B177-La chair de Jésus était-elle identique à la nôtre?

Article de Henri Viaud-Murat.

Tout ce qui touche à la Personne de Jésus revêt une importance capitale pour notre foi chrétienne. Pourquoi la chair de Jésus, tout particulièrement, revêt-elle une telle importance?

De toute éternité, Jésus, le Fils éternel de Dieu, qui est dans le sein du Père, est le Verbe, la Parole Vivante de Dieu.

« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu » (Jean 1: 1).

« Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père » (Jean 1: 14).

« Personne n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître » (Jean 1: 18).

Le texte grec dit: « Personne n’a jamais vu Dieu; DIEU le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître. »

On peut se demander pourquoi la plupart des traducteurs ont omis de traduire ce mot « Dieu » associé au Fils unique de Dieu!

Il fallait que ce soit Dieu Lui-même, en la Personne du Fils de Dieu, qui vienne S’incarner sous la forme d’un simple homme, afin de sauver l’humanité de son péché et de sa perdition.

Aucune créature n’aurait été qualifiée pour porter le péché des hommes! Aucune créature n’aurait été jugée digne de nous racheter! Aucun ange n’aurait pu recevoir l’adoration et la louange éternelles qui reviennent à Celui qui était dans le sein du Père, à Dieu le Fils unique, dont le sang précieux a été versé pour effacer tous nos péchés sur la croix!

L’apôtre Jean a bien écrit que cette Parole éternelle a été faite chair. Elle S’est incarnée. Elle devait S’incarner pour nous sauver.

Le premier Adam était un esprit créé par Dieu, et incarné dans un corps physique formé de la poussière de la terre.

Jésus, le dernier Adam, S’est donc également incarné dans un corps physique formé, lui aussi, de la poussière de la terre, c’est-à-dire des mêmes éléments qui composent notre corps.

Le premier Adam avait été créé sans péché. Avant la chute, aucun péché n’habitait ni dans l’esprit ni dans le corps d’Adam.

Jésus, le dernier Adam, étant Dieu, n’a pas été créé. Etant sans péché, Il S’est incarné dans un corps physique également sans péché.

Ainsi, le corps physique de Jésus était semblable au corps physique d’Adam, avant la chute, et non à notre corps physique actuel, souillé par le péché originel.

« C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit: Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps » (Hébreux 10: 5).

Jésus, S’adressant à Dieu Son Père, dit qu’Il Lui a formé un corps, digne d’être offert en sacrifice et en offrande pour le péché.

Le fait que le corps physique de Jésus ait été « formé » par Dieu Lui-même exclut toute intervention humaine dans la formation de ce corps. Marie, la mère de Jésus, ne lui a transmis aucune hérédité humaine. Si cela avait été le cas, Jésus aurait hérité, par Marie, du péché originel dans Son corps physique.

La Vierge Marie a donc porté en son sein un enfant dont le corps avait été formé par Dieu le Père, par l’intermédiaire du Saint-Esprit. Et c’est dans ce corps qu’est venu S’incarner la Parole éternelle de Dieu, qui a été nommé par la suite Jésus, le Sauveur.

Il est donc impossible que le Seigneur Jésus ait hérité d’un corps physique dans lequel résidait une loi de péché, comme dans notre corps physique, depuis la chute.

Si le Seigneur Jésus avait hérité d’un corps physique exactement identique au nôtre, il n’aurait pas été qualifié pour porter nos péchés dans Son corps sur le bois. Comment un corps déjà souillé par une loi de péché aurait-il pu porter le péché de l’humanité?

Il fallait donc que le corps de Jésus soit absolument pur de toute loi de péché. C’est ce que la Parole de Dieu nous confirme:

« En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit » (Romains 8: 2-4).

La chair de Jésus était « semblable » à la nôtre. « Semblable » ne signifie pas « identique ». « Semblable à… » signifie « à la ressemblance de… »

La chair du corps de Jésus ressemblait à la nôtre, en ceci qu’elle était composée de tous les atomes physiques qui composent notre propre corps. Mais ces atomes physiques ne comportaient aucune trace de péché.

C’est donc une erreur grave que d’affirmer que la chair de Jésus était identique à la nôtre. Cela démontre une incompréhension profonde de l’oeuvre du salut opérée par le Seigneur Jésus dans Sa chair sur le bois.

Si la chair du corps de Jésus avait été identique à la nôtre, cela signifie que Jésus nous aurait rachetés, non pas en portant nos péchés dans Son corps sur la croix, mais en ayant une victoire permanente sur la loi de péché qui aurait été présente dans Son corps.

Il Se serait, en quelque sorte, comporté en permanence comme un Chrétien qui aurait constamment marché par l’esprit, en résistant victorieusement à toutes les sollicitations de sa chair de péché.

Ce n’est pas cela que nous révèle la Parole de Dieu.

Pour être jugé digne de porter dans Son corps, sur la croix, le péché du monde et toutes ses conséquences, le Seigneur devait avoir un corps absolument pur de tout péché.

« Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris » (Esaïe 53: 3-5).

« Il a plu à l’Eternel de le briser par la souffrance… Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours; et l’oeuvre de l’Eternel prospérera entre ses mains. A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards; par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d’hommes, et il se chargera de leurs iniquités.C’est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands; il partagera le butin avec les puissants, parce qu’il s’est livré lui-même à la mort, et qu’il a été mis au nombre des malfaiteurs, parce qu’il a porté les péchés de beaucoup d’hommes, et qu’il a intercédé pour les coupables » (Esaïe 53: 10-12).

« Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies » (Matthieu 8: 16-17).

« Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris » (1 Pierre 2: 24).

Comment le Seigneur Jésus aurait-Il pu porter nos péchés dans Son corps sur la croix, si Son propre corps avait été souillé par une loi de péché, comme le nôtre?

Tous les Chrétiens nés de nouveau doivent participer aux souffrances de Christ. Ces souffrances sont associées aux incompréhensions, aux persécutions, aux rejets, aux tribulations, et même à la mort que nous pourrions subir pour prix de notre foi.

Mais il y a une souffrance de Christ à laquelle nous ne pourrons jamais participer, car Il est, et sera toujours, le seul à l’avoir connue: il s’agit de la souffrance de devoir porter, dans Son corps pur et saint, le péché du monde.

C’est cette souffrance qu’Il a connue et acceptée dans le Jardin de Gethsémané, lorsqu’Il a dit:

« Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux » (Matthieu 26: 39).

Le Fils de Dieu, étant Dieu le Fils, n’avait jamais, et en aucune façon, été en contact avec le péché. Ni Son âme, ni Son corps pur, n’avaient jamais été souillés par le moindre péché.

Et voici que le Fils de Dieu, à Gethsémané, voit s’approcher de Lui les épaisses ténèbres du péché de l’humanité. Et Il sait qu’Il doit prendre, dans Son corps, tout ce péché, afin de nous en délivrer par Sa mort.

Qui peut réaliser ce qu’a dû représenter, pour le Seigneur Jésus, le fait de savoir qu’Il devait prendre, dans Son corps, sur le bois de la croix, toute cette abomination que représentait pour Lui le péché du monde, ainsi que la mort physique qui allait en résulter?

Quelle indicible souffrance pour le Saint de Dieu!

Cette souffrance, le Seigneur Jésus l’a portée, Lui seul. Nous n’aurons jamais à la porter! Jamais le Seigneur ne nous demandera de porter le péché du monde, ni le péché de quiconque, dans notre propre corps!

Comment nous, pécheurs de naissance, pourrions-nous porter le moindre péché d’autrui, pour le racheter? Comment pourrions-nous, d’une manière quelconque, participer au rachat de l’humanité?

Seul le Christ de Dieu mérite cette gloire! Lui seul a été jugé digne de nous racheter! Et nul ne Le privera jamais de cette gloire!

Si le corps du Seigneur Jésus était sans péché, s’il n’y avait aucune loi de péché et de mort dans Ses membres, contrairement aux nôtres, comment peut-Il être écrit qu’Il a été tenté en toutes choses, comme nous?

« Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché » (Hébreux 4: 15).

Ce n’est pas parce que l’on a un corps sans péché que l’on ne peut pas être tenté! Adam et Eve avaient un corps sans péché lorsqu’ils ont été tentés, et ils ont succombé, Eve, parce qu’elle avait été séduite, et Adam, parce qu’il avait choisi volontairement de désobéir.

Un être parfait et sans péché comme Adam a choisi de désobéir, parce qu’il avait été placé devant une épreuve très dure pour lui: il venait de voir son épouse bien-aimée manger du fruit de l’arbre de la connaissance. Il savait donc qu’elle venait de mourir spirituellement devant lui. Elle était perdue pour lui.

Il a dû choisir entre partager la mort avec son épouse, en perdant Dieu, ou demeurer fidèle à Dieu, en perdant son épouse chérie. Il a choisi de perdre Dieu et de mourir avec son épouse.

Les tentations auxquelles ont été soumises le Seigneur Jésus ont été de deux types. Il a d’abord été tenté en toutes choses, comme tous les êtres humains. Mais il n’était pas possible qu’Il succombe aux péchés auxquels les hommes succombent de manière courante: adultère, meurtre, vol, impudicité, jalousie, etc… Il était impossible que, dans Son âme pure, Il ait lutté, comme lutte un homme pécheur, contre la tentation de céder à de telles pulsions animales de la chair de péché, car Sa chair n’était pas une chair de péché.

Mais Il a été aussi soumis à un autre type de tentations, qui Lui sont propres, et qui ont été très réelles pour Lui, en tant que Fils de l’Homme possédant une nature parfaitement humaine, mais sans péché.

Lorsque le diable s’est approché du Seigneur Jésus, dans le désert, pour le tenter, il L’a tenté aux trois niveaux de Son corps, de Son âme et de Son Esprit. Et ces tentations étaient bien réelles pour le Seigneur.

La première tentation concernait le corps de Jésus. Après avoir passé quarante jours dans le désert sans manger, Il eut faim. Et le diable Lui dit:

« Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains » (Matthieu 4: 3).

Il est clair qu’aucun être humain ordinaire n’aurait pu être soumis à une telle tentation de la part du diable, car un être humain ordinaire ne possède pas le pouvoir de changer des pierres en pains!

La tentation était donc réelle, pour le Seigneur, d’avoir recours à Sa toute-puissance pour transformer des pierres en pains et assouvir Sa faim.

Mais le Seigneur voulait obtenir la victoire sur cette tentation en ayant recours, non pas à Sa puissance surnaturelle, mais à une arme que tout être humain peut utiliser, la Parole de Dieu!

« Jésus répondit: Il est écrit: L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Matthieu 4: 4).

Ensuite, le diable tente le Seigneur au niveau de Son âme. Il Le transporte sur le pinacle du Temple, et Lui demande de Se jeter en bas, en invoquant la Parole de Dieu, mais sortie de son contexte.

C’était une tentation réelle pour le Seigneur, celle de faire une exhibition publique de Sa puissance, pour impressionner les foules, toujours attirées par les miracles et les prodiges.

Mais le Seigneur a refusé de souiller Son âme pure, en ayant recours à de telles méthodes. Il savait que le coeur des hommes n’aurait jamais été touché en profondeur par un tel étalage de puissance.

La seule chose qui peut toucher en profondeur le coeur des hommes, c’est le sacrifice de la croix!

Enfin le diable tente le Seigneur Jésus au niveau de Son Esprit. Il Lui montre en un instant tous les royaumes de la terre et leur gloire, et Lui promet de les Lui donner, s’Il Se prosterne devant lui pour l’adorer.

Là encore, la tentation était réelle. Car Jésus aurait pu ainsi posséder le monde, en évitant les souffrances de la croix. Mais il n’en était pas question, car le Seigneur savait pourquoi Il S’était incarné dans la chair! Il était déterminé à faire la volonté de Son Père!

Jésus a donc bien été tenté en toutes choses, mais sans jamais commettre de péché. Il est resté l’Agneau pur et sans tache, Celui qui devait être immolé pour le péché du monde!

Il y a aussi une autre raison pour laquelle le Seigneur Jésus devait S’incarner dans la chair. Cette raison est également capitale.

Jésus S’est incarné dans la chair, parce que c’est dans Sa chair qu’Il devait racheter nos péchés, sur le bois de la croix.

Lorsque Jésus a porté nos péchés sur la croix, Son corps physique a subi la mort. Car la conséquence du péché, c’est toujours la mort. La mort physique du Seigneur Jésus est donc la preuve, la garantie absolue, qu’Il a bien porté nos péchés dans Son corps.

La seule partie de l’être du Seigneur Jésus qui pouvait connaître la mort, c’était Son corps. Et c’est pour cette raison qu’Il a dû S’incarner dans un corps de chair.

Le Seigneur Jésus, en effet, ne pouvait pas porter nos péchés dans Son Esprit, comme l’affirment à tort les partisans de la « mort spirituelle » de Jésus.

Ceux qui annoncent cette fausse doctrine de la « mort spirituelle » de Jésus annoncent un autre Jésus et un autre Evangile! Ils nient ainsi la divinité du Seigneur Jésus.

Si l’Esprit du Seigneur Jésus avait été plongé dans la mort spirituelle, lorsqu’Il a pris sur Lui le péché du monde, cela aurait été la preuve que le Seigneur Jésus ne pouvait pas être Dieu. Car Dieu ne peut jamais mourir spirituellement!

Un pécheur est un « mort spirituel, » dans le sens qu’il est coupé de Dieu, qui est la Vie éternelle.

Or jamais le Père, le Fils et le Saint-Esprit ne peuvent être coupés l’un des autres! Jamais le Dieu unique en trois Personnes éternelles ne peut connaître de « coupure » en Son sein! Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont UN éternellement!

Jésus a été, avec Son plein accord, abandonné à la mort de la croix par le Père, mais jamais Son Esprit n’a été « coupé » du Père! En mourant, le Seigneur Jésus a d’ailleurs dit à Son Père:

« Père, je remets mon esprit entre tes mains » (Luc 23: 46).

Ainsi, la mort physique de Jésus a été suffisante pour nous racheter tout entiers, esprit, âme et corps!

C’est aussi pour cette raison que Satan et ses démons ne peuvent pas être rachetés. Car ce sont des esprits. Et, pour qu’ils soient rachetés, Jésus aurait dû porter leurs péchés dans Son Esprit, ce qui est impossible.

C’est pour cette raison que les esprits méchants ne peuvent pas supporter cette vérité de l’incarnation du Seigneur Jésus dans la chair. Ils ne peuvent même pas confesser cette vérité de leur bouche!

« Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. Reconnaissez à ceci l’Esprit de Dieu: tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu; et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n’est pas de Dieu, c’est celui de l’antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde » (1 Jean 4: 1-3).

Que le Seigneur Jésus soit éternellement béni pour Son incarnation dans une chair semblable à la nôtre! Il est actuellement ressuscité dans un corps glorifié!

Bientôt, le propre corps de ceux qui Lui appartiennent, qui est encore un corps dans lequel habite une loi de péché, sera lui-même transformé en corps glorifié, semblable au Corps du Seigneur Jésus!

Nous obtiendrons ainsi la pleine manifestation de notre salut parfait, dans notre esprit régénéré, notre âme entièrement purifiée, et notre corps glorifié!

Et nous pourrons ainsi éternellement louer et adorer l’Agneau immolé, dans la Jérusalem Céleste qu’Il a préparée pour les Siens!

86 Responses to B177-La chair de Jésus était-elle identique à la nôtre?

  1. Francis dit :

    Bonsoir Henri, comment faut-il comprendre Colossiens 1: 15 : « C’est lui qui est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toutes les créatures. » et v.18 : « Il est le premier-né d’entre les morts, afin qu’il tienne le premier rang en toutes choses. » Paul parle-t-il du Seigneur dans Son humanité? Merci pour tes réponses. Frères et soeurs, soyez bénis, soyez toujours joyeux. Dieu te garde, Henri.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Francis, Il faut prendre ici l’expression « premier-né » dans le sens de « premier en toutes choses, occupant le premier rang, » comme le précise le verset 18 que tu as cité. Il ne s’agit pas d’abord de la position d’aîné, dans le sens commun, quoique Jésus était l’aîné de sa famille. Par ailleurs, Jésus n’est pas une créature, puisqu’Il est Dieu. Mais Il a créé toutes choses. Et, dans toute la création, Il est le premier en tout!

  2. Bernard et Nadine DHERBEY dit :

    Chers frères et soeurs en Jésus-Christ,
    LA PAROLE DE DIEU DIT : « ET LA PAROLE A ETE FAITE CHAIR ; ELLE A HABITE PARMI NOUS, ET NOUS AVONS CONTEMPLE SA GLOIRE, QUI A ETE UNE GLOIRE, COMME LA GLOIRE DU FILS UNIQUE DU PERE, PLEINE DE GRACE ET DE VERITE. » JEAN CHAPITRE 1 VERSET 14 (lire Jean 1 de 1 à 14). Il est très clair que Jésus-Christ est Dieu venu en chair. « Car plusieurs séducteurs sont venus au monde, qui ne confessent point que Jésus-Christ est venu en chair. Un tel homme est un séducteur et un antéchrist. » 2 JEAN VERSET 7. Soyons vigilants et allons toujours vérifier dans La Parole.
    Que la grâce et la paix de Dieu soient toujours avec vous.

  3. OBAME NZAMBA Charlet dit :

    Bonjour frère Henri,
    Le problème qui nous a longtemps aveuglé, c’était cette incapacité que nous avions à bien comprendre ce que la chair de péché jouait comme rôle néfaste dans notre vie chrétienne, même après la conversion. Alors aujourdhui, ne pas comprendre que Christ devait justement venir avec un corps semblable au nôtre, mais pur à cause sa provenance. (Il était fait à part, comme dès le commencement). La PAROLE est claire, Dieu ne peut pas PÉCHER!!!!!!!! Il est vraiment impensable de croire qu’il (le Seigneur), pouvait hériter du péché qui était dans les gènes de Marie Sa porteuse, car c’est juste ce qu’elle a été, une simple porteuse, à qui l’Éternel a bien voulu faire grâce. 2Cor 13.8 est très clair.
    Je te remercie Seigneur pour ton Instrument.
    Charlet

  4. Bernard et Nadine DHERBEY dit :

    Cher frère Jean-Jacques Gagné,
    Pourrais-tu nous donner ton adresse, par l’intermédiaire du frère Henri ? Dans les années 1993-1994, j’ai (Nadine) vécu à Granby. Nous t’en remercions de tout coeur.
    Que la grâce et la paix du Seigneur soit toujours avec toi !

  5. Julien KOUAME dit :

    Merci Ruben.

    C’est un message sacré que tu me donnes l’occasion de connaitre et d’apprendre également. Merci encore pour tout.

  6. Maurice dit :

    La bénédiction d’ Israël pour Joseph en Genèse 48:15 s’exprime ainsi: Que le Dieu (Elohim = Dieu pluriel, dans la traduction Chouraqui) en présence duquel ont marché mes pères, Abraham et Isaac, que le Dieu (Elohim), mon pâtre ou mon berger, celui qui a pris soin de moi, depuis que j’existe, (dans Vie nouvelle sortie cette année), que l’ ange qui m’a délivré, ou littéralement le messager qui me rachète de tout mal, (première mention de Dieu en tant que rédempteur, libérateur ou sauveur, en note ) bénisse ces enfants (les 2 fils de Joseph). Le verbe « bénisse » est au singulier pour bien démontrer que la trinité travaille dans l’unité plurielle sans qu’il y ait de coupure entre ces 3 personnes distinctes. Comme cela a déjà été dit plusieurs fois dans cet article.
    Encore 3 versets où les 3 travaillent ensemble: Hébreux 9:14 « Le sang de Christ, qui par l’ Esprit éternel, s’est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des oeuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant. » Dieu le Fils et Dieu le Saint Esprit agissent ici ensemble. 2 Corinthiens 5:19 « Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même en n’imputant (comptabilisant) point aux hommes leurs offenses. » Ici Dieu le Père et Dieu le Fils sont ensemble dans cette oeuvre magnifique de la réconciliation. Jean 18:6 « Jésus leur répondit: c’est moi, ils reculèrent et tombèrent par terre ». « C’est moi » est le nom même de Dieu en Exode 3:14 et qui se trouve ailleurs dans la Bible. Dieu est avec Son Fils ici, qui sort de la flagellation, et qui vient d’être déchargé de Sa croix par Simon, à cause de Son épuisement. Dieu le Père a renversé ces soldats, comme il a été sur la croix avec son Fils unique. Dans Zacharie 12:8-10, (400 ans av J.-C.), on trouve l’Eternel (Adonaï YHWH= Seigneur au pluriel suivi d’Eternel) qui dit, v. 10: « Je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de supplication, et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé (=les clous, le coup de lance. Jean 19:34. cette prophétie de Zacharie est citée au verset 39 de Jean 19). Dans Zacharie, on trouve Dieu le Père et Dieu le Fils cloués ensemble, et le Saint-Esprit est au verset 8 dans la personne de l’ Ange de l’Eternel, avec Son rôle tout particulier, lisez plutôt… ça m’a coupé le souffle ! Chacune de vos interventions me font du bien, et me font tressaillir de joie quand c’est bien fondé sur la Bible. Que le Seigneur vous « enrichisse à tous égards », 2 Cor. 9:11.

  7. arthur dit :

    Amen, frère Henri.

  8. arthur dit :

    Si on ne comprends pas d’abord des choses élémentaires comme la nature divine de la chair de Christ, c’est normal qu’on ne comprenne pas les choses compliquées qui en découleront… Par exemple la victoire sur le puissance de péché est intimement liée à la révélation de la « pureté » de la nature corporelle et spirituelle de Christ… Notre libération est est due au fait que notre libérateur a eu une nature semblable à la nôtre, mais exempte de toute force de péché… C’est pourquoi on peut avec assurance s’identifier à Lui dans l’Esprit par la foi, afin que les vertus de Sa nature nous soient transférées et que « Christ vive en nous »… Or si on croit déjà que Christ, qui doit vivre en nous, avait une nature comme la nôtre (c’est à dire habitée par le péché) à un moment de Sa vie (ou à la croix), imaginons quelle vie nous vivrons !! Notre Libérateur Lui- même infecté de la même maladie que nous? Faisons s’il vous plait attention à ce que nous croyons, car cela a des impacts sur notre vie sur cette terre et notre prochaine destination. Le Seigneur Christ, conçu dans le sein de Marie par le Saint-Esprit, est venu en chair, semblable à la nôtre (en forme etc….), mais fut dès Sa conception exempt de tout péché et de tout mal… Il fut tenté oui, mais pas par ses convoitises comme nous, mais plutôt par le diable, de l’extérieur de ses membres. Sa mort à la croix est aussi à comprendre, car Lui-même a dit qu’il donne Sa vie volontairement, à la croix , Son Âme et Son Esprit (tous les deux parfaits) furent juste séparé de Son corps parfait, c’est ça la mort physique : la simple séparation de l’âme et de l’esprit du corps… A aucun moment de Sa Vie, Christ n’a été exposé au péché.
    Que le Seigneur vous bénisse… et nous éclaire.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Arthur, Oui, Simplement, le Seigneur Jésus S’est volontairement chargé, dans Son corps sur la croix, de nos péchés, de nos maladies et de la mort qui nous revenait, pour nous en délivrer!

  9. John kinkani dit :

    Merci très Cher Frère!
    Que de laits et de miels au travers de tes articles! Soyez-en bénis, et que Dieu ajoute encore encore beaucoup, d’où sont sortis toutes ses révélations et que ton depôt soit toujours bien rempli, pour que vous ayez toujours de quoi donner aux autres, avec amour et fidélité comme vous le faites toujours. Un frère branhamiste de mon pays a chanté que, Jésus en portant les péchés de tous, est devenu lui-même péché, PECHEUR et malédiction. Qu’en dites-vous?
    Je suis content, des interventions de mes bien-aimés de ce blog, je vis bien ma solitude dans ce pays où je suis actuellement, parce que je regarde des prédications à la télé (par sat.) et je lis notre blog. Vraiment je me sens bien. Mon plus grand désir, c’est de vous rencontrer tous TRÈS BIENTÔT DANS LES AIRS. Le désir de l’enlèvement bouillonne dans mon coeur comme jamais auparavant. Frère Henri, que faire pour hater l’avènement du Seigneur, comme Pierre le dit?
    Shalom à vous tous, Mes Chèrs Frères et Soeurs en Christ!

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère John Kinkani, Ceux qui enseignent que Jésus est devenu péché à la croix, de manière absolue, sont obligés d’enseigner aussi que c’est son Esprit qui est devenu péché, comme peut l’être l’esprit d’un pécheur mort spirituellement. Or cette doctrine est fausse, car Jésus est Dieu, et Dieu ne peut pas mourir spirituellement. Il est devenu « péché » peut aussi être traduit: « il est devenu sacrifice pour le péché. » Car c’est dans Son corps, sur la croix, et non dans Son Esprit, que Jésus S’est chargé de nos péchés. Il a été fait malédiction en acceptant d’être pendu au bois. Mais Son Esprit n’est jamais devenu l’esprit d’un pécheur!
      Pour hâter l’enlèvement, il faut que nous persévérions à nous sanctifier jusqu’à la fin, et à rester fidèles au Seigneur!

  10. Liana dit :

    Cher frère,
    J’ai une parfaite conviction que cet enseignement vient du Saint-Esprit. Etant membre du corps de Christ, je ressens une paix profonde en moi, qui confirme cette vérité sur la chair de Jésus. J’invite ceux qui en doutent à méditer la parole sous la direction de l’Esprit Saint, écartant tous préjugés, et à s’abandonner complètement au meilleur enseignant qu’est l’Esprit Saint. Comme il est écrit, l’Esprit Saint nous conduira dans toute la vérité.
    Liana

  11. Jean-Jacques Gagné Granby Qué. dit :

    Cher Henri, Je reprend cette citation pleine de vérité qui répond entièrement à cette tempête de raisonnements qui indique un besoin imminent de prière et de méditation. Dieu nous révèle le manque de simplicité de notre coeur, et nous indique qu’il est grand temps de se tourner vers Lui pour Lui demander de renouveler notre coeur d’enfant, car sans lui, notre raisonneuse nous fera sans cesse souffrir et nous conduira dans le doute et la suspicion. (Oui, je crois que les enfants de Dieu reçoivent simplement la révélation de la vérité dans leur coeur, sans la discuter!) Voilà une occasion merveilleuse que le Seigneur offre à plusieurs d’entre nous de se repentir, en constatent la dureté de notre coeur et combien il à mal vieilli, vivement, Seigneur, redonne-nous encore une fois ce coeur d’enfant qui croit et reçoit, dans son coeur, sans la discuter, la révélation de la vérité!
    Mon cher Henri, nous sommes avec toi dans la prière, et nous intercédons pour toi ta famille et pour tous ceux qui collaborent à ce ministère, ainsi que toutes ces pierres vivantes qui interviennent sur ce site. Que la bénédiction vivifiante de Dieu sois sur et avec vous en constance. Amen.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Merci pour ton message et tes encouragements, cher frère Jean-Jacques! Le Seigneur connaît les Siens!

  12. Maurice dit :

    Je vous partage le contenu de la référence citée le 23 par Tabita de 1 Corinthiens 15: 45 et qui m’a fait du bien, selon l’Index biblique du NT. « Le premier homme Adam devint une âme vivante » Le mot âme est traduit 53 fois par âme, une fois par être, 7 fois par personne et 32 fois par vie. L’adjectif « vivante » est traduit 115 fois par vivre sur 140 fois en tout. Le fait d’ être créé de la poussière signifie que sa valeur n’est pas dans ce corps physique, terreux, sens du nom Adam, mais dans son âme appelée à vivre au jour le jour selon les échanges amicaux que Dieu donnait à nos premiers parents peut-être en soirée. Ge 3:8. Le travail manuel de cultiver le jardin et de le garder était une noble tache digne pour refléter le caractère de Dieu. Ge 3 :15 et nous voyons aussi Elihu dire dans Job 33:4 que « L’ Esprit de Dieu l’a créé et le souffle du Tout-Puissant l’ anime ». Pour le 2ème Adam, notre Seigneur Jésus est décrit comme « un Esprit vivifiant ». Le mot esprit se trouve, 383 fois dont 286 fois traduit par esprit , 11 fois par Esprit-saint en y ajoutant un élément de grammaire, et 80 fois par Saint-Esprit + ce même élément. Henri a dit que ce mot est toujours écrit avec une minuscule en grec dans son très bon article B35 « la vraie nature de la chair », que je viens de lire. Il est encore traduit par souffle dans 2 Thes. 2:8 et par vent dans Jean 3:18 et par spirituel dans 1 Cor. 14:12, pour décrire les dons. Le mot « vivifiant » est un verbe qui se trouve 11 fois et traduit 3 fois par donner + vie; une fois par procurer + vie; une fois par rendre + vie; une fois par reprendre + vie, et 3 fois par vivifier ( Jn 6:63 ; 2 Cor 3:5 et bien sûr le passage principal qui nous occupe.)
    En conclusion , notre Seigneur Jésus est au-dessus de tout, le Créateur de la vie, Celui qui nous anime de Son propre souffle, qui nous vivifie dans tous les domaines de la vie. Cette nouvelle semaine a bien commencé ce matin, avec le dernier culte que notre pasteur nous a donné dans sa fonction de pasteur. Il nous a donné 2 années de plus que 65 ans, et a voulu devenir simple membre de l’église à partir d’aujourd’hui, avec le désir ardent de continuer à servir. Son message reposait sur 1 Thess.5: 12-22 Je vous salue fraternellement, et pour Henri avec « beaucoup d’affection à cause de son oeuvre » (1 Thes 5:13), énorme à répondre à chacun, comme il le fait.

  13. Sylvie S. dit :

    Bonsoir à toutes et tous,
    J’ai lu tous vos commentaires. Comme beaucoup, je me suis posée un tas de questions sur la nature de Jésus. Mais à chaque fois, je me suis rendue compte que toutes ces questions faisaient naître une révolte mauvaise en moi, oui elles m’étaient « soufflées » pour me faire douter de la divinité de mon Seigneur et que cela marquait bien là l’œuvre de la chair qui habite en moi et qui n’a rien en Christ ! Je voudrais relever quelque chose qui me vient à l’esprit. Marie et Joseph étaient vraiment très très croyants et obéissants, lisez bien la Parole. Marie cru à la révélation de l’ange, elle savait que cela allait se faire, elle a juste posé cette question : « Luc 1:34: Marie dit à l’ange : Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ? v.35 L’ange lui répondit : Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. » Frères, sœurs, nous savons que Dieu, qui est amour, est parfait ! (1 Jean 2:5 mais celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est véritablement parfait en lui : par là nous savons que nous sommes en lui). Obéissance de Marie : « v.38: Marie dit : Je suis la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole ! » Maintenant, voici la révélation à Joseph : « Matthieu 1:20 Comme il y pensait, voici, un ange du Seigneur lui apparut en songe, et dit : Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint Esprit ; obéissance de Joseph : v.24: Joseph s’étant réveillé fit ce que l’ange du Seigneur lui avait ordonné, et il prit sa femme avec lui. » J’aime beaucoup le commentaire de B.et N.DHERBEY qui dit : « … Je pense qu’un enfant est capable de comprendre cela sans se poser toutes sortes de questions, de raisonnements, qui peuvent en venir à de la confusion. ROMAINS 10 VERSET 11 DIT : « CAR L’ECRITURE DIT: « QUICONQUE CROIT EN LUI, NE SERA POINT CONFUS. » Marie et Joseph ont cru, sans se poser 50.000 questions, juste une ou deux et ils n’ont effectivement pas été confus ! Dieu est bon et Sa miséricorde dure à toujours. Je crois qu’IL désire que nous parvenions tous à l’unité de la foi ! Que tous les Saints soient bénis en ce sens dans le nom merveilleux de Jésus-Christ !
    Cher Henri, juste ceci encore: je note que la Parole dit en Luc 3: 22 et le Saint Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix fit entendre du ciel ces paroles : Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi j’ai mis toute mon affection. » Dois-je comprendre que Jésus n’avait pas encore l’Esprit-Saint jusque là ? … La Bible dit qu’IL venait du Saint-Esprit ! Si je résonne sagement comme une enfant, je pense donc qu’une vraie colombe s’est simplement posée sur Lui pour que l’on sache qu’IL était Le Saint de Dieu; par là, le Père témoignait de Son Fils… ah oui, IL S’est même fait entendre ! Et cela nous sert d’exemple, car nous avons besoin de l’Esprit-Saint parfait qui vient de Dieu pour entrer dans notre ministère et résister au diable en gardant (obéissant à) la Parole de Dieu ! Pour obéir parfaitement, il faut le Saint-Esprit, qui est parfait, d’une infinie pureté (véritablement sans aucun péché!) là seulement c’est possible. On le sait parce que dans l’AT ils n’y sont pas arrivés complètement, car l’Esprit n’avait pas encore été envoyé! Tout ce que je dis là est bien juste mon frère, n’est-pas? D’avance merci pour l’amour que tu mettras à répondre, comme tu le fais d’ailleurs toujours pour tous; c’est merveilleux! Dieu te bénisse encore, te donnant ce qu’IL a planifié dans Son infinie bonté ! Je t’embrasse, ainsi qu’Elke.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Sylvie, Oui, je crois que les enfants de Dieu reçoivent simplement la révélation de la Vérité dans leur coeur, sans discuter! Concernant le baptême de Jésus, il est clair qu’Il avait l’Esprit avant Son baptême, puisqu’Il est Dieu le Fils incarné dans un simple corps humain, par le Saint-Esprit. Mais Il n’était pas encore revêtu de la puissance de l’Esprit, pour commencer Son ministère. Je crois qu’Il a voulu, là encore, nous donner l’exemple, et nous montrer que nous ne pouvons commencer, ni continuer, aucun ministère sans être remplis de l’Esprit, et revêtus de la puissance de l’Esprit, ne serait-ce que pour « servir aux tables »!

  14. Marie-Jo dit :

    Paul avait déjà dû avertir les Colossiens concernant des séductions au sujet de la personne de Christ. Les versets 2: 3-15 sont vraiment explicites concernant Jésus: en Lui habite corporellement tout la plénitude de la divinité (Jean 1:14 dit en d’autres termes: la Parole a été faite chair, et nous avons vu sa gloire, la gloire de l’Unique-né du Père). En Jésus, il n’y a jamais eu aucun péché, sinon comment Dieu peut-il manifester Sa gloire? Dans ce même Colossiens, Paul nous dit que nous sommes circoncis par Christ, pour être dépouillés du corps des péchés de la chair (c’est le vieil homme, certaines versions ont enlevé des péchés). Pourquoi devoir faire mourir le vieil homme, si Dieu avait pu l’améliorer: parce qu’il est irrécupérable, corrompu et esclave du péché originel. Le frère Henri nous le répète bien souvent. Paul dit encore a ce sujet que nous étions morts dans nos offenses, dans l’incirconcision de notre chair.
    Que le Seigneur nous garde tous dans Sa Paix.

  15. Stef dit :

    Ta réponse me satisfait, il est vrai que Satan fait toujours une oeuvre qui le trompe. Même si l’on vit des expériences négatives induites par Satan, elles finissent par nous être bénéfiques, car tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu.
    Merci pour cet éclairage.
    Dieu vous garde.

  16. Bernard et Nadine DHERBEY dit :

    Bonjour frères et soeurs en Jésus-Christ,
    Jésus-Christ, Fils du Dieu Très-Haut, a été conçu par Marie qui était de la même nature pécheresse que nous car Dieu, Notre Père, a choisi cette femme comme Il aurait pu choisir une autre femme. Son incarnation nous démontre combien Il nous aime pour S’être Lui-même abaissé, humilié, pour nous racheter de toutes nos fautes, nous guérir de toutes nos maladies et nos infirmités, et nous réconcilier avec Lui. Je pense qu’un enfant est capable de comprendre cela sans se poser toutes sortes de questions, de raisonnements, qui peuvent en venir à de la confusion. ROMAINS 10 VERSET 11 DIT : « CAR L’ECRITURE DIT: « QUICONQUE CROIT EN LUI, NE SERA POINT CONFUS. »
    Merci, Père Eternel, de nous révéler encore, aujourd’hui, Ta Parole, nourriture céleste pour nos âmes. Amen

  17. Lazare dit :

    Cher Frère Henri,
    Merci, je ne doute pas que c’est Dieu le Créateur Lui-même qui avait conçu toutes ces lois scientifiques! Lui qui a formé le « corps » de Jésus, puisque celui-ci (le corps de Jésus) a été conçu par le Saint-Esprit. N’ y a-t-il pas là un parallèle entre justement « ce corps de Jésus » qui est à la fois « physique » et spirituel et Son « Église » qui est Son « corps ». Car comme Ève a été tirée du « corps » d’Adam (une côte), l’Église, c’est à dire l’Épouse de Christ, est tirée du Christ ?
    Lazare.

  18. katiankibio dit :

    Cher frère,
    Je m’éloigne surement du sujet mais je n’ai aucun endroit ou poster ceci.
    1-Le symbole de la pancarte « roi des juifs » écrit en grec, latin, hébreu, serait-ce pour montrer que Jésus est aussi venu pour sauver les païens (en grec) comme les juifs (en hébreux) et latin (pour qui ?) ?
    2-Un certain Simon de Cyrène fut réquisitionné pour AIDER Jésus à porter SA croix. Je pense que si Dieu le voulait, ça se serait passé autrement, mais ce ne fut pas le cas, l’Eternel avait sûrement Ses raisons. Je pense que c’est pour montrer que comme le Christ a été aidé, nous-mêmes nous seront aidés à porter notre croix (par Jésus ou par nos frères/sœurs en Christ) ? De plus il n’est pas dit que Simon soit un Disciple.
    Je médite parfois sur le Chemin de Sa croix pour comprendre tout ce qu’Il a fait pour nous. Car il nous est souvent exhorté de prendre notre croix. Ma croix, je VEUX la porter et avec fierté pour le Seigneur. Je prie le Seigneur pour qu’il me permette de la porter, pour que j’en sois digne. Prions pour que le Seigneur continue à nous sanctifier. AMEN.
    PS : Mon lieu de culte se trouve à 54 km de chez moi. J’aimerais bien, avec l’aide du Seigneur, trouver un lieu de culte plus proche, qui soit dans la Vérité de la Parole.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Katiankibio, Ces trois langues étaient les plus courantes de l’époque: l’Hébreu, langue de la Judée et langue religieuse, le Grec, langue de la diaspora, et le latin, langue des occupants romains. Je ne crois pas qu’il faille y voir une signification spirituelle spéciale. Quant à Simon de Cyrène, il a effectivement aidé Jésus à porter Sa croix, de même que d’autres pourront nous aider à porter la nôtre. Je rappelle simplement que « porter sa croix », c’est d’abord accepter pleinement de faire la volonté de Dieu, et plus la nôtre. Concernant ton assemblée, le Seigneur peut certainement te guider vers un lieu plus proche. Demande-Lui de te faire rencontrer de véritables Chrétiens près de chez toi, et Il le fera! Fais un tour dans toutes les assemblées chrétiennes proches, en demandant au Seigneur de te mettre en relation avec ces Chrétiens, et Il te donnera le discernement! Il te montrera où est ta place, même si cette place pourrait être temporaire.