B188-La puissance de la parole de la foi.

Article de Henri Viaud-Murat.

Dieu a créé tout ce qui existe par la foi, et par Sa Parole. Nous aussi, en Christ, nous devons garder cette Parole de la foi dans notre coeur, et la proclamer de notre bouche. Elle accomplira alors toute la volonté de Dieu.

Si Dieu nous a laissé Sa Parole, c’est pour que nous la gardions dans notre coeur, dans toute Sa pureté, et que nous la proclamions de notre bouche. C’est alors que s’accomplira toujours la volonté de notre Dieu, telle qu’Il l’a exprimée par Sa Parole.

« C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles » (Hébreux 11: 3).

Dieu a tout tiré du néant! Avant qu’ait été proclamée Sa Parole créatrice, rien n’existait! Dieu dit, et la chose s’accomplit!

« Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut » (Genèse 1: 3).

Le texte hébreu est encore plus simple: « Dieu dit: Lumière, sois! Et la lumière fut! »

Nous comprenons donc que Dieu a d’abord conçu dans Son coeur la pensée de créer la lumière. Il savait qu’en prononçant ensuite une Parole correspondant à la pensée de Son coeur, cette parole amènerait la lumière à l’existence. Bien entendu, Il n’en doutait pas dans Son coeur! La foi de Dieu est parfaite!

La puissance créatrice du Seigneur s’est donc manifestée par le processus suivant: Dieu a conçu dans Son coeur la pensée de créer la lumière, puis Il a prononcé, dans une foi parfaite, la Parole qui a créé la lumière. Et la lumière fut aussitôt manifestée.

La science nous apprend que tout, dans l’univers, est vibration et ondes d’énergie. Même la lumière est un faisceau d’ondes, tout comme le son et la parole.

La Parole de Dieu est Esprit et Vie. Elle est une Loi de l’Esprit de Vie, un faisceau de puissance et d’ondes spirituelles, qui proviennent directement du coeur de Dieu, et qui ont été exprimées par Sa bouche. Partout où cette Parole est reçue et gardée, elle produit exactement les effets prévus par Dieu, lorsqu’Il a prononcé cette Parole.

« Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche: elle ne retourne point à moi sans effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli mes desseins » (Esaïe 55: 11).

Dieu parle toujours aujourd’hui, de multiples manières. Mais toute la Bible est aussi la Parole de Dieu. Et cette Parole a été prononcée il y a déjà bien longtemps. Pourtant, tout ce qui est écrit dans la Bible est toujours aussi vivant et puissant aujourd’hui, qu’au moment même où Dieu avait prononcé ces paroles!

Tant qu’une Parole de Dieu n’a pas été annulée par une autre Parole de Dieu, elle est toujours aussi puissante et active!

Jésus-Christ est aussi la Parole Vivante de Dieu. Il est la Porte Ouverte, par laquelle peuvent se déverser sur nous toutes les bontés et toutes les bénédictions de Dieu, si nous recevons cette Parole Vivante dans notre coeur.

Nous savons que l’homme a été le sommet de la création divine. Dieu a voulu créer l’homme à Son image. Et la caractéristique unique de l’être humain, c’est le libre-arbitre. Il s’agit de la capacité consciente de décider et de choisir, d’accepter ou de refuser, de recevoir ou de rejeter.

Si Dieu nous demande de garder notre coeur, c’est donc qu’Il nous a donné la capacité de décider de tout ce que nous y laisserons entrer! Dieu a voulu nous laisser le libre choix de remplir notre coeur de Sa Parole, ou de décider de le remplir d’une autre parole que la Sienne, avec toutes les conséquences que ce choix entraîne.

Si nous décidons de fermer complètement notre coeur à toute parole de Satan, pour l’ouvrir pleinement et exclusivement à la Parole de Dieu, alors nous permettrons au Seigneur de réaliser pleinement dans notre vie toute Sa volonté, qui est toujours bonne, agréable et parfaite!

C’est pour cela que Jésus reprochait aux Juifs de Son temps d’avoir remplacé la Parole de Dieu, dans leurs coeurs, par leurs propres traditions, annulant ainsi toute la puissance de cette Parole divine.

« Jésus leur répondit: Hypocrites, Esaïe a bien prophétisé sur vous, ainsi qu’il est écrit: ce peuple m’honore des lèvres, mais son coeur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, en donnant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes. Il leur dit encore: Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition. Car Moïse a dit: Honore ton père et ta mère; et: Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. Mais vous, vous dites: Si un homme dit à son père ou à sa mère: Ce dont j’aurais pu t’assister est corban, c’est-à-dire, une offrande à Dieu, vous ne le laissez plus rien faire pour son père ou pour sa mère, annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d’autres choses semblables » (Marc 7: 6-13).

Il en est hélas de même aujourd’hui dans beaucoup d’églises chrétiennes: elles ont annulé la Parole de Dieu par leurs traditions et leurs commandements humains. Et en se plaignant ensuite de ne plus voir Dieu Se manifester!

Cela prouve que la Parole de Dieu peut perdre toute Sa puissance, si nous n’y attachons pas la foi dans notre coeur!

Tout obstacle à l’accomplissement de la volonté de Dieu dans notre vie ne peut provenir que du fait que nous avons laissé entrer dans notre coeur une parole ou un mensonge de l’ennemi. Cela signifie que nous avons refusé d’attacher la foi à la Parole de Dieu, pour l’attacher à la parole de Satan!

« La parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent » (Hébreux 4: 2).

En revanche, aucune parole de Satan ne pourra avoir d’effet sur nous, tant que nous ne la laisserons pas entrer dans notre coeur.

C’est de l’abondance du coeur de Dieu que Sa bouche a parlé! Jésus a dit:

« L’homme bon tire de bonnes choses du bon trésor de son coeur, et le méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor; car c’est de l’abondance du coeur que la bouche parle » (Luc 6: 45).

Notre bouche ne peut pas manquer d’exprimer ce dont notre coeur est rempli. Le coeur indique ce que nous aimons, ce à quoi nous sommes profondément attachés, ce qui est important pour nous.

Si nous voulons savoir ce qui occupe le coeur d’un être humain, il nous suffit de l’écouter parler! De même, si nous voulons bien prendre un peu de recul pour nous écouter parler, nous saurons aussi ce qui préoccupe notre coeur, ce dont notre coeur est rempli!

Dieu, qui est parfaitement bon, a tiré de Son coeur tout ce qu’Il a créé. Et tout ce qu’Il a créé était bon, et même « très bon », lorsqu’Il créa l’homme et la femme.

Mais le méchant tire aussi de mauvaises choses de son mauvais coeur. Ce méchant, c’est Satan.

Nous devons donc comprendre que le processus de la manifestation de ce qui est dans le coeur est le même dans les deux cas, que ce soit pour la bénédiction ou la malédiction.

Satan conçoit la malédiction dans son mauvais coeur. Puis il prononce de sa bouche une parole de malédiction. Lui non plus ne doute pas que cette parole s’accomplira dans la vie de ceux qui la recevront.

C’est ainsi que travaillent les sorciers et les sorcières: ils prononcent avec foi des paroles de Satan, qui provoquent la malédiction et la mort partout où ces paroles sont reçues et peuvent agir librement.

C’est pourquoi le Seigneur nous demande de veiller soigneusement sur notre coeur.

« Garde ton coeur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie » (Proverbes 4: 23).

Si notre coeur est rempli du bon trésor qui vient de Dieu et de Sa Parole, tout ce qui s’écoulera avec foi de notre coeur, et qui s’exprimera par notre bouche, produira la Vie divine.

Mais si notre coeur est rempli du mauvais trésor des mensonges de Satan, c’est que nous avons ajouté foi à ces mensonges. Tout ce qui s’écoulera alors de notre coeur, et qui s’exprimera par notre bouche, produira la mort.

Ainsi, pour qu’une bénédiction (ou une malédiction) se manifeste, il faut la réunion de deux choses: une parole à laquelle nous croyons dans notre coeur, et une proclamation de cette parole par notre bouche. Si cette parole est de Dieu, elle produira la bénédiction, mais si elle est de Satan, elle produira la malédiction.

Si nous proclamons de notre bouche une Parole de Dieu, mais sans y attacher la foi dans notre coeur, cette Parole n’aura aucun effet dans notre vie.

Il en est de même si nous pensons qu’il nous suffit d’avoir une connaissance intellectuelle de la Parole de Dieu, mais sans jamais la croire dans notre coeur. Que nous la proclamions ou pas de notre bouche, elle ne produira également aucun effet dans notre vie.

C’est pourquoi la doctrine de la Parole Positive est une fausse doctrine. Selon cette doctrine, il nous suffirait de proclamer une Parole de Dieu de notre bouche, pour que cette Parole manifeste sa puissance créatrice, et amène à l’existence ce que nous avons proclamé.

C’est faux. Aucune parole que nous proclamerons de notre bouche n’aura le moindre effet, si nous ne croyons pas d’abord dans notre coeur à cette parole, sans douter.

« Mais voici comment parle la justice qui vient de la foi: Ne dis pas en ton coeur: Qui montera au ciel? c’est en faire descendre Christ; ou: Qui descendra dans l’abîme? c’est faire remonter Christ d’entre les morts. Que dit-elle donc? La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur. Or, c’est la parole de la foi, que nous prêchons. Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du coeur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut » (Romains 9: 6-10).

Il en est de même pour toute Parole de Dieu: Si nous la croyons dans notre coeur, et si nous la confessons de notre bouche, nous la verrons toujours s’accomplir.

Nous prouvons à Dieu notre justice en ayant foi en Sa Parole dans notre coeur, et c’est en proclamant ensuite cette Parole de notre bouche que nous verrons s’accomplir tout le salut de Dieu, la pleine manifestation de Son Royaume et de Sa volonté dans notre vie.

Le Seigneur Jésus l’a dit Lui-même:

« Ayez foi en Dieu (mot-à-mot: Ayez la foi de Dieu). Je vous le dis en vérité, si quelqu’un dit à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute point en son coeur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir.C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir » (Marc 11: 22-24).

Nous voyons bien ici encore que c’est la foi que nous attachons dans notre coeur à la parole que nous prononçons, qui lui permet de s’accomplir.

Le Seigneur attend d’abord que nous gardions Sa Parole dans notre coeur, avec une pleine certitude, parce que nous savons que c’est Dieu qui a parlé, et qu’Il n’est pas un homme pour mentir!

Et quand nous proclamons ensuite cette Parole, nous pouvons être certains que nous la verrons toujours s’accomplir, parce que nous avons la foi de Dieu dans notre coeur!

La vraie foi est toujours accompagnée des oeuvres correspondantes! La foi sans les oeuvres est morte. Une telle foi, qui n’est que de l’incrédulité, n’exprime que des paroles vides de puissance.

« Il en est ainsi de la foi: si elle n’a pas les oeuvres, elle est morte en elle-même. Mais quelqu’un dira: Toi, tu as la foi; et moi, j’ai les oeuvres. Montre-moi ta foi sans les oeuvres, et moi, je te montrerai la foi par mes oeuvres. Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien; les démons le croient aussi, et ils tremblent. Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les oeuvres est inutile? » (Jacques 2: 17-20).

Nous pouvons donc toujours juger de la présence de la foi véritable, dans la vie d’un Chrétien, par l’accomplissement de ce qu’il a proclamé avec foi. Ce ne sont donc pas seulement les paroles que nous proclamons qui comptent, mais la foi qui les accompagne, foi qui provient d’un coeur qui ne doute pas.

Cela n’existe pas, quelqu’un qui possèderait dans son coeur la foi véritable, et qui ne verrait pas s’accomplir ce qu’Il a proclamé au nom du Seigneur! De même, si quelqu’un prétend avoir la foi, et proclame des paroles qui ne s’accomplissent jamais, c’est que la foi n’était pas présente dans son coeur. C’est aussi simple que cela!

Notre exemple parfait est le Seigneur Jésus. Tous les Chrétiens nés de nouveau sont unis à Christ. Ils ont tous reçu le pouvoir de devenir enfants de Dieu (Jean 1: 12).

Dieu notre Père a donné à chacun de Ses enfants la même onction et la même puissance que celles que possédait Jésus, Son Fils. Le Seigneur Jésus a même affirmé que, si nous croyons en Lui, nous accomplirions les mêmes oeuvres que Lui, et même de plus grandes encore (Jean 14: 12).

Cette Parole est toujours active et puissante, à la disposition de tous ceux qui croient.

Tout ce que Jésus a accompli sur cette terre a parfaitement manifesté la volonté de Dieu Son Père. Et cette volonté est toujours la même aujourd’hui: délivrer, guérir, sauver, bénir, donner la Vie éternelle, sous toutes ses formes, et même avec abondance!

Nous aussi, nous pouvons donc être, au Nom de Jésus, des canaux de la bénédiction divine pour tous ceux qui nous entourent. Pour cela, nous devons savoir que Dieu veut nous bénir et nous rendre en bénédiction pour les autres. Le ministère du Seigneur Jésus est aussi le nôtre!

« L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur » (Luc 4: 18-19).

« Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » (Jean 20: 21).

Si notre coeur est rempli des promesses et des Paroles de Dieu, et si nous n’en doutons pas dans notre coeur, notre bouche proclamera sans cesse des Paroles de bénédiction de la part du Seigneur, et ces Paroles apporteront la Vie partout où elles seront entendues et reçues!

Employons donc ces Paroles de Dieu, dans la plénitude de la foi, pour délivrer les captifs, guérir les malades, chasser les démons, bénir les hommes, et détruire les oeuvres du diable, au Nom tout-puissant du Seigneur Jésus!

L’humanité déchue est accablée par le péché et toutes ses conséquences: maladies, infirmités, malédictions de toutes sortes, et mort. Employons donc le pouvoir que Jésus nous a donné pour bénir cette humanité dans le besoin, pour guérir les malades et chasser les démons, afin que le monde sache que le Seigneur Jésus possède toujours sur cette terre le pouvoir de pardonner tous les péchés!

« Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés: Je te l’ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison. Et, à l’instant, il se leva en leur présence, prit le lit sur lequel il était couché, et s’en alla dans sa maison, glorifiant Dieu » (Luc 5: 24-25).

Par amour pour nous tous, Jésus S’est chargé sur la croix de nos péchés, de nos malédictions, de nos maladies, et de la mort qui devait nous revenir. C’est un fait acquis et accompli. Nous pouvons bénéficier dès à présent de ce sacrifice substitutif, et à tout moment!

Remarquez bien que Jésus ne priait jamais Dieu Son Père de guérir les malades. Car Il connaissait la volonté de Dieu de les guérir. Il savait qu’Il allait porter sur Lui toutes nos maladies, pour nous en libérer. Mais Il prononçait simplement une Parole de Vie, dans une foi parfaite. Et cette Parole de Vie était toujours suivie d’effets! Faisons donc comme Lui!

Ne parlons plus à Dieu quand nous sommes en présence d’un malade. Inutile de supplier le Seigneur de le guérir, ou d’essayer de Le convaincre qu’Il devrait intervenir! Mais parlons plutôt à la maladie ou au problème, et ordonnons-lui, au Nom de Jésus, d’obéir au Seigneur et de disparaître! Soyons agressifs devant l’ennemi! Persévérons dans la résistance ferme, jusqu’à ce qu’il s’enfuie loin de nous! Le Seigneur nous a déjà donné toute autorité sur toute la puissance du malin!

« Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi; et rien ne pourra vous nuire » (Luc 10: 19).

Il faut que le monde sache que Dieu est toujours bien disposé envers les hommes, et que la porte de la grâce est toujours ouverte en Jésus-Christ. Nous pouvons donc être, nous aussi, en Jésus-Christ, des portes ouvertes à la bénédiction de Dieu pour tous ceux qui nous entourent! Ne les privons pas de cette bénédiction!

67 Responses to B188-La puissance de la parole de la foi.

  1. Dialogue-avec-un-ami-athée dit :

    Comment une personne qui partage l’attribut d’éternité avec une autre peut-elle être son enfant? Un enfant doit nécessairement venir après son père n’est ce pas? Tout le monde a été engendré par Dieu:
    Jacques 1: 13-18: « Que personne, lorsqu’il est tenté, ne dise : C’est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui–même personne. Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché ; et le péché, étant consommé, produit la mort. Ne vous y trompez pas, mes frères bien–aimés: toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation. Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de vérité, afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de ses créatures. »
    On nous dit qu’on a tous été engendré. Donc le terme engendré est à prendre de façon métaphorique et il ne faut pas attribuer à Jésus seul l’engendrement, car la Bible le dit pour tout le monde dans Jacques 1:18. Ainsi le terme engendrer voudrait tout simplement dire, créer, ni plus ni moins ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher « ami-athée », Tout vrai dialogue doit être fait dans le but d’avancer dans la connaissance de la Vérité. Nous ne devons donc pas avoir d’idées préconçues qui ne correspondent pas à la Vérité de Dieu. J’ai le sentiment (peut-être faux?) que vous avez une idée préconçue que vous essayez d’introduire, à savoir que Jésus aurait été créé comme tous les hommes. Si c’était le cas, il s’agit d’un mensonge, car l’engendrement de Jésus n’a rien à voir avec l’engendrement des hommes ordinaires. Ensuite, si vous citez Dieu et Sa Parole, vous n’êtes pas aussi athée que cela!