B158-Sur la terre, comme au Ciel!

Article de Henri Viaud-Murat.

Avez-vous bien compris ce que le Seigneur Jésus a voulu dire?

Quand Ses disciples ont demandé à Jésus de leur apprendre à prier, Il leur a indiqué quels étaient les sujets de prière qui plaisaient au Père, et qui étaient donc conformes à Sa volonté.

Parmi ces sujets, le Seigneur leur dit:

« Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » (Matthieu 6: 9-10).

Pour que le Nom de notre Père Céleste soit sanctifié, et pour que Son règne vienne, il faut que Sa volonté soit faite sur la terre, comme elle est faite au Ciel!

Beaucoup de Chrétiens font simplement cette prière, en croyant qu’elle est très spirituelle: « Père, que Ta volonté soit faite! »

Cette prière peut effectivement être très spirituelle, mais à condition que nous sachions de quelle manière le Seigneur Jésus nous a demandé de la faire!

Il nous a demandé de prier le Père, pour que Sa volonté soit faite sur la terre comme au Ciel!

Dieu ne Se désintéresse pas de ce qui se passe sur cette terre! Il veut que Sa volonté soit faite sur notre terre, exactement comme elle est faite au Ciel!

Si vous lisez la fin du Livre de l’Apocalypse, vous y voyez une description de la Jérusalem Céleste, du nouveau Ciel et de la nouvelle terre, et vous constatez que tout ce Royaume de Dieu baigne dans la perfection et le bonheur! Pourquoi? Parce que rien n’y est contraire à la volonté de Dieu!

Voyez-vous des brigands et des voleurs accomplir leurs méfaits dans le Royaume de Dieu? Voyez-vous des pécheurs se livrer à des abominations dans les rues pavées d’or de la Jérusalem Céleste? Y voyez-vous des prostituées? Voyez-vous des malades et des infirmes se traîner dans les lieux publics?

Non, n’est-ce pas! Parce que tout est absolument conforme à la volonté de Dieu, de même que tout était conforme à la volonté de Dieu dans le Jardin d’Eden, avant la chute!

Pour prier avec foi, c’est-à-dire pour faire la seule prière qui soit agréable au Seigneur, et la seule prière qui soit exaucée, nous devons donc connaître la volonté de Dieu.

Quand nous savons que nous prions selon la volonté de Dieu, nous savons que le Seigneur nous entend. Et nous pouvons donc être certains que nous possédons déjà ce que nous avons demandé, et que nous le verrons se manifester!

« Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée » (1 Jean 5: 14-15).

« Je vous le dis en vérité, si quelqu’un dit à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute point en son coeur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir. C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir » (Marc 11: 23-24).

Il y a des domaines où la plupart des Chrétiens connaissent parfaitement la volonté de Dieu. Si un pécheur désireux de se repentir venait leur demander si Dieu était prêt à lui pardonner ses péchés, ils lui répondraient aussitôt par l’affirmative: « Mais oui, bien sûr! Dieu veut pardonner tes péchés! C’est pour cela que Christ est mort sur la croix! »

En revanche, si un malade désireux d’être guéri venait leur demander si Dieu était prêt à le guérir, beaucoup de Chrétiens n’auraient plus la même assurance! Ils diraient au malade, par exemple: « Dieu est souverain! S’Il veut te guérir, Il te guérira, mais s’Il ne veut pas te guérir, tu resteras malade! »

Une telle réponse paraît très pieuse, et semble dénoter une totale soumission à la volonté de Dieu. Mais, en fait, elle ne fait que prouver une profonde incrédulité! Car Dieu est tout aussi désireux de guérir un malade que de sauver un pécheur!

En effet, le Seigneur Jésus est mort sur la croix en Se chargeant de nos péchés, mais aussi de nos maladies. Dans Son ministère terrestre, Il a toujours guéri, sans aucune exception, tous ceux qui sont venus à Lui pour être guéris. Et Il est toujours le même, Il n’a pas changé!

Lorsque nous connaissons la volonté de Dieu, clairement exprimée dans la Parole de Dieu, nous n’avons plus le droit de prier en disant à Dieu: « Si c’est Ta volonté, Seigneur, exauce-moi! »

Lorsque Dieu nous a révélé clairement Sa volonté, pourquoi douter, et Lui demander de nous exaucer, si c’est Sa volonté?

Comment réagiriez-vous, si, après avoir dit à l’un de vos amis que vous étiez décidé à lui remettre toutes ses dettes envers vous, vous l’entendiez vous dire: « J’aimerais bien que tu me remettes mes dettes, mais je ne sais pas si c’est ta volonté de le faire »?

Ne vous hâteriez-vous pas de lui rappeler votre promesse, convaincu qu’il l’avait sans doute oubliée?

Que diriez-vous, s’il continuait à vous dire: « Non, je n’avais pas oublié ta promesse, mais je n’étais pas certain que tu la tiendrais »?

Ne vous sentiriez-vous pas offensé?

Que croyez-vous que peut ressentir le Seigneur dans Son coeur, quand Il se rend compte que Ses enfants s’approchent de Lui, et Lui disent: « Seigneur, si c’est Ta volonté, guéris-moi! »

Un jour, un malade a dit cela au Seigneur Jésus. Il s’agissait d’un lépreux. Celui-ci savait que Jésus pouvait le guérir, mais il ne savait pas s’Il le voulait!

« Lorsque Jésus fut descendu de la montagne, une grande foule le suivit. Et voici, un lépreux s’étant approché se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur » (Matthieu 8: 1-2).

A l’époque, la lèpre était une maladie horrible, incurable et contagieuse. Aucun lépreux n’était autorisé à s’approcher des autres, et personne ne devait le toucher. La vie d’un lépreux était une vie de solitude et de rejet permanents. Mais quelle a été l’attitude du Seigneur Jésus, et quelle a été Sa réponse?

« Jésus étendit la main, le toucha, et dit: Je le veux, sois pur. Aussitôt il fut purifié de sa lèpre » (Matthieu 8: 3).

Sans aucune crainte, rempli d’amour et de compassion, le Seigneur Jésus toucha ce lépreux. Celui-ci dut sans doute être fort surpris de voir quelqu’un le toucher avec compassion. Mais il n’était pas au bout de ses surprises! Car il entendit ensuite le Seigneur lui dire: « Je le veux, sois pur! »

Et aussitôt, il fut guéri de sa lèpre! Aussitôt!

Dans tout le Nouveau Testament, avez-vous jamais lu un verset où le Seigneur Jésus a dit à un seul malade: « Non, je ne veux pas te guérir! »?

Si un tel verset, un seul, avait existé, nous pourrions dire, à chaque fois que nous serions amenés à prier pour un malade: « Seigneur, si c’est Ta volonté, guéris-le! »

Non seulement un tel verset n’existe pas, mais il est écrit:

« Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies » (Matthieu 8: 16-17).

« Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs (mot-à-mot: maladies) qu’il s’est chargé; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris » (Esaïe 53: 3-5).

Bien plus tard, l’apôtre Pierre a écrit:

« Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris » (1 Pierre 2: 24).

Devant une telle claire manifestation de la volonté de Dieu pour nous, concernant la maladie, comment se fait-il que nous puissions encore douter de cette volonté?

Bien-aimés, s’il y a si peu de malades guéris aujourd’hui dans l’Eglise de Jésus-Christ, c’est uniquement parce que la plupart des Chrétiens qui prient pour des malades n’ont pas une pleine assurance de la volonté de Dieu concernant la guérison des malades!

L’Eglise primitive, après l’ascension du Seigneur Jésus, avait cette pleine assurance! Elle a continué à exercer le même ministère que celui de Son Seigneur, parce qu’elle avait foi en Sa Parole, et qu’elle connaissait Sa volonté!

« Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les mains des apôtres. Ils se tenaient tous ensemble au portique de Salomon, et aucun des autres n’osait se joindre à eux; mais le peuple les louait hautement. Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s’augmentait de plus en plus; en sorte qu’on apportait les malades dans les rues et qu’on les plaçait sur des lits et des couchettes, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre au moins couvrît quelqu’un d’eux. La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem, amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs; et tous étaient guéris » (Actes 5: 12-16).

Certains prétendent aujourd’hui que ces grands miracles ont été accomplis uniquement pour aider l’Eglise à « démarrer » et à être reconnue, mais qu’aujourd’hui, l’Eglise étant établie, le temps des miracles est fini!

Pourtant, près de quarante ans après ces grands miracles accomplis à Jérusalem, il en était toujours de même, comme nous pouvons le lire dans le dernier chapitre des Actes des Apôtres:

« Il y avait, dans les environs, des terres appartenant au principal personnage de l’île, nommé Publius, qui nous reçut et nous logea pendant trois jours de la manière la plus amicale. Le père de Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie; Paul, s’étant rendu vers lui, pria, lui imposa les mains, et le guérit. Là-dessus, vinrent les autres malades de l’île, et ils furent guéris » (Actes 28: 7-9).

Y a-t-il des malades dans le Ciel? Non! Y en a-t-il sur la terre actuellement? Oui! Dieu veut-Il que Sa volonté se réalise sur la terre comme au Ciel? Oui! Donc, Dieu veut toujours guérir les malades!

Nous pourrions multiplier les exemple. Mais il nous suffit de bien garder dans notre coeur et dans notre mémoire cette vérité toute simple: chaque fois que nous savons, avec certitude, qu’une réalité terrestre n’est pas conforme à ce qui se passe dans le Ciel, nous savons que c’est la volonté de Dieu d’intervenir, afin de transformer cette réalité terrestre, afin qu’elle soit conforme à ce qui existe dans le Ciel.

Les Chrétiens, aujourd’hui même, n’ont pas le droit de craindre quoi que ce soit: craindre de manquer d’argent, craindre pour la nourriture, craindre pour le vêtement, craindre pour la pollution, craindre pour leur vieillesse, craindre d’être incapable, craindre de devenir dépendant, etc…

Cherchons d’abord le Royaume de Dieu et Sa justice et toutes choses nous seront données en plus!

Avant d’aller à la croix, dans ses derniers discours à Ses disciples, le Seigneur leur a dit:

« Que votre coeur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi » (Jean 14: 1).

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s’alarme point » (Jean 14: 27).

« Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde » (Jean 16: 33).

Et juste avant de remonter au Ciel, Il leur dit encore:

« Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28: 20)

Que pourrions-nous craindre, bien-aimés! Jésus est avec nous tous les jours! Bien plus, Il vit en nous! Il a tout accompli pour nous! Il nous aime d’un amour éternel! Il veut pourvoir à tous nos besoins selon sa richesse! Il veut nous pardonner tous nos péchés! Il veut nous guérir de toutes nos maladies!

« Mon âme, bénis l’Eternel, et n’oublie aucun de ses bienfaits! C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, qui guérit toutes tes maladies; c’est lui qui délivre ta vie de la fosse, qui te couronne de bonté et de miséricorde; c’est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, qui te fait rajeunir comme l’aigle » (Psaume 103: 2-5).

Si Dieu nous a fait passer par une nouvelle naissance en Christ, s’Il nous a recréés en Son Fils Bien-Aimé, c’est pour nous faire réussir, pas pour nous faire échouer lamentablement! Nous sommes destinés, en Christ, à réussir pleinement notre vie spirituelle, et notre vie tout court sur cette terre!

Relisez les évangiles, et voyez Jésus marcher et vivre sur cette terre! Vous avez en Lui l’exemple parfait de ce qu’Il veut que nous soyons aussi!

Le Seigneur n’avait pas de lieu où Il puisse reposer Sa tête, Il n’avait pas un portefeuille bien garni, mais Il n’a jamais manqué de rien! Il n’a jamais été pris au dépourvu! C’est un poisson du Lac de Galilée qui Lui a fourni de quoi payer une taxe! Quand le vin a manqué à la noce, Il a changé en bon vin une quantité d’eau qui représentait environ six cents litres!

Bien-aimés, c’est ce Jésus-là qui vit en nous aujourd’hui, et qui est toujours le même, hier, aujourd’hui et éternellement!

Ne nous laissons pas gagner par l’incrédulité ambiante! Refusons d’écouter les incrédules! Refusons de nous laisser déprimer par les circonstances! Remplissons-nous de la connaissance de notre Sauveur et de Sa Parole!

Quand nous connaissons Sa volonté, osons prier avec hardiesse, au Nom du Seigneur Jésus, dont le sang précieux nous a ouvert le chemin du Lieu Très Saint! Nous sommes devenus nous-mêmes, dans notre esprit régénéré, le lieu très saint de la Présence divine!

Oui, l’Epouse du Seigneur, qui va bientôt être enlevée, sera resplendissante de la gloire de Dieu!

57 Responses to B158-Sur la terre, comme au Ciel!

  1. Kévinus07 dit :

    Merci pour ton éclaircissement Henri, je suis d’accord avec ce que tu écris, et il est vrai qu’on ne doit pas douter de la protection de Dieu, même si on est témoins parfois de frères en Christ qui meurent par accident. Dieu est fidèle à Sa Parole et il a dit que Ses anges nous protègent. Et tout comme la guérison divine ou les miracles, on sera protégés « selon notre foi ».
    A bientôt et soyez bénis !