B190-N’ayons pas peur d’être libres!

Article de Henri Viaud-Murat.

Certains Chrétiens ne sont pas très à l’aise à l’idée d’être complètement libres dans leur vie spirituelle. Ils préfèrent être bien encadrés. Pourtant, aucune vie de l’esprit en Christ ne peut être vécue sans le plein exercice d’une complète liberté.

Depuis la chute, l’homme a perdu la glorieuse liberté qui était la sienne dans le Jardin d’Eden. Lui qui était le maître de toute la création, il est devenu esclave du péché, donc esclave de Satan.

Depuis des millénaires, l’homme s’est habitué à vivre en esclave ou en prisonnier. Même ceux qui ont combattu le plus ardemment pour la liberté n’ont jamais pu s’affranchir complètement de toute forme de dépendance ou d’esclavage.

Car la forme la plus terrible et la plus universelle d’esclavage, c’est bien l’esclavage du péché. L’homme ne peut pas, par ses propres forces, s’affranchir de cet esclavage. Il ne peut être libéré de cet esclavage qu’en recevant dans sa vie le Grand Libérateur, le Seigneur Jésus-Christ.

Tant que nous n’avons pas reçu le salut par la foi en Jésus-Christ, il nous est impossible de de pas nous livrer au péché. Nous sommes tous nés dans le péché. Et ce péché est une puissance irrésistible de destruction et de mort, puissance à laquelle nul ne peut échapper, à moins d’en être libéré par le sang de Jésus!

« Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice? Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de coeur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits. Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. Je parle à la manière des hommes, à cause de la faiblesse de votre chair. De même donc que vous avez livré vos membres comme esclaves à l’impureté et à l’iniquité, pour arriver à l’iniquité, ainsi maintenant livrez vos membres comme esclaves à la justice, pour arriver à la sainteté. Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice. Quels fruits portiez-vous alors? Des fruits dont vous rougissez aujourd’hui. Car la fin de ces choses, c’est la mort. Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 6: 16-23).

Jésus a dit aux Juifs qui avaient cru en Lui:

« En vérité, en vérité, je vous le dis, quiconque se livre au péché est esclave du péché.Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours. Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres » (Jean 8: 34-36).

Le Seigneur venait de leur dire:

« Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jean 8: 31-32).

Ces paroles nous prouvent que Satan, le Menteur et le père du Mensonge, utilise le mensonge pour tenir les hommes en esclavage. Tandis que le Seigneur Jésus, qui est le Chemin, la Vérité et la Vie, utilise la Vérité pour nous affranchir.

Le Seigneur veut changer notre statut, briser toutes nos chaînes d’esclaves, et faire de ces esclaves des fils de Dieu, appelés à toujours demeurer dans la présence du Père, et à Le servir dans une pleine liberté de l’esprit.

Toute liberté promise ou offerte par les hommes est une fausse liberté, une liberté qui ne fait que remplacer un esclavage par un autre esclavage.

« Ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui » (2 Pierre 2: 19).

Depuis la chute, les hommes ne peuvent donc s’empêcher de se livrer au péché. Tous les êtres humains sont esclaves du péché, avec toutes les conséquences désastreuses que nous pouvons observer. Seul Jésus, le Fils de Dieu, peut nous affranchir, pour nous rendre réellement libres!

Mais il ne suffit pas d’être libéré, encore faut-il demeurer libre! L’apôtre Paul nous exhorte à conserver précieusement cette liberté qui nous a été acquise et offerte par le Seigneur Jésus, au prix de Son propre sang. Car beaucoup de séducteurs sont aux aguets pour nous ravir notre liberté.

« Vous avez été rachetés à un grand prix; ne devenez pas esclaves des hommes » (1 Cor. 7: 23).

« C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude » (Galates 5: 1).

Si le Seigneur nous a libérés, c’est pour pouvoir accomplir Sa volonté sans aucune entrave. C’est pour pouvoir Le servir dans la plénitude des moyens qu’Il nous a donnés, au moment de notre nouvelle naissance. Et c’est pour être, entre Ses mains, des instruments de Sa bénédiction pour nos semblables.

Nous devons réaliser, en tant qu’enfants de Dieu, que le Seigneur, après nous avoir affranchis, nous a « assis en Christ dans les lieux célestes » (Ephésiens 2: 6). C’est la position la plus élevée de l’univers! Dans cette position, nous sommes placés avec Christ sur le trône de Dieu Lui-même. Nous sommes donc bien au-dessus de celui dont nous étions auparavant les esclaves, c’est-à-dire Satan.

Nous devons donc connaître « quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu’il réserve aux saints, et quelle est envers nous qui croyons l’infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force. Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Eglise, qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous » (Ephésiens 1: 18-23).

Au Nom Tout-Puissant de Jésus-Christ, nous sommes donc les maîtres de celui dont nous étions auparavant les esclaves! Ne nous laissons plus intimider par lui! Ne le laissons plus occuper dans notre vie une place qu’il n’a plus le droit d’occuper, c’est-à-dire la place d’un tyran dominateur!

Il y a aujourd’hui dans le monde deux catégories d’être humains: ceux qui sont sauvés en Jésus-Christ, et ceux qui sont encore perdus.

Ceux qui sont perdus sont encore les esclaves de Satan, qui ne se prive pas de les torturer de toutes les manières possibles, dans leur esprit, leur âme ou leur corps.

Mais ceux qui sont sauvés, non seulement ont été complètement libérés de cet esclavage, pour devenir des fils de Dieu, mais ont aussi reçu le pouvoir d’être les maîtres de Satan. Celui-ci doit à présent leur obéir, au Nom de Jésus. Nous avons le pouvoir de détruire toutes les oeuvres du diable!

En même temps, nous savons que le Seigneur Jésus nous a aussi libérés de la Loi. Nous ne sommes plus obligés de nous efforcer péniblement d’obéir à des commandements, alors que nous n’en étions pas capables.

La Loi a été faite pour les esclaves de Satan, et non pour les fils de Dieu. La Loi n’a pas été faite pour les justes, mais pour les injustes. Les justes n’ont pas besoin de Loi pour marcher dans l’obéissance!

Par notre nouvelle naissance, Dieu nous a rendus capables d’obéir aux deux commandements dans lesquels sont inclus toute la Loi et tous les prophètes. Ces deux commandements sont les suivants:

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. Voici le second: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là » (Marc 12: 30-31).

« En effet, les commandements: Tu ne commettras point d’adultère, tu ne tueras point, tu ne déroberas point, tu ne convoiteras point, et ceux qu’il peut encore y avoir, se résument dans cette parole: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. L’amour ne fait point de mal au prochain: l’amour est donc l’accomplissement de la loi » (Romains 13: 9-10).

« Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair; mais rendez-vous, par la charité, serviteurs les uns des autres. Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Galates 5: 13-14).

C’est donc aussi pour cela que Dieu nous a libérés: pour pouvoir pleinement aimer Dieu et notre prochain, de l’amour merveilleux de Christ. Ce n’est pas un esprit de crainte que nous avons reçu, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse! (2 Timothée 1: 7).

Il est clair que pour pouvoir pleinement aimer Dieu et notre prochain, il fallait que Dieu accomplisse pour nous et en nous deux choses vitales. Il devait d’abord faire de nous Ses fils et Ses filles, libérés de toute servitude, re-créés à Son image, et assis en Christ à la position céleste la plus élevée. Mais Il devait aussi nous donner une pleine autorité sur toute la puissance de Satan et de ses démons.

Ce qui empêche ceux qui sont perdus de manifester pleinement l’amour de Dieu, c’est tout d’abord parce qu’ils ne possèdent pas cet amour, n’étant pas des fils et des filles de Dieu régénérés en Christ, et ensuite parce qu’ils sont toujours des esclaves du diable.

Ne nous laissons donc plus séduire par les ruses du malin, une fois que nous avons été libérés par notre nouvelle naissance! Car le diable ne lâchera pas prise volontiers! Il essayera au contraire de continuer à nous dominer le plus longtemps possible, dans la mesure où nous sommes encore dans l’ignorance ou l’incrédulité.

Le malin essayera toujours de prolonger illégalement sa domination, par la ruse ou par la force. S’il ne parvient pas à nous garder sous le contrôle de la Loi, il s’efforcera de nous garder sous le contrôle de la chair.

Nous le savons à présent, la chair est une puissance de péché et de mort qui demeure dans nos membres, même après notre nouvelle naissance. Notre « homme intérieur », c’est-à-dire notre esprit, est passé par une nouvelle naissance qui a fait de lui une nouvelle création, libre et céleste, entièrement à l’image du Seigneur Jésus.

C’est pour cela que notre intelligence doit être renouvelée, et que notre corps doit perdre beaucoup d’habitudes provenant de notre ancienne vie de péché.

La vie nouvelle de notre esprit régénéré ne se manifeste pas pleinement en nous dès le début de notre conversion. Il faut un certain temps pour que nous réalisions quelle est notre identité nouvelle en Christ, quelle est notre position céleste, et quelle est l’autorité que nous avons reçue du Seigneur.

Tant que la Parole de Dieu et le Saint-Esprit ne nous ont pas éclairés, afin de renouveler notre intelligence, nous aurons tendance à garder une mentalité d’esclave, et à nous comporter encore trop souvent comme des pécheurs, et non comme des fils de Dieu. Et l’ennemi en profitera toujours.

En 1863, le Président Lincoln décréta la libération de tous les esclaves vivant dans les Etats Confédérés du Sud. Mais la guerre de Sécession dura encore deux ans, et la grande majorité des esclaves, bien que juridiquement libérés, n’ont pas profité de cette libération. Soit parce qu’ils n’en ont pas été informés, soit parce qu’ils ne l’ont pas cru, lorsqu’ils l’ont appris.

Il en est de même pour beaucoup de Chrétiens. Satan va toujours profiter de leur ignorance ou de leur incrédulité pour continuer à les garder dans l’esclavage de la chair, de la Loi, du péché, de la maladie ou des principes du monde.

Par conséquent, ces Chrétiens ne pourront pas être libres d’aimer Dieu et leur prochain comme le Seigneur le voudrait, alors qu’ils en ont été rendus capables!

Bien-aimés, nous sommes parfaitement libres! Le Seigneur Jésus a signé notre décret de libération par Son propre sang! Mais encore faut-il que notre liberté soit effective, et que nous puissions marcher pleinement par l’esprit!

Ne nous séduisons plus nous-mêmes, en proclamant que nous sommes libres en Christ, alors que nous sommes encore esclaves de la Loi, de la chair, ou d’une oeuvre quelconque de Satan!

Tant que nous serons encore soumis à une forme quelconque d’esclavage, nous nous laisserons toujours dominer par ce qui ne devrait plus nous dominer, que ce soit par les traditions humaines de certaines dénominations ou assemblées, ou par certains ministères dominateurs ou manipulateurs, ou encore par les hommes en général.

Nous pouvons nous joindre librement à des assemblées qui sont membres de certaines dénominations, nous nous soumettons aux conducteurs spirituels de ces assemblées, mais notre liberté spirituelle nous interdit de nous laisser dominer, manipuler ou contrôler en aucune manière!

Nous ne devons jamais oublier que nous sommes d’abord membres du Corps de Christ, et que notre seul Maître est le Seigneur Jésus.

Nous participerons aux activités qui nous sont proposées, et nous obéirons aux directives des conducteurs, dans la seule mesure où ces activités et ces directives sont conformes à la Parole de Dieu, et où le Saint-Esprit nous en donnera la conviction.

Cela implique, bien entendu, que nous ne soyons plus des enfants en Christ, mais que nous ayons atteint une maturité spirituelle suffisante, pour jouir pleinement de notre liberté spirituelle. Il est donc nécessaire que nous apprenions à marcher par l’esprit.

Nous serons sans doute traités de rebelles par les Chrétiens et les conducteurs charnels, mais personne ne nous ôtera notre liberté, condition nécessaire de notre obéissance au Seigneur.

La seule question qui doit nous préoccuper est la suivante: « Suis-je bien en accord avec la volonté de mon Dieu et avec Sa Parole? »

Un Chrétien né de nouveau doit savoir qu’il a été libéré de toute crainte du diable et des hommes. Il ne craint respectueusement que le Seigneur! Et il apprend, en marchant par l’esprit, à employer sa liberté pour aimer Dieu et aimer son prochain!

C’est pourquoi il est si important, une fois que l’on est passé par une nouvelle naissance, d’apprendre à marcher par l’esprit, afin de ne plus être esclave de la chair. Car la plus petite influence de la chair dans notre vie nous maintient encore sous la domination de Satan.

Un Chrétien né de nouveau, mais qui est encore charnel, en est toujours au stade de bébé ou d’enfant en Christ. C’est ce que Paul rappelle aux Galates, qui avaient commencé à marcher par l’esprit, mais qui avaient été séduits par de faux apôtres, qui les avaient remis sous l’esclavage de la Loi.

« Or, aussi longtemps que l’héritier est enfant, je dis qu’il ne diffère en rien d’un esclave, quoiqu’il soit le maître de tout; mais il est sous des tuteurs et des administrateurs jusqu’au temps marqué par le père. Nous aussi, de la même manière, lorsque nous étions enfants, nous étions sous l’esclavage des rudiments du monde; mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption. Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l’Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père! Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu » (Galates 4: 1-7).

« Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse; et de même qu’alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l’Esprit, ainsi en est-il encore maintenant. Mais que dit l’Ecriture? Chasse l’esclave et son fils, car le fils de l’esclave n’héritera pas avec le fils de la femme libre. C’est pourquoi, frères, nous ne sommes pas enfants de l’esclave, mais de la femme libre » (Galates 4: 28-31).

Nous sommes héritiers de Dieu et cohéritiers de Christ. Mais tant que nous sommes des enfants, c’est-à-dire des Chrétiens charnels, comme l’étaient les Corinthiens, nous ne diffèrerons en rien d’un esclave, quoique nous soyons, en Christ, les maîtres de tout!

Il nous faudra encore rester sous des tuteurs et des administrateurs, jusqu’au moment où nous aurons suffisamment grandi pour nous comporter comme les fils que nous sommes. Hâtons-nous donc de grandir!

Nous ne sommes pas les enfants de l’esclave, mais nous sommes les enfants de la femme libre. Cela signifie que nous sommes appelés à marcher selon l’esprit et non selon la chair! Et Dieu nous en a rendus capables!

« Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté » (2 Cor. 3: 17).

Quelle joie intense de savoir que Christ nous a libérés de toute forme d’esclavage, afin de pouvoir être conduits par l’Esprit!

« Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu » (Romains 8: 12-14).

Tout le contexte du début de ce chapitre nous parle de notre libération de la loi de péché et de mort qui est dans la chair. La « conduite de l’Esprit » dont parle Paul ici concerne la crucifixion des actions du corps, ou des oeuvres de la chair, afin de pouvoir marcher dans la glorieuse liberté des enfants de Dieu.

Cela signifie que, si nous voulons vraiment marcher dans la liberté de l’esprit, affranchis de tout esclavage de la chair et du péché, nous ne manquerons jamais d’y être conduits par le Saint-Esprit!

Réjouissons-nous d’avoir été prédestinés à être semblables à l’image du Fils de Dieu! (Romains 8: 29). C’est cette perspective qui doit constamment nous encourager dans nos luttes et nos souffrances actuelles.

Dieu sait que la création tout entière attend avec impatience la pleine manifestation des fils de Dieu. Chacun pour sa part, soyons déterminés à laisser au Saint-Esprit une pleine liberté d’action dans notre vie, afin que ce que nous sommes en Christ devienne visible, et que rien n’empêche la pleine manifestation du Seigneur Jésus au travers de nous!

79 Responses to B190-N’ayons pas peur d’être libres!

  1. kevin02 dit :

    Cher Henri, franchement, je suis impressionné par la qualité de vos enseignements, et je bénis le Seigneur pour votre vie, jamais enseignements ne m’aident autant que les vôtres. Tu sais j’ai fait l’expérience de la nouvelle naissance, mais j’avoue qu’il me reste beaucoup d’autres étapes à franchir, pour cela je voudrais bien savoir si c’est possible d’envoyer des requêtes de prière, et de vous écrire pour vous faire part de quelques petits problèmes personnels. J’ai commencé à lire vos messages il n’y a pas très longtemps, et je compte bien le poursuivre par la grâce de Dieu, merci, et que Dieu vous bénisse.

  2. valentin dit :

    La liberté, c’est la vérité en nous, amen. Pour quand un article sur l’Etat Palestinien? La prophétie Ézéchiel 38-39 va aboutir à la création de l’Etat Palestinien, car le complot arabe contre Israël concerne la naissance de l’Etat Palestinien à l’intérieur d’Israël, et ce complot arabe est en trois points: 1) La naissance de l’Etat Palestinien à l’intérieur d’Israël. 2) La création d’une coalition d’alliés des Palestiniens. 3) Créer un prétexte pour attaquer Israël. Ce prétexte, après la naissance de l’Etat Palestinien, sera qu’Israël sera considéré comme Etat d’occupation par l’ONU. Un article sur le site Guysen raconte que l’union arabe va fixer une date pour traiter la requête palestinienne, et cette date sera proclamée la semaine prochaine. Je crois que ça sera très probablement en septembre prochain que l’Etat Palestinien naîtra.

  3. jacob virginie dit :

    « Car j’ai eu faim et vous ne m’avez pas donné à manger, j’ai eu soif et vous ne m’avez pas donné à boire, j’étais étranger et vous ne m’avez pas recueuilli, j’étais nu et vous ne m’avez pas vêtu, j’étais malade et en prison et vous ne m’avez pas visité. Ils répondirent : aussi seigneur quand est ce que nous t’avons vu avoir faim, ou soif, ou être étranger, ou nu ou malade ou en prison, et que nous ne t’avons point assisté? Et il leur répondra : je vous dis en vérite, qu’en tant que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, vous ne me les avez pas faites à moi-même, et ils iront aux peines éternelles, mais les justes iront à la vie éternelle (Ostervald révisée 96, Mat. 25: 42-46)

  4. jacob virginie dit :

    Levons-nous, Chrétiens, marchons, marchons, allons répandre la bonne nouvelle, même si on tombe, Dieu nous relève, continuons le chemin, et si on ne peut plus marcher, Dieu nous porte, allons, allons partout, dans les moindres recoins, semer, semer la graine de l’espérance, du salut, de la vie éternelle, à ceux qui sont dans le désespoir, dans la peur, la misère, la douleur, l’injustice, et aimons-nous, unis et plus forts, car c’est Dieu qui combat pour nous, comme la fronde de David contre Goliath, et que les anges du ciel et Dieu se réjouissent pour tous les repentis !

  5. jacob virginie dit :

    Tu sais, souvent le spectacle que l’on voit se jouer autour de nous est bien triste, de voir un monde qui agonise, des femmes des enfants que l’on mutile, que l’on tue, que l’on viole, au nom de quoi au nom de qui ? Toute la création soupire au retour du Créateur, et nous somme chargés, dans ce chaos gigantesque, d’être le sel, la promesse, l’espérance, la lumière qui brille au milieu de la nuit. Le mal sévit partout, il se déchaine, mais le peuple périt par son ignorance, par ses péchés, d’ou l’importance absolue de se ressourcer, de tenir ferme face à l’adversité, qui sévit même dans nos propres foyers, et aimer, aimer, aimer, car l’amour sans la verité n’est rien, et la verité sans l’amour n’est rien aussi, il faut les deux ! Des ouvriers dans la moisson, il en faut, et la tâche est rude… D’où le message de la bonne nouvelle, on arrêtera pas la tyrannie, mais on annoncera notre Sauveur, le salut…
    C’est comme un immense orchestre, chaque instrument est préparé, maitrisé individuellement, avant de s’unir àux autres, ainsi se forme l’orchestre, ce grand corps où la symphonie et l’harmonie règnent ! Quand tous s’associent ensemble sur un morceau, avec tous les instruments différents ! Le Corps du Christ est le même, avec toutes ses différences, uni dans l’amour et un même Esprit que celui de Dieu! Faisons passer l’espoir, l’espérance, la foi, par l’evangile, ce pain de vie, cette source d’eau vive qui ne tarit jamais, dont on aime s’abreuver en la personne de Jésus ! Beaucoup de martyrs chrétiens qui vont jusqu’au bout, sans même pousser un cri, et qui sont tués pour avoir revendiqué Jésus ! Que toutes les nations fléchissent les genoux devant Toi, Jésus ! Oh, combien notre tâche est rude, mais oh combien à tes yeux nous avons de la valeur! Merci Seigneur, car nous ne méritions rien!

  6. Lazare dit :

    Merci, chère sœur Virginie, une vraie poétesse de Dieu, bien inspirée! Sois bénie! Fraternellement en Christ-Jésus.
    Lazare.

  7. jacob virginie dit :

    Il existe un pays magnifique où il fait bon vivre, on y passe par un chemin étroit, mais il conduit à de verts pâturages, il y règne la justice, l’amour, la paix, la joie, ce pays, il faut le découvrir chaque jour comme un trésor, parfois, sur le trajet, la souffrance, les épreuves, les tribulations, les persécutions, mais il possède une source qui ne tarit jamais, un havre de paix qui nous conduit à la terre promise. Ce pays étrange et merveilleux, il s’appelle le coeur de Dieu ! Vivi.

  8. jacob virginie dit :

    Merci Malika, A l’école on me disait que j’étais une analphabète, à l’église une illuminée qui chante et parle en langue, et dans ma famille une « folle » qui croit en Dieu, alors, je suis tellement libre avec Jésus, qu’Il m’inspire tellement d’amour, que j’écris ou je chante seule dans ma maison ou ma salle de bain, et j’aime partager pour édifier, exhorter, encourrager mes bien-aimés, notre Seigneur nous demande de nous entretenir par des Psaumes, des cantiques, etc… « C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis, tenons ferme dans cette liberté, et ne nous plaçons pas de nouveau sous la contrainte d’un esclavage, nous sommes les enfants de la promesse, mais pas les enfants de l’esclave. Le fils né par volonté humaine persécutait alors celui qui etait né grâce à l’esprit… » (Bible avec les mots d’aujourd’hui, Galates 4: 28 et Galates 5: 1)
    Dieu est tellement miséricordieux, Il a su nous tendre une corde pour nous sauver de notre misère ! (clin d’oeil humoristique). Bisous fraternels, Malika. Vivi.

    • Malika. dit :

      Merci ma soeur, je suis libre en Jésus également, et c’est la plus douce des libertés à mon avis. Bien que je sois bien isolée dans ma famille, je ressens cette liberté toute intense en Jésus.
      Bonne soirée, ma soeur Vivi. Bisous dans l’amour de notre Papa céleste. QDTB. Malika.

  9. marie dit :

    Alléluia Jésus! Tu es notre Bien-Aimé !!!
    Nous sommes à Toi et Tu es à nous; Tu fais paître ton troupeau parmi les lys! (Cantiques des cantiques 6 : 3)

  10. jacob virginie dit :

    C’est cela aussi, être libre en Jésus !

    • Malika. dit :

      Merci à toi Vivi pour tous ces beaux textes, lesquels me touchent beaucoup. J’aimerais avoir autant de facilité pour écrire. Que le Seigneur te bénisse et te garde jusqu’à Son retour. Amitié fraternelle en J-C. Malika.

  11. jacob virginie dit :

    « Louez Dieu, louez l’Eternel! Louez Dieu dans son sanctuaire!
    Louez-le dans l’étendue céleste où éclate sa puissance!
    Louez-le pour son extraordinaire façon d’agir!
    Louez- le pour l’immensité de sa grandeur!
    Louez-le au son de la trompette!
    Louez le avec le luth et la harpe!
    Louez-le avec le tambourin et avec des danses !
    Louez-le avec les cymbales sonores!
    Louez-le avec les cymbales retentissantes!
    Que tout ce qui respire loue l’Eternel »
    Louez l’eternel! (Psaume 150, Bible avec les mots d’aujourd’hui).
    « Chantez un cantique nouveau, chantez Sa louange dans l’assemblée des saints! Il couvre le ciel de nuages, Il prépare la pluie pour la terre, Il fait pousser l’herbe sur les montagnes, Il donne la nourriture au bétail et aux petits du corbeau quand ils crient. L’Eternel prend plaisir en ceux qui le craignent, en ceux qui s’attendent à sa bonté… »
    Mais encore, au Psaume 112: « Louez l’Eternel, heureux l’homme qui craint l’Eternel qui trouve un grand plaisir à ses commandements. Sa descendance est puissante sur la terre, la génération des hommes droits sera bénie. Le bien-être et la richesse sont dans sa maison, et sa justice subsiste toujours. La lumière se lève dans les ténèbres pour les hommes droits, pour celui qui fait preuve de grâce de compassion et de justice… »
    Et oui, Il prend plaisir à l’improvisation de nos coeurs, à l’effusion de l’Esprit qui vient nous inspirer un cantique, une louange, une danse, un cri, des larmes ou un silence ou un soupir! Rien n’est rituel, tout est dans la communion avec un Dieu vivant et bien vivant! Pas de cérémonie ou de chichi, mais un tête à tête profond avec Lui! Le louer en tout temps, dans les circonstances favorables ou défavorables, Lui dire combien nous Lui sommes reconnaissants, Le louer pour ce qu’Il est, ce qu’Il fait, ce qu’Il dit, ce qu’Il promet, Le louer pour Lui, rien que Lui! Dans la joie de pouvoir avoir la grâce de goûter à cette intimité merveilleuse! Qu’il est bon de se retrouver chaque jour avec Lui! A chaque instant qu’Il nous accorde de vivre, par ce souffle interieur qui nous anime, à chaque instant de paix intérieure, d’amour et de beauté à regarder en Lui et rien qu’à Lui. Il fait alors germer dans notre coeur l’amour, pour briller en nous et se répandre sur toutes les nations!
    Merci, mon doux roi, mon doux père, car Tu es le même hier, aujourd’hui et demain, omnipotent, omniscient, omniprésent! Que nous puissions fléchir le genoux devant Toi pour T’honorer et prendre plaisir à Toi et à Tes commandements! Que cela devienne naturel en nous, comme l’eau de Ta rosée qui habille les fleurs du matin. Merci mon Roi des rois! Ma manne céleste, ma nourriture quotidienne, merci pour Ton sacrifice, merci de m’avoir élue avant la fondation du monde, merci d’avoir pardonné mes péchés, merci de Ta fidélité, Ta patience, Ton amour infini, Ta bonté, Ta beauté, Ta justice, Ta sainteté… Merci, mon tendre papa, d’être ce que Tu es !!! Vivi.

  12. Dialogue-avec-un-ami-athée dit :

    Bonjour
    Le Messie? Certains donnent ce nom uniquement et en priorité à Jésus. Nous dirons, en ce qui nous concerne, que cette nomination de Messie est, tout simplement, conventionnelle, cette distinction ne lui est pas particulière. Les Juifs la décernaient à leurs Prophètes, à leurs rois et même aux rois des autres nations. Cyrus, roi de la Perse, fut appelé Messie : « Ainsi parle le Seigneur à Son messie, à Cyrus » (Esaïe 45: 1). De même, David était nommé Messie: « Il agit avec fédilité envers son Messie, envers David » (Psaumes 18: 51).
    Le roi Saül fut également nommé Messie puisque, quand Avischaï le vit couché et qu’il a voulu le tuer: « David lui dit: Ne le tue pas! Qui pourrait porter la main sur le Messie du Seigneur et demeurer impuni? » (1 Samuel 26: 7-9). Il est enregistré dans les Psaumes 105: 15: « Ne touchez pas à Mes Messies et ne faites pas de mal à Mes Prophètes. »

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher « Dialogue-avec-un-ami-athée, » Effectivement, « messie » est un terme hébreu générique qui signifie tout simplement « oint. » Le terme grec correspondant est « christ. » Tous les Chrétiens sont également appelés « oints, » donc « messies. » Mais Jésus, en tant que Fils de Dieu, est Le Messie, l’Oint par excellence, Celui qui devait être issu du peuple d’Israël pour sauver le monde, et aussi Celui qui doit revenir bientôt chercher les Siens!

  13. tsiky dit :

    Merci cher frère pour votre soutien, votre réconfort, mais surtout pour vos articles.