B152-La grandeur de notre vocation céleste.

Article de Henri Viaud-Murat.

Le Seigneur nous a sauvés, mais Il nous a aussi adressé une « sainte vocation ». Quelle est cette vocation, et en quoi nous est-il capital de répondre à cette vocation?

Paul écrit ceci à Timothée:

« N’aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier. Mais souffre avec moi pour l’Evangile, par la puissance de Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos oeuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant les temps éternels, et qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus-Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l’immortalité par l’Evangile » (2 Timothée 1: 8-10).

Nous remarquons, dans ce passage, que Dieu ne S’est pas contenté de nous donner Son salut, aussi grandiose qu’il soit. Mais Il nous a aussi adressé une sainte vocation, selon Son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ.

Jésus, le Fils de Dieu, a détruit la mort et mis en évidence la vie et l’immortalité par l’Evangile.

Depuis la chute, Dieu avait un grand dessein pour l’humanité déchue: non seulement la sauver, mais aussi lui adresser une sainte vocation.

Le mot « vocation » désigne un appel, une invitation. A quoi donc le Seigneur nous invite-t-Il?

Nous devons bien comprendre que le salut n’est pas l’objectif final du Seigneur en ce qui nous concerne. Il s’agit d’une étape indispensable, afin de nous rendre capables de répondre pleinement à l’appel que le Seigneur nous adresse ensuite. Quel est donc cet appel solennel?

Là encore, c’est l’apôtre Paul qui nous le révèle:

« Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d’être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi, afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts. Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus-Christ. Frères, je ne pense pas l’avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons cette même pensée; et si vous êtes en quelque point d’un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus. Seulement, au point où nous sommes parvenus, marchons d’un même pas. Soyez tous mes imitateurs, frères, et portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous. Car il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix de Christ, je vous en ai souvent parlé, et j’en parle maintenant encore en pleurant. Leur fin sera la perdition; ils ont pour dieu leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, ils ne pensent qu’aux choses de la terre. Mais notre cité à nous est dans les cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, qui transformera le corps de notre humiliation, en le rendant semblable au corps de sa gloire, par le pouvoir qu’il a de s’assujettir toutes choses » (Philippiens 3: 8-21).

Nous voyons exposé ici le grand dessein de Dieu. Voici ce à quoi Dieu nous appelle et nous invite: parvenir à la connaissance de Jésus-Christ, gagner Christ, afin d’être trouvé en Lui, et de manifester pleinement Sa perfection dans tous les aspects de notre vie!

Cette connaissance de Christ nous est d’autant plus accessible que le Seigneur, dans Sa grâce, est venu demeurer Lui-même dans l’esprit régénéré de Ses nouvelles créations, et que nous sommes nous-mêmes « assis en Christ dans les lieux célestes »!

« … le mystère caché de tout temps et dans tous les âges, mais révélé maintenant à ses saints, à qui Dieu a voulu faire connaître quelle est la glorieuse richesse de ce mystère parmi les païens, savoir: Christ en vous, l’espérance de la gloire. C’est lui que nous annonçons, exhortant tout homme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu tout homme, devenu parfait en Christ. C’est à quoi je travaille, en combattant avec sa force, qui agit puissamment en moi » (Colossiens 1: 26-29).

« Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ c’est par grâce que vous êtes sauvés); il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ » (Ephésiens 2: 4-7).

Le « prix de notre vocation céleste », c’est notre perfection en Jésus-Christ! C’est grâce à cette perfection que notre communion avec le Seigneur sera parfaite! Et c’est pour cela que nous devons constamment garder le regard fixé sur le Seigneur Jésus.

« C’est pourquoi, frères saints, qui avez part à la vocation céleste, considérez l’apôtre et le souverain sacrificateur de la foi que nous professons, Jésus, qui a été fidèle à celui qui l’a établi, comme le fut Moïse dans toute sa maison. Car il a été jugé digne d’une gloire d’autant supérieure à celle de Moïse que celui qui a construit une maison a plus d’honneur que la maison même. Chaque maison est construite par quelqu’un, mais celui qui a construit toutes choses, c’est Dieu. Pour Moïse, il a été fidèle dans toute la maison de Dieu, comme serviteur, pour rendre témoignage de ce qui devait être annoncé; mais Christ l’est comme Fils sur sa maison; et sa maison, c’est nous, pourvu que nous retenions jusqu’à la fin la ferme confiance et l’espérance dont nous nous glorifions » (Hébreux 3: 1-6).

Christ est non seulement notre Sauveur et notre Maître, mais aussi notre divin modèle. Par notre nouvelle naissance, nous avons été re-créés à Son image. Plus nous Le connaissons, et plus nous connaissons aussi la nouvelle nature que nous avons reçue en Lui!

Christ a été fidèle comme Fils sur la Maison de Dieu! Nous aussi, en tant que fils et filles de Dieu, nous sommes appelés à Lui être fidèles, et à retenir jusqu’à la fin la ferme confiance et l’espérance dont nous nous glorifions.

L’espérance biblique est une attente joyeuse et confiante de la manifestation de tout ce que Dieu nous a déjà acquis en Christ!

Nous sommes appelés à être des « amis de la croix de Christ »! Nous sommes appelés à rejoindre notre Cité Céleste, dans un nouveau corps semblable à celui de Sa gloire, afin de régner avec le Seigneur pour l’éternité!

Oui, par la grâce de Dieu, Son Eglise, qui est aussi l’Epouse de Jésus-Christ, est appelée, en Christ et avec Lui, à régner, en Lui et avec Lui, d’abord sur la terre du Millénium, puis dans le Royaume éternel de notre Dieu!

« Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l’agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d’or remplies de parfums, qui sont les prières des saints. Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant: Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation; tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre » (Apoc. 5: 8-10).

« Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, et qui maintenant êtes le peuple de Dieu, vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, et qui maintenant avez obtenu miséricorde » (1 Pierre 2: 9-10).

C’est pour cela que Dieu nous a sauvés de l’emprise du péché et de la mort! C’est pour cela que Jésus-Christ, dans Son Amour infini, a donné Sa vie sur la croix pour nous! C’est pour cela qu’Il a versé Son sang précieux! C’est pour cela qu’Il nous a sauvés! C’est pour cela qu’Il a fait de nous de nouvelles créations à Son image, saintes, pures et irrépréhensibles!

Dieu a engagé tous ceux qui sont nés de nouveau en Christ dans un puissant processus de transformation pratique, afin que « l’homme nouveau » qu’ils sont en Christ se manifeste pleinement, et que ces fils et filles de Dieu soient effectivement jugés dignes de régner avec Christ!

Nous avons besoin de cette vision céleste et divine, dès le premier jour de notre nouvelle naissance! Nous avons besoin de connaître ce cap divin que Dieu nous a fixé dans Sa Parole! Nous avons besoin de savoir où Dieu veut nous mener! C’est cela qui donne un sens à toute notre vie de Chrétiens!

Tous les autres objectifs de notre vie terrestre doivent être inscrits et inclus dans ce grand objectif suprême qui nous est fixé par notre vocation céleste. Aucun autre objectif ne doit prendre la place primordiale de notre vocation divine! Ce serait de l’idolâtrie.

Nous sommes engagés dans une formation pratique qui doit nous permettre de régner un jour avec Christ!

Pensez-vous honnêtement qu’il y ait beaucoup de Chrétiens nés de nouveau, dans la plupart de nos assemblées chrétiennes, qui soient aujourd’hui concrètement capables de régner sur cette terre, en manifestant la vigueur de David, la sagesse de Salomon et le zèle de Josias? Ou, tout simplement qui soient capables de régner dans la vie, à l’image de l’apôtre Paul?

C’est pour cela que notre apprentissage au règne effectif avec Christ doit passer par notre apprentissage de la marche par l’esprit. En effet, avant d’être installés sur nos trônes, dans la gloire de Dieu, et de pouvoir régner sur la terre, nous devons d’abord montrer au Seigneur que nous pouvons déjà régner dans notre propre vie.

« Si par l’offense d’un seul la mort a régné par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par Jésus-Christ lui seul » (Romains 5: 17).

Bien-aimés, marcher par l’esprit nous apprend d’abord à régner sur le péché et sur toutes les oeuvres de Satan, au nom de Jésus-Christ. Et cela nous est à présent possible, car nous avons reçu l’abondance de la grâce de Dieu, et le don de Sa Justice!

Frères et Soeurs en Christ, élevons nos regards! Embrassons de nos yeux spirituels la majesté et la grandeur de la vocation qui nous est adressée par notre Père! Ayons la certitude qu’Il nous a déjà rendus capables de répondre à cet appel, et d’exercer toutes les hautes responsabilités qu’Il nous invite à exercer pour Sa gloire!

Engageons-nous avec assurance et détermination sur cette voie glorieuse! Prenons aussi comme modèle de foi et de persévérance notre père Abraham, auquel Dieu adressa aussi une sainte vocation!

« C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait. C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu’Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse. Car il attendait la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l’architecte et le constructeur » (Hébreux 11: 8-10).

Abraham savait qu’il devait recevoir un lieu en héritage. Il ne savait pas exactement où il allait, mais il savait que Dieu le savait! Dieu lui avait promis la pleine possession d’une terre où coulait le lait et le miel! Et Abraham avançait, le coeur confiant en ce Dieu qui lui avait adressé cet appel.

Notre héritage n’est pas seulement un lieu, mais c’est une Personne, c’est Christ Lui-même, et c’est la Vie de Christ en nous!

Quand nous nous engageons sur le chemin de la marche par l’esprit, nous ne connaissons pas en détail toutes les étapes de notre périple. Mais nous devons être assurés que Dieu les connaît, et que le Seigneur saura nous guider, et nous faire atteindre ce pays de Canaan qui, pour nous, représente la marche par l’esprit, dans une pleine victoire sur le péché, sur la chair et sur toutes ses oeuvres!

Une fois que nous avons compris quelle était notre vocation céleste, nous pouvons, et nous devons, nous attacher à affermir cette vocation. Cela signifie que nous devons nous emparer de toutes les bénédictions que Dieu nous offre dans Sa grâce, et qui doivent nous permettre d’atteindre notre but, dans la pleine certitude que nous l’atteindrons, par la grâce de notre Dieu.

« Simon Pierre, serviteur et apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi du même prix que la nôtre, par la justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ: que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur! Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise, à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science, à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel la charité. Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ. Mais celui en qui ces choses ne sont point est aveugle, il ne voit pas de loin, et il a mis en oubli la purification de ses anciens péchés. C’est pourquoi, frères, appliquez-vous d’autant plus à affermir votre vocation et votre élection; car, en faisant cela, vous ne broncherez jamais. C’est ainsi, en effet, que l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ vous sera pleinement accordée » (2 Pierre 1: 1-11).

Ce passage capital nous explique de quelle manière nous pouvons affermir notre vocation céleste, afin de ne plus jamais broncher! Voici ce que nous devons savoir, et ne jamais oublier:

  • Nous avons reçu en partage une foi du même prix que la foi des premiers apôtres, par la justice qui nous a été accordée en Christ!
  • La grâce et la paix de Dieu peuvent nous être multipliées, par la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur! S’il nous est maintenant possible de connaître pleinement Dieu et notre Sauveur Jésus, c’est uniquement parce qu’ils ont bien voulu Se révéler à nous.
  • Grâce à cette connaissance de Christ, qui nous a appelés par Sa propre gloire et par Sa vertu, nous savons que Sa divine puissance nous a déjà donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété!
  • C’est la gloire et la vertu de Christ qui nous assurent de Sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses!
  • C’est par ces promesses divines que nous devenons participants de la nature divine, et que nous pouvons fuir la corruption qui existe dans le monde par la convoitise de la chair! Car, par Sa mort et Sa résurrection, Christ nous a délivrés de l’emprise de la chair, du péché, de la mort et de Satan!

Ayant compris tout cela, et à cause de tout cela, le Seigneur nous invite à faire tous nos efforts pour produire le bon fruit de l’Esprit, dans tous ses divers aspects: foi, vertu, science, tempérance, patience, piété, amour fraternel, et charité, ou amour agapé divin.

Quand Dieu nous appelle à « faire tous nos efforts », il ne s’agit pas, bien entendu, de nos efforts charnels, qui consisteraient à essayer de produire le fruit de l’Esprit par nos efforts personnels.

Il s’agit de faire tous nos efforts pour rester spirituellement concentrés sur Christ, sur Son oeuvre, et sur toutes les implications de Sa mort et de Sa résurrection, qui sont aussi les nôtres!

Il s’agit de refuser de nous laisser distraire par tout ce qui pourrait nous empêcher de connaître Christ tel qu’Il est!

Si nous nous préoccupons constamment et uniquement de toutes ces choses, elles ne nous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ!

C’est ainsi que nous développerons l’acuité de notre vue spirituelle! C’est ainsi que nous pourrons « voir loin »! C’est ainsi que nous saurons ce que signifie « ne pas oublier la purification de nos anciens péchés »!

Si nous nous appliquons ainsi à affermir notre vocation céleste en Jésus-Christ, nous pouvons alors bénéficier de ces deux promesses merveilleuses:

  • Nous ne broncherons jamais!
  • L’entrée dans le Royaume éternel de notre Sauveur et Seigneur Jésus-Christ nous sera pleinement accordée!

Cette pleine assurance, chaque enfant de Dieu peut l’avoir! Chaque enfant de Dieu doit l’avoir!

Nous répondrons ainsi à la vocation qui nous a été adressée, et notre Père en sera pleinement glorifié!

« Cependant je suis toujours avec toi, tu m’as saisi la main droite; tu me conduiras par ton conseil, puis tu me recevras dans la gloire. Quel autre ai-je au ciel que toi! Et sur la terre je ne prends plaisir qu’en toi. Ma chair et mon coeur peuvent se consumer: Dieu sera toujours le rocher de mon coeur et mon partage » (Psaume 73: 23-26).

28 Responses to B152-La grandeur de notre vocation céleste.

  1. RAPHAEL dit :

    Alléluia, amen, merci, frère Henri!

  2. sabu dit :

    Je suis béni à cause de ce message, car Christ est venu pour nous sauver et faire de nous les enfants de Dieu. Je dis merci à Dieu de nous avoir aussi appelés à une vocation sainte, et puisse Dieu vous bénir.