B201-Christ en nous, l’espérance de la gloire!

Article de Henri Viaud-Murat.

Il s’agit là du plus grand mystère qui ait été révélé à l’apôtre Paul! Il ne devrait donc plus être un mystère pour nous!

L’apôtre Paul écrit aux Colossiens:

« Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous; et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l’achève en ma chair, pour son corps, qui est l’Eglise.C’est d’elle que j’ai été fait ministre, selon la charge que Dieu m’a donnée auprès de vous, afin que j’annonçasse pleinement la parole de Dieu, le mystère caché de tout temps et dans tous les âges, mais révélé maintenant à ses saints, à qui Dieu a voulu faire connaître quelle est la glorieuse richesse de ce mystère parmi les païens, savoir: Christ en vous, l’espérance de la gloire. C’est lui que nous annonçons, exhortant tout homme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu tout homme, devenu parfait en Christ.C’est à quoi je travaille, en combattant avec sa force, qui agit puissamment en moi » (Colossiens 1: 24-29).

Ce qui constitue la plénitude de la Parole de Dieu, et qui était un mystère caché de tous temps et dans tous les âges, a été révélé à l’apôtre Paul par le Seigneur Jésus Lui-même. Ce mystère, tous les Chrétiens doivent le connaître. Sans cette connaissance, ils ne pourront pas parvenir au but que Dieu leur a fixé: devenir parfaits en Christ, afin d’être présentés à Dieu comme l’Epouse parfaite de Christ.

Dans la nouvelle alliance, Dieu travaille de l’intérieur vers l’extérieur du Chrétien. Dans l’ancienne alliance, Dieu ne pouvait que travailler de l’extérieur des croyants. Car aucun membre du peuple de Dieu, dans l’ancienne alliance, ne pouvait bénéficier de la présence permanente de Dieu en lui.

Jésus Lui-même avait dit à Ses disciples:

« Si vous m’aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous » (Jean 14: 15-17).

Plus loin, le Seigneur Jésus ajoutait:

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui » (Jean 14: 23).

Quand le Seigneur nous annonce que le Père et Lui viendront faire leur demeure « chez nous, » Il ne parlait pas de venir S’installer dans notre maison. Mais Il parlait de venir S’installer dans le temple vivant que nous sommes devenus à présent, un temple qui n’est pas fait de mains d’hommes, mais que Dieu Lui-même a créé, par notre nouvelle naissance en Christ.

Pouvons-nous pleinement réaliser ce que représente le fait d’être habité en permanence par Dieu Lui-même, Père, Fils et Saint-Esprit? Peut-il exister pour un Chrétien une situation meilleure que celle-ci?

Et pourtant, combien de fois nous comportons-nous comme si Dieu était extérieur à nous, ou bien loin de nous, comme Il l’était dans l’ancienne alliance! Nous devons réellement acquérir la juste perspective spirituelle!

Vous devez savoir à présent que l’être humain est composé de trois parties: l’esprit, l’âme, et le corps physique. Notre esprit est notre être intérieur, notre « homme spirituel, » dont le corps physique est le double parfait. C’est notre esprit seul qui passe par une nouvelle naissance, lors de notre conversion à Christ.

Notre esprit régénéré est déjà passé tout entier dans le Royaume de Dieu. Il est notre « moi » spirituel véritable. Il est une nouvelle création à l’image parfaite de Christ. Notre esprit n’a donc pas besoin d’être perfectionné. Il est créé pur, saint, parfait et juste. C’est à ce nouveau « moi » que nous devons nous identifier. Lorsque nous disons « moi », nous devons toujours penser à notre esprit régénéré, et non plus à notre ancienne nature de péché, car celle-ci est morte et enterrée en Christ!

Notre âme est notre être psychique conscient, intermédiaire entre le monde spirituel, qui est celui de notre esprit, et le monde matériel, qui est celui de notre corps physique.

Notre âme n’est pas passée par une nouvelle naissance. Au début de notre conversion, elle est encore largement contaminée par tout ce que notre ancienne nature avait construit comme « forteresses. » Ces forteresses qui font encore la guerre à l’esprit doivent être détruites, et seule la Vérité de Dieu peut les détruire.

Pour communiquer avec le monde matériel, notre esprit doit donc passer normalement par notre âme. Si notre âme (et surtout nos pensées) est encore remplie de choses terrestres et charnelles, notre esprit régénéré aura beaucoup de mal à manifester Christ en nous, et nous continuerons, dans beaucoup de domaines, à nous comporter comme ceux qui ne sont pas nés de nouveau autour de nous.

Plus notre âme sera renouvelée, et remplie des pensées du Seigneur et de la Vérité de la Parole de Dieu, et plus elle pourra devenir un instrument puissant entre les mains de notre esprit, donc entre les mains de l’Esprit de Dieu.

Plus notre âme sera renouvelée, et plus nous progresserons dans le perfectionnement pratique. Plus nous manifesterons alors concrètement la perfection de notre être intérieur. Et plus le Seigneur Jésus Se manifestera Lui-même au-travers de nous.

Car c’est bien le Seigneur Jésus que tous les ministères de direction spirituelle doivent annoncer, en exhortant tout homme, et en instruisant tout homme en toute sagesse, « afin de présenter à Dieu tout homme, devenu parfait en Christ. »

C’est à quoi ils doivent tous travailler, comme l’apôtre Paul, en combattant avec la force du Seigneur, qui doit agir puissamment en eux. Cette « force, » c’est la puissance du Saint-Esprit, qui ne peut oeuvrer qu’avec une autre puissance, celle de la Parole de Dieu, et tout particulièrement de l’Evangile de la croix.

Si nous voulons progresser rapidement dans ce nécessaire perfectionnement des saints, nous ne devons jamais oublier les vérités suivantes: reconnaître qui nous sommes en Christ, et reconnaître Qui est Celui qui demeure en nous en permanence!

Jésus a dit à Ses disciples:

« Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit. Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée. Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. Si vous portez beaucoup de fruit, c’est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples » (Jean 15: 1-8).

Au moment de notre nouvelle naissance, Dieu nous place immédiatement en Christ. Notre esprit régénéré est même « assis en Christ dans les lieux célestes » (Ephésiens 2: 6). Cette position est permanente! Il n’est pas question, pour notre esprit, d’être en Christ à certains moments, et de sortir de Christ à d’autres! Comment Jésus peut-Il donc nous demander de « demeurer en Lui »?

Tout simplement, au niveau de notre âme, de notre être conscient, nous pouvons très bien soit ignorer quelle est la position de notre esprit, soit, si nous connaissons cette position de notre esprit, oublier par moments cette vérité.

Si notre esprit est en permanence en Christ, notre âme n’y demeure pas nécessairement en permanence! Nous pouvons nous laisser prendre par nos préoccupations terrestres, nous laisser distraire de la réalité spirituelle, et « oublier » que nous sommes en Christ, et qui nous sommes en Lui.

Ce n’est qu’en restant constamment conscients, au niveau de notre âme, de la présence de Christ en nous, et de notre présence en Christ, que nous pouvons « demeurer en Christ. » Nous devons travailler sérieusement à cultiver cette conscience permanente de notre présence en Christ, et de la présence de Christ en nous, jusqu’à ce que cette conscience ne nous quitte plus. Alors l’action du Saint-Esprit se fera puissante en nous, afin de nous faire progresser dans notre perfectionnement.

Christ n’est pas seulement présent dans notre esprit régénéré, mais Il est présent dans tout notre être. De cela aussi, nous devons toujours avoir conscience. Jésus est présent dans notre âme, et Il est présent dans notre corps physique, qui est aussi le temple du Saint-Esprit.

Plus nous serons conscients de cette Présence divine en nous, et plus la Vie éternelle pourra vivifier, non seulement notre esprit, mais aussi notre âme et notre corps physique.

Si la Vie de Dieu nous vivifie, cela signifie que la Vie éternelle va pénétrer dans tous les domaines de notre être, pour les purifier, les renouveler, les guérir, les fortifier, et leur communiquer tout ce qui se trouve déjà en Christ, et que Christ veut nous communiquer!

Notre âme est vivifiée, lorsque tous les mensonges que nous pouvons encore y entretenir sont progressivement remplacés par la Vérité de la Parole de Dieu, à mesure que nous la méditons, et que nous la comprenons, en esprit et en vérité.

Paul nous ordonne même « d’amener toute pensée captive à l’obéissance de Christ » (2 Cor. 10: 5). Nous devons bien comprendre ce que cela signifie.

Lorsque nous avons laissé entrer dans notre conscience une pensée charnelle, terrestre ou diabolique, nous ne devons pas simplement la chasser ou l’ignorer, mais nous devons la « capturer, » et l’emprisonner dans la Vérité de la Parole de Dieu, afin de la faire mourir d’inanition dans cette prison.

C’est ainsi qu’agissent nos globules blancs, lorsqu’une cellule ennemie ou dangereuse passe à proximité. Ils happent cette cellule ennemie, l’emprisonnent et la détruisent. C’est aussi de cette manière que la mort sera « engloutie dans la victoire, » lorsque nos corps actuels seront ressuscités! (1 Cor. 15: 54).

Notre corps mortel est vivifié, lorsque l’Esprit de Vie, l’Esprit Saint, qui est aussi l’Esprit de Résurrection, va visiter chaque cellule, chaque organe de notre corps, pour transmettre à celui-ci la guérison, la santé et la force dont il a besoin, afin de continuer à accomplir la tâche qui lui a été confiée par le Seigneur.

Cet Esprit que nous avons en nous est un Esprit de Vie éternelle! Il met en oeuvre en nous la « loi de l’Esprit de Vie, » qui nous libère de la loi du péché et de la mort qui agit dans la chair!

Plus vite nous apprendrons à marcher par l’esprit, et plus vite la loi de l’Esprit de Vie en Jésus-Christ nous libèrera concrètement de l’esclavage de la loi du péché et de la mort!

C’est pour cela que nous devons « nous affectionner » (penser constamment) aux choses de l’Esprit! Si notre âme « pense constamment » aux choses de l’Esprit, aux choses du Royaume de Dieu, et aux vérités éternelles de la Parole de Dieu, elle va rapidement devenir un canal pur, qui permettra à l’Esprit de Vie de nous vivifier tout entiers en permanence.

Mais si notre âme « pense constamment » aux choses de la terre et de la chair, alors elle restera un canal ouvert à la loi du péché et de la mort, et la Vie de l’Esprit demeurera emprisonnée dans notre esprit.

C’est la situation des Chrétiens que Paul appelle « charnels, » comme l’étaient les Corinthiens:

« Pour moi, frères, ce n’est pas comme à des hommes spirituels que j’ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels. En effet, puisqu’il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n’êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l’homme? » (1 Cor. 3: 1-3).

Paul les appelle « frères. » Ils sont donc nés de nouveau. Mais ils sont restés charnels, enfants en Christ. Ils n’ont pas encore acquis une maturité spirituelle suffisante, parce que leur intelligence n’a pas encore été renouvelée. Ils se comportent encore comme des hommes de ce monde!

Nous sommes tous plus ou moins charnels au début de notre conversion. Mais nous devrions très vite apprendre à renouveler notre intelligence, pour que nos pensées soient conformes à la pensée de Christ et à la Parole de Dieu. Nous devons très vite savoir que nous avons été libérés de la puissance du péché et de la chair!

« En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit. Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s’affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l’esprit s’affectionnent aux choses de l’esprit. Et l’affection de la chair, c’est la mort, tandis que l’affection de l’esprit, c’est la vie et la paix; car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas. Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu. Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu » (Romains 8: 2-14).

Le péché habite encore dans notre corps mortel. A cause de cela, notre corps est considéré comme « mort. » Toutefois, si nous vivons selon l’esprit, le Saint-Esprit vivifiera ce corps mortel, afin de lui permettre de rester en bonne santé, mais aussi et surtout, de manifester Christ et d’être un instrument de la justice de Christ, qui est aussi celle de notre esprit.

Il est clair que, si nous vivons selon la chair, nous ouvrons la porte à la mort, sous toutes ses formes. Mais si, par l’esprit, nous faisons mourir les actions de la chair, nous vivrons alors de la Vie de Christ. Et l’oeuvre du Saint-Esprit, c’est de nous conduire dans cette crucifixion pratique de la chair.

Méditons bien cette révélation: « Notre esprit est vie, à cause de la justice. » Notre esprit est « Justice de Dieu en Christ, » et il est « Vie. » Gardons aussi en permanence la conscience que nous sommes « Justice de Dieu en Christ »! Il est merveilleux de ne plus garder la conscience de nos péchés passés, car le sang de Jésus les a effacés!

« Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme, c’est-à-dire, qui n’est pas de cette création; et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d’une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair, combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s’est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des oeuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant! » (Hébreux 9: 11-14).

Le sang de Jésus purifie notre conscience des oeuvres mortes du péché! Une fois purifiés, il nous est possible de ne plus avoir aucune conscience de nos anciens péchés! (Hébreux 10: 2).

Une telle pureté de notre conscience nous libère de toute culpabilité devant Dieu. Nous pouvons nous approcher avec assurance du trône de la grâce, pour être en communion glorieuse avec le Seigneur de l’Univers! Nous pouvons alors conserver le mystère de la foi dans une conscience pure! (1 Tim. 3: 9). Aucun Chrétien vivant dans la culpabilité ne peut avoir une foi forte!

Plus encore que la présence glorieuse de Christ en nous, c’est donc la conscience de notre communion spirituelle avec le Seigneur, et de l’union parfaite de notre esprit avec l’Esprit de Dieu Lui-même, qui nous permet de progresser à pas de géant sur la voie de la sanctification!

Oh, la joie de savoir que Dieu nous a pleinement réconciliés avec Lui-même, en Christ, qu’Il a fait de nous Ses enfants, et qu’Il nous a confié ce ministère glorieux de la réconciliation, par lequel nous pouvons exhorter tous les hommes à être eux-mêmes réconciliés avec ce grand Dieu qui les aime!

« Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d’être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi, afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection » (Philippiens 3: 7-10).

« Christ en nous, l’espérance de la gloire! » C’est à Paul que le Seigneur avait réservé cette révélation. Quand Jésus, avant de mourir sur la croix, adressait Ses dernières paroles à Ses disciples, Il leur avait dit:

« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera. Tout ce que le Père a est à moi; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera » (Jean 16: 12-15).

Ce que les disciples ne pouvaient pas encore comprendre, ce qu’ils ne pouvaient pas porter, ce sont les révélations que Jésus devait donner plus tard à Paul, et qu’il expose dans toutes ses épîtres.

Ces révélations peuvent se résumer ainsi: sachez que Christ demeure en vous, qu’Il vit en nous, et que nous vivons en Lui par la foi!

« En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous » (Jean 14: 20).

Bien-aimés, ce jour est arrivé! Ce jour nous appartient dès à présent! Ne nous comportons donc plus comme si ce jour ne nous appartenait pas! Sachons tous que nous sommes en Christ, et Christ est en nous! Nous possédons toutes choses en Lui! Nous sommes prédestinés à être semblables à Son image, et à accomplir les mêmes oeuvres que Lui! Que Son Nom soit glorifié à jamais!


101 commentaires pour B201-Christ en nous, l’espérance de la gloire!

  1. Tabitha dit :

    Bonjour frère Henri, je relisais l’article B22 (Jésus est-il passé par la mort spirituelle?) . Jésus en Esprit est allé prêcher aux esprits en prison, à ceux qui avaient été incrédules aux temps de Noé. 1Pierre 3 verset 18/20. Je me suis posée cette question . Puisque Jésus n’est pas allé en enfer, n’étant pas mort spirituellement puisqu’il est Dieu, et que Dieu ne peux pas mourir, que représente donc cette prison? merci frère Henri.Dieu nous a bénis. Je le crois.
    Tabitha

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Sœur Tabitha, ce sont les esprits qui étaient en prison, et non le Seigneur. Il est simplement allé dans cette prison en Esprit pour leur parler. On ne sait pas ce qu’Il est allé leur dire, peut-être leur confirmer leur condamnation. Cette prison était sans doute le shéol.

  2. Richard Morales dit :

    Gloria a Dio, la profondita della parola di Dio si rivela per la chiesa, ringrazio al fratello Henrry per la publicazione, anche a Wachmane el fratello cinese que tuvo una rivelazione straordinaria di questa parola vivente, di rivelazione.

  3. Marie dit :

    Bonjour Jeanluc77 et merci d’avoir relevé mon erreur de référence du 25 juillet dans ton commentaire du 26 juillet. C’est en effet de Genèse 6:3 dont je parlais et non d’Exode 6:3 ! Pourtant j’avais bien vérifié la référence avant de l’écrire je me demande bien comment c’est plutôt Exode qui avait été tapé…bref, ce sont des choses qui arrivent. Merci en tout cas frère d’avoir corrigé cette erreur. Par contre, ton interprétation des 120 ans en question ne me convainc pas, le verset 3 de Genèse 6 étant clair en lui-même!

  4. DJOMO Céline dit :

    Chère soeur Virginie, je peux te citer le ministre de Dieu, C. S. Uptegrove, un évangéliste américain âgé de 84 ans. Il y en a encore, il faut juste faire des recherches!
    Frère Henri, concernant votre intervention adressée à Guillaume, je crois aussi que nul ne peut perdre son salut, sauf s’il renie le Christ. Paul a même dit aux Corinthiens que si l’on voit un frère agir comme un païen, qu’on le livre à Satan pour la destruction de sa chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus. 1 Co 5: 5. L’homme intérieur n’est que l’esprit, qui est le point de contact entre Dieu et l’homme. Nous n’avons qu’à lire la description du temple de Dieu dans l’ancien testament pour mieux le comprendre. Aujourd’hui, tous les Chrétiens, je précise nés de nouveau, sont le temple vivant de Dieu, où l’esprit représente le lieu très saint. C’est la raison pour laquelle Jésus dit que les vrais adorateurs du père L’adoreront en esprit et en vérité, car Dieu est Esprit. Nous recevons tout de l’esprit pour faire, penser et parler comme Dieu, puisque nous somme redevenus Son image et Sa ressemblance, comme à la création avant la chute d’Adam. Mais la chair étant toujours en opposition avec l’esprit, elle tentera de nous faire manifester ses oeuvres. Tout cela, parce que nous n’avons pas encore compris, ou nous ne croyons pas assez que cette chair a été crucifiée, est morte. Elle est le siège de Satan, le père du mensonge, qui fait croire à certains Chrétiens (incrédules) qu’ils peuvent encore pécher, que la chair est faible. Croire en cela, c’est accorder peu d’importance au sacrifice de Jésus-Christ notre Sauveur.

  5. jacob virginie dit :

    Ce texte est magnifique, le Seigneur nous montre à quel point Il demeure en nous ! Son Esprit vit dans notre esprit en communion parfaite! Quelle oeuvre magnifique de nous avoir réconciliés avec notre Père Créateur, par la personne de Jésus-Chrit, de nous nourir de Sa Parole. De savoir que tout a été accompli parfaitement bien, et qu’il faut nous saisir de tous ces triomphes ! Quel amour, Lui qui accueille et qui a accueilli tout le monde sans exception, sans juger, en aimant et en enseignant! Jésus est comme une perle qui scintille à chaque instant, et même si on tente de la mettre dans le noir, elle ne cesse de briller. La création tout entière soupire après Dieu. C’est Lui qui habille les enfants de sourires, du haut du ciel, le Seigneur regarde, Il aperçoit tous les humains, du siège où Il est assis, Il observe les habitants de la terre, c’est Lui qui a formé le coeur de chacun, Il connaît toutes leurs actions! Le Seigneur veille sur ceux qui Le respectent! Les paroles du Seigneur sont vraies, on peut faire Lui confiance, en tout ce qu’Il fait. Merci Seigneur pour cet amour inconditionnel et éternel! Vivi.