B194-Appelleriez-vous cela de l’amour?

Article de Henri Viaud-Murat.

Dieu ne considère pas toujours comme « amour » ce que les hommes, et même beaucoup de Chrétiens, appellent « amour »!

La Bible nous révèle que Dieu est Amour. Sa vraie nature est d’être Amour. Toutefois, depuis la chute, la réalité de l’Amour divin, dans la vie des hommes pécheurs, a été pervertie par le péché. A présent, il y a bien des choses que les hommes considèrent comme étant de l’amour, et que Dieu n’accepte pas comme étant conforme à ce qu’Il appelle « Amour. »

Dans l’ancienne alliance, les croyants pouvaient bénéficier du pardon de leurs péchés, de la guérison de leur corps, et de certaines autres grâces de Dieu, mais ils ne pouvaient pas recevoir la plénitude de l’Amour divin.

En effet, le Seigneur Jésus ne S’était pas encore incarné et n’était pas encore mort sur la croix. Même si les croyants de l’ancienne alliance ont pu recevoir des bénédictions, en vertu du sacrifice futur du Seigneur Jésus, « par avance » en quelque sorte, ils ne pouvaient pas marcher pleinement comme Dieu le désirait.

Pour marcher pleinement comme Dieu le désire, nous devons nécessairement passer par une nouvelle naissance spirituelle, être baptisé d’eau et d’esprit, connaître le message et l’oeuvre de la croix, et apprendre à marcher par l’esprit, dans une pleine victoire sur le péché et la chair.

Cela, les croyants de l’ancienne alliance ne le pouvaient pas. Le Seigneur Jésus a dit Lui-même aux Juifs qui L’écoutaient, que Moïse leur avait donné la Loi à cause de la dureté de leur coeur:

« Pourquoi donc, lui dirent-ils, Moïse a-t-il prescrit de donner à la femme une lettre de divorce et de la répudier? Il leur répondit: C’est à cause de la dureté de votre coeur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes; au commencement, il n’en était pas ainsi. Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère » (Matthieu 19: 7-9).

Cette « dureté de leur coeur » avait contraint Dieu de leur donner des commandements temporaires, qui ne correspondaient pas à Sa volonté parfaite.

Mais, depuis la venue du Seigneur Jésus, la grâce et la vérité nous ont été communiquées dans leur pleine mesure. Par notre nouvelle naissance en Christ, et par notre apprentissage de la marche par l’esprit, Dieu nous a rendus capables de marcher pleinement selon les désirs de Son coeur, dans une obéissance parfaite à Sa volonté.

Dans l’ancienne alliance, Dieu traitait donc les croyants comme Il devait les traiter. Dans la nouvelle alliance, Dieu traite les croyants comme Il aime les traiter!

L’Ancien Testament nous révèle pleinement la Sainteté et la Justice de Dieu. Le Nouveau Testament nous révèle pleinement l’Amour et la Grâce de Dieu.

Toutefois, et cela peut sembler paradoxal à certains, c’est aussi dans le Nouveau Testament que les exigences de Dieu nous sont révélées de la manière la plus absolue.

Mais il est normal qu’il en soit ainsi. Dans la nouvelle alliance, Dieu nous recrée à l’image de Son Fils Jésus, et vient nous remplir de Son Esprit, pour nous rendre capables de marcher sur cette terre comme le Seigneur Jésus y a marché. C’est pour cela qu’Il peut Se montrer exigeant envers nous.

Dans l’ancienne alliance, quand les croyants recevaient un commandement du Seigneur, ils devaient s’efforcer de le mettre en pratique, mais la « dureté de leur coeur » les empêchait d’y parvenir, et de satisfaire pleinement les désirs du Seigneur.

Dans la nouvelle alliance, quand les Chrétiens reçoivent un commandement du Seigneur, souvent bien plus exigeant que les commandements de l’ancienne alliance, ils ne doivent jamais oublier que Dieu les a déjà rendus capables, en Christ, d’obéir parfaitement à ce commandement, s’ils marchent par l’esprit et non par la chair.

C’est pour cette raison que les exigences de l’amour de Dieu peuvent sembler plus sévères dans la nouvelle alliance que dans l’ancienne, comme le montre le Sermon sur la Montagne.

Voici ce qu’enseignait le Seigneur Jésus:

« Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens: Tu ne tueras point; celui qui tuera mérite d’être puni par les juges. Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère mérite d’être puni par les juges; que celui qui dira à son frère: Raca! mérite d’être puni par le sanhédrin; et que celui qui lui dira: Insensé! mérite d’être puni par le feu de la géhenne » (Matthieu 5: 21-22).

« Vous avez appris qu’il a été dit: Tu ne commettras point d’adultère. Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son coeur » (Matthieu 5: 27-28).

« Il a été dit: Que celui qui répudie sa femme lui donne une lettre de divorce. Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d’infidélité, l’expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère » (Matthieu 5: 31-32).

« Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens: Tu ne te parjureras point, mais tu t’acquitteras envers le Seigneur de ce que tu as déclaré par serment. Mais moi, je vous dis de ne jurer aucunement, ni par le ciel, parce que c’est le trône de Dieu; ni par la terre, parce que c’est son marchepied; ni par Jérusalem, parce que c’est la ville du grand roi. Ne jure pas non plus par ta tête, car tu ne peux rendre blanc ou noir un seul cheveu. Que votre parole soit oui, oui, non, non; ce qu’on y ajoute vient du malin. Vous avez appris qu’il a été dit: oeil pour oeil, et dent pour dent. Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre. Si quelqu’un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. Si quelqu’un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui. Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi. Vous avez appris qu’il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les publicains aussi n’agissent-ils pas de même? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même? Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait » (Matthieu 5: 33-48).

A chaque fois que le Seigneur dit « Mais moi, » Il annule un commandement ancien, pour le remplacer par un commandement nouveau, bien plus exigeant!

Et Il ose terminer ce discours par cette phrase inouïe: « Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait »!

Les Juifs qui L’écoutaient devaient trouver ce discours très beau, mais absolument impossible à observer! Peut-être que certains se demandaient même: « Mais où est l’Amour de Dieu dans tout cela? »

Ils ne réalisaient pas que, justement, le Seigneur Jésus était venu non seulement pour leur révéler l’Amour parfait de Dieu, mais aussi pour les rendre capables de marcher pleinement selon cet Amour!

N’oublions jamais que si Dieu Se montrait moins exigeant, et moins sévère finalement, envers les croyants de l’ancienne alliance, c’est qu’Il savait très bien qu’ils étaient incapables d’obéir à Sa volonté parfaite, parce qu’ils ne pouvaient pas obtenir une pleine victoire sur le péché.

Il fallait attendre que le Seigneur Jésus vienne accomplir Son oeuvre parfaite, et qu’Il ouvre toute grande à Son Eglise la porte de Sa grâce!

Dieu est Amour, mais Son Amour est parfaitement pur et saint. Et Son Amour inclut aussi un aspect que nous devons toujours garder en mémoire: une parfaite Haine divine contre le péché, et contre toutes les oeuvres de Satan!

C’est pour cela que le Seigneur Jésus est venu détruire complètement toutes les oeuvres du diable, afin de nous permettre de marcher dans la plénitude de la Grâce et de l’Amour de Dieu!

C’est donc pour cela que les premiers Chrétiens se montraient toujours si radicaux en face de toutes les manifestations de péché qui pouvaient se produire dans l’Eglise!

Il considéraient en effet comme inadmissible que ceux qui se proclamaient Chrétiens n’obéissent pas aux commandements du Seigneur Jésus. Cela ne pouvait résulter que de leur ignorance, de leur incrédulité, ou de leur rébellion.

Mais si, après avoir été éclairés, et après avoir compris qu’ils ont été rendus capables d’obéir à la volonté parfaite de Dieu, par leur nouvelle naissance et la foi en la grâce de Dieu, certains Chrétiens persévéraient dans la pratique du péché, cela ne pouvait être que le fruit de l’incrédulité ou de la rébellion.

Si nous avons eu connaissance de la vérité, si nous savons que nous avons été rendus capables d’obéir à la volonté de Dieu, et si nous refusons ensuite d’obéir à cette volonté, nous sommes alors inexcusables!

Ce n’est pas la situation de ceux qui sont encore dans l’ignorance, qui s’efforcent d’obéir, mais qui ne le peuvent pas, parce qu’ils n’ont pas encore été éclairés.

Aujourd’hui, dans l’Eglise du Seigneur, on voit se manifester une forme d’amour qui n’a absolument rien à voir avec l’Amour divin. Cet amour humain prétend qu’il faut se montrer indulgent envers la faiblesse et l’incapacité des hommes, et que Dieu, dans Sa grâce, veut abaisser Ses exigences pour tenir compte de ces faiblesses et de ces incapacités.

Rien n’est plus éloigné de l’Evangile de Christ! Il s’agit là d’un faux amour et d’un faux Evangile, de l’Evangile édulcoré des temps d’apostasie que nous vivons actuellement.

C’est ce faux amour qui conduit à tous les compromis avec la Vérité, ainsi qu’à cet abominable oecuménisme qui pave le chemin de la future Eglise de l’Antichrist!

Ce faux Evangile aboutit à une indulgence coupable envers les rebelles et les incrédules, indulgence que nous n’observons jamais dans la vie de l’Eglise néo-testamentaire, sauf quand il y avait repentance et acceptation de la vérité.

Prenons quelques exemples pratiques.

Souvenons-nous des paroles de l’apôtre Pierre, envers Ananias et Saphira, qui s’étaient « simplement » rendus coupables de mentir:

« Mais un homme nommé Ananias, avec Saphira sa femme, vendit une propriété, et retint une partie du prix, sa femme le sachant; puis il apporta le reste, et le déposa aux pieds des apôtres. Pierre lui dit: Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton coeur, au point que tu mentes au Saint-Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ? S’il n’eût pas été vendu, ne te restait-il pas? Et, après qu’il a été vendu, le prix n’était-il pas à ta disposition? Comment as-tu pu mettre en ton coeur un pareil dessein? Ce n’est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu. Ananias, entendant ces paroles, tomba, et expira. Une grande crainte saisit tous les auditeurs. Les jeunes gens, s’étant levés, l’enveloppèrent, l’emportèrent, et l’ensevelirent. Environ trois heures plus tard, sa femme entra, sans savoir ce qui était arrivé. Pierre lui adressa la parole: Dis-moi, est-ce à un tel prix que vous avez vendu le champ? Oui, répondit-elle, c’est à ce prix-là. Alors Pierre lui dit: Comment vous êtes-vous accordés pour tenter l’Esprit du Seigneur? Voici, ceux qui ont enseveli ton mari sont à la porte, et ils t’emporteront. Au même instant, elle tomba aux pieds de l’apôtre, et expira. Les jeunes gens, étant entrés, la trouvèrent morte; ils l’emportèrent, et l’ensevelirent auprès de son mari. Une grande crainte s’empara de toute l’assemblée et de tous ceux qui apprirent ces choses » (Actes 5: 1-11).

Aujourd’hui, un pasteur qui oserait parler de la sorte serait immédiatement mis à la porte de la plupart des églises! Mais Pierre était-il animé de l’amour de Christ en parlant de la sorte? Bien entendu! Et nous voyons d’ailleurs qu’une grande crainte de Dieu s’est immédiatement répandue dans toute l’Eglise.

Par la suite, nous nous rendons compte que l’Eglise de Corinthe était particulièrement charnelle. En fait, il s’agit sans doute de la pire des Eglises que nous décrit le Nouveau Testament!

L’apôtre Paul savait qu’il fallait être patient avec des Chrétiens aussi charnels, et il ne ménageait aucun effort pour les enseigner et les faire grandir spirituellement.

Mais, s’il ne ménageait aucun effort pour les instruire, Paul ne ménageait pas non plus les Corinthiens, lorsqu’il fallait les reprendre et même les châtier.

« Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous? Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes » (1 Cor. 3: 16-17).

« On entend dire généralement qu’il y a parmi vous de l’impudicité, et une impudicité telle qu’elle ne se rencontre pas même chez les païens; c’est au point que l’un de vous a la femme de son père. Et vous êtes enflés d’orgueil! Et vous n’avez pas été plutôt dans l’affliction, afin que celui qui a commis cet acte fût ôté du milieu de vous! Pour moi, absent de corps, mais présent d’esprit, j’ai déjà jugé, comme si j’étais présent, celui qui a commis un tel acte. Au nom du Seigneur Jésus, vous et mon esprit étant assemblés avec la puissance de notre Seigneur Jésus, qu’un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus. C’est bien à tort que vous vous glorifiez. Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte? Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir des relations avec les impudiques, non pas d’une manière absolue avec les impudiques de ce monde, ou avec les cupides et les ravisseurs, ou avec les idolâtres; autrement, il vous faudrait sortir du monde. Maintenant, ce que je vous ai écrit, c’est de ne pas avoir des relations avec quelqu’un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme. Qu’ai-je, en effet, à juger ceux du dehors? N’est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger? Pour ceux du dehors, Dieu les juge. Otez le méchant du milieu de vous » (1 Cor. 5: 1-13).

Voici un langage « spirituellement viril » que l’on n’entend plus guère aujourd’hui dans les églises du Seigneur! On serait vite accusé de manquer complètement d’amour! Hélas, on ne sait plus faire la différence entre ce faux amour et le véritable Amour de Christ!

Paul nous demande aussi de « juger ceux du dedans. » Il est très important de mettre en pratique cet ordre du Seigneur. Par ailleurs, Paul dira à ces mêmes Corinthiens:

« Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne » (1 Cor. 2: 14-15).

Il n’est donc pas question, au sein de l’Eglise de Jésus-Christ, de confier le jugement de « ceux du dedans » à des hommes charnels! Seuls des hommes spirituels peuvent juger correctement, comme le faisaient Paul et les autres apôtres.

Plus nous grandissons pour devenir des Chrétiens spirituels, et plus Dieu nous appellera à juger « ceux du dedans, » c’est-à-dire à discerner si ce qui est dit ou pratiqué dans l’Eglise par ceux qui se proclament Chrétiens, est bien conforme à la volonté de Dieu, et à agir en conséquence.

Par la suite, nous pouvons voir que le coupable s’est apparemment repenti, et Paul peut alors appeler les Corinthiens au pardon et à la réconciliation:

« C’est dans une grande affliction, le coeur angoissé, et avec beaucoup de larmes, que je vous ai écrit, non pas afin que vous fussiez attristés, mais afin que vous connussiez l’amour extrême que j’ai pour vous. Si quelqu’un a été une cause de tristesse, ce n’est pas moi qu’il a attristé, c’est vous tous, du moins en partie, pour ne rien exagérer. Il suffit pour cet homme du châtiment qui lui a été infligé par le plus grand nombre, en sorte que vous devez bien plutôt lui pardonner et le consoler, de peur qu’il ne soit accablé par une tristesse excessive. Je vous exhorte donc à faire acte de charité envers lui; car je vous ai écrit aussi dans le but de connaître, en vous mettant à l’épreuve, si vous êtes obéissants en toutes choses. Or, à qui vous pardonnez, je pardonne aussi; et ce que j’ai pardonné, si j’ai pardonné quelque chose, c’est à cause de vous, en présence de Christ, afin de ne pas laisser à Satan l’avantage sur nous, car nous n’ignorons pas ses desseins » (2 Cor. 2: 4-11).

La discipline nécessaire, associée à l’action du Saint-Esprit dans le coeur du coupable, ont eu leur effet recherché, et Paul appelle donc les Corinthiens à tourner la page. Mais il les avertit qu’il ne relâchera pas son attention ni ses efforts:

« Moi Paul, je vous prie, par la douceur et la bonté de Christ, moi, humble d’apparence quand je suis au milieu de vous, et plein de hardiesse à votre égard quand je suis éloigné, je vous prie, lorsque je serai présent, de ne pas me forcer à recourir avec assurance à cette hardiesse, dont je me propose d’user contre quelques-uns qui nous regardent comme marchant selon la chair… Et quand même je me glorifierais un peu trop de l’autorité que le Seigneur nous a donnée pour votre édification et non pour votre destruction, je ne saurais en avoir honte, afin que je ne paraisse pas vouloir vous intimider par mes lettres. Car, dit-on, ses lettres sont sévères et fortes; mais, présent en personne, il est faible, et sa parole est méprisable. Que celui qui parle de la sorte considère que tels nous sommes en paroles dans nos lettres, étant absents, tels aussi nous sommes dans nos actes, étant présents » (2 Cor. 10: 1-2; 8-11).

« Je vais chez vous pour la troisième fois. Toute affaire se réglera sur la déclaration de deux ou de trois témoins. Lorsque j’étais présent pour la seconde fois, j’ai déjà dit, et aujourd’hui que je suis absent je dis encore d’avance à ceux qui ont péché précédemment et à tous les autres que, si je retourne chez vous, je n’userai d’aucun ménagement, puisque vous cherchez une preuve que Christ parle en moi, lui qui n’est pas faible à votre égard, mais qui est puissant parmi vous. Car il a été crucifié à cause de sa faiblesse, mais il vit par la puissance de Dieu; nous aussi, nous sommes faibles en lui, mais nous vivrons avec lui par la puissance de Dieu pour agir envers vous. Examinez-vous vous mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas que Jésus-Christ est en vous? à moins peut-être que vous ne soyez réprouvés. Mais j’espère que vous reconnaîtrez que nous, nous ne sommes pas réprouvés… Nous nous réjouissons lorsque nous sommes faibles, tandis que vous êtes forts; et ce que nous demandons dans nos prières, c’est votre perfectionnement. C’est pourquoi j’écris ces choses étant absent, afin que, présent, je n’aie pas à user de rigueur, selon l’autorité que le Seigneur m’a donnée pour l’édification et non pour la destruction » (2 Cor. 13: 1-6; 9-10).

Voici encore ce que Paul écrivait aux Galates, qui s’étaient détournés de la grâce pour se remettre sous le joug de la Loi:

« O Galates, dépourvus de sens! qui vous a fascinés (mot-à-mot: « ensorcelés »), vous, aux yeux de qui Jésus-Christ a été peint comme crucifié? Voici seulement ce que je veux apprendre de vous: Est-ce par les oeuvres de la loi que vous avez reçu l’Esprit, ou par la prédication de la foi? Etes-vous tellement dépourvus de sens? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair? » (Galates 3: 1-3).

« Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi; vous êtes déchus de la grâce.Pour nous, c’est de la foi que nous attendons, par l’Esprit, l’espérance de la justice. Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l’incirconcision n’a de valeur, mais la foi qui est agissante par la charité. Vous couriez bien: qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d’obéir à la vérité? Cette influence ne vient pas de celui qui vous appelle. Un peu de levain fait lever toute la pâte. J’ai cette confiance en vous, dans le Seigneur, que vous ne penserez pas autrement. Mais celui qui vous trouble, quel qu’il soit, en portera la peine. Pour moi, frères, si je prêche encore la circoncision, pourquoi suis-je encore persécuté? Le scandale de la croix a donc disparu! Puissent-ils être retranchés, ceux qui mettent le trouble parmi vous! » (Galates 5: 4-12).

Voilà la langage de l’Amour de Dieu! On est loin d’un amour humain sentimental et faussement compatissant, dégoulinant de la guimauve de sentiments à l’eau de rose!

Nous pourrions citer bien d’autres exemples de cette fermeté de langage chez Pierre, Jacques ou Jude. Mais nous conclurons ces exemples en citant simplement ces paroles de l’apôtre Jean, souvent défini comme « l’apôtre de l’amour »:

« Et l’amour consiste à marcher selon ses commandements. C’est là le commandement dans lequel vous devez marcher, comme vous l’avez appris dès le commencement. Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne confessent point que Jésus-Christ est venu en chair. Celui qui est tel, c’est le séducteur et l’antéchrist. Prenez garde à vous-mêmes, afin que vous ne perdiez pas le fruit de votre travail, mais que vous receviez une pleine récompense. Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n’a point Dieu; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et le Fils. Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas: Salut! car celui qui lui dit: Salut! participe à ses mauvaises oeuvres » (2 Jean 6-11).

La « doctrine de Christ » concerne tout ce qui définit la Personne et l’oeuvre du Seigneur Jésus. Notez le traitement que nous devrions réserver à ceux qui ne nous apportent pas la Vérité concernant la « doctrine de Christ »!

Mais l’apôtre Jean nous donne surtout, au début de ce passage, la définition du véritable Amour de Dieu: « L’amour consiste à marcher selon ses commandements. »

La preuve ultime que nous sommes animés de l’amour véritable du Seigneur, c’est que nous voulons avant toutes choses connaître la Vérité de Dieu, marcher dans cette Vérité, et la mettre en pratique!

En ces temps d’apostasie, on veut promouvoir à tout prix un faux amour complètement déconnecté de la Vérité de la Parole de Dieu!

Bien entendu, nous devons aimer tous les hommes, tous les pécheurs, et même nos pires ennemis. Mais il y a une grande différence entre le fait d’aimer les pécheurs et tous nos ennemis, et le fait de les accueillir à bras ouverts dans notre communion fraternelle « comme si de rien n’était »!

Quand on aime de l’amour de Christ, on n’hésite pas à dire la vérité dans l’amour! On n’hésite pas, après un ou deux avertissements, à « ôter le méchant » du milieu de nous! On n’hésite pas non plus à intercéder avec larmes pour qu’il se repente et revienne au Seigneur!

Mais il est clair que pour oser nous comporter d’une telle manière, nous devons nous-mêmes nous efforcer de mener une vie en Christ irréprochable, tout en restant également ouverts à la réprimande et à la correction, quand elles sont justifiées.

C’est pour la gloire de Dieu et pour l’avancement de Son oeuvre que nous devons soigneusement nous garder purs dans le Seigneur, et rechercher constamment la sanctification, sans laquelle nul ne verra le Seigneur.

« Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte? Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité » (1 Cor. 5: 6-8).

Bien-aimés, prenons ces paroles comme une exhortation à désirer ardemment nous perfectionner sans cesse devant Dieu, et à Le laisser nous modeler à Son image, afin que nous devenions tous des Chrétiens remplis de Son Esprit, capables de nous juger nous-mêmes et de juger les autres en Esprit et en Vérité.

Ce n’est qu’ainsi que nous ferons avancer Son oeuvre, et que nous glorifierons pleinement le Seigneur du Ciel et de toute la terre !

134 Responses to B194-Appelleriez-vous cela de l’amour?

  1. Kounga Nina dit :

    Que l’Éternel vous bénisse au nom de Jésus!

  2. Marie-Jo dit :

    Chère Emma, que tu puisses ouvrir de plus en plus ton coeur pour recevoir tout ce que le Seigneur Jésus a en réserve pour toi car tu as choisi la bénédiction et non la malédiction en acceptant ce chemin, Deutéronome 11:26 « Vois, je mets aujourd’hui devant vous la bénédiction et la malédiction: la bénédiction, si vous obéissez aux commandements de l’Éternel, votre Dieu, que je vous prescris en ce jour; la malédiction, si vous n’obéissez pas aux commandements de l’Éternel, votre Dieu, et si vous vous détournez de la voie que je vous prescris en ce jour, pour aller après d’autres dieux que vous ne connaissez point. ». Dieu est merveilleux et il n’y en a pas de semblable à Lui. Connais-tu la parabole de la bonne semence (Matthieux 13:4)? Tu peux la lire afin que tu puisses conserver bien précieusement tout ce que tu reçois de Jésus. Bonne journée.

  3. emma dit :

    Merci de me faire partager les expériences qui vous ont révélés à Dieu et à Jésus. Hier j’ai prié, comme me l’avait conseillé Henri, pour recevoir le Saint-Esprit quand je lirai la Bible. Tout arrive demain, j’ai hâte. Perdu et moi avons décidé de nous fréquenter à nouveau, mais, cette fois-ci, dans la voie tracée par Dieu et uniquement vers Lui. On renonce complètement à la chair et surtout on demande à Dieu s’Il veut bénir notre union ou alors, au contraire, s’Il a prévu un autre plan pour nous. Effectivement, Patricia, Perdu ne l’est plus. On n’est plus dans le compromis, mais bel et bien dans la voie du Seigneur et de Ses commandements. Nous avançons ensemble. Et attendons la réponse de Dieu. En attendant, tout les jours, on prie dans la repentance.
    Bonne journée à vous tous, et que le Seigneur vous bénisse.

  4. Patricia dit :

    Chère Emma, je partage la joie qui est au ciel en ce moment suite à ta répentance. Ma joie est d’autant plus grande que tu es jeune et libre. (Je ne peux pas t’en donner maintenant la raison). Je pense aussi que le pseudo « Perdu » n’est plus approprié, puisqu’il a renoncé au compromis. Sur le site http://www.sourcedevie.com , tu peux déjà lire, dès maintenant, au moins l’évangile de Marc que Henri t’avait recommandé. (Lire en ligne n’est pas très agréable, je sais.)
    Dans ma famille, la journée commençait par un culte: chant de louange, lecture de la bible, prière. Il n’y a pas plus ouvert à l’Evangile qu’un coeur d’enfant. Mes débuts avec le Seigneur Jésus remontent à mes jeunes années. A ce jour, j’ai 43 ans et notre relation a bien évidemment évolué depuis. La révélation du Seigneur Jésus peut être comparée à un cheminement. Il y a une expérience initiale, puis on fait des pas de géants ou des sauts de puce, selon la disposition de notre coeur. Quand nous sommes d’abord préoccupés de connaître le Seigneur et de Lui être agréables, nous progressons rapidement. Si nous regardons à Son oeuvre, pour nous en premier, c’est parti pour des sauts de puce. Si nous voulons L’utiliser pour obtenir des bénédictions, nous allons tourner en rond!

  5. christophe dit :

    Bonjour Emma, comme le dit si bien Henri, chaque rencontre avec le Seigneur est singulière. Aucune ne se ressemble. Par exemple, lors de la repentance, certain(e)s pleurent à chaudes larmes, d’autres pas du tout, cependant ils vivent une repentance tout aussi profonde et authentique. Lorsque Jésus Se révèle à eux, certains ressentent des choses, physiquement même – il convient de rester prudent avec cela – d’autres pas…, mais ce qu’il faut savoir, c’est que plus nous allons marcher avec le Seigneur, plus Il nous conduira à nous détacher de toutes ces choses, de nos sensations physiques, de nos « impressions », de nos sentiments humains, aux profits des sentiments qui étaient en Jésus-Christ (Lettre de Paul aux Philippiens 2-5). Il nous enseignera à LE connaître LUI, et non pas des « expériences » x ou y. Il nous poussera toujours plus à ne plus considérer ce que nos yeux voient, Il désire que nous apprenions à marcher par la FOI, afin de Lui être agréables. « Or sans la foi il est impossible de lui être agréable » – Lettre aux Hébreux ch. 11 verset 6. Mais si cela peut t’aider, pour ma part, ce qui m’a marqué lors de ma rencontre avec le Seigneur, c’est le regard nouveau que j’avais sur le paysage qui m’entourait. C’était comme si je découvrais la nature pour la première fois de ma vie. Je restais de longues heures à m’extasier sur la beauté de la création, les couleurs du ciel, des fleurs, étaient si vives, si étincelantes… Tant de verts différents, tant de nuances… Une joie et une paix indescriptibles m’inondèrent. Depuis cet instant, je n’ai plus jamais été seul; la vie de Jésus s’est emparée de moi, et IL a commencé Son oeuvre de résurrection en moi, comme Il le fait pour chacun de Ses enfants sans aucune différence, jour après jour, en nous apprenant, entre autres, à différencier les actions de LA CHAIR de celles de L’ESPRIT. Voilà la petite anecdote personnelle. Si je t’encourage à considérer avant tout LE Seigneur des Seigneurs, La Lumière du Monde, Jésus, qui, lorsque tu liras la Bible, t’éclairera et t’enseignera Lui-même d’une manière merveilleuse, sache aussi que tu trouveras sur le Blog d’Henri, quantités d’enseignements riches et profonds concernant « LA MARCHE PAR L’ESPRIT ». Béni soit Dieu qui a suscité des frères comme Henri (je pense aussi à d’autres noms de frères qui ont été une bénédiction du Seigneur pour moi), qui te permettront d’y voir plus clair dans ta nouvelle vie avec Dieu – de par leur longue expérience de vie à marcher avec Jésus. J’aime profondément Henri, parce qu’il fait partie de ces frères qui laissent toute la place au Seigneur, de ces frères qui, au travers de leurs enseignements, contribuent à notre perfectionnement, à nous attacher au seul Dieu vivant et vrai, à la personne de Jésus-Christ seule et à SA Parole, la Bible, et non à un homme quel qu’il soit ou à une philosophie humaine!: « IL a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ » (Ephésiens 4: 11).

  6. Emma dit :

    Quand je vous lis, je me demande parfois comment j’ai pu être si aveugle. Je ne connaissais avant rien de la foi. Et mon coeur s’est encore plus fermé quand j’ai vu Perdu si tourmenté. Je pensais comment, c’est trop intransigeant, trop fermé et trop culpabilisant. Comme j’avais tort. Et comme je me rends compte aujourd’hui que Perdu devait être mal car, sans le vouloir, je l’obligeais à choisir. Je ne le voyais pas comme ca, je coyais que si je laissais vivre sa Foi seul sans m’y opposer, on pouvait concilier nos modes de vie. Mais j’étais ignorante. Je crois que mon experience a du le libérer. J’espère pour lui que désormais il sera plus serein. On a chacun en tout cas entamé notre repentance et par cet acte, personnellement, Dieu S’est enfin ouvert à moi. C’est un miracle. Et j’ai cette chance de pouvoir en parler avec Perdu. Comme il a dû souffrir de ne pas pouvoir se confier à moi pareillement. Mais j’ai confiance pour l’avenir. Je ne sais que dire sur ce que j’ai vécu. Je ne peux que dire que c’était un voyage inoubliable. J’avais l’impression de m’élever et de survoler le monde. C’est les seuls mots que je peux mettre sur cette experience. Le Seigneur s’est-il révélé à vous de cette manière? Dans l’attente de lire la Bible, pouvez-vous me parler de votre révélation, le jour où vous avez découvert Jésus et le Seigneur, si bien sûr cela ne vous dérange pas. Je vous envoie toutes mes prières.
    Emma.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Emma, Chaque rencontre avec le Seigneur est particulière, il n’y en a pas deux identiques, parce que nous sommes tous différents. Pour moi, c’est un collègue professeur de l’université où j’enseignais qui m’a témoigné de Jésus, suite à la mort accidentelle de notre fille. Mais ce qui est commun, c’est notre réalisation que nous sommes pécheurs, et que Jésus est mort pour les pécheurs, afin de leur donner Sa Vie éternelle! Ce que le Seigneur te demandera à présent, et tu vas vite le découvrir toi-même en lisant les Evangiles, c’est de passer par un baptême d’eau par immersion, qui représente notre mort et notre résurrection en Christ, et de recevoir le baptême de l’Esprit. Celui-ci s’obtient en demandant (dès maintenant) à Dieu de te remplir de Son Esprit, et en croyant qu’Il t’a exaucée dès que tu le Lui as demandé. Et n’oublie pas, quand tu auras la Bible, de commencer à lire le Nouveau Testament: Evangiles, Actes des Apôtres et Epîtres. Et tu auras là la réponse à toutes tes questions fondamentales! C’est le Saint-Esprit en toi qui t’enseignera toutes choses!

  7. christophe dit :

    Chère Emma, tout comme les autres frères et soeurs sur cette plateforme, j’éprouve une joie immense en te lisant! J’apprends de plus en plus à ne plus être surpris par l’Amour de notre Dieu et Père, à ne plus m’étonner de Ses grâces sans nombres! « Voici, je suis l’Eternel, le Dieu de toute chair. Y a-t-il rien qui soit étonnant de ma part? » Jérémie 32 – 27 Nous sommes dans la joie à l’image du Seigneur Jésus lorsqu’Il dit dans les évangiles: « De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance. » Luc 15 – 7 Seigneur, tu es immensément GRAND ! Oui, mon épouse et moi avons à la fois une communion intime avec Dieu, chacun de notre côté et des instants de communion tous les deux ensemble. Rassure-toi, le Seigneur te prend par la main, Il va te montrer la voie à suivre. Dans la Bible, il y a une parole que nous aimons beaucoup et à laquelle nous nous attachons très fort: « C’est dans la tranquillité et le repos que sera votre salut, C’est dans le CALME et la CONFIANCE que sera votre force » (Esaïe 30: 15). Attends-toi à Dieu, tu seras étonnée de voir à quel point Il sait prendre soin de tout ton être, de toute ta vie et cela, dans les moindres détails, jour après jour, instant après instant 🙂 « Heureux ceux qui placent en toi leur appui! Ils trouvent dans leur coeur des chemins tout tracés » (Psaume 84: 5). Nous penserons à toi et à Perdu dans nos prières! Bonne continuation, et je bénis encore Dieu de tout mon coeur pour ce que vous êtes en train de vivre ——- Absolument, Nadine, je confirme tes paroles et je chante avec toi ce cantique que j’aime beaucoup: « Jésus, c’est le plus beau nom… » 😉

  8. Bernard et Nadine DHERBEY dit :

    Quel merveilleux témoignage, Christophe, et je suis très heureuse de voir qu’Emma est sur le même chemin. Nous avons un Grand Roi, et quand nous nous humilions devant Sa face, Il Se révèle à nous, car Il connaît les profondeurs de nos coeurs. « Celui qui cherche, trouve !… » JESUS, C’EST LE PLUS BEAU NOM, MERVEILLEUX SAUVEUR, SEIGNEUR DE GLOIRE ! EMMANUEL, DIEU EST AVEC NOUS, SOURCE DE JOIE, PAROLE DE VIE !… Ce sont les paroles d’un cantique que j’ai pour vous ce matin. Alleluia! ! ! ! ! Nadine.

  9. Emma dit :

    Comment vous dire encore merci? Tant de générosité et de message de paix!!
    Merci à vous tous, je ne sais que dire d’autre. J’aurai ma première Bible mardi, c’est officiel, comme je vais à ma première réunion. Perdu a décidé de m’accompagner. Aujourd’hui, il m’a révélé avoir appris de ma révélation des choses incroyables. Qui le subjuguaient. J’en suis si heureuse pour lui, s’il peut enfin connaître cette joie tant attendue. Il avait tant prié pour mon salut et moi, jeune inconsciente, je n’y comprenais rien. Je lui souhaite le même bonheur en retour, et je crois enfin que Jésus accomplit ce miracle qu’il souhaitait tant.
    Christophe, ton témoignage m’a bouleversée. C’est exactement ce que j’ai ressenti dimanche, la même joie que ton épouse. Vous semblez en communion, j’en suis si heureuse pour vous, de partager cet amour du Seigneur ensemble. Peut-être le Seigneur a pour nous les mêmes plans pour Perdu et moi, je ne sais pas. Tout ce que je sais, c’est que je veux me lancer à coeur et à corps perdu dans cette expérience unique qu’est l’amour de Dieu et de Son Fils. Tout s’installe peu à peu. Pour le moment, mes résolutions sont inébranlables concernant ma repentance. Je veux d’abord me tourner vers la Bible pour comprendre encore mieux ce que je vis, et je prie tous les jours depuis, en demandant en premier lieu pardon pour mes fautes passées. J’ai par contre la crainte de l’Eglise encore. Cette relation est si intime que je ne me vois pas la dévoiler en public. Je ne me sens pas prête encore. Mais je crois que cela viendra.
    Je suis confiante!!

  10. Christophe dit :

    Bonjour Emma 😉 Je souris en vous lisant « Perdu » et toi. Cela me rappelle des souvenirs pas si lointains. Le Seigneur m’a « réveillé » en 1998 exactement. Ma vie en fut totalement bouleversée. J’étais célibataire à l’époque. Je connaissais bien une personne que j’appréciais beaucoup, mais elle ne croyait pas en Dieu. Elle était plutôt tournée vers la méditation, le travail sur soi, le bouddhisme, etc. Un jour, elle a traversé la France pour m’avouer ses sentiments ! J’étais estomaqué! Je l’aimais beaucoup, et on s’entendait vraiment très bien! On était sur la même longueur d’onde. Seul hic, mais un hic de taille!: si j’étais passé par la nouvelle naissance, ce n’était pas son cas. Je savais pertinemment que si nous franchissions le pas tous les deux, nous allions au devant de très gros ennuis! Elle m’a donc déclaré sa flamme; je lui ai dit que j’étais touché, mais comme elle n’avait pas vécu une expérience personnelle avec Dieu, qu’elle ne croyait pas en Jésus, qu’elle n’avait aucune idée de « la repentance », – c’était du charabia pour elle – j’ai ajouté que nous n’avions aucun avenir ensemble! Malgré tous nos points communs, nous n’avions pas le principal: le même esprit, la même vie nouvelle en nous. Elle a compris, accepté et nous nous sommes quittés et plus vus pendant près de 2 ans. Durant ce temps, elle a beaucoup cheminé. Elle en a voulu à Dieu. Elle a commencé à s’adresser à Lui, en Lui disant: « Si tu existes vraiment, alors révèle-toi à moi, j’y comprends rien à tout ça! » Deux ans plus tard, je me souviens l’avoir eue au téléphone. Elle me disait: « Je suis prostrée sur mon lit. Mes pensées sont continuellement tournées vers Dieu. Je pense à Lui tout le temps. Je ne comprends pas ce qui m’arrive ». Et moi de lui répondre: « Alors tu crois en Jésus ? Tu crois qu’Il est mort pour toi ? Mais, es-tu passée par la repentance ?  » Je l’ai laissé au téléphone avec ces questions… Elle a raccroché. Puis elle m’a raconté par la suite ce qui s’est passé: elle était effondrée. Elle comprenait encore moins les choses. Elle s’est mise de nouveau à prier Dieu en Lui disant: Jésus ? Mais qui est-Il ? Je n’ai jamais été enseignée dans ma jeunesse sur ces choses ! Et c’est quoi la repentance ? S’il faut la vivre, alors je le veux, mais comment ? » Toujours prostrée sur son lit, elle se souvient avoir reçu instantanément la réponse de Dieu. En un clin d’oeil, elle comprit TOUT! C’est ce que l’on appelle une révélation: Elle savait qui était Jésus, ce qu’Il avait fait pour elle en donnant Sa vie sur la croix, et aussi, ce que voulait dire: « repentance » etc, et une paix indicible est venue habiter son coeur. Sa vie en fut bouleversée à jamais. Pourtant, avant de nous marier, nous avons beaucoup prié Dieu. Nous sommes restés dans le calme et n’avons rien précipité du tout. Nous nous sommes unis 4 ans plus tard finalement. C’était le temps de Dieu. Son temps à Lui. Voilà notre témoignage 😉 Alors Emma, je t’encourage à t’adresser à Dieu pour toutes choses. Il est le Meilleur ami que tu n’auras jamais sur cette terre. Dis-Lui toutes tes interrogations et Il te répondra en Son temps. Cherche-Le de tout ton coeur et Il va Se laisser trouver par toi. Il va Se révéler à toi progressivement. Car si mon épouse a compris en une fraction de seconde que Jésus était mort pour elle et ce que signifiait « la repentance », elle apprend, tout comme moi d’ailleurs, converti depuis 14 ans, à Le connaître jour après jour, à Son contact quotidien, au travers la prière individuelle, commune, à travers la lecture de la Bible… Et après 14 ans, en ce qui me concerne, je découvre toujours la grandeur sans nulle autre pareille du Dieu tout-puissant et de Son Fils Jésus… Ah Jésus… qui, bien qu’invisibles, sont bien plus vrais que tout ce que tu peux voir de tes yeux! Voilà, cette fois-ci, c’est fini 🙂

  11. Isaac dit :

    Chère Emma, c’est une évidence que le Seigneur Jésus t’aime. Si tu viens à Lui de tout ton coeur, alors sache que tu provoqueras une grande joie dans le ciel et dans le coeur de notre Seigneur. Le Seigneur, dans Sa Parole, dit: « De retour à la maison, il appelle ses amis et ses voisins, et leur dit: rejouissez-vous avec MOI, car J’AI trouvé MA brebis qui était perdue. De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentence » (Luc 15: 6-7).
    Je laisse le soin au Saint-Esprit de te faire réaliser la joie du ciel, simplement si tu persévères dans ta marche avec Jésus. Sois bénie.

  12. Emma dit :

    Aujourd’hui j’ai parlé avec Perdu de Dieu. Depuis cette révélation, j’en découvre tous les jours un peu plus. J’ai découvert les bienfaits de la communion et combien Perdu a dut se sentir mal de ne pouvoir partager cela avec moi avant. Pour cela aussi j’ai demandé pardon. Notre relation reviendra ou pas, je ne sais pas, tout cela est entre les mains de Dieu désormais. Tout ce que je sais, c’est que je me sens libre et légère. Libérée même. Ça fait tant de bien. Je me sens heureuse. J’ai prié encore tout à l’heure et j’espère très vite pouvoir apprendre plus. Merci encore pour vos témoignages!!

  13. emma dit :

    Oui, des miracles comme vous dites. Dès que je peux je lis la Bible et oui, très certainement, j’aurai une foule de questions, étant curieuse de nature, j’aurai besoin de comprendre et d’apprendre un maximum. Merci pour vos soutiens, ça me va droit au coeur.

  14. kevin dit :

    Chère Emma, sois la bien venue parmi les enfants de Dieu. N’hésite pas à te confier à nous quand tu en ressentiras de nouveau le besoin. Et surtout au bon berger qu’est Jésus. Si tu as aussi des questions sur des choses que tu n’aurais pas bien comprises, n’hésite pas non plus. Courage, la vie en Jésus n’est pas un long fleuve tranquille. Mais comme la Bible le dit dans le Psaume 34, « L’ange de l’Éternel campe autour de ceux qui le craignent, et il les arrache au danger. »
    Affectueusement.

  15. anonyme dit :

    Oh, je bénis le Seigneur Jésus, car il est GRAND, Il est le Lion de Juda et l’Agneau de Dieu, seul digne de recevoir toutes nos louanges…
    Ne crains pas, Emma… car Il est avec toi et Il te connait par ton nom, et tu as du PRIX à Ses yeux. Les plans de Dieu sont bien au-dessus de nous, mais ils sont BONS, et ce ne sont que des projets de PAIX ! Ne regarde pas aux circonstances, mais regarde au Seigneur Jésus, le seul consolateur et le BON berger, qui ne t’abandonnera JAMAIS ! Je suis trop heureuse pour toi, Emma ! Le Seigneur fait des Miracles, et le plus grand Miracle, c’est celui de renaître de Nouveau, et de commencer une nouvelle VIE avec Lui !

  16. Tabitha dit :

    Bonjour Emma, aimée du Seigneur,
    Ne crains pas… Crois… Seulement… Dieu te bénisse. Je le crois.
    Tabitha