B140-Tout faire dans l’esprit, une nécessité vitale!

Article de Henri Viaud-Murat.

Pourquoi Dieu veut-Il nous sauver et nous faire passer par une nouvelle naissance? Pour que nous puissions marcher par l’esprit, comme le Seigneur Jésus l’a toujours fait sur cette terre! Que de dégâts causés par la chair! Le dernier bastion de Satan, c’est la chair religieuse!

L’apôtre Paul écrit aux Colossiens:

« Et quoi que vous fassiez, en parole ou en oeuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père » (Colossiens 3: 17).

Cela ne signifie évidemment pas que nous devions prononcer la formule « au nom de Jésus » chaque fois que nous disons ou faisons quelque chose! Nous serions vite traités de malades mentaux, et avec raison!

Faire quelque chose « au nom de Jésus » signifie « faire quelque chose en tant que représentant de Jésus, de la part de Jésus, et comme Jésus l’aurait fait à notre place ».

Cela n’est pas rien, et nous devons prendre très au sérieux ce commandement!

A ce propos, nous devons nous élever énergiquement contre tout baptême fait en employant la formule « au nom de Jésus », ou toute exigence de « rebaptiser au nom de Jésus » quelqu’un qui aurait déjà été baptisé « au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ».

Cette fausse doctrine fait beaucoup de ravages dans certaines régions du monde, et résulte d’une mauvaise interprétation de la Parole de Dieu. On en vient à ignorer complètement l’ordre donné par le Seigneur Jésus Lui-même, qui nous a demandé de baptiser Ses disciples « au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit »:

« Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit » (Matthieu 28: 19-20).

Si Jésus nous ordonne d’enseigner à Ses disciples d’observer tout ce qu’Il nous a prescrit, nous devons donc commencer par baptiser les nouveaux convertis comme Il nous a ordonné de le faire.

Pour revenir à notre thème, certains pourraient penser qu’il ne nous sera jamais possible de parler et d’agir en permanence comme le Seigneur Jésus. Toutefois, si Dieu nous l’ordonne, c’est qu’Il nous a rendus capables de le faire!

De nous-mêmes, par nos propres forces humaines, nous ne pourrions jamais obéir à un tel ordre, tellement exigeant et absolu! C’est pour cette raison que le Seigneur a voulu faire passer par une nouvelle naissance spirituelle tous ceux qui se convertiraient à Lui.

Si nous avons accepté Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur, nous devenons en Lui de nouvelles créations, créées « selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité » (Ephésiens 4: 24).

Ces « nouvelles créations » que nous sommes en Jésus-Christ ont déjà été entièrement équipées pour marcher par l’esprit, comme Jésus Lui-même! Mais nous devons le croire, pour pouvoir le faire!

Si nous continuons à croire que nous sommes toujours ceux que nous étions avant notre conversion à Christ, il est évident que nous ne pourrons jamais parler et agir comme le Seigneur Jésus! Car, avant notre conversion, nous avions une nature de pécheurs, qui nous rendait incapables d’obéir à la volonté de Dieu.

Tandis que notre nouvelle naissance fait de nous des hommes et de femmes créées « selon Dieu », c’est-à-dire à l’image de Dieu. Nous devenons un tabernacle vivant du Seigneur Lui-même, qui vient demeurer par Son Esprit dans notre esprit régénéré.

Si nous croyons que nous sommes effectivement ce que Dieu dit que nous sommes en Christ, nous verrons se manifester ce que nous sommes en Christ dans toutes nos paroles et toutes nos actions!

C’est pour cette raison que le Seigneur nous ordonne aussi de « mettre à mort » tout ce qui provient de la chair, ou qui peut encore être inspiré par la chair dans notre vie.

Nous pouvons le faire, si nous croyons que nous sommes nous-mêmes, en Christ, morts à toute notre vie passée, morts au péché, morts au monde, morts à Satan, et morts à la chair.

C’est le fait de savoir que nous sommes « morts à la chair » qui nous permet de mettre pratiquement à mort tout ce qui est encore charnel dans nos paroles ou nos actions, dès que le Seigneur nous en rend conscients.

« Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Affectionnez-vous aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire. Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l’impudicité, l’impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie. C’est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion, parmi lesquels vous marchiez autrefois, lorsque vous viviez dans ces péchés. Mais maintenant, renoncez à toutes ces choses, à la colère, à l’animosité, à la méchanceté, à la calomnie, aux paroles déshonnêtes qui pourraient sortir de votre bouche. Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses oeuvres, et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé » (Colossiens 3: 1-10).

« Faire mourir les membres qui sont sur la terre » signifie en fait: « réduire à l’impuissance complète la puissance de péché et de mort qui demeure dans vos membres ».

C’est cette puissance de péché et de mort, quand elle nous contrôle, qui nous pousse à prononcer des paroles ou à commettre des actes charnels: impudicité, impureté, passions, mauvais désirs, cupidité, idolâtrie, colère, animosité, méchanceté, calomnie, paroles déshonnêtes, et autres choses semblables.

Toutes ces choses sont encore les traces du « vieil homme » dans notre vie. Nous devons nous « dépouiller » de toutes ces traces du vieil homme, en « renonçant » par la foi à nous laisser contrôler par tout ce qui vient de la chair, et que nous connaissons fort bien, puisque nous étions ce « vieil homme » avant de devenir un « homme nouveau » en Christ!

C’est l’homme nouveau que nous sommes, dans notre esprit régénéré, qui est parfaitement capable de parler et d’agir « au nom de Jésus »! Que Dieu soit béni pour l’immensité de Sa grâce envers nous! Lorsque nous nous revêtons de cet « homme nouveau », alors nos paroles et nos actes sont faits « au nom du Seigneur Jésus »!

Et nous commençons à nous revêtir de cet « homme nouveau », quand nous sommes pleinement convaincus que nous sommes cet « homme nouveau » en Christ!

Nous avons également besoin en permanence de la lumière du Seigneur, et du Saint-Esprit, pour discerner toutes les ruses de la chair, qui est prête à employer tous les subterfuges les plus subtils pour continuer à exercer son emprise sur nous.

Parmi les ruses les plus subtiles et les plus dangereuses de la chair, nous devons dénoncer les agissements de ce que nous appelons « la chair religieuse ».

Il s’agit toujours de la chair, mais d’une chair qui tente de passer inaperçue, en se déguisant en « ange de lumière », comme son maître, Satan!

C’est ainsi que la chair est prête à s’emparer de toutes les vérités de la Parole de Dieu, à les proclamer, à les enseigner, et même à les mettre en pratique, pourvu que ce soit d’une manière charnelle et non spirituelle!

C’est pour cela que nous pouvons dire que la « chair religieuse » est le dernier bastion de Satan dans la vie du Chrétien! Cette « chair religieuse » est donc d’autant plus dangereuse qu’elle peut passer inaperçue, si nous n’exerçons pas notre discernement spirituel!

Nous pouvons être même séduits au point de nous croire très spirituels, au moment même où cette chair religieuse nous contrôle!

Que signifie « mettre en pratique une vérité de la Parole de Dieu, mais d’une manière charnelle »?

Cela signifie simplement recevoir une vérité biblique, la connaître et l’accepter dans ses moindres détails, être capable de l’expliquer aux autres et de l’enseigner, mais sans que cette vérité ait profondément changé notre propre manière de parler et d’agir. En fait, nous n’avons pas laissé le Saint-Esprit nous introduire Lui-même dans une mise en pratique spirituelle de cette vérité.

Prenons un exemple fréquent, celui du remariage des divorcés.

Le Seigneur nous affirme dans Sa Parole que tout remariage d’un(e) divorcé(e) est un adultère. Je ne vais pas, dans le cadre de cet article, développer à nouveau tous les arguments bibliques qui me permettent d’affirmer et d’enseigner cette vérité. Je l’ai déjà fait par ailleurs sur ce blog, dans l’article intitulé « Le couple selon Dieu ».

Certaines personnes, après avoir étudié cet enseignement, sont pleinement convaincus qu’il s’agit bien là d’une vérité divine. Ils sont persuadés qu’un remariage de divorcé est bien un adultère.

Mais ils ne sont pas encore spirituels. Ils sont charnels. Ils vont donc se saisir de cette vérité (comme d’ailleurs de n’importe quelle vérité biblique) et s’efforcer de la mettre en pratique d’une manière charnelle et non spirituelle.

Ils vont, par exemple, essayer d’imposer cette vérité à d’autres Chrétiens qui n’en sont pas encore convaincus. Ou bien ils vont « pousser » des divorcés remariés à se séparer immédiatement, sans attendre que les intéressés soient parvenus à leur propre conviction personnelle devant le Seigneur, ni que le Saint-Esprit les ait conduits Lui-même dans la mise en pratique de cette vérité dans leur vie.

Nous pourrions prendre un autre exemple en ce qui concerne la guérison divine par la foi.

La Parole de Dieu nous enseigne que Jésus-Christ, sur la croix, S’est chargé de nos maladies et de nos infirmités, et que nous sommes guéris par Ses meurtrissures.

Nous pouvons être pleinement convaincus de cette vérité, mais être contrôlés par la chair dans notre manière de vivre cette vérité, ou de conseiller les autres dans ce domaine délicat.

Si nous « poussons » quelqu’un à se confier entièrement en Dieu pour sa guérison, sans faire appel à la médecine des hommes, alors que la foi de cette personne n’est pas encore bien assurée, nous risquons de lui faire subir une catastrophe!

Notre action doit se limiter à proclamer la vérité de la Parole de Dieu, mais en prenant soin de laisser ceux qui nous écoutent entièrement libres de prendre eux-mêmes leurs décisions, dans une pleine conviction.

Il vaut mieux développer notre propre foi, et prier pour les malades avec succès, plutôt que de pousser des malades mal affermis dans la foi à se confier entièrement en Dieu pour leur guérison! Si nous ne sommes pas capables de les guérir au nom du Seigneur, pourquoi leur demander de faire entièrement confiance à Dieu pour être guéris?

Nous devons veiller aussi à ne pas faire de notre propre foi une pierre d’achoppement pour les autres.

« Cette foi que tu as, garde-la pour toi devant Dieu » (Romains 14: 22).

Cela signifie que tu peux te confier en Dieu pour ta guérison, si tu en as la foi. Mais ne fais pas étalage de ta foi et de tes exploits devant les autres, ce qui risque de les culpabiliser, ou de les pousser à faire de même, mais sans qu’ils aient la foi que tu as! Et tout ce qui n’est pas le fruit d’une conviction personnelle est péché!

Il vaut bien mieux leur enseigner la Parole de Dieu, ce qui va faire grandir leur propre foi en la guérison divine!

Que de dégâts causés par cette « chair religieuse »! Seigneur, délivre-nous des hommes charnels qui veulent nous imposer Ta Vérité! Touche-les, afin qu’ils deviennent spirituels, et qu’ils apprennent de Toi à vivre Ta Vérité dans l’esprit, et à aider véritablement les autres à la vivre dans l’esprit, s’ils ont leur coeur bien disposé à vouloir le faire!

Quand c’est le Seigneur Lui-même qui nous dirige dans la mise en pratique de Sa Vérité, tout doit se faire dans la paix et dans l’amour. Le Seigneur peut alors nous conduire Lui-même dans les étapes pratiques de l’obéissance à Sa volonté.

Tandis que quand c’est la chair qui conduit dans la mise en pratique d’une Vérité divine, cela ne peut produire que des mauvais fruits, du désordre et un mauvais témoignage.

Le Saint-Esprit ne nous a pas été donné pour nous contraindre et nous « pousser » hâtivement à entrer dans la volonté de Dieu, mais pour nous convaincre de péché, de justice et de jugement, et pour nous apprendre à obéir de manière spirituelle et non plus charnelle.

Nous pouvons affirmer avec force des vérités bibliques, mais prenons garde à ne pas les imposer aux autres, ni à laisser la chair s’en emparer, pour qu’elle finisse par détruire et ravager, au lieu de construire et d’édifier dans l’Esprit!

« Le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui recherchent la paix » (Jacques 3: 18).

« Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu » (Matthieu 5: 9).

Bien-aimés, que votre zèle pour la Vérité, et votre désir de défendre la Vérité, ne soient pas pour vous un piège pour tomber dans la chair! Car celle-ci va tenter sournoisement de vous pousser à prendre des mesures charnelles, c’est-à-dire, le plus souvent, des mesures hâtives, légalistes et tranchantes.

Lorsque nous sommes conduits par l’Esprit, il est possible que nous puissions parfois prendre des mesures tranchantes, qui peuvent paraître hâtives et légalistes. Mais, parce qu’elles sont faites dans l’esprit et conduites par le Saint-Esprit, ces mesures produiront finalement du bon fruit.

Tandis que des mesures hâtives, légalistes et tranchantes inspirées par la chair ne produiront que des catastrophes spirituelles! Ces mesures auront l’apparence de vouloir défendre la Vérité, mais elles n’en auront que l’apparence! Car la source de l’inspiration de ces mesures, de ces paroles ou de ces actions, c’est la chair et non l’esprit!

Certains pourraient alors demander: « Mais que dois-je donc faire, dans cette situation? »

Je lui répondrais: « Tu peux proclamer une Vérité de la Parole de Dieu. Tu peux t’efforcer de la vivre d’une manière qui soit agréable au Seigneur. Mais ne te hâte pas trop de conseiller aux autres la manière de mettre cette Vérité en pratique dans leur vie, tant que tu n’auras pas la certitude que ton conseil soit vraiment spirituel! »

On n’a pas le droit de s’improviser « conseiller spirituel », simplement parce que l’on a compris et accepté une Vérité biblique! Nous ne pouvons donner des conseils spirituels que si nous sommes nous-mêmes spirituels!

A ceux qui ont des problèmes, nous pouvons donner avec prudence des conseils pratiques sur la manière d’obéir à la Parole de Dieu. Mais il vaut souvent mieux, lorsque nous ne sommes pas certains de la qualité spirituelle de nos avis, leur conseiller de s’approcher eux-mêmes du Seigneur, afin qu’Il les dirige Lui-même dans la mise en pratique de Sa Parole dans leur vie!

La « chair religieuse » est en général très légaliste. Ceux qui agissent sous l’emprise de la « chair religieuse » sont souvent très désireux d’obéir scrupuleusement au Seigneur et de Lui plaire en toutes choses. Mais ils n’ont pas compris que notre manière d’obéir au Seigneur doit être également spirituelle! Ils s’efforcent de contraindre les autres, au lieu de les exhorter et de les convaincre.

« Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de la charité, qui est le lien de la perfection. Et que la paix de Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos coeurs » (Colossiens 3: 14-15).

L’amour de Christ est le « lien de la perfection ». Cela signifie que l’amour divin est la puissance qui nous relie et nous attache à la perfection de Christ! C’est par l’amour de Christ que la perfection de notre nouvelle nature, qui est aussi la perfection de Christ, va pouvoir se manifester le mieux.

Plus nous devenons spirituels en Christ, et plus l’amour et la paix de Christ nous envahissent, et saturent nos paroles et nos actions!

En conclusion, nous dirons que ce ne sont pas toujours ceux qui connaissent le mieux la doctrine de la marche par l’esprit qui marchent le mieux par l’esprit! Mais ce sont ceux qui sont réellement passés par la mort et la résurrection en Christ qui marchent le mieux par l’esprit. Ce sont ceux dans la vie desquels la croix a laissé l’empreinte la plus profonde.

Seules les souffrances que nous pouvons endurer, lors de notre long et permanent processus de crucifixion pratique, peuvent nous rendre malléables entre les mains de Dieu, et réellement compatissants, patients et remplis de douceur envers nos semblables.

L’apôtre Paul écrit aux Corinthiens:

« Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ. Nous sommes prêts aussi à punir toute désobéissance, lorsque votre obéissance sera complète » (2 Corinthiens 10: 3-6).

Paul ne cherchait pas à imposer les vérités de la Parole de Dieu. Mais il travaillait puissamment à renverser les forteresses des faux raisonnements, afin d’exhorter les autres, et de les convaincre de la vérité, par l’Esprit et la Parole de Dieu. Il savait bien que les armes avec lesquelles nous combattons ne doivent pas être charnelles, et qu’elles le sont hélas trop souvent.

Nous ne pouvons pas prétendre parler et agir « au nom de Jésus », tout en parlant et en agissant dans la chair! Il y a là une contradiction fondamentale!

Faisons donc de l’apprentissage de la marche par l’esprit notre priorité absolue! Prions le Seigneur de faire de nous des hommes et des femmes spirituels! Et soyons pleinement convaincus que le Seigneur Se plaira à exaucer cette prière!

54 Responses to B140-Tout faire dans l’esprit, une nécessité vitale!

  1. Roselyne F. dit :

    Cher frère Henri, je remercie Dieu de t’avoir permis d’écrire cet article. Pour ma part, je sais que j’ai encore du chemin à faire, mais je sais que le Seigneur m’a mise sur les rails, et j’ai véritablement besoin chaque jour de Son discernement. Tu as répondu aux questions que je me posais, que le Seigneur te bénisse grandement et te fortifie, toi et toute ta famille !
    P.S. Quelle est la meilleure version de la Bible à lire ? Pourquoi enlève-t-on certains passages ?
    Que tous les frères et soeurs sur ce blog soient bénis dans le nom du Seigneur Jésus. Roselyne.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Roselyne, Nous en avons déjà parlé sur ce blog, il y a quelques bonnes versions bibliques, comme la Ostervald ou la Martin, plus ancienne, mais aucune n’est parfaite. Mais nous devons surtout compter sur le Saint-Esprit pour nous conduire dans toute la vérité. Le mieux est d’avoir un certain nombre de versions différentes, et de comparer. Tu peux aussi consulter le site Source de Vie, qui présente un programme comparatif d’étude de différentes versions ( http://www.sourcedevie.com/lire-la-bible.htm ).

  2. mariana dit :

    Cher Henri, pouvez-vous m’expliquer que signifie le baptême de l’eau et qui peut baptiser au nom de Dieu ? Dans quelle eau doit-on baptiser? Qu’arrive-t-íl à un croyant qui n’a pas reçu le baptême de l’eau?
    Merci!

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Mariana, Le Seigneur Jésus Lui-même demande à tous Ses disciples d’être baptisés d’eau (Matthieu 28: 19 et Actes 1: 4-5). « Baptiser » signifie en grec « plonger, immerger ». L’Eglise primitive conduisait les nouveaux convertis immédiatement dans ces deux baptêmes d’eau et d’Esprit. Nous baptisons dans l’eau, mais c’est Dieu qui baptise (ou remplit) de Son Esprit ceux qui Le Lui demandent et qui Lui obéissent. Le baptême d’eau représente donc un acte d’obéissance au Seigneur. Il représente aussi notre ensevelissement dans la mort de Jésus (Romains 6: 3; Colossiens 2: 12). Il représente le fait qu’en Christ et avec Lui, nous sommes morts à notre ancienne vie de péché et ressuscités à une vie entièrement nouvelle. C’est aussi l’engagement d’une bonne conscience devant Dieu (1 Pierre 3: 21), parce que notre conscience a d’abord été purifiée de tout péché par le sang de Christ. Tout Chrétien né de nouveau et lui-même baptisé peut baptiser un nouveau converti. On peut baptiser partout où il y a suffisamment d’eau pour plonger le nouveau converti (rivière, lac, mer, piscine ou simple baignoire). Comme le Seigneur Jésus a ordonné à Son Eglise d’être baptisée d’eau et d’Esprit, si quelqu’un se convertit à Jésus sans être baptisé d’eau, il reçoit le pardon de ses péchés et la vie éternelle, mais il ne fera pas partie de l’Eglise du Seigneur tant qu’il ne sera pas baptisé d’eau et d’Esprit. Etre baptisé d’eau est très simple. Et il est aussi très simple d’être baptisé de l’Esprit, puisque Dieu désire nous remplir de Son Esprit bien plus que nous désirons l’être! Si Dieu nous ordonne d’être baptisé d’eau, nous devons le faire dès notre conversion. S’il nous ordonne aussi d’être baptisé de l’Esprit, nous le serons dès que nous l’aurons demandé au Seigneur, dans le désir de Lui obéir, et que nous aurons cru qu’Il nous a exaucés, au moment même où nous le Lui avons demandé.

  3. isaac dsapi dit :

    Cher frère, je bénis le Seigneur pour cet enseignement, parce qu’en tant que serviteurs représentants de Christ, nous devons tout faire en Son nom, mais aussi faire voir le Seigneur au travers de notre vie de tous les jours! Une question cependant: que voudrait dire le Saint-Esprit quand Il dit « qu’au nom de Jésus, tout genou fléchit dans le ciel, sur terre et plus bas que terre »?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Isaac, Le jour n’est pas encore venu où cela se réalisera complètement, mais un jour, tout genou fléchira devant le Seigneur Jésus! Tous les êtres qui vivent dans le ciel, sur la terre ou sous la terre devront, de gré ou de force, reconnaître la souveraineté absolue du Seigneur Jésus!

  4. Aline M dit :

    Pour reprendre le sujet de la tri-unité, je ne prétends pas définir Dieu car je n’en suis pas arrivée là. Dieu ne m’a pas fait de révélation précise, et je pense que si c’est ainsi, je dois avancer avec ce qu’il m’a donné de comprendre pour le moment. Ce qui serait bien c’est de lire une sérieuse étude là-dessus. Mais je préfère laisser la parole à Blaise Pascal qui dit : « Non seulement nous ne connaissons Dieu que par Jésus-Christ, mais nous ne nous connaissons nous-mêmes que par Jésus-Christ. Nous ne connaissons la vie, la mort que par Jésus-Christ ».

  5. Amos dit :

    Salut cher frère Henri,
    J’ai une préoccupation par rapport au baptême d’eau. En fait, je me suis fait baptiser quand j’étais inconverti, avec contrainte et par aspertion en plus. Et, quand je me suis converti, les frères avec qui j’étais m’ont enseigné que ce n’est pas important de le refaire. Mais, 2 ans après, j’ai eu la conviction que je dois le refaire. Mais j’ai rencontré un autre obstacle: on me demande de faire les cours avant le baptème ici. J’avais pris la résolution de ne pas le faire parce que je crois que ce n’est pas biblique: mais toutefois, j’ai le souci de me faire baptiser. Quels conseils me donnes-tu à ce propos? Que penses-tu du fait que n’importe quelle personne convertie peut baptiser?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Amos, Effectivement, tu dois te faire baptiser, car ton premier baptême n’est pas valide. Puisque tu appartiens apparemment à une assemblée locale, qui t’impose des conditions pour te faire baptiser (cours préparatoires, non exigés par la Bible), je te conseille de demander au Seigneur ce que tu dois faire: soit aller te faire baptiser ailleurs, soit accepter de suivre quand même ces cours. Je crois que le Seigneur te donnera Lui-même la conviction de ce que tu devras faire. Mais je crois aussi que si tu vas te faire baptiser ailleurs, tu dois en avertir franchement les responsables de ton église actuelle, en leur expliquant tes raisons. Concernant la personne qui baptise, je ne vois pas dans la Bible que le fait de baptiser soit réservé à certaines personnes. Je crois que tout Chrétien né de nouveau et baptisé peut lui-même baptiser un nouveau converti. Par ailleurs, il me semble également normal que les baptêmes soient effectués par les anciens d’une assemblée, mais sans que cela constitue une obligation.

  6. Steve I. dit :

    Cher Henri,
    Est-ce que le fait d’appeler Jésus « Père éternel » ne ferait pas aussi (je suis d’accord avec ton interprétation) référence au fait qu’il est le premier né de la nouvelle création (Colossiens 1.15) et, par conséquent, le père de tous ceux qui ont part à cette nouvelle création? Ainsi notre premier père terrestre était Adam (le 1er homme). Nous avons tous hérité de lui le péché et la mort (Romains), de même, par la foi en Christ, nous devenons participant d’une nouvelle création, héritant de toutes sortes de bénédictions dans les lieux célestes (Ephésiens), puique nous sommes en Christ. Christ serait donc appelé Père, dans le sens que notre nouvelle nature est issue de Lui (c’est pour cela qu’Il devait ressusciter). Avant, notre arbre généalogique remontait obligatoirement jusqu’à Adam, maintenant, en tant que nouvelle créature, il remonte jusqu’au 1er né de cette nouvelle création, qui est Christ (encore appelé le 2e homme ou dernier Adam). Il ne remonte plus à Adam, puisque Christ à tout fait disparaitre dans Sa tombe.
    Merci de me donner ton avis.
    Que le Seigneur bénisse tous ses enfants!

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Steve I, Cette interprétation est tout-à-fait possible. Concernant la nature de Dieu, et Sa manifestation éternelle en trois Personnes, je crois que nous devons rester dans la simplicité, et accepter ce mystère qui nous est révélé par la Parole de Dieu, mais qui nous sera pleinement et clairement révélé un jour dans les cieux! Pour ma part, je constate que la Bible parle clairement de trois manifestations divines, éternelles et simultanées, comme lors du baptême de Jésus, quand le Père parle du haut du Ciel, et que l’Esprit descend sur Jésus somme une colombe, ou quand l’apôtre Jean dit, dans un verset que beaucoup de versions ont supprimé: « Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, la Parole, et le Saint-Esprit, et ces trois-là sont un. Il y en a aussi trois qui rendent témoignage sur la terre, l’Esprit, l’eau et le sang, et les trois sont d’accord » (1 Jean 5: 7-8).

  7. CHARLES dit :

    Certains Chrétiens parlent de chair sanctifiée.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Charles, Si, en parlant de « chair », on fait référence à la « puissance de péché qui demeure dans nos membres », il est évident que cette chair-là ne peut jamais être sanctifiée! Il faut qu’elle soit mise à mort! Mais si l’on parle de « chair » en tant que « corps physique », celui-ci peut être sanctifié, purifié ou guéri. On doit donc expliquer clairement de quoi l’on parle!

  8. hachell dit :

    Je remercie Dieu pour cet enseignement qui remet les pendules à l’heure et permet une remise en cause salutaire, je prie pour toi parce que à mon avis tu ne dois pas plaire à tout le monde. En tout cas moi ça m’aide beaucoup. Que Dieu te bénisse et, si tu le permets, je te souhaite de bonnes fêtes.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Hachell, Merci pour ton message fraternel! Je ne cherche pas à plaire à tout le monde. Mon désir est de plaire au Seigneur! Quant aux fêtes, pour moi, en Christ, chaque jour est une fête, et je ne fais aucune distinction entre les jours! Mais merci tout de même pour tes bons souhaits! Que la grâce de Dieu soit toujours avec toi!

  9. joelle.k dit :

    Je dis AMEN pour tout ce que j’ai lu encore ! Oh j’aurais tant et tant de choses à dire sur tout ce qui est écrit et qui a fortifié encore mon coeur ce soir! La chair me joue des mauvais tours. Alors je dois faire tous mes efforts pour PUISER en JESUS Sa Foi, Sa Vie, Sa Force, et Sa Sagesse!
    A vous tous, amis du blog et à toi Henri, je vous souhaite une très bonne année entièrement remplie de notre SEIGNEUR dans chaque coeur ! Et soyez bénis !

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Merci, chère Soeur Joelle! Que le Seigneur continue à te bénir, toi, et aussi tous ceux que tu aimes!

  10. Nathalie dit :

    Gloire à Dieu au plus haut des cieux. Seigneur, je Te bénis pour le mari que Tu m’a donné, car son mauvais comportement (ou comportement « tordu ») m’oblige à m’accrocher à Toi et vivre par l’esprit, sans quoi je suis perdue, et mon couple aussi, et ma famille aussi. Merci à Henri Viaud-Murat pour cet enseignement qui explique très clairement ce que je vis sans pouvoir l’exprimer aussi bien. C’est un grand encouragement pour moi. Mille mercis. Je reçois par là, une reconnaissance, une validation de ce que je vis.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Nathalie, Que le Seigneur te fortifie toujours plus par Son Esprit, et que ton mari soit gagné uniquement par ton comportement fidèle!

  11. Diane dit :

    Marcher par la chair = marcher sous la loi, en croyant que c’est par nos propres forces que nous pouvons y arriver, ce qui se révélera un échec, d’où viennent les combats entre la chair et l’esprit qui ont des désirs contraires. Plus nous essayons par nos forces, moins nous en sommes capables. Ce sera une vraie lutte, un dur combat, nous serons vaincus, car c’est par la grâce, par la foi, dans ce que Jésus a accompli pour nous à la croix, que nous sommes rendus capables de marcher par l’esprit et de ne pas accomplir les oeuvres de la chair et de marcher en vainqueurs, par la foi.
    Marcher par l’esprit = marcher par la grâce, pas par nos propres forces. Jésus a dit « sans moi vous ne pouvez rien faire », il est possible de porter du fruit en marchant par l’esprit seulement par le Saint-Esprit en nous, c’est Lui qui vient Se manifester à travers nous, c’est CHRIST qui nous rends libres de l’esclavage du péché par la foi en Lui, qui a tout accompli à la croix pour nous. Quelle grâce! Pas par nos forces, mais par le Saint-Esprit, ALLELUIA! TOUT EST ACCOMPLI!
    J’ai essayé par mes forces, plus je voulais y arriver, moins j’y arrivais, plus je me sentais coupable et incapable. Je ne peux pas produire le fruit de l’esprit par moi-même, je ne peux pas marcher par l’esprit par moi-même, c’est seulement par le Saint-Esprit. Je crois que, plus que je suis remplie du Saint-Esprit, plus que je suis en communion avec mon Sauveur, plus facile sera ma marche par l’esprit.
    « Ni par puissance, ni par force, mais par L’ESPRIT DU SEIGNEUR ».

  12. Sylvie S. dit :

    Certainement j’ai fait beaucoup de choses dans « la chair religieuse » et j’en demande profondément pardon à mon Seigneur Jésus, ainsi qu’à toutes les personnes qui en ont été touchées d’une manière ou d’une autre, ici sur ce blog ou ailleurs, ô pardonnez-moi !
    Tout n’a pourtant pas été vain ! Je sais aussi que Jésus m’en a fait faire plus d’une complètement spirituelles ! Merci Seigneur, sans toi je n’aurai rien pu faire, BENI, BENI SOIT TON SAINT NOM ! Combien cet article m’encourage à ne pas baisser la garde et à marcher toujours mieux par l’Esprit! Cher Henri, merci, merci, cela nous donne vraiment envie de persévérer toujours et encore, remplis d’espérance pour l’oeuvre de Dieu en nous dans la pratique ! L’Amour du Seigneur nous habitera corps, âme et esprit, en permanence sur cette terre déjà, je le crois ! Cher frère, docteur de la Parole, selon la volonté de Dieu, cher Henri, que le Seigneur te donne toutes les bénédictions qu’IL a en réserve pour toi et toute ta famille ! Je vous embrasse affectueusement toi et Elke. Soyez bénis, que tous les Saints soient bénis ! Eph.6:23 Que la paix soit donnée aux frères, ainsi que l’amour avec la foi, de la part de Dieu le Père, et du Seigneur Jésus-Christ! Que la grâce soit avec tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus-Christ d’un amour inaltérable ! Amen.

  13. Carole R dit :

    Bonjour cher Henri,
    L’essentiel vital n’est-il pas de croire, de marcher par la foi et d’être rempli du Saint-Esprit, baptisé de l’Amour de Dieu, qu’importe que cela soit fait  »au nom de Jésus Christ » ou  »au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » ?
    Jésus Christ n’est-il pas Dieu la Parole vivante ? La Parole n’est-t-Elle pas le Père Eternel qui a fait les cieux et la terre ? Jésus Christ n’est-Il pas le Fils, le Père et le Saint-Esprit ?
    « Car un enfant nous est né, un FILS nous est donné, et la domination reposera sur son épaule; on l’appellera admirable, conseiller, Dieu puissant, PÈRE Eternel, Prince de la paix. » (Ésaïe 9: 6.)
    Fraternellement,
    Carole.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Carole R, Si nous commençons à ne pas respecter les paroles du Seigneur Jésus Lui-même, où allons-nous aller? L’amour consiste justement à garder Sa Parole! Comment peut-on dire que Ses paroles ne sont pas si importantes? Par ailleurs, on appelait « Père » dans l’ancien temps ceux qui avaient une position élevée, les rois, les prophètes et les puissants. Cela ne signifie absolument pas que Jésus soit le Père! Jésus N’EST pas le Père ni le Saint-Esprit, mais Il est Dieu, et dans la Bible, Dieu est UN, manifesté éternellement en trois Personnes distinctes, mais pas divisées. Sinon, quand Jésus est sur la terre, et qu’Il prie Son Père dans le Ciel, Il nous tromperait, en nous faisant croire qu’Il prie quelqu’un d’autre que Lui, alors qu’Il Se prierait Lui-même? Non, cela ne tient pas! Il est donc de la plus haute importance de respecter la Parole de Dieu, mais dans l’esprit!

  14. franceschini dit :

    Cher frère en Christ Henri Viaud-Murat, j’ai lu la réponse faite à Mr Janvier, et là il y a quelque chose qui m’échappe et que je ne comprend pas. C’est vrai pour la secte branhamiste, mais comment pouvez vous dire que Jésus n’est pas le Père et le Père n’est pas Jésus de même pour le Saint-Esprit? Mais alors que fait-on des paroles prophètiques d’Esaïe? [On l’appelera Admirable, Conseiller, Dieu Puissant, Père éternel, le Prince de la paix.] Ce sont les attributs de Jésus. Donc quand vous dites:  »Dans le Père » que voulez vous dire? Expliquez-moi de façon plus interieure, plus claire. Car, un coup vous dites que le Père, le Fils et le Saint Esprit sont un seul Dieu (le Père), et un coup ils ne le sont plus. Comme les (faux) Témoins de Jehova l’enseignent. Merci de votre réponse. Pierre Noel.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Pierre Noël, Je ne fais que répéter les paroles du Seigneur Jésus, qui dit dans Jean 17 que le Père est en Lui et qu’Il est dans le Père. La révélation du Dieu de la Bible, c’est un Dieu UN qui est éternellement manifesté en trois Personnes distinctes, mais non divisées. Quant au titre de « Père » employé par Esaïe, il était utilisé dans l’antiquité pour désigner les rois, les prophètes et les grands personnages. Cela ne signifie pas que Jésus soit le Père. Pour les Témoins de Jéhovah, Jésus n’est pas Dieu, et c’est entièrement différent de la doctrine chrétienne!

  15. yosef dit :

    Lorsque nous commençons la marche par l’esprit, les premiers pas semblent être les résultats de notre volonté, mais plus on avance dans cette vie, plus la vie de l’esprit devient naturel, une nature, une nouvelle nature. Bénis sois-tu Seigneur pour ce site et ses enseignements et son enseignant.

  16. Laurent17 dit :

    Je peux témoigner par expérience de la réalité de la chair religieuse et de la véracité de ton article frère Henri. Il y a peu le Seigneur m’a révélé que tout ce que je faisais venait de ma chair alors que je croyais être plus spirituel que mes frères et sœurs. C’est terrible à quel point la chair a réussi à me berner. Mais gloire à Jésus, Il est fidèle et le Saint-Esprit à travers Romains chapître 7 « je le sais en moi n’habite rien de bon » et encore « j’ai la volonté de faire le bien mais je n’en ai pas le pouvoir ». Si Paul n’avait pas le pouvoir de faire le bien à plus fort raison nous autres. Tout ce que je faisais, je le faisais avec mes propres pensés et raisonnements. Maintenant je prie le Seigneur qu’Il me fasse la grâce de me remplir chaque jour de son Esprit et que Lui agisse à ma place dans tout ce que je suis incapable de faire par moi-même puisque la chair ne peut pas faire le bien. Il doit grandir mais moi je dois diminuer. Plus Il grandit et plus je diminue c’est une loi spirituelle infaillible. Que son nom soit béni.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Laurent17, Romains 8 nous montre que Paul n’est pas resté constamment dans Romains 7! Il a compris comment avoir une pleine victoire sur le péché et sur la chair, puisque c’est à lui que le Seigneur a donné la pleine révélation de la croix et de la marche par l’esprit. Nous ne sommes plus dans la chair, mais dans l’esprit, en Christ dans les lieux célestes! Le Seigneur ne demande pas à notre nouvelle nature de « diminuer, » mais de se manifester pleinement. Cette parole que tu cites (« Il doit grandir mais moi je dois diminuer), c’est Jean-Baptiste qui l’a prononcée. mais il était le dernier des prophètes de l’ancienne alliance, et n’avait pas accès à la nouvelle! Ce qui doit diminuer en nous, ce n’est pas notre vieux « moi, » qui a été mis à mort, mais la domination concrète de la chair! Nous avons réellement besoin de croire que Christ a fait de nous de nouvelles créations à Son image!

  17. Janvier NOUBISSIE dit :

    Que Dieu soit béni !
    Je souhaite avoir plus d’éclairage sur le baptême. Venant du système religieux catholique, j’ai donné ma vie à Jésus en entrant dans les eaux du baptême; baptisé au nom du Père, du fils et du Saint Esprit. Dans ma nouvelle communauté, je vois le Pasteur baptisé les frères au nom de Jésus, et il dit que le baptême au nom de Jésus est seul valable, parce que le Père, le Fils et le Saint Esprit sont dans Jésus. C’est ce nom qui nous est révélé.
    Qu’en dites vous, je voudrais juste comprendre.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Janvier, J’ai clairement répondu dans l’article ci-dessus. Ce qui doit régler définitivement cette question, ce sont les paroles mêmes du Seigneur Jésus, qui, dans Matthieu 28: 19, nous demande de baptiser Ses disciples au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Par la suite, dans le Livre des Actes, nous voyons que les premiers disciples baptisaient « au nom du Seigneur Jésus », ou « au nom du Seigneur », ou « au nom de Jésus-Christ » (ce n’est d’ailleurs pas la même « formule » à chaque fois). J’ai expliqué que « faire quelque chose au nom de Jésus », c’est le faire en tant que représentant de Jésus, à Sa place, et comme Il le demande. Cela ne signifie pas que nous devons prononcer à chaque fois la formule « au nom de Jésus », chaque fois que nous disons ou faisons quelque chose (revoir Colossiens 3: 17). Baptiser obligatoirement « au nom de Jésus » est donc une fausse doctrine, qui vient, le plus souvent, de l’enseignement de William Branham, qui affirmait que Jésus était aussi le Père et le Saint-Esprit. Jésus n’est pas le Père, et le Père n’est pas Jésus, bien qu’ils forment un seul Dieu. Mais Jésus est dans le Père, et le Père est dans Jésus (Jean 17: 21), de même que nous sommes en Christ, et que Christ est en nous. Mais cela ne nous transforme pas en Christ! Cela nous rend participants de la nature divine.

  18. Fabrice dit :

    Le Saint Esprit est mon Guide! Gloire à notre Seigneur!
    Comme par « Hasard » je venais tout juste de terminer de lire ton article sur « Le Couple selon Dieu » qui m’a bien remis à ma place!
    C’est impressionnant de voir les Actions du Saint-Esprit au jour le jour une fois que l’on est né de nouveau.
    Nous sommes des Horloges et tes commentaires sont des remises à l’heure permanentes!
    Ne soyons pas en retard, ni trop en avance, mes soyons pile à l’heure quand sonneras Minuit!
    Notre Humilité et notre soif de connaissance dans la parole de Dieu sont notre force et notre salut contre la Perversion de l’Enseignement!
    Que Dieu vous Bénisse

  19. Flo dit :

    Amen Henri !
    Je loue le Seigneur pour cet enseignement, qui tombe vraiment au bon moment, car j’ai vraiment été exhortée, éprouvée, édifiée, par cet article ! Il m’a encore montré des facettes très subtiles des ruses de la chair que je veux combattre par l’Esprit avec ardeur pour la Gloire de Dieu, amen ! Sois béni bien aimé du Seigneur en cette fin d’année 2010, toi et les tiens, recevez toute la grâce du Seigneur pour vous conduire toujours dans toute la vérité par Son Saint-Esprit. Que ton ministère soit béni, amen !
    Affectueusement en Christ, Flo.

  20. Stéphane H. dit :

    Ton Nom soit loué Seigneur! Si Dieu étaient mort, il n’y aurait pas de tel article, mais Dieu et vivant.