B220-L’oeuvre splendide de Christ!

Article de Henri Viaud-Murat.

La mort est entrée dans le monde par le péché, et nous en connaissons tous les tristes conséquences. Mais la Vie éternelle est venue dans le monde par le sacrifice de Jésus-Christ! En mesurons-nous bien toutes les conséquences?

Quelle devait être belle, cette première journée de sabbat, après les six jours de la création! Le Seigneur avait préparé pour Adam et Eve un environnement magnifique, pour qu’ils en jouissent pleinement!

Le septième jour, Dieu S’est reposé de Ses oeuvres. Non pas parce qu’il était fatigué, mais c’était pour Lui le moment de contempler la beauté et la perfection de Sa création. Il n’avait plus rien à créer, tout était accompli.

Adam et Eve ont aussi commencé leur existence par un jour de repos! Ils se sont mutuellement découverts, et ils ont ensemble découvert tout ce que le Seigneur avait mis à leur disposition, tout leur splendide héritage.

Ils pouvaient en profiter tant qu’ils restaient fidèles à leur Créateur. Toutefois, toute fidélité doit toujours être éprouvée. Une fidélité qui n’est pas éprouvée n’a aucune valeur.

L’épreuve de la fidélité implique un choix, une décision. Sans la liberté de choisir, il n’y a pas de possibilité d’être infidèle. Et sans la possibilité d’être infidèle, notre fidélité ne peut pas être éprouvée.

Ce qui donne de la valeur à notre décision d’être fidèles au Seigneur, c’est la liberté que nous avons de Lui être infidèles, si nous choisissions de Lui désobéir. Et ce qui donne de la valeur à notre obéissance, c’est le fait que nous choisissons de ne pas désobéir, alors que nous en aurions la possibilité.

Voilà pourquoi il fallait que Dieu place l’arbre de la connaissance du bien et du mal au milieu du Jardin d’Eden! Voilà pour quoi il fallait l’interdiction d’en manger le fruit! Voilà pourquoi le serpent avait accès au jardin!

Nous devons bien comprendre que le Seigneur, dans Son amour, avait prévu pour Ses enfants Adam et Eve, et pour leur descendance après eux, une vie chargée de toutes sortes de bénédictions! Leur esprit, leur âme et leur corps étaient parfaits. Ils étaient en communion et en contact constant avec le Seigneur. Ils étaient en parfaite santé. Ils ne devaient connaître ni maladie ni mort. Ils devaient jouir de tous les biens mis à leur disposition par leur Créateur. Ils devaient dominer sur toute la création!

Nous avons sans doute du mal à imaginer la perfection et l’abondance de la création avant la chute! Mais ce que la Bible nous en révèle doit nous prouver une chose: l’immensité de l’Amour, de la Bienveillance, de la Bonté et de la Générosité de notre Dieu! Il voulait que Ses créatures puissent vivre dans un bonheur parfait, à tous les niveaux et dans tous les domaines. Il les voulait dans le joie de Sa Présence, dans la félicité d’une création parfaite, dans la surabondance d’une divine prospérité à tous égards.

Hélas, cet état de parfait bonheur n’a pas duré. Non pas parce que Dieu l’avait planifié ainsi, mais parce que Ses créatures ont choisi de désobéir à Sa Parole.

Le grand responsable de cette chute n’est pas Eve, mais Adam. Eve a été séduite par le serpent, tandis qu’Adam a désobéi volontairement.

D’une part, il n’a pas veillé sur son épouse, afin de vérifier constamment si elle avait bien gardé la Parole de Dieu dans toute Sa vérité. Car c’est à lui le premier que le Seigneur avait donné cet ordre:

« Tu pourras manger de tous les arbres du jardin; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras » (Genèse 2: 16-17).

Eve n’avait pas encore été créée quand Adam avait reçu cette Parole. C’était donc à Adam d’en informer son épouse, et de veiller à ce qu’elle garde cet ordre tel que Dieu l’avait donné.

Or, lorsque le serpent s’approche d’Eve pour la séduire, voici ce qu’elle lui répond:

« Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez » (Genèse 3: 2-3).

Eve ajoute un commandement que Dieu n’avait pas donné (et vous n’y toucherez pas), et retranche une partie de la sévérité des conséquences (de peur que…)

Si nous ajoutons ou retranchons quoi que ce soit à la Parole de Dieu, nous tombons sous le coup de la malédiction, et nous donnons au malin la possibilité de nous séduire!

« Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre » (Apoc. 22: 18-19).

Adam et Eve ont été frappés des fléaux que Dieu leur avait annoncés s’ils désobéissaient, et Dieu a retranché leur part de l’arbre de vie.

Par le péché, la mort est alors entrée dans le monde!

« … par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché » (Romains 5: 12).

« Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi » (1 Jean 3: 4).

La mort est entrée dans le monde, qui, jusque-là, n’avait jamais connu la mort.

La mort n’est pas l’absence d’existence, mais c’est exister en dehors de Dieu, en dehors de Sa Vie éternelle et abondante. La mort, c’est le domaine de Satan, le prince de la mort. Il règne sur un royaume de ténèbres, dans lequel tout est absolument à l’opposé de ce qui existe dans le Royaume de Dieu!

La mort est un esprit, celui qui anime le malin. Dans le royaume de Satan, l’amour de Dieu est remplacé par la haine et le meurtre, la joie de Dieu est remplacée par la détresse et la souffrance, la paix par la guerre et le trouble, la fidélité par la trahison et le rejet, l’humilité par l’orgueil et la vanité, la justice par l’injustice et l’exploitation, et la sainteté par la souillure morale la plus abominable. C’est tout cela, la « mort. »

La mort est d’abord entrée dans l’esprit d’Adam et d’Eve. Leur esprit pur et parfait a été coupé de Dieu, qui était jusque-là leur Source de Vie. Leur esprit a été plongé dans la mort spirituelle, ce qui signifie qu’il était à présent contrôlé par l’esprit de Satan. Puis la mort s’est répandue dans leur âme, et enfin dans leur corps, qui a fini par connaître la mort physique, des centaines d’années après leur mort spirituelle.

Dès les premiers instants de la chute, nous pouvons constater que les sentiments et les pensées d’Adam et d’Eve changent radicalement. Avant la chute, ils étaient remplis des sentiments et des pensées de Dieu. Après la chute, ce sont les sentiments et les pensées de Satan qui commencent à s’exprimer en eux.

Leur première réaction a consisté à se coudre des vêtements en feuilles de figuier, pour cacher leur nudité. Auparavant, ils étaient entourés, habillés et remplis de la Lumière de la Vie divine. A présent, cette lumière s’est éteinte, et la honte de leur nudité apparaît.

Mais ce n’est pas avec des feuilles d’arbres que la honte du péché peut être couverte. Le Seigneur dut sacrifier les premiers animaux pour leur faire des habits de peau, leur montrant ainsi que du sang innocent devait être versé pour couvrir leur nudité, préfigurant le sang pur et précieux que le Fils de Dieu devait venir verser pour effacer les péchés du monde.

La seconde réaction d’Adam et d’Eve fut de se cacher loin de la face de Dieu. Leur nature de péché ne leur permettait plus de communier avec l’Eternel, le Dieu de toute sainteté. La crainte avait envahi leur coeur.

Leur troisième réaction fut de refuser de reconnaître leur part de responsabilité dans cette catastrophe spirituelle. Adam accuse sa femme, et Eve accuse le serpent. Adam va même encore plus loin dans la rébellion, et accuse même Dieu indirectement, en disant: « La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé » (Genèse 3: 12).

Plus tard, la jalousie envahit le coeur de Caïn, leur premier fils, qui finit par tuer son frère Abel. Ce ne fut que le début d’une longue suite de malédictions qui se répandirent sur toute l’humanité, et dont nous voyons toujours les effets chaque jour autour de nous.

« C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché… » (Romains 5: 12).

Par le péché et la désobéissance, la mort a fait son oeuvre, se répandant dans toute l’humanité, avec son cortège de maladies, d’infirmités, de détresses, de meurtres, et de malédictions.

Combien le coeur du Seigneur dut être profondément attristé devant ce désastre indicible dans lequel s’est trouvé plongé Sa magnifique création! Lui qui avait tout fait pour le bonheur de Ses enfants, les voyait à présent en proie à l’esclavage cruel du malin!

Certes, dans Son omniscience, le Seigneur savait tout ce qui allait se passer, et Il avait déjà, de toute éternité, préparé la solution parfaite, qui allait Lui permettre non seulement de restaurer l’humanité dans sa position initiale, mais de la hisser, en Christ, dans une position céleste à laquelle Adam et Eve n’avaient pas accès. Combien la grâce de notre Dieu est magnifique!

Dieu a conçu Son plan de salut de manière à glorifier pleinement Son Fils Jésus-Christ. Toutefois, avant d’être glorifié, le Seigneur Jésus dut accepter de souffrir, en S’offrant comme victime expiatoire, comme un Agneau pur et sans tache, dont le sang devait être versé pour la rédemption du monde.

La mort avait commencé par s’introduire dans l’esprit d’Adam et d’Eve, pour se répandre ensuite dans leur âme et dans leur corps. De même, la Vie éternelle commence d’abord par régénérer notre esprit, qui passe par une nouvelle naissance, pour se répandre ensuite dans notre âme, puis dans notre corps.

De même qu’Adam et Eve, après leur création, ont dû découvrir la splendeur de l’héritage que Dieu leur avait destiné, afin de pouvoir en profiter pleinement, ainsi, l’enfant de Dieu né de nouveau en Christ doit découvrir la splendeur de l’héritage que Dieu lui a destiné en Christ, afin de pouvoir en jouir pleinement.

Lorsque Dieu créa Adam, Il dit:

« Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine… » (Genèse 1: 26).

Adam et Eve ont donc été créés à la ressemblance de Dieu Lui-même. Or, nous savons que Jésus est « l’image du Dieu invisible » (Col. 1: 15). C’est donc le Seigneur Jésus qui a été le modèle à partir duquel Adam et Eve ont été créés. Ils possédaient la beauté et la perfection de la nature du Seigneur Jésus.

Mais, dès que la mort fut entrée dans leur esprit, c’est la nature de Satan qui est devenue leur nature de péché. Avec la mort, toute la laideur du caractère de Satan, avec son orgueil, sa rébellion et son égoïsme, s’est déversée dans leur être intérieur.

« Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 6: 23).

Adam et Eve avaient la Vie éternelle. Par leur désobéissance, ils l’ont perdue, et se sont placés sous la servitude du diable, alors qu’ils avaient été appelés à dominer sur toute la création.

De toute éternité, le Fils de Dieu existe dans le sein du Père. Avant de S’incarner dans un corps de chair semblable au nôtre, Il S’appelait « La Parole de Dieu. » Toutes choses ont été créées par Lui et pour Lui.

« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle » (Jean 1: 1-3).

« Personne n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître » (Jean 1: 18).

Il est dommage que la plupart des traductions ne rendent pas exactement le texte grec! Car il est écrit en réalité:

« Personne n’a jamais vu Dieu; Dieu le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître. »

L’expression « Dieu le Fils » est donc parfaitement biblique, pour désigner le Fils éternel de Dieu, qui est dans le sein de Dieu le Père.

« Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père » (Jean 1: 4).

« Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix » (Philippiens 2: 5-8).

Jésus-Christ, existant dans les cieux en forme de Dieu le Fils, égal avec Dieu le Père, S’est dépouillé Lui-même de Ses attributs divins, afin de devenir semblable aux hommes, et Se rendre obéissant jusqu’à la mort de la croix.

L’humanité déchue ne pouvait pas être rétablie dans sa position céleste, sans que Quelqu’un expie son péché, en Se substituant à elle, et en prenant sur Lui la malédiction qui reposait sur elle.

Seul l’Agneau de Dieu pur et sans tache, Jésus, le Fils de Dieu, a été jugé digne de prendre sur Lui le péché du monde, dans Son corps sur le bois de la croix, et de l’expier par Sa mort.

« Lui qui n’a point commis de péché, et dans la bouche duquel il ne s’est point trouvé de fraude; lui qui, injurié, ne rendait point d’injures, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s’en remettait à celui qui juge justement; lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris » (1 Pierre 2: 22-24).

« Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. Mais il n’en est pas du don gratuit comme de l’offense; car, si par l’offense d’un seul il en est beaucoup qui sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d’un seul homme, Jésus-Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. Et il n’en est pas du don comme de ce qui est arrivé par un seul qui a péché; car c’est après une seule offense que le jugement est devenu condamnation, tandis que le don gratuit devient justification après plusieurs offenses. Si par l’offense d’un seul la mort a régné par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par Jésus-Christ lui seul. Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes. Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes » (Romains 5: 14-19).

« Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est-à-dire le diable, et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude » (Hébreux 2: 14-15).

« Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair: ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts. Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses; il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix » (Colossiens 2: 11-15).

« Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; car celui qui est mort est libre du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit. Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ » (Romains 6: 4-11).

« C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit: Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m’as formé un corps; Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché. Alors j’ai dit: Voici, je viens, dans le rouleau du livre il est question de moi, pour faire, ô Dieu, ta volonté. Après avoir dit d’abord: Tu n’as voulu et tu n’as agréé ni sacrifices ni offrandes, ni holocaustes ni sacrifices pour le péché ce qu’on offre selon la loi, il dit ensuite: Voici, je viens pour faire ta volonté. Il abolit ainsi la première chose pour établir la seconde. C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes. Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu, attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied. Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés » (Hébreux 10: 5-14).

Ainsi, sur la croix, Christ, notre Substitut, a porté nos péchés, avec toutes leurs conséquences: maladies, infirmités, malédictions et mort.

Il a été fait malédiction pour nous, afin de nous délivrer de la malédiction de la Loi (Galates 3: 13), afin que la bénédiction d’Abraham ait pour nous tous son accomplissement en Jésus-Christ, et afin que nous recevions par la foi l’Esprit qui avait été promis (Galates 3: 14).

Par Sa mort, Il a emporté au loin tout ce pesant fardeau de malédictions, de péchés et de maladies, afin de nous en libérer complètement.

Par Sa mort, Il a dépouillé les dominations et les autorités, et a triomphé d’elles par la croix.

Par Sa mort, Il a détruit, en le clouant à la croix, l’acte dont les ordonnances nous condamnaient, c’est-à-dire la Loi de Dieu, et nous a libérés de son joug.

Par Sa mort, Il a détruit, c’est-à-dire réduit à l’impuissance complète, celui qui avait la puissance de la mort, c’est-à-dire le diable.

Par Sa mort, Il nous a aussi fait mourir à notre ancien état de pécheurs. Il a crucifié notre « vieil homme, » afin que le corps du péché soit détruit, c’est-à-dire réduit à l’impuissance, et que la puissance de péché qui demeure dans nos membres ne domine plus sur nous.

Quelle parfaite victoire! Quel triomphe absolu! Par l’offrande de Son corps, le Seigneur Jésus a, définitivement et une fois pour toutes, détruit tout ce que la mort avait introduit dans le monde par la désobéissance d’Adam!

La mort de Jésus représente le côté négatif de notre rédemption. Mais Sa résurrection en représente le côté positif.

« Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés); il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ. Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions » (Ephésiens 2: 4-10).

Par Sa résurrection, Jésus-Christ a été déclaré Fils de Dieu avec puissance, selon l’Esprit de sainteté (Romains 1: 4).

En effet, par Sa résurrection, le Seigneur Jésus a re-créé un monde nouveau à Son image. Car c’est par Sa résurrection que nous sommes aussi ressuscités en Lui à une vie nouvelle, et que nous pouvons entrer dans Son Royaume, afin de jouir de notre héritage céleste!

Dieu connaissait d’avance tous ceux qui allaient être sauvés par Sa grâce et par la foi en Jésus-Christ. Et Il les a tous placés d’avance en Christ, afin de participer en Lui à Sa mort et à Sa résurrection.

Non seulement nous sommes morts et ressuscités en Christ, mais Il nous a fait asseoir avec Lui dans les lieux célestes, à la droite du Père, et bien au-dessus des dominations et des autorités de ce monde des ténèbres.

Par Sa résurrection, le Seigneur Jésus a fait de tous ceux qui croient en Lui de nouvelles créations à Son image (2 Cor. 5: 17). Leur esprit régénéré est devenu justice même de Dieu en Christ!

En les re-créant, le Seigneur a certainement prononcé à nouveau ces paroles créatrices qu’Il avait prononcées lors de la création d’Adam:

« (Re)-faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine… »

Nous avons été régénérés par une semence incorruptible, la pure Parole vivante et permanente de Dieu (1 Pierre 1: 23).

Dans les lieux célestes, Dieu a accumulé pour Ses enfants, régénérés en Christ, une surabondance de bénédictions spirituelles, qu’Il tient à leur disposition (Eph. 1: 3).

Dieu a répandu abondamment sur nous la richesse de Sa grâce, par toute espèce de sagesse et d’intelligence (Eph. 1: 7-8).

En Christ, nous avons même été introduits à une position spirituelle dont Adam et Eve n’ont jamais bénéficié! Nous sommes devenus des temples vivants du Seigneur, et le Saint-Esprit demeure en permanence en nous!

En Christ, nous avons un libre accès au trône de la grâce, et à une communion intime et permanente avec Dieu le Père et Dieu Son Fils Jésus-Christ, par le Saint-Esprit!

Oh, la grâce immense d’avoir le Dieu Créateur présent en permanence dans notre esprit, au plus profond de notre être! Quelle grâce de savoir que notre corps même est devenu le temple du Saint-Esprit!

Quelle grâce de savoir que notre Seigneur Jésus est tous les jours avec nous, jusqu’à la fin du monde (Matthieu 28: 20) !

Quelle grâce de savoir que le Saint-Esprit de résurrection demeure en nous, désireux de vivifier notre corps mortel pour le maintenir en bonne santé jusqu’au retour du Seigneur, ou jusqu’à notre mort physique (Romains 8: 11)!

C’est pour cela que Dieu veut illuminer nos yeux spirituels, pour que nous puissions comprendre, réaliser et recevoir toutes ces bénédictions qu’Il a préparées pour ceux qui L’aiment (Eph 1: 17)!

Aucune de ces bénédictions ne nous serait accessible, si Christ n’était pas venu sur cette terre pour nous racheter!

C’est pourquoi toute la gloire, tout l’honneur, toute la puissance et toutes les actions de grâces, doivent être rendus à l’Agneau de Dieu qui a ôté notre péché, et qui nous a établis dans une vie nouvelle de justice et de sainteté!

« Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes oeuvres » (Tite 2: 11-14).

Un Chrétien qui se plaint de son existence est un Chrétien qui ne connaît pas la splendeur de son héritage en Christ! Comment pourrions-nous nous plaindre, quand nous avons compris l’oeuvre magnifique de Christ?

« Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades, pour exercer un jugement contre tous, et pour faire rendre compte à tous les impies parmi eux de tous les actes d’impiété qu’ils ont commis et de toutes les paroles injurieuses qu’ont proférées contre lui des pécheurs impies. Ce sont des gens qui murmurent, qui se plaignent de leur sort, qui marchent selon leurs convoitises, qui ont à la bouche des paroles hautaines, qui admirent les personnes par motif d’intérêt. Mais vous, bien-aimés, souvenez-vous des choses annoncées d’avance par les apôtres de notre Seigneur Jésus-Christ. Ils vous disaient qu’au dernier temps il y aurait des moqueurs, marchant selon leurs convoitises impies; ce sont ceux qui provoquent des divisions, hommes sensuels, n’ayant pas l’esprit. Pour vous, bien-aimés, vous édifiant vous-mêmes sur votre très sainte foi, et priant par le Saint-Esprit, maintenez-vous dans l’amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus-Christ pour la vie éternelle. Reprenez les uns, ceux qui contestent; sauvez-en d’autres en les arrachant du feu; et pour d’autres encore, ayez une pitié mêlée de crainte, haïssant jusqu’à la tunique souillée par la chair. Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l’allégresse, à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus-Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles! Amen! (Jude 14-25).

58 commentaires pour B220-L’oeuvre splendide de Christ!

  1. Nicole Boulanger dit :

    Bonjour frère Henri, je suis soeur Nicole Boulanger, je remercie Dieu pour les enseignements que tu nous donnes, nous sommes vraiment bénis; comme une femme ne peut pas être pasteur, ce que je fais, je prends tes enseignements et je les diffuse sur facebook, sur des groupes et sur mon profil, il y a environ 600 personnes dans ces groupes qui suivent tes enseignements, parfois je les mets en anglais. Jésus-Christ opère beaucoup de délivrances à travers tes enseignements, beaucoup ont eu des baptêmes du Saint-Esprit. Je prie Dieu qu’il te rajoute encore des jours, pour que tu puisses encore nous enseigner Sa Parole. Y a-t-il d’autres enseignements qui ne sont pas encore sur le site ? J’aimerais qu’on entre en contact, pour que je puisse envoyer aux 600 personnes des pages de tes enseignements ! Que Jésus-Christ nous garde, et que Dieu te benisse abondamment. J’attends les prochains enseignements avec impatience.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Nicole, Mes enseignements sont présentés sur le site Source de Vie, ainsi que sur mon blog. Ils sont libres d’accès, et peuvent être diffusés librement. Que Dieu bénisse le travail que tu fais pour Lui!

  2. Tabitha dit :

    Bonjour frère Henri, en lisant Matthieu 25, à partir du verset 31 à 46, je me pose la question de savoir si, lorsque Jésus parle de ceux qui Lui auront donné à manger et à boire, veut-Il dire que ce sont les païens qui seront bénis de Son Père? En effet certains païens n’hésitent pas à donner aux enfants de Dieu en connaissance même de leur foi. Certains païens aident aussi des enfants de Dieu parce qu’il ont un cœur bon, sans savoir du tout qu’ils sont en train d’aider des enfants de Dieu. Seront-ce eux qui seront récompensés d’avoir un jour aidé un disciple de Jésus? Au verset 37 il sont appelés les justes, seront-ils récompensés à cause de leurs œuvres pour avoir servi les enfants de Dieu? Merci. Dieu nous a bénis. Je le crois. Tabitha.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Tabitha, Dieu notre Père connaît d’avance tous ceux qui Lui appartiennent. Tous ceux qui ont écouté Son enseignement seront attirés à Jésus et seront sauvés par la foi, pour que ce soit par grâce (Jean 6: 45). Personne ne peut être sauvé par ses oeuvres, mais de bonnes oeuvres peuvent aussi accompagner la vraie foi. Abraham était un païen, mais Il a écouté la voix de Dieu quand Dieu S’est manifesté à Lui, et il a obéi à cette voix.

  3. Flo dit :

    Voici une prophétie reçue par un Frère en Christ (Olivier) : « Je ne suis pas un Dieu étranger et je ne veux pas parler en vain. CONNAISSEZ-MOI, nous dit le Seigneur. CONNAISSEZ-MOI, dit le Seigneur. Cessez d’errer à gauche et à droite, dans votre vie et dans votre for intérieur, dans vos pensées, vos sentiments, SOYEZ SAINTS ET CONNAISSEZ-MOI !… JE VOUDRAIS ME SAISIR DE VOUS, MAIS VOUS NE ME LE PERMETTEZ PAS !… Quelque chose en vous DOIT s’arrêter, DOIT prendre fin, afin que JE puisse commencer à établir et libérer vos vies, dans ce qui est MON service. Dans Ma miséricorde, Je vous dis : vous êtes une génération d’Esaü et vous ne le savez pas… Le monde et l’Eglise ne savent pas ce que veut dire mépriser Mon Nom, mais voici que le jour arrive où ils le comprendront… Réveille-toi avant qu’il ne soit trop tard… Esaü n’a pas pu Me servir, et pourtant Je veux Me servir de toi. Continuerai-Je à parler en vain, ou Me craindras-tu ? Continuerai-Je à être pour toi un Dieu étranger, ou Me connaîtras-tu, comme ce que JE SUIS ? Voici, Je viens bientôt. Arrête-toi donc pendant qu’il est encore temps, car Je lève Mon armée et Moi seul la connais. »