B118-Le vrai combat spirituel.

Article de Henri Viaud-Murat.

Beaucoup de Chrétiens s’épuisent à toujours vouloir débusquer et chasser les démons. Pourtant, le Seigneur, dans Sa Parole, nous montre clairement en quoi doit consister le véritable combat spirituel du Chrétien.

Notre texte de départ sera ce passage de l’épître de Paul aux Ephésiens:

« Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme: ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Evangile de paix; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin; prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu. Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints » (Ephésiens 6: 10-18).

Tout d’abord, Paul nous demande de nous fortifier dans le Seigneur, et par Sa force toute-puissante, qui est celle du Saint-Esprit. Dieu nous a déjà tout donné pour que nous puissions nous fortifier et nous édifier spirituellement, mais c’est nous qui devons nous fortifier. Nous ne devons nous priver d’aucun des moyens que le Seigneur nous a donnés pour nous édifier. Prier, lire et étudier de la Bible, pratiquer la communion fraternelle, rompre le pain et boire la coupe de la Cène, parler en langues par l’Esprit, tout cela contribue à nous édifier, par la force toute-puissante du Saint-Esprit.

Paul nous explique ensuite que tous ces moyens d’édification nous permettent de nous revêtir de toutes les armes de Dieu. Ces armes ne sont pas les armes charnelles du monde. Ce sont des armes spirituelles, efficaces sur le plan spirituel, pour nous permettre de mener le combat spirituel auquel nous sommes appelés.

Remarquons immédiatement que les armes dont nous devons nous revêtir peuvent être défensives ou offensives, mais que notre combat lui-même est essentiellement un combat défensif: nous devons occuper notre position de victoire en Christ, et tenir ferme dans cette position, afin de ne pas nous en laisser déloger.

Réalisons donc que notre position spirituelle est déjà une position de victoire! Nous sommes « assis en Christ dans les lieux célestes, » bien au-dessus des puissances mauvaises contrôlées par Satan: dominations, autorités, princes de ce monde de ténèbres, et esprits méchants dans les lieux célestes.

Les lieux célestes occupés par notre ennemi ne sont pas les mêmes que les lieux célestes où nous sommes assis en Christ! Ce que Satan veut donc faire, c’est nous déloger de notre position de victoire, pour nous faire redescendre à son niveau. Il ne peut le faire qu’en profitant de notre ignorance ou de notre incrédulité.

Satan veut aussi nous empêcher de nous revêtir de nos armes spirituelles. Il veut nous empêcher d’être spirituellement forts. Il peut y arriver en nous faisant tomber dans le péché, en nous culpabilisant, ou en nous gardant sous la domination de la chair.

C’est pour cette raison que l’apôtre dit aux Chrétiens qu’ils n’ont pas à lutter contre la chair et le sang. Cela signifie que nous n’avons pas à lutter contre des hommes, mais aussi que nous n’avons pas à lutter contre la chair de péché qui contrôle tous les hommes!

Si nous avons compris la signification de la croix, c’est-à-dire de la mort et de la résurrection de Jésus, nous savons que nous n’avons pas à lutter contre la puissance de la chair, même si elle demeure dans nos membres. Nous devons comprendre que Jésus nous a déjà donné la victoire sur cette puissance de péché, et que nous devons nous emparer de la victoire que le Seigneur a remportée pour nous. Jésus nous a donné la capacité d’obéir à Sa volonté, et de résister au péché.

Nous pouvons comprendre pourquoi le Malin ne veut absolument pas que le véritable et complet message de la croix se répande dans l’Eglise de Jésus-Christ! Car, la puissance de la croix, c’est la défaite absolue de Satan!

Remarquez aussi que toutes les pièces de notre armure spirituelle: ceinture, cuirasse, chaussures, bouclier, casque, et épée, sont en réalité différents aspects du fruit de l’Esprit: vérité, justice, zèle, foi, salut, connaissance de la Parole de Dieu. Il faut ajouter à cela les prières et les supplications incessantes.

Cela signifie, bien-aimés, qu’un Chrétien qui se sanctifie, qui prie et qui cherche à produire le bon fruit de l’Esprit, qu’il le sache ou non, est en train de se revêtir de toutes les armes de Dieu, et de combattre Satan dans les lieux célestes!

Ce fruit de l’Esprit est décrit en de nombreux passages dans la Parole de Dieu, comme dans ce passage de l’épître de Paul aux Galates:

« Le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité (ou la bienveillance), la fidélité (ou la foi), la douceur, la tempérance (ou la maîtrise de soi) » (Galates 5: 22-23).

Ce fruit de l’Esprit est produit naturellement dans notre vie, quand nous restons attachés au Cep, qui est Jésus-Christ, et quand nous voulons être toujours plus remplis de l’Esprit de Dieu et de la connaissance de la Vérité, afin de la mettre en pratique, en marchant par l’esprit et non plus par la chair.

Si le Seigneur nous demande de nous équiper de toutes ces armes spirituelles de Dieu, c’est dans un but bien précis: « afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. »

Nous devons donc:

  • Pouvoir résister dans le mauvais jour.
  • Tout surmonter.
  • Tenir ferme après avoir tout surmonté.

Tous les jours de notre vie ne sont pas nécessairement des « mauvais jours »! Le mauvais jour, c’est celui où Satan et ses esprits méchants nous séduisent, nous tentent ou nous attaquent, pour s’efforcer de nous déloger de notre position en Christ. Mais, si nous ne connaissons pas notre position en Christ, et si, en outre, nous ne nous sommes pas revêtus de toutes nos armes spirituelles, nous serons une proie facile pour notre ennemi.

Toutefois, même si nous connaissons notre position céleste, et même si nous sommes revêtus de toutes nos armes, cela ne signifie pas que nous ne seront plus jamais attaqués. Si Satan a attaqué directement le Seigneur Jésus dans le désert, à combien plus forte raison nous attaquera-t-il aussi!

Remarquons également que les attaques les plus dangereuses de Satan ne sont pas des attaques frontales, mais des attaques sournoises, quand il vient nous tenter, nous séduire, ou nous faire douter de la Parole de Dieu, ou encore quand il nous la présente d’une manière tronquée ou tordue! Il l’a fait ainsi pour Eve au commencement, il a essayé de le faire ainsi pour le Seigneur Jésus, il le fera aussi pour nous de la même manière!

Il viendra avec sa voix doucereuse, au milieu de l’épreuve que nous traversons, pour nous poser toujours la même question: « Dieu a-t-Il réellement dit…? » Et aussi pour essayer de nous faire accepter ses mensonges: « Non, Dieu n’a pas dit…! » D’où l’importance vitale, pour nous, d’avoir l’amour de la Vérité, et de sonder les Ecritures pour y être guidés dans toute la Vérité!

Nous ne pouvons résister efficacement à Satan qu’en lui citant, avec foi et persévérance, ce que dit la Parole de Dieu! Pour cela, il faut d’abord que nous connaissions cette Parole, et que nous la gardions dans notre coeur.

Cela ne découragera pas nécessairement notre ennemi, qui essayera de revenir à l’attaque, mais, s’il nous voit enracinés dans la Parole, et s’il constate que nous surmontons ses attaques par la Vérité de Dieu, il devra toujours s’éloigner, jusqu’à un autre moment favorable! C’est pourquoi, après avoir surmonté une attaque, nous devons continuer à « tenir ferme, » car nous savons que notre ennemi reviendra nous attaquer tôt ou tard.

Au stade où nous sommes parvenus, nous devons bien comprendre une chose: le vrai combat spirituel auquel nous sommes appelés ne consiste pas à nous épuiser à débusquer en permanence toutes sortes de démons et de mauvais esprits, à les « lier » et à les chasser! Mais il consiste à nous sanctifier, à être remplis de l’Esprit, à produire le fruit de l’Esprit, à résister dans le mauvais jour, à tout surmonter. Nous ne pouvons efficacement proclamer à Satan la Vérité que si nous la vivons dans notre vie! Et nous devons tenir ferme dans cette attitude, jusqu’au retour du Seigneur!

Quand Jésus a été attaqué par le diable dans le désert, nous ne Le voyons pas S’engager dans un épuisant combat pour le « lier » et le « chasser. » Mais nous voyons un Seigneur, parfaitement calme et sûr de Sa toute-puissance, répliquer tranquillement au diable en employant toujours l’arme absolue de la Parole de Dieu! Et c’est cette attitude qui a éloigné le Malin.

Pourquoi ne pas faire de même?

« Lier » et « délier » sont dans la Bible des termes juridiques, qui signifient « interdire » et « permettre. » Nous pouvons donc « lier » Satan, dans le sens où nous pouvons lui interdire de faire ce qu’il n’a plus le droit de faire. Mais nous ne pouvons pas le « lier » de manière absolue. Tant que Satan ne sera pas jeté enchaîné dans l’abîme, il ne servira à rien de le « lier, » comme le font constamment tant de Chrétiens. Il ne sera lié que lorsque l’ange puissant l’enchaînera et le jettera dans l’abîme pour mille ans!

En attendant, Satan restera parfaitement libre de circuler et d’agir dans ce monde. Mais il ne pourra rien faire dans la vie des Chrétiens qui auront revêtu l’armure de Dieu, et qui sauront lui résister avec foi! Nous pourrons ainsi déjouer tous les pièges du diable, et le tenir éloigné de nous.

Le Seigneur Jésus nous a donné l’autorité de chasser les démons en Son nom. Mais, là encore, nous devons bien savoir de quelle manière et comment nous pouvons les chasser.

Si nous examinons attentivement les passages où, dans le Nouveau Testament, nous voyons le Seigneur Jésus ou les disciples chasser des démons, nous pouvons constater les faits suivants:

  • Le Seigneur chassait les démons quand ils se manifestaient devant Lui (le démoniaque dans la synagogue, l’enfant épileptique, le démoniaque de Gadara…) Le Seigneur, qui avait un discernement parfait, pouvait sans doute voir immédiatement ceux qui étaient possédés par des démons. Mais Il ne leur a jamais demandé de s’approcher de Lui pour recevoir une délivrance. Il n’a jamais dit: « Je vois que tu as un démon! Viens, je vais te délivrer! » Il n’a jamais organisé des séances de délivrances collectives! Mais Il a toujours prêché la repentance et l’obéissance à Dieu, car Il savait que c’était de cette manière que les gens liés par des démons pouvaient être délivrés.
  • Parfois, le Seigneur délivrait un malade lié par un esprit d’infirmité ou de maladie. Mais Il n’a pas nécessairement chassé le démon. Il délivrait du démon en prononçant simplement une parole de guérison ou en touchant cette personne. Comme dans le cas de la femme liée par un esprit d’infirmité depuis dix-huit ans. Le Seigneur S’est contenté de lui dire: « Femme, tu es délivrée de ton infirmité, » en lui imposant les mains. Cela a suffi pour chasser le démon qui la liait (Luc 13: 11).
  • Jamais le Seigneur n’a chassé un démon de l’un de Ses disciples. Il a toujours chassé les démons de Juifs ou de païens.
  • Par la suite, nous voyons les disciples suivre l’exemple de leur Seigneur. Dans tout le Nouveau Testament, nous ne pouvons pas citer l’exemple d’un seul Chrétien qui ait subi une « séance de délivrance de démons, » telle que nous pouvons la voir se pratiquer aujourd’hui.
  • Nous ne voyons jamais ni le Seigneur ni les disciples chasser des démons de certains lieux, villes ou régions. Mais ils ont toujours chassé les démons de personnes.

Il ne sert donc à rien de « lier » et de « chasser » les démons de lieux, villes ou régions dont les habitants vivent dans le péché et ne veulent pas se repentir et se convertir à Jésus.

Quand le Seigneur Jésus a libéré le démoniaque de Gadara de ses milliers de démons, Il n’a pas chassé ces démons de cette région, parce que les hommes qui y vivaient ne voulaient pas de Lui, et Lui ont demandé de partir. Cela ne sert donc strictement à rien de vouloir chasser les démons d’une ville ou d’une région, tant que les habitants de cette ville ou de cette région ne voudront pas se convertir au Seigneur Jésus! Car, une fois que ces habitants se seront convertis, et qu’ils auront appris à marcher par l’esprit, les démons n’auront plus de pouvoir sur eux, et devront quitter cet endroit!

Certains Chrétiens s’épuisent ainsi à chercher à découvrir les noms des démons qui, parfois depuis des siècles, occupent certaines régions, certaines villes ou certains bâtiments, afin de pouvoir les lier et les chasser. Ils dressent ainsi des « cartes spirituelles » pour y faire figurer tous les points forts du Malin. Ils passent ensuite du temps à jeûner et à prier pour « lier » et « chasser » les démons de ces endroits, convaincus que les hommes qui vivent dans ces lieux pourront ainsi accepter plus facilement l’Evangile.

Quelle erreur, et quelle perte de temps et d’énergie! Où voyons-nous, dans la Parole de Dieu, le Seigneur, les apôtres et les premiers disciples agir ainsi? Ils allaient partout, prêchant la repentance et la foi en Jésus, et des milliers se convertissaient! Ils chassaient en même temps les démons et guérissaient les malades. Faisons de même! Mais n’oublions pas que ces premiers disciples attachaient du prix à être remplis de l’Esprit et à marcher dans la Vérité!

En revanche, nous pouvons chasser des démons d’une maison où nous venons habiter, si le Saint-Esprit nous montre qu’il y a là des occupants indésirables!

Le fait que, dans tout le Nouveau Testament, nous ne voyons aucun Chrétien passer par une « séance de délivrance » de démons pose le problème de la délivrance des Chrétiens. A ce sujet, nous pouvons tenter de répondre aux questions suivantes:

  • Un Chrétien peut-il être possédé, lié, tourmenté, oppressé ou opprimé par un démon?
  • Dans l’affirmative, de quelle manière biblique ce Chrétien peut-il être délivré?

Nous savons que la nature humaine est composée de trois parties: l’esprit, l’âme et le corps. Quand nous passons par une nouvelle naissance, notre esprit est régénéré. Il est une nouvelle création, il devient un « homme nouveau, » créé dans une justice et une sainteté que produit la vérité (Ephésiens 4: 24).

Notre esprit a donc déjà complètement échappé à Satan. Aucun démon ne peut habiter ou demeurer dans notre esprit, qui est « en Christ dans les lieux célestes. » Notre esprit est parfaitement libre en Christ.

Un Chrétien ne peut donc jamais, au sens littéral du terme, être « possédé » par un démon. Car, s’il est né de nouveau, il est la possession de Christ et de personne d’autre.

Toutefois, notre âme et notre corps peuvent encore être, plus ou moins, sous le contrôle ou la domination de Satan ou de ses démons, directement ou indirectement.

Notre âme peut être contrôlée par des pensées, des doctrines, des sentiments ou des passions qui sont inspirés par Satan ou ses démons. Il est donc nécessaire que notre âme soit renouvelée et purifiée par la Parole de Dieu et le Saint-Esprit, afin de pouvoir échapper à cette domination du Malin.

Si un Chrétien est contrôlé par des pensées ou des sentiments qui proviennent de Satan (doutes, craintes, peurs, angoisses…), ce Chrétien peut alors être lié, tourmenté, opprimé ou oppressé dans son âme. Ces liens, ces tourments et ces oppressions ne seront pas nécessairement causés par la présence directe d’un démon à l’intérieur de l’âme, mais simplement par le fait que ce Chrétien aura laissé entrer en lui des sentiments ou des pensées provenant du diable, et souvent relayés par la chair.

Nous sommes toujours contrôlés par les pensées que nous croyons vraies et justes. C’est ainsi que le diable peut construire dans notre âme de véritables forteresses, faites de faux raisonnements, de fausses croyances, de craintes, de doutes, de pensées impures, etc… Il est donc évident que notre délivrance passe par notre connaissance et notre acceptation de la Vérité, seule arme capable de détruire ces forteresses d’erreur et de mensonge.

« Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ » (2 Cor. 10: 3-5).

Ceci confirme ce que le Seigneur Lui-même disait à Ses disciples:

« Comme Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui. Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jean 8: 30-32).

Ainsi, lorsque nous sommes Chrétiens, disciples de Jésus-Christ, nous devons comprendre que le moyen normal que nous devons employer pour être délivrés du contrôle des démons sur notre âme, dans nos pensées en particulier, c’est de demeurer dans la Parole du Seigneur, qui est la Vérité. Nous connaîtrons alors la Vérité, nous la comprendrons, nous croirons, et cette Vérité nous affranchira.

Nous n’avons donc pas à nous occuper des démons eux-mêmes (sauf, nous l’avons vu, s’ils se manifestent ouvertement à nous.) Mais nous avons à nous occuper du Seigneur et de Sa Parole. Et c’est le Seigneur qui S’occupera Lui-même des démons qui pouvaient nous lier ou nous opprimer!

De même, le corps d’un Chrétien peut être contrôlé par un esprit mauvais, par exemple un esprit d’infirmité ou de maladie. Là encore, le principe biblique que nous venons d’énoncer reste valable: nous n’avons pas besoin nécessairement de chercher à savoir si nous avons affaire à un démon, ni de chasser directement un esprit d’infirmité ou de maladie, sauf exception. Mais il nous suffit de connaître la Vérité, de nous attacher avec foi à cette Vérité, en refusant toute action qui nous semble provenir du Malin, et en persévérant dans cette attitude, jusqu’à la disparition complète des symptômes mauvais.

En matière de maladie et d’infirmité, la Vérité est la suivante:

« Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris » (Esaïe 53: 4-5).

« Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies » (Matthieu 8: 16-17).

« Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris » (1 Pierre 2: 24).

Ainsi, dans la plupart des cas, devant toutes les attaques de l’ennemi au niveau de notre âme et de notre corps, il nous suffira de lui proclamer avec foi la Parole de Dieu, la Vérité, et de tenir ferme dans cette Vérité, pour repousser victorieusement toutes les attaques de Satan.

Tout se passe comme si le Seigneur, dans Sa bonté, Sa compassion et dans Sa grâce, avait voulu nous éviter, le plus souvent, toute confrontation visible, sensible et directe avec ces esprits méchants dans les lieux célestes. Le simple fait de nous sanctifier, de produire le fruit de l’Esprit, et d’être fidèles au Seigneur et à Sa Parole, nous permettra de remporter bien des victoires contre toutes sortes de démons et de mauvais esprits, sans même réaliser, la plupart du temps, que nous avons eu affaire à des démons et à des mauvais esprits!

Nous pouvons voir clairement, si nous revenons au passage d’Ephésiens 6 déjà cité, que l’apôtre Paul, tout en prévenant les Chrétiens qu’ils ont à lutter contre des esprits méchants, ne leur demande pas de les attaquer directement, pour les « lier » ou les « chasser. » Il ne leur demande pas de « battre la campagne » pour chercher à les débusquer de leurs cachettes. Il ne leur demande pas de s’engager dans des cures d’âmes longues et pénibles, pour analyser tout leur passé et toute leur hérédité, afin de voir s’ils n’ont pas « ouvert des portes » aux démons. Il leur explique que ce combat spirituel sera mené en produisant fidèlement le fruit de l’Esprit, en restant fermes dans la Vérité, et en persévérant dans la prière.

L’apôtre sait en effet qu’il ne servirait à rien à des Chrétiens non sanctifiés, et qu’il leur serait même très dangereux, de se lancer dans une confrontation directe contre Satan et ses démons! Un Chrétien dominé par la chair et le péché reste, au moins partiellement, sous la puissance du Malin. Ce Chrétien peut certes chasser des démons au nom de Jésus, s’il a la foi pour le faire, mais s’il est lui-même contrôlé partiellement par Satan, c’est cela qui intéresse finalement le diable! Même si ce Chrétien charnel peut avoir la foi pour chasser des démons, cela n’empêchera pas le diable de le contrôler, justement parce que ce Chrétien reste charnel! Et, ce que le diable veut, c’est pouvoir continuer à contrôler les Chrétiens, afin de les rendre inefficaces ou de les paralyser.

Finalement, notre pleine victoire sur Satan et ses démons ne sera remportée que si nous persévérons à nous sanctifier, si nous connaissons la signification de la croix, et si nous apprenons à marcher par l’esprit!

Il y a dans le Livre de l’Apocalypse un passage très intéressant en matière de combat spirituel:

« Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. Et j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait: Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. C’est pourquoi réjouissez-vous, cieux, et vous qui habitez dans les cieux » (Apoc. 12: 7-12).

Nous ne parlerons pas ici du contexte de ce combat, ni du moment où il se déroule. Mais nous examinerons simplement l’enseignement spirituel qu’il nous apporte.

Il nous est parlé d’une « guerre dans le ciel. » Cette guerre se déroule entre les anges de Dieu, dirigés par l’archange Michel, et les anges de Satan. Satan et ses anges ne furent pas les plus forts, et ils furent délogés du ciel.

Cela peut sembler évident. Mais le texte nous montre que la victoire des anges de Dieu n’était pas nécessairement assurée dans le ciel, si certaines conditions n’avaient pas été remplies sur la terre.

Notez bien ce qui est écrit ensuite:

« Car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. »

Le diable a été vaincu et il a été précipité hors de sa position céleste. Le diable est aussi appelé « l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant Dieu jour et nuit. »

Notons en passant que le diable avait jusqu’à ce moment accès auprès de Dieu, pour pouvoir accuser les Chrétiens jour et nuit. Le plus souvent ses accusations sont des mensonges, mais il faut reconnaître que, pour beaucoup de Chrétiens, ces accusations sont vraies!

Mais « ils » l’ont vaincu! Qui sont ceux qui sont désignés ici par ce « ils »? Ce ne sont pas les anges de Dieu dans le ciel! Ce sont les « frères » dont il vient d’être question! Ces « frères » sont les Chrétiens fidèles, qui, sur la terre, ont donné un bon témoignage! Ce sont ces « frères » qui ont vaincu le diable!

Pourquoi ces frères ont-ils vaincu le malin? « A cause du sang de l’Agneau, et à cause de la parole de leur témoignage »!

Ces Chrétiens fidèles se sont confiés dans la valeur absolue du sang de l’Agneau! Ils connaissaient donc la puissance de la mort et de la résurrection de Jésus! Ils connaissaient la Parole de Dieu, et ils la vivaient dans leur témoignage! Ils n’ont pas non plus aimé leur vie jusqu’à craindre la mort!

Cela signifie qu’ils n’avaient pas peur de mourir pour leur témoignage chrétien, s’il avait fallu pour eux subir le martyre. Mais cela signifie aussi qu’ils n’ont pas aimé leur propre vie, au sens qu’ils ont compris de quelle manière ils pouvaient concrètement se dépouiller du vieil homme et se revêtir de l’homme nouveau, pour marcher par l’esprit.

Nous pouvons ainsi avoir un tableau complet de la manière dont un Chrétien doit mener le combat spirituel auquel il est appelé. Dans les lieux célestes, les anges de Dieu et les anges de Satan combattent. Et, sur la terre, les « frères » fidèles, simplement parce qu’ils sont fidèles et qu’ils produisent le fruit de l’Esprit, permettent aux anges de Dieu de remporter la victoire dans les lieux célestes!

Peut-être ces « frères » ne savaient-ils même pas qu’il y avait un combat dans les cieux! Peut-être ne se sont-ils même pas rendu compte que la victoire des anges de Dieu était due à leur fidélité! Mais le fait est que ce sont bien eux, par leur foi en Jésus et par leur témoignage fidèle, qui ont finalement permis aux anges de Dieu de remporter la victoire dans les lieux célestes.

Les anges de Dieu sont toujours plus puissants que ceux de Satan! Mais tout se passe comme si leur puissance dans les cieux était dépendante de la fidélité de l’Eglise de Jésus-Christ sur la terre! Si ces « frères » n’avaient pas été fidèles sur la terre, le Seigneur aurait ordonné à Ses anges de se retirer du combat dans le ciel, et ce sont les anges de Satan qui auraient gagné cette guerre spirituelle! Tandis que, grâce à la fidélité de ces « frères, » qui s’appuyaient sur le sang de l’Agneau et sur la Parole de Dieu, Michel et ses anges ont pu donner libre cours à toute leur puissance!

En tant que disciples de Jésus-Christ, nous ne nous rendons donc pas toujours bien compte des conséquences célestes et cosmiques de notre fidélité au Seigneur ici-bas! Le Seigneur ne nous demande pas de savoir ce qui se passe dans les lieux célestes, mais Il nous demande d’être fidèles sur la terre!

Ainsi, même si, par la grâce de Dieu, nous ne sommes pas, le plus souvent, directement confrontés à ces puissances mauvaises contre lesquelles nous devons combattre, nous devons savoir que notre victoire contre ces esprits méchants va dépendre de notre fidélité au Seigneur! Et notre fidélité dépendra de la manière dont nous aurons saisi, par la foi, toute la grâce que Dieu nous offre en Jésus-Christ. C’est par cette grâce que nous pouvons nous fortifier dans le Seigneur, résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.

Le Seigneur Jésus a déjà remporté une pleine victoire sur Satan et ses mauvais esprits! Mais le Seigneur n’a pas remporté cette victoire pour Lui-même seulement. Il veut que nous puissions nous approprier pleinement Sa victoire! Il veut que nous sachions qu’Il nous a déjà libérés de la chair, du péché, de Satan et de tous ses démons! Il veut que nous comprenions que, si nous nous attachons à nous sanctifier et à produire le fruit de l’Esprit dans tous les domaines de notre vie, Lui-même, le plus souvent, chassera les démons et les mauvais esprits de tous les lieux où ils s’étaient établis!

Que toute la gloire revienne à notre Dieu et Père, et à Son Fils Jésus-Christ notre Seigneur!

108 Responses to B118-Le vrai combat spirituel.

  1. zvy dit :

    Bien aimé en Christ !
    Donc si je comprends bien la vérité nous « affranchira » est donc l’ équivalent d’ être « libéré » des esprits méchants ? Si oui, comment dans la pratique cela s’obtient-il ? Comment faut-il s’y prendre ? Par la prière seul ou avec un frère expérimenté en petite celulle de prières ? Comment fait-on ? Merci pour vos encouragements dans le Seigneur!
    Shalom.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère zvy, Cela se pratique très simplement, par la foi en la Parole de Dieu! D’abord par la connaissance de l’oeuvre de Christ, accomplie par Sa mort et Sa résurrection, puis par notre identification avec Lui, lorsque nous comprenons que nous sommes une nouvelle création entièrement libre, affranchie de la puissance de Satan, et « assise dans les lieux célestes en Christ »! Ce n’est qu’à partir de cette position de victoire que nous pouvons résister aux ruses et aux mensonges de Satan, et prendre possession de notre héritage!

  2. zvy dit :

    Cher frère,
    Ok, pas de précision pour Marie ! Ok pour la délivrance des chrétiens… Mais alors, si je comprends bien et en relisant le livre des Actes, il est dit : Act 5:16 « La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem, amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs; et tous étaient guéris ». C’est donc avant la conversion ques l’action de l’Esprit de Dieu agissait avec puissance pour libérer les gens tourmentés ! Maintenant ma question est : « Si l’action de l’ Esprit de Dieu n’agit plus avec puissance… et que ces mêmes gens tourmentés viennent au Seigneur sans avoir été délivrés, il faudra bien le faire après, non ? Car ces mauvais esprit doivent être chassés avec autorité !! Je crains pour ma part que si nous vivions le bon timming de Dieu, les personnes sont délivrées avant leur conversion, mais faute de ministère puissant, les personnes chargées arrivent dans la foi au Seigneur, mais pas délivrées ! Qu’en penses tu ? Merci.
    Amitiés fraternelles,
    zvy

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère zvy, je ne rejette pas la délivrance! Mais j’affirme qu’elle doit rester exceptionnelle pour les Chrétiens, c’est-à-dire qu’il ne faudrait y recourir que lorsque nous sommes en présence d’une manifestation clairement démoniaque. J’affirme aussi que si les messages de la croix et de la marche par l’esprit étaient prêchés dès le premier jour de la conversion, avec clarté et puissance, ils seraient suffisants pour libérer tous les nouveaux convertis de tous leurs liens, sans avoir besoin de les faire passer par de pénibles et répétées séances de délivrance, qui ne règlent jamais les problèmes en profondeur! C’est Jésus qui le dit: « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jean 8: 31-32).

  3. zvy dit :

    Bonsoir frère !
    En relisant cette magnifique exortation j’ ai relevé une petite omission… je vous cite: « Jamais le Seigneur n’a chassé un démon de l’un de Ses disciples. Il a toujours chassé les démons de Juifs ou de païens ». Et Marie de Magdala ? Mar 16:9: « Jésus, étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine, apparut d’abord à Marie de Magdala, de laquelle il avait chassé sept démons ». Je suis toujours prudent néanmoins car c’est une exception rare mais tout de même il existe !
    Sans aller contre votre pensée ici présent je vous trouve en complète contradiction avec vos messages audios de votre site parole de vie que j’ ai écoutés. Je pense que le mieux est de s’ en tenir à votre seconde ultime expérience à savoir tenir ferme dans la victoire que le Seigneur nous a acquis à la Croix ! On a besoin de lutter avec plusieurs frères pour faire fuir notre adversaire tellement il nous hait !!
    Encore merci pour vos messages !
    zvy

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère zvy, Ce verset ne précise pas quand Marie de Magdala a été délivrée de ses démons! Compte tenu du reste de l’enseignement de la Bible, je suis convaincu qu’elle a été délivrée avant de devenir disciple de Jésus. En tout cas, on ne peut pas faire dire à ce verset ce qu’il ne dit pas. Quant aux « complètes contradictions » dont vous parlez, elles ne peuvent que concerner la délivrance des Chrétiens, que je pratiquais il y a vingt ans…

  4. sam dit :

    QUE LE SEIGNEUR VOUS BENISSE, JE SUIS ENRICHI PAR VOTRE ETUDE.

  5. kevin dit :

    C’est vrai qu’on pourrait survivre avec un bout de pain par jour. Mais pour être en forme et bien travailler, il faut bien manger!

  6. jecomprendsmieux dit :

    Merci Patricia pour ta réaction.
    Après vérifications, je pense que le frère Henri avait raison car, dans Marc 9:14 à 29 et dans Luc 9:37 à 43, où il est question de la guérison de ce démoniaque, il n’est pas parlé de jeûne! Il en est de même des passages de Jésus sur la montagne lors de la transfiguration (Matthieu 17: 1 à 8 et Marc 9:2 à 13), qui ne font mention d’aucun jeûne qu’aurait fait Jésus! Dans Luc 9: 28 et 29 par contre, il est bien spécifié que Jésus monta sur la montagne pour prier et non pour jeûner! D’après ta logique, le moment que Jésus a passé sur la montagne était une forme de « préparation » qu’Il aurait reçu sciemment ou inconsciemment, et qui Lui a permis de pouvoir chasser ce démon. Je pense, c’est mon avis et je peux d’ailleurs me tromper, que Jésus savait ce que le Père allait faire, lorsqu’Il est allé à l’écart sur cette montagne avec les 3. Ce n’était en aucun cas en prévision de chasser ce démon, sinon, les 3 qui étaient avec Lui, et qui normalement avaient prié avec lui, auraient été en mesure de chasser ce démon. Ce qui n’a pas été le cas, puisqu’il est clairement dit qu’aucun disciple n’a pu chasser ce démon. Par cette transfiguration, je pense que le Père a tout simplement voulu faire prendre conscience aux disciples que Jésus venait accomplir la loi et les prophètes, que c’est Lui, Jésus, qu’il fallait désormais écouter et non plus Moïse, ni Elie ! (Marc 8: 27 à 30).

  7. Flo dit :

    Amen Patricia !
    Je crois aussi, après mûres réflexions sur ce passage qui m’a beaucoup interpellée, que c’est notre vie spirituelle intense dans l’intimité avec le Seigneur qui nous révèle les temps et les nécessités (selon le coeur de Dieu) au moment où le Saint-Esprit nous en convainc Lui-même. Je pense que tout est écrit d’avance, et que le facteur perturbant est bien entendu l’entreprise du mal, qui veut défaire ce que Dieu a créé de toute éternité. Il se sert de la puissance de péché qui vit dans la chair pour parvenir à ses fins, et voilà pourquoi nos armes sont spirituelles et non charnelles (Ephésiens 6). Alors, la prière et le jeûne sont des temps « mis à part », des outils indispensables, pour notre relation profonde, intime, spirituelle, pendant lesquels notre Père peut agir puissamment à travers nous. Ainsi, Il nous rend participants de Sa Gloire, et c’est vraiment une grâce que d’apprendre à discerner chaque jour davantage les temps et les circonstances, pour mieux Le servir encore, alléluia !
    Persévérons, biens-aimés du Seigneur, dans la sanctification et la purification, qui sont vraiment les chemins où nous devons marcher en Esprit et en Vérité, pour ne pas être détournés du But, amen !
    Je vous bénis tous et toutes, Flo.

  8. jecomprendsmieux dit :

    Tiens, à propos frère Henri, j’ai une autre petite question. Dans plusieurs passages bibliques, il est donné une liste des pratiques charnelles à proscrire si l’on veut entrer dans le Royaume de Dieu entre autres les excès de table!
    Sachant qu’un être humain normalement constitué pour « vivre » a besoin de 3 repas par jour, plus, allez, 2 encas à 11h et à 16h, histoire de garder le lien entre ces 3 repas. Ma question est celle de savoir si cette personne pratique des excès de table. Si oui, à quel niveau? En règle générale, qu’entend justement la Parole de Dieu lorsqu’elle parle d’excès de table?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur jecomprendsmieux, De quel « être normalement constitué » parles-tu? D’un être de ce monde, d’un Chrétien charnel, ou d’un Chrétien spirituel? Quelle est ta norme? Notre norme est Jésus! Il n’avait certainement pas besoin, pour vivre, de prendre 3 repas par jour, plus deux en-cas! Quand on est rempli de l’Esprit et conduit par l’esprit, on sait où commencent les excès de table, car on est sensible à la voix du Seigneur! On sait manger avec reconnaissance une bonne nourriture, mais on sait aussi manger du pain sec et boire de l’eau, si nous n’avons que cela! Les excès de table commencent quand la chair prend le contrôle!

  9. Patricia dit :

    Chère jecomprendsmieux,
    Rien ne permet de dire que le Seigneur n’a pas jeûné avant, comme tu l’écris. Le contexte laisse supposer (j’écris bien supposer) le contraire. En effet, Il revenait de la montagne de la transfiguration. Avec 3 de Ses disciples, Il avait passé un moment à l’écart, en communion avec le Père: la condition idéale d’un jeûne conduit par l’Esprit.
    Tu t’attendais peut-être à Le voir commencer à jeûner devant le démon, mais ce n’est pas comme cela que ça se passe. D’abord, le Saint-Esprit nous conduit à prier longtemps ou à jeûner, et seulement après, nous met face à la situation qui nécessitait une telle préparation. C’est pour cela que nous devons demander au Seigneur de nous apprendre à devenir sensibles au témoignage intérieur de l’Esprit en nous.

  10. jecomprendsmieux dit :

    Merci pour ta réponse frère Henri. Elle m’aide à prendre conscience des fausses croyances, de la tradition réligieuse très pernicieuse qui sont d’énormes obstacles à la pureté de notre Foi!

  11. jecomprendsmieux dit :

    Frère Henri, est-il normal de faire de Matthieu 17:21 une doctrine? Que voulait exactement dire Jésus dans ce verset? Etait-ce de jeûner pour avoir la foi? car s’il s’agissait de jeûner pour chasser ce démon, je pense que lui-même aurait jeûné avant de le chasser, chose qu’il n’a pourtant pas faite! Le jeûne est-il indispensable dans la vie des chrétiens de la nouvelle alliance? Beaucoup disent que Jésus a fait 40 jours de jeûne dans le désert, que c’est biblique de faire pareil, car Jésus a dit qu’un serviteur accompli devrait être en mesure de réaliser les mêmes oeuvres que son maître sinon plus. Ces mêmes personnes pensent que c’est être charnel que de ne jamais jeûner! J’aimerais bien savoir ce que tu en penses. Au-delà de toutes ces considérations plus ou moins erronnées, dans quel cas faut-il jeûner? Un Chrétien pourrait-il passer des décennies sans jeûner, sous prétexte que le Saint-Esprit ne lui a pas demandé de le faire?
    Au fait, comment sait-on que le Saint-Esprit nous demande de jeûner? Est-ce par une absence d’appétit subite? Merci de nous éclairer.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur jecomprendsmieux, Tout d’abord, ce verset de Matthieu 17: 21 n’apparaît pas dans le texte grec des meilleurs manuscrits. Il semble avoir été rajouté. Mais, même si Jésus l’avait prononcé, cela ne signifie pas qu’il aurait fallu commencer à jeûner pour chasser ce genre de démon. Cela signifierait simplement que le jeûne, pratiqué régulièrement, pas comme une obligation religieuse, mais comme un moment mis à part pour communier avec le Seigneur, augmente notre foi. Mais d’autres moyens augmentent aussi notre foi, tout ce qui contribue à notre édification: méditation de la Parole, communion fraternelle, prières, partage du pain et de la coupe, etc… Comme pour tout, nous jeûnons non pas pour nous lancer dans une activité qui serait du légalisme religieux, mais parce que nous en avons besoin spirituellement. Smith Wigglesworth, qui avait reçu un ministère très puissant, avouait lui-même qu’il n’était pas un « jeûneur », mais il était tout le temps dans la Parole et dans la prière. C’est le Saint-Esprit qui nous donne la conviction que nous devons commencer un jeûne (et que nous devons le finir). Ce n’est pas nécessairement en nous coupant l’appétit, mais c’est en nous persuadant dans notre coeur que nous devons jeûner. Nous en sentons le besoin et la nécessité. Si ce n’est pas conduit par l’Esprit, ce sera conduit par la chair, et cela ne fera que faire grandir l’orgueil spirituel!

  12. Francine dit :

    Super ! On continue ! un chaleureux merci.

  13. Francine dit :

    2 Cor. 1O: 5: Les armes, les forteresses, etc …
    Cher frère Henri, quand l’apôtre parle des forteresses à renverser, … il dit « nous » ; parle-t-il d’eux, les apôtres, ou se met-il à la place de chacun, tous rassemblés dans le « nous » ? N’est-ce pas à chacun d’utiliser les armes non charnelles citées, pour renverser les forteresses qui sont les siennes, ses propres pensées à faire captives, parce que charnelles etc … Ou sont-ce les « anciens » qui doivent en être les acteurs (donc le fameux « nous ») ? Pour moi, je pense que c’est une affaire individuelle, mais quand j’entends le prédicateur prier du haut de la chaire: « Nous renversons toutes forteresses, etc … », je m’interroge …
    Encore une fois merci beaucoup pour ta patience.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Francine, Paul parlait ici à la fois du rôle des conducteurs spirituels, qui doivent enseigner la pure doctrine, afin que la vérité de Dieu alimente les pensées de ceux qui les écoutent, et aussi le rôle de chacun de nous, qui doit veiller sur la pureté de ses pensées, et renverser les forteresses de ses propres pensées mensongères, qui pourraient encore exister en lui. Tous, nous travaillons donc au renversement des forteresses, qui ne sont pas des démons, mais des pensées et des raisonnements charnels, qui maintiennent les enfants de Dieu dans la captivité du mensonge.

  14. Nziengue Jacques dit :

    Oui et amen! Ce message que j’ai reçu par le biais du bien-aimé frère Cyril Abet, est bien de Dieu. J’en suis pleinement édifié.
    Que Dieu bénisse davantage Ses fidèles serviteurs!

  15. Esther Grâce dit :

    Cher frère Henri, je suis du meme avis que toi. La marche par l’esprit, n’exclue pas le combat spirituel.
    Cependant comme tu l’as également souligné, étant plus éclairé par le Saint-Esprit, il y a quelques petits points que nous corrigeons.
    Par exemple : « Lier et delier » dans « La délivrance et le combat spirituel – Comment prendre les armes spirituelles par la foi. n°2 de Sourcedevie » n’est pas perçu de la même manière que dans l’enseignement de ce blog (« Lier » et « délier » sont dans la Bible des termes juridiques, qui signifient « interdire » et « permettre. » Nous pouvons donc « lier » Satan, dans le sens où nous pouvons lui interdire de faire ce qu’il n’a plus le droit de faire. Mais nous ne pouvons pas le « lier » de manière absolue. Tant que Satan ne sera pas jeté enchaîné dans l’abîme, il ne servira à rien de le « lier, » comme le font constamment tant de Chrétiens. Il ne sera lié que lorsque l’ange puissant l’enchaînera et le jettera dans l’abîme pour mille ans!).
    C’est juste pour attirer l’attention des frères et soeurs qui fréquentent les deux blogs de comprendre qu’il a plus de lumière sur les enseignements (une mise à jour) de ce blog, pour qu’il n’ait pas de confusion dans la compréhension et la pratique.
    Nous sommes dans le même Esprit, et je prie que Dieu nous donne le temps et la disposition pour corriger ces quelques petits points (ils ne sont majeures) surtout pour les nouveaux convertis, afin que dans les deux blogs nous ne soyons pas dans l’erreur.
    Que le seigneur vous bénisse pour le merveilleux travail que vous faites dans les deux blogs.
    Fraternellement!

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Esther, Dans le sens où je l’ai indiqué, ce n’est pas une erreur de « lier » Satan et les démons, c’est-à-dire de leur interdire de faire ce qu’ils font, et de les chasser ensuite. Mais on ne peut pas les « lier » de manière absolue. C’est tout ce que je voulais dire.

  16. Esther Grâce dit :

    Cher frère Henri,

    Merci pour tous vos enseignements. Après avoir compris les trois derniers enseignements de la rubrique « Combat spirituel » de ce blog, il me semble qu’il y a des points à corriger sur les enseignements de la même rubrique qui ont été donnés dans le site « Sourcedevie » dans la manière de pratiquer le combat spirituel. Peut-être avaient-ils été donnés avant que vous ne marchiez pleinement par l’esprit?
    Si je me trompe, reprenez-moi.

    Fraternellement.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Esther, La recherche prioritaire du fruit de l’esprit ne signifie pas que l’on ne doive plus jamais chasser des démons, ni s’adresser directement à eux. Il faut le faire quand le Saint-Esprit nous montre que nous sommes directement attaqués par des démons, comme Jésus a été attaqué par Satan dans le désert. Il a bien fallu qu’Il lui parle directement pour lui citer la Parole de Dieu et le faire fuir. Il y a un autre domaine où nous devons nous montrer agressifs contre Satan et ses mauvais esprits, c’est celui de la guérison des maladies ou infirmités. Nous devons résister à ces maladies comme nous résisterions à des démons! C’est-à-dire que nous devons parfois ordonner à ces maladies de quitter nos corps, au Nom de Jésus, quand nous sentons que le Seigneur nous conduit à le faire. Il est vrai aussi que les premiers enseignements de Source de Vie, les plus anciens, datent de près de vingt ans. J’y vois bien plus clair maintenant concernant la marche par l’esprit, mais, à première vue, je ne corrigerais pas grand chose dans ces enseignements. Je les ferais d’une autre manière aujourd’hui, mais je ne dirais pas que ces enseignements sont erronés. Il faudrait les reprendre en détail pour voir s’il y aurait des choses à modifier. Mais ce serait un énorme travail. Si certains auditeurs remarquent des passages qu’il faudrait corriger, qu’ils les signalent à Claude Chaine, responsable de Source de Vie, ou à moi, qui lui transmettrai.

  17. G.yves dit :

    Cher frère Henri, merci pour ton amour et ton travail pour et en Christ. Ton site, nous le recommandons à tous nos amis chrétiens, car tout Chrétien a envie d’étre plus profondément avec Christ, d’être vraiment vainqueur et d’entrer dans son héritage pour la gloire de Dieu. Merci d’être disponible pour tous. Que Dieu te bénisse et que tu entres pleinement dans les oeuvres de Dieu pour toi; si tu passes près de Strasbourg, Nancy ou Metz pour ton ministère, nous habitons Sarrebourg. Tu seras le bienvenu. Merci à Jésus pour Son amour complet pour tout homme sans distinction.