B139-« Être en Christ », ou être perdu!

Article de Henri Viaud-Murat.

« Être chrétien », « être converti », « être né de nouveau », ce ne sont que des mots, si cela ne correspond pas à la seule réalité spirituelle qui compte, c’est-à-dire « être en Christ »! Si nous ne sommes pas « en Christ », nous sommes perdus. Mais, lorsque nous sommes « en Christ », quelle pluie de bénédictions!

La Parole de Dieu nous révèle tellement de bénédictions attachées au fait d’être « en Christ », que nous devrions nous étonner de voir un seul « Chrétien » triste et déprimé! Cela ne peut être le cas que lorsque nous ignorons quelles sont ces bénédictions, ou alors, lorsque nous restons incrédules après en avoir eu connaissance.

Rien de tout ce que le monde recherche avec le plus d’ardeur ne pourra jamais être comparable, même de très loin, à la splendeur et à la gloire des bénédictions qui sont les nôtres, lorsque nous « entrons en Christ »! Car toutes ces bénédictions découlent de notre connaissance de la Personne même de Christ!

« Entrer en Christ » signifie quitter à jamais notre statut de pécheur corrompu et condamné, pour pénétrer, par la grâce du Seigneur, non seulement dans le glorieux Royaume de Dieu, mais dans la Personne même de Jésus-Christ, pour nous unir à Lui, et devenir un seul Esprit et un seul Corps avec Celui qui est le Dieu Vivant!

Comment pouvons-nous « être en Christ »?

Aucun pécheur ne peut « pénétrer en Christ » de lui-même! Seul celui qui se repent de ses péchés, et qui accepte par la foi Jésus-Christ comme Son Sauveur et Seigneur, reçoit la grâce suprême d’être introduit en Christ par Dieu le Père Lui-même. C’est ce que le Seigneur appelle une « nouvelle naissance »:

« Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes; et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu’on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu. Or, c’est par lui que vous êtes en Jésus-Christ » (1 Cor. 1: 27-30).

Les « choses folles, faibles et viles, celles que l’on méprise et qui ne sont point », ce sont les hommes pécheurs qui se sont repentis de leurs péchés et qui ont reçu le Seigneur Jésus comme leur Sauveur. Ce sont souvent des hommes dont le monde ne tient aucun compte, car c’est l’orgueil qui domine le monde!

C’est toute la véritable Eglise de Jésus-Christ qui est en Dieu et en Christ:

« Paul, et Silvain, et Timothée, à l’Eglise des Thessaloniciens, qui est en Dieu le Père et en Jésus-Christ le Seigneur: que la grâce et la paix vous soient données! » (1 Thessaloniciens 1: 1).

Une fois que nous sommes « en Christ », quelles sont les bénédictions qui sont immédiatement les nôtres? Elles sont innombrables!

En Christ, nous bénéficions premièrement de toute la grâce et de toute la paix de Dieu.

Nous ne pouvons pas être en Christ sans bénéficier de Sa grâce et de Sa paix!

« Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. N’aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier. Mais souffre avec moi pour l’Evangile, par la puissance de Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos oeuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant les temps éternels, et qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus-Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l’immortalité par l’Evangile » (2 Timothée 1: 7-10).

En Christ, nous avons la rédemption et un plein pardon de tous nos péchés:

« Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ » (Romains 3: 23-24).

« En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d’intelligence » (Ephésiens 1: 7-8).

« Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ » (Ephésiens 4: 32).

En Christ, nous avons dès à présent la vie éternelle:

« Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 6: 23).

« Paul, apôtre de Jésus-Christ, par la volonté de Dieu, pour annoncer la promesse de la vie qui est en Jésus-Christ » (2 Timothée 1: 1).

En Christ, nous avons déjà été bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles:

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ! » (Ephésiens 1: 3).

En Christ, nous avons tout pleinement:

« Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité » (Colossiens 2: 9-10).

En Christ, Dieu pourvoira à tous nos besoins:

« Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ » (Philippiens 4: 19).

En Christ, nous sommes prédestinés à être les enfants d’adoption de Dieu, saints et irrépréhensibles:

« En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, à la louange de la gloire de sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé » (Ephésiens 1: 4-6).

En Christ, par l’offrande de Son Corps, nous avons été sanctifiés et conduits à la perfection une fois pour toutes:

« C’est en vertu de cette volonté (de Dieu) que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes. Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu, attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied. Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés«  (Hébreux 10: 10-14).

Cette perfection, nous la possédons entièrement dans notre esprit régénéré, dès notre nouvelle naissance en Christ, mais nous bénéficions aussi, en Christ, de la promesse de parvenir à la sainteté pratique, si nous suivons les enseignements de Sa Parole et des ministères qu’Il a établis:

« Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous; et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l’achève en ma chair, pour son corps, qui est l’Eglise. C’est d’elle que j’ai été fait ministre, selon la charge que Dieu m’a donnée auprès de vous, afin que j’annonçasse pleinement la parole de Dieu, le mystère caché de tout temps et dans tous les âges, mais révélé maintenant à ses saints, à qui Dieu a voulu faire connaître quelle est la glorieuse richesse de ce mystère parmi les païens, savoir: Christ en vous, l’espérance de la gloire. C’est lui que nous annonçons, exhortant tout homme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu tout homme, devenu parfait en Christ. C’est à quoi je travaille, en combattant avec sa force, qui agit puissamment en moi » (Colossiens 1: 24-29).

« Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ » (Ephésiens 4: 11-15).

En Christ, nous sommes devenus héritiers de Dieu:

« En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté, afin que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d’avance avons espéré en Christ » (Ephésiens 1: 11-12).

En Christ, nous sommes déjà assis dans les lieux célestes:

« Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés); il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ (Ephésiens 2: 4-7).

En Christ, nous sommes appelés à la gloire éternelle de Dieu:

« Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables » (1 Pierre 5: 10).

C’est pour cela que Dieu Lui-même S’engage, après que nous aurons souffert un peu de temps, à nous perfectionner, nous affermir, nous fortifier et nous rendre inébranlables! Et quand Dieu S’engage, Il est Fidèle pour tenir Son engagement! Quelle crainte pourrions-nous donc avoir?

En Christ, nous sommes une nouvelle création à l’image de Christ:

« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation » (2 Corinthiens 5: 17-18).

En Christ, nous sommes créés « selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité » (Ephésiens 4: 24).

En Christ, Dieu nous a créés pour accomplir les oeuvres bonnes qu’Il a préparées d’avance pour nous:

« Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions » (Ephésiens 2: 10).

En Christ, nous avons tous été rapprochés de Dieu par Son sang, et nous avons, Juifs et païens convertis à Christ, une pleine réconciliation les uns avec les autres, et un libre accès auprès du Père:

« Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ. Car il est notre paix, lui qui des deux n’en a fait qu’un, et qui a renversé le mur de séparation, l’inimitié, ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix, et de les réconcilier, l’un et l’autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l’inimitié. Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près; car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit » (Ephésiens 2: 13-18).

En Christ, nous sommes devenus justice même de Dieu:

« Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu » (2 Corinthiens 5: 21).

En Christ, nous sommes tous fils et filles de Dieu, et nous avons revêtu Christ:

« Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ; vous tous, qui avez été baptisés (« plongés ») en Christ, vous avez revêtu Christ » (Galates 3: 26-27).

En Christ, nous avons été sanctifiés et nous sommes appelés à être saints:

« Paul, appelé à être apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, et le frère Sosthène, à l’Eglise de Dieu qui est à Corinthe, à ceux qui ont été sanctifiés en Jésus-Christ, appelés à être saints, et à tous ceux qui invoquent en quelque lieu que ce soit le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, leur Seigneur et le nôtre: que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ! » (1 Corinthiens 1: 1-3).

En Christ, nous bénéficions de Sa sagesse, de Sa justice, de Sa sanctification, et de Sa rédemption:

« Or, c’est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption, afin, comme il est écrit, Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur » (1 Corinthiens 1: 30).

En Christ, nous sommes morts au péché et ressuscités à la vie même de Dieu. La mort et le péché n’ont plus de pouvoir sur nous:

« Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; car celui qui est mort est libre du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit. Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ » (Romains 6: 2-11).

« Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair: ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts » (Colossiens 2: 11-12).

En Christ, nous sommes libérés de toute condamnation, et nous pouvons marcher par l’esprit, affranchis de la loi du péché et de la mort:

« Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, pour ceux qui marchent, non selon la chair, mais selon l’esprit. En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort » (Romains 8: 1-2).

En Christ, toutes les promesses de Dieu sont « oui et amen »:

« Car le Fils de Dieu, Jésus-Christ, qui a été prêché par nous au milieu de vous, par moi, et par Silvain, et par Timothée, n’a pas été oui et non, mais c’est oui qui a été en lui; car, pour ce qui concerne toutes les promesses de Dieu, c’est en lui qu’est le oui; c’est pourquoi encore l’Amen par lui est prononcé par nous à la gloire de Dieu » (2 Corinthiens 1: 19-20).

Parmi ces promesses, il y a non seulement celle du pardon de nos péchés et de la vie éternelle, mais aussi celle de la guérison de toutes nos maladies, et celle de la délivrance de tous nos liens démoniaques.

En Christ, nous avons une pleine liberté spirituelle:

« Et cela, à cause des faux frères qui s’étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus-Christ » (Galates 2: 4).

En Christ, s’accomplit pour nous tous la bénédiction promise par Dieu à Abraham, et notamment la réception du Saint-Esprit promis, parce que nous avons été rachetés de toute la malédiction de la loi:

« Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, afin que la bénédiction d’Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus-Christ, et que nous reçussions par la foi l’Esprit qui avait été promis » (Galates 3: 13-14).

En Christ, le voile d’ignorance et d’incompréhension disparaît, et nous recevons une claire révélation des Ecritures:

« Mais ils sont devenus durs d’entendement. Car jusqu’à ce jour le même voile demeure quand, ils font la lecture de l’Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c’est en Christ qu’il disparaît. Jusqu’à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs coeurs; mais lorsque les coeurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté. Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté » (2 Cor. 3: 14-17).

En Christ, nous devenons, chacun de nous, une habitation de Dieu en esprit, et toute l’Eglise devient le Temple saint du Seigneur:

« En lui tout l’édifice, bien coordonné, s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur. En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit » (Ephésiens 2: 21-22).

En Christ, nous formons tous un seul Corps, dont Il est la seule Tête:

« Car, comme nous avons plusieurs membres dans un seul corps, et que tous les membres n’ont pas la même fonction, ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres » (Romains 12: 4-5).

« Ce mystère, c’est que les païens sont cohéritiers, forment un même corps, et participent à la même promesse en Jésus-Christ par l’Evangile » (Ephésiens 3: 6).

En Christ, nous sommes tous un:

« Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ » (Galates 3: 28).

En Christ, si nous sommes enracinés et fondés en Lui, nous pouvons marcher comme Lui:

« Ainsi donc, comme vous avez reçu le Seigneur Jésus-Christ, marchez en lui, étant enracinés et fondés en lui, et affermis par la foi, d’après les instructions qui vous ont été données, et abondez en actions de grâces » (Colossiens 2: 6-7).

En Christ, nous serons faibles, ce qui signifie que nous ne résisterons pas à l’oeuvre de la croix. Mais cela nous permettra de vivre avec Christ par la puissance de Dieu:

« Car il a été crucifié à cause de sa faiblesse, mais il vit par la puissance de Dieu; nous aussi, nous sommes faibles en lui, mais nous vivrons avec lui par la puissance de Dieu pour agir envers vous » (2 Corinthiens 13: 4).

En Christ, ceux qui veulent vivre pieusement seront aussi persécutés et passeront par des tribulations. Ils devront avoir part aux souffrances de Christ, afin d’avoir aussi part à Sa gloire:

« Moi Jean, votre frère, et qui ai part avec vous à la tribulation et au royaume et à la persévérance en Jésus, j’étais dans l’île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus » (Apocalypse 1: 9).

« Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés » (2 Timothée 3: 12).

« Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra » (1 Pierre 4: 13).

Mais, en Christ, Dieu nous fait toujours triompher:

« Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ » (2 Corinthiens 2: 14).

En Christ, nous avons tous une promesse de résurrection, lors de Son avènement:

« Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement » (1 Corinthiens 15: 22-23).

Combien sont donc grandes les bénédictions attachées à notre position en Christ! Et encore, il ne s’agit ici que d’une étude succincte!

Combien il est important pour nous de demeurer en Christ! En effet, il est possible de ne pas demeurer en Christ. Cela se produit lorsqu’on quitte le domaine de la grâce et de la foi, pour nous remettre sous celui de la loi et des oeuvres. Voici ce que Paul écrit aux Galates:

« C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. Voici, moi Paul, je vous dis que, si vous vous faites circoncire, Christ ne vous servira de rien. Et je proteste encore une fois à tout homme qui se fait circoncire, qu’il est tenu de pratiquer la loi tout entière. Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi; vous êtes déchus de la grâce. Pour nous, c’est de la foi que nous attendons, par l’Esprit, l’espérance de la justice. Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l’incirconcision n’a de valeur, mais la foi qui est agissante par la charité » (Galates 5: 1-6).

Rendez-vous compte que nous pouvons nous priver de toutes les immenses bénédictions que nous avons en Christ, si nous quittons simplement le domaine de la grâce et de la foi! Quelle tragédie! Au point que Christ, malgré toute Sa puissance et toute Sa richesse, ne nous servira plus à rien, et que nous serons coupés de Lui!

Cela signifie que nous ne recevrons plus le bénéfice de toutes les grâces qui sont attachées au fait d’être « en Christ »! Nous mènerons alors une vie de « Chrétien » misérable et languissante, alors que tant de bénédictions nous étaient réservées par la foi, et par la grâce du Seigneur!

C’est pour cela que l’apôtre Jean nous exhorte également à demeurer en Christ, selon les enseignements qui nous sont donnés par l’onction du Saint-Esprit:

« Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés. Et maintenant, petits enfants, demeurez en lui, afin que, lorsqu’il paraîtra, nous ayons de l’assurance, et qu’à son avènement nous ne soyons pas confus et éloignés de lui » (1 Jean 2: 27-28).

Si nous demeurons en Christ, nous aurons une pleine assurance quand Christ paraîtra!

Le Seigneur Jésus Lui-même nous exhorte à demeurer en Lui, afin de pouvoir porter beaucoup de fruit, et d’être exaucés dans nos prières:

« Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé » (Jean 15: 4-7).

Et le Seigneur ajoute aussi:

« Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui » (Jean 6: 56).

Le Seigneur nous explique ce que signifient ces paroles mystérieuses:

« Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif » (Jean 6: 35).

Ainsi, « manger Sa chair » signifie s’approcher de Jésus, afin de ne plus avoir faim, et « boire Son sang » signifie croire en Lui et en Sa Parole, afin de ne plus jamais avoir soif! Nous pourrons alors demeurer en Lui.

La Parole de Dieu nous donne donc certains signes précis, qui nous permettent de voir si nous sommes réellement en Christ, ou si nous n’avons qu’une religion chrétienne stérile. Quels sont donc ces signes?

Nous savons que nous demeurons en Christ, quand nous gardons Sa Parole. Cela prouve que notre amour pour le Seigneur est parfait:

« Mais celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est véritablement parfait en lui: par là nous savons que nous sommes en lui » (1 Jean 2: 5).

Nous savons que nous demeurons en Christ, quand nous marchons comme Lui, c’est-à-dire dans l’amour et par l’esprit:

« Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même. Bien-aimés, ce n’est pas un commandement nouveau que je vous écris, mais un commandement ancien que vous avez eu dès le commencement; ce commandement ancien, c’est la parole que vous avez entendue. Toutefois, c’est un commandement nouveau que je vous écris, ce qui est vrai en lui et en vous, car les ténèbres se dissipent et la lumière véritable paraît déjà. Celui qui dit qu’il est dans la lumière, et qui hait son frère, est encore dans les ténèbres. Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et aucune occasion de chute n’est en lui. Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux » (1 Jean 2: 6-11).

Nous savons que Jésus est la Lumière. Si nous demeurons dans Son amour, nous demeurons dans la Lumière, et nous demeurons en Lui.

Nous savons que nous demeurons en Christ, quand nous ne pratiquons plus le péché:

« Quiconque demeure en lui ne pèche point; quiconque pèche ne l’a pas vu, et ne l’a pas connu. Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste. Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable. Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu. C’est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, non plus que celui qui n’aime pas son frère » (1 Jean 3: 6-10).

Notre esprit régénéré, par la grâce de Dieu, ne peut pas pécher! Et, en apprenant à marcher par l’esprit, nous ne pratiquerons plus le péché, et nous ferons passer dans toute notre vie pratique la perfection spirituelle qui est déjà la nôtre dans notre esprit régénéré.

Nous savons que nous demeurons en Christ, parce qu’Il nous a donné de Son Esprit:

« Nous connaissons que nous demeurons en lui, et qu’il demeure en nous, en ce qu’il nous a donné de son Esprit. Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde (1 Jean 4: 13-14).

Nous savons que nous demeurons en Christ, parce que nous confessons que Jésus est le Fils de Dieu:

« Celui qui confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu » (1 Jean 4: 15).

« Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du coeur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut » (Romains 10: 9-10).

Nous savons que nous demeurons en Christ, parce que nous demeurons dans l’amour de Dieu:

« Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde: c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement. La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour. Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier » (1 Jean 4: 16-19).

Quelle extraordinaire déclaration peut alors faire l’apôtre! Il affirme que « tel Il est, tels nous sommes aussi dans ce monde »!

Voilà le résultat concret qui se produit lorsque nous sommes en Christ, et lorsque nous demeurons en Lui: nous sommes alors, dans ce monde, tel qu’Il est Lui-même! Nous pouvons alors donner libre cours à toute la puissance du Saint-Esprit, qui veut pleinement manifester dans toute notre vie ce Christ merveilleux qui vit en nous!

En conclusion de cette brève étude, nous dirons simplement, si nous sommes un disciple de Christ qui est véritablement « en Christ », que nous n’avons aucun droit de nous plaindre de quoi que ce soit! Quelle justification pourrions-nous avoir pour nous plaindre? Nous ne pouvons nous plaindre que si nous sommes dans l’ignorance ou l’incrédulité!

Y a-t-il encore quelque chose que Dieu n’aurait pas accompli en notre faveur, lorsqu’Il nous a donné Son Fils unique pour notre salut? Y a-t-il encore quelque chose que Dieu ne nous aurait pas donné en Christ? Déjà, en Christ et avec Christ, tout est à nous par la foi, pour que ce soit par grâce!

« Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? Qui accusera les élus de Dieu? C’est Dieu qui justifie! Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous! Qui nous séparera de l’amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée? selon qu’il est écrit: C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, Qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 8: 32-39).

Que Dieu soit béni et glorifié de nous avoir placés en Christ!

43 Responses to B139-« Être en Christ », ou être perdu!

  1. arialine dit :

    Merci frère Henri pour tes réponses.
    Donc, nous pouvons considérer que le frère incestueux que Paul « a livré à Satan pour la destruction de la chair », dans 1 Cor 5:5, « pour que l’esprit soit sauvé au Jour du Seigneur », aura donc eu le temps et le désir de se repentir avant de mourir? Et puisque Paul, affirme que son esprit sera sauvé pour le Jour du Seigneur, en le livrant à Satan, Paul avait la conviction que ce frère, dans le péché dont il ne s’était pas encore repenti malgré la gravité, se ressaisirait, même in extremis, et se repentirait? Sinon, Paul ne pourrait pas affirmer « que son esprit serait sauvé au Jour du Seigneur »? Est-ce que je me trompe?
    Cela nous incite à être vigilant à ne jamais rien laisser, que le Seigneur met en lumière, et de traiter IMMEDIATEMENT tout ce qu’Il nous montre.
    Merci pour tes éclairages, frère bien-aimé.
    Arialine

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Arialine, Oui, c’est cela. Evidemment, Paul avait livré ce frère à Satan sous la direction du Saint-Esprit. J’ai connu certains qui l’avaient fait, mais sans être conduits par l’Esprit, et, évidemment, il ne s’est rien passé! Mais nous devons effectivement mettre immédiatement en ordre ce que le Seigneur nous montre!

  2. arialine dit :

    Bonjour cher frère Henri
    J’ai une question qui me taraude? Un Chrétien né d’en Haut, mais qui ne vit pas vraiment par l’esprit (par méconnaissance de comment s’y prendre ou tout simplement par laxisme) et qui au moment où il est rappelé par le Seigneur se trouve dans une situation de péché qu’il n’a pas réglé (il en a connaissance mais ne s’est pas mis en règle avec le Seigneur et éventuellement avec des personnes qu’il a pu blesser) que se passe-t-il pour lui? Il n’est pas dans la situation d’avoir renier le Seigneur, donc je pense que le Seigneur ne va pas le renier, mais il est en état de péché. Si cela se produit au moment de l’enlèvement pour sûr il ne part pas, mais si il passe par la mort physique, quel est son sort?
    D’autre part je ne comprends par vraiment le verset de Jean 20:23, qui dit « Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus ». On pourrait penser que « certains » auraient autorité pour condamner ou libérer? Je ne pense pas que se soit ce que le Seigneur voulait dire.
    Merci, frère bien-aimé, pour ton éclairage.
    Arialine

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Arialine, Il n’est pas nécessaire d’avoir appris à marcher par l’esprit pour confesser ses péchés et les abandonner! Quand on marche par l’esprit, on a la victoire sur le péché. Quand on ne sait pas encore marcher par l’esprit, on a la confession des péchés, et le Seigneur nous pardonne! Il est donc important de ne pas mourir dans ses péchés! Tout Chrétien peut sincèrement confesser un péché, dès que le Saint-Esprit le lui montre! Mais un « Chrétien » qui ne veut pas confesser son péché, lorsqu’il en est conscient, ou qui traîne pour le confesser, prend un grand risque. Certes, il peut toujours le confesser même à la dernière seconde, mais inutile de perdre du temps! En tout cas, tout homme, Chrétien ou pas, qui meurt dans ses péchés, ne peut pas être sauvé! (Jean 8: 24).
      Concernant Jean 20: 23, tout Chrétien né de nouveau a le pouvoir de « remettre et de retenir » les péchés. Mais nous ne devons jamais oublier que tout ce que nous faisons ou disons, nous devons toujours le faire « au nom de Jésus » (Colossiens 3: 17). Nous pouvons donc dire à un pécheur repenti: « Au nom de Jésus, tes péchés te sont remis ». C’est ce que le Seigneur aurait dit Lui-même (« Tes péchés te sont remis »), et nous le disons en Son nom. Inversement, nous pouvons aussi « retenir » les péchés de ceux qui ne veulent pas se repentir: « Tes péchés te sont retenus, si tu ne te repens pas ». Si nous ne sommes pas conduits par l’Esprit à prononcer de telles paroles, nous pourrons toujours les prononcer, elles n’auront aucun effet!

  3. jecomprendspas dit :

    Bonjour frère Henri, pourrais-tu m’expliquer le lavage des pieds qu’avait fait Jésus aux apotres dans Jean 13:10?
    Représente t-il la marche par l’esprit pour un chrétien? Et pourquoi les pieds et pas les mains ou la tête comme Pierre le lui avait suggéré dans le verset 9 du même chapitre? Merci pour tes éclaircissements.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Jecomprendspas, Les pieds sont les organes de la marche. L’usage, dans l’antiquité, était de laver les pieds des invités, dès qu’ils entraient chez quelqu’un. A l’époque, beaucoup marchaient à pied, et les routes étaient poussiéreuses. Les pieds étaient souvent la partie du corps qui était la plus sale. C’était donc un signe de considération pour les invités que de leur laver les pieds Sur le plan spirituel, le Seigneur leur montrait aussi qu’Il voulait les « nettoyer » de toutes les « petites » impuretés quotidiennes de la marche chrétienne, et nous aussi, entre Chrétiens, nous devons nous aider mutuellement à nous purifier de celles-ci.

  4. Flo dit :

    Amen Arthur ! Bonne réflexion et partage, merci. Sois béni, Flo.

  5. arthur dit :

    « Bienheureux sont les pauvres en esprit ; car le Royaume des cieux est à eux. »( Matthieu 5:3)

    Ceux qui sont été appelés à être disciples du Seigneur et à marcher par l’Esprit sont d’abord appelés à s’appauvrir dans leur esprit et dans leurs pensées.

    S’appauvrir dans son Esprit et ses pensées passe d’abord par une réalisation du fait que tout ce que on était avant, ce qu’on avait appris avant notre conversation et tout ce qui vient de l’intellect de la sagesse humaine n’a aucune valeur de Dieu , que nous devons nous voir comme pauvres de toutes ressources personnelles (intellectuelles, morales ou civiques … et surtout religieuses)

    Alors lorsqu’on accepte de se vider toute considération personnelle, de toute confiance en nos acquis et toute considération de nos expériences passée (bonnes ou mauvaises) … alors on accepte de devenir pauvres devant le Seigneur Jésus qui est Riche en miséricorde et en grâce, Riche en Vie et Esprit.Il nous fera alors posséder par miséricorde Son Royaume…. l’héritage de saints de Dieu.

    Beaucoup de nous, frères et sœurs, bloquons encore dans la marche par l’esprit peut-être parce que nous avons accepté de rester « riches » de nos systèmes de pensées, de nos expériences passée acquises auparavant.
    Par la grâce du Seigneur, dépouillons nous de ce lourd bagage afin que nous nous habillons de nouvel homme, de l’homme parfait en Jesus-Christ.

    Que le Seigneur Jesus vous benisse.

  6. valentin dit :

    Je crois moi aussi que nouvelle naissance n’est qu’un mot si c’est pas accompagné de l’Amour de la vérité. Un ingrédient pour sceller notre vie entre les mains de Christ, c’est l’amour de la vérité.
    L’amour de la vérité est absent malheureusement des églises de notre époque, c’est regrettable que certains frères, et malheureusement il sont nombreux, fuient toute discussion d’authenticité, préférant des conversations peu engageantes.
    LA vérité n’appartient pas au changement mais elle en crée un.
    Je sais ce qui me reste à faire, que de prier et de veiller, et avoir un bouillant amour pour la vérité unique de Christ, la Bible, et avoir un amour pour les âmes.

  7. Guy dit :

    Cher frère Henri, cela fonctionne ! Grand merci !

  8. Guy dit :

    Voila un texte très fort, très complet, que je vais relire lentement. Merci.
    Cher Henri, si seulement il était possible de partager vos textes dans Facebook !

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Merci, cher frère Guy, Mes textes sont libres d’utilisation. Tout le monde peut les copier et les distribuer à volonté! On peut les partager en cliquant sur le bouton « Share » marqué d’une croix bleue, à la fin du texte d’introduction de chaque article.

  9. garin cécile dit :

    Merci Seigneur pour ces partages et ce témoignage, c’est Sa révélation dans nos vies qui nous conduit à confesser Son nom Glorieux, le monde est dans l’ignorance de ce si grand salut, nous sommes dans Sa paix et la joie de Le connaître comme notre Sauveur personnel. Dieu vous bénisse tous, et joyeuses fêtes de fin d’année. Gardons ce précieux témoignage vivant en nous, afin de le dévoiler au temps voulu par Dieu à ceux que le Seigneur aura appelés à Son admirable lumière.

  10. Kinkani john dit :

    Merci, cher frère Henri pour ce message si simple mais très profond, qui nous montre combien il très capital pour nous d’être en Christ! Gloire soit rendue à Dieu de m’avoir accordé la grâce de connaître le Seigneur Jésus et de L’accepter dans ma vie comme mon Sauveur et Maître. Quelle joie immense d’être enfant de Dieu! Que Dieu vous bénisse Fr. et toute votre famille, sans oublier tous mes frères et soeurs de ce blog! John kinkani à kinshasa.

  11. Patricia dit :

    Cher Stef,
    Je pense que ce qui compte, c’est la source. La question est donc de savoir (par le Saint-Esprit et la Bible) si cela vient de la chair ou de l’esprit.

  12. Fabrice dit :

    Continue Seigneur d’inspirer Ton fidèle Serviteur Henri pour témoigner que Tu es vivant et rempli de Grâces pour ceux qui demeurent dans Ta Parole!
    Frère Eric, c’est une Grâce de Jésus de nous faire part sur ce site de ton témoignage, et ta rencontre avec Jésus, j’y crois fermement, car qui peut sauver une âme de cette manière, si ce n’est le Christ ressuscité Lui-même?
    Aussi Frère Henri, Jésus Lui-même, lorsqu’Il est monté au Ciel, a dit qu’Il enverrait Son Esprit sur toute la Terre, mais je ne m’étais pas imaginé qu’Il pouvait apparaître avant Son retour pour venir chercher Son Eglise (ou alors cela préfigure t-il déjà Son retour)? Peux-tu m’en dire plus à ce sujet, STP, Merci.
    Soyez Béni.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Fabrice, Rien n’empêche le Seigneur Jésus de Se manifester à qui Il veut! Dans les Actes des apôtres, Il S’est déjà manifesté à Paul et à d’autres, après Son ascension, et je connais plusieurs personnes à qui Il S’est manifesté visiblement. Mais bientôt, les yeux de tous Ses enfants prêts à être enlevés Le verront!

  13. Serge G. dit :

    Bonjour Stef!
    Alors pour répondre à ton interrogation, je dirai que de la même bouche il ne peut sortir que soit de la mauvaise ou de la bonne eau. Ce sont soit des paroles empreintes du Saint-Esprit ou des paroles (et des gestes) empreintes de la chair (ou du diable). Dans ce domaine il n’y a pas d’entre deux. C’est soit l’un ou c’est soit l’autre. C’est très simple n’est-ce pas? Étant esclave de Christ et libre de la chair, nous ne pouvons donc nous comporter dans nos dires et nos faires comme nous le faisions auparavant. En fait , tout « humour humain » porte un coup fatal bien souvent à « l’atmosphère spirituelle » que nous dégageons et à celle que nous entretenons les uns avec les autres. Je dis que tout doit donc au préalable être exposé à lumière du Saint-Esprit. Et même le Saint-Esprit agit Lui-même dans ce sens pour nous aider, lorsque nous nous apprêtons à dire quelque chose au teint humoristique, car tout de suite et je dis bien tout de suite, Il nous signifie de nous arrêter….. ou de « poursuivre ». Mais je vais te dire Stef, que la plupart du temps et même toujours, il me dit Stop! Et c’est là que je m’en retrouve beaucoup mieux après. Et c’est là aussi que j’ai cette conviction profonde que j’ai obéi au Seigneur dans ce petit détail de ma vie. Ici je parle pour moi, parce qu’avant la croix je n’avais aucune borne en rapport avec l’humour dit « saint ». C’est la première chose dont le Seigneur m’a libéré! Et il y a une autre chose là-dedans et ce selon l’Épître de Jacques: Plus tes paroles sont folles et plus aussi ton comportement sera fou. Et plus tu seras fou et plus tu seras troublé à l’intérieur. Et moi je ne veux plus de cela et, qui plus est, que la chair elle n’a pas de bornes.
    Mais je dirais quand même que, rempli du Saint-Esprit, le Seigneur nous amène à dire des choses qui décrochent invariablement le sourire et même le rire chez la personne des autres. Mais ce n’est pas quelque chose que l’on aura au préalable prémédité. C’est le Saint-Esprit qui nous y aura conduit pour un but bien précis et sans futilité. Dans ce présent cas, le Saint-Esprit ne sera pas attristé et la personne des autres s’en trouvera bénie et édifié.
    Et voilà c’était un commentaire personnel et c’est ce que je vis moi.
    Serge

  14. Flo dit :

    Bonsoir Stef,
    Je pense que l’humour intelligent, qui ne tire pas vers l’ironie et donc la moquerie, est apprécié par le Seigneur, car c’est un lien intime entre les individus, et nous vivons en intimité avec lui. Alors les petits « clins d’oeils » qu’Il nous fait à l’occasion, sont autant d’encouragements que nous recevons de Lui quand nous apprenons à les déceler dans nos vies, selon moi. Je te bénis, bonne suite, Flo.

  15. kevin dit :

    Cher Stef, du moment qu’on ne se moque pas de quelqu’un dans le but de l’humilier et de lui faire du mal, l’humour permet de se détendre un peu. En plus le rire est bon pour la santé. Parfois ça fait du bien quand on est stressé. C’est juste qu’il ne faut pas dépasser certaines limites.
    Enfin, c’est mon avis perso.

  16. Stef dit :

    J’aimerai avoir l’opinion des frères et sœurs sur l’humour en général. Je ne parle pas de l’humour grivois, bien sûr.
    Merci