B211-Les mystères du Royaume de Dieu.

Article de Henri Viaud-Murat.

Tout ce qui était caché dans l’ancienne alliance nous est à présent clairement révélé dans la nouvelle alliance! Quels sont ces mystères?

Un « mystère » est une vérité à laquelle la raison humaine n’a pas accès, mais qui ne peut être connue que par une révélation divine.

Nous pouvons constater que de nombreuses vérités étaient restées cachées dans la partie de la Bible que nous appelons l’Ancien Testament, alors que ces vérités nous sont clairement révélées dans le Nouveau Testament.

Il en est ainsi, par exemple, de la nature réelle de Christ, ou de la nature réelle de l’Eglise.

L’Eglise n’est pas révélée dans l’Ancien Testament. De même, la réalité de Christ n’y est pas pleinement révélée. Le Messie attendu par les Juifs est très différent du Christ que nous connaissons. Pour les Juifs, le Messie doit être un homme ordinaire, revêtu d’une onction spéciale, un chef conquérant qui doit rétablir le trône de David, et enseigner la Torah au monde entier.

Chaque fois que le Nouveau Testament nous parle d’un « mystère, » il en parle comme d’une vérité qui était auparavant cachée, et qui nous est à présent révélée. Mais cette révélation n’est réservée qu’aux disciples de Christ. Car il nous faut avoir l’Esprit de Dieu pour avoir accès à la révélation de ces mystères.

« Les disciples s’approchèrent, et lui dirent: Pourquoi leur parles-tu en paraboles?Jésus leur répondit: Parce qu’il vous a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, et que cela ne leur a pas été donné » (Matthieu 13: 10-11).

L’apôtre Paul appelle aussi ces mystères du Royaume des cieux le « mystère de l’Evangile, » le mystère de la Bonne Nouvelle du Royaume:

« Priez pour moi, afin qu’il me soit donné, quand j’ouvre la bouche, de faire connaître hardiment et librement le mystère de l’Evangile » (Ephésiens 6: 19).

Si Dieu nous révèle à présent Ses mystères, c’est pour que nous puissions les annoncer librement à ceux qui doivent les recevoir. On ne peut faire connaître que ce qui nous est à présent révélé.

« Ainsi, qu’on nous regarde comme des serviteurs de Christ, et des dispensateurs des mystères de Dieu. Du reste, ce qu’on demande des dispensateurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle » (1 Cor. 4: 1-2).

Le Seigneur Jésus est le Chemin, la Vérité et la Vie. Il nous est impossible d’avoir accès à la Vérité, pour connaître tous les mystères de Dieu, sans passer par Jésus. Il nous faut une conversion au Seigneur Jésus, pour que le voile qui nous séparait de Dieu, c’est-à-dire le péché, soit ôté, afin que nous puissions devenir participants de la nature divine, et recevoir le Saint-Esprit, qui doit nous conduire dans toute la Vérité.

C’est pour ceux qui refusent de se tourner vers Jésus que s’accomplit cette prophétie d’Esaïe:

« Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point; vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez point. Car le coeur de ce peuple est devenu insensible; ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, de peur qu’ils ne voient de leurs yeux, qu’ils n’entendent de leurs oreilles, qu’ils ne comprennent de leur coeur, qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse » (Matthieu 13: 14-15).

La volonté de Dieu est toujours de sauver et de guérir. Mais, pour cela, nous devons ouvrir nos yeux et notre coeur à la grâce du Seigneur, et nous convertir à Lui.

Quels sont donc ces mystères qui nous sont à présent révélés, à nous qui sommes disciples de Christ?

Tous ces mystères révélés nous font connaître la pleine volonté de Dieu. Jusque-là, la volonté de Dieu nous était partiellement cachée. Le Dieu qui Se manifeste dans l’Ancien Testament ne S’est pleinement révélé qu’en la Personne du Seigneur Jésus-Christ.

« Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde, et qui, étant le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts » (Hébreux 1: 1-3).

Dans l’Ancienne Alliance, Dieu parlait par les prophètes. Tandis que, dans la Nouvelle Alliance, Dieu nous a parlé par Jésus-Christ, Son Fils.

Le Seigneur Jésus est décrit ici comme le reflet de la gloire de Dieu et l’empreinte de Sa Personne. Il est la représentation parfaite, sous forme humaine, du Dieu Tout-Puissant. Jésus Lui-même a dit:

« En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement » (Jean 5: 19).

« Je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné » (Jean 8: 28).

« Celui qui m’a vu a vu le Père » (Jean 14: 9).

Jésus a parfaitement révélé Dieu le Père. C’est en la Personne de Jésus que nous pouvons pleinement admirer le coeur de Dieu le Père. En fait, c’est en la Personne du Seigneur Jésus que nous sont révélés tous les mystères de Dieu!

Christ est Le Mystère de Dieu, et en Christ nous sont révélés tous les mystères de Dieu.

« Je veux, en effet, que vous sachiez combien est grand le combat que je soutiens pour vous, et pour ceux qui sont à Laodicée, et pour tous ceux qui n’ont pas vu mon visage en la chair, afin qu’ils aient le coeur rempli de consolation, qu’ils soient unis dans la charité, et enrichis d’une pleine intelligence pour connaître le mystère de Dieu, savoir Christ, mystère dans lequel sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science » (Colossiens 2: 1-3).

« Priez en même temps pour nous, afin que Dieu nous ouvre une porte pour la parole, en sorte que je puisse annoncer le mystère de Christ, pour lequel je suis dans les chaînes, et le faire connaître comme je dois en parler » (Colossiens 4: 3-4).

En Christ, Dieu nous a fait connaître le mystère de Sa volonté, qui était de réunir toutes choses en Son Christ:

« En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d’intelligence, nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même, pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre » (Eph. 1: 7-10).

L’homme est un esprit incarné dans un corps de chair. Notre esprit appartient aux « choses qui sont dans les cieux, » et notre corps à celles « qui sont sur la terre. »

Il n’y a qu’en Christ que notre esprit peut être parfaitement uni à notre corps matériel, pour former une nouvelle création, une habitation de Dieu, digne de manifester le Fils de Dieu qui demeure en nous.

Collectivement, l’ensemble des disciples de Christ forment également le Corps de Christ, qui est aussi le temple saint dans le Seigneur:

« En lui tout l’édifice, bien coordonné, s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur. En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit » (Eph. 2: 21-22).

En outre, le mystère de Christ nous révèle que les Juifs et les païens convertis au Seigneur Jésus sont à présent unis un seul Corps:

« C’est par révélation que j’ai eu connaissance du mystère sur lequel je viens d’écrire en peu de mots. En les lisant, vous pouvez vous représenter l’intelligence que j’ai du mystère de Christ. Il n’a pas été manifesté aux fils des hommes dans les autres générations, comme il a été révélé maintenant par l’Esprit aux saints apôtres et prophètes de Christ. Ce mystère, c’est que les païens sont cohéritiers, forment un même corps, et participent à la même promesse en Jésus-Christ par l’Evangile » (Ephésiens 3: 3-6).

Et l’apôtre Paul ajoute:

« A moi, qui suis le moindre de tous les saints, cette grâce a été accordée d’annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ, et de mettre en lumière quelle est la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu qui a créé toutes choses » (Ephésiens 3: 8-9).

Le mystère de Christ ne concerne donc pas seulement la révélation de l’union des païens et des Juifs en Christ, par la destruction de la barrière qui les séparait, mais il concerne aussi l’union de Christ et de Son Eglise, qui forme à présent Son Corps.

« Car jamais personne n’a haï sa propre chair; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l’Eglise, parce que nous sommes membres de son corps, étant de sa chair et de ses os. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ce mystère est grand; je dis cela par rapport à Christ et à l’Eglise » (Ephésiens 5: 29-32).

« Mais celui qui s’attache au Seigneur est avec lui un seul esprit » (1 Cor. 6: 17).

Quel mystère extraordinaire nous est révélé ici!

Chaque Chrétien est un seul esprit avec Christ, et il est aussi un seul corps avec Lui, étant de Sa chair et de Ses os. Et tous les Chrétiens ensemble, Juifs et païens enfin unis, forment le Corps universel de Christ! Il ne peut pas exister d’union plus étroite entre Christ et Son Eglise! Il est la Tête, et nous sommes Son Corps.

La révélation de ce mystère nous fait aussi comprendre que Dieu n’a pas seulement voulu pardonner nos péchés et faire de nous de nouvelles créations. Mais Il a voulu placer ces nouvelles créations en Christ, et les associer directement au triomphe de Christ, et à Sa position actuelle dans les lieux célestes.

« Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés); il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ » (Ephésiens 2: 4-7).

Il y a des richesses insondables dans tout ce que nous sommes en Christ, et dans tout ce que nous avons en Lui! « Nous en Christ » concerne notre position spirituelle en Christ dans les lieux célestes.

Mais il y a un autre aspect du mystère de Christ qui nous concerne directement, dans notre vie concrète sur cette terre. Il s’agit de « Christ en nous »!

« Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous; et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l’achève en ma chair, pour son corps, qui est l’Eglise. C’est d’elle que j’ai été fait ministre, selon la charge que Dieu m’a donnée auprès de vous, afin que j’annonçasse pleinement la parole de Dieu, le mystère caché de tout temps et dans tous les âges, mais révélé maintenant à ses saints, à qui Dieu a voulu faire connaître quelle est la glorieuse richesse de ce mystère parmi les païens, savoir: Christ en vous, l’espérance de la gloire.C’est lui que nous annonçons, exhortant tout homme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu tout homme, devenu parfait en Christ » (Colossiens 1: 24-28).

Notre position en Christ, dans les lieux célestes, nous révèle ce que nous sommes déjà, en esprit, dans notre nouvelle nature: des nouvelles créations à l’image parfaite de Christ.

Tandis que « Christ en nous, » ici-bas sur la terre, nous garantit que la perfection spirituelle que nous avons en Christ, dans notre esprit régénéré, se manifestera parfaitement dans tous les aspects de notre vie concrète.

En fait, c’est non seulement Christ qui vient habiter en nous, mais aussi le Père et le Saint-Esprit!

« Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous » (Jean 14: 16-17).

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui » (Jean 14: 23).

Dans l’Ancienne Alliance, Dieu restait extérieur à Son peuple, et Se manifestait à lui, de l’extérieur. Dans la Nouvelle Alliance, Dieu vient habiter dans Son peuple, et Se manifeste au travers de lui, de l’intérieur!

Le mystère de Christ est encore appelé par Paul le « mystère de la piété »:

« Je t’écris ces choses, avec l’espérance d’aller bientôt vers toi, mais afin que tu saches, si je tarde, comment il faut se conduire dans la maison de Dieu, qui est l’Eglise du Dieu vivant, la colonne et l’appui de la vérité. Et, sans contredit, le mystère de la piété est grand: celui qui a été manifesté en chair, justifié par l’Esprit, vu des anges, prêché aux Gentils, cru dans le monde, élevé dans la gloire » (1 Tim. 3: 14-16).

En effet, il n’y a aucune véritable piété en dehors de Christ, et de notre nouvelle naissance en Christ. Toute autre piété n’est que religion humaine.

Seuls des Chrétiens nés de nouveau, et qui marchent par l’esprit, peuvent conserver « le mystère de la foi dans une conscience pure » (1 Tim. 3: 9).

Le mystère de Christ se révèle aussi dans la révélation de l’enlèvement de l’Eglise:

« Voici, je vous dis un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’oeil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité. Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite: La mort a été engloutie dans la victoire » (1 Cor. 15: 51-54).

« Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur: nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts. Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles » (1 Thess. 4: 15-18).

Alors sera parfaitement et définitivement consommée l’union de Christ et de Son Eglise, dans l’esprit, l’âme et le corps! Quelle glorieuse consolation nous est offerte ici!

Le mystère de Dieu et de Christ s’achève lorsque le Royaume de ce monde sera remis au Seigneur Jésus et à Son Eglise, lors du retour du Seigneur sur cette terre, pour y régner pendant mille ans, puis pour régner dans l’éternité:

« Et l’ange, que je voyais debout sur la mer et sur la terre, leva sa main droite vers le ciel, et jura par celui qui vit aux siècles des siècles, qui a créé le ciel et les choses qui y sont, la terre et les choses qui y sont, et la mer et les choses qui y sont, qu’il n’y aurait plus de temps, mais qu’aux jours de la voix du septième ange, quand il sonnerait de la trompette, le mystère de Dieu s’accomplirait, comme il l’a annoncé à ses serviteurs, les prophètes » (Apoc. 10: 5-7).

« Le septième ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient: Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ; et il régnera aux siècles des siècles. Et les vingt-quatre vieillards, qui étaient assis devant Dieu sur leurs trônes, se prosternèrent sur leurs faces, et ils adorèrent Dieu, en disant: Nous te rendons grâces, Seigneur Dieu tout-puissant, qui es, et qui étais, de ce que tu as saisi ta grande puissance et pris possession de ton règne » (Apoc. 11: 15-17).

C’est alors que le mystère de Christ sera pleinement révélé.

Nous savons que Satan s’efforce constamment d’imiter Dieu et de contrefaire les oeuvres de Dieu. C’est pourquoi le Nouveau Testament nous parle aussi du mystère de l’iniquité. Ce mystère nous révèle l’existence de celui qui s’oppose à Dieu et à Christ depuis le commencement, et qui s’incarnera en la personne de l’Antichrist. Celui-ci doit régner sur la terre de la Tribulation, juste avant le retour en gloire du Seigneur Jésus.

« Que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais encore chez vous? Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu’il ne paraisse qu’en son temps. Car le mystère de l’iniquité agit déjà; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son avènement » (2 Thess. 2: 3-8).

De même que l’Antichrist s’efforcera de contrefaire Christ, la fausse Eglise s’efforce de contrefaire la véritable Eglise, qui est l’Epouse de Christ.

« Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m’adressa la parole, en disant: Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. C’est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l’impudicité, et c’est du vin de son impudicité que les habitants de la terre se sont enivrés. Il me transporta en esprit dans un désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes. Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution. Sur son front était écrit un nom, un mystère: Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre. Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. Et, en la voyant, je fus saisi d’un grand étonnement. Et l’ange me dit: Pourquoi t’étonnes-tu? Je te dirai le mystère de la femme et de la bête qui la porte, qui a les sept têtes et les dix cornes » (Apoc. 17: 1-7).

Nous savons que Christ a déjà remporté la victoire sur Satan, et que cette victoire sera un jour parfaitement manifestée.

Pendant toute la période de l’Eglise, une grande partie d’Israël est tombée dans l’endurcissement spirituel. Il s’agit, là encore, d’un mystère qui nous est maintenant révélé:

« Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère, afin que vous ne vous regardiez point comme sages, c’est qu’une partie d’Israël est tombée dans l’endurcissement, jusqu’à ce que la totalité des païens soit entrée. Et ainsi tout Israël sera sauvé, selon qu’il est écrit: le libérateur viendra de Sion, et il détournera de Jacob les impiétés » (Romains 11: 25-26).

C’est l’endurcissement d’Israël qui a permis aux païens d’avoir accès à l’Evangile de Christ. Les Juifs rescapés de la Tribulation reconnaîtront un jour « Celui qu’ils ont percé » (Jean 19: 37), et se convertiront tous au Seigneur Jésus, lorsqu’Il reviendra régner sur la terre.

Ainsi, tout ce qui était un mystère dans l’Ancien Testament nous est révélé dans le Nouveau Testament. Cette révélation est écrite dans la Parole de Dieu, mais nous devons la recevoir par le Saint-Esprit. Pour cela, nous devons cesser d’être des Chrétiens charnels, sinon nous n’aurons pas accès à la pleine révélation de ces mystères.

« Cependant, c’est une sagesse que nous prêchons parmi les parfaits, sagesse qui n’est pas de ce siècle, ni des chefs de ce siècle, qui vont être anéantis; nous prêchons la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu, avant les siècles, avait destinée pour notre gloire, sagesse qu’aucun des chefs de ce siècle n’a connue, car, s’ils l’eussent connue, ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de gloire. Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’oeil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu. Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles. Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne. Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire? Or nous, nous avons la pensée de Christ » (1 Cor. 2: 6-16).

Nous possédons tous la pensée de Christ dans notre esprit régénéré. Mais, si nous sommes encore charnels, cette pensée de Christ restera enfermée dans son enveloppe charnelle, et nous n’aurons pas accès à la compréhension des mystères de Dieu, bien que ceux-ci nous soient révélés dans la Parole de Dieu.

D’où, encore une fois, la nécessité de méditer le message de la croix et d’apprendre à marcher par l’esprit, afin de pouvoir pénétrer dans les profondeurs de Dieu, et de découvrir toutes les richesses incompréhensibles de Christ.

Nous devons donc faire nôtres les prières de Paul, telles qu’il les exprime dans les passages suivants:

« Que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance, et qu’il illumine les yeux de votre coeur, pour que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu’il réserve aux saints, et quelle est envers nous qui croyons l’infinie grandeur de sa puissance » (Ephésiens 1: 17-19).

« Qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur, en sorte que Christ habite dans vos coeurs par la foi; afin qu’étant enracinés et fondés dans l’amour, vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu » (Ephésiens 3: 16-19).

« Et ce que je demande dans mes prières, c’est que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence pour le discernement des choses les meilleures, afin que vous soyez purs et irréprochables pour le jour de Christ, remplis du fruit de justice qui est par Jésus-Christ, à la gloire et à la louange de Dieu » (Philippiens 1: 9-11).

« Nous ne cessons de prier Dieu pour vous, et de demander que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle, pour marcher d’une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes oeuvres et croissant par la connaissance de Dieu, fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients » (Colossiens 1: 9-11).

Bien-aimés, faisons souvent ces prières, pour nous-mêmes et pour tous nos frères! Dieu nous exaucera, et nous introduira dans Ses mystères, afin de nous les révéler pleinement!

Enfin, une manière efficace de recevoir la révélation des mystères de Dieu consiste à passer du temps à prier en langues. En effet, Paul nous dit que celui qui parle en langues s’édifie lui-même en esprit.

« En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères… Celui qui parle en langue s’édifie lui-même » (1 Cor. 14: 2, 4).

« Dire des mystères » signifie non seulement « parler dans une langue mystérieuse, » mais aussi « parler avec Dieu de Ses mystères. » Notre édification personnelle, lorsque nous prions en langues, signifie que nous recevons, par l’Esprit de Dieu, une révélation permanente des Vérités contenues dans la Parole de Dieu.

Tout se passe comme cette prière en langues permettait à l’Esprit de Dieu de faire passer, dans notre intelligence consciente, une révélation spirituelle de la Parole de Dieu, bien plus profonde qu’une simple compréhension intellectuelle.

Cela ne signifie pas, bien entendu, que ceux qui ne parlent pas en langues n’ont jamais accès à cette compréhension spirituelle. Mais cette compréhension sera plus difficile à obtenir. C’est pour cela que Paul ajoute qu’il désire que nous parlions tous en langues, et que lui-même parlait en langues plus que tous les Corinthiens, ce qui n’est pas peu dire! L’apôtre connaissait la valeur irremplaçable de la prière en langues pour son édification spirituelle.

C’est aussi pour cette raison que le Seigneur inclut le parler en langues dans les miracles auxquels tous ceux qui croient en Lui auront accès par la foi:

« Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom… ils parleront de nouvelles langues » (Marc 16: 17).

Réjouissons-nous, bien-aimés, de ce que le Seigneur nous a donné un plein accès à toutes ces Vérités qui étaient mystérieuses aux saints de l’ancienne alliance! En nous révélant ces Vérités, le Seigneur nous a donné accès aux profondeurs de Son propre coeur. En nous révélant ces Vérités, c’est le Seigneur qui a voulu Se révéler Lui-même, afin de nous faire admirer toute Sa splendeur, et toute la splendeur de Ses oeuvres!

Que Son Nom soit éternellement glorifié en Jésus-Christ! 

64 commentaires pour B211-Les mystères du Royaume de Dieu.

  1. Josette dit :

    Merci mon frère pour cet enseignement très édifiant, mais j’ai une question sur la question d’enlèvement. Tous ceux qui sont sauvés ne seront pas tous enlevés, si je comprends bien. Ou est-ce-qu’ils seront? Comment cela va-t-il se passer? Qu’est-ce qu’il faut faire pour être enlevé? Car tout ce que je veux, c’est d’être avec Christ, de participer aux Noces de l’Agneau etc… Merci de me répondre. Sois béni mon frère.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Josette, Tous ceux qui sont sauvés ne seront pas enlevés, s’ils ne sont pas prêts au moment où sonnera la dernière trompette. Ils devront traverser la Tribulation. Mais ils ne perdront pas leur salut, s’ils ne prennent pas la marque de la Bête. Ils mourront en martyrs et ressusciteront au début du Millenium, pour régner aussi avec Christ et l’Eglise. Pour être sauvé, il suffit de se repentir et de croire en Jésus. Pour être enlevé, il faut aussi être baptisé d’eau et d’Esprit, comme l’a exigé le Seigneur pour Son Église (Matthieu 28 et Actes 1). Il faut aussi marcher dans la sanctification, c’est à dire ne garder aucun péché conscient non confessé. Ce ne sont pas des conditions pénibles. C’est pour cela que l’Eglise primitive conduisait les nouveaux convertis aux baptêmes d’eau et d’Esprit dès le premier jour de leur conversion! Pour être baptisé d’eau, nous devons être plongés dans l’eau « au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. » Pour être baptisé de l’Esprit, il suffit de demander au Seigneur, de tout son cœur, de nous remplir de Son Esprit, et de croire qu’Il le fait dès que nous le Lui avons demandé. Les exigences du Seigneur ne sont pas compliquées!

  2. Midabo Kenayo dit :

    Merci frère, pour tes éclaircissements. Que le Seigneur te bénisse.

  3. Midabo Kenayo dit :

    Merci cher frère Henri. Depuis un certains temps, je sens que je grandis en esprit. Mon parler en langues a considérablement évolué, au point même que je comprends et interprète cette langue. Je bénis Dieu pour ce magnifique don. Mais pour ce qui est d’éprouver les esprits, Paul fait-il allusion aux esprits qui se manifestent de façon physique (comme on le voit dans la Bible où plusieurs personnes ont été visitées par des anges de Dieu) ou simplement lorsque, en esprit, en ressent vraiment la présence de l’Esprit de Dieu, et même de Ses anges? J’ignore si j’exprime mieux ma pensée. En bref, si un ange apparait physiquement, en chair et en os, c’est assez facile pour l’éprouver. Mais comment s’y prendre lorsque cette visitation est purement spirituelle? Merci de me répondre. Cordialement.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Midabo, Paul nous explique que, lorsque nous parlons en langues, nous parlons à Dieu (1 Cor. 14: 2). Mais nous ne devons pas chercher à communiquer avec des esprits, même avec des anges de Dieu. Il existe aussi le don de discernement des esprits, qui nous permet de reconnaître à quel esprit nous avons affaire, ou quel est l’esprit qui produit tel événement ou tel phénomène. Nous pouvons demander au Seigneur de nous accorder ce don, qui est précieux pour l’édification de l’Eglise.

  4. odilenathalie dit :

    Cher frére,
    J’ai écouté vos conseil, j’ai tapé « Royaume » dans le moteur de recherche, et je suis tombée sur l’enseignement sur « Qu’est ce que le Royaume »? L’explication que vous faites est tellement claire, que je n’ai rien à ajouter. Une chose est sûre, cher frère, c’est que l’Esprit de Dieu habite pleinement en vous. Qu’Il continue à souffler avec Puissance sur vous, cher frère!! Gloire à Dieu!

  5. Midabo Kenayo dit :

    Bonjour Frère Henri, Parlant du « parler en langues », d’après toi, est-ce que ce don, ce langage spirituel, peut nous mettre en contact avec les anges, au point qu’on ressent même l’impression que l’on est en communication, ou mieux en plein discussion avec eux? J’aimerais avoir votre avis sur la question, et aussi des autres frères et soeurs.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Midabo, Dans 1 Cor. 13, Paul parle des langues d’anges. Il est donc possible que certains parlers en langues soient ces langues d’anges. Par ailleurs, il nous est demandé de ne pas chercher à entrer en contact avec des esprits. Nous devons laisser l’initiative au Seigneur, qui peut demander à des anges de nous visiter. Mais nous devons toujours éprouver les esprits qui se manifesteraient à nous, selon 1 Jean 4: 1: nous devons leur demander de confesser Jésus venu en chair. Cela, aucun esprit venant du malin ne peut le faire.

  6. odilenathalie dit :

    Frère Henri, Peux tu m’éclairer sur le sens du mot Royaume!! Pour moi, le Royaume c’est les cieux ???? Je lisais la Bible, mais je n’avais pas fait attention au fait que le mot Royaume apparaissait plus de 139 fois!!

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Sœur odilenathalie, il te suffit de taper le mot « royaume » sur le moteur de recherche qui se trouve en page d’accueil de ce blog, en haut à droite, et tu verras apparaître les articles qui en parlent!

  7. Natliane dit :

    Merci frère Henri

  8. Natliane dit :

    Bonjour frère Henri!! Je bénis le Seigneur pour ce précieux message qui ne cesse de m’édifier, et aussi pour toutes ces vérités en ce qui concerne le mystère de Christ! Cependant, j’aimerais comprendre le passage de Mathieu 24:28: « En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles. » Que Dieu vous bénisse abondamment.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Sœur Natliane, il y a deux interprétations possibles. Soit le cadavre représente les morts spirituels, abandonnés aux vautours, soit ils représentent les morts en Christ, que viennent prendre les anges.

  9. andré blain dit :

    Bonjour mon frêre Henri ! Merci pour le soin que tu portes à répondre, cependant… Je ne sais si la version de la Bible que je lis diffère de la tienne au point d’installer une divergence dans notre compréhension de l’enseignement et des récits sur le parler en langues et les dons de parler diverses langues. Or je lis bien, dans Actes 2: 4, que les disciples furent tous remplis du Saint-Esprit et commencèrent à parler dans différentes langues, chacun s’exprimant comme le Saint-Esprit lui donnait de le faire, ou elles se posèrent une à une sur chacun d’eux, et Actes 19: 5, où Paul impose les mains aux douze hommes environ, et le Saint-Esprit descendit sur eux, et ils se mirent à parler diverses langues et à dire ce que Dieu leur inspirait, comme en actes 10: 44-46 « en effet ils les entendaient parler en différentes langues et célébrer la grandeur de Dieu ! » Paul explique bien par ailleurs le parler en une langue inconnue qui s’adresse à Dieu et non aux hommes 1 Cor: 14 1-25, et comment agir avec, dans v. 26-33. Je distingue la différence. Toutefois, je demeure prudent face aux interprétations quant à l’aspiration aux dons spirituels encouragée par l’apôtre Paul, autant qu’aux déclarations des promesses de Jésus Christ sur les signes avec lesquels on pourra reconnaître ceux qui auront cru. À mon avis, tous ne recoivent pas tous les dons spirituels. Je souhaite n’irriter personne en ces propos. Affectueusement. André Blain.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère André Blain, Ton message me semble traduire une erreur commune, qui consiste à confondre le don spirituel de parler diverses langues, qui s’exerce dans l’assemblée, pour l’édification collective, et qui n’est donné qu’à certains, et le parler en langues qui est promis par le Seigneur Jésus à TOUS ceux qui croient (Marc 16: 17). Tous ceux qui croient peuvent donc parler en langues dans leur relation personnelle avec le Seigneur, mais seuls peuvent exercer le don de parler diverses langues dans l’assemblée ceux que le Saint-Esprit choisit pour l’exercer (1 Cor 12: 30). Dans tous les cas, ces langues sont toujours des langues d’hommes ou d’anges existantes (1 Cor. 13: 1). En général, ceux qui défendent cette erreur sont plutôt ceux qui ne parlent pas eux-mêmes en langues dans leur relation personnelle avec Dieu. Mais nous ne pouvons pas ignorer les paroles du Seigneur Jésus dans Marc 16: 17! La seule raison que nous pouvons réellement invoquer, quand nous ne manifestons pas les signes annoncés dans Marc 16: 17-18, c’est l’incrédulité!

  10. Christophe dit :

    Comme tu dis souvent bien-aimé Henri, c’est une histoire de conviction personnelle! Et sur ce point, j’en resterai pour ma part – tout en respectant profondément ta position très cher frère – à ces magnifiques paroles: « C’est pourquoi exhortez-vous réciproquement, et édifiez-vous les uns les autres, comme en réalité vous le faites » 1 Thessaloniciens 5:11 et « et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ. » 1 Pierre 2:5 Etre édifiés nous même pour servir, bien entendu… en lisant, en priant en langue, … et surtout en nous édifiant les uns les autres. Nous sommes un Corps, le Corps de Christ. Nous sommes plusieurs membres. J’ai besoin de toi comme de chacun et tu as besoin de moi, de nous tous, pour être édifié, toi aussi, cher frère! Et je te dis ces paroles avec beaucoup d’amour fraternel. Si mon style montre le contraire alors je t’en demande pardon Henri. En Lui.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Christophe, Aucun problème, je n’ai jamais pensé autrement!

  11. Christophe dit :

    Bien chers frères, votre échange m’a poussé à aller trouver des réponses dans la Parole de Dieu. Loin de moi la volonté de polémiquer à travers la dispute de mots, les discussions folles et inutiles etc! Voici ce qui m’a touché dans le chapitre 14 de 1 Corinthiens verset 12: « De même vous, puisque vous aspirez aux dons spirituels, que ce soit pour l’édification de l’Eglise que vous cherchiez à en posséder abondamment. » Je ne crois pas que cela soit dans la pensée de Dieu que nous interprétions notre propre parler en langue… Pour nous-même… ! Comme tu le précises Henri, « il suffit de parler en langues pour être édifié soi-même en esprit (1 Cor. 14: 4). » Ne pensez-vous pas que la Parole de Dieu nous pousse à désirer ardemment les dons spirituels pour l’édification du Corps de Christ, plutôt que pour notre propre édification?
    Cher Henri, je reprends ta réponse du 10 octobre concernant les Corinthiens. Tu disais: « Ce n’était pas parce qu’ils étaient spirituels qu’ils parlaient en langues, mais pour devenir spirituels, et avoir ainsi accès aux mystères de Dieu! » Pour ensuite marcher davantage par la foi! Puisque l’on accorde tellement d’importance aux dons spirituels de nos jours, peut-être trop…? dans nos églises, est-ce à dire que la majorité des Chrétiens aujourd’hui, obnubilés par les dons spirituels (comme si exercer un don ou un autre faisait d’eux un « vrai Chrétien » ou un Chrétien « confirmé ») sont, en réalité, des bébés spirituels, nourris exclusivement de lait, et qui ne sont pas prêts à manger une nourriture plus solide…?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Christophe, Nous devons tout faire pour notre édification personnelle, mais dans le but d’être équipé pour servir le Seigneur et les autres. Comment peut-on servir si nous ne sommes pas édifiés nous-mêmes? Ceux qui recherchent une édification personnelle pour des motifs égoïstes n’y parviendront pas! En toutes choses, nos motivations doivent être pures! Rien n’empêche donc d’interpréter (parfois) nos propres parlers en langues, si cela contribue à nous édifier encore plus, toujours avec une motivation pure!

  12. Daudet Dechrist Diyoka dit :

    Merci frère Henri pour ce partage. Question: Peut-on obtenir du Seigneur le don d’interprétation des langues pour son propre parler en langues? J’ai toujours voulu comprendre moi-même en intelligence ce que j’adresse à Dieu en langues, mais en vain. Est-ce donc possible et utile de s’interpréter soi-même ? QDTB

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Daudet, Normalement, nous n’avons pas besoin d’interpréter nous-mêmes notre parler en langues personnel devant Dieu. Toutefois, Paul nous exhorte, quand nous parlons en langues, de demander à Dieu le don d’interprétation (1 Cor. 14: 13). Cela signifie que Dieu veut nous donner ce don d’interprétation. Demande-le donc à Dieu, et reçois-le par la foi. Tu pourras ensuite interpréter toi-même ton parler en langues, toujours par la foi. Mais il suffit de parler en langues pour être édifié soi-même en esprit (1 Cor. 14: 4).

      • Daudet Dechrist Diyoka dit :

        Merci mon frère Henri. Je n’ai jamais pensé à ce don d’interprétation pour moi-même, mais depuis peu je brûle d’envie de le demander, et je le reçois donc par la foi. J’aimerais percer ce mystère de parler en langues pour en découvrir d’autres. Le parler en langues édifie vraiment. Un exemple concret: quand on prie en langues, on ne manque jamais de mot (du moins pour moi), ça coule et ça déroule automatiquement. Si je ne décide pas d’ arrêter, ça continue (une fois j’ai fait 2 heures sans m’arrêter), tandis que quand on prie en intelligence, parfois on cherche des mots. Puisque la Bible le dit (ce n’est pas Henri qui le dit), le parler en langues édifie réellement.

  13. Josette dit :

    Merci cher frère Henri pour ces enseignements qui nous édifient à chaque fois, surtout en ces temps difficiles où l’Eglise fait face, tout le monde prétend que Dieu lui a parlé. Révélations par ci et par là. Gloire soit rendue à Dieu, qui t’a utilisé pour nous aider à nous recentrer à chaque fois. Que le Seigneur continue à Se servir de toi, qu’Il veille sur ta famille. Que nous continuions à grandir sur le plan spirituel, à porter des fruits dignes de chrétiens. Enfin, que la volonté de Dieu s’accomplisse pleinement en nous.

  14. Tabitha dit :

    Bonjour Frère Henri, je voudrais savoir comment et de quelle façon un frère ou une sœur peut se proclamer ou apôtre, ou prophète, ou évangéliste, ou pasteur, ou docteur. En effet, je ne sais pas comment ces sœurs et frères savent qu’ils possèdent ou non ces ministères? Est-ce une conviction profonde du Saint-Esprit, ou alors certains se sont-ils auto-proclamés ministres? Est-ce à leurs fruits que nous les reconnaitrons, afin de ne pas les croire aveuglément? Comment savoir si c’est Dieu qui les a véritablement appelés à la fonction qu’ils occupent? J’espère m’être bien exprimée!
    Autre chose, je voudrais souhaiter un excellent voyage en Israël à tous ceux qui partent, profitez bien les uns des autres. Dieu est avec vous, Dieu est avec nous. Dieu nous a bénis. Je le crois. Nous aussi, sommes convaincus que tout se passera bien!! Merci, Frère Henri. Tabitha

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Tabitha, Tous les ministères mentionnés dans Ephésiens 4: 11 sont appelés directement par Dieu, et ils le savent tous. Mais il y a aussi des ministères auto-proclamés, qui ne sont pas appelés par le Seigneur. C’est à chacun de nous d’avoir le discernement nécessaire. Et nous pouvons l’avoir, puisque nous avons le Saint-Esprit. Et nous les reconnaîtrons aussi par leurs oeuvres. Merci pour tes bons souhaits!

  15. rFancine dit :

    A M E N !

    • mickael MERLEAU dit :

      Merci beaucoup pour ta sagesse Henri et pour ton tact, normalement tous les Chrétiens authentiques devraient se respecter les uns les autres, comme tu le fais dans ta propre vie, et ne pas vouloir imposer leurs opinions personnelles où leurs points de vue, même s’ils se révélaient venir de Dieu !!! Je pense qu’il est néanmoins appréciable de dire la vérité dans l’amour aux gens, même s’ils ne font qu’entendre et ne souhaitent pas écouter, sinon, un jour où l’autre, Dieu nous redemandera leur sang… Nous ne pouvons recevoir les mystères de Dieu que si nous sommes dans une bonne attitude et un bon état d’esprit devant Dieu. Alors nous acceptons de voir les choses telles que Dieu les perçoit Lui ! Je me rends compte que beaucoup de Chrétiens veulent trouver la volonté de Dieu pour leur vie, et quand Dieu leur montre, ils décident de Lui dire non à Jésus, surtout pas ça ! Ils ne veulent pas mourir à eux-même ni renoncer à leur propre « moi » pour décider d’accomplir avec Lui Sa volonté et Ses projets de paix, d’avenir et d’espérance… C’est pour ça que ces gens-là sont souvent dans la pauvreté, dans la misère, les problèmes financiers, les dettes ou les divorces, la mésentente où la confusion que produit Babylone dans leur vie… Mickael MERLEAU.

  16. thérèse dit :

    Bonsoir Frère Henri, Lorsque l’apôtre Paul parle des siècles à venir, de quels siècles parle-t-Il, du millenium ? D’autre part je voudrais une explication de ce passage d’Ephésiens: « Etant enracinés dans l’Amour (agapé), vous puissiez comprendre avec tous les saints quel est la largeur, la longueur, la hauteur, et la profondeur (de quoi ?) et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis de toute la plénitude de Dieu. » Quelles sont donc ses choses si larges si longues si hautes et si profondes qu’il nous faut connaitre en plus de l’Amour de Christ? Est-ce la plénitude de Dieu? Un homme peu-t-il comprendre Dieu ? Il est si grand et nous nous sommes limités, et bien faible dans cette chair qui nous retient encore. Merci pour ta réponse. Que notre Sauveur et Seigneur Jésus-Christ te garde et te conduise pendant le reste de ton pèlerinage sur la terre.
    Thérèse

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Thérèse, C’est une manière de parler, une tournure grammaticale. En fait, Paul parle des 4 dimensions de l’Amour de Christ. C’est comme s’il avait écrit: « …vous puissiez comprendre avec tous les saints quel est la largeur, la longueur, la hauteur, et la profondeur (de l’amour de Christ), et connaître l’amour « de Christ. » La partie finale de la phrase (« de Christ ») se rapporte à la fois à « que vous puissiez comprendre… » et « connaître l’amour » (de Christ). Nous ne pouvons pas connaître Dieu, mais c’est Dieu qui Se révèle Lui-même aux hommes, par Sa Parole et Son Esprit qu’Il vient placer en ceux qui ont accepté le Seigneur Jésus. Au point que l’apôtre Paul pourra dire: « Nous, nous avons la pensée de Dieu… » (1 Cor. 2: 16).

  17. Fr Guy Ndobe dit :

    Ce mystère est grand ! Que Dieu m’y garde en permanence participant jusqu’à son retour …

  18. Lazare dit :

    Gloire à Dieu, notre Seigneur et Sauveur! Qu’Il continue à Se révéler à toi, chère Sœur Andréa, mais aussi à chacun de nous, de plus en plus en Esprit et en Vérité dans l’intimité, tout en profondeur, par Son Esprit. Que Son Amour se répande de plus en plus dans nos cœurs et qu’il déborde afin de toucher notre entourage. Un cœur à cœur avec Dieu, tout simplement… Fraternellement en Christ. Lazare.

  19. Flo dit :

    En Christ, nous ne sommes jamais seuls ! Jamais égarés ou effrayés, mais dans une Paix qui surpasse toute intelligence. Admirons le Seigneur, et laissons-Le nous inspirer de LUI pour nous revêtir toujours plus certainement de notre nouvelle création en LUI, sans crainte, sans questionnements ou discussions inutiles. Mais en nous édifiant et fortifiant en Esprit et en Vérité, les uns les autres, en demeurant dans la Piété et la Charité, qui sont la communion spirituelle avec le Père et entre nous chers rachetés, amen ! Dans l’amour de Jésus, Flo.

  20. David. dit :

    Merci pour cette réponse très claire, frère Henri. Que Dieu te bénisse.