B166-Ame et esprit.

Article de Henri Viaud-Murat.

Dans la pensée de nombreux Chrétiens, ces deux notions « d’âme » et « d’esprit » ne sont pas toujours très claires. Par cet article, nous espérons continuer à les clarifier, dans le but de faciliter la compréhension de la marche par l’esprit.

Définitions des mots « esprit » et « âme » dans la Bible.

Il faut reconnaître que, dans la Bible même, les mots hébreux et grecs traduits par « âme » et « esprit » revêtent des significations très variées selon le contexte. L’examen de ce contexte est donc essentiel.

En hébreu, le mot traduit le plus souvent en français par « esprit » est « ruah ». Mais il existe bien d’autres traductions de ce mot, dont les plus fréquentes, selon le contexte, sont les suivantes:

Souffle, vent, esprit de tout être vivant qui a souffle de vie, Esprit de Dieu, ange de Dieu, esprit mauvais, être spirituel désincarné, siège de l’intellect, de la volonté, des émotions, du caractère moral, courage, tempérament, disposition du caractère, désir, impatience, colère, impulsion incontrôlable.

En grec, le mot traduit par « esprit » est « pneuma ». Voici les autres traductions les plus fréquentes de ce mot en français, selon le contexte:

Esprit de Dieu, Esprit de Christ, Saint-Esprit, esprit humain, ange de Dieu, esprit mauvais, démon, principe vital qui anime le corps humain, puissance vitale qui permet à un être humain de penser, de raisonner, de ressentir, de décider, âme, âme humaine qui a quitté son corps.

Le mot « âme » est la traduction la plus fréquente en français du mot hébreu « nephesh ». Mais il y a beaucoup d’autres traductions possibles de ce mot, dont les plus fréquentes sont les suivantes, selon le contexte:

Créature, personne vivante, individu, homme, être humain, être vivant qui respire, « soi », « soi-même », être intérieur de l’homme, vie, intellect, sentiment, coeur, volonté, désir, appétit, corps.

Le mot grec traduit le plus souvent par « âme » est « psuchê ». Mais il y a bien d’autres traductions possibles de ce mot, selon le contexte:

Souffle de vie, force vitale qui anime la vie de tout être qui respire, être vivant, vie, intellect, coeur, siège des désirs, des affections et des sentiments, être moral immortel.

La première remarque que l’on peut faire, c’est qu’il n’est donc pas toujours facile, dans la Bible, de définir clairement l’âme et l’esprit.

Toutefois, en hébreu comme en grec, on peut dire, de manière assez générale, que le mot traduit par « esprit » désigne soit un être entièrement spirituel, par exemple Dieu, ou encore un ange ou un démon, soit l’esprit de l’être humain, « l’homme spirituel intérieur », le « souffle de vie » qui anime tout être humain vivant.

Tandis que le mot traduit par « âme » désigne le plus souvent soit un être humain complet, une personne vivante, (composée d’un esprit « incarné » dans un corps physique), soit l’être psychique proprement dit.

Les définitions que nous venons de donner de l’esprit et de l’âme ne sont que des simplifications extrêmes de la réalité, dans le but d’en faciliter la compréhension. Car, parfois, dans la Bible, le mot « âme » désigne aussi un « esprit » humain désincarné, comme on le voit par exemple dans le passage suivant:

« Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu » (Apoc. 6: 9).

Le mot grec traduit ici par « âme » est bien le mot « psuchê ». Mais le contexte indique clairement qu’il s’agit en fait des esprits désincarnés de ceux qui ont été martyrisés sur la terre. Ils ne sont pas encore ressuscités, puisqu’ils attendent que soit complet le nombre de ceux qui devaient être mis à mort comme eux.

L’emploi ici du mot « âme » au lieu du mot « esprit » s’explique de la manière suivante: Dans la mesure où une « âme » désigne un être humain conscient de lui-même et du monde qui l’entoure, lorsque cet être vivant meurt, quitte son corps physique, et se retrouve dans son esprit désincarné, il reste conscient de lui-même et du monde qui l’entoure, sauf que ce monde qui l’entoure n’est plus le monde matériel terrestre, mais le monde spirituel céleste.

Après la mort physique, on peut donc dire que l’âme et l’esprit ne font plus qu’un. La « personne vivante », ou « l’âme vivante », qui était composée, avant sa mort, d’un esprit incarné dans un corps physique, se trouve immédiatement transférée au niveau de l’esprit, après la mort physique du corps.

D’ailleurs, on trouve dans la Bible, pour désigner la mort physique, aussi bien les expressions « rendre l’âme » que « rendre l’esprit »:

« Et comme elle allait rendre l’âme, car elle était mourante, elle lui donna le nom de Ben-Oni; mais le père l’appela Benjamin. Rachel mourut, et elle fut enterrée sur le chemin d’Ephrata, qui est Bethléhem » (Genèse 35: 18-19).

« Jésus poussa de nouveau un grand cri, et rendit l’esprit » (Matthieu 27: 50).

Il est donc clair que l’âme et l’esprit de l’être humain ne peuvent être séparés après la mort.

Dans les cas de résurrection, les mots « âme » et « esprit » sont aussi employés indifféremment:

« Et ils se moquaient de lui, sachant qu’elle était morte. Mais il la saisit par la main, et dit d’une voix forte: Enfant, lève-toi. Et son esprit revint en elle, et à l’instant elle se leva » (Luc 8: 53-55).

« Or, un jeune homme nommé Eutychus, qui était assis sur la fenêtre, s’endormit profondément pendant le long discours de Paul; entraîné par le sommeil, il tomba du troisième étage en bas, et il fut relevé mort. Mais Paul, étant descendu, se pencha sur lui et le prit dans ses bras, en disant: Ne vous troublez pas, car son âme est en lui » (Actes 20: 9-10).

« Ame » et « esprit » peuvent donc souvent être des termes interchangeables, lorsqu’ils concernent un être humain désincarné.

Qu’est-ce que cet « être psychique », et en quoi est-il différent de l’esprit?

Prenons le cas d’un être humain ordinaire. Il est conscient de lui-même, conscient qu’il a un corps physique, et conscient qu’il possède aussi un « être intérieur » capable de penser, de réfléchir, d’éprouver des sentiments et des émotions, capable d’imaginer, de créer, et capable de prendre des décisions. Tout cela caractérise tout être humain normal. C’est cet « être intérieur » conscient qui est « l’être psychique ». On emploie aussi le mot « âme » pour définir cet être psychique.

Tout être humain sait qu’il peut aussi parfois recevoir des « intuitions », des « prémonitions », des « révélations », mais sans trop savoir d’où proviennent ces « flashes », qui ne résultent pas d’une activité intellectuelle rationnelle. Il ne se doute pas, en général, que ces intuitions et révélations proviennent de son esprit, ou du monde spirituel.

En effet, tout au moins dans notre société occidentale, la plupart des hommes n’ont plus la conscience qu’ils possèdent un esprit, ni qu’il existe, dans l’invisible, un vaste monde spirituel. Nous verrons pourquoi plus loin.

La situation d’Adam avant la chute.

La situation d’Adam, avant la chute, était entièrement différente de notre situation actuelle. Tentons de nous représenter ce qu’ont dû être les premières minutes d’Adam, après sa création.

Lorsqu’il s’est « éveillé » à la vie, Adam était une création parfaite. La mort n’existait nulle part sur la terre. Adam était parfaitement conscient qu’il possédait un corps parfait et en pleine santé, puisque le péché et toutes ses conséquences n’étaient pas encore entrés dans le monde.

Adam était également conscient qu’il possédait un « être intérieur » capable de réfléchir, d’éprouver des sentiments et de décider librement. Il était donc conscient de posséder un « être psychique » semblable au nôtre, mais parfait.

Etant sans péché, les pensées, les décisions, les sentiments, et les désirs d’Adam étaient purs et parfaits. Adam en était conscient dans son âme, dans son être psychique conscient. Mais, contrairement à la majorité des hommes actuels, Adam était aussi en relation directe avec le monde spirituel, et ce monde spirituel était celui de Dieu.

Adam pouvait donc, outre les facultés « naturelles et normales » de son être psychique, utiliser aussi toutes les facultés « surnaturelles » de son esprit.

Si nous jugeons aujourd’hui les facultés de l’esprit comme « surnaturelles », elles étaient en revanche parfaitement naturelles pour Adam.

Ainsi, Adam, par son corps, était en relation directe avec le monde matériel parfait qui l’entourait, et, par son esprit, il était aussi en relation directe avec le monde spirituel qui l’entourait.

Le monde matériel et le monde spirituel appartiennent à deux dimensions complètement différentes et séparées. Mais Adam, par sa double nature, composée d’un esprit incarné dans un corps, était à la jonction de ces deux dimensions, auxquelles il avait accès en même temps.

Nous le comprenons quand nous étudions, dans la Genèse, le récit de la création d’Adam:

« L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant » (Genèse 2: 7).

Le « souffle de vie » est l’esprit. Lorsque Dieu insuffla l’esprit de l’homme dans son corps physique formé de la poussière de la terre, c’est alors que l’homme devint un être vivant. Le mot hébreu traduit par « être vivant » est le mot « nephesh », traduit le plus souvent par « âme ». C’est la seconde mention de l’âme dans la Bible. La première mention se trouve dans Genèse 1: 30, à propos de tous les animaux ayant un « souffle de vie » (mot-à-mot, « une âme vivante »).

Ici, le mot « âme » n’est pas pris dans son sens courant d’être psychique. Mais il désigne un « être vivant complet » qui a un souffle de vie, qu’il soit animal ou humain.

D’ailleurs, même en français, le mot « âme » peut aussi désigner un être humain vivant, comme par exemple dans les expressions suivantes: « Il n’y a pas ici âme qui vive », ou encore: « Un village de cent âmes ».

Adam est devenu une âme vivante au moment précis où son esprit s’est trouvé uni à son corps physique.

Il n’est pas écrit qu’Adam a « possédé une âme », mais c’est l’homme tout entier, c’est-à-dire un esprit incarné dans un corps physique, qui est devenu une âme vivante, une personne vivante douée à la fois de la conscience de soi et de la conscience des mondes extérieurs qui l’entouraient, que ce soit le monde physique, ou le monde spirituel.

La nécessité pour Adam de posséder un corps physique.

On peut se demander pourquoi Adam n’a pas été créé pur esprit, comme les anges, et pourquoi Dieu a voulu lui former un corps.

Dieu savait toutes choses d’avance. Il savait que l’homme allait chuter, et Il avait déjà prévu Son plan de salut en Jésus-Christ. Et c’est exactement pour cela qu’il fallait qu’Adam soit créé avec un corps physique formé de la poussière de la terre.

Le corps physique d’Adam ne se limitait donc pas à la simple fonction d’être un instrument de l’esprit. Mais il revêtait aussi une importance capitale en ce qui concerne le salut futur du genre humain. Si Adam avait été un pur esprit, comme Lucifer et les anges l’étaient, il n’aurait pas pu être racheté après avoir chuté. Mais c’est parce que Dieu lui avait donné un corps physique de chair et de sang qu’il a pu être racheté.

En effet, si Adam avait été créé pur esprit, le Seigneur Jésus n’aurait pu le racheter que par la mort de Son Esprit, ce qui était impossible, car Il est Dieu. Dieu ne peut pas mourir spirituellement. Le Seigneur Jésus a donc dû S’incarner dans un corps de chair semblable au nôtre, mais sans péché, afin de prendre nos péchés dans Son corps et de verser Son sang physique sur la croix pour le rachat de notre « âme », ce mot étant pris dans son sens initial « d’esprit incarné dans un corps physique ».

« Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice » (1 Pierre 2: 24).

« Nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes » (Hébreux 10: 10).

Il fallait donc que le corps de Jésus soit absolument pur, dès Sa conception, afin qu’Il puisse porter nos péchés dans Son corps. Si le corps de Jésus avait hérité du péché originel, il n’aurait pas été qualifié pour nous racheter!

Or la Bible affirme que la « vie » est dans le sang. Elle dit même que l’âme (dans le sens de « la vie ») est dans le sang, et que « l’âme de tout homme, c’est son sang » (Lévitique 17: 11).

Nous savons en effet que la vie du corps est dans le sang. C’est le sang qui transmet la vie et l’oxygène dans toutes les cellules de notre corps.

C’est aussi pour cela que, sur la terre, Dieu a donné le sang pour faire expiation pour nos « âmes », pour nos personnes. Ce fut d’abord le sang des animaux, puis, finalement, le précieux et pur sang du Seigneur Jésus.

Il fallait donc que Jésus S’incarne dans la chair pour verser Son sang et faire l’expiation pour nos vies. C’est la vie de Jésus (Son « âme ») qui a racheté nos vies (nos « âmes »). La Bible dit: « Vie pour vie », et non « Esprit pour esprit »!

« Tu donneras vie pour vie, oeil pour oeil, dent pour dent » (Exode 21: 23-24).

En versant Son sang pour nous racheter, le Seigneur Jésus a fait l’expiation pour nos « âmes », le mot « âme » désignant ici notre personne tout entière.

C’est aussi pour cela que Satan et ses démons haïssent l’idée que Jésus soit venu en chair. Ils sont incapables de confesser « Jésus venu en chair », car ils savent que c’est dans Sa chair que Jésus a porté nos péchés et toutes leurs conséquences, et que c’est par Son sang qu’Il nous a rachetés.

« Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. Reconnaissez à ceci l’Esprit de Dieu: tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu; et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n’est pas de Dieu, c’est celui de l’antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde » (1 Jean 4: 1-3).

Nous possédons là un test infaillible pour reconnaître les mauvais esprits! Si jamais un « ange de lumière » nous apparaissait un jour, n’hésitons pas à lui demander de confesser « Jésus venu en chair »!

Quelles étaient les capacités « surnaturelles » de l’esprit d’Adam?

Les capacités de l’esprit d’Adam sont exactement les mêmes que celles de notre esprit régénéré! Quelles sont ces capacités?

Il s’agit de l’intuition, de la connaissance immédiate, (sans l’intervention de l’intellect), de la communion de l’esprit entre rachetés, de la capacité de recevoir des révélations divines directes, de la capacité de manifester la sagesse divine, de la capacité de discerner les esprits, de la capacité d’exercer tous les dons de l’Esprit, de la capacité à être en communion avec l’Esprit de Dieu (et, pour Adam, avant la chute, d’être en communion avec l’esprit d’Eve).

Il s’agit aussi de la capacité d’adorer Dieu en esprit et en vérité, de la capacité à exercer une foi pure, sans crainte ni doute, et de la capacité d’aimer de l’Amour de Dieu.

L’esprit d’Adam, comme notre esprit régénéré, était participant de la Vie divine, de la Vie éternelle. Cette Vie divine produisait naturellement dans la vie d’Adam ce que nous appelons aujourd’hui le « fruit de l’Esprit », et lui permettait aussi d’exercer ce que nous appelons aujourd’hui les « dons de l’Esprit ».

Il y a pourtant une bénédiction qui n’était pas la part d’Adam, en tout cas la Bible ne le mentionne nulle part: même si Adam était participant de la Vie divine, le Saint-Esprit ne résidait pas en permanence dans l’esprit d’Adam, alors qu’Il réside toujours dans l’esprit de tous ceux qui font partie de la véritable Eglise de Jésus-Christ.

Adam et Eve devaient « être féconds, se multiplier, remplir la terre et l’assujettir ». Ils devaient « dominer sur toute la création » (Genèse 1: 28). Ils ne pouvaient le faire que parce que le Seigneur leur avait donné un « esprit à Sa ressemblance et à Son image » (Genèse 1: 26). Et cet esprit humain n’était que « légèrement inférieur » à l’Esprit de Dieu!

« Qu’est-ce que l’homme, pour que tu te souviennes de lui? Et le fils de l’homme, pour que tu prennes garde à lui? Tu l’as fait de peu inférieur à Dieu, et tu l’as couronné de gloire et de magnificence. Tu lui as donné la domination sur les oeuvres de tes mains, Tu as tout mis sous ses pieds » (Psaume 8: 4-6).

Bien-aimés, il est bon de savoir que, par notre nouvelle naissance, notre esprit régénéré a aussi été recréé à la ressemblance et à l’image de Dieu!

C’est l’Esprit de Dieu qui transmettait à Adam la Vie éternelle dans son esprit, et cette Vie éternelle vivifiait aussi toutes les cellules et tous les organes du corps d’Adam.

Adam devait donc vivre consciemment bien plus souvent au niveau de son esprit qu’au niveau de son corps. Il devait aussi considérer son corps, et ses facultés psychiques, mentales et intellectuelles, comme de simples instruments au service de son esprit. Il doit en être de même pour nous!

C’était donc clairement l’esprit d’Adam qui dirigeait tout son être, jusqu’au moment de la chute.

L’esprit et le corps d’Adam ne devaient pas mourir, tant qu’Adam restait dépendant de Dieu et obéissait à Sa Parole. Mais l’esprit et le corps d’Adam pouvaient mourir, s’il choisissait de désobéir et de s’écarter de Son Créateur.

Que s’est-il passé à la chute?

La double nature d’Adam et d’Eve, physique et spirituelle, représentait pour eux un risque de chute. Pour qu’ils restent fidèles à Dieu, ils devaient rester en permanence au niveau de leur esprit, dans la Vie de l’esprit. Ils ne devaient jamais laisser la vie naturelle de leur corps et de leur être psychique prendre le dessus sur la Vie de leur esprit. Ils ne devaient jamais oublier non plus la Parole de leur Dieu, et devaient décider en permanence de Lui obéir, en esprit et en vérité.

Or, dans le jardin d’Eden, le serpent ne s’est pas adressé à l’esprit d’Eve pour la séduire, mais il s’est adressé à son être naturel, à son être psychique et à son corps. Il a été aidé en cela par le fait qu’Eve n’avait pas gardé en mémoire la Parole de Dieu dans toute sa pureté, parce qu’Adam n’avait pas veillé à la lui rappeler en permanence.

Le serpent, profitant de l’ignorance d’Eve, s’est donc adressé à ses sens physiques, et à son intellect.

« La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea » (Genèse 3: 6).

Eve a été séduite, mais Adam a désobéi volontairement, ce qui était bien plus grave. Toutefois, lui aussi, en désobéissant, a quitté le domaine de l’esprit, pour prendre sa décision au niveau de ses sens physiques et de son intellect. Il a vu son épouse se perdre, et il a dû réfléchir un instant, pour se demander s’il voulait la perdre aussi, en restant fidèle à Dieu, ou s’il choisissait de se perdre avec elle, par amour pour elle. Et il a pris la mauvaise décision. Il aurait dû rester dans l’esprit, et s’appuyer uniquement sur la Parole de Dieu, mais il a laissé son corps le dominer, et il a chuté par idolâtrie, préférant l’amour de son épouse à l’amour de Dieu.

Pourtant, il n’y avait encore aucune puissance de péché dans la chair d’Adam. Il n’a pas été tenté par une puissance de péché qui demeurait en lui. Mais il s’est sans doute laissé emporter par son amour pour sa femme. Il ne pouvait être préservé de la chute et rester uni à Dieu que s’il décidait d’obéir à la Parole de Dieu de tout son coeur et de toute son âme, quel qu’en soit le coût pour lui.

Il ne fallait pas qu’il laisse son être psychique dominer sur son esprit, et prendre une décision aussi importante à la place de son esprit.

Le diable a d’ailleurs employé la même tactique pour tenter le Seigneur Jésus. Il s’est adressé aux besoins du corps du Seigneur, et à Son âme, à Ses facultés intellectuelles de raisonnement. Mais le Seigneur est resté dans l’Esprit, et a répondu au malin par la Parole de Dieu. C’est ce qu’Adam aurait dû faire, et qu’il n’a pas fait.

Au moment où il a désobéi, Adam est mort spirituellement. Il a été immédiatement coupé de Dieu et de la Source de la Vie éternelle. Adam est devenu dépendant de Satan, le prince de la Mort. Le monde spirituel dans lequel vivait Adam, qui était le monde spirituel de Dieu, est brutalement devenu le monde spirituel de Satan. Quelle chute de la Lumière dans les ténèbres!

« C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché » (Romains 5: 12).

Le péché est entré d’abord dans l’esprit d’Adam, et, par le péché, la mort. Il s’agit de la mort spirituelle. Cette mort spirituelle n’est pas la cessation ou l’absence de toute existence. Mais c’est une existence vécue sous l’emprise d’une puissance de péché et de mort, qui est l’esprit même de Satan.

Par la suite, cette mort spirituelle s’est étendue à tous les descendants d’Adam et d’Eve.

« C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché » (Romains 5: 12).

Dieu interdit à l’humanité déchue de pénétrer dans le domaine de l’esprit.

Le but du malin, ce n’est pas simplement de maintenir les hommes dans cet état de mort spirituelle, et de les empêcher d’être sauvés par la foi en Jésus-Christ. Ce que le diable veut aussi, c’est pousser un maximum d’hommes et de femmes à utiliser pour le mal la puissance de leur esprit déchu.

Après la chute, Dieu a interdit aux hommes de s’engager dans le domaine de l’esprit, car celui-ci était directement contrôlé par Satan. Tout s’est passé comme si le Seigneur, voulant préserver l’humanité déchue de s’engager plus loin dans les ténèbres, a voulu dresser une barrière entre l’esprit déchu de l’homme et son âme, son être psychique.

Si tous les descendants d’Adam s’étaient engagés illégalement dans le domaine de l’esprit, ils seraient tous devenus des sorciers et des magiciens. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé avant le déluge. Dieu a donc fait savoir aux hommes qui voulaient Le chercher et marcher avec Lui qu’ils ne devaient pas toucher aux choses occultes. Il le dit clairement dans Sa Loi:

« Lorsque tu seras entré dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras point à imiter les abominations de ces nations-là. Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel; et c’est à cause de ces abominations que l’Eternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi. Tu seras entièrement à l’Eternel, ton Dieu. Car ces nations que tu chasseras écoutent les astrologues et les devins; mais à toi, l’Eternel, ton Dieu, ne le permet pas » (Deut. 18: 9-14).

Tous ces devins, astrologues, augures, magiciens, enchanteurs, spirites et nécromanciens sont des hommes et des femmes qui utilisent pleinement la puissance de leur esprit contrôlé par le péché et la mort, pour la mettre entièrement au service de Satan. Ils sont parfaitement conscients qu’ils possèdent un esprit, et ils ont, avec l’aide des démons et des esprits méchants, pénétré illégalement dans le domaine de l’esprit et dans le royaume de Satan, pour exercer les capacités « surnaturelles » de leur esprit déchu, multipliées par la puissance des démons.

Mais les justes savaient que tout cela leur était interdit, bien avant la Loi de Moïse. Ils se sont tenus à l’écart de ce monde spirituel mauvais. Ils se sont abstenus de « toucher » à ce monde spirituel, en raison des dangers qu’il représentait pour eux depuis la chute, et parce que le Seigneur le leur avait interdit.

A mesure que nous approchons du retour du Seigneur, il est clair que Satan s’efforce, par tous les moyens qui lui sont disponibles, de faire pénétrer pleinement toute l’humanité dans le domaine spirituel qu’il contrôle. Et c’est ainsi que nous voyons se développer considérablement toutes les pratiques spirites, occultes et magiques, ainsi que toutes les religions orientales et païennes.

La pénétration illicite dans le monde spirituel est aussi facilitée par l’absorption de drogues, et par la pratique répétée de tous les péchés qui étaient punis de mort immédiate par la Loi de Dieu: meurtres, avortements, incestes, adultères, idolâtrie et autres abominations.

Toutes ces pratiques ont pour but de mettre l’humanité directement sous l’emprise de Satan et de ses mauvais esprits, et de préparer le règne occulte et maléfique de l’Antichrist.

Les conséquences de la chute.

Ce n’est qu’après la chute que les facultés « naturelles » de l’être psychique des êtres humains se sont donc progressivement différenciées des capacités « surnaturelles » de son esprit.

L’homme a donc continué à « vivre », ou plutôt à exister, mais il n’était plus animé par la Vie éternelle de Dieu. Il était à présent animé par la « vie » de Satan, qui est la mort spirituelle.

C’est toujours Dieu qui fait vivre, dans le sens qu’Il donne l’existence. Mais cette existence est contrôlée par la mort spirituelle, tant que le pécheur n’est pas passé par une nouvelle naissance, par la repentance et la foi en Jésus. Après notre nouvelle naissance, notre existence est contrôlée par la Vie éternelle.

Voici ce que Paul disait aux Athéniens:

« Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qui s’y trouve, étant le Seigneur du ciel et de la terre, n’habite point dans des temples faits de main d’homme; il n’est point servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, la respiration, et toutes choses. Il a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure; il a voulu qu’ils cherchassent le Seigneur, et qu’ils s’efforçassent de le trouver en tâtonnant, bien qu’il ne soit pas loin de chacun de nous, car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être. C’est ce qu’ont dit aussi quelques-uns de vos poètes: De lui nous sommes la race… Ainsi donc, étant la race de Dieu, nous ne devons pas croire que la divinité soit semblable à de l’or, à de l’argent, ou à de la pierre, sculptés par l’art et l’industrie de l’homme. Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir, parce qu’il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l’homme qu’il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts » (Actes 17: 24-31).

Tous les êtres humains reçoivent de Dieu l’existence, c’est-à-dire la vie, le mouvement et l’être. Mais, depuis la chute, cette vie n’est plus la Vie éternelle. C’est simplement le fait d’exister dans la mort spirituelle. L’humanité est bien de la « race de Dieu », mais il s’agit d’une race déchue, privée de la Vie éternelle et de la gloire de Dieu.

Ce n’est que par la repentance et la foi en Jésus que l’homme peut être à nouveau coupé de la mort et relié à la Source de la Vie éternelle!

De même que l’Esprit de Dieu transmettait la Vie éternelle à l’esprit d’Adam, et que cette Vie éternelle vivifiait l’être entier d’Adam, notamment son être psychique et son corps physique, ainsi, après la chute, l’esprit de Satan a transmis la mort spirituelle à l’esprit d’Adam, et cette mort spirituelle a commencé à « mortifier » l’être entier d’Adam, notamment son être psychique et son corps physique.

Après sa chute, Adam savait que s’il voulait continuer à vivre au niveau de son esprit déchu, il devrait mettre la puissance surnaturelle de son esprit au service conscient de Satan. En revanche, s’il voulait marcher avec Dieu, il devait se contenter d’exercer les capacités « naturelles » de son être psychique et de son corps physique, et ne plus chercher à pénétrer dans le domaine de l’esprit.

La seule manière d’avoir à nouveau accès au domaine de l’esprit aurait été de passer par une nouvelle naissance spirituelle. La Bible ne nous dit pas si Adam et Eve se sont repentis de leur péché et ont imploré la grâce de Dieu, mais il est probable qu’ils l’ont fait, et qu’ils ne sont pas morts dans leurs péchés.

Le domaine de l’esprit a donc été fermé à la plupart des hommes, qui ont alors cherché à développer le domaine de leur âme, et à transformer à son avantage le monde matériel qui les entourait.

Tout le développement extraordinaire que l’humanité a pu connaître au fils des siècles, sur le plan matériel, scientifique, social ou artistique, résulte essentiellement de l’emploi des facultés psychiques et intellectuelles de l’homme. Hélas, la présence du péché a fait aussi que tout ce développement ne s’est pas opéré pour le seul bien de l’espèce humaine, loin de là!

Au fil des siècles, notamment dans nos pays occidentaux matérialistes, sous l’influence de la Science et de la Raison, la plupart des hommes ont même fini par « oublier » qu’ils possédaient un esprit, un « homme spirituel » intérieur, et aussi qu’il existait un monde spirituel peuplé d’esprits. Les seuls qui ne l’ont pas oublié sont justement les sorciers, les magiciens et tous les occultistes.

Toutefois, beaucoup de peuples considérés par les occidentaux comme « en voie de développement », en Afrique, en Asie, en Amérique ou en Océanie, sont restés parfaitement conscients de l’existence de leur esprit et du monde spirituel, tout en supportant les conséquences tragiques des contacts interdits qu’ils peuvent avoir avec le monde occulte.

On peut donc conclure que l’âme s’est différenciée de l’esprit par une lente évolution, au fils des siècles. Le domaine de l’esprit est resté le domaine du « surnaturel », réservé à une minorité d’initiés, tandis que le domaine de l’âme est devenu le domaine « naturel » de l’homme, domaine où la plupart des êtres humains ont continué à exercer les capacités psychiques considérées aujourd’hui comme « ordinaires ». Ce sont ces capacités psychiques qui sont étudiées par la Psychologie.

Parmi les nombreux descendants d’Adam et d’Eve, il y en eut qui conservèrent le désir de marcher avec Dieu et de rechercher Sa justice, mais il y en eut, de plus en plus nombreux, qui se tournèrent carrément vers les puissances des ténèbres.

« Hénoc marcha avec Dieu; puis il ne fut plus, parce que Dieu le prit » (Genèse 5: 24).

« Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre, et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent. Alors l’Eternel dit: Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants: ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité. L’Eternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur coeur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. L’Eternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il fut affligé en son coeur. Et l’Eternel dit: J’exterminerai de la face de la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles, et aux oiseaux du ciel; car je me repens de les avoir faits. Mais Noé trouva grâce aux yeux de l’Eternel. Voici la postérité de Noé. Noé était un homme juste et intègre dans son temps; Noé marchait avec Dieu » (Genèse 6: 1-9).

Les « fils de Dieu » dont il est question ici ne peuvent que désigner des anges déchus, ceux dont parle Jude 6. La dépravation de l’espèce humaine était devenue telle, que les filles des hommes n’ont pas hésité à se lancer dans des unions « contre nature » avec des anges déchus, au point que la méchanceté des hommes devint très grande sur toute la terre, et que « toutes les pensées de leur coeur se portaient chaque jour uniquement vers le mal ».

Toutefois, il restait une lignée fidèle, composée d’un petit nombre de justes, comme Abel, Seth ou Hénoc. A l’époque du déluge, il n’y avait plus qu’un seul juste sur toute la terre, Noé.

Ces « justes », tel Abraham, ont été déclarés justes par leur foi (Romains 4: 23). Dieu leur a donc fait grâce, et ils ont reçu le pardon de leurs péchés par la repentance et la foi. Ils ont reçu le témoignage de Dieu qu’ils Lui étaient agréables. Par la justice qui leur avait été conférée, ils sont passés par une nouvelle naissance spirituelle, bénéficiant ainsi par avance de l’oeuvre de Christ, même s’il leur était encore impossible de marcher pleinement par l’esprit, faute d’une pleine connaissance de Christ et de la croix. Ils se sont entièrement consacrés à Dieu. Ils ne sont pas morts dans leurs péchés.

En revanche, il est certain que tous les autres, qui se sont entièrement donnés au mal et au péché, ne se sont pas contentés de forniquer, de s’adonner à des plaisirs sensuels, ou de pratiquer toutes sortes de violences. Mais ils ont pleinement utilisé la puissance de leur esprit déchu au service du mal, et activement exercé tous les arts occultes de la divination, de la magie et de la sorcellerie, auxquels les anges déchus les ont initiés.

Alors que, pour Adam et Eve avant leur chute, le domaine de l’esprit était un domaine merveilleux, puisque c’était le Royaume spirituel de Dieu, après la chute, le domaine spirituel est devenu, pour l’ensemble de l’humanité, un domaine dangereux et ténébreux, dans lequel on ne pouvait s’engager qu’avec appréhension.

Satan a bien réussi à séduire beaucoup de gens, pour leur faire croire que leurs « dons surnaturels » venaient de Dieu, ou qu’ils pouvaient sans danger chercher à développer « pour le bien » les « pouvoirs cachés de l’être humain ». Toutefois, beaucoup de gens sentent instinctivement qu’il y a un danger à s’engager dans cette direction, notamment dans les pays influencés par le Christianisme.

Cela n’a pas empêché le diable de réussir à introduire de nombreuses pratiques magiques et occultes dans beaucoup de religions « chrétiennes », jusqu’à faire de la fausse chrétienté son véritable chef d’oeuvre spirituel!

Dieu S’est toujours gardé un reste fidèle.

Face à cette « marée noire », il a pourtant toujours existé une « nation juste et fidèle » (Esaïe 26: 2), un peuple qui appartient totalement à Dieu, un peuple qui avait reçu la promesse d’un Sauveur, un peuple qui a ensuite été racheté par le sang de l’Agneau, un peuple qui a reçu le pardon de ses péchés, qui est passé par une nouvelle naissance spirituelle, par la foi en Jésus-Christ, et qui apprend à marcher par l’esprit!

Ce peuple fidèle ne pouvait sortir de la mort spirituelle que par une nouvelle naissance de son esprit. Le simple pardon des péchés ne suffit pas. Encore faut-il que la source du péché soit tarie, et que « l’homme intérieur », l’esprit, soit régénéré, pour qu’il puisse entrer dans le Royaume de Dieu.

Jésus le dit à Nicodème:

« En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit: Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître? Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne t’étonne pas que je t’aie dit: Il faut que vous naissiez de nouveau » (Jean 3: 3-7).

Que se passe-t-il à la nouvelle naissance?

Lorsqu’un pécheur perdu s’est laissé convaincre, par le Saint-Esprit, de péché, de justice et de jugement, et qu’il a ouvert son coeur à l’Evangile de la croix, il peut se repentir de ses péchés, et se tourner par la foi vers le Seigneur Jésus. Le sang de Jésus le lave alors entièrement de ses péchés, et le Saint-Esprit fait passer son esprit par une nouvelle naissance.

Dieu ôte le péché et la mort de l’esprit du pécheur, et fait passer cet esprit par une régénération complète: il devient un esprit nouveau, une création nouvelle, un « homme intérieur nouveau », « créé dans une justice et une sainteté que produit la vérité » (Ephésiens 4: 24). La nature de péché devient une nouvelle nature sainte. Le pécheur devient un saint!

Cet esprit nouveau est re-créé à l’image du Seigneur Jésus-Christ. Il est participant de la nature divine. Il reçoit le Saint-Esprit de Dieu, et se renouvelle en permanence à l’image de Celui qui l’a créé (Colossiens 3: 10).

Cet esprit nouveau est « un seul esprit avec Christ » (1 Cor. 6: 17). Il est « assis dans les lieux célestes en Jésus-Christ » (Ephésiens 2: 6).

Dieu nous arrache ainsi à Satan et à son royaume spirituel, et nous transporte dans le royaume spirituel de Dieu et de Christ (Colossiens 2: 13).

Nous retrouvons, dans notre esprit régénéré, une pleine communion avec Dieu, notre Créateur et notre Père! Le monde spirituel de Dieu nous est à nouveau ouvert! Nous pouvons, sous l’action vivifiante du Saint-Esprit, produire tout le fruit de l’Esprit, et exercer tous les dons du Saint-Esprit.

Cela signifie que notre esprit nouveau a été créé pour manifester pleinement dans notre vie la nature de Jésus, et pour exercer tous les dons puissants du Saint-Esprit, pourvu que nous laissions le Saint-Esprit nous diriger. Le « surnaturel » de Dieu redevient, de plus en plus, le « naturel » de l’homme régénéré.

Le Seigneur Dieu Tout-Puissant devient à nouveau le Maître et le Seigneur de nos vies. C’est Lui, et Lui seul, qui dirige à présent notre vie spirituelle.

Nous devons toutefois rester entièrement dépendants du Seigneur dans tous nos contacts avec Son Royaume spirituel. Nous devons laisser au Seigneur l’entière initiative de nos expériences dans le domaine spirituel, tout en collaborant avec Lui de manière volontaire et intelligente.

C’est le Saint-Esprit qui distribue comme Il le veut Ses dons spirituels. Mais nous devons aussi aspirer à exercer tous ces dons, pour la gloire de Dieu et l’édification de l’Eglise.

C’est le Saint-Esprit qui produit en nous le fruit de l’Esprit. Mais nous devons ardemment désirer le produire.

Ainsi, depuis notre nouvelle naissance, nous avons changé radicalement de monde spirituel. Mais ce changement radical, pour le moment, n’est pleinement accompli que dans notre esprit régénéré.

En outre, nous ne vivons pas encore dans la pleine conscience de notre esprit régénéré, même si nous ressentons les effets de notre nouvelle naissance dès le début de notre nouvelle vie avec Christ.

L’essentiel de ce que nous savons, concernant notre esprit nouveau et le Royaume de Dieu, nous est révélé par la Parole de Dieu. Nous devons d’abord recevoir cette révélation par la foi, avant de pouvoir la vivre concrètement.

Si nous croyons tout ce que la Parole de Dieu nous révèle, concernant le Royaume spirituel de Dieu et notre esprit nouveau, notre foi nous permet d’établir un contact vivant avec le Seigneur de ce Royaume, ce qui permet à la Vie de l’Esprit de s’écouler librement dans notre âme et notre corps.

La sanctification de notre âme et la résurrection de notre corps.

Le sacrifice accompli par le Seigneur Jésus nous a rachetés tout entiers, esprit, âme et corps. Toutefois, nous recevons le bénéfice de ce rachat en trois étapes successives.

La première étape concerne notre esprit, c’est la nouvelle naissance.

La seconde étape concerne notre âme, c’est la sanctification, la victoire sur le péché et la marche par l’esprit, tout au long de notre vie chrétienne.

La troisième étape concerne notre corps, c’est la résurrection, lors du retour du Seigneur Jésus pour enlever Son Eglise.

Notre esprit passe par une nouvelle naissance, dès notre conversion, dès que nous nous sommes repentis de nos péchés et que nous avons cru à Jésus-Christ.

Mais notre âme et notre corps n’ont pas été directement concernés par cette nouvelle naissance.

Notre corps physique est toujours « mort à cause du péché ». Il est encore habité par une loi de péché et de mort, qui est toujours fixée dans nos membres, dans notre chair.

Ce n’est qu’après notre nouvelle naissance que commence dans notre vie le combat acharné entre l’esprit et la chair.

« Je dis donc: Marchez selon l’esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair. Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’esprit, et l’esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux » (Galates 5: 16-17).

Ce combat ne peut être gagné que par la foi, lorsque nous avons compris que « la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ », qui agit dans notre esprit régénéré, nous a déjà libérés de la « loi du péché et de la mort », qui agit dans la chair (Romains 8: 2).

Mais nous devons savoir que cette « loi de péché et de mort » peut encore nous envoyer toutes sortes de pensées, de désirs et de sentiments mauvais, qui se manifestent au niveau de notre âme.

Notre âme est également toujours encombrée de tout ce que notre vie passée de péché a pu y introduire. Elle a besoin d’être entièrement renouvelée.

C’est la connaissance de l’oeuvre de la croix, et l’apprentissage de la marche par l’esprit, qui nous permet de vaincre complètement la loi de péché qui demeure dans nos membres, et d’être totalement délivrés de son emprise. Nous avons déjà abondamment développé ce thème dans différents articles.

Par ailleurs, notre corps physique a subi les assauts du péché. Il peut être sujet à des maladies et à des infirmités. Il a besoin d’être guéri et vivifié. En attendant la résurrection, notre corps physique peut bénéficier de la guérison divine, qui peut être considérée comme un « acompte » de sa résurrection!

A mesure que notre être psychique conscient se renouvelle et se purifie, cela signifie aussi que nous allons devenir de plus en plus conscients du domaine de l’esprit. « L’ouverture » de notre âme au monde spirituel de Dieu va s’élargir de plus en plus, et nous allons marcher de plus en plus dans l’esprit et par l’esprit, les yeux fixés sur la Jérusalem Céleste et l’éternité avec Christ!

Que se passe-t-il à la mort du Chrétien?

Tant que l’esprit réside dans le corps, le centre de conscience est fixé dans l’âme. Mais dès que survient la mort physique, le centre de conscience est aussitôt transféré dans l’esprit.

Si le Chrétien né de nouveau a marché dans la sanctification, il n’a laissé dans sa vie aucun péché non confessé. Dès qu’il meurt, il se retrouve donc aussitôt dans la perfection de son esprit régénéré.

Comme l’a dit le Seigneur: « Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais » (Jean 11: 25-26).

Le Seigneur peut aussi permettre que l’esprit d’un être humain vivant soit momentanément transporté dans les lieux célestes (2 Cor. 12: 2). Là encore, le centre de conscience est transféré dans l’esprit, qui n’est plus conscient de son corps physique ni de son environnement matériel, jusqu’à ce qu’il retourne dans le corps.

L’activité de l’esprit est autonome et ne dépend pas de la présence d’un corps physique. Mais l’activité du corps physique dépend de la présence de l’esprit. C’est l’esprit qui donne la vie au corps, car, sans son esprit, le corps est mort:

« Comme le corps sans âme (en grec: sans esprit) est mort, de même la foi sans les oeuvres est morte » (Jacques 2: 26).

Sans la présence de l’esprit dans le corps, celui-ci ne peut pas vivre. Mais, une fois qu’il est animé par la vie de l’esprit, le corps peut exercer toutes les fonctions qui lui sont propres.

Bien qu’il soit encore soumis à la mort physique, le corps du Chrétien est habité en permanence par le Saint-Esprit, qui est un Esprit de résurrection. Et nous avons la promesse que notre corps sera vivifié en permanence par le Saint-Esprit qui demeure en nous.

« Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie (mot-à-mot: vivifiera, transmettra la Vie de Dieu) à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu » (Romains 8: 10-14).

La mort n’est plus un épouvantement pour le Chrétien qui marche avec son Seigneur. Elle est au contraire un gain. Toutefois, nous ne devons pas désirer mourir, mais nous devons désirer rester ici-bas pour travailler pour Christ jusqu’à la fin!

« Christ sera glorifié dans mon corps avec une pleine assurance, soit par ma vie, soit par ma mort; car Christ est ma vie, et la mort m’est un gain. Mais s’il est utile pour mon oeuvre que je vive dans la chair, je ne saurais dire ce que je dois préférer. Je suis pressé des deux côtés: j’ai le désir de m’en aller et d’être avec Christ, ce qui de beaucoup est le meilleur; mais à cause de vous il est plus nécessaire que je demeure dans la chair. Et je suis persuadé, je sais que je demeurerai et que je resterai avec vous tous, pour votre avancement et pour votre joie dans la foi » (Philippiens 1: 20-25).

Dans ces conditions, pourquoi la Bible nous demande-t-elle de « partager l’âme et l’esprit »?

Si nous sommes appelés à marcher par l’esprit, et si la Vie de l’esprit doit se développer dans notre âme, pourquoi nous est-il demandé de « partager entre esprit et âme »?

« Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu. Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses oeuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes. Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance. Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur. Nulle créature n’est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte » (Hébreux 4: 9-13).

L’auteur parle d’abord du « repos de la foi », réservé aux enfants de Dieu qui s’appuient exclusivement sur la Parole de Dieu. Car « la foi vient de ce que l’on entend, et ce que l’on entend de la Parole de Dieu » (Romains 10: 17).

Il dit ensuite que c’est la Parole de Dieu qui « juge les sentiments et les pensées du coeur ». Le « coeur » dont il est ici parlé désigne l’âme.

C’est en effet au niveau de notre âme, de notre être psychique conscient, que se manifestent toutes les pensées et tous le sentiments qui surgissent en nous. Ces pensées et ces sentiments, nous le savons, peuvent avoir leur origine soit dans notre esprit régénéré, soit dans « la loi du péché, qui est dans nos membres » physiques (Romains 7: 23).

En effet, depuis notre nouvelle naissance, cette loi de péché et de mort n’est plus présente dans notre esprit régénéré. Mais elle est toujours présente dans nos membres, dans notre chair physique qui, bien que rachetée, n’est pas encore passée par la résurrection.

« Partager âme et esprit » consiste donc à juger, à faire le tri, au niveau de notre âme, entre les sentiments et les pensées qui proviennent de l’esprit, afin de les conserver, et les sentiments et les pensées qui proviennent de la loi de péché qui est dans nos membres, afin de les rejeter. Et c’est la Parole de Dieu, éclairée par le Saint-Esprit, qui opère en nous ce tri, ce partage.

Il ne s’agit donc pas de faire une coupure absolue entre notre âme et notre esprit. Car si cette coupure était établie, nous ne pourrions plus rien recevoir de notre esprit, au niveau de notre être psychique conscient, ce qui n’est pas concevable.

Notre âme serait alors hermétiquement fermée à toute influence provenant de l’esprit. Or, c’est justement le contraire qui doit se produire: notre âme doit devenir de plus en plus sensible à tout ce qui provient du Royaume de Dieu, et qui transite par notre esprit régénéré. Notre âme doit en même temps se fermer de plus en plus à tout ce qui provient de la loi de péché et de mort qui est dans nos membres.

C’est le principe même de la marche par l’esprit: nous devons nous « installer par la foi » dans notre position céleste en Christ, et y demeurer consciemment 24 heures sur 24! Nous devons réaliser que notre esprit régénéré est notre nouvelle nature! Nous devons comprendre que notre esprit régénéré vit déjà dans les mêmes lieux célestes, et dans la même perfection céleste, que les esprits de tous les saints qui sont déjà au Paradis, et qui attendent la résurrection de leur corps!

Nous aussi, nous attendons la résurrection de notre corps! Ceux qui sont décédés en Christ attendent leur résurrection dans le ciel, parce que leur corps est retourné à la poussière. Nous qui sommes en Christ, nous attendons notre résurrection sur la terre, parce nous vivons toujours dans notre corps physique ici-bas. Mais notre esprit régénéré est aussi « assis » en Christ dans les mêmes lieux célestes!

Bien entendu, nous ne devons rechercher aucun contact avec les esprits des morts en Christ qui sont dans les cieux, ni avec aucun autre esprit d’ailleurs! A moins que le Seigneur ne nous transporte lui-même dans les lieux célestes, à Sa propre initiative, comme cela est arrivé à l’apôtre Paul et à tant d’autres saints (2 Cor. 12: 2-3).

Notre part, actuellement, est de travailler pour le Seigneur sur cette terre: conduire des âmes à Christ, et édifier les saints. Mais nous devons le faire dans l’esprit, sous la conduite du Saint-Esprit.

Les morts en Christ ressusciteront les premiers. Nous les vivants, nous serons changés en un clin d’oeil, lorsque Christ reviendra enlever Son Eglise. Et, tous ensemble, nous monterons à la rencontre du Seigneur, pour être toujours avec Lui!

Dans cette attente, méditons la Parole de Dieu, édifions-nous de toutes les manières possibles, vivons dans l’esprit, marchons par l’esprit, saturons notre âme et notre corps de la vie du Saint-Esprit, et notre « transfert » physique de la terre au Ciel, lors de l’enlèvement, se fera tout naturellement!

Conclusion.

Ce dont nous devons être pleinement convaincus, c’est qu’il nous est possible, dès maintenant, de ne plus vivre selon la chair, et de vivre pleinement selon l’esprit!

Il nous est possible, par l’esprit, de « faire mourir » les actions pécheresses de la chair, c’est-à-dire de « déconnecter » notre corps physique, mais aussi notre âme, de la loi de péché qui demeure encore dans nos membres, pour les « connecter » à la loi de l’esprit de Vie en Jésus-Christ, afin de faire de notre corps et de notre âme des instruments de la Justice de Dieu!

C’est ainsi que nous pourrons être remplis de toute la plénitude de Dieu. C’est ainsi que nous permettrons à Christ de Se manifester de plus en plus en nous et au travers de nous. C’est ainsi que nous pourrons produire les oeuvres de Christ, celles que notre Père a préparées d’avance pour nous.

Tout cela, nous pouvons le faire, parce que nous avons compris et accepté l’oeuvre de la croix. Nous connaissons le don de Dieu en Jésus-Christ, et nous avons appris à nous conduire comme des fils et des filles de Dieu. Notre âme a été illuminée par la connaissance de Jésus-Christ et de Sa Parole. Nous savons que « ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs » (Galates 5: 24). Cela signifie que nous ne tenons plus aucun compte de la chair, pour satisfaire ses passions et ses désirs.

C’est ainsi que l’Epouse du Seigneur se sanctifie et se prépare à Sa rencontre, et c’est ainsi qu’elle permettra au Seigneur de la sanctifier parfaitement pour le jour de Christ!

« Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ! Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera » (1 Thessaloniciens 5: 23-24).

68 Responses to B166-Ame et esprit.

  1. Francine dit :

    Que Dieu te bénisse cher frère Henri, et merci au Seigneur pour ses enseignements.
    J’ai juste une question: page 11, le deuxième paragraphe : « des unions contre nature avec des anges déchus … mais… les anges n’ont-pas de sexe, n’est-ce-pas ? Excuse-moi pour cette réflexion simpliste, mais qui ne tente rien n’a rien n’est-ce-pas …
    Merci beaucoup en tout cas.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Francine, Je sais que le « sexe des anges » a toujours été un sujet de controverse dans la chrétienté, mais Jude 6-7 et Genèse 6: 1-4 nous montrent qu’il y a eu des unions contre nature avec des anges déchus et des « filles des hommes », ou même avec des anges et des hommes, comme à Sodome et Gomorrhe. Je crois que les anges sont donc aussi des créatures sexuées. En général, ils apparaissent sous forme masculine, mais il y a un exemple de créatures célestes féminines dans Zacharie 5: 9.

  2. kevin dit :

    Cher Bruno, imagine que Dieu transforme la tour Eiffel en or! Elle aurait la même forme, mais la différence sauterait aux yeux! Je crois que ce sera un peu ça à l’enlèvement!

  3. Bruno dit :

    Bonjour Henri,
    En ce qui concerne les races différentes au ciel, pour répondre à la question il faudrait savoir si le corps de l’homme s’est adapté aux circonstances climatiques par exemple, je ne parle pas, bien entendu de l’evolution… Jésus, une fois ressuscité, ne semblait pas avoir la même apparence, puisqu’ils ne l’ont pas reconnu; peut-être était-Il plus jeune, plus vieux, Sa morphologie avait peut être changé…

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Bruno, Nous verrons bien quand nous serons là-haut! L’essentiel est d’y aller! Quant aux disciples d’Emmaüs, il est écrit que « leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître » (Luc 24: 16). Ce n’est donc pas que Jésus avait changé de forme, malgré Son corps glorifié.

  4. Boris dit :

    Bonjour frère Henri et à tous les frères et sœurs du blog,
    Pourriez-vous m’éclairer sur ce passage : « Alors l’Eternel dit: Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. »
    « L’homme n’est que chair », pourquoi dire qu’il n’est que chair ? Est-ce du fait qu’il vit dans la chair comme l’évoque Paul, en disant que ceux qui vivent dans la chair ne sauraient plaire à Dieu ?
    Je vous remercie pour le soin que vous vous donnez à répondre à nos questions.
    Que Dieu vous bénisse !

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Boris, Je crois que dans ce passage, Dieu ne parle pas de Son Saint-Esprit, mais de l’esprit qu’il a créé et placé dans l’homme. C’est bien un esprit qui vient de Lui, mais qui est différent de Son Esprit. Quand Il dit que « l’homme n’est que chair », il faut le prendre au sens figuré, c’est-à-dire que l’homme est composé d’un esprit immortel « incarné » dans un simple corps de chair, formé de la « poussière de la terre », et donc bien fragile depuis la chute. Le Seigneur ne parle donc pas ici de la chair de péché évoquée par Paul, en tant que loi de péché et de mort qui habite dans ses membres (Romains 7: 23), mais de notre simple corps physique composé de chair, de sang et d’os.

  5. vainqueur dit :

    Merci beaucoup, cher frère Henri.

    Vos enseignements sur l’esprit et âme m’ont beaucoup aidé.
    Je remercie Dieu tout puissant de vous avoir mis sur mon chemin. Que le Saint-Esprit continue de vous inspirer pour le perfectionnement des saints.

  6. Sara dit :

    Frere Henri, suite aux échanges (entre frère Al et toi), une question me vient à l’esprit. Comment l’enterrement d’un Chrétien devrait-il se passer selon les saintes Ecritures (et selon toi)? Combien de jours après la mort faudrait-il attendre pour enterrer? Le corps du défunt doit-il être mis dans le cercueil, ou on peut juste l’envelopper dans un drap blanc? Entre la tradition ou culture à respecter, d’après les dires) et la voix du Seigneur, je pense qu’il y a des gaps. Excuse-moi de te poser ces questions, frère Henri. Une indication biblique me sera d’une grande aide, même si je ne suis pas sur le point de mourir. C’est toujours bien de connaître la vérité.
    En passant, j’ai lu plus haut, par un frère qui se « souciait » de ceux qui n’avaient pas accès à internet dans le « 1/3 monde » pour bénéficier de tes articles. Détrompez-vous! Je voudrais lui dire que moi, j’ai connu le site-source de vie grâce à une soeur qui vit en Afrique. Elle m’envoyait les enseignements de frère Henri. Tes enseignements sont très connus, lus et appréciés en Afrique francophone. Beaucoup de coeurs ont été touchés, et il y en a qui sont nés de nouveau en lisant tes articles. Un peu dommage pour le problème de connexion, qui fait parfois défaut.
    Que le bon Dieu te bénisse, frère Henri.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Sara, La Bible ne donne pas de détails sur la manière d’enterrer les Chrétiens. Mais nous savons que les Juifs enterraient leurs morts très rapidement, dans la journée même. Les premiers Chrétiens semblent avoir gardé cette habitude (Actes 5: 6 et 10). Mais, dans le fond, ce qui compte, c’est de savoir que l’esprit du Chrétien régénéré va directement au Paradis après la mort. Son corps doit retourner à la poussière, d’une manière ou d’une autre, en attendant la résurrection. Peu importe s’il est placé dans un cercueil ou enveloppé dans un drap. Nous pouvons respecter certaines traditions humaines, pourvu qu’elles ne soient pas occultes, mais ces traditions ne doivent pas avoir d’importance pour nous.
      Nous avons effectivement beaucoup de contacts avec des frères et soeurs d’Afrique, et je sais que beaucoup peuvent consulter assez facilement internet, au moins dans des cyber-cafés. J’ai vécu une dizaine d’années dans une demi-douzaine de pays d’Afrique, dans mon enfance et mon adolescence, et, plus tard, pour y travailler en tant qu’adulte, et j’en ai gardé d’excellents souvenirs! Nous sommes invités dans plusieurs pays, mais nous n’avons pas (encore) eu le feu vert du Seigneur pour y aller! Notre dernier déplacement était à Madagascar, il y a un an.