B182-Accomplir les oeuvres de Jésus.

Article de Henri Viaud-Murat.

Le Seigneur nous appelle à ouvrir les yeux sur le projet grandiose qu’Il a conçu pour nous, à partir du moment où nous faisons partie de Sa nouvelle création.

Le projet du Seigneur, pour l’humanité perdue, ne s’arrête pas au rachat de celle-ci, pour que ses péchés soient pardonnés. Ce rachat a été accompli par le sacrifice substitutif du Seigneur Jésus, qui a versé Son sang pur sur la croix, pour expier nos péchés. Il est « l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. »

Le Seigneur nous a ainsi ouvert la porte, pour nous permettre de pénétrer dans Son Royaume, mais aussi pour accomplir sur cette terre les oeuvres qu’Il a Lui-même préparées pour nous, afin que nous les accomplissions.

« Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions » (Ephésiens 2: 8-10).

Dans le Royaume de Dieu, tout doit être reçu de Lui par la foi, pour que ce soit par grâce.

« C’est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d’Abraham, notre père à tous » (Romains 4: 16).

« Accomplir les oeuvres de Jésus » ne signifie donc pas que nous devons nous efforcer d’accomplir des bonnes oeuvres pour Dieu. Mais cela signifie que nous devons entrer par la foi dans les oeuvres que Dieu a préparées d’avance pour nous. Ces oeuvres suivent nécessairement notre foi.

Ce que nous devons donc savoir, sans l’ombre d’un doute, c’est que Dieu, par notre nouvelle naissance, et la présence du Seigneur en nous, nous a déjà rendus capables d’accomplir par la foi toutes les oeuvres qu’Il a préparées pour nous. Et c’est Sa volonté que nous les accomplissions.

« En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père » (Jean 14: 12).

Dieu n’aurait jamais préparé pour nous des oeuvres à accomplir, s’Il n’avait pas pris soin, en tout premier lieu, de nous transformer à Son image, pour nous rendre capables d’accomplir ces oeuvres.

Vous rendez-vous compte à quel point nous devons renouveler nos pensées et notre mentalité, afin de prendre la mentalité de Dieu, qui vit en permanence dans le surnaturel?

Nous ne sommes plus des pécheurs par nature! Nous ne sommes plus au bénéfice d’une ancienne alliance! Nous sommes au bénéfice de la nouvelle alliance annoncée par les prophètes, nouvelle alliance infiniment meilleure que l’ancienne, parce qu’elle a été conclue par le sang de Jésus!

En effet, sous cette nouvelle alliance conclue par le sang de Jésus, nous sommes devenus, en Christ, une nouvelle création qui est justice même de Dieu. Nous formons un seul esprit avec Christ. Christ demeure en nous, et nous demeurons en Christ. Nous sommes le tabernacle vivant de Dieu! En fait, le Père, le Fils et le Saint-Esprit demeurent en nous en permanence, dans le lieu très saint de notre esprit régénéré!

Réalisez-vous que le Saint-Esprit, qui a ressuscité Jésus d’entre les morts, et qui a accompli tous les puissants miracles qui ont été faits par le Seigneur, est ce même Saint-Esprit qui demeure en nous?

C’est le Saint-Esprit qui veut aussi nous introduire dans les oeuvres de Christ! Mais, pour cela, nous devons mourir entièrement à ce que nous étions auparavant, afin que Christ puisse Se manifester au travers de nous, et accomplir Ses oeuvres.

Nous devons changer complètement de mentalité, apprendre à connaître qui nous sommes en Christ, quelle est notre position céleste en Christ, et quelle est la grandeur de l’héritage que nous avons reçu en Christ.

Les plus grands obstacles que rencontre le Seigneur, pour nous introduire dans Ses oeuvres, résident au niveau de nos pensées et de nos mentalités. Nous devons donc commencer par purifier nos pensées de tout ce qui n’est pas en accord avec la pensée de Dieu. Notre mentalité ne doit plus être celle des hommes et du monde. Notre mentalité doit devenir celle du Seigneur Jésus!

Quelles sont donc les oeuvres que Dieu a préparées d’avance pour nous? Ce sont les mêmes oeuvres que celles que le Seigneur Jésus accomplissait quand Il était sur la terre.

Le Seigneur Jésus a accompli deux sortes d’oeuvres: des oeuvres de puissance, et des oeuvres qui dénotaient Son caractère divin.

Les oeuvres de puissance, en ce qui nous concerne, correspondent aux dons du Saint-Esprit, dont certains sont énumérés dans les passages suivants:

« Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité commune. En effet, à l’un est donnée par l’Esprit une parole de sagesse; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit; à un autre, la foi, par le même Esprit; à un autre, le don des guérisons, par le même Esprit; à un autre, le don d’opérer des miracles; à un autre, la prophétie; à un autre, le discernement des esprits; à un autre, la diversité des langues; à un autre, l’interprétation des langues. Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut » (1 Cor. 12: 7-11).

« Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris » (Marc 16: 17-18).

Les oeuvres qui dénotent le caractère divin de Jésus correspondent, pour nous, au fruit du Saint-Esprit et à l’amour de Dieu manifesté dans notre vie:

« Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance » (Galates 5: 22-23).

« La charité est patiente, elle est pleine de bonté; la charité n’est point envieuse; la charité ne se vante point, elle ne s’enfle point d’orgueil, elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s’irrite point, elle ne soupçonne point le mal, elle ne se réjouit point de l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout » (1 Cor. 13: 4-7).

Nous n’avons pas à choisir entre les dons OU le fruit de l’Esprit. Mais nous devons produire à la fois les dons ET le fruit de l’Esprit. Ce n’est qu’en produisant à la fois les dons et le fruit de l’Esprit que nous accomplirons pleinement toutes les oeuvres de Christ.

Certes, le plus important, c’est le fruit. Nous savons que beaucoup accompliront des oeuvres de puissance, alors qu’ils n’étaient même pas nés de nouveau! Ils avaient la puissance, mais sans produire le fruit.

« Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité » (Matthieu 7: 21-23).

Le Seigneur ne conteste pas le fait que ces gens aient produit de grandes oeuvres de puissance en Son Nom. Il ne dit même pas que ces oeuvres étaient des oeuvres de Satan. Mais Il dit qu’Il n’a jamais connus ceux qui ont accompli ces oeuvres, parce qu’ils commettaient l’iniquité, ou le péché.

Tous ceux qui sont nés de nouveau ont le désir ardent, dans leur coeur, de rejeter de leur vie toute iniquité, et de vivre dans la sainteté de leur Dieu.

Mais ce désir ne doit pas devenir une excuse pour ne pas produire les oeuvres de puissance que le Seigneur Jésus a produites! Ce n’est pas parce que le fruit de l’Esprit est le plus important, que nous devons négliger les oeuvres de puissance et les dons de l’Esprit! Car Dieu nous a rendus capables, en Christ, de les accomplir!

Tout est une question de foi! Si nous croyons réellement que Dieu, en Christ, nous a déjà rendus capables d’accomplir toutes les oeuvres de Christ, nous allons commencer à produire ces oeuvres, et nous les produirons de plus en plus, à mesure que notre intelligence sera renouvelée.

Je voudrais, dans ce court article, mettre un accent particulier sur une oeuvre de puissance que le Seigneur Jésus a continuellement accomplie dans Son ministère, et qu’Il veut donc que nous accomplissions aussi. Il s’agit de la guérison des malades.

Je suis convaincu que Satan ne veut surtout pas que les Chrétiens commencent à pratiquer la guérison des malades. Etant l’auteur de la maladie, il occupe, dans la vie de trop de Chrétiens, un terrain qu’il ne veut surtout pas abandonner. Il a réussi à leur faire croire une foule de mensonges pour les garder malades, et pour que la foi de l’Eglise, pour la guérison des malades, soit réduite à son plus bas niveau possible!

Bien-aimés, nous devons reconquérir, et bien au-delà, tout le terrain perdu, afin que le Seigneur Se réjouisse et soit glorifié, en nous voyant pratiquer les oeuvres de Son Fils!

Il nous suffit de lire les Evangiles pour nous rendre compte que la guérison des malades occupait une place privilégiée dans le ministère du Seigneur Jésus. Le Seigneur a toujours guéri tous les malades qui se sont approchés de Lui pour être guéris, et Il a même guéri des malades qui ne Lui avaient rien demandé.

Pourquoi le Seigneur Jésus a-t-il guéri tous les malades? Essentiellement pour deux raisons:

Première raison: Jésus a payé le prix pour notre guérison, en Se chargeant sur la croix de toutes nos maladies et de toutes nos infirmités.

« Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs (maladies) qu’il s’est chargé; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris » (Esaïe 53: 4-5).

« Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies » (Matthieu 8: 16-17).

« Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris » (1 Pierre 2: 24).

La guérison de nos maladies est donc parfaitement comprise dans l’oeuvre du Calvaire, tout autant que le pardon de nos péchés. Maladie et mort sont la conséquence du péché. Guérison, pardon des péchés et vie éternelle sont la conséquence du rachat déjà accompli par Christ sur la croix pour nous, si nous croyons!

Cette première raison serait parfaitement suffisante pour expliquer toutes les guérisons accomplies par le Seigneur Jésus. Mais il y a une autre raison pour laquelle le Seigneur a guéri tous les malades.

Deuxième raison: En guérissant tous les malades, le Seigneur Jésus a voulu prouver qu’Il avait, sur la terre, le pouvoir de pardonner nos péchés.

« Et voici, on lui amena un paralytique couché sur un lit. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique: Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés.Sur quoi, quelques scribes dirent au dedans d’eux: Cet homme blasphème. Et Jésus, connaissant leurs pensées, dit: Pourquoi avez-vous de mauvaises pensées dans vos coeurs? Car, lequel est le plus aisé, de dire: Tes péchés sont pardonnés, ou de dire: Lève-toi, et marche? Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés: Lève-toi, dit-il au paralytique, prends ton lit, et va dans ta maison » (Matthieu 9: 2-6).

Comprenez-vous bien l’importance de la guérison des malades dans la pensée de Dieu et dans le ministère de Jésus? Pour le Seigneur, il est nécessaire que tous les malades soient guéris, non seulement parce qu’Il S’est chargé de leurs maladies, mais aussi pour prouver au monde entier qu’Il possède sur la terre le pouvoir de pardonner tous les péchés!

Quand nous désirons guérir un malade au Nom de Jésus, nous devons donc savoir que nous aurons toujours Dieu avec nous, car Lui aussi désire confirmer Sa Parole, par amour pour un monde perdu et souffrant, et pour glorifier l’oeuvre accomplie par Son Fils Jésus-Christ.

Nous devons vouloir tout ce que Dieu veut! Or Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité (1 Tim. 2: 4). Et le mot « sauvé », en grec, inclut non seulement le pardon des péchés et la nouvelle naissance, mais la délivrance de tout lien démoniaque, et la guérison de toute maladie et de toute infirmité.

Le Seigneur Jésus ne S’est pas contenté de guérir Lui-même tous les malades. Mais Il a aussi donné ce même pouvoir à tous Ses disciples qu’Il a envoyés prêcher Sa Parole, en leur ordonnant de guérir eux-mêmes tous les malades, en Son Nom.

Pour nous, disciples du Seigneur, guérir les malades n’est donc pas une option, mais c’est une obligation solennelle! Voici ce que le Seigneur a ordonné à Ses disciples:

« Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité. Voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu’elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n’ont point de berger. Alors il dit à ses disciples: La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson. Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité » (Matthieu 9: 35 – 10: 1)

« Tels sont les douze que Jésus envoya, après leur avoir donné les instructions suivantes: N’allez pas vers les païens, et n’entrez pas dans les villes des Samaritains; allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Allez, prêchez, et dites: Le royaume des cieux est proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Matthieu 10: 5-8).

« Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris » (Marc 16: 15-18).

« Dans quelque ville que vous entriez, et où l’on vous recevra, mangez ce qui vous sera présenté, guérissez les malades qui s’y trouveront, et dites-leur: Le royaume de Dieu s’est approché de vous. Mais dans quelque ville que vous entriez, et où l’on ne vous recevra pas, allez dans ses rues, et dites: Nous secouons contre vous la poussière même de votre ville qui s’est attachée à nos pieds; sachez cependant que le royaume de Dieu s’est approché » (Luc 10: 8-11).

En donnant à Ses disciples le pouvoir de guérir toute maladie et toute infirmité, le Seigneur Jésus S’attendait à ce qu’ils exercent ce pouvoir par la foi. Il voulait que le monde entier comprenne que le Royaume de Dieu s’était approché de lui. Pour cela, il fallait que les malades soient guéris, que les démons soient chassés, et que les morts ressuscitent.

Les disciples devaient donc exercer ce pouvoir de guérison de la même manière que le Seigneur Jésus l’avait exercé. Ils devaient, en entrant dans une ville, commencer par guérir tous les malades qui s’y trouvaient! Que ces malades croient ou pas, qu’ils se convertissent ou pas, qu’ils se repentent de leurs péchés ou pas, ils devaient tous être guéris!

Cela peut sembler révolutionnaire à certains qui lisent cela pour la première fois. Mais c’est pourtant la vérité! C’est bien ce que Jésus a dit à Ses disciples: « Dans quelque ville que vous entriez, et où l’on vous recevra… guérissez les malades qui s’y trouveront. »

Si Jésus vous avait donné le pouvoir de guérir toute maladie et toute infirmité, en vous ordonnant de guérir les malades, dans toute ville où vous vous rendrez, que feriez-vous? Resteriez-vous tranquillement chez vous, en attendant que les malades arrivent? Ou prendriez-vous aussitôt l’initiative, en allant dans la ville de votre choix, pour y guérir les malades qui s’y trouvent?

La guérison des malades serait alors un signe que le Royaume de Dieu s’est approché de cette ville, et tous pourraient alors savoir que Jésus possède aussi, sur cette terre, le pouvoir de pardonner les péchés!

Bien-aimés, nous devons changer notre mentalité concernant la guérison des malades, et nous débarrasser de tous les faux enseignements que nous avons reçus dans ce domaine!

Le péché d’un malade ne vous empêchera jamais de le guérir, au Nom de Jésus, si vous croyez que le Seigneur vous a donné le pouvoir de le guérir, sans aucune autre condition que votre foi en la Parole du Seigneur!

Bien au contraire, la guérison d’un pécheur malade doit le pousser à la repentance, et à comprendre que le Seigneur Jésus veut pardonner aussi ses péchés, et lui apprendre à ne plus pécher!

Lorsque nous savons que la guérison de nos maladies a déjà été accomplie par le sacrifice substitutif du Seigneur Jésus sur la croix, nous devons aussi savoir que nous n’avons plus besoin de prier, pour convaincre Dieu qu’Il nous guérisse! Mais nous devons simplement remplir les conditions qui nous sont demandées, c’est-à-dire reconnaître que la guérison est un privilège qui nous a été accordé par grâce, et le saisir par la foi pour nous l’approprier.

Si vous étudiez de quelle manière le Seigneur Jésus a guéri les malades, vous constaterez qu’Il n’a jamais prié Dieu Son Père pour qu’Il guérisse les malades. Mais Il a ordonné à la maladie de partir, en prononçant une parole, en chassant un esprit d’infirmité, ou en touchant simplement le malade.

Jésus a exercé le pouvoir qu’Il avait reçu de Son Père, sans Se poser constamment des questions sur la volonté de Dieu de guérir tel ou tel malade: Il les a tous guéris, parce qu’Il savait que c’était la volonté de Son Père de les guérir tous!

De même, les disciples de Jésus devaient guérir tous les malades comme Il les aurait Lui-même guéris, parce qu’ils savaient que c’était la volonté de leur Maître de les guérir!

Quand les disciples ne sont pas parvenus à guérir un malade, le Seigneur Jésus leur a simplement reproché leur incrédulité. Non pas l’incrédulité du malade, mais l’incrédulité de celui qui a prié pour le malade!

En matière de guérison des malades, si nous voulons reconquérir le terrain perdu, le terrain que nous avons cédé à Satan, par ignorance ou par incrédulité, nous devons nous préparer à affronter un féroce combat de la part de notre ennemi.

Le malin ne cèdera pas volontiers le moindre pouce du terrain qu’il occupe illégalement! Bien souvent, il faudra l’expulser « manu militari »! Et il nous faudra persévérer dans une résistance ferme à l’ennemi, en utilisant toutes les armes que le Seigneur nous a données, jusqu’à ce que Satan s’enfuie loin de nous!

C’est cet esprit de résistance et de persévérance qui manque à beaucoup. Ils abandonnent le combat dès qu’ils sentent de la résistance, ou que la manifestation de la guérison tarde. Or, la foi véritable est celle qui n’abandonne jamais, et qui persévère jusqu’au bout, parce qu’elle sait qu’elle s’appuie sur la Parole du Seigneur, et que le Seigneur Lui-même veille sur Sa Parole pour l’accomplir.

Il est clair que nous n’obtiendrons sans doute pas des résultats parfaits et immédiats, comme ceux du Seigneur Jésus, quand nous commencerons à vouloir guérir les malades en Son Nom. Pour une raison simple, c’est que notre foi ne sera pas immédiatement au même niveau que la foi du Seigneur Jésus.

Nous devrons donc apprendre à ne pas regarder aux circonstances, et à ne jamais douter dans notre coeur. Nous devrons apprendre à ne jamais nous décourager en cas d’échec, mais à nous rapprocher constamment du Seigneur Jésus, l’auteur et le consommateur de notre foi, Celui qui la crée et qui l’amène à la perfection (Hébreux 12: 2).

N’hésitons donc jamais à imposer les mains aux malades que nous rencontrons, au Nom du Seigneur Jésus, et à continuer à le faire jusqu’à ce que leur guérison se manifeste! Ordonnons à la maladie de quitter les corps, au nom de Jésus! Ordonnons à ces corps malades d’être en pleine santé, au Nom de Jésus! Résistons vigoureusement au diable, au Nom de Jésus, avec une foi ferme, et il s’enfuira loin de nous!

Sachons qu’en agissant ainsi, Dieu Se réjouira de nous voir mettre Sa Parole en pratique, et de vouloir transmettre à tous ceux qui en ont besoin la bénédiction qu’Il veut leur donner! Dieu sera alors avec nous, nous verrons de plus en plus de confirmations de Sa volonté, et le Seigneur Jésus en sera toujours plus glorifié!

92 Responses to B182-Accomplir les oeuvres de Jésus.

  1. Anita Verleyen dit :

    Chère soeur Flo,
    Oui, Amen. Tout est clair, c’est ainsi que le secours me vint de l’Eternel, merci pour les encouragements. Et gloire a Dieu.
    Je connais de nom Corrie Ten Boom, merci pour cette invitation.
    Bon courage aussi à toi; et je t’embrasse aussi affectueusement, dans l’Amour du Christ. Anita

  2. Anita Verleyen dit :

    Cher Henri,
    AMEN, c’est juste, et je demande pardon au Seigneur d’avoir eu une mauvaise interprétation de Sa Parole. Merci pour la bonne correction; ainsi, je reconnais, mes frères et soeurs. Merci Henri.

  3. Anita Verleyen dit :

    Chère soeur Flo,
    Grand merci pour ton partage, bien précieux et encouragent en tout point. Et merci au Seigneur de nous avoir mises en contact, vivant un combat similaire, Dieu est bon. Je n’ai jamais douté de la guérison déjà accomplie à la croix par notre Sauveur. Merci oui pour la correction, au sujet de Paul (Ma Grâce te suffit), je ne savais plus que penser, car j’ai toujours proclamé cette guérison; et il est vrai que j’ai eu des rémissions. Et c’est revenu à ma vue, sur tout mon corps, de la tête au pied. Mais l’année 2011 a été très éprouvante, dans mon service, et aussi avec des combats, pour les petites brebis avec moi. J’ai fait l’erreur de penser, ça fait quelques années aussi que je ne vais plus chez le docteur pour ça. Tout comme toi, oui ! C’est l’Eternel qui te guérit, et bien sûr les docteurs soignent. Il est vrai que ce corps appartient à Jésus-Christ, et nous devons en prendre soin, donc oui, il nous est permis de le faire; les docteurs soignent, et l’Eternel nous guérit. Mais, comme tu le sais aussi, quand on fait cela, nous devenons des sujets d’étude, et les médecins font toutes sortes de tests, pour moi, les bains de guauderond faisaient tout disparaître, et 6 mois au plus, ça revenait.
    C’est sûr que pour ma fille, elle voit que c’est là, par ces squames (peaux mortes) par terre; à devoir tous les jours ramasser, de tous les côtés, malgré que je fais attention de ne pas les laisser, ma fille adulte, encore aux études, vit auprès de moi, et donc me le fait remarquer, quand elle les voit (normal), c’est une réalité de chaque jour. Je ne m’en fais pas, je vis comme me considèrent déjà guérie, tout comme toi. Et là, c’est un miracle pour toi et moi, car si nous étions du monde, nous serions déjà en dépression, comme ceux du monde. Mais en tout ça, le Seigneur souffre avec nous aussi, puisque (si je vis, c’est Christ qui vit en moi), je suis morte, oui, aux oeuvres de la chair, et je marche dans la sanctification, par l’aide et le soutien du Saint-Esprit. Comme pour toi. Et, bien sûr que ce n’est pas cela les souffrances en Christ, que je vis à cause de Son Nom dans ce monde.
    Tu est une bénédiction, chère Flo, ton témoignage est très encouragent. Je tiens note de tes conseils, bien sûr, et j’attends aussi d’entendre le Saint-Esprit me dire ce que je dois comprendre, ou faire. Sans LUI, nous ne pouvons rien faire. Et oui, en LUI, nous sommes plus que vainqueurs. Amen.
    Merci de t’être donné la peine de me répondre, et je serai toujours là aussi, quand cela se présente, pour toi. Que le Seigneur renouvelle tes forces, et rafraîchissement sur toi, chère soeur Flo. Sois gracieusement bénie. Nous nous attendons à Son retour.
    Anita

    • Flo dit :

      Chère Soeur Anita,
      Vois-tu ce combat dans le visible quand tu dis que ta fille voit et que cela est forcément gênant… Bien sûr, et tu prêches une convaincue ! Mais ce sont justement ces petites choses mises bout à bout les unes aux autres, qui te gardent dans un état permanent de stress et de contrôle… En tout cas, tu as l’impression de devoir contrôler, et cela, tu finis par le faire d’une manière ou d’une autre par tes propres forces. Voilà quelque chose que tu peux déposer au trône de la grâce du Père désormais, afin que le Saint-Esprit te convainque lui-même à chaque fois que cette attitude se manifestera. Car c’est un cercle vicieux, plus tu vois et plus tu stresses, plus tu stresses et plus le psoriasis s’installe et prolifère ! Alors je béni le Seigneur de t’avoir inspirée à poser ce fardeau à SES pieds une bonne fois pour toutes ! Corrie Ten Boom avait dit au Seigneur à la dernière seconde, avant de rentrer dans la douche des camps de concentration, nue, alors qu’elle avait encore sauvé sa Bible accrochée au cou et qu’elle désirait plus que tout la faire passer… « Mon Dieu rends-la opaque », ensuite elle confesse que c’était étrange comme prière. Néanmoins, l’urgence nécessitait une prière de FOI, et les mots n’ont que peu d’importance aux yeux du Seigneur, puisque c’est au coeur qu’Il regarde ! Sa Bible est passée et … je t’invite à lire son ouvrage si tu en as l’opportunité un jour le titre est : « Une grande voyageuse devant le Seigneur »… Parenthèse fermée, voici : les encouragements que tu as reçus de tes semblables dans l’amour de Jésus sont là aussi pour te fortifier car tu en as besoin. Prends-les comme un cadeau de la part du Seigneur comme tu le fais déjà, car nous sommes une chaîne d’amour qui permet de résister aux attaques ennemies, alléluia ! Gloire à Dieu ! A présent, sois en paix, tu as l’air d’avoir compris le principal, maintenant laisse tout cela à la croix. Continues ta route avec ou sans squames visibles, et à force de ne plus voir le psoriasis puisqu’il est mort, tu n’en verras plus les dépôts et ta fille non plus, crois-le ! Je t’embrasse bien affectueusement et me réjouis aussi de t’avoir rencontrée, notre famille est belle dans le Seigneur !!! Une parole me vient en t’écrivant…(Hébreux 10:22) Approchons-nous avec un coeur sincère, dans une pleine certitude de foi, ayant les coeurs purifiés des souillures d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. Bien Fraternellement en Christ, Flo.

  4. Anita Verleyen dit :

    Grand merci, Frère ou Soeur Normand, je l’ai déjà lu dernièrement. Et je crois en tout ça depuis ma marche avec Jésus, notre Sauveur. Ça me fait beaucoup de bien de pouvoir vous lire, et de vos bon témoignages. Sois gracieusement béni en tout point, en Christ. Soeur ou Frère Normand. Bien à toi en Christ.

  5. Anita Verleyen dit :

    Chère soeur Flo,
    Ce n’est pas une affirmation, mais je cherche aussi comme tous, les réponses au pourquoi de certains manifestations de maladies de soeurs ou frères, qui résistent au prières faites, par la foi, par d’autres, et recevoir par leur foi la guérison par Jésus-Christ, qui ne se manifeste pas. (Cependant, c’est l’Eternel qui te guérit). Je n’en doute pas, je le crois de tout mon coeur). Pas que Dieu ne veuille pas les guérir, puisque c’est Sa volonté; et que par les meurtrissure de Jésus-Christ, nous sommes guéris.
    Moi-même, depuis 22 ans, je suis avec un psoriasis, née de nouveau en Christ… Et malgré mes proclamations, et les prières des uns et des autres, ce n’est pas encore manifesté. J’ai reçu la prière du frère Henri il y a une semaine, et une fois de plus, je m’attend à cette guérison. Alors question: comme nous ne sommes pas plus que notre Maître, qui LUI a subi la souffrance en sa chair, nous en serrions exemptés ? Mais plutôt testés en cela, et fortifiés par la foi, en ne doutant pas durant ces moments. N’est-ce pas présomptueux que je le dise toujours, et à ma famille, comme témoignage (elle se moque de moi), là je ne glorifie pas notre Seigneur, puisque, depuis chaque année, ils voient que j’en ai encore. Je puis dire, moi, OUI IL SE GLORIFIE, car, en tout ça, je ne suis pas déprimée au sens foi, bien au contraire, je dis, comme Paul, en attente de voir s’accomplir, j’entends: MA GRÂCE TE SUFFIT.
    J’ai bien sûr déjà vu des guérisons de soeurs, et moi-même, en dehors du psoriasis, j’ai reçu des guérisons; j’en remets toute Gloire à notre Seigneur et seul Maître.
    Qu’en penses-tu Flo ?… Ou vous, mes chers soeurs et frères? Tout cela dit, en rapport à ma famille et devant les petites brebis nouvellement nées, en leur parlent de guérisons. Crédible… le témoignage à eux. Bien affectueusement à vous en CHRIST. Anita

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Anita, le combat contre la maladie est uniquement un combat contre Satan. Il ne faut jamais comparer la maladie aux épreuves que Jésus a subies dan Sa chair. Il n’a jamais été malade, mais Il a toujours guéri tous les malades. L’écharde de Paul n’était pas non plus une maladie, il le dit lui-même, c’était un ange de Satan placé auprès de lui pour le persécuter. Et le Seigneur ne peut pas nous garder malades en nous disant « Ma grâce te suffit! » Tout cela, ce sont des fausses interprétations de la Parole de Dieu, qui handicapent notre foi. Les choses sont simples sur le plan biblique: la maladie est toujours une oeuvre de Satan, Jésus nous en a délivrés par Son sacrifice et Ses meurtrissures. Mais Satan est un voleur et un criminel, et il va s’efforcer de rester sur un terrain qu’il n’a plus le droit d’occuper. Notre combat est de lui signifier un arrêté d’expulsion, et de l’expulser « manu militari »! Dans ce combat, nous devons rester entièrement convaincus que Dieu est avec nous, et qu’Il veut nous conduire au point où la foi (la nôtre et celle de l’Eglise) sera suffisante pour que Sa victoire soit pleinement manifestée. Gardons donc les yeux sur Jésus, Celui qui donne la foi et qui l’amène à la perfection (Hébreux 12: 2), et ne cessons pas de résister à Satan et de lui ordonner de quitter notre corps, tant que la guérison qui est déjà acquise pour nous n’est pas encore manifestée.

      • normand dit :

        Chère Anita, je te conseille de lire le livre traduit par le frère Henri sur le site http://www.latrompette.net : L1 – La guérison divine par la foi en Jésus-Christ. Moi je l’ai tout lu, et je trouve ça super, ça m’a aidé dans ma foi, ça vaut réellement la peine de le lire, j’encourage tous mes frères et soeurs d’aller le lire! Salut, et que le Seigneur vous bénisse abondamment. Normand.

    • Flo dit :

      Chère Anita,
      Je mène le même combat que toi sur cette maladie, en ce moment même ! Pour ce qui est de la grâce toute suffisante, Henri t’a déjà répondu et je me joins à lui en ce qui concerne discerner le combat à mener contre « l’incrusteur », et ce que nous endurons spirituellement, dans notre participation aux souffrances de Christ, ce qui est différent. Le meilleur des avis qui te sera donné, ce sera le Saint-Esprit Lui-même qui te l’insufflera, et la Parole qui te le confirmera. Mais dans ce partage au sujet de ce poison de psoriasis, je peux te donner mon propre témoignage. Alors que j’en étais couverte à plus de 80% sur tout mon corps il y a quelques années, en trouvant peu à peu la paix, il a déjà diminué pour ne laisser qu’un pourcentage d’un dizième environ ! Puis j’ai saisi la guérison complète par la foi l’an passé. Je voyais une tâche persistante et quelques endroits sujets à le laisser se manifester sur mon corps quelques mois après, et je ne trouve pas cela satisfaisant, puisque je crois sincèrement que Jésus m’en a déjà guérie ! Mais au lieu d’empirer, cela est resté en l’état, car je ne m’en inquiète pas, moi non plus je « ne le vois plus, » puisqu’il est mort. Et la plaque a cessé de me démanger, elle est restée visible comme pour me dire : « Je résiste puisque toi aussi tu le fais ». Si je l’ai pris ainsi, c’est parce que je pense que lorsque tout est accompli (et cela est déjà fait pour nous qui croyons depuis la croix), rien ne peut rester manifeste visiblement. C’est comme une preuve matérielle de ce qui me reste à déposer (je parle de ma vision personnelle dans mon cheminement avec la foi, et le Seigneur), pour pouvoir en être totalement débarrassée, et le voir aussi de mes yeux. Mais même si cette tâche persistante ne me permet pas de « démontrer » à mes proches la victoire totale acquise (pour le moment), cela ne m’empêche pas de persévérer dans mes oeuvres de foi en ce qui concerne la maladie, tout autour de moi. L’ennemi aimerait trop me voir capituler, et je ne lui ferai pas ce plaisir ! Ce qui est très difficile quand on vit avec un non converti, (voire dans une famille de non croyants), c’est de garder cet équilibre entre le combat spirituel que nous devons mener avec ferveur, et cette sagesse que le Seigneur Lui-même nous enseigne (voir 1 Pierre 3: 1) pour ne pas risquer le conflit. Mon mari voit que je ne me traite plus pour le psoriasis, et qu’il ne s’est pas étendu pour autant. Il est vrai que ces derniers temps, il a recommencé à me démanger et à se manifester par endroits, mais c’est parce que j’ai manqué de sagesse en me dévouant corps et âme de toutes parts, jusqu’à m’en épuiser. L’ennemi a trouvé une faille, mais par la Grâce de Dieu, je m’en suis repentie et je mets en pratique désormais ce que j’aurai dû faire en apprenant à me reposer davantage. Alors je suis en paix, le psoriasis ne prolifèrera pas, je le sais, et je l’ai surtout rappelé à l’ennemi ! En revanche, mon état de très grosse fatigue a nécessité des examens biologiques et cardiaques et là, je m’y soumets pour me montrer sage aux yeux de mon époux qui s’inquiète pour moi. Quoique ces examens vont révéler, je ne suis absolument pas inquiète, ma foi n’est pas ébranlée. Je n’ai qu’un seul médecin en qui je me confie, c’est le Seigneur Lui-même ! Mais s’Il décide de me placer entre les mains de médecins physiques, tant que mon mari pensera que c’est le mieux pour moi, je ne lutterai pas, afin de lui témoigner de ma paix et de ma joie, car il sait ce que sont mes convictions et il sait que je me considère déjà guérie. Alors, par voie de faits, il saura que c’est pour le rassurer lui que je le fais, et c’est ce qui se passera quand il aura les éléments visibles sous les yeux, puisqu’il en a encore besoin de son côté. C’est ainsi que je vois les choses pour ma part aujourd’hui. Je ne peux que t’encourager à ne pas te laisser inquiéter par les jugements visibles de ce monde, car c’est le principe même de la foi que de croire sans voir. Mais à la différence que toi et moi nous savons qu’un jour (et un jour très prochain même) nous verrons ! La force de la foi, par la conviction, est d’une efficace puissante qui porte de très bons fruits mais… Il faut les laisser mûrir pour en goûter toute la saveur. Persévère, crois seulement et sois bénie. Ceux qui rient aujourd’hui risquent de pleurer demain. Il faut les bénir et persévérer dans la foi, car lorsqu’ils verront, nous, on ne rira pas, mais on sourira (tu saisis ?). Ton psoriasis comme le mien sont morts à la croix, Jésus S’en est chargé pour nous. Ne péchons plus, repentons-nous quand l’Esprit nous reprend. Sanctifions-nous par Sa Parole et buvons de Son Eau Vive, ainsi nous le verrons de nos yeux aussi, afin de pouvoir en témoigner pour la gloire de Dieu ! Dans nos faiblesses, Dieu est à l’oeuvre et Il ne Se trompe jamais, tout vient en Son Temps ! Notre force, c’est la vie de Christ en nous et en Lui, nous sommes plus que vainqueurs, alléluia ! Dans l’amour de Jésus, Flo.

  6. Flo dit :

    Chère Sylvie S.,
    Sois fortifiée, ta santé va aller de mieux en mieux, car tu es sur le bon chemin de la Foi en ce moment, et ton coeur est si bien disposé qu’il peut accueillir toutes choses selon la volonté du Père, si tu demeures ainsi. Alors reste dans cet état de grâces en Jésus-Christ, et tout va aller pour le mieux, nous prions pour toi, bien aimée, sois bénie ! Merci Seigneur de faire toute oeuvre parfaite en notre Soeur et en chacun de nous, amen !
    Flo.

  7. Sylvie S. dit :

    Merci bien-aimés ! Merci beaucoup Henri pour ta prière, merci Sandra pour ta reconnaissance à Dieu pour le ministère d’Henri et aussi pour le dévouement de Flo, puis ton gentil mot à mon adresse ! Merci à tous les bien-aimés du blog pour leurs prières pour moi ! Je vous tiendrai au courant sur mon état de santé. Que Dieu vous remplisse de Sa joie, même dans la tempête; c’est une chose extraordinaire, elle n’est pas terrestre ! Soyez renouvelés dans Son Amour, toujours ! Amen.

  8. Sandra dit :

    Je vous aime profondément frère Henri, j’ai fait mes premiers pas dans le Seigneur grâce à vos enseignements, et j’ai été guidée par le Saint-Esprit en vous trouvant et en vous lisant. Je vous aime vraiment pour tout ce que vous êtes en Christ, votre dévouement, votre force. Ça m’a donné des ailes pour voler seule et continuer à progresser dans ma foi à Jésus. J’ai encore évolué, et j’évolue sans cesse, je ressens Jésus prendre forme en moi, avec le temps, cela se confime. Je ne vais pas raconter les détails mais juste donc, malgré mon absence des premiers temps, vous redire mon amour, cet amour mutuel spirituel qui nous lie à Christ et au Père.
    Merci aussi à Flo, pour moi une soeur exceptionnelle, dévouée corps et âme au Christ, je le sens, je le vois, elle donne un si bel exemple, un si beau témoignage, je t’aime aussi Flo, grâce à toi j’ai rencontré une soeur en Christ près de chez moi, et je vais dans une église en espérant y trouver l’Esprit Saint, de façon durable, et que cela grandisse, édifie mon être pour servir Jésus et pour mon baptême.
    J’ai aussi priè pour toi, ma soeur Sylvie, je t’aime aussi je me souviens de toi, tu m’avais directement ou indirectement encouragée, soutenue, à un moment, il y a plusieurs mois, dans mon épreuve.
    Soyez bénis, Gloire à Dieu et au Fils à Sa droite, Jésus ! Notre Maître et Sauveur !

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Merci pour ton amour fraternel, chère Soeur Sandra, Que le Seigneur continue à te nourrir, à te fortifier et à te guider!

      • Flo dit :

        Chère Sandra,
        Merci pour ton amour fraternel, que je reçois pleinement, il remplit tout mon coeur, et je suis reconnaissante au Seigneur de t’avoir guidée là où il le fallait pour toi. Que ton coeur soit toujours rempli de cet amour et de toute la plénitude du Saint-Esprit de Dieu en Jésus-Christ, amen ! Bonne suite à toit bien-aimée du Seigneur!
        Flo.

  9. Juste dit :

    Oui, ne jamais baisser les bras. C’est un message d’espoir que vous donnez là, cher Henri. Car certains symptômes de maladie amènent le désespoir. Avant, toujours stressé et angoissé, j’ai lutté quand cela revenait. Mais, plus je luttais, plus je m’enfonçais, comme dans un sable mouvant. Je m’explique: le stress inexpliqué venait, et plus j’essayais de garder mes pensées fixées sur le Seigneur, plus je me sentais vaincu, stressant encore plus, et cela se manifestant physiquement par plusieurs douleurs. La seule chose qui « marche » pour moi est que quand je ressens cela: chasser dans le nom de Jésus ces oppressions. C’est dur. Je ressens ça physiquement: comme si ce stress est en moi, comme un poid sur mon coeur qui me tire et me tire plus bas. Souvent il m’a vaincu, mais je veux me battre, car penser à ma position spirituelle en Christ ne l’empêche pas de se manifester.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Juste, Si tu es réellement convaincu de ta nouvelle naissance en Christ, tu dois chercher à comprendre clairement qui tu es réellement en Christ, et te considérer à présent tel que tu es dans ta nouvelle nature régénérée. En tant que nouvelle création, tu es mort à tout ce qui te dominait dans le passé. Tu dois apprendre à ne plus dépendre de ce que tu peux encore ressentir dans ton âme, tes pensées et tes sentiments, quand ceux-ci contredisent la réalité de la Parole de Dieu, comme celle de ta nouvelle nature. Le stress et l’angoisse viennent de la chair. Moins tu seras identifié à ce qui provient de la chair, et plus tu réaliseras à quel point ces choses n’ont rien à voir avec ce que tu es à présent. Tu peux « sentir » le stress venir, mais tu sais, dans ton coeur, que ce stress provient d’une source qui t’est complètement étrangère, et tu peux te concentrer sur ce qui est réellement important: Christ, Son Royaume, Sa volonté pour notre vie, et les oeuvres qu’Il a préparées pour nous. Nous avons trop été habitués à dépendre de ce que nous ressentons dans notre âme ou notre corps. Dieu veut que nous soyons à présent uniquement dépendants de ce qui provient de Lui, et qui passe par notre esprit. Courage!

  10. Sylvie S. dit :

    Cher Henri, chers frères et sœurs, après avoir lu vos derniers messages, j’ai envie de vous demander de persévérer dans vos prières pour moi, afin que mon corps soit complètement guéri de toutes maladies et infirmités ! De même je persévère dans la prière, mes pensées fixées sur le « Tout est accompli » à la Croix de Golgotha. Ce que je demande c’est d’être en pleine santé pour le reste de ma vie sur terre, ne plus souffrir de toutes sortes de maux, être totalement soulagée, délivrée de ces infirmités handicapantes ! Si vous avez le don de guérison, je vous en prie frères ou sœurs, exercez-le pour tous celles et ceux qui en ont besoin !
    Pour aimer mon prochain pas seulement en paroles, mais aussi en actes, cela serait mieux d’être en pleine santé, car un handicap freine toujours, plus ou moins. La Bible dit que la bonté de Dieu dure à toujours! Alors par toutes les prières qui montent jusqu’à LUI, je serai bientôt complètement délivrée de tous ces maudits maux et certainement, beaucoup d’autres personnes aussi ! Gloire soit rendue au Père par Jésus-Christ notre Seigneur ! Merci à tous pour votre persévérance et que Dieu exhausse toutes vos prières d’intercession, pour qui que ce soit ! Soyez bénis ! Amen.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      A Sylvie, la bien-aimée: « je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme! » (3 Jean 2). Ce n’est pas seulement le souhait de Jean pour Gaïus, ou pour tel ou telle autre, mais c’est la volonté de Dieu pour chacun de Ses enfants! Sinon, Jésus Se serait-Il chargé de nos maladies et de nos infirmités sur la croix? Donc, à partir de cette connaissance que nous avons de la volonté de notre Père, nous devons nous tourner résolument contre ce criminel qui occupe illégalement un terrain qui ne lui appartient pas, et nous l’expulsons « manu militari, » car il ne partira pas de lui-même, puisque c’est un voleur et un criminel! Alors, chère Sylvie, que toute maladie et infirmité disparaisse de ta vie, au nom de Jésus! Et Dieu confirmera cette parole! Et nous devons aussi veiller à ce qu’elle s’accomplisse, et ne plus accepter le moindre compromis avec l’ennemi! Nous ne devons jamais baisser les bras, si nous voyons qu’il traîne un peu à partir!

  11. Dina dit :

    Pour faire une prière d’autorité contre tout attaque du malin, devons-nous d’abord demander l’approbation de Dieu pour faire la prière d’autorité? Je pose cette question, parce que chaque fois que je m’engage à le faire, je suis attaquée spirituellement.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Dina, Nous n’avons nullement besoin de demander au Seigneur Son approbation, pour nous engager dans une prière d’autorité contre le malin! Parce que le Seigneur nous a déjà demandé dans Sa Parole de résister au diable avec une foi ferme! Quand Jésus a donné à Ses disciples le pouvoir de chasser les démons et de guérir les maladies, ils ne sont pas revenus vers Lui, chaque fois qu’ils devaient chasser un démon ou guérir un malade, pour Lui demander Son approbation! Ils avaient déjà reçu une délégation d’autorité! Quant à l’attaque spirituelle, elle est parfaitement normale, l’ennemi essayant de nous faire peur ou de nous déstabiliser. Il sait très bien que la plupart des Chrétiens vont arrêter de combattre s’ils sont attaqués! Mais la victoire est au plus persévérant et au plus tenace! Nous avons des armes infiniment plus puissantes que les siennes!

      • Dina dit :

        Cher frère Henri, je vous remercie d’avoir répondu à mes questions, vos réponses m’ont donné le courage de prier encore, sans avoir aucune crainte d’être attaquée, car le Seigneur nous a donné l’autorité, et rien ne pourra nous nuire! Que le seigneur vous bénisse.

  12. Jean Paul dit :

    Cher Henri,
    Merci pour ton message chargé d’espoir qui fortifie notre foi. Peux-tu expliquer un peu plus profondémemt la différence entre l’imposition des mains aux malades qui, selon Marc 16, est adressée à ceux qui croient (les disciples) et le don de guérison selon 1 Cor 12, donné à certains uniquement. Pour nous édifier davantage, raconte-nous ce que tu vis actuellement dans ce domaine de manière concrète (2 ou 3 exemples récents). Enseigne-nous aussi par les expériences que tu vis, cela va renforcer ton enseignement théologique et donner du poids à ton message. Merci beaucoup. Que Dieu continue de t’inspirer ainsi.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Jean-Paul, Paul disait aux Corinthiens qu’ils étaient très charnels, mais il reconnaissait pourtant qu’il ne leur manquait aucun don. Le fait d’être charnel ne nous empêche donc nullement d’exercer les dons de puissance. Bien au contraire! On peut dire que les dons de l’Esprit sont surtout pour les Chrétiens charnels! Plus on devient spirituel, à l’image de Jésus, et moins on a recours aux dons, pour avoir uniquement et constamment recours à la pleine manifestation de la Vie Eternelle au travers de nous. Jésus ne fonctionnait pas au niveau des dons, mais Il fonctionnait au niveau de la plénitude du Fils de Dieu. Commençons donc à exercer les dons, puis grandissons en stature spirituelle, pour marcher de plus en plus comme un fils de Dieu. Et alors, c’est toute la Vie de Christ qui se manifestera en permanence au travers de nous! L’imposition des mains aux malades est pour tous les Chrétiens, même les plus jeunes dans la foi. Le don des guérisons est donné seulement à certains, et il ne nécessite pas l’imposition des mains: une parole suffit, ou une guérison à distance peut être alors opérée. Au niveau supérieur, c’est le modèle parfait de Jésus. Il ne guérissait pas, Il était la Guérison incarnée! Nous devons aussi atteindre ce point où nous sommes, au nom de Jésus, la Guérison de Dieu, qui s’écoule en permanence au travers de nous!
      Je donne rarement des témoignages personnels. Car je sais que ce qui fortifie la foi des autre, c’est surtout la Parole de Dieu. Et je ne veux pas paraître comme quelqu’un de spécial, alors que la norme, pour le Seigneur, c’est que tous, nous puissions toujours guérir tous les malades, à l’image du Seigneur Jésus! Jésus ne donnait jamais de témoignages personnels, mais Il guérissait tout le temps! Ce que je peux te dire, c’est qu’il se passe rarement un jour où je ne prie pas pour un malade! Et je progresse constamment dans mon « taux de réussite ». Mais je ne serai pleinement satisfait que quand ce sera du 100%, et du 100% de guérisons instantanées, ou dans les heures ou jours qui suivent, comme dans le cas du Seigneur Jésus. Et j’ai cette foi qu’il en sera ainsi, parce que Jésus l’a promis dans Jean 14: 12! Et j’encourage tous mes frères et soeurs à faire de même! Nous sommes là pour détruire toutes les oeuvres du diable!

      • Flo dit :

        Amen Henri!
        Ce que tu viens de répondre à Jean Paul est très important, je me joins à ta conclusion avec force et conviction ! Je ne comprenais pas la différence, il n’y a pas si longtemps encore, entre le don de guérison (et autres) et la vie manifeste de Jésus en permanence en moi. Celle que la liberté de Christ donne à mes moindres mots ou gestes, pour le bienfait des autres, à travers ma vie. Puis, par la foi, le Saint-Esprit m’a convaincue d’agir au Nom de Jésus et de… voir ensuite. Eh bien j’ai pu vivre de nombreuses joies en voyant des conversions, des guérisons et miracles même s’opérer tout autour de moi récemment. J’aurais (selon ce que je pensais avant) dû me sentir transportée et déborder d’émotions ou autre. Mais en fait, je n’ai plus « ressenti » les choses, je me suis contentée de les vivre simplement et d’en être reconnaissante envers le Seigneur. Je L’ai remercié de ne pas m’avoir convaincue par de grandes manifestations « théâtrales », comme cela se voit et se dit dans certaines sphères religieuses. Mais juste dans la simplicité de Christ, qui se manifeste toujours un peu plus à mesure de ma piété et de ma foi. Je suis en quête de ce 100%, tout comme toi bien-aimé, et c’est peut-être pour cela que je reste encore un peu déçue de la mesure de ma propre foi, bien qu’elle m’a été donnée grande en Jésus-Christ mon Roi ! Car je suis convaincue que lorsque je ne vois pas une guérison immédiate à la suite d’une prière, d’un contact…, ce n’est que parce que je n’y est pas cru à 100% moi-même, et cela me pousse à me juger spirituellement, pour tout mettre devant le trône de la Grâce du Père. Nous avons tout reçu en LUI, chacun de nous, il n’y a pas de Frère ou de Soeur plus spécial que d’autres. Mais il y a une mesure de vie spirituelle qui croît en fonction de la façon dont nous marchons par l’Esprit du Dieu vivant en nous. C’est juste notre désir de demeurer en Christ, afin qu’Il demeure en nous, qui nous fera avancer plus vite et plus efficacement, selon ce que je crois. Car personne ne peut se glorifier de ce qu’il a reçu, le don de Dieu est un don gratuit et nous l’avons TOUS et TOUTES reçu par Grâce, alléluia ! J’invite tous les biens-aimés à ne pas juger de ce qu’ils croient avoir reçu ou pas, mais juste de croire que nous avons déjà TOUT en Jésus-Christ, et que le reste, c’est de la littérature ! Aimons-Le de toutes nos forces, aimons-nous avec sincérité de coeur, soyons compatissants pour abonder dans nos prières pour la Gloire de Dieu, et soyons satisfaits de ce que Dieu fait en tout temps à travers nous, que nos yeux le voient ou pas ! Cela est une disposition de coeur qui est source de bénédiction pour nous tous et pour le Seigneur, car nous sommes les sarments accrochés au Cep, que Son Nom soit béni, amen !
        Dans l’amour de Jésus pour vous tous, biens aimés du blog, Flo.

      • Henri Viaud-Murat dit :

        Chère Soeur Flo, Il en faut pour tout le monde dans le Royaume de Dieu, et le Seigneur, dans Sa bonté, a pourvu pour tous, pour ceux qui sont encore charnels, pour ceux qui le sont moins, pour ceux qui sont plus spirituels, et pour ceux qui sont avancés dans la foi! Un don spirituel est comme un « flash » de Vie divine qui jaillit dans nos vies encore peu habituées à vivre en permanence dans le Royaume de Dieu. Puis, à mesure qu’on vit de plus en plus dans l’esprit, ces « flashes » laissent la place à un rayonnement de Vie de plus en plus constant!

      • Flo dit :

        Cher Henri,
        Oui, ce que tu décris si bien à travers ces « flashes » sont des rayonnements spirituels dont nous sommes tous et toutes bénis, peu importe le stade où nous en sommes dans notre marche spirituelle, car Dieu pourvoit pour chacun, en tout temps et selon Son plan parfait pour tous, amen ! Quelle grâce que d’avoir un Père si attentionné et bienveillant pour tous SES enfants, que son Nom soit béni ! Bonne suite à toi et aux biens aimés, Flo.

  13. Isabelle.A dit :

    Chers Nadine et Bernard Dherbey, Merci infiniment pour vos voeux! Nous sommes les plus bénis de la terre avec ce merveilleux Psaume 23! Je serre chaque verset du premier au sixième très fort et très près de mon coeur! Une paix et une joie immense m’envahissent car je sens au travers de ces voeux qui sont les vôtres pour nous, l’expression de L’Amour Infini que Notre Père nous porte et que vous nous portez aussi. Je vous retourne les mêmes voeux. Il n’y en a pas d’autres de meilleurs pour vous aussi!
    Fraternellement,Isabelle.

  14. Sylvie S. dit :

    Merci beaucoup Nadine ! Le Psaume 23 est vraiment très beau ! C’est le plus connu, même les non-croyants en savent des petits bouts … et la Parole ne reste jamais sans effet ! Alléluia !
    Soit bénie et renouvelée sans cesse en Jésus-Christ, ainsi que ton époux Bernard !

  15. Bernard et Nadine DHERBEY dit :

    Chers frères et soeurs en Jésus-Christ,
    A la veille de l’année nouvelle 2012, que le Dieu de paix et Son Fils Jésus-Christ nous donnent plus de sa sagesse, de Son amour et nous remplissent de Son St-Esprit. Que nos coupes débordent ! Lire le psaume 23 (Confiance de David dans la protection de Dieu). Je viens de terminer un livre de témoignage « LE CHANT DU ROSSIGNOL » de HELEN BERHANE (éditions OURANIA) que je vous recommande vivement de lire. Je vous embrasse tous et toutes d’un saint baiser et persévère, à vos côtés, dans la prière. Nadine.

    • Flo dit :

      Amen Nadine !
      Je me joins à ta prière pour chacun de Ses enfants, pour nous tous qui sommes Frères et Soeurs en Jésus-Christ notre Sauveur bien-aimé, que Son Nom soit béni et glorifié dans nos vies, que vos prières soient entendues (elles le sont), que vous receviez une pleine conviction de les voir se réaliser, que notre Foi s’accroisse d’avantage, et que nos oeuvres en témoignent pour la Gloire de Dieu, amen !
      Sois bénie bien-aimée, bonne suite dans ta vie, Flo.

  16. Germaine dit :

    Chère soeur Flo,
    Notre Père céleste va être sollicité, mes prières seront effectives pour toi et ta fille et, comme Il écoute Ses enfants qui Lui demandent d’un coeur sincère et aimant, la prière sera exaucée au nom de Son Fils bien-aimé notre Seigneur Jésus, qui ne fait que de nous « attendre » dans ces actes d’Amour pour nos frères. Sa Grâce va descendre ! Merci Seigneur pour Tes promesses, car Tu es Fidèle dans Ta Parole. J’adresse aussi des prières au Père pour tous ceux qui souffrent et qui demandent que l’on intercède ici.
    Soyez tous Bénis en Jésus-Christ.

    • Flo dit :

      Merci Germaine pour ton affection fraternelle !
      Je rends grâce au Père de nous avoir donné une si merveilleuse famille en Christ !
      Flo.