une forme semblable à la forme de notre corps physique, sauf que cette forme est parfaite, sans toutes les imperfections de notre corps physique, qui reste encore soumis à la corruption et à la mort.

Mais le péché n’habite pas dans notre esprit. Nous sommes, dans notre esprit, « justice de Dieu en Christ. » Dans notre esprit, nous sommes enfants de Dieu, participants de la nature divine, héritiers de Dieu. Nous sommes de nouvelles créations. C’est dans notre esprit que « toutes choses anciennes sont passées, et que toutes choses sont devenues nouvelles »! Notre esprit régénéré est une glorieuse création de Dieu! C’est un pur don de la grâce de Dieu en Christ! Notre esprit est déjà pur et saint. Il n’a pas besoin d’être sanctifié. Il est parfait, parce que tout ce que Dieu crée est parfait.

Nous ne sommes pas normalement conscients de notre esprit. Presque toute son activité se passe de manière inconsciente pour nous, exactement comme l’activité de notre corps physique qui échappe à notre volonté.

Nous pouvons contrôler les mouvements et le fonctionnement d’une partie de notre corps physique, mais une grande partie des activités de ce corps s’effectue de manière inconsciente. Tout se passe comme si notre corps possédait une « intelligence » intérieure, qui règle merveilleusement tout son fonctionnement interne, pourvu qu’il soit en bonne santé. Nous ne pouvons pas dire que l’intelligence inconsciente de notre corps appartienne à une autre « personne » que nous! Elle nous appartient bien, mais nous ne la contrôlons pas consciemment.

Il se peut d’ailleurs très bien que cette « intelligence » de notre corps physique, que nous ne contrôlons pas consciemment, soit l’intelligence de notre esprit. Car c’est l’esprit qui donne la vie au corps. « Un corps sans son esprit est mort. » Et comme notre esprit épouse exactement notre corps physique, et que la vie se répand dans chaque cellule, tout ce qui fait fonctionner notre corps peut être contrôlé par « l’intelligence » de notre esprit.

Notre relation avec notre esprit peut donc se comparer à notre relation avec la partie de notre corps qui fonctionne indépendamment de notre volonté. Notre esprit possède une intelligence spirituelle supérieure, qui nous appartient, qui fait partie de notre être, mais cette intelligence s’exerce de manière inconsciente. Nous ne pouvons pas « pénétrer » consciemment dans notre esprit, pour l’utiliser et le faire fonctionner à volonté.

« L’intelligence » de notre esprit surpasse de beaucoup celle de notre âme. L’intelligence de notre âme se limite à notre intellect. Mais c’est par l’esprit que nous sommes en communion avec Dieu, et en communion les uns avec les autres. C’est de l’esprit que nous recevons des révélations et des intuitions, que notre intellect ordinaire ne pourrait pas nous donner. C’est par l’esprit que nous pouvons adorer Dieu « en esprit et en vérité. » Quand nous parlons en langues, « notre esprit est en prière. » Les dons de l’Esprit sont des manifestations surnaturelles du Saint-Esprit, qui passent par notre esprit. Notre esprit dispose donc de facultés puissantes. Mais, pour la plupart, nous ne les exerçons pas de manière consciente.

Certains hommes peuvent, par le pouvoir de Satan et des démons, « sortir de leur corps » en esprit, et utiliser consciemment la puissance de leur esprit. Mais cela nous est interdit par le Seigneur. C’est de l’occultisme. Depuis la chute, Dieu nous a interdit d’entrer consciemment dans le domaine de l’esprit. Pour une raison simple: Adam et Eve, étant « morts » à cause du péché, étaient coupés de Dieu. Leur esprit n’était plus en contact avec Dieu, mais il était à présent en contact avec Satan! Le domaine spirituel de ceux qui ne sont pas nés de nouveau est le domaine spirituel de Satan et des démons.

Dieu ne voulait donc pas que les hommes utilisent consciemment la puissance de leur esprit, dès lors que celui-ci était tombé sous la domination de Satan. Les seuls qui utilisent consciemment la puissance de leur esprit sont les sorciers et les magiciens. C’est pour cela que le Seigneur a interdit aux hommes les pratiques de l’occultisme, de la magie et de la sorcellerie.

Tant que nous sommes dans notre corps, vivants sur cette terre, le Seigneur nous interdit de pénétrer volontairement et consciemment dans le domaine de l’esprit. Toute « sortie consciente » de l’esprit d’un Chrétien dans le monde spirituel ne peut être que par la volonté expresse de Dieu, et sous la direction du Saint-Esprit.

Lorsqu’un homme se convertit, son esprit est recréé à l’image de Christ. Il échappe au royaume de Satan, et il est introduit dans le Royaume de Dieu. Il est « assis en Christ dans les lieux célestes. » Le domaine spirituel du Chrétien redevient le domaine spirituel de Dieu. Mais ce n’est pas pour cela que nous sommes autorisés à entrer consciemment dans le domaine de l’esprit. Dieu seul peut nous « transporter en esprit » dans le domaine spirituel.

C’est ainsi que Paul a été transporté « au troisième ciel, » sans savoir s’il se trouvait dans son corps ou hors de son corps. Le prophète Ezéchiel a aussi été transporté plusieurs fois en esprit par le Seigneur en divers lieux (Ezéchiel 8: 3; 37: 1). L’apôtre Jean fut aussi transporté en esprit dans les cieux (Apoc. 4: 2). Ce sont des actes souverains de Dieu, et nous ne sommes pas maîtres de ces « transports en esprit. »

Ceux qui sont ainsi « transportés en esprit » perdent conscience de leur environnement physique ordinaire, tant que leur esprit ne revient pas dans leur corps.

Il en est de même pour les Chrétiens qui meurent. Leur esprit sort de leur corps physique, et va au Paradis rejoindre le Seigneur. Nous avons personnellement connu certains Chrétiens qui sont passés par la mort et la résurrection. Ils ont vu leur corps physique étendu sur leur lit, au moment où leur esprit est sorti de leur corps. D’autres Chrétiens ont été conduits en esprit par le Seigneur dans les cieux. Ils étaient pleinement conscients du domaine spirituel où ils se trouvaient, mais ils n’étaient plus conscients de leur environnement terrestre.

Notre esprit régénéré est semblable à celui que Dieu avait créé à Adam et Eve, lorsqu’Il a « soufflé » un esprit dans le corps de chair et d’os qu’Il leur avait formé. Contrairement à nous, Adam et Eve vivaient dans une pleine conscience de leur esprit. Depuis la chute, nous avons perdu cette conscience de notre esprit, au point que la plupart des hommes ne savent même pas qu’ils ont un esprit.

Mais en Christ, nous possédons quelque chose qu’Adam et Eve n’avaient pas! Nous possédons en nous, dans notre esprit régénéré, la présence même de Dieu Père, Fils et Saint-Esprit!

Il n’est nulle part écrit dans la Genèse que Dieu est venu Lui-même habiter dans Adam et Eve. Au contraire, on nous montre Dieu venant parfois les visiter dans le Jardin d’Eden. Adam et Eve avaient une parfaite communion avec leur Dieu, mais le Seigneur ne demeurait pas en eux. Tandis que les Chrétiens de la Nouvelle Alliance possèdent cette immense grâce: ils peuvent non seulement avoir en eux la présence permanente de leur Dieu, pour être guidés et conduits de l’intérieur, mais ils peuvent aussi être « remplis » du Saint-Esprit à déborder, afin de pouvoir accomplir les oeuvres de Christ.

Lorsque nous quittons ce corps, au moment de la mort, notre « centre de conscience » est immédiatement transféré au niveau de notre esprit. Nous ne sommes plus conscients de ce qui se passe sur la terre, mais nous devenons pleinement conscients de ce qui se passe dans notre esprit!

Les « morts en Christ » vont au Paradis, dans la claire conscience qu’ils sont des esprits ayant la pleine possession de tous leurs moyens. Les esprits n’ont pas de corps physique, ils n’ont ni os ni chair, mais, dans le domaine spirituel, ils peuvent toujours penser, éprouver des sentiments, vouloir, communiquer, etc…

Un Chrétien qui passe par la mort continue donc, dans son esprit, à exercer toutes les activités qu’il exerçait au niveau de son âme, lorsqu’il était dans son corps. Mais il réalise aussitôt que ses pensées, ses sentiments et ses désirs sont tous purs et parfaits, parce qu’ils proviennent uniquement de son esprit!

Par définition, la mort physique délivre le Chrétien de la présence de la chair et du péché qui était dans ses membres, puisqu’il quitte son corps! La chair ne nous suit pas lorsque nous passons par la mort! La chair ne peut pas entrer au Ciel avec nous! Mais nous devons bien comprendre que la mort de Christ, dès notre conversion, libère complètement notre esprit de la présence de la mort, de la chair et du péché!

Il n’y a donc plus de « séparation » entre l’âme et l’esprit d’un Chrétien qui passe par la mort physique! Quand il était dans son corps, son « âme » était son « être intérieur conscient. » Tandis qu’après sa mort, notre « être intérieur conscient » devient uniquement notre esprit. Notre centre de conscience, qui était au niveau de notre âme, tant que nous étions dans notre corps, se déplace, aussitôt après la mort, au niveau de notre esprit.

On ne peut donc pas dire que ces esprits « possèdent » une âme. Ils « sont » des âmes, c’est-à-dire des êtres vivants, qui vivent dans le domaine de l’esprit.

C’est pour cela que les mots « âme » et « esprit, » dans le Royaume de Dieu, peuvent être employés indifféremment, car il n’y a plus aucune influence charnelle qui puisse troubler l’être conscient de tous les élus qui sont au Ciel, en attente de la résurrection de leur corps.

Tandis que, sur la terre, il est essentiel de bien faire la différence entre l’âme et l’esprit, car ces deux domaines ne se recouvrent pas entièrement. Sur la terre, au niveau de notre âme, nous ne sommes pas uniquement conscients de ce qui provient de l’esprit et du Royaume de Dieu. Mais, à cause de la présence de la chair de péché dans notre corps, nous sommes aussi conscients de ce qui peut provenir du royaume de Satan.

En Hébreu comme en Grec, le mot traduit le plus souvent par « esprit » peut aussi se traduire par « âme, » selon le contexte, et inversement, le mot traduit en général par « âme » peut aussi parfois concerner l’esprit.

Par exemple, dans le Livre de l’Apocalypse, Jean voit sous l’autel « les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu » (Apoc. 6: 9). Ces « âmes » sont en fait les esprits de tous ces martyrs de tous les temps, qui attendent leur résurrection. Dans Apoc. 20: 4, Jean voit encore les « âmes » de tous les martyrs de la Tribulation, qui ressuscitent avant le Millénium. Ce sont en fait leurs esprits.

Dans le Ciel, il n’y a aucune différence entre les âmes et les esprits de ceux qui sont morts. Nous devons toujours nous rappeler qu’en Hébreu et en Grec, « âme » signifie en réalité « personne vivante. » Et les esprits de ceux qui sont morts continuent, dans l’au-delà, à être des « personnes vivantes. »

Le Chrétien né de nouveau ne possède qu’une seule nature, sa nouvelle nature, qui est son esprit régénéré. L’enseignement qui consiste à dire que le Chrétien possède deux natures, l’ancienne nature, qui est mauvaise, et la nouvelle nature, qui est bonne, est un non-sens! Mais la chair, qui a les mêmes caractéristiques que notre vieille nature, va continuer à essayer de nous tromper, pour nous faire croire qu’elle est notre « vieille nature, » afin de continuer à nous contrôler.

Notre vieille nature, c’était notre esprit, avant qu’il soit régénéré. Lorsque notre esprit passe par une nouvelle naissance, notre ancienne nature disparaît, pour être remplacée par notre nouvelle nature. Mais la chair ne disparaît pas de notre corps physique. Pour continuer à nous contrôler, elle nous fait croire qu’elle est notre ancienne nature.

Comment pourrions-nous nous débarrasser de la chair, si nous croyons qu’elle est notre « vieille nature »! Tandis que nous pouvons très bien nous débarrasser de la chair, si nous savons qu’elle est une « étrangère » qui habite dans nos membres, mais qu’elle n’a plus rien à voir avec notre nouvelle nature!

Nous entendons parfois des Chrétiens dire: « Oui, je sais que ma vieille nature est morte. Mais elle a trop tendance à ressusciter! » C’est faux! Notre vieille nature est morte et ensevelie en Christ! Mais c’est la chair qui « se déguise » en notre vieille nature, pour nous tromper! Et cela lui est d’autant plus facile que la chair a les mêmes caractéristiques que notre veille nature. Et elle profite de notre ignorance pour nous séduire.

C’est l’Evangile de la croix qui va nous éclairer, et nous faire comprendre qu’en Christ nous avons la victoire sur toute la puissance du péché.

L’âme.

A présent que nous avons mieux compris ce qu’est notre esprit, il est nécessaire d’étudier la nature réelle de l’âme d’une manière un peu plus profonde.

L’âme n’est pas une entité absolument indépendante de l’esprit, comme certains peuvent tenter de l’expliquer. Ils disent que notre esprit doit « être régénéré, » et que notre âme doit être « sauvée. » Ils disent que, lors de notre mort, notre esprit régénéré va dans un certain endroit, et notre âme dans un autre. Ce sont encore des non-sens! Notre âme est sauvée quand notre esprit est régénéré! Nous sommes sauvés tout entiers quand nous passons par la nouvelle naissance.

Dieu a fait de nous des êtres moraux libres et responsables de nos choix. Ces choix s’exercent de manière consciente, au niveau de notre âme. Et nous devons supporter les conséquences de nos choix. Toutefois, le Seigneur Jésus est venu porter sur la croix nos péchés et toutes leurs conséquences, en particulier la mort, afin de nous libérer de la condamnation divine.

Nous pouvons définir l’âme comme notre « être psychologique conscient. » C’est la partie de notre être intérieur où nous sommes conscients de nos pensées, de nos sentiments, et de nos désirs. Notre âme est donc capable d’exercer des facultés intellectuelles, émotionnelles et volitives. Notre âme est le siège de notre personnalité, de la conscience de soi.

Dans notre âme, nous pouvons manier des pensées, faire des comparaisons, des inductions, des déductions, prendre des décisions, éprouver des émotions. Mais beaucoup de pensées et de sentiments nous « viennent » d’une source profonde qui nous est bien souvent inconnue. Nous recevons des « inspirations » des « prémonitions, » des « intuitions, » dont nous ignorons la provenance.

Au niveau de notre âme, nous sommes donc à la frontière de deux « mondes » opposés, qui s’affrontent à l’intérieur même de notre corps physique. Il y a le monde de Satan, auquel appartient la chair de péché qui habite dans nos membres. Et il y a le domaine de Dieu, auquel nous appartenons par notre nouvelle naissance. Ces deux mondes exercent leur influence au niveau de notre âme.

Seul notre esprit appartient pleinement au Royaume de Dieu. Notre esprit, qui appartient à Dieu, est la seule partie de notre être à avoir complètement échappé à l’influence et au contrôle de Satan. Mais il n’en est pas de même pour notre âme et notre corps physique. Ils appartiennent bien à Dieu, qui nous a rachetés tout entiers. Mais l’influence de Satan peut encore se faire sentir au niveau de notre âme et de notre corps. Le combat entre la chair et l’esprit se déroule entièrement au niveau de notre âme et de notre corps. Et c’est aussi à ce niveau que nous devons remporter la victoire.

Au moment de notre nouvelle naissance, nous commençons à recevoir, au niveau de notre âme, c’est-à-dire de notre être intérieur conscient, des pensées, des désirs et des sentiments qui proviennent de l’esprit, et qui sont donc purs et « célestes. » Mais nous continuons aussi à recevoir des pensées, des désirs et des sentiments qui proviennent de la chair, et qui sont donc impurs et « terrestres. »

Notre âme peut donc « capter » des influences qui proviennent de deux sources complètement opposées: l’esprit ou la chair. L’une de ces sources est branchée sur le Royaume de Dieu, sur l’esprit, tandis que l’autre source est branchée sur le Royaume de Satan, sur la chair. En effet, la chair de péché peut « injecter » dans notre âme des pensées, des passions et des désirs impurs, qui souillent tout notre être si nous les acceptons.

L’apôtre Jacques nous dit que de l’eau pure et de l’eau amère ne peuvent pas jaillir de la même source. Il a raison. Mais, dans notre cas, nous sommes branchés sur deux sources différentes en même temps! Les deux sources débouchent au niveau de notre âme. Nous devons « boucher » la source qui est « branchée » sur la chair, et « ouvrir pleinement » celle qui est « branchée » sur l’esprit!

Lorsque nous disons que notre « âme » est notre « être psychologique conscient, » il s’agit d’une simplification. Mais la réalité est plus complexe. Car, en fait, si l’on y réfléchit bien, c’est notre esprit, notre être intérieur profond, qui est notre véritable « être psychologique. » C’est notre esprit qui est la vraie source de nos « bonnes pensées, » de nos « bons sentiments, » et de nos « bons désirs »!

La chair est aussi une source de pensées, de sentiments et de désirs, mais ceux-ci sont mauvais. Toutefois, sous prétexte que la chair peut envoyer dans notre âme des pensées et des sentiments, on ne peut pas dire pour cela que la chair fasse partie de notre âme! Elle l’influence simplement.

C’est pour cela que notre âme, étant à la fois soumise à ce qui provient de l’esprit et à ce qui provient de la chair, a besoin d’être sanctifiée.

A mesure que nous nous purifions, au niveau de notre âme, de tout ce qui provient de la chair, notre âme reçoit de moins en moins d’influences impures provenant de la chair, et se remplit de plus en plus de ce qui est contenu dans notre esprit.

A mesure qu’elle se purifie des influences de la chair, notre âme s’identifie donc de plus en plus à notre esprit. Notre zone de conscience s’élargit de plus en plus au domaine de l’esprit. Nous devenons de plus en plus conscients de la nature de notre esprit et de tout ce qui provient de notre esprit. Nous comprenons que notre « âme » véritable, notre être intérieur véritable, c’est en fait notre esprit.

Nous nous « installons » de manière de plus en plus consciente dans la réalité de notre esprit. Sous la direction et le contrôle du Saint-Esprit, nous nous ouvrons de plus en plus au Royaume de Dieu. Notre être intérieur conscient reçoit de plus en plus clairement les influences du Saint-Esprit.

Nous serions parfaitement sanctifiés si notre âme pouvait être parfaitement fermée à tout ce qui provient de la chair, et parfaitement ouverte à ce qui provient de l’esprit. C’est ce qui se passera au moment de notre notre mort physique, ou au moment du retour du Seigneur, quand Il ôtera de notre corps physique cette puissance de péché et de mort, et que la mort sera engloutie dans l’immortalité!

Ce n’est donc pas notre âme qui est mauvaise en soi, comme certains l’enseignent à tort. C’est le CONTENU de notre âme qui peut être bon ou mauvais, selon qu’il provient de l’esprit ou de la chair.

Au début de notre conversion, nous sommes très peu conscients de notre esprit. Et notre âme est encore complètement encombrée de tout ce qui avait été façonné et conditionné par notre ancienne nature de péché.

Nous allons donc commencer notre vie chrétienne en marchant par la chair. Mais, très vite, si nous sommes bien nourris, et si notre désir d’avancer est fort, nous connaîtrons la Vérité, et cette Vérité nous affranchira concrètement.

A mesure que nous nous sanctifions, par l’action du Saint-Esprit et de la Parole de Dieu, nous sommes de plus en plus conscients de tout ce qui provient de la chair, afin de le rejeter, pour ne laisser pénétrer dans notre âme que ce qui provient de notre esprit. Notre marche chrétienne devient donc de moins en moins une marche par la chair, et de plus en plus une « marche par l’esprit. »

La chair.

La Bible nous révèle que la chair est une puissance de péché qui, chez le Chrétien né de nouveau, reste fixée dans son corps physique, dans ses membres.

Cette puissance de péché est également capable d’avoir des pensées, des émotions, des passions et des désirs, qui sont tous d’origine mauvaise et satanique. C’est comme si la chair possédait aussi une sorte de « d’intelligence » propre. Mais, à la différence de l’intelligence inconsciente de notre corps physique, ou de l’intelligence inconsciente de notre esprit, qui nous appartiennent et qui font partie de notre être, « l’intelligence » de la chair ne nous appartient pas. Elle ne fait pas partie de notre nouvelle nature. Cette « intelligence mauvaise » de la chair appartient à Satan.

Le « salut » de notre âme consiste à éliminer de nos pensées, de nos sentiments et de notre volonté tout ce qui provient de la chair. Notre âme doit être purifiée de toute pensée, de tout sentiment, de tout désir, de toute volonté qui viennent de la chair. Dieu nous a rendus capables d’amener « toute pensée captive à l’obéissance de Christ »! Il doit en être de même pour nos sentiments et notre volonté: ils doivent être amenés captifs à l’obéissance de Christ.

C’est la croix qui, seule, peut nous délivrer de la domination de la chair. La croix nous parle de la mort de Jésus. Notre esprit est déjà pleinement établi dans les lieux célestes, de « l’autre côté » de la croix, dans la vie de résurrection. Mais la croix nous permet aussi de vaincre toutes les oeuvres de la chair au niveau de notre âme et de notre corps.

Le message de la croix nous permet de comprendre ce qui s’est passé lorsque Jésus est mort et ressuscité. En effet, le Seigneur ne S’est pas contenté d’expier sur la croix nos péchés, ni de mourir « pour nous. » Il nous a entraînés dans Sa mort, pour nous entraîner ensuite dans Sa résurrection. Quand Il est mort, nous sommes morts en Lui et avec Lui. Et quand Il est ressuscité, nous sommes ressuscités en Lui et avec Lui!

Marcher par l’esprit.

Le Seigneur veut nous faire marcher dans Sa lumière. Il veut nous éclairer sur les motivations profondes de notre comportement, pour que nous sachions s’il est inspiré par la chair ou par l’esprit. Il veut nous montrer si tout ce que nous faisons, tout ce que nous disons, et tout ce que nous pensons, est bien en accord avec Sa volonté.

Il va donc nous demander de « travailler » sur les aspects de notre personnalité dont nous sommes conscients, pour nous apprendre à discerner s’ils sont contrôlés par la chair ou par l’esprit.

« Etre dans l’esprit » consiste donc à prendre conscience de la réalité de notre esprit, et à nous y « installer » par la foi. Nous en prenons conscience par les révélations que nous donnent la Parole de Dieu et le Saint-Esprit. Nous devons prendre conscience de la nature réelle de notre esprit, et de la nature réelle de la chair. Sans cette prise de conscience, nous ne pourrons pas marcher par l’esprit de manière satisfaisante pour le Seigneur.

Il veut que nous marchions par la foi. Or la foi vient de ce que l’on entend, et ce que l’on entend vient de la Parole de Christ. Ce que l’on « entend » signifie non seulement ce que l’on entend de nos oreilles, mais surtout ce que l’on comprend dans notre intelligence et dans notre coeur. On ne peut pas croire en quelque chose que l’on n’a pas compris.

Nous ne parlons pas simplement d’une simple compréhension intellectuelle. Mais nous parlons d’une révélation que le Saint-Esprit communique à notre intelligence, et qui nous permet de voir les réalités spirituelles telles qu’elles sont.

L’épître aux Hébreux nous parle du rôle de la Parole de Dieu, comparée à une épée à double tranchant, qui sépare entre « âme et esprit. » Cette « séparation » doit s’effectuer tant que nous sommes sur la terre. Mis elle n’aura plus lieu d’être quand nous serons dans le Ciel.

« Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur » (Hébreux 4: 12).

Comment comprendre correctement ce verset?

Sur la terre, notre âme peut être comparée aux « jointures, » et notre esprit aux « moelles. » Les jointures et les moelles doivent être « séparées, » ce qui signifie que la Parole de Dieu, telle une épée tranchante, « dissèque » jointures et moelles, pour mettre à nu et nous faire comprendre le fonctionnement de l’âme et de l’esprit, et pour nous permettre de trancher et d’écarter tout ce qui vient de la chair.

La Parole de Dieu exerce son ministère purificateur au niveau de notre âme. C’est elle qui « juge les sentiments et les pensées du coeur. » C’est donc elle qui, par le Saint-Esprit, nous permet de discerner, au niveau de notre âme, les sentiments et les pensées qui proviennent de l’esprit, et ceux qui proviennent de la chair.

La Parole de Dieu ne « coupe » pas notre âme de notre esprit de manière absolue, sinon nous ne pourrions pas recevoir dans notre âme tout ce qui provient de l’esprit. Mais notre âme doit être purifiée de tout ce qui provient de la chair, afin de ne pas souiller notre esprit par des pensées, des sentiments ou des désirs charnels, que nous laisserions pénétrer dans notre être intérieur conscient.

Notre esprit est pur dans sa nature propre. Mais il peut être souillé de l’extérieur, par tout ce que nous acceptons en provenance de la chair, au niveau de notre être conscient. Quand la Parole de Dieu nous a éclairés, nous devons alors nous repentir de tout ce que nous avons laissé venir de la chair, et le sang de Jésus peut alors nous laver cette souillure.

« Etre dans l’esprit » devient donc une réalité de plus en plus consciente pour nous. Nous connaissons alors la nature exacte de notre esprit régénéré. Nous connaissons la nature de la chair. Et nous savons ce que Christ a accompli par Sa mort et Sa résurrection. Nous nous identifions de plus en plus clairement à ce que nous sommes déjà dans notre esprit.

Tout cela se fait encore par la foi. Nous ne « voyons » pas notre esprit comme nous le verrons dans l’au-delà, ou comme nous pouvons voir notre corps. Mais nous croyons tout ce que la Parole de Dieu nous révèle sur notre esprit et sur le monde spirituel. Et, en croyant, nous faisons « descendre » la réalité de notre esprit au niveau de notre vie de tous les jours. « Crois, et tu verras…! »

Nous apprenons à ne plus nous voir comme nous étions auparavant. Nous savons que nous ne sommes plus des pécheurs par nature. Nous apprenons à découvrir la qualité de notre nouvelle nature. Cette nouvelle nature n’a hérité d’aucune « hérédité de nos ancêtres » ! Son unique hérédité est divine!

A mesure que cette réalité spirituelle se fait de plus en plus claire dans notre conscience, et à mesure que nous nous l’approprions par la foi, nous verrons nécessairement notre comportement pratique changer aussi. Nous agirons de plus en plus conformément à ce que nous sommes en Christ.

« Etre dans l’esprit » n’est pas quelque chose que nous devons réserver à certains moment de la journée, par exemple quand nous lisons la Bible ou quand nous passons un moment à prier! Mais nous devons « être dans l’esprit » 24 heures sur 24!

Cela signifie que nous devons en permanence garder dans notre conscience les réalités de l’esprit. Nos yeux doivent être constamment fixés sur Jésus et sur Son oeuvre. Nous ne devons jamais oublier ce que le Seigneur a fait, ni ce que nous sommes réellement en Lui, dans notre esprit.

Il faut que notre nouvelle identité spirituelle en Christ soit incrustée dans notre conscience! Sur le plan naturel, nous n’avons aucun effort à faire pour nous souvenir de notre identité humaine: quel est notre nom, notre sexe, notre lieu de naissance, notre âge, etc… Cette identité humaine est constamment présente à notre conscience, sans que nous ayons besoin d’y penser en permanence pour ne pas l’oublier!

De même, nous ne devons pas être des « amnésiques spirituels »! Nous ne devons jamais oublier notre identité spirituelle. Nous devons toujours garder à notre conscience le fait que nous sommes un fils ou une fille de Dieu, une nouvelle créature semblable à Christ, que nous sommes « justice de Dieu en Christ, » délivrés de toute la puissance de Satan, des démons, du péché, de la chair et du monde, que nous sommes appelés à manifester les mêmes oeuvres que Jésus, et que nous avons été rendus parfaitement capables de marcher comme le Seigneur!

Le cadeau que Christ nous a fait est si grand, que beaucoup de Chrétiens n’osent pas croire que cet héritage leur appartient vraiment. Ils sont encore trop conditionnés par ce qu’ils étaient dans leur « ancienne vie » de péché! Ils se voient toujours comme ils étaient avant, avec leurs faiblesses, leurs échecs et leurs incapacités!

Bien-aimés, il faut arrêter de croire des mensonges! Il faut connaître et croire en la Vérité! Nous devons « oublier » ce que nous étions, et découvrir ce que nous sommes en Christ, dans notre nouvelle nature! Et c’est cette connaissance et cette foi qui vont nous permettre de commencer à marcher par l’esprit!

Quand nous nous « installons » par la foi dans la réalité spirituelle du Royaume de Dieu, nous sommes dans la lumière de Dieu. Nous sommes dans la lumière de l’Esprit. Et, dans cette lumière, nous pouvons « voir » la chair de loin, avant même qu’elle puisse se manifester et nous contrôler. Dans cette lumière de l’esprit, nous savons que nous avons une pleine délivrance de la chair, et une pleine autorité pour la maintenir en dehors de notre vie. Nous laissons alors simplement notre nouvelle nature s’exprimer, dans la conscience de notre position et de notre autorité, sans nous forcer!

Croyez-vous qu’il nous soit possible de connaître la Vérité? Croyez-vous que Dieu veuille nous la révéler? Croyez-vous que le Seigneur veuille nous donner le discernement pour savoir si ce que disent ou font les Chrétiens qui nous entourent est inspiré par l’esprit ou par la chair? Croyez-vous qu’il nous soit possible de marcher comme Jésus a marché sur cette terre?

Pour ma part, ma réponse est « oui » à toutes ces questions! Il suffit de croire que c’est le Seigneur qui le fera en nous. Mais je sais qu’il y a des Chrétiens qui ont été tellement déçus par les « Chrétiens » et les « églises, » qu’ils n’ont plus confiance en rien ni en personne. Ils sont complètement démoralisés et découragés.

Mais ils ne réalisent pas qu’ils font le jeu de l’ennemi et qu’ils sont tombés dans son piège. Satan veut toujours nous détruire et nous perdre. Mais s’il n’y parvient pas, il va s’efforcer de nous rendre complètement inefficaces pour le Royaume de Dieu. Il veut nous maintenir paralysés dans notre coin, solitaires et incapables de répandre la Vie de Christ autour de nous. Il veut nous aveugler au fait que notre amertume et notre découragement ne viennent pas de notre nouvelle nature, mais viennent de la chair. Il a réussi à nous faire accepter de « bonnes raisons » pour nous isoler et rester passifs.

Je veux dire à tous ceux-là que le Seigneur est toujours le même, que la Parole de Dieu n’a pas changé non plus, et que c’est Dieu qui aura toujours le dernier mot! Je veux leur rappeler que le Seigneur est toujours aussi riche envers ceux qui L’invoquent, et qu’Il a la volonté de faire de nous des vainqueurs.

Etre un vainqueur ne dépend pas uniquement du Seigneur, sinon tous les Chrétiens seraient automatiquement des vainqueurs! Etre un vainqueur, c’est décider de nous saisir de la victoire de Christ! C’est vaincre au Nom de Jésus! Non par nos propres oeuvres, mais par notre foi dans le Seigneur, et par notre détermination à ne rien laisser tomber de ce que Sa grâce nous présente.

Relisons quels sont les derniers avertissements du Seigneur à Ses sept églises. Nous qui sommes parvenus à la fin des temps, nous qui sommes très proches de l’enlèvement de l’Eglise, nous avons intérêt à méditer ces avertissements:

  • « A celui qui vaincra je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu » (Apoc. 2: 7).
  • « Celui qui vaincra n’aura pas à souffrir la seconde mort » (Apoc. 2: 11).
  • « A celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit » (Apoc. 2: 17).
  • « A celui qui vaincra, et qui gardera jusqu’à la fin mes oeuvres, je donnerai autorité sur les nations. Il les paîtra avec une verge de fer, comme on brise les vases d’argile, ainsi que moi-même j’en ai reçu le pouvoir de mon Père. Et je lui donnerai l’étoile du matin » (Apoc. 2: 26-28).
  • « Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs; je n’effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges » (Apoc. 3: 5).
  • « Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus; j’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau » (Apoc. 3: 12).
  • « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône » (Apoc. 3: 21).

« Celui qui vaincra, » c’est celui qui a compris que Christ nous a rendus capables de marcher par l’esprit, uniquement par la foi, pour que ce soit par grâce.

La marche par l’esprit est le chemin où Dieu veut que s’engagent tous Ses enfants, car c’est le seul chemin qui permette de glorifier réellement le Seigneur Jésus sur cette terre, et d’être prêts quand Il reviendra chercher Son Epouse.

45 Responses to B94-Les fondements de la marche par l’esprit.

  1. dongar dit :

    Comment faire pour marcher complètement avec Jésus, cela me semble très difficile, et pourtant je L’aime de tout mon être. Monsieur VIAUD-MURAT, j’ai beaucoup d’admiration pour votre connaissance sur la Bible, il me semble presque impossible de pouvoir toucher Dieu, l’être que j’aime le plus. Mais j’ai l’impression qu’en travaillant, cela semble presque impossible. Je travaille dans l’aviation, et j’ai peu de chance de pouvoir vivre ma foi comme je le voudrais… Travaillant très souvent le dimanche. Merci de vos éclairages, si le coeur vous en dit. Merci d’avance. Que Dieu vous bénisse…
    Simone.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Simone, Quel que soit le milieu où nous travaillons, nous pouvons vivre en Chrétien, pourvu que ce ne soit pas un milieu où on essaye de nous forcer à pécher! Je ne crois pas que l’aviation soit un milieu plus défavorable aux Chrétiens que les autres. Quant au dimanche, c’est un jour comme les autres, sauf qu’il est plus facile pour des Chrétiens de se réunir ce jour-là. Ne crois pas, chère Soeur, qu’il soit difficile de toucher Dieu, car c’est Lui, en fait, qui est venu nous toucher! Dieu habite dans l’esprit de ceux qui Lui appartiennent! Notre corps est aussi le temple du Saint-Esprit! Partout où nous sommes, partout où nous allons, Dieu est avec nous! Il ne peut pas être plus près de nous! Alors, prends courage, et sache que le Seigneur est puissant pour bénir ta vie et ton témoignage, si tu le crois!

  2. sandra dit :

    Bonsoir à tous !
    Depuis quelque temps, je viens sur ce blog régulièrement, et j’apprend beaucoup, je suis particulièrement intéressée par la croix et la marche par l’esprit, mais à chaque fois que je crois avoir saisi, je me retrouve à la case départ, c’est comme si je suis incapable de garder constamment mes pensées fixées sur tout ce qui est déjà accompli, et j’avoue que ça me décourage souvent. Je commence ma journée par l’esprit, et je la finis par la chair. AU SECOURS! Je suis vraiment fatiguée, je veux moi aussi comprendre: est-ce le processus normal ? J’avance très lentement.
    M. Viaud-Murat, il y a déjà quelques années que je vous lis, avant c’étais sur Source de Vie mais, avec ce blog, j’ai le désir de vous demander de vous parler personnellement, car je vois que vous prenez le temps de répondre à nos questionnements, et ils sont rares, ceux qui ont des ministères et qui prennent le temps.
    Ma déception à moi, c’est que j’ai constaté que bien des Chrétiens agissent comme le monde, ou bien ils enseignent n’importe quoi, alors j’ai délaissé les assemblées. Ça fait onze ans que le Seigneur m’a attirée à Lui, et je ne fais que commencer à comprendre l’oeuvre de la croix, et ça m’attriste énormément ! Dans les assemblées, la croix a disparu. Moi, je savais que mes péchés avaient été pardonnés, mais le tout accompli, je ne l’avais pas vraiment compris, ce qui fait que j’ai beaucoup de connaissances, mais un coeur vide. S.V.P priez pour moi, afin que Dieu m’ouvre les yeux et le coeur.
    Merci de votre attention. QDVB tous!

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Sandra, Nous sommes dans des temps d’apostasie, mais le Seigneur est toujours le même pour ceux qui veulent marcher acecLui de tout leur coeur! Il prend Lui-même soin de Ses brebis, heureusement! Ne te décourage pas, chère Soeur, il est normal d’avoir des difficultés à marcher par l’esprit, au début, car nous sortons d’une situation souvent bien embrouillée! Mais, dès qu’on a compris les bases, nous faisons des progrès de plus en plus rapides! Je t’écris aussi sur ton adresse privée.

  3. Didier dit :

    Merci cher Henri pour ton a enseignement. Je remarque l’absence de description sur la relation de notre coeur dans notre fonctionnement intérieur et notre relation avec Dieu.
    Dieu a un coeur, la nouvelle alliance nous donne un nouveau coeur, Dieu inscrit ses lois dans notre coeur. Jésus a dit : (Marc 12:30 ) et : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force, etc.
    L’AT et le NT abondent de références à la fonction du coeur, tu dois certainement avoir une raison pour ne pas le mentionner.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Didier, Selon le contexte, le mot « coeur » peut se rapporter soit à notre esprit, notre être spirituel profond, soit à notre âme, en tant que « lieu » où s’expriment et se manifestent nos sentiments. Aimer Dieu de tout son coeur, cela signifie pour moi L’aimer du plus profond de tout notre être, donc à la fois de tout notre esprit et de toute notre âme.

  4. Karine dit :

    Merci Pr Viaud-Murat, pour cette réponse extra ordinnaire! Vous n’êtes pas sans savoir que bcp de chrétiens comparent l’écharde de la chair de Paul à une maladie, il dit aussi « un ange de satan », et bien je n’ai jms eu cette conviction, surtout en lisant la réponse du Seigneur après (dans les évangiles et même avant et après, le Seigneur ne nous a pas appris à supporter patiemment la maladie mais à chercher la guérison) Eh bien j’ai l’impression que Paul fait référence à sa propre chair! qui est tjs là pour le tenter. Cela est-il probable selon vous?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Karine, Non, il ne s’agissait pas de la chair de Paul, car il avait reçu la révélation de la croix, ni d’une maladie. Il s’agissait bien, comme il en avait reçu la révélation du Seigneur, d’un « ange de Satan,  » placé auprès de lui pour le « souffleter » (pour lui faire subir de nombreuses persécutions répétées, naufrages, lapidation, flagellations, emprisonnements, etc…). Cela maintenait le grand apôtre dans l’humilité, car c’était dans sa faiblesse que s’accomplissait la puissance du Seigneur!

  5. kevin dit :

    Cher Henri. Il y a un problème dans votre commentaire du 4/07/200 à 16h39.

    Vous avez dit: « Quand nous péchons, c’est que nous avons accepté une suggestion, un désir ou une pensée de la chair ».
    Perso, je fait pas ce que je veut. Je veux pas pécher, mais je péche quand même. Si ça dépendait uniquement de notre volonté, on pécherait pas. Mais vous savez bien que la chair nous oblige à pécher.

    Ensuite vous avez dit: « Si notre esprit n’intervient pas d’autorité pour nous empêcher de pécher, c’est que Dieu nous rend responsables de nos choix faits au niveau de notre être conscient. Tu pourrais poser la même question pour le Saint-Esprit, qui demeure en nous en permanence: pourquoi n’intervient-Il pas pour nous empêcher de pécher en permanence? Parce qu’Il respecte notre liberté, et ne veut pas violer notre liberté de choix et de conscience. Mais Il nous pousse à la repentance. »
    Bin moi, ma volonté c’est de ne pas pécher. J’aimerai bien que le Saint-Esprit utilise sa puissance pour mettre en pratique ma volonté de ne pas pécher. J’aimerai tant que le Saint-Esprit contrôle le moindre de mes faits et gestes. Parce que la chair, elle en a que faire de ma volonté.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher Kevin, Un Chrétien qui ne veut pas pécher, mais qui ne peut pas résister au péché, avoue simplement qu’il ne connaît pas la puissance de la croix et qu’il ignore ce que signifie « marcher par l’esprit. » Il cède à la puissance de la chair, à ses tentations et à ses suggestions, même s’il ne le veut pas. La solution ne consiste pas à devenir une « marionnette » entre les mains du Saint-Esprit, qui ferait tout à notre place. La solution consiste à connaître la victoire du Seigneur, et à l’appliquer par la foi dans notre combat contre le péché. Notre volonté doit s’appuyer sur notre foi en Christ en en Son oeuvre. Notre volonté seule ne suffit pas. Nous devons passer de Romains 7 à Romains 8!

  6. Alain Brice dit :

    Excellente réponse frère Henri, je me dois de l´avouer!!! c’est un véritable régal. Je vois la touche du Saint-Esprit.
    Que Dieu te bénisse et te guide davantage

  7. Karine dit :

    Voilà c’est encore moi, après lecture de votre très riche article, comme conseillé par vous. J’ai encore quelques questions…
    Je ne reviens pas sur ce que j’ai compris (gloire à Dieu pour cela).
    1. Quand on pèche, au moment du pécher, qui agit? Si c’est l’âme, notre esprit est-il tjs autant « renouvelé en Christ, » et si oui, POURQUOI n’intervient-il pas pour corriger les erreurs de notre âme? Ne le peut-il pas? (Comment ose-t-il laisser une partie de l’être dont il fait partie chuter lamentablement?)
    2. Vous avez dit à plusieurs reprises que l’esprit est sanctifié par l’oeuvre de Christ, et siège des « bons sentiments », et tout cela s’obtient par la foi en l’oeuvre de Jésus. Que se passe-t-il lorsqu’on manque de foi dans l’oeuvre de Christ à la croix, oeuvre pour notre victoire sur le péché (on parle donc précisément pratiquement de tous ceux qui pensent qu’ils n’y arriveront jamais […]) Notre esprit est-il encore renouvelé? Siège de bonnes choses? Si tout est une question de foi, je trouve logique que par manque de foi on perde ce qui nous a pourtant bel et bien été acquis à la resurection de Jésus, (d’où vient ma remarque (sur l’article des deux erreurs […]) : « On pourrait croire que par manque de foi l’ancienne nature (qui est égal à l’esprit non renouvelé) « tente de ressusciter » » (on lui redonnerait sa vie en fait!).
    3. Si je cherche tant et maladroitement à comprendre, c’est parce que je voudrais comprendre OU elle la faille dans le système (système pourtant rendu parfait par le Seigneur à la croix!), lorsqu’on aboutit dans le péché (afin de me perfectionner et de ne plus tomber dans le piège!).
    4. Dernière chose mais c’est une remarque: Vous dites que la chair a tendance à imiter la vieille nature, et profiter de notre méconnaissance pour cela. Cette chair qui a des désirs mauvais, dirigés par Satan, une intelligence propre, mais qui ne nous appartient pas, de la puissance de laquelle nous serons complètement délivré le jour où Dieu ôtera du corps physique cette puissance de péché (jour de notre mort). Elle me fait penser à un démon qui serait en permanence auprès de nous à essayer de nous faire chuter!
    Fraternellement,
    Karine (PS: Ne vous pressez pas pour me répondre, quand je vois les tonnes de commentaires, j’ai compassion de vous!!!)

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Karine, Merci pour toutes tes remarques, que doivent aussi se faire d’autres lecteurs! Voici ce que je pourrais te répondre: 1. Ce qui compte, c’est ce qui se passe au niveau de notre être conscient (donc de notre âme). Normalement, nous ne sommes pas conscients de notre esprit, bien que l’on en devienne de plus en plus conscient à mesure que nous avançons avec le Seigneur et que nous marchons de plus en plus par l’esprit). Quand nous péchons, c’est que nous avons accepté une suggestion, un désir ou une pensée de la chair (ou de Satan, via la chair, ce qui revient au même). Quand nous péchons, notre esprit reste le même, il est en Christ. Il peut être souillé de l’extérieur, mais, dans sa nature profonde, il ne change pas. Il ne peut définitivement être séparé de Christ que si nous, dans notre être conscient, nous rejetons et renions définitivement le Seigneur. « Si nous Le renions, Lui aussi nous reniera. » Dieu retire alors Son Esprit de l’esprit, qui retombe dans les ténèbres, sans aucun espoir de repentance nouvelle (Hébreux 6 et 10). C’est donc bien ce qui se passe au niveau de notre être conscient, de notre âme, qui est le plus important pour notre vie spirituelle, après notre nouvelle naissance. D’où l’importance vitale de la sanctification, qui passe par le renouvellement de notre intelligence, un élément essentiel de notre âme. Si notre esprit n’intervient pas d’autorité pour nous empêcher de pécher, c’est que Dieu nous rend responsables de nos choix faits au niveau de notre être conscient. Tu pourrais poser la même question pour le Saint-Esprit, qui demeure en nous en permanence: pourquoi n’intervient-Il pas pour nous empêcher de pécher en permanence? Parce qu’Il respecte notre liberté, et ne veut pas violer notre liberté de choix et de conscience. Mais Il nous pousse à la repentance. 2. Quand nous manquons de foi dans l’oeuvre de Christ, c’est en général par ignorance, ou par incrédulité grossière. Nous ne perdons pas ce qui nous a été acquis par le Seigneur, mais nous en perdons le bénéfice. C’est comme si nous avions un grand trésor, mais que nous continuions à nous comporter comme un mendiant! Cela revient à être effectivement pauvre, mais la solution n’est pas la même que si nous étions réellement pauvres! La solution, pour nous, c’est d’ouvrir les yeux sur notre richesse en Christ, et d’y puiser en permanence! Notre manque de foi ne ressuscite pas notre « vieil homme, » mais nous place sous l’emprise de la chair, alors que celle-ci a été vaincue par Christ. 3. Tu ne cherches pas maladroitement à comprendre, tu recherches simplement la vérité et la compréhension de la vérité, ce qui n’est ni maladroit ni répréhensible! Le Seigneur nous éclaire toujours quand nous cherchons à comprendre la vérité! 4. Ta dernière remarque est juste: la chair ressemble et agit exactement comme un démon, mais ce n’est pas un démon. Dans la famille de Satan, il y a le « père, » Satan, la « mère, » qui est la Mort, et les « enfants, » qui sont le péché, la chair, le monde, et les démons. Tous les membres de cette famille mauvaise ont le même esprit, celui de leur père, les mêmes désirs, le même comportement. Mais tous ne sont pas identiques. Si la chair était un démon, la solution serait simple: la chasser au nom de Jésus! Là, nous ne pouvons pas la chasser, mais nous devons savoir que le Seigneur nous a complètement libérés de son emprise et de son contrôle. Nous serons définitivement libérés de la présence de la chair au moment du retour du Seigneur, quand nous recevrons un corps physique ressuscité et glorifié. Nous ne devons donc pas nous inquiéter de la présence actuelle de la chair dans nos membres, si, du moins, nous avons compris et cru en l’oeuvre de la croix et si nous avons appris à marcher par l’esprit! De même que Satan est encore présent dans l’univers, mais qu’il ne se mélange pas au Royaume de Dieu, et qu’il ne peut même pas y pénétrer, tous les membres du Royaume de Dieu, dont nous faisons partie, n’ont pas à s’inquiéter de Satan, pourvu qu’ils soient dans la foi, et bénéficient complètement de la présence et de la victoire du Seigneur Jésus!