B122-Quelques réflexions sur la foi.

Article de Henri Viaud-Murat.

Souvent, dans la pensée de beaucoup de Chrétiens, la foi est quelque chose de mystérieux et de compliqué. En fait, la foi biblique fait appel à des notions très simples, qu’il est très facile de comprendre.

Nous trouvons dans l’épître aux Hébreux une définition lumineuse de la foi:

« Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas » (Hébreux 11: 1).

La foi est donc une ferme assurance, une totale certitude, une conviction pleine et entière, une garantie, une confiance totale que l’on verra s’accomplir les choses que Dieu nous a promises, et que l’on ne voit pas encore. En quelque sorte, bien que l’on ne voie pas ces choses, on les possède déjà de manière invisible, car on sait, avec une certitude absolue, que nous les verrons, parce que nous croyons ce que Dieu a dit.

Même si nous ne voyons pas encore les choses que nous espérons et que nous attendons, nous sommes remplis d’un sentiment d’absolue certitude que nous les verrons s’accomplir, de même que nous sommes absolument certains que le jour apparaîtra après la nuit. Nous n’en doutons pas, nous ne nous posons aucune question là-dessus, nous savons que la chose s’accomplira!

Voici comment l’on pourrait traduire aussi le texte grec de ce verset:

« La foi est la réalité des choses que l’on espère, la preuve des choses que l’on ne voit pas. »

Le mot grec traduit ici par « réalité » est le mot « upostasis, » d’où vient le mot français « hypostase. » Cette expression théologique désigne chacune des trois Personnes de la Trinité, en tant que distincte des deux autres, et pourtant constituée de la même « substance spirituelle. » Le verbe « hypostasier » signifie « considérer un concept comme une réalité absolue. »

Pour la foi, la chose espérée est aussi réelle que si elle était visible.

Le mot « upostasis, » en grec, signifie littéralement « ce qui est placé au-dessous pour soutenir. »

Cela signifie que notre certitude s’appuie sur quelque chose d’inébranlable, qui nous permet de soutenir notre espérance. Ce qui est inébranlable, pour nous Chrétiens, c’est la Personne même de Dieu. C’est donc aussi Sa Parole. Nous savons que Dieu est toujours parfaitement Fidèle à Sa Parole. Quand Il fait une promesse, Il la tient toujours.

C’est cette fidélité absolue de Dieu qui constitue pour nous la preuve certaine, nécessaire et suffisante, que ce que Dieu a promis, Il l’accomplira. Le mot grec traduit par « preuve » peut aussi être traduit par « démonstration convaincante, témoignage véridique. »

Nous voyons tout de suite que la foi, en tant que conviction absolue, doit s’appuyer sur quelque chose qui soit suffisamment solide pour produire cette conviction. La foi doit s’appuyer sur une réalité sur laquelle elle peut se fonder et s’enraciner.

Sur le plan humain, la seule réalité certaine sur laquelle peuvent s’appuyer les hommes est celle que leur transmettent leurs cinq sens. C’est la Science qui leur offre le moyen le plus sûr de connaître cette réalité sensible. La Science s’attache à rassembler des faits incontestables, concernant le monde qui nous entoure, tout au moins celui qui nous est accessible au moyen de nos sens. La démarche scientifique, pour simplifier, ne croit que ce qu’elle voit! Elle n’a aucun accès à ce que nos sens ne peuvent pas percevoir.

En dehors du domaine purement scientifique, toute vérité humaine est nécessairement subjective, et relative à la conviction de chacun. « A chacun sa vérité! » Cela ne peut conduire qu’à un grand nombre de croyances différentes, voire à la plus grande confusion.

On peut constater cette confusion tout particulièrement dans le domaine religieux. Tous les adeptes sincères des différentes religions existantes sont tous convaincus qu’ils ont raison et que les autres ont tort! Chacun croit fermement être dans la vérité. Chacun est donc dans la foi par rapport à sa doctrine propre, et considère comme des incrédules tous ceux qui ne partagent pas ses convictions!

Devant toutes ces « vérités » variées et contradictoires, l’observateur honnête ne peut manquer de se poser la question suivante: « Mais où est donc la Vérité? »

La réponse à cette question est d’une importance fondamentale! Car, si nous ne connaissons pas la Vérité, les conséquences seront extrêmement graves, pour notre vie sur cette terre et pour l’éternité! S’il existe une Vérité absolue, nous avons intérêt à la connaître, pour pouvoir y attacher notre foi! Qui veut voir sa vie contrôlé par des mensonges?

Normalement, celui qui cherche la Vérité ne peut manquer de se dire: « Si Dieu existe, Lui seul est la Vérité Absolue! C’est ce Dieu-là que je veux connaître! »

Le seul moyen pour que nous puissions connaître la Vérité Absolue, c’est que le Dieu de Vérité Se révèle Lui-même à nous! Si Dieu ne Se révèle pas aux hommes, ceux-ci n’ont aucun moyen de connaître la Vérité Absolue!

C’est pour répondre à cette interrogation fondamentale des hommes que le Dieu de Vérité S’est Lui-même révélé à eux, en la personne de Son Fils Unique, le Seigneur Jésus.

Jésus est le seul homme à avoir jamais osé prononcer cette phrase extraordinaire:

« Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14: 6).

Ceux qui L’entendaient parler, et qui cherchaient la Vérité, ne pouvaient qu’être convaincus qu’Il disait la Vérité! Jésus a dit:

« Ma doctrine n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé. Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef » (Jean 7: 16-17).

Si quelqu’un voulait savoir si les paroles de Jésus venaient de Dieu, et étaient la Vérité absolue, il lui suffisait donc de désirer faire la volonté de Dieu! Quand la Vérité parle, elle s’impose d’elle-même à ceux qui veulent obéir à Dieu.

Cette Vérité s’imposait même à ceux qui combattaient Jésus, tant elle était aveuglante! Certains Pharisiens ont dit au Seigneur Jésus:

« Maître, nous savons que tu es vrai, et que tu enseignes la voie de Dieu selon la vérité » (Matthieu 22: 16).

A plus forte raison, nous qui sommes des disciples de Jésus, qui Le connaissons et qui entendons Sa voix, nous devrions normalement être toujours convaincus que nous sommes en face de la Vérité Absolue, devant la Parole de Dieu Lui-même! Car, chaque fois que nous sommes convaincus que les paroles du Seigneur Jésus sont la Vérité, alors nous avons la foi!

« Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ » (Romains 10: 17).

En principe, tous les disciples du Seigneur Jésus devraient avoir, en permanence, la conviction inébranlable que Ses Paroles sont la Vérité Absolue, et qu’ils peuvent s’appuyer sur cette Vérité avec une confiance totale!

En d’autres termes, les disciples de Jésus devraient toujours avoir foi dans les Paroles du Seigneur Jésus, et ces Paroles devraient donc toujours s’accomplir dans leur vie!

Pourquoi donc n’en est-il pas toujours ainsi?

S’il n’en est pas ainsi, c’est que les disciples de Christ ignorent Sa Parole, ou que ceux qui l’entendent n’attachent pas une foi totale à cette Parole. Ils croient encore à des choses qui ne sont pas la Vérité. Ils entendent bien la Parole de Christ, mais ils n’ont pas l’absolue certitude que cette Parole soit vraie! Et c’est pour cela que cette Parole, pourtant si puissante, ne leur sert à rien. Elle n’accomplit pas tous ses effets dans leur vie, parce qu’ils ne croient pas. Ou alors, ils croient, mais leur foi n’est pas pure. Ils gardent aussi dans leur coeur des craintes et des doutes.

« Craignons donc, tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard. Car cette bonne nouvelle nous a été annoncée aussi bien qu’à eux; mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent. Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos » (Hébreux 4: 1-3).

Celui qui croit, avec une absolue certitude, est dans le repos parfait! Car il sait que ce qu’il croit s’accomplira. Il fonde sa certitude sur la Fidélité de Celui qui est la Vérité, et qui n’est pas un homme pour mentir, quand Il donne Sa Parole!

Ainsi, pour avoir la foi en la Vérité, nous devons connaître Celui qui est la Vérité, et connaître Ses Paroles, qui sont aussi la Vérité. Ayant cette connaissance, nous pouvons alors attacher notre foi à Sa Personne et à Ses Paroles.

Si certains doutent, c’est donc parce qu’ils n’ont pas connu la Vérité, ou parce que, l’ayant connue, ils n’y ont pas complètement adhéré. Leur foi n’est pas exclusivement attachée à la Vérité. Ils peuvent croire partiellement à la Vérité, mais ils croient aussi à des mensonges. Or, pour voir les paroles et le promesses de Dieu s’accomplir dans notre vie, il faut que notre foi soit pure. Nous ne devons pas croire en même temps à la vérité et au mensonge!

Nous pouvons utiliser une comparaison dans le domaine physique. Dans un rayon de lumière ordinaire, le rayonnement est composé d’un faisceau de vibrations lumineuses dont les longueurs d’onde sont très variables et très dispersées. En d’autres termes, la lumière émise n’est ni pure ni concentrée. En revanche, la lumière émise par un laser est extrêmement pure et concentrée, parfois sur une seule longueur d’onde. Plus la lumière du faisceau laser est concentrée et pure, et plus elle est puissante.

Il en est de même pour notre foi. Si nous croyons uniquement au Seigneur Jésus et à Sa Parole, qui sont la Vérité, notre foi en Dieu sera forte. Mais si nous croyons à un mélange de Vérité et de mensonges, notre foi en Dieu sera faible.

En outre, notre foi peut aussi varier d’un moment à l’autre. Nous pouvons, par exemple, croire tant que nos circonstances ne sont pas défavorables, et cesser de croire quand la tempête se met à souffler. L’apôtre Pierre, tant qu’il avait les yeux fixés sur Jésus et sur Sa Parole, avait une foi forte, et il a pu marcher sur l’eau. Mais quand il a regardé à la tempête, il s’est laissé impressionner, et il a commencé à douter. Sa foi est alors devenue faible, et il a coulé. Mais il a repris foi en criant au Seigneur Jésus, qui l’a relevé.

C’est pour cela que la Parole de Dieu nous exhorte souvent à ne pas faiblir dans la foi, mais au contraire à faire de grands progrès dans la foi. Nous ne devons donc pas nous laisser impressionner par ce que nous montrent nos sens, quand cela contredit la Parole de Dieu. Nous devons apprendre à garder les yeux fixés sur les choses invisibles, spirituelles et éternelles, et ne pas nous laisser distraire par les choses visibles.

Abraham, le père de la foi, nous a laissé un exemple que nous devons tous suivre, nous qui sommes les enfants d’Abraham par la foi!

« Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient. Espérant contre toute espérance, il crut, en sorte qu’il devint père d’un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit: Telle sera ta postérité. Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu’il avait près de cent ans, et que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants. Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, et ayant la pleine conviction que ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir. C’est pourquoi cela lui fut imputé à justice » (Romains 4: 17-22).

Ce n’est donc pas notre connaissance de la Parole de Dieu qui est la chose la plus importante. Ce qui est le plus important, c’est la foi que nous attachons à cette Parole! Si nous croyons, nous ferons comme Abraham. Nous ne tiendrons aucun compte des messages négatifs que nous envoient nos sens ou les circonstances extérieures! Nous garderons les promesses de Dieu dans notre coeur. Nous serons pleinement convaincus que ce que Dieu a promis, Il l’accomplira, puisque nous Lui faisons entièrement confiance!

Le juste n’attache sa foi qu’au Seigneur et à Sa Parole! C’est sa foi qui fait vivre le juste! « Le juste vivra par sa foi »! (Habakuk 2: 4; Romains 1: 17).

Par notre nouvelle naissance en Christ, Dieu nous a rendus justes. Nous sommes même « justice de Dieu en Christ »! Cela signifie que Dieu, dans Sa grâce, nous a donné une nouvelle nature qui est parfaitement capable de croire tout ce que Dieu a dit! Car le signe distinctif du juste, c’est sa foi!

Dieu a départi à chacun de Ses enfants une mesure de foi (Romains 12: 3). Cette mesure est suffisante pour croire à toute Sa Parole! Cette mesure est la mesure maximum possible, et c’est la même pour tous!

Si Dieu nous a donné cette capacité de croire à toute Sa Parole, dans notre nouvelle nature, c’est pour nous permettre d’avoir accès à toute Sa grâce! Car c’est la foi qui nous donne accès à la grâce de Dieu!

« C’est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce » (Romains 4: 16).

« Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu » (Romains 5: 1-2).

Nous devons donc déjà savoir que, dans notre esprit régénéré, Dieu nous a déjà donné la parfaite capacité de croire à toute Sa Parole. Mais, pour pouvoir bénéficier de cette capacité de croire en la Vérité, nous devons veiller, au niveau de notre âme, c’est-à-dire de notre être psychique conscient, à ne pas attacher notre foi à des mensonges, des doutes et des craintes, dont la chair et l’ennemi veulent nous remplir! C’est au niveau de notre âme que nous sommes vainqueurs ou vaincus!

Si, dans nos pensées, nous commençons à croire aux mensonges de l’ennemi, nous allons affaiblir notre foi en la Vérité! Au lieu d’attacher notre foi à la Vérité, nous l’attacherons à des mensonges. Ce sont donc ces mensonges qui vont se réaliser dans notre vie, alors que Dieu avait pour nous un plan de victoire!

Si nous croyons à la fois à une vérité et à un mensonge, nous serons bloqués dans notre foi. Nous serons comme une caravane qui serait tirée en même temps par deux véhicules qui iraient dans deux directions opposées!

Nous devons donc veiller soigneusement à concentrer notre foi uniquement sur la Vérité de Dieu! Pour cela, nous devons non seulement connaître cette Vérité et la croire, mais nous devons aussi apprendre à ne tenir aucun compte de tout ce qui contredit la Parole de Dieu, en particulier dans le domaine de nos sens!

Douter, c’est en fait croire à un mensonge! La foi n’est jamais neutre. L’homme est créé pour croire. Il croit toujours à quelque chose. Il a toujours la foi, mais pas toujours pour la bonne chose! S’il croit à des mensonges, il sera incrédule par rapport à la Parole de Dieu. Mais s’il croit à la Parole de Dieu, il sera incrédule par rapport à tout ce qui contredit cette Parole, que ce soient la réalité sensible ou les mensonges de l’ennemi! Il vaut mieux croire en Dieu et être incrédule par rapport à Satan, que croire en Satan et être incrédule par rapport à Dieu!

Tout le travail pratique du Seigneur Jésus et du Saint-Esprit dans notre vie consiste de mettre en lumière toutes les fausses croyances et tous les mensonges auxquels nous sommes encore attachés, pour que nous puissions attacher notre foi à la seule Vérité de Dieu. C’est un aspect essentiel de la sanctification et de la marche par l’esprit.

Dans ce processus de purification de nos croyances, nous serons donc toujours puissamment aidés par le Seigneur Lui-même.

« Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l’âme découragée » (Hébreux 12: 1-3).

Si nous gardons nos regards fixés sur Jésus, Il perfectionnera constamment notre foi. Car c’est Lui qui est l’auteur de notre foi (le chef), et Celui qui l’amène à la perfection (le consommateur). C’est aussi Lui qui prie pour que notre foi ne défaille pas. Il a dit à Pierre:

« Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point; et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères » (Luc 22: 32).

Quand Jésus a dit à Pierre « quand tu seras converti, » Il faisait référence au moment où Pierre serait rempli de l’Esprit et de la connaissance de la Vérité. Il serait alors ferme dans la foi, et pourrait à son tour affermir ses frères.

Il est évident que si nous attachons notre foi à des mensonges ou à des choses visibles, notre foi en Dieu sera faible, et nous ne pourrons pas être un instrument d’édification pour nos frères.

Si notre foi en la Vérité est forte, nous produirons toujours les oeuvres (ou les actions) correspondant à notre foi. Une pleine certitude dans la foi est toujours accompagnée des actions conformes à cette foi.

En d’autres termes, si nous sommes pleinement convaincus que nous verrons s’accomplir une promesse de Dieu dans notre vie, nous n’agirons jamais de manière contraire à cette conviction! Nos pensées, nos paroles et nos comportements pratiques, seront tous en harmonie parfaite avec ce que nous croyons!

C’est pour cela que Jacques dit que nous prouvons notre foi par les actes correspondants. Et nous prouvons donc aussi notre incrédulité par nos paroles et nos actes. Car c’est bien de l’abondance du coeur que notre bouche parle, et que nous agissons!

Le Seigneur nous demande donc de nous examiner, pour voir si nous sommes dans la foi.

« Examinez-vous vous mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes » (2 Cor. 13: 5).

Comment pouvons-nous nous examiner nous-mêmes? D’une manière très simple:

  • Tout d’abord, en comparant tout ce que nous croyons aux enseignements de la Parole de Dieu, afin de vérifier si nous n’avons pas attaché notre foi à des mensonges, ou à des doctrines et des traditions humaines. Dès que le Seigneur nous aura montré que nous sommes attachés à une fausse doctrine ou à une tradition humaine, nous devrons la rejeter énergiquement, et nous attacher à la Vérité que Dieu nous aura révélée.
  • En nous écoutant parler. Nous verrons vite si nos paroles sont en accord avec ce que Dieu dit. Si ce n’est pas le cas, cela doit nous prouver que nous croyons encore à un mensonge.
  • En nous regardant agir. Si nos actions ne sont pas conformes à ce que Dieu nous demande de faire, cela nous montrera que notre foi n’est pas attachée à Sa Parole. Il y a quelque part un mensonge auquel nous sommes encore attachés, et cela nous empêche de croire à la Vérité.
  • En acceptant les diverses épreuves auxquelles nous pouvons être confrontés. Car c’est dans l’épreuve que nous voyons le plus clairement de quelle manière nous réagissons, et comment nous nous comportons. L’épreuve est donc révélatrice de l’état réel de notre foi. Mais l’épreuve nous permet aussi de fortifier notre foi, si, dans l’épreuve, nous gardons les yeux sur Jésus et sur Sa Parole.

« Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son oeuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien » (Jacques 1: 2-4).

« Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d’une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver » (1 Pierre 4: 12).

De cette fournaise, notre foi sortira éprouvée comme l’or pur! Nous comprendrons que nous devons cesser de croire à des mensonges. Nous serons déterminés à ne croire que la Vérité de Dieu. Notre foi en Dieu sera forte. Nous serons alors assurés de pouvoir entrer dans la pleine victoire de Jésus.

« Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi » (1 Jean 5: 3-4).

Nous ne pouvons garder les commandements de Dieu que quand nous y attachons notre foi. Si nous croyons aux commandements et à la Parole de Dieu, notre foi sera fondée sur la puissance même de Dieu, et c’est cette toute-puissance divine qui nous soutiendra, et nous « portera » littéralement jusqu’à la pleine réalisation, dans cette vie et dans l’éternité, de toute la volonté de Dieu pour nous!

« Nous désirons que chacun de vous montre le même zèle pour conserver jusqu’à la fin une pleine espérance, en sorte que vous ne vous relâchiez point, et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses. Lorsque Dieu fit la promesse à Abraham, ne pouvant jurer par un plus grand que lui, il jura par lui-même, et dit: Certainement je te bénirai et je multiplierai ta postérité. Et c’est ainsi qu’Abraham, ayant persévéré, obtint l’effet de la promesse » (Hébreux 6: 11-15).

Soyons décidés à faire partie de ces enfants de Dieu qui, par la foi et la persévérance, hériteront de toutes les promesses de Dieu! Oui, certainement, Ses brebis entendront toujours Sa voix!

40 Responses to B122-Quelques réflexions sur la foi.

  1. Roger Mulumba dit :

    Henri, cher frère en Christ,
    Je loue et béni l’Eternel qui t’utilise puissamment pour nous transmettre Ses enseignements. Je n’ai vraiment de commentaires à faire sur cet article; seulement te demander si tu peux nous parler un peu de la doctrine de Logos – Rhéma. Merci pour ton indulgence et que Dieu te comble de Ses bienfaits!

  2. MlleG dit :

    Bonjour frère Henri,

    Merci pour cette belle exhortation. La foi c’est quelque chose de petit mais grand à la fois.Je prie régulièrement que le Seigneur fasse augmenter ma foi, parce qu’un chrétien qui manque de foi, ça fait dur!
    Nous devons avoir une vie de foi, c’est la base en fin de compte. Que le Seigneur vienne en aide à ses enfants.

    Que Dieu vous bénisse

  3. Ibrahim dit :

    Pasteur, mais de quelle infirmité l’apôtre Paul parle ici: « de moi même je ne me glorifiera pas sinon de mes infirmités. »
    Comment peut-on se glorifier de ses infirmités, au contraire on en aurait honte?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Ibrahim, Cela dépend de ce que l’on entend par « infirmité »! Dans ce passage, le mot grec traduit par infirmité devrait plutôt être traduit par « faiblesse. » Il dit aussi: « Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort! » Car la puissance de Dieu s’accomplit dans notre faiblesse. Il s’agit donc de faiblesse humaine, et non pas de maladies et d’infirmités physiques. Paul donne une liste de ces faiblesses: persécutions, flagellations, lapidation, emprisonnements, naufrages, etc… Dieu se glorifiait dans toutes ces choses, et donnait à Paul la force et la grâce de les traverser en vainqueur.

  4. Francine dit :

    Merci Seigneur pour cet enseignement ; bénis ton serviteur et renouvelle le dans tout son être. Nous recevons la grâce (capacité de Dieu) d’appliquer ce que nous avons compris.

  5. Raphael dit :

    Je postule aussi pour remporter la couronne de la foi parfaite, en Christ Jésus.
    Merci, et que le Seigneur nous garde.

  6. Raphael dit :

    Merci Papa une foi de plus pour ce message.
    vivre par la foi n’est pas une option, c’est un mode de vie obligatoire car sans la foi il est impossible d’être agréable à DIEU (heb11 :6) et aussi parce que c’est par la foi que nous confessons que Jésus est Seigneur, c’est par la foi que nous faisons sa volonté en vue des promesses qu’il nous fait et c’est par la foi que nous réssuciterons d’entre les morts et que nous serons revêtus de sa gloire lorsqu’il reviendra. Marcher avec Christ est un combat qui commence par la foi, se déroule dans la foi et se remporte avec la foi. La foi est le début, le déroulement et la fin de la vie du chrétien, la foi est donc sa vie.

  7. YDM dit :

    Bonjour Henri,
    Merci pour ce riche enseignement sur la foi.
    Comment faire alors pour débarrasser notre coeur des doutes et des craintes, surtout dans les moments où la tempête souffle fort.
    Je sais parfaitement dans mon coeur que Dieu va agir au temps qu’il a fixé et je m’appuie sur cette parole qui dit que Dieu n’est point un homme pour mentir, ni fils d’un homme pour se repentir. Ce qu’il a dit ne le fera t-il pas, ce qu’il a déclarer ne l’exécutera t-il pas?
    Je sais dans mon coeur que Dieu va agir, mais le fait de voir que les choses tardent, c’est cela qui me qui me fait fléchir par moment. Alors quoi faire dans ces moments-là?
    Merci Henri pour ton exhortation.

    Que le Seigneur te bénisse

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur YDM, Quand nous fléchissons, nous devons aussitôt reporter nos yeux sur le Seigneur Jésus et sur Sa Parole, et Il nous relève aussitôt! Quand les choses semblent tarder, nous devons réaliser que chaque jour qui passe est un jour de moins à attendre, et non pas un jour de plus!

  8. Ibrahim dit :

    Pasteur, que veut dire l’apôtre Paul quand il dit: car quand je suis faible c’est alors que je suis fort ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Ibrahim, La faiblesse de Paul n’était pas une faiblesse dans la foi, mais une faiblesse humaine causée par toutes les persécutions qu’il devait subir, et tous les obstacles qu’il rencontrait. Cela le poussait à compter sur la toute-puissance de Dieu! S’il s’était senti fort par lui-même, il aurait moins compté sur son Dieu!

  9. Ibrahim dit :

    Bonjour Pasteur que le seigneur vous bénisse
    je suis à 3 semaines d’une entrevue de sélection pour le Québec ; et au fur et mesure que le jour approche je ne dors plus et je ne mange plus comme avant malgré que j’ai toujours les yeux fixés sur le Seigneur et que je crois qu’il va m’aider
    Peut on garder la foi et ne pas dormir ?
    Je vous demande de prier pour ma réussite à cette entrevue

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Ibrahim, Même si tu ne dors pas, garde quand même confiance dans le Seigneur qui dirige ta vie! Et que Sa volonté se fasse concernant ce projet!

  10. Stef du 750 dit :

    Bonjour Henri,
    Je suis dans le Nord-pas-de Calais, à Lille. J’aimerais savoir si vous connaissez quelques frères sur Lille ou dans le Nord qui soient sérieux avec Dieu et avec Sa Parole.
    J’aimerais vivre une véritable communion fraternelle et non pas simplement un culte de 2 heures le dimanche dans une grande salle! En plus,on n’est pas toujours nourri à la pure parole de la Croix, comme on le voit sur votre site internet.
    J’ai cru comprendre que le frère Claude Chaine connaissait de nombreux groupes dans différentes régions de la France. Puis-je avoir votre adresse e-mail et la sienne pour de plus amples informations et préoccupations d’ordre spirituel?
    Merci d’avance!!!!

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Stef du 750, Aie confiance au Seigneur, pour qu’Il te fasse rencontrer, non loin de chez toi, des Chrétiens fidèles! On peut laisser un message à Claude Chaine sur son site Source de Vie. Je t’envoie par courrier séparé mon adresse personnelle.