B151-Beaucoup de frères, mais combien d’amis?

Article de Henri Viaud-Murat.

Tous ceux qui sont sauvés en Jésus-Christ sont frères et soeurs. Mais, parmi tous ces frères et soeurs, combien sont réellement amis, au sens biblique du terme?

Il existe un mot Hébreu qui peut être traduit en français par « amitié ». Il s’agit du mot « shalom ». C’est un mot extraordinaire, dont la racine se rattache à l’idée de « paix », et qui comporte une multitude de sens, dont les plus fréquents sont: sécurité, tranquillité, bonheur, contentement, plénitude, santé, prospérité, perfection…

Nous savons que les Juifs, quand ils se rencontrent ou se quittent, se saluent en prononçant ce mot: « Shalom! » Ils se souhaitent donc non seulement la paix, mais une multitude de bénédictions!

Après le règne sanglant du Roi David, lui a succédé le règne glorieux et paisible de son fils Salomon (Schlomo), le Roi de paix, dont le règne préfigure celui du Messie pendant le Millénium.

Une authentique relation d’amitié est l’une des plus belles qui puissent exister sur cette terre entre deux êtres humains. C’est une relation d’autant plus belle qu’elle est très rare, car elle est fondée sur un amour désintéressé et profond. Et nous savons que, depuis la chute, ce n’est pas ce type d’amour qui caractérise les relations entre les êtres humains!

En effet, le péché, en envahissant la nature humaine, a entraîné avec lui son triste cortège de haines, de jalousies, d’animosités, d’égoïsmes et de meurtres.

Mais il est resté, au fond de tout coeur humain, une lancinante nostalgie de ce Paradis perdu, et de l’amour extraordinaire qui devait caractériser la relation entre Adam et Eve, avant leur désobéissance.

Ils devaient certainement être, non seulement époux et épouse, mais aussi compagnons, partenaires, confidents intimes, et, avant tout, amis.

C’est ce type de relation qui devrait caractériser les relations au sein de tout couple chrétien! Bien-aimé, ton épouse devrait être ta meilleure amie! Bien-aimée, ton époux devrait être ton meilleur ami!

Quelle douce communion devait exister au début, entre Adam et Eve! Communion que rien ne venait troubler, partage absolu de toutes leurs pensées les plus secrètes, ouverture sincère et totale l’un à l’autre, dans un amour pur, désintéressé, sans jamais aucun jugement, aucune condamnation, aucune impatience, aucune aigreur, aucune amertume!

Combien profonde a dû être leur tristesse, après la chute, quand ils ont commencé à voir monter dans leurs coeurs tous ces nouveaux sentiments et toutes ces nouvelles pensées, que leur nature de péché leur inspirait!

Quelle tristesse aussi, de voir l’un de leurs enfants, Caïn, commencer à jalouser son frère Abel, au point de finir par l’assassiner!

Pendant leur très longue vie, combien de drames, combien de déchirements, combien de deuils, combien de détresses, ont-ils dû éprouver! Que de regrets amers ont-ils dû ressentir!

Dans Son amour parfait, il était évident que le Seigneur, le Dieu Créateur, ne pouvait laisser Ses créatures dans cet état lamentable! De toute éternité, le Seigneur avait conçu Son plan de salut parfait!

Progressivement, de révélation en révélation, le Seigneur Tout-Puissant a fini par pleinement manifester Son amour, en envoyant Son Fils Unique, Jésus-Christ, S’incarner sur cette terre de misère, afin de nous sauver, et de nous restaurer dans le plan d’Amour parfait de Dieu.

Car ce que Dieu voulait, c’était venir habiter Lui-même dans le coeur, c’est-à-dire dans l’esprit, de Ses créatures régénérées, afin qu’elles puissent manifester dans leur vie Sa nature d’Amour, et établir avec Lui, et aussi les unes avec les autres, des relations d’Amour pur, comme le Seigneur l’avait voulu dès le commencement.

L’Eglise de Christ doit donc pouvoir manifester en son sein, entre ses membres, ce que le monde ne pourra jamais manifester, c’est-à-dire la possibilité d’établir des liens d’amitié sincère et vraie, d’une amitié enracinée dans l’Amour divin lui-même.

Voilà encore une raison pour laquelle l’Eglise du Seigneur doit absolument apprendre à vaincre la chair, et à marcher par l’esprit! Car seule la présence des réactions de la chair peut empêcher cette véritable amitié d’exister entre Chrétiens!

Tous les enfants de Dieu, tous ceux qui sont nés d’eau et d’Esprit, sont frères et soeurs en Christ. Nous avons donc, dans le monde entier, un nombre considérable de frères et de soeurs! Mais, parmi tous ces frères et soeurs, combien sont réellement nos amis, au sens le plus noble et le plus profond du terme?

Je me souviens avoir assisté à une pastorale, au cours de laquelle j’ai vu un pasteur prendre la parole devant plusieurs centaines de ses collègues. Il a donné un témoignage très émouvant, et a fini par dire, en pleurant: « J’ai beaucoup de frères, mais très peu d’amis! »

Quel triste et poignant témoignage! Ces pasteurs, qui étaient ses collègues dans le ministère, n’auraient-ils pas dû être tous ses amis? Comment ce témoignage était-il possible?

Bien-aimés, la seule explication à ce triste état de fait, c’est que les relations entre ces frères devaient sans doute être plus ou moins polluées par les oeuvres de la chair, au point de rendre pratiquement impossibles entre eux des relations de pure amitié!

« Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu » (Galates 5: 19-21).

Inimitiés, querelles, jalousies animosités, disputes, divisions, envie, et autres choses semblables, voilà les raisons évidentes pour lesquelles aucune amitié n’est possible, quand de tels sentiments remplissent les coeurs!

« Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance » (Galates 5: 22-23).

Voilà les fondements d’une amitié véritable entre Chrétiens! Si nous sommes remplis de l’Esprit de Dieu, et si nous avons appris à marcher par l’esprit, nous pourrons alors bâtir des amitiés véritables avec tous ceux qui auront également rempli ces conditions!

Ceux qui pratiquent les oeuvres de la chair n’entreront point dans le Royaume de Dieu! Or, le Royaume de Dieu, c’est d’abord l’endroit où Dieu règne!

« Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit » (Romains 14: 17).

Le Royaume de Dieu, c’est là où règne le « Shalom » de Dieu, c’est-à-dire la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit!

La Bible parle merveilleusement de l’amitié, telle que le Seigneur la conçoit.

« Le juste montre à son ami la bonne voie » (Proverbes 12: 26).

« L’ami aime en tout temps, et dans le malheur il se montre un frère » (Prov. 17: 17).

« Il est tel ami plus attaché qu’un frère » (Prov. 18: 24).

« Les blessures d’un ami prouvent sa fidélité, mais les baisers d’un ennemi sont trompeurs » (Prov. 27: 6).

« L’huile et les parfums réjouissent le coeur, et les conseils affectueux d’un ami sont doux » (Prov. 27: 9).

Nous avons tous été déçus par des frères ou des soeurs en Christ, qui nous ont blessés ou trahis. Nous-mêmes, nous avons été, sans doute bien souvent, des sujets de tristesse et de souffrance pour nos frères et soeurs en Christ. Mais nous devons dépasser le stade des lamentations, et aller de l’avant.

Bien-aimés, ne soupirez-vous pas, au fond de votre coeur, après de véritables amis? Des amis en Christ, avec lesquels vous pourrez avoir des relations d’amour divin, des amis qui vous aiment tels que vous êtes, des amis avec qui vous pourrez tout partager sans crainte, des amis qui ne trahissent pas vos secrets, qui savent vous reprendre avec amour, qui vous aident de leurs conseils affectueux, qui se montrent des frères dans le malheur, qui ne vous accablent pas de reproches injustifiés, qui ne vous soupçonnent pas à tort, des amis généreux et désintéressés, des amis au coeur noble et rempli de sagesse, en un mot, des amis dignes de ce beau nom?

Bien-aimés, voudriez-vous, vous aussi, être de tels amis pour les autres?

Si vous avez sincèrement répondu « oui » à ces questions, vous êtes sur la bonne voie! Vous êtes motivés pour faire mourir en vous tout ce qui est encore charnel, tout ce qui peut empêcher une telle amitié de s’épanouir! Vous êtes motivés pour manifester pleinement la nouvelle nature que Dieu a créée en vous, nature qui est semblable à la merveilleuse nature du Seigneur Jésus-Christ!

Le Seigneur Jésus Lui-même a cherché à établir avec Ses propres disciples de telles relations d’amitié spirituelle, amitié fondée sur l’Amour « agapé », le pur et parfait Amour divin, rempli d’affection et de bienveillance!

Vous le savez sans doute, il existe en grec trois mots qui peuvent être traduits en français par « amour ». Tout d’abord, le mot « éros », dont la signification est évidente. Il y a aussi le mot « philos », qui caractérise essentiellement l’amour humain imparfait, celui que nous connaissons bien. Il y a enfin le mot « agapé », qui caractérise l’Amour divin.

Seul Dieu Lui-même peut nous communiquer cet Amour agapé, qui, seul aussi, peut être le fondement d’une amitié véritable entre frères et soeurs en Christ.

Etre rempli de l’Esprit, c’est d’abord être rempli de cet Amour agapé, Amour unique et inimitable!

Il est émouvant à l’extrême de voir que Dieu Lui-même cherche à établir avec Ses créatures des relations d’amitié!

« Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice; et il fut appelé ami de Dieu » (Jacques 2: 23).

« Ami de Dieu »! Quelle expression extraordinaire! Avoir Dieu pour ami! Etre admis dans le conseil secret du Seigneur! Etre Son confident intime! L’avoir pour confident intime! Voilà la relation promise à tous ceux qui Se confient en l’Eternel, et qui ont foi en Lui!

« L’amitié de l’Eternel est pour ceux qui le craignent, et son alliance leur donne instruction » (Psaume 25: 14).

« Car l’Eternel a en horreur les hommes pervers, mais il est un ami pour les hommes droits » (Proverbes 3: 32).

Oh, pouvoir s’approcher du Dieu de l’Univers en sachant qu’Il vous considère comme Son ami! Quelle grâce, quel honneur, et quel bonheur suprêmes!

Voici ce que le Seigneur Jésus a dit à Ses disciples:

« Comme le Père m’a aimé, je vous ai aussi aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j’ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour. Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. C’est ici mon commandement: Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne. Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres » (Jean 15: 9-17).

Nous pouvons voir, dans ce passage, à quel point le Seigneur désire établir avec nous, Ses disciples, des relation de véritable et profonde amitié spirituelle! N’est-il pas touchant de voir ce sentiment dans le coeur de notre Dieu?

Dieu seul est capable de Se montrer un Ami parfait! Pourquoi? Parce qu’Il est Lui-même Amour-agapé, et ce n’est qu’en étant remplis de cet Amour divin pur et désintéressé que nous pouvons, nous aussi, entrer dans des relations d’amitié avec nos frères et soeurs en Christ.

Nous devons donc nous y préparer, même si, pour le moment, nous pouvons ne pas avoir de telles relations d’amitié avec quiconque. Mais nous devons être prêts à les avoir!

Il est également émouvant de voir comment le Seigneur Jésus, dans Sa compassion, sait Se mettre à la portée de ceux qui ne sont pas encore capables de L’aimer d’un Amour aussi pur que le Sien. Nous le voyons dans ce passage bien connu:

« Après qu’ils eurent mangé, Jésus dit à Simon Pierre: Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que ne m’aiment ceux-ci? Il lui répondit: Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit: Pais mes agneaux. Il lui dit une seconde fois: Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu? Pierre lui répondit: Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit: Pais mes brebis. Il lui dit pour la troisième fois: Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu? Pierre fut attristé de ce qu’il lui avait dit pour la troisième fois: M’aimes-tu? Et il lui répondit: Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit: Pais mes brebis » (Jean 21: 15-17).

Il est bien dommage que la traduction française ne rende pas les nuances du texte grec! En effet, dans ses deux premières questions, le Seigneur Jésus demande à Pierre s’il L’aime (de l’Amour agapé). Et Pierre, à chaque fois, répond: « Oui, Seigneur tu sais que je t’aime (de l’amour « philos », amour humain imparfait).

Pierre savait qu’il ne pouvait pas aimer encore le Seigneur de cet Amour divin. Il le reconnaît, en avouant tout de même qu’il aime le Seigneur, mais d’un amour d’une moindre qualité que celui que le Seigneur exige.

Mais, la troisième fois, Jésus descend à la portée de Pierre, et lui demande: « Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu (de l’amour « philos »)? » Même si Pierre est attristé que Jésus lui ait posé cette question par trois fois, il n’a pu manquer de remarquer le changement de mot effectué par le Seigneur, dans Sa compassion. Et Pierre répond: « Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t’aime (philéo) ». Cela suffit au Seigneur, qui nous aime d’un Amour éternel, et qui nous aime aussi tels que nous sommes!

« Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? Qui accusera les élus de Dieu? C’est Dieu qui justifie! Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous! Qui nous séparera de l’amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée? selon qu’il est écrit: C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, Qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 8: 31-39).

C’est cette connaissance de l’Amour de Dieu pour nous qui nous rend plus que vainqueurs!

Nous avons déjà vu que le Seigneur Jésus nous aime comme le Père L’aime. Mais beaucoup de Chrétiens ont encore du mal à réaliser que Dieu le Père Lui-même les aime directement et personnellement, exactement de la même manière qu’Il aime Son Fils Jésus, en qui Il a mis toute Son affection!

Dieu le Père a donc également mis toute Son affection en chacun des disciples de Son Fils!

Dans la prière qu’Il adresse à Son Père, le Seigneur Jésus Lui dit:

« Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père, je veux que là où je suis ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire, la gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’a point connu; mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont connu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que je sois en eux » (Jean 17: 20-26).

Quelle puissance dans cette prière! Jésus demande à Son Père que tous ceux qui croient en Lui soient UN, exactement comme Lui et Son Père sont UN! Pour cela, Jésus nous révèle qu’Il nous a déjà donné la gloire que Son Père Lui a donnée. Et c’est cette gloire qui doit nous permettre de réaliser cette unité parfaite dans l’amour!

Quelle est donc cette gloire que Jésus nous a donnée? C’est la Présence même de Dieu dans la vie de Ses disciples! C’est la Présence du Père, du Fils, et du Saint-Esprit dans l’esprit régénéré du Chrétien!

« Si vous m’aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous. Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus; mais vous, vous me verrez, car je vis, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous. Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui. Jude, non pas l’Iscariot, lui dit: Seigneur, d’où vient que tu te feras connaître à nous, et non au monde? Jésus lui répondit: Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui » (Jean 14: 15-23).

Lorsque le Temple de Jérusalem fut achevé, la gloire de l’Eternel remplit le Temple tout entier, au point que personne ne pouvait rester en présence de cette gloire!

« Lorsque Salomon eut achevé de prier, le feu descendit du ciel et consuma l’holocauste et les sacrifices, et la gloire de l’Eternel remplit la maison. Les sacrificateurs ne pouvaient entrer dans la maison de l’Eternel, car la gloire de l’Eternel remplissait la maison de l’Eternel » (2 Chroniques 7: 1-2).

Réalisez-vous, bien-aimés, que Dieu, dans Sa grâce suprême, a bien voulu venir nous recréer à Son image, afin de venir habiter personnellement dans le Lieu Très Saint de notre esprit régénéré?

Mais cette gloire intérieure ne pourra réellement se manifester dans tous les aspects extérieurs de notre vie que dans la mesure où la chair cessera de nous contrôler!

Quand Jésus est mort sur la croix, le voile du Temple s’est déchiré du haut en bas. Ce voile, c’était l’image de la chair de Jésus meurtrie pour nous, de Son corps offert en sacrifice pour notre rachat! Le chemin du Lieu Très Saint était dorénavant ouvert!

De même, le voile de notre propre chair a déjà été déchiré par la mort de Christ! Comment oser le « recoudre », en laissant la moindre parcelle de chair nous contrôler?

Seule la chair non crucifiée peut en effet empêcher la gloire de Dieu, qui réside déjà dans notre esprit régénéré, de se manifester sous la forme du pur Amour de Dieu, dans tous les aspects de notre vie!

Quand cette gloire se manifeste, alors nous pouvons être pour les autres ces amis véritables que Dieu veut que nous soyons, à l’image de notre Ami Suprême, le Seigneur Jésus!

N’attristons donc plus le coeur du Seigneur, par nos hésitations à vouloir nous consacrer entièrement au Seigneur, afin qu’Il poursuive librement et qu’Il achève Son oeuvre de purification en nous!

Oh, qu’il vienne enfin, ce jour glorieux où tous ceux qui se glorifient de ce beau nom de disciples de Jésus-Christ, pourront être, les uns envers les autres, ces amis sincères dont l’Eglise a tant besoin!

« A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13: 35).

« Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. Si quelqu’un dit: J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas? Et nous avons de lui ce commandement: que celui qui aime Dieu aime aussi son frère. Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu, et quiconque aime celui qui l’a engendré aime aussi celui qui est né de lui. Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements. Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi » (1 Jean 4: 19-21; 5: 1-4).

Dieu a déjà déversé Son Amour parfait dans nos esprits, par Son Esprit! Il nous a donc déjà rendus capables de manifester Son Amour en nous et au travers de nous. Croyons-le, et nous le verrons s’accomplir, pour la gloire de Dieu, et pour notre joie parfaite!

Ce désir d’être entièrement remplis de la Présence de Dieu doit être sincère et profond! Cela doit être une aspiration constante et ardente de notre coeur, un désir brûlant de manifester la nature même du Seigneur Jésus, dans tous les aspects de notre vie.

Un tel désir, une telle motivation, ne peuvent provenir que de l’action du Saint-Esprit en nous. C’est Lui, en effet, qui est Seul capable de nous convaincre non seulement de péché, mais aussi de justice et de jugement. C’est Lui qui nous révèle la puissance du sang de Jésus pour nous purifier de tout péché! C’est aussi Lui qui nous a régénérés dans notre esprit, pour nous donner une nouvelle nature exactement semblable à celle de Jésus, pure, parfaite et sainte, par laquelle nous devenons, en Christ, justice même de Dieu!

Si Dieu nous convainc de péché et de jugement, c’est pour nous détourner de tout ce que Dieu hait, et nous tourner résolument vers Sa Justice! Lorsque nous sommes remplis de Sa Justice, de la conscience qu’Il nous a rendus justes devant Lui, nous pouvons alors avoir avec le Seigneur une parfaite communion spirituelle. Nous pourrons aussi avoir une telle communion spirituelle avec nos frères et soeurs en Christ, et goûter à cette amitié spirituelle qui nous manque tant lorsque nous ne l’avons pas!

97 Responses to B151-Beaucoup de frères, mais combien d’amis?

  1. Roxine dit :

    Je bénis Dieu pour ce message. Le titre de l’article est une réalité. nous avons beaucoup de frères mais combien sont vraiment nos amis? Ce message m’a beaucoup édifiée, et m’amène à me remettre moi-même en question pour aimer mes frères et soeurs d’un amour vrai et sincère, à l’image de l’amour de Christ. Que Dieu, par Sa grâce, m’éclaire encore sur l’amour. Soyez tous bénis!!!

  2. kevin dit :

    Cher Henri, il y a un problème dans votre article « B145-Voici le temps de l’Antichrist! » On peut pas y mettre de commentaire.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher Kevin, J’ai volontairement arrêté les commentaires sur cet article, du moins pour le moment, car ils avaient tendance à commencer à déraper!

  3. Flo dit :

    Oui Malika, C’est dans la confiance et dans la paix absolues que tu trouveras la victoire et que tu sortiras de la vallée, amen ! Je sais que ce n’est pas évident en ce moment pour toi, et je ne dis pas cela juste pour dire un mot d’encouragement mais : Evangile selon Luc 3:5 (Ostervald): « Toute vallée sera comblée, et toute montagne et toute colline sera abaissée, les chemins tortueux seront redressés, et les chemins raboteux seront aplanis ». A méditer en entier (Luc 3), je t’embrasse fraternellement, reste accrochée à ton Rocher, Il est celui qui t’abreuve et te nourrit, sois bénie.
    Flo.

  4. Philippe dit :

    Bonjour cher frère Henri,
    Bien qu’elle ne soit peut-être pas d’une importance capitale, je te soumets une question que je voudrais bien tirer au clair. L’expression « nos frères juifs » (lorsqu’il s’agit de non messianiques) est-elle justifiée, hormis la prise en compte de notre filiation incontestable et notre amour pour le peuple choisi de Dieu, le peuple d’Israël, qu’en aucun cas je ne remets en cause? C’est une expression que j’entends très souvent parmi des frères et soeurs très centrés sur Israël et qui se tiennent souvent à la limite de la judéisation au quotidien. N’est-ce pas abusif et donc déformant de la réalité même si cette attitude est issue de bons sentiments? J’ai même entendu que Jésus ressuscité siégeant auprès du Père était toujours juif du fait qu’Il était juif dans son incarnation. De mon point de vue, c’est une assertion inacceptable car cela revient tout simplement à dire que Dieu est juif,(puisque le Fils est dans le Père et réciproquement), autrement dit qu’Il a une origine raciale et humaine, Lui qui n’a ni commencement ni fin. Il paraîtrait aussi que les Juifs n’ont pas besoin de se convertir à leur Messie, mais qu’ils n’auraient besoin que d’une révélation. Que dire alors de la rencontre de Jésus avec Nicodème? N’est-ce pas limpide? N’est-ce pas jouer sur les mots, car une véritable conversion n’est-elle pas le fruit d’une révélation de Yeshua, pour tout homme, juif ou goï? J’avoue que de tels propos me paraissent relever de l’aberration, de la fantaisie et « les bras m’en tombent », mais ils sont plus répandus que l’on ne le croit. Pourtant, si l’on s’en tient aux écrits de l’apôtre Paul,(Galates, Ephésiens, et j’en passe),juif par excellence comme il le dit lui-même, élevé aux pieds de Gamaliel, bien placé donc et mieux que quiconque, pour en parler, il n’y a aucune ambiguïté sur ces questions. Comment de tels errements sont-ils possibles chez des personnes sincères par ailleurs, mais qui sont virulentes lorsque l’on ose émettre sur la pointe des pieds quelque réserve? Devons-nous nous taire alors que c’est contre productif au regard de ce qui me semble être la vérité?
    Merci de bien vouloir me faire part de ton point de vue sur ce sujet, source parfois de doutes malgré tout, en présence de leur assurance.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Philippe, En Christ, il n’y a plus ni Juifs ni Gentils. On peut parler d’une manière générale de nos « frère humains » ou de nos « frères Juifs », mais jamais de manière spirituelle. Dans l’esprit, nos seuls « frères » sont nos frères en Christ, nés de nouveau en Lui. Paul a dû beaucoup lutter contre les Juifs messianiques de Jérusalem, Jacques en tête, et il en a beaucoup souffert, lui qui avait reçu la révélation de la croix et de la marche par l’esprit. La chair (surtout religieuse) est très subtile pour séduire ceux qui sont mal affermis dans la foi! Mais je crois que les brebis du Seigneur finiront par comprendre! Il est clair qu’on a intérêt à comprendre ces choses dès le début de notre vie chrétienne!

  5. Malika dit :

    Amen ! Merci Christophe, ton message me parle tellement… Je suis dans une traversée du désert et je veux être à l’écoute de la Parole de Dieu… A présent, je LUI laisse toute la place, et je me laisse transformer à SON INTELLIGENCE. Gloire à Dieu et mille merci à Henri et vous tous qui pensaient à moi.
    **J’aperçois enfin une oasis de Paix. Gloire à Dieu.

  6. Pierre dit :

    Merci…Christophe pour ton témoignage qui me touche profondément……sois bénis et gardé précieusement dans la main de notre Sauveur et Seigneur Jésus….

  7. Christophe dit :

    Témoignage personnel : A plusieurs reprises, j’ai vécu des périodes de désert qui m’ont profondément déstabilisé. Me sentant coupable devant Dieu, je ne me trouvais pas digne de LUI, pas digne d’être dans Sa présence! En fait, je n’avais vraiment rien compris à l’Amour de Dieu! Bien évidemment, je ne me trouvais pas digne non plus d’ouvrir la Bible, et petit à petit, je me desséchais intérieurement, ne réalisant pas à ce moment là que j’étais en train d’affaiblir considérablement mon âme en la privant de sa nourriture spirituelle quotidienne. Par la force des choses, je ne pouvais pas entendre la voix de Dieu me parler au travers de Sa Parole puisque je la négligeais. Je ne goûtais plus à ces moments bénis qui pourtant avaient fait toute ma joie quand le Seigneur m’a appelé en 1998. Je dévorais la Bible pendant des heures, je priais, je parlais à Dieu comme un enfant parle à son père, je cherchais Jésus, Sa présence constamment. Mon cœur était rempli d’amour pour mes frères et sœurs avec lesquels j’aimais partager la communion fraternelle dans la présence de Jésus. Je ne réalisais pas à ce moment là qu’en réalité, ce n’était pas moi qui manifestais de l’amour pour mes sœurs, mes frères en Christ, mais c’était Jésus, LUI MEME par son Esprit, qui aimait au travers de moi! C’est Son amour qu’Il déversait dans mon cœur pour eux. Les années ont passé, et après avoir commencé par l’Esprit, j’ai malheureusement continué par la chair! Je n’ai pas eu une pleine révélation à ce moment là de ce que j’étais désormais en Christ, c’est-à-dire « MORT » avec Christ. J’ai commencé à vouloir ressembler à Christ, à aimer comme LUI, à essayer de toutes ma force d’aimer de cet Amour AGAPE de 1 corinthiens 13, mais sans jamais y parvenir. J’ai « essayé » de servir Christ dans mon église, à l’école du dimanche, à la chorale, mais même en le faisant de tout mon cœur, je n’étais jamais satisfait de moi. Je voulais tellement être agréable à Dieu. Je voulais tellement ressembler un peu à Jésus, mais dans tout ce que j’entreprenais, tout me semblait mort! Je ne veux choquer personne par les termes que j’emploie, mais c’est la triste vérité! Et dans ces traversées du désert, Dieu a parlé à mon cœur. Dieu m’a fait comprendre qu’un mort ne pouvait absolument pas LUI être agréable en aucune façon. Un mort reste mort et ne peut pas LE servir. Il voulait simplement que je prenne conscience de ma propre mort en Christ, que j’en arrive à désirer ardemment que Son Fils Jésus, par Son Esprit, vive LUI MEME en moi! Que je saisisse tout cela par la FOI en Sa Parole immuable. Je devais accepter ma mort avec Christ à la Croix sans plus attendre afin que la vie du Fils de Dieu puisse m’engloutir totalement avec LUI pour ne vivre plus que par LUI et pour LUI. Dieu m’ordonnait de me relever sans tarder, vite, très vite, car j’étais en danger de mort spirituelle! Dieu a utilisé notre bien-aimé frère Henri pour m’aider à ce sujet avec notamment ses études sur « La marche par l’Esprit » et « La puissance de La croix » entre autres. Aujourd’hui, je désire la présence de Jésus chaque de tout mon cœur. Je désire LE connaître LUI seul et voir Sa vie se manifester en moi. Je n’attends plus rien de moi, car il n’y rien de bon dans ma chair. Tout à nouveau, je sens cet Amour en moi pour les frères et sœurs grandir, à la seule différence, c’est qu’aujourd’hui, je sais que cela ne vient pas du tout de moi mais c’est l’amour de Jésus pour eux que je ressens. De même que Jésus a dit, lorsqu’Il était sur la terre, qu’Il ne pouvait RIEN faire sans Son Père, qu’Il ne pouvait réaliser AUCUN miracle sans Son Père, que toutes les Paroles de Sa bouche ne VENAIENT PAS de LUI mais de Son Père, de la même manière en est-il pour nous : Sans Jésus en nous, nous ne pouvons RIEN FAIRE ; nous ne pouvons pas agir par nous-mêmes car toutes nos propres œuvres demeurerons à jamais stériles. Oui je ne m’attends plus à rien venant de moi-même, mais je m’attends à Jésus. Je m’attends à ce que Christ manifeste Son Amour, Son amitié au travers de moi pour les autres, pour mes sœurs, pour mes frères, pour mes amis, mes collègues de travail, tout comme je m’attends aussi à ce que Jésus, le Fils de Dieu, manifeste abondamment Son Amour en moi pour mon épouse qui vit à mes côtés, tout comme Il aime Son Epouse, Son Eglise qu’Il prépare pour Son prochain retour.

  8. John kinkani dit :

    Merci pr cet article!
    Que Dieu vous benisse et vous ouvre encore davantage pour notre edification.
    Shalom!

  9. Flo dit :

    Amen Simone !
    Que Dieu te bénisse, Flo.

  10. Simone dit :

    Un véritable ami sait encourager et aimer, comme dans 1 Corinthiens 13, mais il sait aussi reprendre dans l’amour (Proverbes 27:6) et c’est souvent un point qui est mal compris.

  11. Stef dit :

    La question que je me pose est la suivante. Suis-je un ami pour les autres ? C’est la même pour mon épouse: suis-je un mari aimant, comme Jesus a aimé Son Eglise ?
    L’amour n’exige rien, il doit donner sans attendre en retour, à l’image de notre Sauveur, et du don de Sa vie.

  12. Yosef dit :

    Amen

  13. Nadine DHERBEY dit :

    Cher frère Henri,

    Merci Seigneur pour cet enseignement ! Dans cette période où l’apostasie bat son plein, il est très important de rappeler ce qu’est l’amour de Dieu. 1 CORINTHIENS 13 nous le décrit si bien et que dire aussi du livre des CANTIQUES DES CANTIQUES.
    « l’AMOUR est patient, il est plein de bonté, il n’est point envieux, il ne se vante point, il ne s’enfle point d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche point son intérêt, il ne s’irrite point, il ne soupçonne point le mal, il ne se réjouit point de l’injustice, mais il se réjouit de la VERITE, il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. L’AMOUR NE PERIT JAMAIS.

    Maintenant donc 3 choses demeurent : la foi, l’espérance, l’amour ; mais LA PLUS GRANDE DE CES CHOSES c’est l’AMOUR. AMEN

  14. Flo dit :

    Amen Chantal et Sandra !
    Je me joins à vos commentaires, en Esprit et en Vérité. Il m’arrive de ne pas être comprise, car lorsque je vois une âme en détresse dans le Seigneur, je l’invite à aller vers une autre âme que l’Esprit lui montre être en difficulté également. Je sais que lorsqu’on se « sent mal » c’est la dernière des choses que l’on se sent capable de faire, mais je suis convaincue que c’est ce que l’Esprit nous enseigne de meilleur pour l’autre et aussi pour soi-même ! Ce n’est pas le genre de consolation que la plupart ont l’habitude de recevoir ou de donner, et je ne sais pas donner les mêmes choses que la plupart, c’est vrai, mais surtout, celles que Dieu me donne pour mes semblables. Aussi, j’aimerai encourager Simone et tous ceux et celles qui se sentent quelque peu délaissés ou désabusés, à méditer cela, car je comprends cette peine, mais je suis convaincue que notre Père nous bénit d’avantage quand nous cessons d’être déçus et que nous parvenons à nous réjouir même dans nos afflictions. Nos déceptions, même si elles sont fondées, ne vaudront jamais les bénédictions que Dieu nous offre pour remporter la victoire sur tous ces maux. Je ne suis pas très entourée, et mes amis se comptent à peine sur le bout des doigts d’une main, mais je loue Dieu de m’avoir donné une famille en Lui, qui me donne à me mobiliser pour leurs besoins, car en faisant à autrui ce que j’aimerai que l’on me fasse, je vis la plénitude de Christ en mon coeur et je sais que je fais ce qui est juste au plus profond de moi.
    Je rachète le temps aussi de cette façon, car je n’oublie pas que je ne suis qu’une ancienne pécheresse repentie, je n’ai rien mérité, tout n’est que grâce, et la grâce que Dieu m’a faite en Jésus-Christ, me suffit à prendre possession de cette joie et cette paix dans mon coeur, qui dépasse toute intelligence… Seule.. Ou accompagnée… Alléluia ! Je ne l’ai pas toujours pensé ainsi, je l’ai souvent souhaité, mais ma chair me disait que j’étais si triste, si seule, etc. J’arpentais ce chemin alors, mais à présent, j’y suis ancrée vraiment, alors je le proclame pour l’édification commune. C’est une telle bénédiction que de vivre dans l’abnégation de soi, non par dépit, mais pour la Gloire de Dieu seule et juste par Amour pour Lui et pour Son Amour pour Nous, alors vivons toutes choses avec joie et reconnaissance !
    Je vous bénis tous et toutes, je dépose un saint baiser sur vos fronts pour vous souhaiter courage, force et tout ce que Shalom peut vouloir dire, en attendant notre bien aimé Souverain, persévérez et AIMEZ, amen !
    Shalom à tous, Flo.

  15. Serge Setnis dit :

    Très cher Henri,
    Je suis très heureux de te retrouver après la dissolution du site Parole de Vie. Je ne pense pas que ce soit un hasard, j’ai reçu il y a peu de temps un mail des amis de Source de Vie qui m’a renvoyé vers ton blog. J’en suis ému aux larmes. Cela faisait un vide. Pas de nouvelles. Je me souviens d’avoir lu tes messages sur l’Argentine. Il y avait je crois un Français qui avait une hacienda, il devait revenir en France à cause de sa fille. Ces messages m’avaient profondément ému. Il y avait aussi je crois cette missionnaire qui c’était fait voler toutes ses affaires et pour qui tu avais fait appel à notre générosité. As-tu des nouvelles de ces personnes? Je suis allé voir Claude une fois et son épouse, mais tu devais être en déplacement, et n’ai pu te voir. Mais aujourd’hui tu es là pour nour réveiller. Les temps sont plus proches que jamais, à tel point que cela influe sur notre vie de tous les jours. Comment nous comporter envers nos proches qui ne croient pas? Comment expliquer cela à mon fils? Pour qu’il ne reste pas seul, pour qu’il ne soit pas perdu. Nous ne devrions pas perdre une seule seconde pour prier pour que le Seigneur déverse encore Ses torrents d’amour et de compassion pour que le maximum puisse être sauvé. Il faut que je te quitte pour arrêter de pleurer, mais je reviendrai pour lire tous tes nouveaux articles.
    Béni soit le Seigneur Jésus.
    Serge

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Serge, Merci pour ton amour fraternel. Nous n’avons pas de nouvelles fréquentes de tous les bien-aimés que nous avions connus au Paraguay, mais, aux dernières nouvelles, ils allaient bien. Nous sommes réellement dans les derniers temps. je crois que nous devons demander constamment au Seigneur de nous remplir toujours plus de Son Esprit, et de nous ouvrir toujours plus l’intelligence spirituelle. Et nous devons aussi croire qu’Il le fait aussitôt, avec une grande joie! Ce n’est qu’en étant remplis de Son Esprit que nous pourrons être guidés dans tout ce que nous avons à faire et à témoigner, notamment auprès des membres de nos familles. Restons dans la foi pour eux, le Seigneur peut faire de grands miracles en très peu de temps!

  16. Eric kabila dit :

    Merci pour ce message qui vient nous interpeler et nous aider à rester vigilants dans notre vie de Chrétien; que le Très-Haut se souvienne de toi dans ton travail d’évangélisation.

  17. maryline dit :

    Chers frères et soeurs,
    Je me joins à sandra, et me réjouis avec vous tous d’une telle communion d’Esprit au travers du blog d’Henri ! J’en remercie le Seigneur de tout mon coeur à chaque lecture de nouveaux messages et de tous vos commentaires !
    J’aimerais faire un appel à tous et à mon frère Henri : Si quelqu’un parmi vous peut m’envoyer des témoignages d’anciens captifs de dépression, victimes des influences de l’occultisme… qui ont connu la délivrance en notre Seigneur JESUS !!! Merci d’y penser !! Que notre merveilleux Seigneur vous encourage et vous fortifie dans Son AMOUR , nos chers AMIS en JESUS !!
    Vos frère et soeur et AMIS !!!!
    Christophe et Maryline.

  18. christine s.g. dit :

    Chère Chantal,
    Le lien que j’ai mis pour « le comportement de l’épouse chrétienne » est sur « source de vie »,
    j’ai fait référence à « la trompette » au sujet du « cours Alpha » pour ceux et celles qui ne connaissent pas.
    Amitié, en espérant faire la connaissance de certains qui pourront se rendre à Lux quand notre frère Henri nous préviendra de sa visite.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Christine, Nous devrions être à Lux (La Porte Ouverte) pour le week-end de la Pentecôte, les 11 et 12 juin. Je parle au conditionnel, car si le Seigneur revenait avant, nous aurions un autre rendez-vous!