B98-Nouvelles lumières sur l’esprit.

Article de Henri Viaud-Murat.

Certains messages ou commentaires que nous recevons nous montrent qu’il n’est encore pas facile, pour certains, de bien comprendre ce qu’est réellement notre esprit. Voici donc quelques explications supplémentaires, car cette compréhension est essentielle.

Dieu a créé Adam en insufflant un esprit dans le corps de chair qu’Il venait de façonner avec la poussière de la terre. C’est alors qu’Adam devint une « âme » vivante, ou encore une « personne » vivante. Il ne possédait pas une âme, mais il était une âme vivante.

Le fait d’être une « âme vivante » indique que l’homme était une personne autonome et consciente, composée d’un esprit immortel incarné dans un corps physique.

En tant qu’âme vivante, Adam était à la fois conscient de lui-même, conscient du monde spirituel par son esprit, et conscient du monde matériel par son corps physique. Il était pleinement conscient qu’il était, en fait, un « esprit incarné dans un corps de chair. »

La « zone de conscience » d’Adam était donc très vaste, et son centre de conscience était fixé au niveau de son esprit. Ce n’est qu’après la chute que l’âme et l’esprit sont devenus distincts, car les hommes ont progressivement perdu la conscience de leur esprit.

Le monde spirituel et le monde matériel s’interpénètrent, mais ne sont pas normalement en contact l’un avec l’autre. Les organes qui nous permettent de percevoir le monde matériel, c’est-à-dire les organes des sens de notre corps physique, ne sont pas adaptés à la perception du monde spirituel.

Notre esprit possède aussi ses propres « organes des sens spirituels, » qui lui permettent de percevoir le monde spirituel. Mais, depuis la chute, nous n’avons plus accès à ces « sens spirituels, » sauf à de très rares occasions, lorsque nous recevons des « intuitions » ou des « révélations » qui proviennent de l’esprit. L’homme non régénéré peut recevoir des messages spirituels en provenance de Dieu, mais, la plupart du temps, les messages spirituels qu’il peut recevoir proviennent de Satan.

Les esprits d’Adam et d’Eve, avant leur chute, étaient reliés à l’Esprit de Dieu, qui leur transmettait en permanence la Vie divine, la Vie éternelle.

Quand l’humanité a chuté, elle a perdu tout contact avec le Seigneur et avec le monde spirituel de Dieu. Elle est tombée sous la domination de l’esprit de Satan. Elle aurait pu continuer à s’ouvrir au monde spirituel de Satan, mais, très vite, le Seigneur le lui a interdit (Deut. 18: 9-14).

C’est donc tout le monde spirituel qui a fini par être fermé à la plus grande partie de l’humanité, que ce soit le monde spirituel de Dieu, ou le monde spirituel de Satan.

Etant donné que le monde de l’esprit a été fermé aux hommes, la plupart d’entre eux ne savent même plus qu’ils ont un esprit. L’étendue de la « zone de conscience » de l’homme « ordinaire » a été considérablement réduite. La conscience de soi de l’homme a quitté le domaine de l’esprit, pour « descendre » au niveau de son « âme. »

On peut donc dire que l’âme, actuellement, n’est plus que la petite partie de son être intérieur dont l’homme reste conscient. C’est le domaine psychologique « naturel » de la conscience de soi et du monde, de l’intellect, de la volonté et des sentiments. Mais l’homme n’est pratiquement plus conscient du vaste domaine « surnaturel » de son esprit.

Les prophètes de Dieu ont continué quant à eux à avoir accès au monde spirituel de Dieu, à l’initiative du Seigneur. Tandis que les sorciers et les magiciens ont continué à avoir accès au monde spirituel de Satan, à leur propre initiative, et par des moyens interdits par le Seigneur.

C’est notre esprit qui contient le principe vital, et c’est l’esprit qui communique la vie à tout le corps physique. Il ne s’agit pas de la Vie éternelle, mais simplement du principe de vie qui permet à tout être vivant d’exister. Tous ceux qui ne sont pas nés de nouveau vivent, mais ils vivent dans la mort spirituelle! S’ils meurent dans leurs péchés, ils entrent dans l’éternité dans cet état de mort spirituelle.

D’où la nécessité de passer par une nouvelle naissance spirituelle avant de connaître la mort physique. C’est cela, le salut par la foi en Jésus-Christ! Après la mort physique, il est trop tard pour se convertir!

L’esprit d’un homme épouse parfaitement la forme de son corps physique, et lui transmet la vie dans tous ses organes et dans toutes ses cellules.

« Le corps sans âme (litt. « sans esprit ») est mort » (Jacques 2: 26). Quand l’esprit quitte le corps d’un être humain, celui-ci meurt. Le corps meurt, mais l’esprit continue à vivre dans son domaine. Si l’esprit d’un mort retourne dans son corps, il ressuscite! On le voit dans le passage suivant, lorsque le Seigneur Jésus ressuscite la fille de Jaïrus:

« Et ils se moquaient de lui, sachant qu’elle était morte. Mais il la saisit par la main, et dit d’une voix forte: Enfant, lève-toi. Et son esprit revint en elle, et à l’instant elle se leva; et Jésus ordonna qu’on lui donnât à manger » (Luc 8: 53-55).

En Hébreu comme en Grec, le mot traduit par « esprit » signifie en réalité « souffle » ou « vent. » Dieu est Esprit. Dieu est donc un « Souffle Vivant. » Il est un Souffle de Vie éternelle, un Souffle d’Amour, de Joie, de Paix, de Force, d’Intelligence, de Sagesse, de Sainteté, de Vérité, de Tout ce qui est Bon et Pur.

Le diable est aussi un esprit. Il est donc un « souffle de mort, » et de tout ce qui est contraire à la nature divine. C’est un souffle de haine, d’orgueil, d’égoïsme, d’impureté, de destruction, de maladie, de rébellion, de péché et de mort.

L’esprit de l’homme est donc aussi un « souffle. » Mais ce « souffle » est nécessairement relié soit au souffle de Satan, soit au Souffle de Dieu. Si un homme est né de nouveau, son esprit est recréé en Christ, et animé par le Souffle divin. Et ce Souffle divin pourra se répandre dans tout l’être humain, y compris dans son corps mortel, pour le guérir ou le vivifier. Un homme qui n’est pas né de nouveau reste dans la mort spirituelle, parce que son esprit est plongé dans le souffle de Satan.

Sur le plan naturel, un « vent » résulte du déplacement d’une masse d’air, qui part d’un centre de hautes pressions, pour se diriger vers un centre de basses pressions. Cette masse d’air est en réalité une masse d’atomes et de molécules de gaz divers. Là où se trouvent les hautes pressions, se trouve aussi concentrée la plus grande masse d’atomes de gaz divers, qui cherchent à s’échapper de ce centre de hautes pressions, pour se diriger partout où la pression est plus faible.

Nous savons que la « nature a horreur du vide. » Pour qu’un vide soit maintenu dans un espace donné, il faut que cet espace soit rigoureusement fermé au monde extérieur, après avoir été vidé de ses atomes.

Sur le plan spirituel, il en est de même. Dieu abrite dans Son puissant Souffle divin une « concentration » infinie de tout ce qui est Bon et Pur. Il cherche à répandre les infinies « hautes pressions » de Son Amour et de Sa grâce dans la vie de tous ceux qui acceptent de s’ouvrir à Lui. Dieu veut leur donner Sa Vie éternelle, et les nettoyer complètement de tout ce qui provenait du souffle impur du diable.

L’homme doit choisir entre le diable et Dieu. Il ne peut pas rester « neutre » ou « vide. » S’il n’est pas rempli de l’Esprit de Dieu, il est nécessairement rempli de l’esprit du diable!

Depuis la chute, l’humanité a été coupée du Souffle divin, pour être connectée au souffle du diable. La repentance, c’est le fait de réaliser la vraie nature de cette source diabolique de péché et de mal, qui conduit à la mort éternelle, et de décider de se couper de cette source mauvaise, pour s’ouvrir à Dieu, qui donne la Vie éternelle.

Le Seigneur Jésus est la Porte qui nous permet de pénétrer dans cette Source de Vie éternelle, et qui nous permet aussi de recevoir en nous le « Souffle divin, » qui nous ressuscite et nous vivifie!

Dans cette perspective, la « chair, » qui est une puissance de péché qui demeure dans les membres des Chrétiens, peut aussi être comparée à une « ouverture » par laquelle le souffle mauvais de Satan cherche à pénétrer dans notre âme pour nous contrôler.

La croix peut être comparée à une « porte » qui condamne et ferme définitivement cette « ouverture » de la chair, afin que le souffle de Satan ne puisse plus envahir nos pensées, nos sentiments et notre volonté.

De l’autre côté de la porte de la croix, « l’esprit mauvais » continue à souffler, mais il ne peut pas pénétrer en nous, tant que cette porte reste fermée. Et elle ne peut être fermée que par la foi. La foi peut ainsi être comparée à une clef, qui peut fermer la porte de Satan, et ouvrir la Porte de Dieu.

Un Chrétien qui ne croit pas pleinement à l’oeuvre de Christ à la croix est un Chrétien qui laisse la porte de la chair et du péché ouverte dans sa vie! Il a bien ouvert sa vie à la Porte qui est Christ, mais il n’a pas encore fermé complètement la porte de la chair et du péché, à cause de son ignorance ou de son incrédulité.

La sanctification consiste à fermer hermétiquement la porte de la chair et du péché, et à laisser entrer en permanence en nous le Souffle divin de l’Esprit, afin qu’il nous remplisse entièrement, et qu’il nous nettoie de toute trace de « gaz délétère » provenant du « souffle de Satan. »

« L’isolation » de la porte qui nous sépare du péché doit être parfaite! Car le diable cherchera toujours à s’infiltrer par les moindres fissures! Plus nous comprenons et acceptons l’oeuvre de la croix, et plus cette isolation sera parfaite! Toute la place sera ainsi laissée au Souffle divin!

Il y a dans toute la Bible de nombreux passages qui décrivent des expériences faites par des hommes dans le domaine spirituel. La plupart de ces hommes étaient des prophètes de Dieu. Ces prophètes ont reçu et laissé pénétrer en eux le Souffle divin. Ils ont « inspiré » ce Souffle divin, qui S’est ensuite exprimé par les Paroles divines inspirées, qui sont sorties de la bouche de ces prophètes. Il leur est aussi arrivé d’être transportés par le Seigneur en esprit dans les lieux célestes ou en divers lieux.

On peut citer par exemple les expériences spirituelles nombreuses faites par le prophète Ezéchiel.

« Et l’esprit m’enleva, et j’entendis derrière moi le bruit d’un grand tumulte: Bénie soit la gloire de l’Eternel, du lieu de sa demeure! J’entendis le bruit des ailes des animaux, frappant l’une contre l’autre, le bruit des roues auprès d’eux, et le bruit d’un grand tumulte. L’esprit m’enleva et m’emporta. J’allais, irrité et furieux, et la main de l’Eternel agissait sur moi avec puissance. J’arrivai à Thel-Abib, vers les exilés qui demeuraient près du fleuve du Kebar, et dans le lieu où ils se trouvaient; là je restai sept jours, stupéfait au milieu d’eux » (Ezéchiel 3: 12-15).

L’Esprit de Dieu « enlève » Ezéchiel, qui faisait partie des déportés à Babylone, et le « transporte » jusqu’en Israël à Thel-Abib (Tel Aviv). Il n’est pas précisé si Ezéchiel y a été transporté « dans son corps ou hors de son corps, » mais il est très probable qu’il a été transporté en esprit, comme on le voit dans les expériences suivantes.

« La sixième année, le cinquième jour du sixième mois, comme j’étais assis dans ma maison, et que les anciens de Juda étaient assis devant moi, la main du Seigneur, de l’Eternel, tomba sur moi. Je regardai, et voici, c’était une figure ayant l’aspect d’un homme; depuis ses reins en bas, c’était du feu, et depuis ses reins en haut, c’était quelque chose d’éclatant, comme de l’airain poli. Il étendit une forme de main, et me saisit par les cheveux de la tête. L’esprit m’enleva entre la terre et le ciel, et me transporta, dans des visions divines, à Jérusalem, à l’entrée de la porte intérieure, du côté du septentrion, où était l’idole de la jalousie, qui excite la jalousie de l’Eternel. Et voici, la gloire du Dieu d’Israël était là, telle que je l’avais vue en vision dans la vallée » (Ezéchiel 8: 1-4).

Quand Ezéchiel parle de « transport » dans des « visions divines, » il indique par là qu’il a fait toute ces expériences dans son esprit. Ezéchiel se trouvait parmi les captifs, en Chaldée, et le Seigneur le transporta en esprit à Jérusalem, pour lui montrer toutes les abominations qui s’y pratiquaient.

C’est ainsi qu’Ezéchiel, dans son esprit, put voir les hommes qui pratiquaient l’idolâtrie à Jérusalem. Dieu lui demanda même de prophétiser contre eux. Au moment où il prophétisait, l’un des sacrificateurs idolâtres expira sous ses yeux.

« La gloire de l’Eternel s’éleva du milieu de la ville, et elle se plaça sur la montagne qui est à l’orient de la ville. L’esprit m’enleva, et me transporta en Chaldée auprès des captifs, en vision par l’esprit de Dieu; et la vision que j’avais eue disparut au-dessus de moi. Je dis aux captifs toutes les paroles de l’Eternel, qu’il m’avait révélées » (Ezéchiel 11: 23-25).

Ici, Ezéchiel précise qu’il a été « transporté » « en vision par l’esprit de Dieu. » Il a donc été ramené en Chaldée en esprit. C’est alors qu’il put transmettre aux captifs de Chaldée toutes les paroles de l’Eternel, qu’il avait reçues alors qu’il se trouvait dans son esprit!

Plus loin, le Prophète est encore plus précis:

« La main de l’Eternel fut sur moi, et l’Eternel me transporta en esprit, et me déposa dans le milieu d’une vallée remplie d’ossements. Il me fit passer auprès d’eux, tout autour; et voici, ils étaient fort nombreux, à la surface de la vallée, et ils étaient complètement secs. Il me dit: Fils de l’homme, ces os pourront-ils revivre? Je répondis: Seigneur Eternel, tu le sais. Il me dit: Prophétise sur ces os, et dis-leur: Ossements desséchés, écoutez la parole de l’Eternel! » (Ezéchiel 37: 1-4).

Le prophète est bien transporté en esprit dans la vallée des ossements. Dans son esprit, nous voyons qu’il peut toujours penser, parler, être conscient de lui-même et de son environnement, et agir. Il n’est pas dans son corps physique, mais il garde, dans son esprit, toutes les caractéristiques d’un être vivant complet et conscient.

Peu après, nous assistons à un processus de résurrection, tel qu’il se déroulera au moment du retour du Seigneur, en ce qui concerne les « ossements desséchés » des Chrétiens.

« Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel, à ces os: Voici, je vais faire entrer en vous un esprit, et vous vivrez; je vous donnerai des nerfs, je ferai croître sur vous de la chair, je vous couvrirai de peau, je mettrai en vous un esprit, et vous vivrez. Et vous saurez que je suis l’Eternel. Je prophétisai, selon l’ordre que j’avais reçu. Et comme je prophétisais, il y eut un bruit, et voici, il se fit un mouvement, et les os s’approchèrent les uns des autres. Je regardai, et voici, il leur vint des nerfs, la chair crût, et la peau les couvrit par-dessus; mais il n’y avait point en eux d’esprit. Il me dit: Prophétise, et parle à l’esprit! prophétise, fils de l’homme, et dis à l’esprit: Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel: Esprit, viens des quatre vents, souffle sur ces morts, et qu’ils revivent! Je prophétisai, selon l’ordre qu’il m’avait donné. Et l’esprit entra en eux, et ils reprirent vie, et ils se tinrent sur leurs pieds: c’était une armée nombreuse, très nombreuse. Il me dit: Fils de l’homme, ces os, c’est toute la maison d’Israël. Voici, ils disent: Nos os sont desséchés, notre espérance est détruite, nous sommes perdus! Prophétise donc, et dis-leur: Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel: Voici, j’ouvrirai vos sépulcres, je vous ferai sortir de vos sépulcres, ô mon peuple, et je vous ramènerai dans le pays d’Israël. Et vous saurez que je suis l’Eternel, lorsque j’ouvrirai vos sépulcres, et que je vous ferai sortir de vos sépulcres, ô mon peuple! Je mettrai mon esprit en vous, et vous vivrez; je vous rétablirai dans votre pays, et vous saurez que moi, l’Eternel, j’ai parlé et agi, dit l’Eternel » (versets 5-14).

Il ne s’agit pas seulement d’une description symbolique! Il s’agit aussi de la description d’une véritable résurrection physique! L’Esprit de Dieu commence par reconstituer complètement les corps physiques de ces morts, puis Il fait revenir leur esprit dans leurs corps, qui se redressent vivants. Il en sera de même lors de la résurrection de ceux qui sont « morts en Christ, » au moment de l’enlèvement de l’Eglise!

Nous avons connu personnellement, au début de notre conversion, un pasteur qui était mort, suite à une gangrène généralisée des deux jambes. Il s’était vu sortir de son corps en esprit, au moment où il avait senti son coeur s’arrêter. Il avait vu son corps physique qui reposait sur son lit, et s’était senti « aspiré vers le haut. » Il avait vu le Seigneur Jésus dans le Ciel. Le Seigneur lui avait fait visiter une partie du Paradis, ainsi que la place qui l’y attendait, et lui avait aussi montré le sort des perdus en enfer. Puis Il lui avait demandé de revenir dans son corps. Il s’était réveillé dans son lit, trois heures après que le médecin ait constaté sa mort et rédigé le certificat de décès!

Il avait toujours sa gangrène généralisée des membres inférieurs. Mais, trois jours après, les chairs ont miraculeusement repoussé, la circulation du sang s’est rétablie, et la peau s’est remise en place. Il s’agissait réellement d’une résurrection, avec reconstitution d’un corps déjà en voie de décomposition, comme le corps de Lazare, qui, lui, était resté quatre jours dans le tombeau!

Notre Seigneur Jésus est bien La Résurrection et la Vie!

Les chapitres 40 à 48 du Livre d’Ezéchiel sont la description d’une vision glorieuse reçue entièrement en esprit par le prophète. Il s’agit de la vision du Temple du Millénium à Jérusalem, et du retour du Seigneur, au moment où Il revient demeurer dans ce Temple, pour régner sur la terre entière pendant mille ans.

Tous les prophètes du Seigneur, comme Esaïe ou Daniel, ont vécu des expériences semblables dans leur esprit. Par une grâce particulière, Dieu leur a ouvert l’esprit, ou les a transportés en esprit dans des dimensions spirituelles auxquelles ils n’avaient pas normalement accès.

Le premier livre du prophète Samuel relate une expérience très particulière, à propos du Roi Saül, lorsqu’il est allé consulter une magicienne à En-Dor.

« Saül consulta l’Eternel; et l’Eternel ne lui répondit point, ni par des songes, ni par l’urim, ni par les prophètes. Et Saül dit à ses serviteurs: Cherchez-moi une femme qui évoque les morts, et j’irai la consulter. Ses serviteurs lui dirent: Voici, à En-Dor il y a une femme qui évoque les morts. Alors Saül se déguisa et prit d’autres vêtements, et il partit avec deux hommes. Ils arrivèrent de nuit chez la femme. Saül lui dit: Prédis-moi l’avenir en évoquant un mort, et fais-moi monter celui que je te dirai. La femme lui répondit: Voici, tu sais ce que Saül a fait, comment il a retranché du pays ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l’avenir; pourquoi donc tends-tu un piège à ma vie pour me faire mourir? Saül lui jura par l’Eternel, en disant: L’Eternel est vivant! il ne t’arrivera point de mal pour cela. La femme dit: Qui veux-tu que je te fasse monter? Et il répondit: Fais moi monter Samuel. Lorsque la femme vit Samuel, elle poussa un grand cri, et elle dit à Saül: Pourquoi m’as-tu trompée? Tu es Saül! Le roi lui dit: Ne crains rien; mais que vois-tu? La femme dit à Saül: je vois un dieu qui monte de la terre. Il lui dit: Quelle figure a-t-il? Et elle répondit: C’est un vieillard qui monte et il est enveloppé d’un manteau. Saül comprit que c’était Samuel, et il s’inclina le visage contre terre et se prosterna. Samuel dit à Saül: Pourquoi m’as-tu troublé, en me faisant monter? Saül répondit: Je suis dans une grande détresse: les Philistins me font la guerre, et Dieu s’est retiré de moi; il ne m’a répondu ni par les prophètes ni par des songes. Et je t’ai appelé pour que tu me fasses connaître ce que je dois faire. Samuel dit: Pourquoi donc me consultes-tu, puisque l’Eternel s’est retiré de toi et qu’il est devenu ton ennemi? L’Eternel te traite comme je te l’avais annoncé de sa part; l’Eternel a déchiré la royauté d’entre tes mains, et l’a donnée à un autre, à David. Tu n’as point obéi à la voix de l’Eternel, et tu n’as point fait sentir à Amalek l’ardeur de sa colère: voilà pourquoi l’Eternel te traite aujourd’hui de cette manière. Et même l’Eternel livrera Israël avec toi entre les mains des Philistins. Demain, toi et tes fils, vous serez avec moi, et l’Eternel livrera le camp d’Israël entre les mains des Philistins » (1 Samuel 28: 6-19).

Certains prétendent que l’esprit qui s’est manifesté à Saül n’était qu’un démon déguisé en Samuel. Pourtant, ce n’est pas ce que dit la Parole de Dieu. Il est clairement écrit que c’est bien Samuel en personne qui se manifeste et qui s’adresse à Saül.

D’ailleurs, la femme magicienne ne s’y trompe pas. Au lieu de voir le démon qui lui apparaissait d’habitude, elle sait que l’esprit qui se manifeste est vraiment celui du prophète Samuel: « Lorsque la femme vit Samuel, elle poussa un grand cri… »

Il est clair que c’est le Seigneur lui-même qui a permis au vrai Prophète Samuel de quitter le séjour des morts et de se manifester au Roi Saül, pour lui donner ces avertissements sévères. Quand Samuel dit à Saül qu’il sera « demain avec lui, » cela signifie que Saül sera aussi dans le séjour des morts. Serait-il du « bon côté » du séjour des morts, dans le « sein d’Abraham, » ou du « mauvais côté, » dans le shéol, nous ne le savons pas avec précision. Samuel lui dit toutefois qu’il sera « avec lui. »

Ce qui est intéressant, c’est de voir la description de Samuel qui se manifeste en esprit. La magicienne voit « un dieu, » c’est-à-dire un esprit, qui a la forme d’un « vieillard qui monte, enveloppé d’un manteau. »

Si cet esprit « monte, » c’est qu’il provient du séjour des morts, qui était alors situé sous la terre, jusqu’au moment de la mort du Seigneur Jésus. Le Seigneur Jésus, après Sa mort, est allé chercher tous les saints qui étaient « dans le sein d’Abraham, » pour les faire monter avec Lui au Paradis.

Ce vieillard était donc l’esprit de Samuel, dans la forme qu’il avait au moment de sa mort. Cet esprit avait donc une forme exactement conforme à la forme qu’avait son corps physique. Cet esprit avait un visage, une forme corporelle, des yeux, une bouche, etc…

Cela doit nous faire comprendre que notre propre esprit, au-dedans de nous, est un « homme intérieur » complet, avec une forme corporelle, une tête, des bras, des jambes, etc…

Au moment de notre nouvelle naissance, le Seigneur fait mourir notre « ancienne nature de péché, » c’est-à-dire notre esprit non régénéré, et recrée en nous un esprit nouveau, qui devient notre « homme nouveau » en Christ!

Paul parle souvent de cet « homme intérieur nouveau, » « créé selon Dieu (c’est-à-dire « à l’image de Dieu ») dans une justice et une sainteté que produit la vérité » (Ephésiens 4: 24).

Les Chrétiens doivent absolument réaliser que leur être véritable est leur esprit régénéré! Ils doivent réaliser la justice et la perfection de leur esprit nouveau, don de la grâce de Dieu en Christ! Ils doivent apprendre à s’identifier avec leur être intérieur véritable, et ne plus se regarder comme l’être pécheur qu’ils étaient avant leur nouvelle naissance!

Le Nouveau Testament comporte également plusieurs descriptions de ces expériences effectuées dans l’esprit.

Dans la deuxième épître aux Corinthiens, Paul, par discrétion, parle « d’un homme » qui ne peut être que lui-même:

« Il faut se glorifier… Cela n’est pas bon. J’en viendrai néanmoins à des visions et à des révélations du Seigneur. Je connais un homme en Christ, qui fut, il y a quatorze ans, ravi jusqu’au troisième ciel (si ce fut dans son corps je ne sais, si ce fut hors de son corps je ne sais, Dieu le sait). Et je sais que cet homme (si ce fut dans son corps ou sans son corps je ne sais, Dieu le sait) fut enlevé dans le paradis, et qu’il entendit des paroles ineffables qu’il n’est pas permis à un homme d’exprimer » (2 Cor. 12: 1-4).

On dirait que Paul hésite à parler directement des expériences spirituelles glorieuses que le Seigneur lui a permis de vivre! Il ne se rappelle plus si cette visite « au Paradis, jusqu’au troisième Ciel, » s’est faite dans son corps, ou hors de son corps. Mais il a entendu des paroles qu’il n’est pas permis à un homme d’exprimer, sans doute parce qu’aucun mot humain ne peut décrire ce qu’il a entendu.

Nous avons connu, lors de l’un de nos voyages au Paraguay, une jeune missionnaire anglaise qui nous avait raconté une expérience similaire, dont j’ai déjà pu parler par ailleurs. Mais il est bon de la rappeler ici.

Cette jeune femme était allée seule au Paraguay, par la foi, pour s’occuper des enfants des rues, nombreux dans ce pays. Une église lui avait prêté une salle, où elle accueillait les enfants d’un quartier pauvre voisin. Elle les aidait dans leurs travaux scolaires, leur donnait des compléments alimentaires, et les évangélisait.

Un jour, dans la rue, elle eut l’impression de recevoir un coup de massue sur la tête. Elle se retourna et ne vit personne. Mais elle se sentit perdre rapidement ses forces. Elle put rentrer chez elle et se coucha sur un divan. Une soeur infirmière vint justement la visiter, et s’inquiéta de son état. Au moment où elle lui tâtait le pouls, la jeune missionnaire se sentit « partir. »

Elle se retrouva en esprit devant l’une des portes du Paradis. Devant elle s’étendait un magnifique territoire, plus beau que n’aurait pu le montrer le plus beau dépliant touristique terrestre! Elle vit des collines boisées, des fleurs, une herbe d’une couleur verte inconnue sur la terre, ainsi qu’un ruisseau limpide qui coulait auprès d’elle. Elle vit même des aigles voler dans le Ciel!

Elle nous dit par la suite: « Toute l’atmosphère céleste était littéralement imprégnée de la présence de Dieu. Je n’ai pas vu le Seigneur, mais j’ai entendu Sa voix. Il m’a dit: « Entre, ma fille, tu es dans la maison de ton Père! Explore tout, tu es chez toi! » Elle allait entrer, quand la voix du Seigneur ajouta: « Je te laisse choisir si tu veux rester ici, ou revenir sur la terre. Choisis ce qui me glorifiera le plus! »

Elle réfléchit rapidement, pensa à son père et à l’un de ses frères qui n’étaient pas convertis, pensa à ses enfants des rues… Puis elle dit: « Seigneur, je crois que ce qui te glorifiera le plus, c’est que je revienne sur la terre! »

A peine eut-elle le temps de dire cela qu’elle se réveilla sur son divan. Elle vit l’infirmière, qui était toujours en train de lui tâter le pouls! Elle sentit qu’elle avait tout un côté du corps paralysé. Un docteur fut appelé, qui diagnostiqua quelque chose de grave au cerveau.

On la transporta d’urgence dans un hôpital de la capitale, à plusieurs centaines de kilomètres de là, et l’on fit sur elle la première opération du cerveau jamais réalisée au Paraguay!

Personnellement, je crois que je n’aurais pas permis cette opération. Si le Seigneur renvoyait son enfant sur la terre, ce n’était pas pour la renvoyer infirme! Toutefois, elle laissa faire les médecins, sans doute pour le témoignage.

Le chirurgien constata deux ruptures d’anévrisme, ainsi que des lésions graves au cerveau. Il ne put pas faire grand-chose, et remit le crâne en place.

Quelque temps après, notre soeur missionnaire fut entièrement guérie et retrouva toutes ses forces. Plus tard, quand elle rentra en congé en Angleterre, avec les clichés qui avaient été pris au Paraguay, elle alla faire une visite médicale de contrôle. Les nouvelles photos du cerveau montrèrent que tout était parfaitement normal, et les médecins ne voulurent pas croire que les photos du Paraguay étaient de la même personne!

Notre Dieu est grand!

Je revois encore cette jeune soeur, quand elle nous donnait son témoignage, me saisir le bras avec émotion, et dire: « Tu sais, Henri, là-haut, c’est merveilleux! Tout est réel! Tout est réellement en trois dimensions! »

Je lui avais même demandé si elle se souvenait comment elle était vêtue en arrivant à la porte du Ciel, mais elle était trop concentrée sur ce qu’elle voyait pour avoir remarqué comment elle était habillée! En tout cas, elle avait très bien réalisé qu’elle y était dans son esprit, et elle n’avait fait aucune différence entre la forme de son esprit et celle du corps physique qu’elle avait quand elle était sur la terre.

Elle racontait à tout le monde son témoignage, mais elle était triste de voir que beaucoup ne la croyaient pas et la prenaient pour une folle!

Par la suite, elle eut la joie de voir la conversion de son père, peu avant qu’il ne meure, ainsi que celle de son frère. Elle-même s’est mariée avec un Chrétien Anglais qui était venu la visiter au Paraguay et, aux dernières nouvelles, qui ne sont pas toutes récentes, ils continuaient à servir le Seigneur dans ce pays.

Avant notre dernière visite au Paraguay, nous avions recueilli en France des dons à distribuer là-bas, et nous avions eu la joie de lui donner une somme importante pour ses enfants des rues. Elle put avec cette somme acheter 600 uniformes scolaires, 600 petites trousses équipées de tout le nécessaire pour le travail scolaire, ainsi que 600 cahiers d’écolier! Elle allait avec cela contacter les écoles publiques, pour distribuer ces trésors aux enfants pauvres, et avait la permission de les évangéliser librement!

Au Paraguay, les écoles publiques sont gratuites, mais beaucoup de familles sont tellement pauvres qu’elles ne peuvent même pas payer à leurs enfants un petit uniforme, ni acheter quelques simples fournitures scolaires.

Nous pouvons rendre grâces à Dieu d’avoir, dans nos pays occidentaux, un enseignement gratuit et de qualité! Combien d’enfants des pays pauvres du Tiers-Monde aimeraient avoir la possibilité d’apprendre simplement à lire, à écrire et à compter! Beaucoup de nos jeunes ne se rendent pas compte des immenses privilèges dont ils bénéficient!

Pour revenir aux expériences effectuées en esprit, nous pouvons aussi citer celle que vécut glorieusement l’apôtre Jean, lorsqu’il fut enlevé en esprit dans les cieux:

« Moi Jean, votre frère, et qui ai part avec vous à la tribulation et au royaume et à la persévérance en Jésus, j’étais dans l’île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus. Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, comme le son d’une trompette, qui disait: Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Eglises » (Apoc. 1: 9-11).

« Après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel. La première voix que j’avais entendue, comme le son d’une trompette, et qui me parlait, dit: Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite. Aussitôt je fus ravi en esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu’un était assis » (Apoc. 4: 1-2).

Jean a bien été enlevé au Ciel « en esprit. » Par la suite, dans tous les chapitres suivants du Livre de l’Apocalypse, nous voyons que l’apôtre Jean garde toutes ses facultés qui lui permettent de voir, d’entendre, de parler, de bouger, etc… Il entre en contact avec le Seigneur et avec des anges. Il voit dans le Ciel les âmes (ou plus exactement les esprits) de ceux qui y vivent, et qui attendent leur résurrection. Il évolue tout naturellement dans le monde spirituel, avec même une plus grande aisance que dans le monde matériel. Il est manifestement « chez lui »!

Les anges de Dieu sont aussi des esprits qui sont au service de Dieu et de tous ceux qui doivent hériter du salut. Normalement, les anges sont invisibles à nos yeux, mais ils peuvent parfois avoir la permission divine de se manifester aux hommes. Ils se manifestent parfois sous une forme « classique » d’ange, avec une robe blanche et de belles ailes. Mais ils se manifestent parfois aussi sous une forme parfaitement humaine, comme nous le prouve le passage suivant:

« Persévérez dans l’amour fraternel. N’oubliez pas l’hospitalité; car, en l’exerçant, quelques-uns ont logé des anges, sans le savoir » (Hébreux 13: 1-2).

La Bible parle toutefois d’un ange un peu particulier, qui est « l’ange de l’Eternel. » Cet ange de l’Eternel s’est manifesté à diverses occasions. Il ne s’agit pas d’un ange ordinaire, mais d’une manifestation visible de l’Eternel Lui-même, sans doute du Seigneur Jésus.

« L’ange de l’Eternel lui apparut, et lui dit: L’Eternel est avec toi, vaillant héros! Gédéon lui dit: Ah! mon seigneur, si l’Eternel est avec nous, pourquoi toutes ces choses nous sont-elles arrivées? Et où sont tous ces prodiges que nos pères nous racontent, quand ils disent: L’Eternel ne nous a-t-il pas fait monter hors d’Egypte? Maintenant l’Eternel nous abandonne, et il nous livre entre les mains de Madian! L’Eternel se tourna vers lui, et dit: Va avec cette force que tu as, et délivre Israël de la main de Madian; n’est-ce pas moi qui t’envoie? Gédéon lui dit: Ah! mon seigneur, avec quoi délivrerai-je Israël? Voici, ma famille est la plus pauvre en Manassé, et je suis le plus petit dans la maison de mon père. L’Eternel lui dit: Mais je serai avec toi, et tu battras Madian comme un seul homme. Gédéon lui dit: Si j’ai trouvé grâce à tes yeux, donne-moi un signe pour montrer que c’est toi qui me parles. Ne t’éloigne point d’ici jusqu’à ce que je revienne auprès de toi, que j’apporte mon offrande, et que je la dépose devant toi. Et l’Eternel dit: Je resterai jusqu’à ce que tu reviennes. Gédéon entra, prépara un chevreau, et fit avec un épha de farine des pains sans levain. Il mit la chair dans un panier et le jus dans un pot, les lui apporta sous le térébinthe, et les présenta. L’ange de Dieu lui dit: Prends la chair et les pains sans levain, pose-les sur ce rocher, et répands le jus. Et il fit ainsi. L’ange de l’Eternel avança l’extrémité du bâton qu’il avait à la main, et toucha la chair et les pains sans levain. Alors il s’éleva du rocher un feu qui consuma la chair et les pains sans levain. Et l’ange de l’Eternel disparut à ses yeux. Gédéon, voyant que c’était l’ange de l’Eternel, dit: Malheur à moi, Seigneur Eternel! car j’ai vu l’ange de l’Eternel face à face » (Juges 6: 12-22).

Il est clair que « l’ange de l’Eternel » est l’Eternel Lui-même, sous une forme humaine visible.

Le mot « ange » signifie aussi « envoyé » ou « messager. » Ce mot peut donc décrire soit un esprit angélique du monde spirituel, soit le Seigneur Lui-même. C’est un mot qui, dans les traditions antiques, pouvait aussi désigner l’esprit d’un être humain. Nous le voyons dans le passage suivant, lorsque l’apôtre Pierre est surnaturellement libéré de sa prison:

« Revenu à lui-même, Pierre dit: Je vois maintenant d’une manière certaine que le Seigneur a envoyé son ange, et qu’il m’a délivré de la main d’Hérode et de tout ce que le peuple juif attendait. Après avoir réfléchi, il se dirigea vers la maison de Marie, mère de Jean, surnommé Marc, où beaucoup de personnes étaient réunies et priaient. Il frappa à la porte du vestibule, et une servante, nommée Rhode, s’approcha pour écouter. Elle reconnut la voix de Pierre; et, dans sa joie, au lieu d’ouvrir, elle courut annoncer que Pierre était devant la porte. Ils lui dirent: Tu es folle. Mais elle affirma que la chose était ainsi. Et ils dirent: C’est son ange. Cependant Pierre continuait à frapper. Ils ouvrirent, et furent étonnés de le voir » (Actes 12: 11-16).

C’était un ange de Dieu qui avait délivré Pierre. Mais « l’ange » dont il est question plus loin, devant la porte, n’est pas le même! La servante avait très bien reconnu la voix de Pierre, et courut annoncer aux autres que Pierre était devant la porte. Mais ils ne la crurent point, et dirent: « C’est son ange! » Ils voulaient dire qu’il s’agissait de « l’esprit » de Pierre. Car un ange de Dieu n’aurait certainement pas imité la voix de Pierre, et n’aurait pas cherché à se faire passer pour lui!

Il y a dans le Nouveau Testament un passage très curieux, où l’apôtre Paul écrit aux Corinthiens:

« On entend dire généralement qu’il y a parmi vous de l’impudicité, et une impudicité telle qu’elle ne se rencontre pas même chez les païens; c’est au point que l’un de vous a la femme de son père. Et vous êtes enflés d’orgueil! Et vous n’avez pas été plutôt dans l’affliction, afin que celui qui a commis cet acte fût ôté du milieu de vous! Pour moi, absent de corps, mais présent d’esprit, j’ai déjà jugé, comme si j’étais présent, celui qui a commis un tel acte. Au nom du Seigneur Jésus, vous et mon esprit étant assemblés avec la puissance de notre Seigneur Jésus, qu’un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus » (1 Cor. 5: 1-5).

Paul n’est certainement pas volontairement « sorti de son corps en esprit » pour aller se rendre dans l’assemblée de Corinthe! Mais il connaissait la réalité de l’existence de l’esprit. Nous ne voulons pas faire dire à Paul ce qu’il ne dit pas clairement, c’est-à-dire affirmer qu’il pouvait parfois être conduit par le Saint-Esprit à visiter en esprit des assemblées chrétiennes, comme Ezéchiel l’avait fait quand Dieu l’a conduit en esprit à Jérusalem, pour « voir » ce qu’y faisaient les Juifs idolâtres. Mais, selon la manière dont Paul écrit, nous ne pouvons pas non plus exclure cette éventualité.

Si la Bible mentionne que cette éventualité s’est produite pour Ezéchiel, elle a donc pu se produire aussi pour Paul. Dans un autre passage, Paul emploie une expression similaire:

« Je dis cela afin que personne ne vous trompe par des discours séduisants. Car, si je suis absent de corps, je suis avec vous en esprit, voyant avec joie le bon ordre qui règne parmi vous, et la fermeté de votre foi en Christ » (Colossiens 2: 4-5).

Ce qui doit être exclu de manière certaine, c’est la possibilité que Paul aurait eu de se déplacer lui-même en esprit, à son initiative. S’il a eu l’occasion de se déplacer en esprit, cela ne pouvait être qu’à l’initiative expresse du Seigneur, et selon la volonté du Saint-Esprit.

Dans l’Ancien Testament, nous trouvons un autre passage similaire, lorsque Guéhazi, le serviteur du prophète Elisée, a cherché à obtenir frauduleusement de Naaman un présent, en cachette de son maître:

« Elisée lui dit: D’où viens-tu, Guéhazi? Il répondit: Ton serviteur n’est allé ni d’un côté ni d’un autre. Mais Elisée lui dit: Mon esprit n’était pas absent, lorsque cet homme a quitté son char pour venir à ta rencontre. Est-ce le temps de prendre de l’argent et de prendre des vêtements, puis des oliviers, des vignes, des brebis, des boeufs, des serviteurs et des servantes? La lèpre de Naaman s’attachera à toi et à ta postérité pour toujours. Et Guéhazi sortit de la présence d’Elisée avec une lèpre comme la neige » (2 Rois 5: 25-27).

Manifestement, Elisée a pu utiliser la puissance de son esprit, en accord avec la volonté de Dieu, pour « voir » à distance tout ce que faisait son serviteur.

Dans un autre passage, nous voyons que le prophète Elisée pouvait aussi « voir » et « écouter » en esprit tout ce que faisait et disait le Roi de Syrie:

« Le roi de Syrie était en guerre avec Israël, et, dans un conseil qu’il tint avec ses serviteurs, il dit: Mon camp sera dans un tel lieu. Mais l’homme de Dieu fit dire au roi d’Israël: Garde-toi de passer dans ce lieu, car les Syriens y descendent. Et le roi d’Israël envoya des gens, pour s’y tenir en observation, vers le lieu que lui avait mentionné et signalé l’homme de Dieu. Cela arriva non pas une fois ni deux fois. Le roi de Syrie en eut le coeur agité; il appela ses serviteurs, et leur dit: Ne voulez-vous pas me déclarer lequel de nous est pour le roi d’Israël? L’un de ses serviteurs répondit: Personne! ô roi mon seigneur; mais Elisée, le prophète, qui est en Israël, rapporte au roi d’Israël les paroles que tu prononces dans ta chambre à coucher » (2 Rois 6: 8-12).

Manifestement, Elisée, en tant que prophète de Dieu, avait accès au domaine spirituel, et pouvait utiliser ses « sens spirituels, » avec la permission du Seigneur. Soit il recevait des « paroles de connaissance » de la part du Seigneur, soit le Seigneur le transportait en esprit en certains lieux, comme Il l’avait fait pour le prophète Ezéchiel, pour y « voir » ce que faisaient les ennemis d’Israël.

Il faut à nouveau insister fermement sur le fait que Dieu ne nous permet jamais de chercher à contacter le monde spirituel de notre propre initiative. Nous devons laisser cette initiative au Seigneur Lui-même. C’est Lui qui doit nous ouvrir de plus en plus Son Royaume spirituel, et nous conduire pleinement dans la vie de l’Esprit.

Ne cherchons donc jamais à contacter des anges, ou les esprits des « saints » décédés! Dieu nous l’interdit formellement. En outre, le Seigneur nous demande « d’éprouver » tout esprit, ou toute « apparition » qui se manifesterait à nous, en lui demandant de confesser « Jésus venu en chair » (1 Jean 4: 1-3).

La seule Personne que nous pouvons librement contacter dans le Royaume de Dieu est celle du Seigneur Lui-même. Nous avons libre accès auprès de notre Père Céleste, au Nom de Jésus-Christ, et par le Saint-Esprit!

C’est pour cela que nous devons chercher à être toujours plus remplis du Saint-Esprit. Car c’est le Saint-Esprit qui nous introduira toujours plus loin dans la connaissance et dans la présence de Dieu, ainsi que dans l’exercice des dons de l’Esprit, pour l’édification de l’Eglise et pour la gloire de Dieu.

Tous les dons de l’Esprit sont des manifestations surnaturelles de l’Esprit de Dieu, qui passent par notre esprit régénéré: parole de sagesse, parole de connaissance, don de foi, don des guérisons, don d’opérer des miracles, prophétie, discernement des esprits, diversité des langues, ou interprétation des langues. Mais tout cela doit être exercé par la foi, par l’action du Saint-Esprit, qui distribue ces dons spirituels à chacun en particulier, comme Il le veut.

Nous devons donc être ouverts au Saint-Esprit et au monde spirituel du Seigneur. Nous ne devons pas craindre les manifestations du Saint-Esprit, mais, au contraire, aspirer ardemment à les exercer dans l’amour, dans la dépendance du Seigneur. Car le monde et l’Eglise ont besoin de ces manifestations de la puissance et de l’Amour du Seigneur!

Un jour, très bientôt, le Seigneur Jésus reviendra chercher Son Epouse, et l’introduira pleinement dans le Royaume de Son Père! Nos yeux émerveillés pourront contempler librement tout ce que notre Père, dans Son Amour, a préparé pour Ses enfants!

Dans l’éternité, sur la nouvelle terre, dans le nouveau ciel, et dans la Jérusalem Céleste, Dieu va recréer un monde « matériel » entièrement libéré du péché et de la mort. Ce nouveau monde « matériel » coexistera en parfaite harmonie avec le monde spirituel divin, comme à l’époque d’Adam et d’Eve avant leur chute, mais infiniment mieux, et sans la présence du serpent! Nous y vivrons à nouveau en tant qu’esprits régénérés « incarnés » dans des corps ressuscités! Et nous connaîtrons un bonheur éternel dans la présence du Seigneur!

Dans cette attente, ne perdons jamais aucune occasion de nous sanctifier, par amour pour notre Dieu! Cherchons à être toujours plus remplis de foi et du Saint-Esprit! Aspirons ardemment à faire les mêmes oeuvres que Christ, et de plus grandes encore, uniquement pour la gloire de Dieu, et pour le bien de tous ceux qui nous entourent!

52 Responses to B98-Nouvelles lumières sur l’esprit.

  1. Petit dit :

    Cher Henri, merci encore pour vos articles! Que Dieu vous bénisse. A Lui soit la gloire et la louange !!
    Bénis, Seigneur, l’Église de Christ, et prépare-la avec amour et compassion ! Et cela se fera !!!! Amen !!!
    Petite question: L’esprit d’une personne peut-il rester sur la terre lorsqu’elle vient de mourir ? Car quelqu’un a laissé entendre qu’on pouvait chasser ces esprits de personnes mortes… Je fais confiance en la vérité !!
    Merci d’avance pour votre réponse.
    PS: Je n’ai que 15 ans et commence tout juste ma marche avec Christ…

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Petit! Sois béni pour ta marche avec le Seigneur, et qu’Il te garde toujours fidèle! Il le veut et Il le fera! Concernant ta question, il est possible de contacter les esprits de certains morts (ceux qui n’étaient pas sauvés quand ils sont morts), car Dieu, dans le Deutéronome, interdit à Son peuple d’interroger les morts (Deut. 18: 11). S’il n’était pas possible d’interroger réellement les esprits des morts, Dieu ne l’aurait pas interdit. Il est donc possible que les esprits de certains morts continuent à servir Satan dans l’au-delà, en attendant le Jugement Dernier. Mais il vaut mieux ne pas trop entrer dans ce domaine. Nous devons traiter tous les esprits méchants de la même manière, que ce soient des démons ou des esprits de morts, et les chasser au Nom de Jésus! Quant aux esprits de ceux qui sont sauvés, ils vont directement au Paradis!

  2. marianne dit :

    MERCI beaucoup pour votre réponse, et merci pour tous vos enseignements qui m’aident à revenir à la simplicité et la clarté de la Parole, et « à retrouver le Nord » parmi ces vents mauvais qui soufflent à nos oreilles ! Que de confusions ! Parfois ça me donne le vertige, surtout pour les nouvelles générations qui n’ont pas vu l’évolution et les déviations au fil du temps des enseignements diffusés, et qui n’ont pas été enseignés correctement dès le début. Couche par couche, les erreurs s’accumulent et une insensibilité arrive. Merci pour le travail que vous faites, c’est d’un grand réconfort, car ça confirme que c’est le Saint-Esprit qui nous secoue de notre confort et qui nous réveille pour nous attacher à Jésus = La Vérité.
    On m’a demandé aussi la signification de Genèse 3:22 L’Éternel Dieu dit : Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger, et de vivre éternellement. Je ne crois pas que ça puisse servir d’argument pour dire que nous sommes devenus des dieux !!! Dans Esaïe 41 on lit : Dites ce qui arrivera plus tard, pour que nous sachions si vous êtes des dieux; faites seulement quelque chose de bien ou de mal, pour que nous le voyions et le regardions ensemble. Voici, vous n’êtes rien, et votre œuvre est le néant ; c’est une abomination que de se complaire en vous.
    Je remercie Dieu pour vous, soyez béni.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Marianne, Concernant le mensonge qui consiste à enseigner que nous sommes « des dieux, » je t’ai déjà répondu dans ma réponse à ton dernier commentaire. Nous avons été créés à l’image de Dieu, mais cela ne signifie pas que nous sommes devenus des dieux! C’est ce que le diable tente de nous faire croire dès le début, pour nous inciter à prendre notre indépendance vis-à-vis du Seigneur! Nous sommes en pleine apostasie, mais Jésus est toujours fidèle à Sa promesse de nous conduire dans toute la Vérité!

  3. marianne dit :

    J’aimerais vous poser une question concernant un enseignement qui est visible en vidéo sur Top C, qui prétend que nous sommes des dieux, car étant enfants de Dieu ! Il dit que nous sommes des êtres spirituels par notre nouvelle naissance et que nous tirons notre identité de notre Père céleste (les chats ne font pas des chiens). Il utilise le psaume 82 comme argument essentiel.
    Comment faire la différence entre « être dieu » et le fait que nous sommes seulement participants à la nature divine par Grâce ? Je suis très choquée de voir ce même mensonge, dit par le diable à EVE dans le jardin d’Éden, dans la bouche d’un prédicateur aussi connu, et qui propose des enseignements aux Chrétiens désirant se former. Une amie chrétienne m’a dit que ça ne la choquait pas, et je ne sais pas comment lui expliquer mon « hurlement intérieur ». Avez-vous connaissance de cet enseignement ? Pouvez-vous m’aider dans cette discussion ? Merci d’avance. QDVB

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Marianne, Il y a longtemps que cet enseignement sévit dans divers milieux apostats, notamment aux Etats-Unis. Pour tous ceux qui ne sont pas séduits, il est clair qu’il n’y a qu’un seul Dieu, comme l’affirme la Bible! Nous sommes, en Christ, participants de la nature divine, nous avons été CRÉÉS en Christ, en tant que nouvelles créations, mais cela ne fait pas de nous des dieux! Dieu n’a jamais été créé! Le terme employé dans le Psaume 82 est un mot Hébreu qui peut signifier « dieu », ou « dieux », mais aussi « esprit ». Il s’agit du mot « Elohim ». Dans ce passage, Dieu S’adresse aux « fils de Dieu », qui peuvent être des esprits ou des hommes, et qui n’agissent qu’en tant que représentants de Dieu. Mais, comme ils ont perverti leur fonction de juges et de chefs, Dieu leur dit « qu’ils mourront comme des hommes »! Jésus applique ce passage aux chefs des Juifs, qui avaient aussi perverti leur fonction, et qui Le rejetaient. On ne peut donc JAMAIS utiliser ce Psaume pour affirmer que nous serions aussi des dieux! Tout cela relève de l’apostasie des derniers temps!

  4. taika dit :

    Bonjour cher frère Henri,
    Merci encore pour cette étude, et pour le temps que vous consacrez à nous répondre.
    J’ai une petite question concernant le passage d’ézéchiel 37 verset 5 à 14: vous dites qu’il s’applique au chrétiens morts en Christ, ce que je crois également; mais comment comprendre la fin du texte qui s’adresse à Israel: tous les fils d’Israel ressuciteront-ils et reviendront-ils à Jérusalem?
    Que Dieu te bénisse et encore merci pour tes réponses précédentes qui m’ont vraiment affermis dans la foi.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Taika, Ce passage d’Ezéchiel ne signifie pas que tous les enfants d’Israël vont effectivement ressusciter pour revenir en Israël. Mais c’est une vision qui représente la résurrection future d’Israël en tant que nation, qui reviendra dans son pays pour servir le Seigneur. De toute manière, tous les morts vont ressusciter un jour, pour la vie éternelle, ou pour la condamnation éternelle. mais ce n’est pas cela que veut représenter ce passage d’Ezéchiel.

  5. isaac dsapi dit :

    Merci pour la précision, Frère Henri. Car d’abord, j’ai cru comprendre que la substance dont sont constitués les éléments de ce nouveau monde seront semblables ou sont comparables à ceux de ce monde ou nous vivons. Et si j’ai donc maintenant bien compris, ces éléments, eau, vêtements … sont d’essence spirituelle comme le seront nos nouveaux corps…

  6. isaac dsapi dit :

    Je voudrais juste souligner le fait que le nouveau ciel et la nouvelle terre ne seront pas matériels. Parce que d’abord le Seigneur dit dans Luc 20,33-36 qu’à la résurrection nous serons comme les anges de Dieu, donc des esprits sans besoin de choses matérielles comme aujourd’hui.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Isaac, Permets-moi de te dire que tu te trompes dans cette affirmation. Dans le Royaume de Dieu, ou dans le Paradis, tous ceux qui s’y trouvent sont au milieu d’une « substance » spirituelle bien tangible pour eux. Dans le Paradis, il y a des arbres, un fleuve de vie, des chevaux blancs, etc… Mais la « matière » avec laquelle sont créés toutes ces choses et tous ces êtres qui y vivent n’est pas la même que notre « matière matérielle »! Les anges de Dieu vivent au milieu de cette « matière » spirituelle, ils manient des « épées, » ils sont vêtus de vêtements blancs, etc… Quand Jésus nous dit qu’à la résurrection nous serons comme des anges de Dieu, Il voulait dire que nous ne nous marierons pas et que nous n’aurons pas besoin de nous reproduire! Tout ce qui est décrit dans l’Apocalypse, à propos du nouveau Ciel, de la nouvelle terre et de la Jérusalem Céleste, est parfaitement réel et « matériel, » mais il ne s’agit pas de la même manière que notre matière actuelle, maudite par le péché.

  7. BOURGUIGNON CHRISTINE dit :

    Bonjour je voudrai relever ce qu’a dit Gabi concernant la dime, je viens de sortir d’une assemblée ou la dime était prèchée dans Malachie 3 et la panière était mise devant le pupitre de manière à voir qui donnait et qui ne donnait pas. Cet enseignement consistait à culpabiliser les membres de l’assemblée, Or Jésus n’a jamais apporté un évangile de condamnation envers ceux qui sont à lui. Mais j’ai relevé qu’il était plus intéressant pour un pasteur cupide de prècher sur la dime sous la loi, car lui même ne venait pas rendre des comptes sur ce qui était versé et nous avions des dettes de loyer, des assurances non payées etc… Le Seigneur nous demande de préparer selon son coeur la somme que nous devions donner, et cela peut dépasser la dime si le Seigneur vous le montre; mais le Seigneur Jésus ne va jamais demander à une famille de perdre son logement, de faire un crédit pour verser la dime à l’assemblée! sans avoir de quoi nourrir vos enfants. Que le Seigneur Jésus Christ vous bénisse.

  8. Diane dit :

    J’ai compris, encore mieux par cet article, qui est le vieil homme, cette nature pécheresse qui a été crucifiée avec Christ. J’ai été longtemps à croire que j’avais toujours la vieille nature en moi, c’est cela que j’avais entendu comme enseignement et comme plusieurs, j’ai cru que la perfection ne serait possible que lorsque je serais avec le Seigneur. Que oui, j’avais reçu en moi la Nature Divine, mais qu’il y avait toujours un combat entre ma nature pécheresse et ma nouvelle nature. Plusieurs chrétiens et même des pasteurs croient toujours cela.
    C’est beaucoup plus clair pour moi, je remercie le Seigneur, que par la puissance de la croix, ma chair,ne peut plus me contrôler, que la porte étant fermée, je n’ai plus à subir le mauvais souffle qui vient de Satan, et que je peux ouvrir la porte à Dieu et que je peux recevoir le souffle Divin en moi, dans mon homme nouveau, mon esprit régénéré par le Saint-Esprit. Quel miracle extraordinaire cette nouvelle naissance spirituelle.
    J’ai bien aimé toutes ces explications très claires de l’oeuvre de la croix et de la clef de la foi, de qui est le vieil homme/ nature pécheresse, et la différence entre la chair, qui est la loi de péché et de mort qui habite dans les membres de mon corps.
    Quand je lisais les versets qui disent: Soyez parfaits comme votre Père Céleste est parfait ou soyez saints comme je suis saint, toujours je me disais comment est-ce que cela peut être possible, j’étais ignorante de la vérité, et je disais aux autres nous ne sommes pas parfaits, nous ne sommes que des humains, quand nous serons avec le Seigneur là nous serons parfaits. Mais, un jour j’ai demandé au Seigneur: c’est écrit dans ta Parole, tu n’es pas menteur, et tu ne nous demanderais pas quelque chose que tu sais qui est impossible pour nous, alors je me suis repentie et j’ai demandé au Seigneur qu’il me parle à ce sujet, qu’il me révèle sa Parole à ce sujet, et je lui rends grâce qu’il m’a répondu à travers tous ces enseignements qui concernent la révélation de qui je suis en Jésus-Christ, de la possibilité de marcher en nouveauté de vie, par le Saint-Esprit dans la sanctification.
    C’était très abstrait pour moi, comme pour d’autres chrétiens aussi. Delà l’importance de recevoir la vérité de la Parole qui nous rends réellement libres ( par la foi).
    Que le « SOUFFLE DIVIN » souffle en moi l’amour, la force,la paix,la sagesse, tout ce qui est pur et bon. Que je sois toujours plus remplie du Saint-Esprit et qu’il puisse Se manifester aux autres à travers moi.
    J’ai beaucoup reçu encore une fois, un gros merci ! Que toute ta famille sois bénie!

  9. arthur dit :

    Bonjour cher frère,
    Dans les séminaires à Madagascar, tu as fait allusion au fait que nous nous sommes pas conscients de notre Esprit, juste de notre être.
    Ma question est de savoir s’il serait permis de « chercher » à être plus conscients de L’Esprit de Christ en nous. Nous savons que l’âme est un canal très puissant (comme un amplificateur) et conducteur afin de manifester la puissance et L’Amour de Christ. Nous savons que le Seigneur habite dans notre Esprit. Serait-il permis de chercher plus la communion en Lui en placant notre centre de conscience dans notre Esprit (au lieu de le laisser notre âme)?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Arthur, Nous ne pouvons être conscients de notre esprit que par la foi, en croyant (au niveau de notre être conscient, donc de notre âme) ce que la Parole de Dieu nous en révèle. Nous pouvons donc dès maintenant « placer notre centre de conscience » dans notre esprit, mais par la foi. Ce n’est pas en nous confiant en ce que nous ressentons, mais en croyant, tout simplement, et en restant dans la foi, sans jamais oublier qui nous sommes dans notre nouvelle nature, et quelle est notre position spirituelle en Christ. C’est ainsi que nous restons conscients de notre esprit, et de la présence de Christ en nous.

  10. Brissy dit :

    Merci pour l’éclaircissement

  11. Brissy dit :

    Salut cher Frère Henri,
    Je suis venu lire cet enseignement, après celui sur  »Question de Concentration » parce que je croyais être debout et connaître les ruses de la chair, pourtant la semaine dernière, je me suis laissé aller à des pensées impures comme quand je ne connaissais pas le Seigneur. Ça va mieux maintenant, je pense m’être ressaisi.
    Je voudrais savoir, lorsque tu parles des Prophètes Ézéchiel, Daniel, Élisée, est-ce que la zone de conscience de leur esprit était sciemment vaste, afin qu’ils voient et comprennent qu’ils étaient ravis en esprit au même titre que les apôtres Paul et Jean, qui avaient un esprit régénéré?
    Tu as aussi dit que l’homme non régénéré peut recevoir des messages venant de Dieu : Est-ce le cas de CAÏN lorsqu’il conversait avec Dieu après avoir tué son frère ABEL, et que Dieu lui demandait où était son frère? (Genèse 4:9-15). Est-ce aussi le cas de CYRUS, quand il dit que le Dieu des Cieux lui a demandé de lui construire un Temple? (Esdras 1:1-2).
    Enfin est ce que les écritures nous expliquent ce que devient l’âme après la mort physique, puisque le corps deviendra un corps glorieux, l’esprit déjà dans la présence de Dieu recevant Sa vie, et l’âme?
    Merci frère

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Brissy, La chair est toujours prête à reprendre le contrôle si nous ne sommes plus dans l’esprit! Il était possible d’obtenir le pardon des péchés et la justification dans l’ancienne alliance. Abraham a été déclaré juste par sa foi. Mais ils ne pouvaient pas marcher dans une pleine victoire sur le péché, parce qu’ils n’avaient pas la révélation de la croix. Dieu peut parler à des hommes non régénérés. Actuellement, ceux qui sont au Paradis dans leur esprit ont leur centre de conscience au niveau de leur esprit. Leur âme et leur esprit sont confondus, puisque « âme » signifie « être vivant. » Quand ils ressusciteront, il en sera de même, puisqu’ils continueront à avoir leur centre de conscience fixé au niveau de l’esprit. Comme au commencement, ce seront des « âmes vivantes » (des personnes vivantes) ayant un esprit régénéré dans un corps glorifié. La chair, en tant que puissance de péché, ne sera plus présente dans leur corps ressuscité.

  12. kevin dit :

    Gabi, si vous me lisez. Je vous conseil de regarder l’enseignement de Shora kuetu sur la dime. Il se trouve sur youtube ou dailymotion. Shora explique tout. En écoutant cette enseignement, vous aurez l’esprit tranquille.

    Je vous conseil aussi de lire Acte 8. Vous pourrez dire avec assurance aux membres de cette église de périr avec leur argent.