B232-Un éclairage supplémentaire!

Article de Henri Viaud-Murat.

Cet article vous permettra de mieux comprendre quelques notions fondamentales concernant la marche par l’esprit.

Il s’agit de bien comprendre la différence fondamentale entre le « vieil homme » et la chair, d’une part, et entre « l’homme nouveau » et notre âme, d’autre part.

Le Seigneur Jésus a dit à Nicodème qu’il nous fallait passer par une nouvelle naissance, sans laquelle il nous sera impossible de voir le Royaume de Dieu, et même d’y entrer.

« Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit: Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître? Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit«  (Jean 3: 3-6).

Lorsque nous naissons sur cette terre, notre corps est né de la chair. Et notre esprit demeure sous la puissance du péché. Mais lorsque nous passons par une nouvelle naissance en Christ, c’est notre esprit seul qui naît de nouveau.

C’est en effet notre esprit qui est notre être véritable. C’est notre esprit qui est notre « homme intérieur. » Notre corps physique n’est que le revêtement visible de notre esprit, qui nous permet d’être en contact et en relation avec le monde matériel. Tandis que notre esprit nous met en relation avec le monde spirituel.

Tant que notre esprit n’est pas passé par une nouvelle naissance, il existe, mais il est contrôlé par une puissance de mort, car il est coupé de Dieu, à cause du péché qui a régné sur l’humanité depuis la chute d’Adam et d’Eve.

La plupart des êtres humains non régénérés en Christ ne sont même pas conscients qu’ils ont un esprit, sauf ceux qui ont pénétré de manière illicite dans le domaine spirituel, qui est nécessairement alors le domaine spirituel de Satan.

Ce sont ceux-là qui pratiquent la sorcellerie et la magie, et qui sortent consciemment de leur corps en esprit, par la puissance de Satan et de ses démons. Mais ces pratiques sont formellement interdites par Dieu.

Il n’est pas normal que ce soient les sorciers et les magiciens qui savent qu’ils ont un esprit, alors que la Parole de Dieu nous en parle abondamment!

Lorsqu’un être humain reçoit le message de l’Evangile, se repent de ses péchés, et reçoit Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur, ses péchés sont effacés par le sang de Jésus, et Dieu fait passer son esprit par une nouvelle naissance.

L’homme intérieur, l’esprit, qui était jusque-là le « vieil homme, » devient alors un « homme nouveau, » re-créé à neuf à l’image de Jésus-Christ. Il passe en Christ par une véritable résurrection.

Lorsque Christ est mort, il y a près de deux mille ans, nous sommes morts avec Lui. Et lorsqu’Il est ressuscité, nous sommes aussi ressuscités avec Lui.

« Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; car celui qui est mort est libre du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit. Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ » (Romains 6: 3-11).

C’est en vertu de cette mort et de cette résurrection de Christ que tout homme qui se convertit à Lui reçoit, par la foi en Lui, le bénéfice de la résurrection, ou de la nouvelle naissance de son esprit, bénéfice qui lui a déjà été acquis par la mort et la résurrection de Christ.

« Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ c’est par grâce que vous êtes sauvés); il nous a ressuscités ensemble » (Ephésiens 2: 4-6).

« Ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts » (Colossiens 2: 12).

« Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Affectionnez-vous aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu«  (Colossiens 3: 1-3).

Par ailleurs, Paul nous apprend que nous sommes composés de trois parties: l’esprit, l’âme et le corps (1 Thessaloniciens 5: 23).

L’âme est notre être conscient ordinaire. C’est le domaine de la Psychologie, la « science de l’âme, » qui étudie essentiellement notre être intérieur conscient, l’intellect, la mémoire, les sentiments, les motivations, les désirs, et la volonté.

C’est l’expérience courante de la plupart des Chrétiens nés de nouveau, que leur âme n’a pratiquement pas été transformée au moment de leur nouvelle naissance. Leurs pensées, leurs raisonnements, leurs sentiments, leurs motivations, et leur volonté, sont pratiquement identiques à ce qu’ils étaient avant leur conversion, même s’ils peuvent ressentir que « quelque chose » a changé « à l’intérieur, » sans savoir exactement quoi.

En outre, beaucoup de chrétiens n’ont aucune connaissance du moment de leur vie où leur esprit est passé par une nouvelle naissance, pour autant qu’ils sachent qu’ils ont un esprit et qu’ils en connaissent la nature!

Cette constatation devrait suffire à leur prouver que la nouvelle naissance, dont il est parlé dans le Nouveau Testament, ne peut concerner que leur esprit, et pas leur âme ni, bien entendu, leur corps.

D’où l’importance de présenter aux chrétiens, dès le début de leur conversion, une claire définition biblique des concepts de « vieil homme, » « d’homme nouveau, » d’âme, d’esprit et de chair.

Le Livre de l’Apocalypse nous aide à bien comprendre la vraie nature de notre esprit régénéré. Les chapitres 6 et 7 nous en donnent une description précise:

« Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. Ils crièrent d’une voix forte, en disant: Jusques à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre? Une robe blanche fut donnée à chacun d’eux; et il leur fut dit de se tenir en repos quelque temps encore, jusqu’à ce que fût complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux«  (Apocalypse 6: 9-11).

« Après cela, je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l’agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains. Et ils criaient d’une voix forte, en disant: Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l’agneau. Et tous les anges se tenaient autour du trône et des vieillards et des quatre êtres vivants; et ils se prosternèrent sur leurs faces devant le trône, et ils adorèrent Dieu, en disant: Amen! La louange, la gloire, la sagesse, l’action de grâces, l’honneur, la puissance, et la force, soient à notre Dieu, aux siècles des siècles! Amen! » (Apocalypse 7: 9-12).

Au chapitre 6, il nous est parlé des « âmes » de ceux qui avaient été immolés comme martyrs. Ils attendent leur résurrection. Ils se trouvent en réalité dans leurs esprits autour du trône de Dieu.

Cela nous prouve qu’après la mort, l’âme et l’esprit ne font plus qu’un. En effet, après la mort, le chrétien se retrouve immédiatement et consciemment dans son esprit. Son être conscient (son âme) passe au niveau de son esprit. Il laisse sur la terre son corps physique, qui retourne à la poussière. Quant à la puissance de péché qui habitait dans notre corps physique, et que Paul appelle « la chair, » elle retourne à Satan qui la contrôlait.

Le chrétien se retrouve consciemment dans son esprit régénéré, dont il découvre alors pleinement la sainteté, la justice et la perfection.

La plupart, faisant alors cette découverte, doivent sans doute se dire que la connaissance de cette vérité aurait complètement révolutionné leur existence terrestre, s’ils en avaient eu connaissance lorsqu’ils se trouvaient encore dans leur corps physique!

Ils étaient loin de se douter, quand ils étaient dans leur corps, qu’ils possédaient un « homme intérieur » ayant ces qualités! Et pourtant, leur « homme nouveau, » leur esprit régénéré, était exactement le même, dès le premier instant de leur nouvelle naissance!

Les deux passages ci-dessus du Livre de l’Apocalypse nous montrent clairement que ces « âmes, » ou « esprits » désincarnés, possèdent un « corps » spirituel, qui comprend une bouche, des yeux, des oreilles, des mains, des pieds, et toutes les caractéristiques et organes qu’ils possédaient dans leur corps physique, lorsqu’ils étaient sur la terre.

Notre corps physique est actuellement composé de matière physique corruptible, tandis que notre esprit régénéré est composé d’une substance spirituelle immortelle, semblable à la « substance » même de Dieu, qui est Esprit.

Voici encore quelle sont les qualités de notre « homme nouveau, » tel que le décrit la Parole de Dieu:

Paul exhorte les chrétiens « à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité«  (Ephésiens 4: 24).

Quelle beauté et quelle puissance divines dans cette description!

« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu! Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu«  (2 Corinthiens 5: 17-21).

Notre « homme nouveau » a été créé au moment de notre nouvelle naissance. Il n’est donc plus soumis à l’hérédité qui était celle de notre « vieil homme, » de notre esprit avant qu’il passe par cette re-création. Son hérédité actuelle est purement divine!

Il n’y a, dans notre esprit régénéré, ni « malédiction des ancêtres, » ni hérédité spirituelle mauvaise, ni aucune influence du péché et de la chute!

Notre homme nouveau a été créé « selon Dieu, » c’est-à-dire « à l’image de Dieu. » Or l’image de Dieu, c’est Christ!

« Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères » (Romains 8: 29).

« Christ, qui est l’image de Dieu«  (2 Corinthiens 4: 4).

« Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés. Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création«  (Colossiens 1: 12-15).

Réalisez que notre homme intérieur, notre esprit, a été créé à l’image même de Christ! Quand vous voyez Christ décrit dans les Evangiles, vous voyez le modèle parfait selon lequel vous avez été re-créés en esprit!

Notre « homme nouveau » a été créé « dans une justice et une sainteté que produit la vérité. »

Il s’agit de la justice et de la sainteté mêmes de Dieu! La Vérité, c’est Jésus, et c’est Sa Parole. C’est par Jésus et par Sa Parole que nous avons été régénérés!

« Vous avez été régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu » (1 Pierre 1: 23).

Lorsque Dieu crée, Il crée parfaitement! Il ne crée jamais un être imparfait, bancal, pécheur! Il crée un être parfait, saint et juste comme Lui-même!

Oh, la grandeur infinie de la grâce de Dieu! Combien Ses plans sont parfaits!

Notre esprit régénéré n’est pas parfait en connaissance. Il aura l’éternité pour parfaire sa connaissance. Mais Il est parfait en sainteté, en justice, en sagesse et en force. Car il est participant de la nature divine, uni à l’Esprit de Christ, au point de faire « un seul esprit » avec Lui!

« Mais celui qui s’attache au Seigneur est avec lui un seul esprit » (1 Corinthiens 6: 17).

Notre « homme intérieur » possède la propriété de se renouveler en permanence:

« Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour » (2 Corinthiens 4: 16).

« L’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé » (Colossiens 3: 10).

Dieu n’a pas besoin de Se renouveler, IL EST. Mais notre homme intérieur, notre esprit, étant uni à Dieu, a besoin de puiser son renouvellement constant dans la Vie éternelle qui s’écoule en permanence de Dieu vers lui.

Notre esprit régénéré vit, sur le plan spirituel où il se trouve, dans la connaissance permanente des réalités divines. Et il puise de cette connaissance un renouvellement permanent de sa nature, créée à l’image de Christ.

Bien-aimés, que nos yeux spirituels s’ouvrent à la beauté de la nouvelle création que nous sommes en esprit et en Christ! Approprions-nous cette réalité par la foi, afin que nous puissions nous installer pleinement dans notre position céleste, « assis avec Christ dans les lieux célestes »! Ce n’est qu’à cette condition que nous pourrons marcher sur cette terre conformément à cette réalité spirituelle!

« Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés); il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ«  (Ephésiens 2: 4-7).

Tant que notre être conscient, notre âme, est encore encombrée des choses de la terre, du monde et de la chair, elle est incapable de percevoir la réalité spirituelle qui est celle de notre esprit régénéré. Elle est donc également incapable de vivre concrètement selon cette réalité.

C’est en renouvelant notre intelligence que nous pouvons recevoir la pensée de Dieu, et percevoir de plus en plus clairement les réalités spirituelles qui sont celles de notre esprit.

Et c’est en croyant ce que la Parole de Dieu nous révèle, quant à la vraie nature de notre esprit régénéré, que nous pouvons le manifester dans notre vie de tous les jours. Paul appelle cela « se revêtir de l’homme nouveau. »

En réalisant qui nous sommes réellement dans notre homme intérieur, et en le croyant, nous permettons au Saint-Esprit de manifester de plus en plus, dans notre vie pratique, cet « homme intérieur » parfait que nous sommes déjà depuis notre nouvelle naissance.

Et lorsque notre homme intérieur se manifeste, c’est Christ Lui-même qui Se manifeste, en nous et au-travers de nous!

C’est d’ailleurs pour cette seule raison qu’Il nous a re-créés à Son image: pour pouvoir Se manifester au travers de notre « homme nouveau. » Il ne pourrait pas le faire si notre « homme intérieur » n’était pas re-créé à Son image!

Comprenez-vous l’importance capitale de la purification et du renouvellement de notre âme, et tout particulièrement de notre intelligence, de nos pensées et de nos raisonnements?

Plus notre âme est encombrée de ce qui provient de la chair et du monde, et plus les choses de l’esprit sont floues et lointaines dans notre être conscient! Nous continuons alors à nous comporter comme des païens, à cause de l’obscurcissement de notre intelligence et de la vanité de nos pensées.

« Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c’est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées. Ils ont l’intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur coeur. Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d’impureté jointe à la cupidité. Mais vous, ce n’est pas ainsi que vous avez appris Christ, si du moins vous l’avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c’est en lui que vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité«  (Ephésiens 4: 17-24).

La chair, puissance de péché qui habite dans nos membres, a des pensées, des désirs et une volonté qui sont contraires à ceux de l’esprit (Galates 5: 17; Ephésiens 2: 3). Et si la chair contrôle notre âme, elle nous façonnera une personnalité qui n’aura rien à voir avec la nature de notre esprit régénéré, qui possède le caractère et la nature de Christ.

C’est pour cela que tant de Chrétiens en viennent à croire qu’ils possèdent deux natures, une bonne et une mauvaise, comme si « l’homme nouveau » et le « vieil homme » pouvaient continuer à coexister dans un même esprit!

Quand nous nous comportons de manière charnelle, ce n’est pas le « vieil homme » qui « ressuscite, » comme on le dit parfois à tort! Mais c’est la chair qui prend le contrôle de notre âme, et qui manifeste alors sa nature de péché.

Or, la chair, ce n’est pas « nous »! C’est une loi de péché qui demeure dans nos membres, mais que nous pouvons neutraliser et réduire à l’impuissance, lorsque nous comprenons le message complet de la croix et que nous apprenons à marcher par l’esprit.

Le fait d’enseigner ou de croire que nous pouvons encore posséder deux natures contraires est une aberration! Et c’est le signe le plus clair que nous n’avons pas compris grand-chose à l’enseignement donné par l’apôtre Paul dans ses épîtres, concernant le vieil homme, l’homme nouveau, la chair et l’esprit!

Même la Psychologie des hommes a découvert depuis longtemps qu’un être humain qui possède en même temps deux personnalités opposées, qui se manifestent successivement, est victime d’un grave trouble mental! Et nous, chrétiens, nous enseignerions qu’un enfant de Dieu né de nouveau possèderait simultanément deux natures opposées! Quelle honte pour le Seigneur et pour Sa Parole! Quel aveu d’ignorance!

La vérité, c’est que notre ancienne nature (le « vieil homme, » qui était notre esprit avant d’être régénéré) a été crucifiée avec Christ, et que nous sommes devenus, en Lui, par notre nouvelle naissance, un homme entièrement nouveau, un esprit régénéré à l’image de Christ.

Toutefois, nous devons aussi enseigner qu’au niveau de notre âme, de notre être conscient, nous restons largement contaminés par tout ce que le vieil homme avait patiemment construit pour modeler notre personnalité et notre caractère. Notre âme a donc besoin d’être purifiée et renouvelée, afin que nous puissions pleinement discerner la volonté de Dieu.

« Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » (Romains 12: 2).

C’est pour cela que nous devons enseigner ce que le Seigneur nous révèle concernant l’oeuvre de Christ à la croix, concernant ce que nous sommes en Lui, dans notre esprit nouveau, et concernant la chair, loi de péché qui continue d’habiter dans nos membres, mais que nous pouvons réduire à l’impuissance si nous apprenons à marcher par l’esprit.

« En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit«  (Romains 8: 2-4).

« En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit (litt.: « réduit à l’impuissance »), pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; car celui qui est mort est libre du péché«  (Romains 6: 5-7).

Il est puissamment libérateur de comprendre que tout ce que nous pouvons ressentir de mauvais et d’impur, au niveau de notre âme, ne provient pas de notre « vieille nature » de péché, qui est morte, et ne provient donc pas de nous-mêmes, en tant que nouvelles créations, mais provient de la chair, de cette loi de péché qui habite toujours dans nos membres, et qui peut, de l’intérieur, faire monter à notre conscience ses pensées et désirs impurs, afin de nous faire croire que cela vient de nous-mêmes, pour nous culpabiliser et nous rendre impuissants pour le service de Dieu!

A partir du moment où nous connaissons la vérité, celle-ci nous affranchit du mensonge qui nous retenait captifs, et nous pouvons marcher en nouveauté de vie!

Réponse à deux objections fréquentes:

Deux objections me sont souvent présentées.

La première concerne ce verset de Paul:

« Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu » (2 Corinthiens 7: 1).

On me dit alors: « Quelles sont ces souillures de l’esprit, puisqu’il est, par nature, saint et juste? »

Il faut tout d’abord comprendre que c’est notre âme qui est le « centre de pilotage » de notre vie. C’est au niveau de notre âme que nous prenons toutes les décisions de notre existence, les bonnes et les mauvaises.

Tant que notre âme n’est pas renouvelée et purifiée, elle peut être souillée par tout ce que la chair, en tant que puissance de péché, nous inspire, et que nous acceptons dans notre âme. Notre esprit, en tant que tel, étant participant de la nature divine, ne peut pas pécher, comme nous le rappelle l’apôtre Jean:

« Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu » (1 Jean 3: 9).

C’est notre esprit seul qui est né de Dieu, lorsque nous naissons de nouveau. Si nous étions constamment contrôlés par notre esprit, nous ne pécherions jamais, de même que le Seigneur Jésus incarné sur cette terre ne péchait jamais.

Mais nous péchons chaque fois que notre âme laisse la chair la contrôler. Et ce péché souille immédiatement tout notre être, y compris notre esprit. Toute souillure de la chair devient donc aussi une souillure de l’esprit.

La nature profonde de notre esprit n’est pas modifiée par le péché que nous commettons au niveau de notre âme. Mais notre esprit est souillé de l’extérieur par ce péché.

Seul le sang de Jésus peut nous purifier entièrement de cette souillure, lorsque nous reconnaissons notre péché devant Dieu.

Il se peut aussi que l’apôtre Paul, dans ce verset de 2 Corinthiens 7: 1, ait voulu parler à la fois des souillures qui concernent la chair, au sens de corps physique (excès de table, ivrognerie, perversions sexuelles…), et des souillures qui proviennent directement du domaine spirituel de Satan (fausses doctrines ou doctrines de démons, pratiques qui s’apparentent à la magie et la sorcellerie, telles que les manipulations, l’esprit de contrôle, ou la présentation d’un autre Jésus et d’un autre Esprit…).

C’est ce que Paul reproche à ces mêmes Corinthiens:

« Car je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai fiancés à un seul époux, pour vous présenter à Christ comme une vierge pure. Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. Car, si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Evangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien«  (2 Corinthiens 11: 2-4).

Voici donc un exemple parfait de ce que Paul appelle par ailleurs les « souillures de l’esprit »: cela consiste à accepter un autre Jésus que le vrai Jésus, un autre Esprit que le Saint-Esprit, ou un autre Evangile que le pur Evangile de Christ.

Réalisez-vous la gravité de ces souillures spirituelles? Accepter un autre Jésus, recevoir un autre Esprit et un autre Evangile! Tant de Chrétiens souillent aujourd’hui leur esprit de cette manière!

Revenons donc au véritable Jésus, à la véritable doctrine de Christ! Soyons remplis du véritable Saint-Esprit de Vérité! Recevons le véritable Evangile, tel qu’Il a été proclamé par Christ et Ses apôtres, sans rien y ajouter, ni rien en enlever!

Une seconde objection concerne la « perte du salut. » On me dit:

« Si notre esprit est pur et parfait, participant de la nature divine, et incapable de pécher, il ne peut donc pas perdre son salut, ni retomber dans les ténèbres de la perdition! »

Un tel raisonnement est très cartésien, mais ne tient pas compte de certains passages de la Parole de Dieu, qui nous avertissent sévèrement de « travailler à notre salut avec crainte et tremblement »! (Philippiens 2: 12).

Notre destinée éternelle ne se joue pas au niveau de notre esprit, mais au niveau de notre âme. Car c’est au niveau de notre âme que nous prenons des décisions qui peuvent avoir des conséquences éternelles pour notre esprit.

En premier lieu, en raison de l’exercice de notre libre arbitre, il nous est toujours possible de renier le Seigneur, consciemment, volontairement, et définitivement. Dans ce cas, Lui-même nous reniera:

« Cette parole est certaine: Si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui; si nous persévérons, nous régnerons aussi avec lui; si nous le renions, lui aussi nous reniera; si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même«  (2 Timothée 2: 11-13).

Renier le Seigneur, c’est donc ne plus persévérer dans la Vie éternelle que nous avions reçue au commencement! C’est bien ce que Paul écrit dans ce verset!

Nous ne pouvons donc pas affirmer que ce verset ne concernerait que ceux qui ne seraient pas nés de nouveau. On ne peut renier une Vie éternelle que nous n’aurions pas préalablement reçue.

Cela rejoint ces passages souvent très controversés de l’épître aux Hébreux:

« Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie. Lorsqu’une terre est abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle, et qu’elle produit une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle participe à la bénédiction de Dieu; mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d’être maudite, et on finit par y mettre le feu. Quoique nous parlions ainsi, bien-aimés, nous attendons, pour ce qui vous concerne, des choses meilleures et favorables au salut«  (Hébreux 6: 4-9).

Ceux qui ont été éclairés, après avoir goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissance du siècle à venir, qui sont-ils, sinon ceux qui sont passés par une nouvelle naissance en Christ?

Leur chute, dont il est parlé ici, ne concerne pas le péché occasionnel que peut commettre un enfant de Dieu, péché qui est pardonné et effacé quand il le confesse. Mais cette chute ne peut concerner qu’un reniement complet du Seigneur Jésus, comme le montre aussi le passage suivant:

« Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles. Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins; de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce? Car nous connaissons celui qui a dit: A moi la vengeance, à moi la rétribution! et encore: Le Seigneur jugera son peuple. C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant«  (Hébreux 10: 26-31).

L’auteur parle ici de ceux qui ont été sanctifiés par le sang de l’alliance, et qui possédaient une relation personnelle avec le Fils de Dieu et l’Esprit de la grâce.

Peut-on avoir été sanctifié par le sang de Jésus, sans passer par une nouvelle naissance? Non, c’est impossible. Il s’agit donc bien ici de ceux qui sont passés par une nouvelle naissance en Christ.

Mais il est fait aussi mention d’un péché volontaire, qui n’a pas été confessé, sans quoi il aurait été pardonné. Il est fait mention de « fouler aux pieds le Fils de Dieu », par un reniement complet et définitif. Il est encore fait mention d’un outrage fait au Saint-Esprit de la grâce, ce qui ne peut être que le péché contre le Saint-Esprit, qui est le seul péché impardonnable.

Que se passe-t-il donc, au moment où un Chrétien né de nouveau pèche sans s’en repentir, et retombe dans le péché jusqu’au point où il finit par renier complètement le Seigneur dans son âme, et par mourir dans ses péchés?

Par la décision qu’il a prise dans son âme, il souille son esprit, jusqu’au point où, ayant volontairement, consciemment et définitivement renié le Seigneur, c’est le Seigneur Lui-même qui finit par couper le fil de la Vie éternelle qui Le reliait à ce chrétien, dont l’esprit est alors définitivement plongé dans les ténèbres de la mort spirituelle, sans aucun espoir de repentance.

Tout se passe comme si ce chrétien, ayant décidé dans son âme de se remettre sous la domination du péché, entraînait son esprit, avec son âme, dans la mort spirituelle, et cela de manière définitive.

Que dit l’apôtre Paul aux Romains?

« Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair.Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu«  (Romains 8: 12-14).

Si nous vivons constamment selon la chair, nous pouvons atteindre le point où nous ne nous soucions même plus de confesser les péchés que la chair nous entraîne à commettre. Nous glissons alors vers la mort. Et la mort dont parle ici Paul ne peut être simplement la mort physique, puisque nous devons tous passer par cette mort physique, si Jésus tarde. Il ne peut s’agir que de la mort spirituelle.

En revanche, si nous apprenons à marcher par l’esprit, nous ferons « mourir » les actions du corps inspirées par la chair, en tant que loi de péché. Nous serons affranchis de cette loi de péché par la loi de l’esprit de vie, et nous demeurerons jusqu’à la fin dans la Vie éternelle que nous avons reçue à notre nouvelle naissance.

C’est ainsi que nous affermirons notre salut, et qu’une pleine entrée dans le Royaume éternel de Dieu nous sera assurée.

C’est ce qu’affirme aussi l’apôtre Pierre:

« Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise, à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science, à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel la charité. Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ. Mais celui en qui ces choses ne sont point est aveugle, il ne voit pas de loin, et il a mis en oubli la purification de ses anciens péchés. C’est pourquoi, frères, appliquez-vous d’autant plus à affermir votre vocation et votre élection; car, en faisant cela, vous ne broncherez jamais. C’est ainsi, en effet, que l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ vous sera pleinement accordée. Voilà pourquoi je prendrai soin de vous rappeler ces choses, bien que vous les sachiez et que vous soyez affermis dans la vérité présente«  (2 Pierre 1: 3-12).

Les efforts dont parle Pierre ici ne sont pas des efforts charnels ou religieux. Ce sont des actes qui correspondent à notre foi, et qui consistent pour chacun de nous à fuir les convoitises du monde et de la chair, à demeurer attachés au Seigneur Jésus et à Sa Parole, afin de recevoir en permanence Sa Vie, de produire le bon fruit de l’Esprit, et d’affermir ainsi notre vocation et notre élection.

Pierre précise que c’est bien ainsi que l’entrée dans le Royaume éternel de Dieu nous sera pleinement accordée. Cela signifie que cette pleine entrée ne nous sera pas automatiquement accordée, quoi que nous fassions sur la terre après notre conversion.

Il ne s’agit donc pas d’entrer dans un salut par les oeuvres! Mais il s’agit de demeurer dans la foi, afin de pouvoir constamment nous emparer de la grâce de Dieu, et de produire un fruit digne de notre repentance.

Or la foi vient de ce que l’on entend (ou comprend), et ce que l’on entend vient de la Parole de Christ!

C’est donc une exhortation à persévérer dans notre communion personnelle avec le Seigneur, dans la méditation de Sa Parole, et dans la fidélité à Sa volonté.

Et nous le ferons par pur amour pour notre Seigneur, sachant qu’Il nous a aimés le premier, qu’Il demeure en nous et avec nous jusqu’à la fin du monde, et qu’Il nous a déjà donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété.

Il est clair que le Seigneur seul connaît d’avance tous ceux qui vont Le choisir pour être sauvés, et qui vont persévérer jusqu’au bout dans le foi et la fidélité. Ce sont ceux-là qu’Il va prédestiner à un salut éternel, selon Romains 8: 29:

« Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. »

Mais cela n’empêchera pas le Seigneur, dans Sa bonté, de faire passer par une nouvelle naissance « temporaire » ceux qu’Il connaît pourtant d’avance comme étant ceux qui vont commencer par se tourner réellement vers Jésus-Christ et L’accepter comme Sauveur et Seigneur, jusqu’au moment où ils vont Le renier définitivement, et sombrer alors dans une perdition éternelle.

Ainsi, au jour du Jugement Dernier, tout homme aura la bouche fermée, car certains réaliseront alors à quel point la grâce de Dieu était réellement à leur disposition, mais qu’ils l’ont rejetée par rébellion ou incrédulité.

C’est ce qui me fait croire que Judas, par exemple, avait, au départ, réellement goûté au salut en Christ, avant de Le renier, et de devenir « le fils de la perdition. »

C’est pourquoi il est écrit de Judas:

« Judas Iscariot, qui devint traître » (Luc 6: 16).

« Seigneur, toi qui connais les coeurs de tous, désigne lequel de ces deux tu as choisi, afin qu’il ait part à ce ministère et à cet apostolat, que Judas a abandonné pour aller en son lieu«  (Actes 1: 24-25).

Si Judas « est devenu traître, » c’est qu’il ne l’était pas au début. Il avait « part au ministère et à l’apostolat, » qu’il a fini par abandonner pour aller dans la perdition. On n’abandonne qu’une position que l’on occupait précédemment!

N’oublions donc jamais que, tant que nous sommes dans ce corps, nous ne sommes sauvés qu’en espérance, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps!

« Nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps. Car c’est en espérance que nous sommes sauvés. Or, l’espérance qu’on voit n’est plus espérance: ce qu’on voit, peut-on l’espérer encore? Mais si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l’attendons avec persévérance«  (Romains 8: 23-25).

Car ce sont « ceux qui persévèreront jusqu’à la fin qui seront sauvés »! (Matthieu 24: 13).

Ouvrons donc notre âme pleinement à ce que le Saint-Esprit veut y déverser, au travers de notre esprit régénéré, identifions-nous par la foi à notre « homme intérieur, » croyons en l’oeuvre parfaite de Christ à la croix, confions-nous pleinement en Son amour et en Sa grâce, et nous Lui permettrons ainsi de nous conduire dans le perfectionnement complet de tout notre être, jusque dans l’éternité avec Christ!

Alors s’accomplira pour nous cette parole:

« Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ! Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera«  (1 Thessaloniciens 5: 23-24).

Amen!

137 commentaires pour B232-Un éclairage supplémentaire!

  1. Anonyme dit :

    Bonjour frère Henri, je bénis le Seigneur pour votre vie et pour tout ce qu’Il fait pour le perfectionnement des Saints par votre canal. Ma vie spirituelle et quotidienne a pris une autre tournure en étudiant minutieusement les enseignements que le Seigneur m’a donnés par votre entremise. Je manque de mots et je ne cesse de remercier le Père au nom de Son Fils Jésus-Christ pour les nombreux voiles qui sont tombés de mes yeux à la découverte des prédications audios et écrites. A Dieu seul la gloire. Ma prière pour vous est qu’Il vous émonde davantage et que la source d’eau vive qui est en vous continue de jaillir (Jean 7:37-39). Très fraternellement en Christ.

  2. Watier jean_Pierre dit :

    Peut-on comparer le corps de Jésus ressuscité (Luc 24/39) qui a chair et os avec celui que nous aurons après notre mort: le sien, on pouvait le toucher ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Oui, cher frères, nous aurons exactement le même corps glorifié que celui du Seigneur après Sa résurrection!

  3. KOULADE dit :

    Soyez béni homme de Dieu, j’ai une préoccupation qui depuis un certain temps me trouble l’esprit.
    l’Assemblée que je fréquente traverse depuis 4 ans aujourd’hui des moments difficiles. Mais ma préoccupation de l’instant est le port du voile de la femme, qui divise aujourd’hui notre assemblée.
    Pour certains selon le livre de 1 Corinthiens, la femme doit avoir sur sa tête son voile et pour d’autres, ça c’est l’idéal et que ce n’était pas une obligation du Seigneur, et que pour une personne qui porte son voile partout et en tout lieu pourrait être notée sur 15/20, et qu’une sœur qui porte son voile lorsqu’elle prie ou prophétise pourrait obtenir une note de 10/20 qui est acceptable, et que celles qui portent le voile à tout moment font de trop. Si je pose cette préoccupation, c’est parce que cette question divise même le conseil de l’Église. Donc deux enseignements différents.
    J’ai parcouru certain de vos enseignements et j’ai constaté que vous prêchez des paroles de vie, et je voudrais avoir une idée claire sur ce point.
    1) Est-ce qu’une femme qui prie ou prophétise sans être voilé peut être sauvée?
    2) Est-ce qu’un voile peut perdre ou sauver quelqu’un?
    3) Est-ce que le port du voile est un fondement doctrinal de l’Église?
    4) Pour une personne qui refuse catégoriquement de porter le voile, est-ce que l’Église doit être ferme envers une telle personne?
    Si je pose cette question 4, c’est parce que certains responsables disent que ce sont des personnes faibles, mais qui ont près de dix ans de vie chrétienne.
    Si vous avez un enseignement sur ce thème, faites-moi parvenir le N° de la série. Merci pour votre disponibilité et que Dieu vous bénisse.
    Pacôme Kouladé

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Kouladé, l’enseignement de Paul dans 1 Cor 11 me semble parfaitement clair! Une femme qui, en public, se met en vue pour prier ou prophétiser, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend, c’est-à-dire de l’autorité de l’homme. Et ce signe est un voile. Le voile n’est certainement pas une condition du salut! Le risque spirituel intervient quand on a compris l’enseignement de Dieu et qu’on le refuse volontairement. Il ne s’agit pas là d’une doctrine fondamentale de l’Eglise, mais tout point de doctrine est important, car c’est Dieu qui parle, et on doit respect et obéissance à Sa Parole. Si un enseignement correct est donné dans une église sur le voile, et que certaines femmes le rejettent, je suggère qu’il faut leur laisser le temps de le comprendre et de l’accepter, en leur disant que leur responsabilité devient plus grande, une fois qu’elles ont entendu l’enseignement, que si elles sont encore dans l’ignorance. Dieu ne traite pas de la même manière les ignorants et les rebelles, et il vaut mieux ne pas L’obliger à nous corriger!

  4. PIERRE Hugues dit :

    Cher frère Henri, dans le passage suivant: Ezéchiel 36: 24-28: « Je vous retirerai d’entre les nations, et je vous rassemblerai de tous les pays, et je vous ramènerai dans votre pays. Je répandrai sur vous des eaux pures, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai en vous mon Esprit, et je ferai que vous marchiez dans mes statuts, et que vous gardiez mes ordonnances pour les pratiquer. Et vous habiterez dans le pays que j’ai donné à vos pères; vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu. »
    Quel est le réel sens de cœur ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Hughes, Selon le contexte, le mot « coeur » désigne soit notre esprit, soit la partie de notre âme qui éprouve des sentiments et qui croit. Ici, le Seigneur parle manifestement de notre esprit, puisqu’Il dit qu’Il nous donnera un esprit nouveau. Le coeur de pierre est le « vieil homme, » notre esprit non régénéré, et le « coeur de chair » est l’homme nouveau, notre esprit régénéré en Christ.

      • PIERRE Hugues dit :

        Merci pour ta réponse cher frère,
        Dans ce contexte-ci, l’esprit nouveau et le cœur nouveau dont il est question au verset 27 exprime la même vérité: l’esprit régénéré.

      • Henri Viaud-Murat dit :

        Oui, exactement!