B189-L’onction du Saint-Esprit.

Article de Henri Viaud-Murat.

Qu’est-ce que l’onction du Saint-Esprit, pour les Chrétiens de la nouvelle alliance? Et comment manifester cette onction dans notre vie pratique?

Le mot « onction » est la traduction du mot hébreu « machah », ou du mot grec « chrisma ». « Messie », en hébreu, tout comme « Christ », en grec, signifie « oint ».

L’onction désigne donc le revêtement du Saint-Esprit, qui vient se répandre sur un être humain, afin de le qualifier pour la mission que Dieu lui a confiée. L’onction est une consécration au service du Seigneur.

Dans l’ancienne alliance, seuls quelques rares personnages pouvaient prétendre recevoir l’onction divine: les rois, les prophètes et les sacrificateurs.

Suite à l’appel divin qu’ils avaient reçu, le Saint-Esprit survenait sur eux pour leur permettre d’exercer leur ministère, dans la puissance de l’Esprit. Cette onction divine pouvait être plus ou moins permanente ou temporaire.

Nous pouvons en voir deux exemples dans la vie de Saül et de David, les deux premiers rois d’Israël.

Quand les Israélites ont voulu avoir un roi, comme les autres nations, l’Eternel fut d’abord irrité, car c’était le signe que Son peuple ne voulait pas de Lui comme seul Roi. Mais le Seigneur finit par leur accorder ce qu’ils demandaient, en les avertissant, par la bouche du prophète Samuel, des tribulations qu’ils devraient subir en raison de leur choix. Puis Dieu envoie Saül, l’homme qu’Il a choisi, à la rencontre de Samuel.

« Samuel prit une fiole d’huile, qu’il répandit sur la tête de Saül. Il le baisa, et dit: L’Eternel ne t’a-t-il pas oint pour que tu sois le chef de son héritage?Aujourd’hui, après m’avoir quitté, tu trouveras deux hommes près du sépulcre de Rachel, sur la frontière de Benjamin, à Tseltsach. Ils te diront: Les ânesses que tu es allé chercher sont retrouvées; et voici, ton père ne pense plus aux ânesses, mais il est en peine de vous, et dit: Que dois-je faire au sujet de mon fils? De là tu iras plus loin, et tu arriveras au chêne de Thabor, où tu seras rencontré par trois hommes montant vers Dieu à Béthel, et portant l’un trois chevreaux, l’autre trois gâteaux de pain, et l’autre une outre de vin. Ils te demanderont comment tu te portes, et ils te donneront deux pains, que tu recevras de leur main. Après cela, tu arriveras à Guibea-Elohim, où se trouve une garnison de Philistins. En entrant dans la ville, tu rencontreras une troupe de prophètes descendant du haut lieu, précédés du luth, du tambourin, de la flûte et de la harpe, et prophétisant eux-mêmes. L’esprit de l’Eternel te saisira, tu prophétiseras avec eux, et tu seras changé en un autre homme. Lorsque ces signes auront eu pour toi leur accomplissement, fais ce que tu trouveras à faire, car Dieu est avec toi » (1 Samuel 10: 1-7).

Nous pouvons déjà admirer la précision de la prophétie donnée par Samuel à Saül! Voilà un authentique prophète!

Dieu avait déjà averti Samuel, en lui disant qu’Il lui enverrait un homme de Benjamin, qu’Il avait choisi pour être le futur Roi d’Israël. Lorsque Samuel rencontre Saül, il l’attire à part, et répand sur sa tête une fiole d’huile, en lui disant:

« L’Eternel ne t’a-t-il pas oint pour que tu sois le chef de son héritage? »

Remarquez bien la formulation de Samuel: il dit à Saül que Dieu l’a déjà oint pour être le chef de Son héritage. Et c’est pour cela, parce que Samuel savait que Saül avait déjà reçu de Dieu une onction spirituelle, qu’il l’a ensuite oint d’huile, pour représenter l’onction spirituelle qu’il avait déjà reçue.

Puis Samuel annonce à Saül que, bientôt, l’Esprit du Seigneur allait le saisir, qu’il allait prophétiser, et être changé en un autre homme. Une fois ces signes accomplis, Saül pourrait alors faire tout ce qui lui semblerait bon, car Dieu serait avec lui.

Nous pouvons donc remarquer quelles sont les étapes de l’onction divine: Dieu choisit tout d’abord une personne, pour le ministère ou la fonction qu’Il lui destine. Ce choix se manifeste par l’onction spirituelle que Dieu accorde à cette personne. Cette onction spirituelle est ensuite suivie d’une onction physique, en général d’huile. Ensuite, le Saint-Esprit descend sur cette personne, pour la qualifier concrètement pour son ministère.

Par la suite, le Seigneur attend, bien entendu, que la personne qui a été ointe s’acquitte fidèlement de sa tâche. Nous savons que cela n’a pas été le cas pour le Roi Saül. Après avoir bien commencé, il a bien mal fini, car il a désobéi au Seigneur, et a persévéré dans la désobéissance. C’est pour cela que Dieu a fini par le rejeter comme Roi, et a choisi David pour le remplacer.

Mais nous pouvons aussi remarquer quelque chose de très important: ce n’est pas parce que Saül a désobéi à Dieu, et a persévéré dans la désobéissance, que Dieu lui a retiré Son onction. Jusqu’à sa mort, il est resté « l’oint de l’Eternel ».

Nous pouvons donc en conclure qu’il n’existe pas de lien direct entre l’onction et l’obéissance. Dieu n’accorde pas Son onction parce qu’on Lui est obéissant, mais Il nous l’accorde pour que nous puissions Lui obéir, et Il ne va pas retirer Son onction à quelqu’un qui Lui désobéit. Il finira par juger un rebelle qui ne veut pas se repentir, mais ce rebelle conservera quand même l’onction divine. Dieu ne Se repent pas de Ses dons.

David l’avait bien compris. Il savait qu’il avait été choisi pour prendre la place de Saül. Mais il a jusqu’au bout soigneusement évité de porter la main sur « l’oint de l’Eternel, » laissant à Dieu le soin de le juger.

David savait aussi que c’était tout le peuple d’Israël qui avait été oint par Dieu, pour être Son peuple élu, parmi toutes les nations. Personne ne pouvait impunément toucher à ce peuple élu, sans en subir les conséquences. On ne touche pas en vain aux oints de l’Eternel!

« Ne touchez pas à mes oints, et ne faites pas de mal à mes prophètes! » (1 Chroniques 16: 22).

Lorsque Dieu décida de rejeter Saül comme roi, et de choisir à sa place le jeune David, ce dernier n’était encore qu’un tout jeune homme, âgé peut-être d’une quinzaine d’années. Il n’est devenu roi qu’à l’âge de trente ans, donc bien plus tard, après bien des tribulations!

« L’Eternel dit à Samuel: Quand cesseras-tu de pleurer sur Saül? Je l’ai rejeté, afin qu’il ne règne plus sur Israël. Remplis ta corne d’huile, et va; je t’enverrai chez Isaï, Bethléhémite, car j’ai vu parmi ses fils celui que je désire pour roi » (1 Samuel 16: 1)

« Puis Samuel dit à Isaï: Sont-ce là tous tes fils? Et il répondit: Il reste encore le plus jeune, mais il fait paître les brebis. Alors Samuel dit à Isaï: Envoie-le chercher, car nous ne nous placerons pas avant qu’il ne soit venu ici. Isaï l’envoya chercher. Or il était blond, avec de beaux yeux et une belle figure. L’Eternel dit à Samuel: Lève-toi, oins-le, car c’est lui! Samuel prit la corne d’huile, et l’oignit au milieu de ses frères. L’esprit de l’Eternel saisit David, à partir de ce jour et dans la suite. Samuel se leva, et s’en alla à Rama » (1 Samuel 16: 11-13).

Là encore, le processus de l’onction divine est le même:

Dieu a d’abord choisi celui qui devait accomplir Sa volonté. Par ce choix, cette personne a reçu l’onction spirituelle, qui accompagne l’appel de Dieu sur sa vie. Ensuite, le prophète a oint d’huile celui qui avait déjà été choisi et oint par Dieu. Enfin, l’Esprit de l’Eternel « a saisi » celui qui avait été oint, afin de le qualifier pour répondre à l’appel que Dieu lui a adressé.

Il en est exactement de même pour les Chrétiens de la nouvelle alliance conclue dans le sang de Jésus!

Tous ceux qui sont inclus dans le Corps de Christ, par la repentance et la nouvelle naissance, forment le peuple de la nouvelle alliance. Tous les Chrétiens nés de nouveau reçoivent, dès leur nouvelle naissance, l’onction divine qui doit les qualifier pour accomplir toutes les oeuvres que Dieu a préparées pour eux. C’est pour cela que Dieu, par la suite, veut les baptiser tous de Son Esprit, afin de les qualifier concrètement pour accomplir toute Sa volonté.

N’oublions pas que les oeuvres que Dieu a préparées d’avance pour les Chrétiens sont exactement les mêmes oeuvres que celles qui ont été accomplies par le Seigneur Jésus!

Par la grâce suprême de Dieu, grâce réservée à Son peuple de la nouvelle alliance, tous les Chrétiens ont donc reçu, dès leur nouvelle naissance, la même onction que celle qui reposait sur le Seigneur Jésus! Cette onction, c’est la présence du Saint-Esprit en eux.

Combien de Chrétiens connaissent cette Vérité?

Cette onction ne dépend pas de nos mérites, mais elle nous est souverainement accordée par Dieu, par Sa grâce. Cette onction, il faut le répéter, est représentée par le don du Saint-Esprit à tous les enfants de Dieu.

Tous les Chrétiens sont donc « oints » par Dieu dès leur nouvelle naissance. Il n’est donc pas juste de parler de tel ministère puissant comme étant « l’oint de l’Eternel, » auquel il ne faut pas toucher! Le plus petit dans le Royaume de Dieu possède la même onction divine que celui qui y est considéré comme le plus grand! Celui qui nous touche, touche à la prunelle des yeux du Seigneur!

Cette onction nous qualifie pour accomplir toute la volonté de Dieu, qui est de produire dans notre vie le fruit du Saint-Esprit, et de manifester les oeuvres de puissance de l’Esprit de Dieu. Cette onction nous est donc donnée avant de produire le fruit de l’Esprit, ou de manifester la puissance de l’Esprit.

Il faut aussi comprendre que produire le fruit de l’Esprit et manifester la puissance de l’Esprit sont deux choses indépendantes. Nous pouvons manifester le fruit sans la puissance, ou la puissance sans le fruit. C’est ce qui explique que certains Chrétiens puissent manifester des oeuvres de puissance, tout en restant, comme les Corinthiens, encore très charnels. Ou encore que certains Chrétiens très sanctifiés ne produisent aucune oeuvre de puissance.

Même la présence du péché dans la vie d’un Chrétien n’empêchera pas Dieu de Se servir de lui avec puissance, contrairement à ce que l’on croit souvent. Jésus a affirmé que beaucoup accompliraient de grands miracles en Son Nom, alors qu’Il ne les avait jamais connus, parce qu’ils pratiquaient l’iniquité.

Si des gens que Jésus n’a jamais connus peuvent accomplir en Son Nom de grandes oeuvres de puissance, à combien plus forte raison des Chrétiens charnels le peuvent-ils aussi!

C’est aussi pour cela que nous ne devons pas nous laisser séduire par des oeuvres de puissance. Mais nous devons examiner les fruits que portent dans leur vie ceux qui manifestent ces oeuvres de puissance, et surtout contrôler soigneusement le message qu’ils apportent, pour voir s’il est bien conforme aux Ecritures!

Si Dieu accorde Son onction à tous Ses enfants, ce n’est donc pas seulement pour produire des oeuvres de puissance. C’est aussi pour cela, bien entendu, mais c’est surtout pour accomplir Sa volonté dans toute leur vie, pour produire le fruit de l’Esprit, et pour glorifier le Nom du Seigneur!

Ce que désire le Seigneur, c’est que nous produisions le fruit de l’Esprit, mais que nous manifestions aussi les oeuvres de puissance de l’Esprit, tout comme dans la vie du Seigneur Jésus.

Voici ce qu’a dit le Seigneur Jésus, au début de Son ministère:

« Il (Jésus) se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre du prophète Esaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit: L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur. Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s’assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire: Aujourd’hui cette parole de l’Ecriture, que vous venez d’entendre, est accomplie » (Luc 4: 16-21).

Nous savons que Jésus est le Messie d’Israël, le Christ, l’Oint de Dieu. Il a été choisi de toute éternité pour S’incarner dans la chair, mourir sur la croix pour le pardon de nos péchés, et ressusciter pour notre justification.

Jésus, en tant que Fils éternel de Dieu, a donc été Oint de toute éternité, pour accomplir le Ministère qui Lui avait été assigné par Dieu Son Père. C’est parce qu’Il avait déjà reçu cette onction spirituelle, cet appel éternel, que, par la suite, le jour de Son baptême, le Saint-Esprit est descendu sur Lui, afin de le revêtir de Sa puissance, et de Le qualifier pour Son ministère.

Jésus dit bien:  » L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint… »

C’est parce qu’Il avait d’abord été oint, qu’Il a ensuite été revêtu de la puissance du Saint-Esprit.

Nous entendons souvent l’inverse aujourd’hui, dans le vocabulaire des Chrétiens. On entend souvent dire: « Il est oint, parce qu’il a reçu le Saint-Esprit! »

Mais le processus divin de l’onction nous prouve que c’est toujours le contraire: nous sommes d’abord oints, et ensuite le Saint-Esprit vient sur nous et nous équipe pour le ministère auquel nous sommes appelés.

Nous devons donc tous nous considérer comme ayant déjà été oints, si nous faisons partie du peuple de Dieu, par notre nouvelle naissance en Christ. Nous devons savoir que nous avons déjà été consacrés par Dieu pour accomplir Ses oeuvres et les oeuvres de Christ!

C’est en vertu de cette onction que Dieu va nous revêtir ensuite de la puissance de Son Esprit, et nous remplir de Son Esprit, afin de nous équiper de tout ce dont nous aurons besoin concrètement pour accomplir Sa volonté.

Hélas, beaucoup de Chrétiens, parce qu’ils ne croient pas qu’ils ont déjà été oints, au moment de leur nouvelle naissance, attendent toujours indéfiniment cette onction, et pensent qu’ils ne seront oints que quand ils verront ou sentiront une manifestation du Saint-Esprit dans leur vie! Tant que cette manifestation sensible ne sera pas venue, ils ne se considèreront pas comme oints, et resteront passifs! Quelle perte de temps!

Nous devons par conséquent savoir que nous avons été oints dès notre nouvelle naissance. Nous avons donc, par la grâce de Dieu, et si nous le voulons, le droit, et le devoir, d’être remplis du Saint-Esprit, et d’être revêtus de la puissance de l’Esprit. Car, sans être remplis du Saint-Esprit, et sans être revêtus de sa puissance, nous ne serons pas qualifiés pour accomplir les oeuvres de Dieu.

Il faut donc que l’onction que nous avons reçue se traduise ensuite par la manifestation concrète de la puissance du Saint-Esprit dans notre vie, qui nous permet d’accomplir les oeuvres de Dieu. Ce revêtement de puissance se manifeste lorsqu’on est rempli, ou baptisé, du Saint-Esprit.

Le baptême du Saint-Esprit est donc d’abord destiné à manifester et à extérioriser l’onction que nous avons reçue à notre nouvelle naissance, dans notre esprit régénéré.

Tous les Chrétiens ont l’onction de l’Esprit dès leur nouvelle naissance, mais tous ne sont pas ensuite remplis de l’Esprit. Malgré leur onction, tous ne sont pas automatiquement revêtus du manteau de puissance du Saint-Esprit, pour être les témoins que Dieu veut qu’ils soient. L’onction ne s’est pas traduite par la venue en puissance de l’Esprit sur leur vie. Pourquoi? Parce qu’ils ne l’ont pas voulu, ne l’ont pas désiré, ne l’ont pas demandé, et n’ont pas cru que Dieu voulait les revêtir de ce revêtement de puissance. Car, si Dieu voulait les revêtir de ce vêtement de puissance, c’est parce qu’ils étaient déjà oints!

Si nous savons que nous avons déjà été oints, nous ne devons donc pas hésiter à demander immédiatement à Dieu de nous remplir, ou de nous baptiser, de Son Esprit. Il le fera aussitôt. Et nous devons le croire. Tout ce que notre main trouvera alors à faire, nous le ferons par la foi, dans la puissance de l’Esprit, parce que Dieu sera avec nous! Et c’est alors que nous verrons l’onction et la présence du Saint-Esprit en nous se manifester par un fruit abondant de l’Esprit, et aussi par toutes sortes de signes et de miracles! Exactement comme dans le ministère du Seigneur Jésus.

Normalement, cette onction divine qui est la nôtre ne se ressent pas physiquement. Elle est reçue par la foi en ce que nous révèle la Parole de Dieu. Nous pouvons ressentir l’onction de l’Esprit par moments, mais, normalement, l’onction ne se ressent pas, et ne doit pas se ressentir, puisque nous marchons par la foi et non par la vue.

Nous ne devons pas dépendre de ce que nous ressentons ou pas pour agir par la foi. Nous devons simplement croire non seulement que nous avons effectivement été oints, que cette onction demeure en permanence en nous, mais aussi que Dieu nous a revêtus de la puissance de Son Esprit, quand nous le Lui avons demandé.

En nous donnant Son Esprit, pour qu’Il demeure en permanence en nous, le Seigneur nous a nécessairement donné l’onction maximum qu’Il pouvait nous donner! Peut-il exister une onction supérieure à celle de l’Esprit de Dieu?

Si Dieu nous donne ainsi Son onction maximum, c’est pour manifester au maximum dans notre vie toute la puissance de Son Esprit!

Voici ce qu’écrit l’apôtre Jean à tous les Chrétiens:

« Pour vous, vous avez reçu l’onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance » (1 Jean 2: 20).

« Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés » (1 Jean 2: 27).

Nous avons donc tous reçu l’onction divine, et cette onction demeure en permanence en nous!

La présence de cette onction ne fluctue pas! La manifestation de cette onction peut fluctuer, en fonction de notre degré de foi ou d’incrédulité. Mais la présence de l’onction divine en nous est toujours à son degré maximum, car cette onction, c’est la présence du Saint-Esprit Lui-même! Alléluia!

N’employons donc plus jamais ce langage de l’ancienne alliance, qui nous fait dire par exemple: « Combien j’aimerais avoir l’onction qui est sur ce frère ou sur cette soeur! Seigneur, donne-moi le double de son onction! » Ils font ainsi référence à ce qu’Elisée demandait au prophète Elie: « Qu’il y ait sur moi, je te prie, une double portion de ton esprit! » (2 Rois 2: 9). Nous avons bien plus qu’une double portion de l’esprit d’Elie!

Ceux qui parlent ainsi n’ont pas compris qu’ils n’ont pas besoin d’avoir la même onction que celle de tel ou tel frère, ni le double de son onction, car ils possèdent déjà en eux l’onction même du Seigneur Jésus, par la présence de l’Esprit en eux! Ils ont déjà l’onction maximum, mais ils ne le savent pas, et ne l’utilisent donc pas!

Paul écrit ceci aux Corinthiens:

« Car le Fils de Dieu, Jésus-Christ, qui a été prêché par nous au milieu de vous, par moi, et par Silvain, et par Timothée, n’a pas été oui et non, mais c’est oui qui a été en lui; car, pour ce qui concerne toutes les promesses de Dieu, c’est en lui qu’est le oui; c’est pourquoi encore l’Amen par lui est prononcé par nous à la gloire de Dieu. Et celui qui nous affermit avec vous en Christ, et qui nous a oints, c’est Dieu, lequel nous a aussi marqués d’un sceau et a mis dans nos coeurs les arrhes de l’Esprit » (2 Cor. 1: 19-22).

Paul parle à tous les Chrétiens! Il nous rappelle qu’en Christ, nous avons un libre accès à toutes les promesses de Dieu, et que c’est Dieu Lui-même qui nous a oints et marqués du sceau de Son Esprit!

Comme le Père a envoyé Jésus, le Seigneur Jésus nous envoie aussi, pour accomplir les mêmes oeuvres que celles qu’Il a accomplies, et même de plus grandes encore!

« En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père; et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. Si vous m’aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous » (Jean 14: 12-17).

Comprenez-vous, bien-aimés, que nous avons reçu la même onction que celle dont bénéficiait le Seigneur Jésus Lui-même? Car si Dieu a bien voulu nous envoyer Son Esprit, pour qu’Il demeure en permanence en nous, c’est bien pour accomplir les mêmes oeuvres que celles que le Seigneur Jésus a accomplies, et même de plus grandes oeuvres encore! Le Seigneur Jésus nous dit bien qu’il nous suffit de le croire!

Ne laissons pas l’onction que nous avons reçue rester inopérante en nous, à cause de notre ignorance ou de notre incrédulité! Alors que nous avons reçu cette onction pour marcher comme Jésus a marché sur cette terre!

Que faisait le Seigneur Jésus?

« Vous savez comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable, car Dieu était avec lui » (Actes 10: 38).

Jésus allait de lieu en lieu, faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable, car Dieu était avec Lui!

C’est exactement ce que les premiers disciples ont également fait, après l’ascension du Seigneur Jésus:

« Puis il (Jésus) leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris. Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel, et il s’assit à la droite de Dieu. Et ils s’en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l’accompagnaient » (Marc 16: 15-20).

Les disciples sont aussi, comme Jésus, allés de lieu en lieu, et dans tout le monde, prêchant la bonne nouvelle du Royaume de Dieu, faisant du bien et libérant tous les captifs, au Nom du Seigneur Jésus! Dieu les accompagnait partout où ils allaient, et confirmait Sa Parole par les miracles qui l’accompagnaient! Pourquoi? Parce que Dieu était avec eux, comme Il était avec le Seigneur Jésus!

Bien-aimés, il en sera de même pour chacun de nous, si nous comprenons que nous avons déjà reçu l’onction divine! L’Esprit de Dieu est déjà avec nous et en nous, prêt à confirmer tout ce que nous allons faire au Nom du Seigneur Jésus! Dieu est aussi avec nous aujourd’hui, comme Il l’était avec Jésus et avec les premiers disciples!

Cessons de réclamer ce que nous avons déjà reçu! Croyons, levons-nous, et agissons!

92 Responses to B189-L’onction du Saint-Esprit.

  1. marie-claude dit :

    Chère Sophie, que DIEU te bénisse et te fortifie dans Sa Parole, n’abandonne pas, car nous avons tous des épreuves à vivre en Christ. Je penserai à ton fils dans mes prières, pour que le Seigneur Se manifeste pour sa guérison, et que ta foi soit rehaussée. Alléluia…

  2. marie-claude dit :

    Chère Eve… Je joins ma foi à la prière du frère Henri, afin que le DIEU VIVANT, en notre Seigneur JESUS-CHRIST, te fasse miséricorde en effaçant tous tes péchés sur la croix de rédemption, car tu es née de nouveau, et t’accorde une pleine guérison, au nom de Jésus-Christ, amen.

  3. Sophie dit :

    Merci chère Flo de tes prières que je sais sincères et régulières pour moi ! Je t’embrasse en Christ. Sophie

  4. Flo dit :

    Amen Henri !
    Je me joins à ta prière pour le fils de Sophie, et pour que la foi de notre bien-aimée soit fortifiée afin que nul doute ne demeure en son coeur. Flo.

  5. Sophie dit :

    Merci pour tes encouragements Henri ! Je sais bien au fond de moi que tout ce qui m’a été révélé est la Vérité, donc je devrais cesser de craindre ! Tes articles, que j’ai le temps de relire ou découvrir ces jours-ci, parlent à mon âme et à mon Esprit pour me faire grandir toujours plus !
    Et donc, pour les oeuvres plus grandes que celles que Jésus lui-même a faites, de quoi pouvait-il bien parler ?! As-tu une idée ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Sophie, Comme le Saint-Esprit n’avait pas été répandu, je crois que les oeuvres plus grandes dont Jésus parle sont celles que le Saint-Esprit nous permet de faire aujourd’hui, et qui n’étaient pas encore possibles quand Jésus était sur la terre. Il ne s’agit donc pas de miracles individuels, qui sont aujourd’hui les mêmes que ceux que le Seigneur accomplissait, mais de miracles collectifs. Par exemple, pour guérir une foule de malades, Jésus devait toucher ou parler à chacun. Aujourd’hui, une multitude de malades peuvent être guéris collectivement, d’un seul coup, par une prière globale.

  6. Luc dit :

    Chère Eve,
    Ton message me touche car, lundi dernier, suite à un contrôle chez mon otorhino, j’ai subi une biopsie de la thiroïde ainsi que des ultrasons. Je n’ai pas encore de résultat, mais je Lui fais confiance. Je te confie à Jésus dans ma prière. Porte ton regard sur Lui avec Foi, et prends vraiment au sérieux la prière de notre frère Henri.
    Fraternel salut – Luc

  7. Sophie dit :

    Cher frère Henri, je relis cet article ce soir, ainsi que tous les commentaires, et je réalise que je me suis souvent posé cette question : quelles oeuvres plus grandes que celles que Jésus a faites pourrions-nous faire ??? Quoi de plus grand que de guérir des malades ou ressusciter des morts ? (et je ne l’ai encore jamais fait ! ;o)
    J’ai parfois l’impression de naviguer dans la brume sur ce chemin de la sanctification, de ne savoir que faire, ou comment faire, pour simplement croire et laisser tout ce qui est né de nouveau en moi s’épanouir… et à d’autres moments, j’ai l’impression que les écailles tombent, que j’ai des moments d’extrême lucidité, je me sens fortifiée dans ma foi… pour sembler douter à nouveau quelques jours plus tard !
    Mon fils de 12 ans, sujet à de fortes migraines 3 à 4 fois par an depuis plusieurs années, en avait refait une en septembre dernier… J’avais alors chassé au nom de Jésus, obéissante au Seigneur… mais je ne devais pas avoir une foi suffisante. Mon fils a refait une crise hier. Je ne veux pas m’arrêter aux symptômes, et j’ai loué le Seigneur Jésus de ce qu’Il a guéri mon fils il y a 2000 ans ! J’ai « à nouveau » chassé le mal… jusqu’à la fois prochaine ??? Non, vraiment, je ne trouve pas que ce soit si simple, de croire. J’ai parfois l’impression de faire de l’auto-persuasion, d’obéir sans vraiment croire ! Je sais bien que ce sont des idées soufflées par Satan, et que mon Seigneur est bon, qu’Il veut me bénir, moi et les miens, et prendre soin de nous ! Comment alors réussir à briser cette espèce de barrière d’incrédulité en moi ? J’ai plusieurs fois prié que ma foi augmente, que Jésus me délivre de cette difficulté que j’ai à m’abandonner dans la confiance en Lui. Tout en moi sait qu’Il est le chemin, la Vérité et la Vie, j’ai soif de Lui et soif qu’Il fasse son oeuvre en moi… et je bloque encore malgré tout. Que l’Esprit me révèle toujours plus, grâce notamment à tes articles et aux exhortations et prières de mes frères et soeurs dans la foi, ma véritable nature d’enfant de Dieu, et qu’Il me montre combien Jésus m’aime, je crois que j’ai encore du mal à réaliser cela ! Entrevoir l’immensité de son Amour m’aiderait à « avoir confiance »… même si je ne recherche pas le « ressenti », je vois quand même bien que j’ai besoin qu’Il me montre Son Amour, qu’Il se manifeste à moi ! Alors, mon intellect cesserait de se poser des questions, et tout mon être s’ouvrirait à Lui pour porter ses fruits ! C’est ce que je désire ardemment.
    En tous cas merci pour tes articles Henri. En Christ, Sophie.
    PQ : Chère soeur Josette, comment va ta fille ? Je prie pour vous, soyez bénies.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Sophie, Les Ecritures nous révèlent que la foi est une absolue certitude dans notre coeur. Elle vient de ce que l’on « entend » (de ce que l’on reçoit dans notre coeur) de la Parole de Christ. Elle est simplement la certitude que tout ce qui est écrit dans la Bible est VRAI. Plus on a besoin de « sentir » quelque chose, et plus notre foi est faible! Plus nous dépendons seulement de la Parole de Dieu, et plus notre foi est forte! Notre problème n’est pas dans une compréhension intellectuelle de la Parole de Dieu, mais dans le fait de n’avoir aucun doute dans le coeur (Marc 11: 23). Nous ne devons jamais nous décourager quand nous voyons que les promesses divines tardent à s’accomplir, mais nous devons faire confiance au Seigneur qui est le seul, dans Son amour, à nous faire progresser dans la foi. Il est bien Celui qui la crée, et Celui qui l’amène à la perfection! (Hébreux 12: 2). Réjouissons-nous des petits commencements comme des petits progrès. Une fois que le mouvement est lancé, on ne peut qu’accélérer! Que ton fils soit complètement libéré de ses migraines, au Nom du Seigneur Jésus!

  8. Awa D. dit :

    Bonjour, Frère Henri. Ça fait près d’un an que je lis vos articles. C’est la deuxième fois que je tente de vous écrire. Je voudrais que vous priiez pour moi, car je traverse une situaton difficile. Je suis née de nouveau depuis 96, mais j’ai du mal à exercer ma foi en ce qui concerne la santé. Depuis près d’un an, on m’a découvert des nodules suspects à la thyroïde, ainsi que des signes de métastases cervicales gauches. Et depuis moins d’un mois, j’ai constaté la présence d’une masse dure dans mon sein gauche. Je devrais être opérée en début mars. Je crois que vous avez suffisamment de foi pour m’aider à prier pour ma guérison, et j’ai vraiment besoin de parler à quelqu’un qui aime Dieu et ait foi en Lui. Je voudrais vous donner plus de détails et recevoir des conseils de vous en privé, ou sur une page plus appropriée. Il est possible que des gens autour de moi aient suffisamment de foi pour m’aider, mais, dans mon coeur, je suis convaincue que vous pouvez le faire et que vous avez la consécration et la foi nécessaire pour cela. Je vous en prie. SVP, voici mon adresse e-mail, pour ceux qui voudraient m’écrire: choisieetelue@yahoo.fr. Merci pour tout. Dieu vous bénisse. Eve.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Awa (Eve), Nous pouvons prier ensemble à distance. Le Seigneur Jésus sait très bien guérir à distance. Voici comment nous allons faire: Dès que tu recevras ce message, tu liras la prière que je fais en ce moment pour toi, et, si tu es d’accord avec moi, tu diras « Amen » de tout ton coeur. Et le Seigneur te transmettra Sa guérison dans tout ton corps! Il S’est chargé sur la croix de toutes nos maladies, notre corps est un membre de Christ, et Son Esprit en nous hait toute maladie! Voici ma prière: « Notre Père, je Te remercie, car Tu as tout prévu pour nous en Ton Fils Jésus. Merci, parce qu’Il a porté sur la croix les maladies de ta fille Eve. Je me mets en ce moment d’accord avec elle, dans l’esprit, pour commander à toute maladie et à toute infirmité de quitter immédiatement son corps, au Nom puissant de Jésus, et de ne jamais revenir! Obéis, Satan, tu dois obéir au Seigneur Jésus, et nous avons autorité sur toi en ce Nom tout-puissant! Dégage de ce corps qui ne t’appartient plus, maintenant même, au Nom de Jésus! Amen! »
      Sois en paix à présent, chère Soeur, et laisse le Saint-Esprit agir, pour manifester pleinement toute ta guérison! Et n’oublie pas de témoigner autour de toi de ce que le Seigneur aura fait pour toi!

  9. isaac dsapi dit :

    Sois grandement béni, frère Henri, pour ce plus de lumière sur ce qui est de l’onction; il y a une précision que je tiens néanmoins à faire: parce que nous sommes oints dès la nouvelle naissance, nous recevons (baptême de l’Esprit) le Saint-Esprit parce que nous obéissons au Seigneur. Il serait donc superflu que quelqu’un qui est réellement né de nouveau manque d’onction. Si l’onction manque, c’est la nouvelle naissance, je crois qui est en cause. Que le Seigneur te fortifie d’avantage pour Son œuvre!

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Isaac, C’est parce que nous sommes oints (dans notre esprit) que nous devons être revêtus de l’Esprit, afin de manifester cette onction! Ce qui n’est pas normal, c’est qu’un Chrétien né de nouveau, donc oint, garde cette onction enfermée dans une coquille!

  10. Bernard et Nadine DHERBEY dit :

    Bonsoir, frères et soeurs bien-aimés,
    « C’est pourquoi je vous fais savoir que nul homme parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit que Jésus doit être rejeté ; et que nul ne peut dire, que par le Saint-Esprit, que Jésus est le Seigneur » (1 CORINTHIENS 12: 3. « Vous m’appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien : car je le suis » (JEAN 13: 13).
    Fraternellement, Nadine.

  11. Jabi dit :

    Shalom cher frère, Merci pour la réponse, c’est exactement ce que je crois. Sois bénis pour ton engagement.

  12. Jabi dit :

    Shalom bien-aimé frère,
    Je suis allé en vacances et suis allé dans un mouvement religieux que je ne fréquente pas d’habitude. L’enseignement sur le Saint-Esprit m’a pour le moins surpris. Il a été dit qu’un Chrétien pouvait être né de nouveau, baptisé du Saint-Esprit et néanmoins ne pas appartenir à Christ ? En citant celui qui n’a pas l’Esprit de Christ ne lui appartient pas. Si le Chrétien à l’esprit de Christ en lui, il doit manifester le caractère de Jésus et produire le fruit de l’Esprit. Le pasteur a cité la phrase de Jésus disant n’est-ce pas en ton Nom que nous avons fait des miracles etc…, tout le verset sauf nous avons chassé des démons (pas mentionné…j’ai trouvé bizarre), et le Seigneur leur disant: « Je ne vous ai jamais connus. »
    J’ai toujours pensé que ce verset s’adressait à ceux qui ont hérité d’un autre esprit comme le mentionne Paul, ceci en produisant de faux miracles etc… Puisque Jésus dit: « Je ne vous ai jamais connus, » étant donné que c’est Jésus qui baptise du Saint-Esprit, Il aurait plutôt dû dire: « Vous qui m’avez connu et qui commettez l’iniquité. » Jamais cela ne veut dire qu’Il ne les a jamais baptisés dans le Saint-Esprit.
    Merci de m’éclairer, peut-être il y a des choses qui m’échappent.
    Soyez bénis dans le Nom de Jésus.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Jabi, Tous ceux qui sont nés de nouveau et baptisés de l’Esprit appartiennent à Christ. Et, inversement, tous ceux qui appartiennent à Christ sont nés de nouveau et ont le Saint-Esprit, même s’ils ne sont pas toujours remplis de l’Esprit. Ceux qui sont baptisés de l’Esprit ont forcément l’Esprit de Christ. Si Jésus a dit à certains qui ont fait des miracles en Son Nom qu’Il ne les a jamais connus, cela prouve simplement que certains hommes non convertis, non régénérés en Christ, et n’ayant pas le Saint-Esrit, peuvent accomplir de vrais miracles au Nom de Jésus, simplement parce qu’ils annoncent la Parole de Dieu, et que Dieu confirme Sa Parole dans la vie de ceux qui la reçoivent, par amour pour eux. Dire qu’un Chrétien peut être né de nouveau, et ne pas appartenir à Christ, c’est absurde.

  13. Bernard et Nadine DHERBEY dit :

    Chers frères et soeurs en Jésus-Christ,
    Dimanche dernier, nous avons étudié la Parole de Dieu dans Luc 4 au sujet de la tentation de Jésus-Christ. Nous lisons au verset 1 : « Jésus, rempli du Saint-Esprit… et Il fut conduit par l’Esprit dans le désert où Il fut tenté par le diable… » puis verset 14 : « Jésus, revêtu de la puissance de l’Esprit, retourna en Galilée… » Quand Jésus venait juste d’être baptisé d’eau et d’Esprit, Il a été conduit par l’Esprit de Dieu dans le désert et après qu’Il fut tenté pendant 40 jours, alors qu’Il jeûnait et priait, Il fut revêtu de la puissance de l’Esprit et alors Il a commencé à enseigner dans les synagogues. (à lire verset 1 à 14 pour bien comprendre les tentations de Jésus Lui-même). Il a toujours répondu au diable par la Parole de Dieu. Belle leçon !
    Saint baiser à vous tous, Nadine.

  14. Boris dit :

    Merci frère Henri pour votre réponse. C’est vrai qu’il est important de savoir que nous avons reçu à notre nouvelle naissance cette onction du Saint-Esprit qui fait de nous un peuple de rois et de sacrificateurs, et que c’est elle qui fait aussi de nous des enfants de Dieu. Cependant, l’onction étant synonyme de l’Esprit, je crois qu’il faut distinguer deux choses : l’onction intérieure (1 Jean 2:27) et l’onction extérieure (Actes 1:8). A notre nouvelle naissance, l’Esprit vient en nous pour résider dans notre esprit tandis qu’au baptême dans le Saint-Esprit, nous recevons une autre onction, celle-ci extérieure, l’Esprit venant SUR nous, d’où la démonstration de puissance extérieure. Ainsi, je crois que le baptême dans le Saint-Esprit est un supplément de l’Esprit. Nous avons tous la même onction à la nouvelle naissance, mais nous devons pour autant toujours demander à nouveau d’être rempli du Saint-Esprit car bien que l’Esprit habite en chacun de nous dans notre esprit, Il n’est pas forcément aussi grand ou présent SUR chacun de nous. L’Esprit peut être plus ou moins grand SUR chacun, et donc agir plus ou moins puissamment. Par conséquent, nous avons tous la même onction de l’Esprit EN nous par notre nouvelle naissance, mais l’Esprit n’est pas pourtant toujours aussi grand ou présent SUR chacun de nous selon que l’on est plus ou moins remplis de l’Esprit. D’où pourquoi, certains disent qu’un chrétien est plus oint qu’un autre parce qu’en fait l’Esprit est plus présent ou grand SUR lui que sur une autre.Toutefois, l’erreur des pentecôtistes dont vous parlez est de croire que l’onction consiste seulement à la présence extérieure de l’Esprit SUR nous en oubliant la présence de l’Esprit EN nous et qui est la plus importante. En effet, ce n’est pas l’onction extérieure ou du fait que l’Esprit soit puissamment sur nous que nous sommes chrétiens et enfants de Dieu. L’Ancien Testament nous montre bien que l’Esprit pouvait être SUR une personne et agir puissamment par elle, sans pour autant que celle-ci soit un oint du Seigneur. Aujourd’hui même, l’Esprit peut être sur des personnes pour accomplir des miracles par elles alors même qu’elles ne soient pas nées de nouveau.
    « Balaam leva les yeux, et vit Israël campé selon ses tribus. Alors l’Esprit de Dieu fut sur lui. » Nombres 24:2
    En conclusion, je crois qu’il faut bien distinguer entre le EN et le SUR. Le Seigneur avait déjà l’Esprit-Saint en Lui avant Son baptême. Cependant, c’est seulement par la descente de l’Esprit sur Lui sous la forme d’une colombe, que l’Esprit était alors puissamment sur Lui et qu’Il pouvait donc accomplir les œuvres de puissance de Son ministère. Au fond, le résultat revient au même d’avec ce que vous dîtes. Cependant, le danger, en ne faisant pas cette distinction entre EN et SUR, est de faire l’erreur inverse à ces pentecôtistes, c’est-à-dire de seulement se satisfaire de l’onction intérieure et ne pas rechercher ensuite l’onction extérieure, c’est-à-dire avoir l’Esprit puissamment sur nous ou être rempli de l’Esprit. Puis, cela permet de savoir que le fruit de l’Esprit est produit par l’onction intérieure, c’est à-dire de l’Esprit résidant dans notre esprit régénéré, tandis que les œuvres de puissances sont produites par l’Esprit reposant sur nous. Néanmoins, au final, vu qu’il s’agit du même Esprit, il n’est pas si faux de dire comme vous le faîtes qu’il s’agit d’une seule et même onction. Peut-être que je discute un peu trop sur les mots, mais je crois que cela permet de mieux éclaircir les choses sur le fonctionnement de l’onction. En tout cas, le fait de vous avoir lu et d’avoir réfléchi et écrit cela pour vous répondre m’a fait avancer dans ma compréhension de l’onction de l’Esprit.
    Que Dieu vous bénisse et vous remplisse de Son Esprit pour que vous puissiez continuer à nous édifier par votre ministère.
    Amicalement en Christ.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Boris, Par notre nouvelle naissance en Christ, Dieu nous a tous rendus parfaitement capables de produire à la fois le fruit de l’Esprit, et la puissance de l’Esprit. Croyons-le, et mettons-nous à l’oeuvre, pour que cette capacité ne reste pas théorique, mais devienne pratique!

  15. Boris dit :

    Bonjour frère Henri,
    Ce que vous avez dit sur l’onction a un peu perturbé ma compréhension de ce qu’était « être oint ». Pour moi, étaient « oints » dans l’AT ceux qui avaient été oints d’huile. Puis, l’onction d’huile dans l’AT symbolisant l’onction de l’Esprit, dans la Nouvelle alliance on est donc oint au moment où l’Esprit est répandu sur nous, c’est-à-dire lors du baptême du Saint-Esprit, pour recevoir l’équipement spirituel nécessaire à notre marche chrétienne. Il s’agit de l’onction pour le ministère, pour l’accomplissement de la mission que Dieu nous confie.
    Cependant, il est vrai que nous sommes déjà oints de l’Esprit-Saint lors de notre nouvelle naissance (2 Corinthiens 1: 22, 1 Jean 2: 20-27). Ainsi, nous sommes déjà des oints du Seigneur avant le baptême du Saint-Esprit. Je vous rejoins parfaitement sur cela, c’est biblique. Nous sommes tous les oints de l’Eternel sans distinction.
    Par contre, vous parlez d’une onction spirituelle et vous dîtes alors : « Jésus dit bien: L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint… » C’est parce qu’Il avait d’abord été oint, qu’Il a ensuite été revêtu de la puissance du Saint-Esprit. »
    Sur ce point, j’ai du mal à saisir ce que vous dites, frère Henri. J’avais compris ce passage comme : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, car il m’a oint du Saint-Esprit pour… » Dire que l’Esprit du Seigneur est sur soi, c’est dire qu’on est oint de l’Esprit. C’est d’ailleurs ce que souligne l’apôtre Pierre : « Vous savez comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable, car Dieu était avec lui » (Actes 10: 38).
    Je crois que le Seigneur a été oint de l’Esprit au moment de Son baptême, bien qu’Il fût déjà oint avant, du fait que l’Esprit résidait déjà en Lui. La deuxième onction était une onction extérieure, de puissance. Je crois que c’est ainsi qu’il faut comprendre la demande d’Elisée et des chrétiens qui recherchent une onction particulière. C’est une onction de puissance particulière qu’ils recherchent, et que tous n’ont pas forcément. De même, dans 1 Samuel 10 :1-2, j’avais compris ce passage comme l’a traduit la Bible Le Semeur : « Samuel prit le flacon d’huile qu’il avait emporté et en répandit le contenu sur la tête de Saül, puis il l’embrassa et dit: Par cette onction, l’Eternel t’établit chef du peuple qui lui appartient. (C’est toi qui le gouverneras, tu le sauveras des ennemis qui l’entourent. Et voici la preuve que c’est l’Eternel qui t’établit chef de son peuple par cette onction.) » (pour le passage entre crochets, il s’agit des textes grec et syriaque).
    Votre idée d’onction spirituelle me dérange. Je n’avais jamais pensé à cela auparavant, et je trouve que cela est compliqué. J’ai toujours compris l’onction comme le fait d’être revêtu de l’Esprit Saint, mais pour l’onction spirituelle, elle se réduit au sens de l’appel et de la mise à part pour une mission hors de la réalité physique, qui est la dispensation de l’Esprit. Par contre, cela est vrai pour l’empereur Cyrus qui fut appelé oint, bien qu’il n’ait reçu aucune onction d’huile et ne fut pas revêtu de l’Esprit (Esaïe 45). En ce qui concerne 1 Chroniques 16: 22, je crois que cela est du même ordre qu’être un peuple de rois et de sacrificateurs, et donc d’oints, comme le doit être Israël. La réalité de ce verset est aujourd’hui accomplie dans l’Eglise et les saints de la Nouvelle Alliance.
    Voilà frère Henri, vous n’êtes pas obligé de publier mon commentaire, je ne souhaite pas semer le trouble. Cependant, étant donné que je ne pensais pas tout à fait la même chose que vous, cela me perturbe un peu dans ma compréhension de l’onction.
    Bien fraternellement.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Boris, Il y a une interprétation de l’onction qui est propre à certaines dénominations, en particulier une interprétation Pentecôtiste, qui je crois, est différente de ce qu’enseigne la Bible. Selon cette interprétation, on est oint de l’Esprit quand on est baptisé de l’Esprit, ou quand on manifeste la puissance de l’Esprit. On dit alors: « Celui-ci ou celle-ci possède une onction puissante… » Cela veut dire, a contrario, que l’on n’est pas oint tant qu’on ne constate pas ces manifestations de puissance. On ignore donc l’existence de l’onction reçue à la nouvelle naissance. On juge selon les choses visibles, et non selon les invisibles.
      Le Nouveau Testament ne parle pas d’onctions spécifiques pour tel ou tel ministère ou fonction. Mais il parle d’une onction générale et unique, qui est donnée lorsque le Saint-Esprit vient résider en chaque enfant de Dieu, par sa nouvelle naissance en Christ. Nous sommes donc pleinement oints dès notre nouvelle naissance. Ensuite, il faut que cette onction se traduise par toutes les manifestations extérieures qui doivent accompagner cette onction, afin que nous puissions tous accomplir les oeuvres de Jésus. Cela nécessite la foi de notre part. Je ne parle pas ici des ministères particuliers, mais des oeuvres de Jésus: fruit de l’Esprit et oeuvres de puissance. Il y a donc un moment, dans la vie du Chrétien, où l’onction qu’il a reçue à sa nouvelle naissance doit se manifester par un revêtement de puissance, et ce moment est celui où nous recevons le baptême de l’Esprit. C’est le moment où nous demandons à être remplis de l’Esprit, et où nous croyons que nous le sommes, dès que nous l’avons demandé, avant même de voir les signes de puissance se manifester (parler en langues, dons de l’esprit…)
      L’essentiel, pour avoir l’onction et qu’elle se manifeste, c’est donc d’être à la fois né de nouveau, et rempli (ou baptisé) de l’Esprit. Ensuite, c’est à nous de prendre l’initiative, pour accomplir tout ce que le Seigneur nous ordonne d’accomplir dans Sa Parole. Et alors, le Saint-Esprit, qui nous accompagne, Se manifestera par toutes les oeuvres de puissance que nous voyons dans le ministère de Jésus.
      On peut discuter sur les mots et les définitions, mais ce qui compte, c’est la pleine manifestation de l’onction du Saint-Esprit que nous avons reçue à notre nouvelle naissance.

  16. Bernard et Nadine DHERBEY dit :

    Chers frères et soeurs en Jésus-Christ,
    1 JEAN 2 VERSET 27 DIT : « MAIS L’ONCTION QUE VOUS AVEZ REÇUE DE LUI DEMEURE EN VOUS, ET VOUS N’AVEZ PAS BESOIN QU’ON VOUS ENSEIGNE ; MAIS COMME LA MÊME ONCTION VOUS ENSEIGNE TOUTES CHOSES, ET QU’ELLE EST VÉRITABLE, ET N’EST PAS UN MENSONGE, ET SELON QU’ELLE VOUS A ENSEIGNÉS, VOUS DEMEUREREZ EN LUI. »(Lire les versets qui précèdent) Soyez fortifiés dans votre foi dans ces jours mauvais. Fraternellement, Nadine.

  17. Sile dit :

    Merci beaucoup Stef, c’est le partage qui me manquait pour expliquer.
    Cordialement.