B181-Derniers avertissements de Jésus-Christ à Son Eglise (2).

Article de Henri Viaud-Murat.

Quel amour manifeste toujours le Seigneur Jésus envers Son Eglise, pour l’avertir de ce dont elle doit se repentir!

Le Livre de l’Apocalypse est réellement le Livre de la fin des temps. Il comprend 22 chapitres. Les trois premiers chapitres sont consacrés aux derniers avertissements de Jésus-Christ à Son Eglise. Les trois derniers chapitres sont consacrés au Millénium, après le retour de Jésus-Christ sur cette terre pour y régner, puis à la situation des rachetés pendant l’éternité.

Tous les autres chapitres intermédiaires sont consacrés exclusivement à ce qui se passe, dans le Ciel et sur la terre, pendant la Tribulation.

D’ailleurs, l’Eglise n’est mentionnée que dans les trois premiers chapitres, puis au terme de la tribulation, quand il est parlé, à la fin du chapitre 19, des noces de l’Agneau, et du retour du Seigneur Jésus sur la terre, en compagnie de tous Ses saints.

La raison en est simple: l’Eglise véritable, l’Epouse du Seigneur Jésus, n’est pas concernée par la période de la Tribulation. L’Epouse doit être enlevée juste avant le début de cette Tribulation, l’enlèvement devant d’ailleurs marquer le point de départ de cette Tribulation.

Il est bien mentionné, au chapitre 12, « ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus-Christ »:

« Quand le dragon vit qu’il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l’enfant mâle. Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu’elle s’envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d’un temps, loin de la face du serpent. Et, de sa bouche, le serpent lança de l’eau comme un fleuve derrière la femme, afin de l’entraîner par le fleuve. Et la terre secourut la femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa bouche. Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s’en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus » (Apoc. 12: 13-17).

Ceux « qui gardent le témoignage de Jésus » ne font pas référence à l’Eglise du Seigneur. Mais il s’agit soit de ceux qui se sont convertis pendant la Tribulation, soit de tous les Chrétiens qui auront négligé de se préparer à l’enlèvement, et qui voudront ensuite rester fidèles au Seigneur, en refusant de prendre la marque de la Bête et de l’adorer comme Dieu.

Tous ceux-là seront pourchassés par le grand dragon. Ils seront préservés au maximum pendant trois ans et demi. Mais tous ceux qui seront pris, et qui refuseront la marque de la Bête, seront exécutés (Apoc. 13: 15-17).

Au début du chapitre 4 de l’Apocalypse, juste après les derniers avertissements de Jésus-Christ aux sept Eglises, il est écrit ceci:

« Après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel. La première voix que j’avais entendue, comme le son d’une trompette, et qui me parlait, dit: Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite. Aussitôt je fus ravi en esprit » (Apoc. 4: 1-2).

Bien-aimés, c’est exactement ce qui va se passer au moment de l’enlèvement, sauf que l’Epouse ne sera pas enlevée en esprit, mais dans son corps ressuscité!

« Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur: nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts. Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles » (1 Thess. 4: 15-18).

Cet « enlèvement » en esprit de l’apôtre Jean préfigure donc l’enlèvement de l’Epouse de Christ, juste avant la Tribulation.

Cette préfiguration de l’enlèvement doit donc nous pousser à accorder la plus extrême importance aux derniers avertissement que Jésus-Christ adresse à Ses Eglises!

Ces sept Eglises décrites dans les trois premiers chapitres de l’Apocalypse représentent toutes les églises de toutes les époques et de tous les lieux, tout au long de l’histoire de l’Eglise, depuis la Pentecôte, et jusqu’à l’enlèvement.

Si le Seigneur a voulu prendre ce soin extrême à avertir Ses Eglises, c’est qu’Il veut manifestement que toutes soient enlevées, et que personne ne soit laissé en arrière.

Ceux qui seront laissés en arrière seront donc ceux qui auront négligé de tenir compte des avertissements du Seigneur, quand ces avertissements les concernaient.

Sur les sept Eglises, il y en a deux auxquelles le Seigneur n’adresse aucun reproche. Mais il y en a quand même cinq auxquelles le Seigneur adresse des reproches.

Ces reproches représentent tout ce qui peut nous faire passer à côté de l’enlèvement. Ils décrivent donc tout ce que le Seigneur considère comme vital pour pouvoir être enlevé.

Le plus important, pour nous, n’est donc pas de savoir ce que le Seigneur approuve, mais ce qu’Il désapprouve.

Il est bon de recevoir les approbations et les encouragements du Seigneur, quand Il n’a rien à nous reprocher. Mais il est encore meilleur, pour nous qui sommes les membres de l’Eglise du Seigneur, de savoir si le Seigneur a quelque chose à nous reprocher. Car cela nous donne l’occasion de nous repentir et de nous mettre en règle!

On peut donc être infiniment reconnaissants au Seigneur pour Son Amour pour nous! Car, dans cet Amour infini, Il ne veut pas nous laisser dans l’ignorance!

Nous pouvons donc compter sur l’Amour du Seigneur, pour qu’Il nous fasse toujours savoir, d’une manière ou d’une autre, ce qu’Il peut nous reprocher. Car Il ne veut pas que nous périssions dans la Grande Tribulation, mais Il veut que nous soyons enlevés, pour participer aux noces de l’Agneau!

Il est donc bon, dans un premier temps, de voir en détail ce que le Seigneur reproche à ces cinq Eglises. Puis nous verrons, à titre d’encouragement, ce qu’Il dit aux deux Eglises fidèles, qui représentent les Chrétiens fidèles de tous les temps.

Message du Seigneur à l’Eglise d’Ephèse:

Quelques décennies après la glorieuse Eglise d’Ephèse, à laquelle Paul écrivait son épître aux Ephésiens, nous pouvons constater que cette église avait dangereusement rétrogradé.

« Ecris à l’ange de l’Eglise d’Ephèse: Voici ce que dit celui qui tient les sept étoiles dans sa main droite, celui qui marche au milieu des sept chandeliers d’or: Je connais tes oeuvres, ton travail, et ta persévérance. Je sais que tu ne peux supporter les méchants; que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs; que tu as de la persévérance, que tu as souffert à cause de mon nom, et que tu ne t’es point lassé. Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières oeuvres; sinon, je viendrai à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. Tu as pourtant ceci, c’est que tu hais les oeuvres des Nicolaïtes, oeuvres que je hais aussi. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises: A celui qui vaincra je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu » (Apoc. 2: 1-7).

Le Seigneur commence par souligner tout ce qu’Il trouve de positif dans cette église. Aujourd’hui, aux yeux de beaucoup de Chrétiens, les qualités de cette église en feraient sans doute une église modèle. Le Seigneur ne met en lumière aucun péché ni aucune fausse doctrine. C’est une église active, qui sait discerner le mensonge et les faux apôtres. C’est une église qui hait aussi les oeuvres des Nicolaïtes.

« Nicolas », en grec, signifie « vainqueur du peuple » ou « destructeur du peuple. » Le nom « Balaam, » en hébreu, a sensiblement la même signification, « celui qui détruit le peuple. »

Les « Nicolaïtes » étaient donc sans doute des gens qui se prétendaient Chrétiens, mais qui enseignaient à mettre des pierres d’achoppement devant les Chrétiens fidèles, à l’image de Balaam qui, ne pouvant maudire Israël, a enseigné à Balak de quelle manière il pourrait attirer le jugement de Dieu sur Son peuple, en les séduisant et les poussant à la fornication avec des femmes étrangères.

L’Eglise d’Ephèse haïssait les oeuvres des Nicolaïtes, ce que le Seigneur met à son crédit.

Toutefois, le Seigneur adresse à cette belle église un reproche d’une gravité extrême à Ses yeux: elle a abandonné son premier amour. Nous pourrions dire qu’elle a abandonné son « amour premier » pour le Seigneur. Ses oeuvres ne sont plus le fruit d’un amour profond et sincère, mais elle est tombée dans une sorte de routine spirituelle.

Tout ce que nous faisons pour le Seigneur doit être le produit de notre amour suprême pour le Seigneur, parce que nous savons qu’Il nous a aimés le premier.

Paul nous rappelle que « la foi est agissante par l’amour » (Galates 5: 6). C’est l’amour de Christ en nous qui rend notre foi « puissamment efficace. » Et c’est ce premier amour que l’église d’Ephèse avait perdu.

Le Seigneur l’appelle avec tendresse à se repentir et à se relever d’où elle est tombée. Il l’avertit aussi que si elle ne se repent pas, Il ôtera Son chandelier du milieu d’elle.

Le chandelier symbolise la présence et l’onction du Saint-Esprit. L’Eglise véritable est aussi appelée le chandelier. Si le Seigneur ôte ce chandelier, cela signifie que la présence du Saint-Esprit se retirera de cette église, et que les véritables Chrétiens finiront aussi par la quitter.

Elle ne deviendra qu’une coquille vide, pieuse et belle d’apparence, mais ayant renié ce qui faisait sa force spirituelle.

Voici ce que le Seigneur dit ensuite à la seconde église à laquelle Il adresse un reproche:

« Ecris à l’ange de l’Eglise de Pergame: Voici ce que dit celui qui a l’épée aiguë, à deux tranchants: Je sais où tu demeures, je sais que là est le trône de Satan. Tu retiens mon nom, et tu n’as pas renié ma foi, même aux jours d’Antipas, mon témoin fidèle, qui a été mis à mort chez vous, là où Satan a sa demeure. Mais j’ai quelque chose contre toi, c’est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à mettre une pierre d’achoppement devant les fils d’Israël, pour qu’ils mangeassent des viandes sacrifiées aux idoles et qu’ils se livrassent à l’impudicité. De même, toi aussi, tu as des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaïtes. Repens-toi donc; sinon, je viendrai à toi bientôt, et je les combattrai avec l’épée de ma bouche. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises: A celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit » (Apoc. 2: 12-17).

Cette église demeurait dans une ville où Satan lui-même avait son trône! Son environnement spirituel devait donc être très pesant. Pourtant, cette église est demeurée fidèle au Seigneur, même au milieu de la persécution.

Toutefois, le Seigneur lui reproche de ne pas avoir extirpé de son sein certains partisans de la doctrine des Nicolaïtes ou de Balaam. Elle a donc accepté certains compromis avec la Vérité. Elle n’est plus soucieuse de se conserver parfaitement pure devant le Seigneur.

Le Seigneur l’appelle donc à la repentance, et l’avertit que, si elle refuse de se repentir, Il viendra combattre Lui-même les coupables avec l’épée de Sa bouche, et « trancher dans le vif » de ce qui représente pour Lui une abomination.

Apparemment, ce qui est grave aux yeux du Seigneur ne l’est pas toujours pour tous les Chrétiens. Seuls ceux qui L’aiment d’un amour ardent savent que le Seigneur recherche avant tout la sainteté dans la vie de Ses enfants. Et cette sainteté se traduit nécessairement par la haine de tout péché et de tout compromis avec Sa Parole, en demeurant pour cela dans Son amour et Sa compassion.

Le Seigneur s’adresse ensuite à une autre église qui n’est pas irréprochable:

« Ecris à l’ange de l’Eglise de Thyatire: Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à de l’airain ardent: Je connais tes oeuvres, ton amour, ta foi, ton fidèle service, ta constance, et tes dernières oeuvres plus nombreuses que les premières. Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles. Je lui ai donné du temps, afin qu’elle se repentît, et elle ne veut pas se repentir de son impudicité. Voici, je vais la jeter sur un lit, et envoyer une grande tribulation à ceux qui commettent adultère avec elle, à moins qu’ils ne se repentent de leurs oeuvres. Je ferai mourir de mort ses enfants; et toutes les Eglises connaîtront que je suis celui qui sonde les reins et les coeurs, et je vous rendrai à chacun selon vos oeuvres. A vous, à tous les autres de Thyatire, qui ne reçoivent pas cette doctrine, et qui n’ont pas connu les profondeurs de Satan, comme ils les appellent, je vous dis: Je ne mets pas sur vous d’autre fardeau; seulement, ce que vous avez, retenez-le jusqu’à ce que je vienne. A celui qui vaincra, et qui gardera jusqu’à la fin mes oeuvres, je donnerai autorité sur les nations. Il les paîtra avec une verge de fer, comme on brise les vases d’argile, ainsi que moi-même j’en ai reçu le pouvoir de mon Père. Et je lui donnerai l’étoile du matin. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises! » (Apoc. 2: 18-29).

Voici encore, selon toute apparence, une belle et bonne église! Le Seigneur reconnaît volontiers ses oeuvres, son amour, sa foi, son fidèle service, sa constance, et ses dernières oeuvres plus nombreuses que les premières.

Mais le Seigneur a quelque chose contre cette église: elle laisse une femme, Jézabel, enseigner la doctrine des Nicolaïtes, afin de pousser les serviteurs de Dieu à se livrer au compromis, à l’adultère et à l’impudicité.

Dès que nous acceptons des compromis avec la pure Parole de Dieu, nous tombons dans l’impudicité spirituelle, et nous commettons un adultère spirituel. Ensuite, le pas est vite franchi, entre l’impudicité et l’adultère spirituels et l’impudicité et l’adultère physiques.

Là encore, le Seigneur appelle les fautifs à la repentance, et les avertit du jugement à venir, s’ils ne se repentent pas.

C’est pourquoi, au jour du jugement, toute bouche sera fermée! Car personne ne pourra reprocher au Seigneur de ne pas l’avoir averti! De tous temps et en tous lieux, l’Esprit a parlé aux églises. Ceux qui ne se sont pas repentis sont donc toujours ceux qui n’ont pas voulu se repentir, et leur jugement sera juste.

L’église suivante est celle de Sardes, chez laquelle le Seigneur relève sans doute le moins de points positifs.

« Ecris à l’ange de l’Eglise de Sardes: Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles: Je connais tes oeuvres. Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort. Sois vigilant, et affermis le reste qui est près de mourir; car je n’ai pas trouvé tes oeuvres parfaites devant mon Dieu. Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu, et garde, et repens-toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi. Cependant tu as à Sardes quelques hommes qui n’ont pas souillé leurs vêtements; ils marcheront avec moi en vêtements blancs, parce qu’ils en sont dignes. Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs; je n’effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises! » (Apoc. 3: 1-6).

Cette église passe pour vivante aux yeux du monde, mais, aux yeux du Seigneur, elle est morte! Toutefois, quelques braises couvent encore sous les cendres moribondes. Cette église a encore en son sein quelques croyants qui n’ont pas souillé leurs vêtements, et qui sont dignes de marcher avec le Seigneur en vêtements blancs.

Le Seigneur, comme toujours, appelle cette église à la repentance. Sinon, Il l’avertit qu’Il viendra comme un voleur, et qu’elle ne saura pas à quelle heure Il viendra sur elle.

Cet avertissement est clair: les Chrétiens de cette église qui doivent se repentir, et qui ne le feront pas, ne seront pas enlevés.

Voici ce que dit l’apôtre Paul aux Chrétiens fidèles:

« Pour ce qui est des temps et des moments, vous n’avez pas besoin, frères, qu’on vous en écrive. Car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront: Paix et sûreté! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point. Mais vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur; vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres. Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres. Car ceux qui dorment dorment la nuit, et ceux qui s’enivrent s’enivrent la nuit. Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l’espérance du salut. Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l’acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ, qui est mort pour nous, afin que, soit que nous veillions, soit que nous dormions, nous vivions ensemble avec lui » (1 Thessaloniciens 5: 1-10).

Les Chrétiens fidèles, qui ne dorment pas spirituellement, ne seront jamais surpris comme par un voleur! Le Seigneur les trouvera prêts à partir avec Lui quand Il viendra les chercher!

Les Chrétiens fidèles sauront donc toujours à quelle heure le Seigneur viendra les prendre! Pourquoi donc? Parce qu’ils sont prêts à partir à toute heure! Pour eux, toute heure peut être celle de l’enlèvement! Ils ne seront donc pas surpris quand l’enlèvement se produira, même s’ils n’en savent ni le jour ni l’heure!

Le Seigneur S’adresse ensuite à la dernière église à laquelle Il adresse des reproches:

« Ecris à l’ange de l’Eglise de Laodicée: Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le commencement de la création de Dieu: Je connais tes oeuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. Parce que tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu, je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies. Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi. Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises! » (Apoc. 3: 14-22).

Cette église de la fin est certainement la plus pitoyable sur le plan spirituel: elle est devenue tiède. Elle se croit riche, et pense ne manquer de rien, mais elle ne se rend même plus compte qu’aux yeux du Seigneur, elle est « malheureuse, misérable, pauvre, aveugle et nue »!

Le Seigneur est même prêt à la vomir de Sa bouche! Mais Il l’aime toujours. Il l’appelle donc à se repentir et à réformer ses voies. Sinon, elle n’entendra plus la voix du Seigneur, qui frappe pourtant à sa porte, et elle ne jouira plus de Sa communion.

On peut remarquer qu’il y a une progression dans la déchéance spirituelle de ces cinq églises qui ne satisfont pas pleinement le Seigneur.

Tout commence invariablement par la perte du premier amour. Puis cela se poursuit toujours par l’acceptation du compromis spirituel. Et cela se termine inéluctablement par l’extinction de la flamme du Saint-Esprit et la tiédeur spirituelle.

Dans tous les cas, ces cinq églises ne peuvent espérer faire partie de l’Epouse pure, sainte, parfaite, sans ride ni tache, qui sera enlevée à la rencontre du Seigneur.

Mais le Seigneur ne veut pas laisser ces églises dans leur état spirituel lamentable. Il vient à elles avec amour, met en lumière ce qui doit être changé, et les appelle à se repentir. Mais Il les avertit aussi toujours du jugement qui suivra tout manque de repentance.

Le Seigneur ne prend jamais plaisir à la mort du pécheur. Mais Il l’avertit et le pousse à la repentance, afin qu’il puisse participer pleinement à la bénédiction.

Jusqu’au dernier moment, le Seigneur parlera donc aux Chrétiens qui ne seront pas prêts à être enlevés. Au moment de l’enlèvement, tous ceux qui resteront, et qui devront traverser les horreurs de la Grande Tribulation, sauront qu’ils avaient été avertis par le Saint-Esprit, et regretteront amèrement de ne pas avoir écouté ces avertissements. Mais, hélas, il sera trop tard!

Ile ne perdront pas nécessairement leur saut, s’ils ne prennent pas la marque de la Bête. Mais ils seront pourchassés et persécutés. Et tous ceux qui refuseront d’adorer la Bête et de prendre sa marque, seront mis à mort. Ils feront partie des innombrables martyrs de la Tribulation. Ils seront sauvés comme au travers du feu. Mais ils auraient pu éviter de subir ces terribles épreuves et de traverser une telle détresse!

Aujourd’hui encore, si vous lisez ces lignes, et si vous savez que vous êtes concernés par ces derniers avertissements du Seigneur à Ses églises, ne fermez pas vos oreilles ni votre coeur, mais sachez que vous pouvez encore vous repentir, reprendre la main que le Seigneur vous tend, et être prêts pour Sa venue proche!

Sur les sept églises qui représentent les églises de toutes les époques, deux ne font l’objet d’aucun reproche de la part du Seigneur. Elles représentent les assemblées composées de Chrétiens fidèles et consacrés.

La première de ces église fidèles est celle de Smyrne:

« Ecris à l’ange de l’Eglise de Smyrne: Voici ce que dit le premier et le dernier, celui qui était mort, et qui est revenu à la vie: Je connais ta tribulation et ta pauvreté bien que tu sois riche, et les calomnies de la part de ceux qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui sont une synagogue de Satan. Ne crains pas ce que tu vas souffrir. Voici, le diable jettera quelques-uns de vous en prison, afin que vous soyez éprouvés, et vous aurez une tribulation de dix jours. Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises: Celui qui vaincra n’aura pas à souffrir la seconde mort » (Apoc. 2: 8-11).

« Smyrne » signifie « myrrhe. » Cette plante aromatique produisait une résine parfumée. Les Mages avaient offert à l’enfant Jésus de l’or, de l’encens et de la myrrhe. On présenta à Jésus, sur la croix, du vin mêlé de myrrhe. Après Sa mort, Ses disciples apportèrent un onguent à base de myrrhe pour embaumer Son corps.

La myrrhe a donc un rapport étroit avec la croix. Les Chrétiens de Smyrne ont compris le message de la croix, et vivent ce message dans leur vie quotidienne, ce qui explique leur fidélité et leur sainteté.

Seuls ceux qui ont compris et accepté le message de la croix peuvent accéder à la marche par l’esprit, dans une victoire totale sur le péché et la chair.

Cette église fidèle est une église pauvre aux yeux du monde, mais riche aux yeux de Dieu. Pour prix de sa fidélité, cette église doit subir des tribulations et des calomnies. Le Seigneur leur annonce que certains de ses membres seront même jetés en prison par le diable. Mais cette tribulation sera de courte durée.

Les calomnies que cette église doit subir ne viennent pas du monde, mais de « ceux qui se disent Juifs et qui ne le sont pas. » Aujourd’hui, on pourrait dire aussi: « de la part de ceux qui se disent Chrétiens et qui ne le sont pas. »

Les Chrétiens fidèles auront toujours à souffrir davantage, et plus cruellement, de la part de ceux qui se disent leurs frères en Christ, mais qui sont animés de l’esprit de Caïn, et qui sont contrôlés par la chair et non par l’Esprit du Seigneur.

Le Seigneur exhorte cette église fidèle à ne pas craindre ce qu’elle va souffrir, et d’être fidèle jusqu’à la mort. Cela signifie « être fidèle jusqu’à la fin de sa vie, » et « être fidèle même si elle devait payer sa fidélité de sa vie. »

La seconde de ces deux églises fidèles est celle de Philadelphie:

« Ecris à l’ange de l’Eglise de Philadelphie: Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n’ouvrira: Je connais tes oeuvres. Voici, parce que tu as peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n’as pas renié mon nom, j’ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer. Voici, je te donne de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui mentent; voici, je les ferai venir, se prosterner à tes pieds, et connaître que je t’ai aimé. Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus; j’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises! » (Apoc. 3: 7-13).

« Philadelphie » signifie en grec « amour des frères. » L’amour de Dieu caractérise cette église fidèle. Là encore, sans le message de la croix, sans une vie crucifiée et ressuscitée, il ne nous est pas possible de produire cet amour divin dans nos vies.

Cette église a peu de puissance aux yeux des hommes, mais elle est puissante aux yeux de Dieu. Elle garde la Parole du Seigneur, sans renier Son nom.

Le Seigneur a mis devant elle une porte ouverte, que personne ne peut fermer. Cette « Porte » est le Seigneur Jésus Lui-même. Cette église vit dans la présence permanente du Seigneur, dans Son intimité.

Comme l’église de Smyrne, cette église doit subir les assauts de « ceux qui se disent Juifs, et qui ne le sont pas. » Mais le Seigneur les fera venir se prosterner aux pieds de cette église fidèle, et reconnaître qu’Il l’a aimée.

Comme celle de Smyrne, l’église fidèle de Philadelphie reçoit la promesse qu’elle ne passera pas au travers de la Grande Tribulation, et qu’elle sera donc enlevée auparavant. Le Seigneur lui dit en effet:

« Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre » (verset 10).

Le texte grec ne dit pas: « je te garderai à l’heure de la tentation », mais « je te garderai DE l’heure de la tentation, » ce qui est complètement différent! Le mot grec traduit par « tentation » devrait plutôt être traduit par « adversité, trouble. » La grande adversité qui viendra sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre, » n’est autre que la Grande Tribulation.

Bien-aimés, l’Eglise fidèle ne passera pas par la Grande Tribulation! Elle n’aura pas besoin de la traverser! Elle n’aura pas besoin d’être purifiée par cette épreuve, contrairement aux Chrétiens qui auront perdu leur premier amour et qui seront devenus tièdes! Ceux-là se réveilleront après l’enlèvement de l’Epouse, tandis que l’Epouse sera enlevée parce qu’elle était déjà réveillée avant l’enlèvement.

Il nous est encore possible de faire partie de ces « vainqueurs » qui seront enlevés dans les airs à la rencontre du Seigneur! Les temps deviennent de plus en plus courts, mais la porte de la grâce est toujours ouverte, et nous pouvons toujours nous emparer de la grâce du Seigneur par la foi!

Nous ne vaincrons jamais par nos propres forces! Mais nous pourrons toujours être plus que vainqueurs par Celui qui nous a tant aimés!

Voici les bénédictions réservées aux vainqueurs:

– « A celui qui vaincra je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu » (Apoc. 2: 7).

– « Celui qui vaincra n’aura pas à souffrir la seconde mort » (Apoc. 2: 11).

– « A celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit » (Apoc. 2: 17).

– « A celui qui vaincra, et qui gardera jusqu’à la fin mes oeuvres, je donnerai autorité sur les nations. Il les paîtra avec une verge de fer, comme on brise les vases d’argile, ainsi que moi-même j’en ai reçu le pouvoir de mon Père. Et je lui donnerai l’étoile du matin » (Apoc. 2: 26-28).

– « Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs; je n’effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges » (Apoc. 3: 5).

– « Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus; j’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau » (Apoc. 3: 12).

– « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône » (Apoc. 3: 21).

Nous ne voulons pas rester attachés au Seigneur Jésus pour hériter de ces bénédictions, mais parce que nous L’aimons et que nous voulons Lui plaire. Sa présence éternelle nous suffit!

Mais nous nous réjouissons par avance de ce que le Seigneur, dans Sa bonté et Sa grâce, ait voulu réserver de telles bénédictions à ceux qui Lui sont fidèles!

Faisons donc nôtres ces paroles de l’apôtre Paul:

« Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus-Christ. Frères, je ne pense pas l’avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons cette même pensée; et si vous êtes en quelque point d’un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus. Seulement, au point où nous sommes parvenus, marchons d’un même pas. Soyez tous mes imitateurs, frères, et portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous. Car il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix de Christ, je vous en ai souvent parlé, et j’en parle maintenant encore en pleurant. Leur fin sera la perdition; ils ont pour dieu leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, ils ne pensent qu’aux choses de la terre. Mais notre cité à nous est dans les cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, qui transformera le corps de notre humiliation, en le rendant semblable au corps de sa gloire, par le pouvoir qu’il a de s’assujettir toutes choses. C’est pourquoi, mes bien-aimés, et très chers frères, vous qui êtes ma joie et ma couronne, demeurez ainsi fermes dans le Seigneur, mes bien-aimés! » (Philippiens 3: 12-21 – 4: 1).

81 Responses to B181-Derniers avertissements de Jésus-Christ à Son Eglise (2).

  1. Danielle Laure dit :

    Amen, oui, mon frère Henri Viaud-Murat, entièrement d’accord avec le dernier commentaire.

  2. kevin dit :

    Chers frères et soeurs, j’ai trouvé un témoignage sur le Ciel et l’enfer qui m’a l’air bon. C’est très sérieux.
    http://spiritlessons.com/Documents/Prepare_to_meet_your_God/French_Prepare_to_Meet_Your_God_Angelica_Zambrano.pdf

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher Kevin, J’avais déjà connu ce témoignage. Il me semble conforme à la Parole de Dieu pour l’essentiel. Nous devons toujours être prudents avec les témoignages, et tout contrôler par la Bible, et aussi par la conviction que nous donne le Saint-Esprit.

  3. Bonjour Henri,
    Je remercie mon ami Florent qui m’a envoyé le lien de cet article et je vous remercie pour ce message clair et explicite. Donc je voulais vous demander votre avis sur les écritures suivantes: Malachie 4: 5-6, tout en tenant compte de Matthieu 17: 10-13
    Malachie 4: 5-6: « Voici, je vous enverrai Élie, le prophète, avant que le jour de l’Éternel arrive, ce jour grand et redoutable. Il ramènera le coeur des pères à leurs enfants, et le coeur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’interdit. »
    Matthieu 17: 10-13: « Les disciples lui firent cette question: Pourquoi donc les scribes disent-ils qu’Élie doit venir premièrement? Il répondit: Il est vrai qu’Élie doit venir, et rétablir toutes choses. Mais je vous dis qu’Élie est déjà venu, qu’ils ne l’ont pas reconnu, et qu’ils l’ont traité comme ils ont voulu. De même le Fils de l’homme souffrira de leur part. Les disciples comprirent alors qu’il leur parlait de Jean Baptiste. »

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher Jean-Claude, Le Seigneur annonçait donc clairement que Jean-Baptiste était l’Elie qui devait venir (Matthieu 11: 14), dans l’esprit et la puissance d’Elie.

  4. kevin dit :

    Chers frères et soeurs, je suis tombé sur une vidéo trop chou que j’aimerai vous partager. Nous avons là une petite soeur qui a 4 ans et qui attend Jésus. Vous vous rendez compte, 4 ans! Elle a fait avec sa maman un petit montage sur ce à quoi va ressembler l’enlevement. Que c’est mignon! Et oui, on peut déjà aimer le Seigneur à 4 ans!

  5. Al dit :

    Merci beaucoup, Frère HVM, pour cet éclaircissement!

  6. Al dit :

    Salut frère HVM,
    Désolé d’intervenir sur un point qui n’a rien à voir avec le thème ci-dessous. En effet, je voulais connaître votre réaction, j’ai connu une église qui existe depuis plus de 17 ans, elle est dirigée par un collège d’anciens. Il y a quelque temps, un frère est parti de l’église, en invoquant comme raison le manque de pasteur depuis que l’église existe. Il m’a dit que ce n’est pas normal, voire pas doctrinal, que l’église soit toujours dirigée par un collège d’anciens, il faut à l’église un pasteur pour un vrai leadership, car Dieu S’est toujours choisi un homme parmi les Siens pour faire connaître la vision d’une oeuvre, comme dans le cas de Moïse, de Pierre, etc….. Donc, vu que l’église n’a pas de pasteur principal qui puisse donner une vision de leadership à l’oeuvre, cela prouve bel et bien que Dieu n’est pas dans cette oeuvre, dans cette église. Face à un tel raisonnement, je me suis un peu senti confus, d’où je sollicite un peu votre sagesse, avec l’aide du Saint-Esprit, afin de m’éclairer un peu sur un tel raisonnement, et de savoir si obligatoirement une église doit avoir un pasteur leader. Merci davance pour votre disponibilité à me répondre.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Al, La notion de « pasteur unique leader » d’une église locale n’existe pas dans le Nouveau Testament. Toutes les églises locales, églises de localités, étaient dirigées par des groupes d’anciens aux ministères complémentaires. La mentalité de « leader unique » est une mentalité de l’ancienne alliance. Même Pierre ne se considère pas comme leader unique, c’est l’Eglise Catholique qui a inventé cela (1 Pierre 5: 1). En fait, le point essentiel, c’est d’avoir d’abord des hommes spirituels et non charnels pour diriger l’Eglise de Jésus-Christ. La collectivité des ministères ne garantit pas qu’ils soient toujours spirituels! Je crois que ce frère, qui a invoqué cette raison pour quitter cette église, a choisi une mauvaise raison!

  7. RACHID dit :

    Cher frère Maurice, Ton témoignage et ton vécu en terre d’Israel est super à lire. Ta joie est partagée. D’ailleurs je souhaite, Dieu voulant, m’y rendre un jour avec ma fiancée. L’article d’Henri, concernant les « territoires occupés », donne une vision aussi palpable. Dieu vous bénisse. Rachid.

  8. Maurice dit :

    Chers tous,
    Aller en Israël est un privilège unique dans la vie. J’ai pu accomplir ce rêve à 46 ans. Notre guide pendant 13 jours nous a conduit de lieu en lieu avec plus de 100 références de la Bible, mises sur papier. J’étais un peu comme Siméon en Luc 2:30 qui dit : »Mes yeux ont vu ton salut » ou comme Anne, une veuve de 84 ans, qui parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem, Lc 2:38. Pour les jeunes comme Marie, pas de souci pour trouver une bonne date pour leur mariage, elle est allée chez sa cousine Elisabeth bien plus âgée qu’elle, pendant 3 mois, Lc 1:56. Ce n’était pas trop long pour partager le contenu de son cantique, Lc 1:46:55, où elle fustige les orgueilleux, et cite le rassasiement des pauvres du Ps 107:9. Pour une future maman, elle connaissait bien l’Ancien Testament, et suivait de près la géopolitique de son époque. Et Elisabeth, peut-être un peu lasse d’avoir un mari muet depuis 6 mois, Lc 1:20, peut reprendre la prière à deux avec Marie. Plus besoin de fiancé ou de mari pour être rempli de cette joie merveilleuse et glorieuse dont parle 1 Pierre 1:8-9.
    A 16 ans, mon père m’a dit: « Tu apprends le métier de menuisier dans l’entreprise familiale où tu quittes la maison, je ne veux plus te revoir. » C’était dur, parce que je voulais être dans l’électronique. Un an plus tard, j’ai rencontré notre Seigneur Jésus et, en considérant qu’il était lui aussi menuisier-charpentier, j’ai commencé à aimer ce travail. Je pense aux bergers de Lc 2:20 qui sont rentrés sur leur lieu de travail, après avoir vu l’enfant Jésus, en glorifiant et en louant Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, et qui était conforme à ce qui leur avait été annoncé. Depuis cette rencontre avec les anges, leur vie n’a plus été la même.
    Je prie que notre frère Henri trouve les mots pour parler du pays d’Israël et de « Jérusalem, où Dieu a ses yeux toujours sur ses murs » Esaïe 49:15-16. De plus, notre Seigneur chérit aussi nos lieux d’habitation avec autant d’intensité « qu’une mère qui allaite son enfant. »
    Il est vraiment « l’Admirable » Es.9:5. Je vous embrasse.

  9. esther dit :

    Cher Jean Luc,
    Merci pour ta réponse.Effectivement, quand je disais augmenter c’est un mauvais terme, ce que je voulais dire, c’est que souvent c’est ma propre incrédulité qui bloque cette mesure parfaite de foi que le Seigneur Jésus-Christ nous a donné, et que le remède c’est justement en Sa Parole. Ce que hier me paraissait insurmontable à la lumière de la Parole devient alors très simple. On ne peut le voir manifester dans notre vie que quand cela devient réel, une certitude que rien ne peut terrasser. C’est comme quand tu te fais un bon thé, au début il y a l’eau, des bouts de thé, et un morceau de sucre, au final, tu ne vois ni le sucre ni l’eau, mais du thé. Le thé a infusé l’eau, et le sucre a fondu. Et tu as tout à fait raison quand tu dis que cela est naturel sans effort, sinon cela vient de nous et cela n’est pas la foi, mais l’auto-suffisance. Merci frère pour cette correction importante.
    Cher Henri,
    Super !

  10. Jean-Luc77 dit :

    Chère sœur Esther, notre Seigneur n’augmentera jamais notre foi mais Il nous invite à compter sur Lui, à chaque instant, pour mettre en action la mesure de foi qu’Il nous a déjà donné afin que Lui l’amène à la perfection. Cette mesure de foi est pleinement suffisante pour marcher sur l’eau, si nous osons nous en servir comme d’un serviteur de Christ à Son service et donc au nôtre puisque nous sommes en Lui ! Nous devons arrêter de croire qu’il faut une montagne de foi pour soulever un grain de sénevé ! C’est l’opposé qu’enseigne la Parole de Dieu ! Si nous utilisions à la perfection la mesure de foi de Dieu, Sa Semence, qu’Il a déjà placé en nous, en Christ, nous bougerions toutes les montagnes de notre quotidien sans effort, dans Son repos et par Sa pure grâce pour Sa gloire.Dépendre de Christ au quotidien, c’est aimer laisser Christ s’incarner pleinement en nous afin de vivre de Sa vie de résurrection par Sa foi ! Nous sommes Ses vainqueurs à chaque fois que nous manifestons Sa Victoire par l’Esprit !

  11. kevin dit :

    Cher Henri, il faudra que vous fassiez un article pour donner un maximum de conseils pour ceux qui vont rester. Si l’enlèvement a lieu et que des gens qui fréquentent le blog tombent dessus, ça les aidera beaucoup! Ce serait bien que vous leur expliquiez par exemple comment survivre à la tribulation, où se cacher pour échapper à l’Antéchrist, etc… Vous voyez le genre?

  12. esther dit :

    Chère Sylvie,
    Henri a vraiment répondu avec grande sagesse. Ce qui est certain, c’est que le Seigneur est toujours le même, et qu’il n’y a pas de « favoritisme », alors oui, notre incrédulité et nos doutes sont ce qui nous empêche d’avoir la victoire sur la maladie. Il faut vraiment avoir la certitude avant d’arrêter tout traitement, et de prendre une décision radicale, comme je le fis à l’époque, et ne pas s’appuyer sur nos forces, mais au Seigneur, après il y a une deuxième chose, c’est garder cette guérison, car, par bien des fois, hop, un soupçon de doutes et l’ennemi a repris le terrain. C’est vraiment un combat de nos pensées, et seule la marche par l’Esprit peut nous faire voir la lumière de Dieu. Mais il n’en demeure pas moins que la Parole de Dieu est fiable à 100 %. Quand Il est dit que le Seigneur guérissait TOUS les malades, je ne vois pas là une exception. 1 +1 = 2, que ce soit au Japon, en Italie, dans les cieux, cette loi reste établie à jamais, il en est de même avec la guérison.
    Alors, comme le dit Henri, que notre foi devienne parfaite, je le désire, et je sais que chaque jour, elle augmente par Sa Parole. Je souhaite que toutes mes montagnes puissent être ôtées, et que notre foi soit immense. Si j’ai eu des grandes victoires sur la maladie, j’ai également eu des défaites, le deuil, mais il n’en demeure pas moins que le Seigneur est aussi un Dieu de justice, et que si on laisse accès à Satan, il ne va pas se gêner pour foncer dans le tas. J’aime beaucoup ce verset : « Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance » (Jean 10.10), qu’une soeur m’avait donné quand j’étais abattue. Alors, ne cessons pas de tourner la tête vers notre Seigneur. Je remets entre Ses mains tous ces maux qui t’oppressent, Sylvie, on ne va pas lâcher l’affaire. Un énorme bisou pour toi.
    Cher Kevin,
    Tu me rappelles un frère que j’ai vu un jour chez Claude, es-tu déjà allé au Mas ? Sinon, je peux t’assurer que je fais du ski, du patin, etc sans éprouver de craintes. Je pense qu’en étant prudent, il n’y a pas plus de danger que de glisser dans sa baignoire.
    Chère Sandra,
    Merci aussi à toi pour ces quelques lignes qui m’ont beaucoup apporté. Ca fait un bien fou de voir que tu t’accroches au Cep malgré la grêle, la pluie, le soleil brulant 🙂
    Cher Henri,
    C’était comment en Israël ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Esther, Je vais faire bientôt un petit compte-rendu de notre voyage en Israël.

  13. Rachid dit :

    Merci cher frère Henri pour ta réponse. Toutefois, je t’avoue avoir du mal à ce que ma tristesse se change en joie. Bien evidemment, c’est dans un sens particulièrement large, mais, j’ai toujours eu un peu de mal avec cela. Il me reste, je pense, qu’à prier notre Seigneur afin qu’Il m’accorde Sa joie. Merci du conseil. Dieu te bénisse, ainsi que ta famille. Fraternellemnt. R

  14. j-p dit :

    Frère Henri, sais-tu pourquoi les sites Source de Vie et La Trompette ferment-ils ? Peut-on faire quelque chose pour empêcher cela d’arriver ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère j-p, Ces deux sites sont gérés par notre frère Claude Chaine qui, pour des raisons personnelles, a décidé de les fermer après le 1r janvier 2012. Mais il a aussi décidé de confier le contenu de ces sites à d’autres sites chrétiens, qui continueront donc à le diffuser. Il préviendra ses contacts quand il aura les informations.

  15. Fr Guy Ndobe dit :

    Frère Henri,
    Encore une préoccupation, ceux qui ressuscitèrent à la mort de Jésus, sont de l’ancienne alliance (saints de l’ancienne alliance) ou de la nouvelle alliance (morts en Christ, nouvelle catégorie?) Où résident-ils présentement, puisqu’ils n’auront plus besoin de ressusciter à nouveau? Que dire de ceux qui font une différence entre « ressusciter » (retrouver la vie pour ne plus mourir), et « revenir à la vie » (retrouver la vie pour mourir à nouveau, comme Lazare)?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Guy Ndobe, Ceux qui sont ressuscités lors de la mort de Jésus sont tous des saints de l’ancienne alliance. J’ai la conviction qu’ils ne sont pas ressuscités pour mourir encore par la suite. Ils sont actuellement quelque part dans les lieux célestes, de même qu’Enoch et Elie, et attendent leur destination finale, après le Jugement Dernier. Ceux que le Seigneur Jésus a ressuscités sont morts à nouveau plus tard, tandis qu’à la résurrection finale, tous ceux qui ressuscitent pour la vie éternelle ne connaîtront plus la mort, qui n’aura plus de pouvoir sur eux! Il ne faut pas trop se préoccuper de toutes ces choses, sinon pour s’assurer de faire partie soit des morts en Christ qui ressusciteront, soit des vivants en Christ qui vont être changés en un instant, lors du retour de Jésus, afin de constituer Son Epouse!

  16. Armande Negri dit :

    Merci pour cet enseignement si complet,édifiant sans compromis
    Que Dieu dans sa Grâce ouvre nos yeux… ouvre les yeux de tous les conducteurs spirituels tous les responsables qui au fil des années sont rentrés dans une routine en pensant bien servir le Seigneur.
    Je crois que Dieu veut une totale réforme car très doucement nous sommes rentrés nous aussi dans la « religiosité Evangélique »
    Que notre Père Céleste souffle un esprit de repentance et d’unité d’Amour fraternel qui vient de son coeur pour que l’Eglise corps de Christ se ressaisisse et revienne à lui en se conformant à ce que dit la Parole uniquement. C’est par notre témoignage et l’Amour que nous nous portons les uns les autres que ceux de l’extérieur seront touchés…. J’ai toujours ces 4 mots sur mon coeur:
    -Repentance
    -Pardon
    -Delivrance
    -Sanctification