B233-Voulez-vous vraiment vivre une vie de résurrection? (1)

Article de Henri Viaud-Murat.

Marcher par l’esprit, c’est vivre la vie de résurrection de Christ. Mais le voulez-vous vraiment? Savez-vous quelle en est LA condition?

Le Seigneur exhorte constamment les enfant de Dieu à marcher, non plus selon la chair, mais selon l’esprit.

Marcher selon la chair, c’est marcher selon l’esprit qui anime ce monde contrôlé par Satan.

Marcher selon l’esprit, c’est marcher sur cette terre selon l’Esprit de Dieu, comme le Seigneur Jésus y a marché, dans la pureté, la justice et la sainteté.

Le chrétien né de nouveau aspire normalement à cette marche selon l’esprit, et il est malheureux quand il n’y parvient pas. Il éprouve ce qu’a pu éprouver l’apôtre Paul à un moment donné de sa vie chrétienne, avant d’avoir reçu la révélation de la victoire sur la chair et le péché:

« Ce qui est bon, je le sais, n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair: j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien.Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, c’est le péché qui habite en moi. Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort?«  (Romains 7: 18-24).

« Misérable que je suis! » Lorsque ce cri s’échappe de notre coeur, en toute sincérité, devant notre Seigneur, Il ne tarde pas à nous montrer la voie de la justice, celle qui s’obtient par la foi.

Le Seigneur nous révèle alors, comme Il l’a fait pour Paul, qu’une vie de résurrection passe nécessairement par une mort préalable.

C’est la loi fondamentale du Royaume de Dieu: la Vie, par la mort!

La mort spirituelle, qui entraîne la mort physique, est la conséquence du péché. La mort, c’est être complètement coupé de Dieu, privé de Sa Vie et de Sa gloire. La mort a régné sur l’humanité déchue depuis la désobéissance d’Adam et d’Eve.

« C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché«  (Romains 5: 12).

Par leur désobéissance, Adam et Eve, puis tous leurs descendants, se sont livrés à celui qui détient la puissance de la mort, Satan. Depuis lors, Satan, par la mort, est devenu pour l’humanité le roi des épouvantements.

Seul le sacrifice substitutif de Christ pouvait nous racheter de la mort et nous en arracher. Seule la mort de Christ pouvait nous libérer de l’emprise de Satan et de la mort!

« Il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix » (Col. 2: 15).

Pour l’humanité, la mort représente le dernier ennemi qui sera détruit.

« Mais maintenant, Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts. Car, puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la résurrection des morts. Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement. Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance. Car il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous les ennemis sous ses pieds. Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort«  (1 Cor. 15: 20-26).

Sur la croix, Christ ne S’est donc pas limité à expier nos péchés, en les prenant dans Son corps. Mais Dieu nous a tous placés en Christ, afin de nous entraîner avec Lui dans Sa mort.

Ceux qui sont destinés au salut par la foi en Christ passent donc tous par Sa mort, afin de ressusciter aussi en Lui et avec Lui.

Si nous passons par la mort en dehors de Christ et sans Lui, cette mort nous entraîne dans la perdition éternelle. Tandis qu’en mourant en Christ et avec Lui, cette mort nous conduit tout d’abord à la mise à mort de notre vieille nature de péché, puis à la résurrection en Lui et avec Lui, qui se traduit pour nous par la nouvelle naissance de notre esprit.

Le génie absolu de Dieu a donc consisté à utiliser la mort de Jésus pour détruire la mort héritée du péché, et pour nous libérer de l’emprise de la mort, afin de nous introduire ensuite dans la Vie éternelle par la résurrection de Christ!

De cette manière, tous ceux qui se repentent de leurs péchés et qui se tournent vers le Seigneur Jésus, pour Le recevoir comme leur Sauveur et Seigneur, bénéficient, par la foi en Lui, non seulement du pardon de leurs péchés, mais aussi de la mise à mort de leur « vieil homme » de péché, et d’une nouvelle naissance de leur esprit, en attendant la résurrection de leur corps.

« Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie » (Romains 5: 10).

Pour nous, chrétiens nés de nouveau, la mort n’est plus un épouvantement, mais elle est un gain.

« Christ est ma vie, et la mort m’est un gain » (Philippiens 1: 21).

Car notre esprit est déjà ressuscité en Christ. Notre mort physique, si nous devons la connaître avant le retour de Christ, propulsera immédiatement notre esprit régénéré dans la présence de Christ.

Rappelons-nous donc constamment ces deux vérités fondamentales:

1. Nous sommes vraiment morts en Christ!

« Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? » (Romains 6: 3).

« Car l’amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que, si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts; et qu’il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux«  (2 Cor. 5: 14-15).

« J’ai été crucifié avec Christ » (Galates 2: 20).

« Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu » (Colossiens 3: 3).

En nous faisant mourir en Lui et avec Lui, Christ nous a ainsi complètement libérés:

Du péché et de la chair: « Celui qui est mort est libre du péché » (Romains 6: 7). Cette libération du péché nous libère aussi de toutes les conséquences du péché: perdition éternelle, culpabilité, maladies, infirmités et liens démoniaques. Etant libérés du péché, nous sommes également libérés de la chair, puissance de péché qui demeure dans nos membres.

De la Loi: « Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli » (Romains 7: 6). Nous ne sommes plus soumis à la Loi de Dieu, mais nous pouvons marcher par l’esprit, dans lequel le Seigneur a gravé Sa Loi.

Du monde et de ses principes: « Pour ce qui me concerne, loin de moi la pensée de me glorifier d’autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde! » (Galates 6: 14). « Si vous êtes morts avec Christ aux rudiments du monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous impose-t-on ces préceptes: Ne prends pas! ne goûte pas! ne touche pas!«  (Colossiens 2: 20-21).

De Satan et de ses démons: « Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés«  (Colossiens 1: 12-14).

De nous-mêmes, c’est-à-dire de notre vieille nature de péché: « … sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui » (Romains 6: 6). Notre « vieil homme » était notre esprit, notre homme intérieur, avant sa nouvelle naissance. Ce vieil homme a été définitivement mis à mort, et remplacé par un « homme nouveau. »

Quelle victoire absolue nous a été acquise par la mort de Jésus! Combien nous devons Lui être éternellement reconnaissants pour Son oeuvre à la croix!

2. Nous sommes ressuscités en Christ!

Christ n’est pas resté dans la tombe. Le troisième jour, Il est ressuscité. Nous aussi, nous sommes ressuscités en Lui et avec Lui.

« Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection«  (Romains 6: 4-5).

« Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui«  (Romains 6: 8-9).

« Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu » (Colossiens 3: 1).

« Cette parole est certaine: Si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui » (2 Tim. 2: 11).

« J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi » (Galates 2: 20).

Nous sommes devenus une nouvelle création en Christ. Dans notre esprit régénéré, tout est devenu nouveau!

« Car l’amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que, si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts; et qu’il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux. Ainsi, dès maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair; et si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière. Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles«  (2 Cor. 5: 14-17).

Notre « homme intérieur, » qui est notre esprit régénéré, est devenu un homme nouveau, créé parfaitement à l’image de Dieu, qui est Christ! C’est de cet homme nouveau dont nous devons à présent nous revêtir par la foi, en croyant simplement ce que Dieu dit que nous sommes en Christ.

« Mais vous, ce n’est pas ainsi que vous avez appris Christ, si du moins vous l’avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c’est en lui que vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité«  (Ephésiens 4: 20-24).

« Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses oeuvres, et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé«  (Colossiens 3: 9-10).

Quelle gloire! Nous ne sommes plus, en Christ, des pécheurs esclaves de Satan, mais Il a fait de nous des créations nouvelles, participants de la nature divine, saints de la sainteté de Dieu, purs de Sa pureté, et justes de Sa justice!

Voulons-nous vraiment vivre une vie de résurrection?

A présent que nous connaissons ces vérités fondamentales, nous devons apprendre à marcher concrètement en elles, afin que nous permettions à Christ de Se manifester dans notre vie pratique.

Christ ne peut pas Se manifester dans la vie d’un chrétien tant qu’il reste dominé par la chair, qui cherche à envahir notre âme de ses pensées, émotions et désirs mauvais.

Comprendre comment réduire la chair à l’impuissance nous permet de marcher dans la vie de résurrection de Christ.

Pour cela, il nous faut remplir une condition fondamentale. Si nous ne la remplissons pas, nous continuerons à être des chrétiens charnels.

Cette condition est la suivante: Nous devons nous considérer réellement comme morts!

« Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ. Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises. Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice«  (Romains 6: 11-13).

Se considérer réellement comme morts, cela revient à imaginer clairement ce qui se passerait si, en ce moment même, Dieu vous disait que vous aller passer par la mort physique!

En mourant, vous serez immédiatement coupés du monde et de ses convoitises, coupés de tous vos intérêts charnels, coupés de tous vos soucis présents, coupés de tout ce qui pouvait encore vous intéresser sur cette terre, et qui n’intéresse pas Dieu!

Réalisez qu’un chrétien qui serait encore charnel, mais qui aurait confessé tous ses péchés connus, est immédiatement libéré de toute emprise de la chair dès qu’il passe par la mort physique. Il se retrouve dans son esprit régénéré dans la présence du Seigneur.

La mort lui est réellement un gain, car ce chrétien n’emmène rien de charnel dans le Paradis! La mort opère un tri radical entre ce qui est charnel et ce qui est spirituel! Par sa mort physique, il est entièrement libéré de tout contrôle de la chair!

Pourquoi donc devrions-nous attendre notre mort physique pour être entièrement libérés de la chair, alors que notre esprit régénéré est déjà libéré de son contrôle? Si nous marchons dès à présent par l’esprit, nous ne marcherons plus selon la chair, tout en vivant encore dans ce corps mortel!

Marcher par l’esprit implique donc nécessairement que nous acceptions que l’oeuvre de la croix fasse pleinement son effet dans tous les aspects de notre vie. Et l’oeuvre de la croix, c’est accepter de faire passer par la mort tout ce qui doit mourir aux yeux de Dieu, afin que la vie de résurrection de Christ puisse se manifester!

En nous considérant réellement comme morts au monde, au péché, à la chair, à Satan et à notre ancienne nature, nous n’aurons aucun mal à laisser la vie de résurrection se manifester dans notre âme et notre corps, puisque cette vie remplit déjà notre esprit, et qu’il nous est à présent possible de marcher selon l’esprit, car nous savons que nous sommes déjà passés par la mort et la résurrection de Christ!

Si nous sommes bien installés par la foi dans cette position céleste de « morts ressuscités, » chaque fois que la chair se manifestera à nous pour nous présenter ses convoitises, rappelons-nous simplement, et rappelons-lui, que nous sommes morts pour elle, et qu’elle est morte pour nous!

C’est de cette manière que nous pourrons mettre à mort les oeuvres de la chair et les « actions du corps. » Nous savons qu’il est impossible pour la chair de nous contrôler, tant que nous marchons dans la mort et la résurrection de Christ. Car nous marchons dans une dimension céleste, dans laquelle ni la chair ni rien de ce qui vient de Satan n’a accès!

« Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire. Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l’impudicité, l’impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie. C’est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion, parmi lesquels vous marchiez autrefois, lorsque vous viviez dans ces péchés. Mais maintenant, renoncez à toutes ces choses, à la colère, à l’animosité, à la méchanceté, à la calomnie, aux paroles déshonnêtes qui pourraient sortir de votre bouche. Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses oeuvres, et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé«  (Colossiens 3: 3-10).

C’est parce que nous sommes déjà morts en Christ que nous pouvons « faire mourir les membres qui sont sur la terre. » Dans la pensée de Paul, « faire mourir les membres qui sont sur la terre » signifie « ne pas livrer nos membres à la puissance de péché qui y demeure, parce que nous savons que, grâce à la croix, nous sommes morts à cette puissance de péché, et qu’elle est morte pour nous. »

Dès lors, nos membres peuvent être livrés à Dieu pour devenir des instruments de Sa justice, de la justice qu’Il nous a donnée dans notre esprit régénéré, et qui se reçoit uniquement par la foi.

Ainsi, marcher selon l’esprit ne consiste pas à s’exalter soi-même, à s’enorgueillir, ni à se prendre pour un « petit dieu, » mais cela consiste à avoir en nous les sentiments qui étaient en Christ, qui S’est dépouillé Lui-même, jusqu’à la mort de la croix, afin d’être ensuite exalté à la plus haute position dans les cieux.

Si nous voulons manifester sur la terre, dans notre vie chrétienne, l’humilité, l’obéissance, la sainteté et l’amour de Christ, nous devons accepter de nous abaisser nous-mêmes, de passer par la mort de la croix, et de crucifier sans pitié tout ce que nous considérions comme important lorsque nous étions dans la chair, puisque nous sommes déjà morts à ces choses.

« Si donc il y a quelque consolation en Christ, s’il y a quelque soulagement dans la charité, s’il y a quelque union d’esprit, s’il y a quelque compassion et quelque miséricorde, rendez ma joie parfaite, ayant un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée. Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père«  (Philippiens 2: 1-11).

« Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d’être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi, afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts«  (Philippiens 3: 7-11).

Quand Paul parle de « parvenir à la résurrection d’entre les morts, » l’apôtre parle ici de la vie de résurrection de Christ manifestée dans son corps mortel. Il sait très bien que cette vie de résurrection, qu’il possède pourtant dans son esprit, ne pourra pas se manifester dans sa vie pratique, s’il ne devient pas conforme à Christ dans Sa mort, en renonçant volontairement à tout ce qu’il considérait auparavant comme des gains, lorsque la chair le contrôlait!

Voilà l’oeuvre de la mort en tous ceux qui veulent vivre la vie de résurrection de Christ dès maintenant sur cette terre. Voulons-nous vraiment considérer toutes choses comme une perte et comme de la boue, tout ce que ce monde considère comme important et digne d’intérêt, afin de gagner Christ et d’être trouvés dès à présent en Lui avec Sa justice?

Le voulez-vous vraiment? Ne répondez pas trop vite! Mais examinez bien les choses, et décidez-vous fermement, une fois pour toutes!

« Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort«  (Apoc. 12: 10-11).

90 commentaires pour B233-Voulez-vous vraiment vivre une vie de résurrection? (1)

  1. patrice dit :

    Bonjour frère Henri, je suis un nouveau converti qui écoute tes prédications, qui m’ouvrent les yeux. Par contre, j’ai une question à te poser: doit-on aspirer à tous les dons? Eclaire-moi sur le don des langues, dans mon église, ils prétendent que cela ne vient pas de Dieu, et cela me bloque pour exercer cette langue. Je te bénis de la part de Dieu, ainsi que ta famille. Continue à nous exhorter et à nous parler de la part de Dieu. J’ai été baptisé par une sœur, mais ça arrive que je doute de mon baptême, ils disent que ce sont les anciens qui baptisent. Merci de me répondre.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Patrice, Dans 1 Cor. 14: 1, Paul nous demande d’aspirer aux dons. On peut donc aspirer à tous les dons, et c’est le Saint-Esprit qui, ensuite, les distribue selon Sa volonté. Dans Marc 16: 17, Jésus affirme Lui-même que tous ceux qui croient (en Lui) parleront de nouvelles langues! Pourquoi donc douter que le parler en langues soit pour tous? Il est pour tous ceux qui croient! Dire que le parler en langues ne vient pas de Dieu ne fait que traduire l’incrédulité ou l’ignorance de ceux qui disent cela. Nous devons d’abord demander à Dieu de nous remplir de Son Esprit, croire qu’Il nous exauce dès que nous le prions, et ensuite laisser s’exprimer par notre bouche les mots nouveaux qu’Il nous inspirera dans notre esprit! N’importe quel chrétien peut baptiser un nouveau converti. Il est toutefois normal que, dans une assemblée,les baptêmes soient pratiqués par les responsables, mais il n’y a aucune obligation. Ne doute donc pas, et sois en paix!

  2. hugor dit :

    Frère Henri, je me demande si la nature du pain de la sainte cène est importante, doit-elle être sans levain ou avec du levain ? Parce que, lorsqu’on lit l’institution de la cène par Jésus, c’était pendant la Pâque et le pain qu’Il a utilisé était probablement sans levain, mais dans la suite, avec les disciples, il est seulement fait mention de rompre le pain. Est-ce que le détail de la nature du pain est important ? Je voudrais également savoir sur l’unicité du pain et l’utilisation d’une seule coupe lors du repas du seigneur. Est-ce mauvais d’avoir plusieurs pains et d’utiliser plusieurs petits verres ? Dans nos rencontres, il y a une soeur qui s’est sentie dérangée de boire dans la même coupe que les autres, par peur d’être contaminé d’une maladie, qu’en pensez-vous ? Et qu’est-ce que le seigneur vous a enseigné personnellement sur ces questions ? Que le Seigneur vous bénisse !

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Hugor, Dans le texte grec qui relate le récit du dernier repas, le mot employé pour désigner le pain que Jésus distribue est le mot employé pour désigner le pain levé, alors qu’il existe un mot grec spécifique pour désigner le pain azyme ou sans levain (« azumos »). Si Jésus a pris du pain levé, c’est pour signifier que, sur le bois de la croix, Son corps pur devant porter le péché du monde. Mais ce qui est le plus important, si l’on ne veut pas entrer dans le légalisme, c’est de prendre la cène dignement, et de bien discerner le corps du Seigneur, dans lequel Il a pris nos péchés et nos maladies, ainsi que la mort qui nous revenait, afin de nous en libérer. L’utilisation de petites coupes individuelles vient du fait que l’on veut éviter toute contagion de maladies. Cependant, je crois que cette pratique traduit la faiblesse et l’incrédulité de beaucoup de chrétiens, car c’est leur foi dans les meurtrissures de Jésus qui devrait au contraire tuer et détruire tous les microbes et virus qui pourraient être présents! Ce que l’on craint, c’est ce qui nous arrive! Et c’est en craignant la maladie et la contagion qu’on l’attire! Soyons remplis d’Esprit et de foi, et nous ne craindrons rien!

      • laure lele dit :

        Merci, frère Henri, pour ta réponse. Que le Seigneur continue de te garder.

  3. Laure Lele dit :

    Bonjour frère Henri, Je suis une nouvelle convertie en Christ et je cherche à me faire baptiser d’eau. Pour le moment je suis à Paris, et j’aimerais savoir si tu pourrais me diriger vers un vrai serviteur de Dieu en qui tu as confiance pour me baptiser. Je te remercie. Que le Seigneur te bénisse davantage!

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Laure, Prie le Seigneur pour qu’Il te guide! Paris est une grande ville, et tu as certainement des chrétiens fidèles non loin de chez toi. Fais le tour des églises évangéliques de ton environnement, en demandant au Seigneur qu’Il te mette en relation avec ces chrétiens fidèles, et Il le fera! D’ailleurs, dans un baptême, ce n’est pas tant le niveau spirituel de celui qui te baptise qui compte, mais la qualité de ton engagement avec le Seigneur. Judas a baptisé, et pourtant c’était un voleur et menteur, mais les baptêmes qu’il pratiquait étaient valables!

      • Laure Lele dit :

        Merci pour la réponse, frère Henri. En passant, je n’appartiens à aucune dénomination religieuse, et j’ai décidé de ne plus en faire partie. Juste pour te comprendre, frère, pourquoi faire le tour des églises évangéliques en particulier? Merci encore de ta disponibilité. Que le Seigneur te garde.

      • Henri Viaud-Murat dit :

        Chère Soeur Laure, Lorsque nous sommes nés de nouveau, nous ne faisons partie que de l’Eglise de Jésus-Christ, qui est Son Corps. Il y a des membres de Son Corps partout, dans les églises, et hors des églises. Le but du Seigneur, c’est de mettre en relation Ses enfants dispersés. Nous pouvons donc très bien être conduits par le Seigneur à nous joindre à une assemblée évangélique, tout en gardant toute notre liberté spirituelle, et en Le priant de nous mette en relation avec des membres de Son Corps, avec lesquels nous pourrons établir de vraies relations fraternelles. Nous ne devons donc pas craindre de visiter les assemblées. Si nous sommes animés du désir de distribuer autour de nous, à ceux qui en ont tant besoin, tout ce que le Seigneur nous a donné, Son amour, Ses dons, et le bon fruit de Son Esprit, nous recevrons en retour! Laissons le Saint-Esprit nous conduire!

  4. Yosef dit :

    Merci

  5. christian dit :

    Merci cher frère Henri pour ta prompte réponse pleine de sagesse. Nous allons suivre ton conseil. Fraternellement,
    Christian

  6. christian dit :

    Bonjour Cher Frère Henri, Je suis heureux d’apprendre au détour de ton blog que ta venue dans le Sud-Est n’a pas tardé à porter du fruit, notamment dans ce quartier de Nice. Je suis également encouragé de lire les témoignages de frères et soeurs qui traversent les mêmes épreuves et les mêmes souffrances que nous partageons.
    Nous désirons avec mon épouse te faire, selon Galates 6: 6, une part de tout nos biens, à toi qui nous enseigne la Parole avec une ferveur, une simplicité et une humilité exemplaires. Gloire à notre Seigneur! Donne-nous stp la marche à suivre en privé.
    Je terminerai en te demandant ce que signifie selon toi: « Faites-vous des amis avec les richesses injustes. » Que représentent ces richesses injustes? Merci par avance. Nous nous associons à tes prières. Christian.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Christian, Merci pour tes encouragements et ton amour fraternel! Merci aussi pour ton intention, mais je vis simplement, je ne recherche pas les dons, et je ne manque de rien. Pouvez-vous demander au Seigneur qu’Il vous montre, à ton épouse et à toi, quels sont, dans votre entourage, ceux qui sont réellement dans le besoin, afin de pouvoir les aider?
      Les « richesses injustes » sont les richesses terrestres qui, d’ailleurs, ne nous appartiennent pas, puisque tout ce que nous possédons appartient au Seigneur. Je crois donc que « se faire des amis avec des richesses injustes » signifie distribuer gratuitement une partie de nos biens à ceux qui, autour de nous, n’appartiennent pas au Seigneur et qui sont dans le besoin. Ils s’en souviendront quand le Seigneur les visitera!

  7. Adou dit :

    Salut frère Henri, j’ai récemment appris qu’un membre de ma famille s’adonnait à la prostitution à but lucratif, je ne sais pas exactement quelle attitude je dois manifester à l’encontre de cette personne, soit la côtoyer comme si de rien n’était et comme si j’étais inconscient de son activité, soit m’abstenir d’entretenir des relations avec elle, ce qui s’avère difficile puisqu’il s’agit d’une personne dont je dépend considérablement. Une juste réponse à cette question améliorera certainement ma vie chrétienne et me conduira à ne pas manifester à l’égard de cette personne une attitude contraire à la parole de Christ, et représentant un obstacle à la manifestation de cette vie. Alors, j’espère que vous pourrez répondre convenablement à cette question qui me laisse encore perplexe. Merci.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Adou, Cette personne dont tu parles a besoin de se repentir et de se tourner vers le Seigneur Jésus. Ton devoir est donc tout d’abord de prier pour elle, afin que le Seigneur lui accorde la repentance et la foi, puis de lui communiquer clairement le message de l’Evangile de Jésus-Christ.

    • Brando dit :

      Bonjour Frère Adou. J’irai dans le même sens que le frère Henri, mais je voudrais juste ajouter ce passage de 1 Corinthiens 5: 9-12: « Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir de relation avec les impudiques, non pas d’une manière absolue avec les impudiques de ce monde, ou avec les cupides et les ravisseurs, ou avec les idolâtres ; autrement, il vous faudrait sortir du monde. Maintenant, ce que je vous ai écrit, c’est de ne pas avoir des relations avec quelqu’un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme. Qu’ai-je, en effet, à juger ceux du dehors ? N’est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger ? »
      L’apôtre Paul recommande de ne pas avoir de relation avec ceux qui se disent « frères » et qui vivent consciemment dans le péché. Ceux du dehors sont déjà séparés de nous, car nous n’avons pas le même esprit. Je crois que pour la personne dont tu parles, elle ne connaît pas le Seigneur! Après, laisse-toi conduire par le Saint-Esprit, prêche-lui l’Evangile de Jésus, et si le Seigneur désire néanmoins une séparation physique pour une raison quelconque, Il te le fera clairement savoir.

  8. Evelyne dit :

    Bonjour cher frère Henri, Je suis en train de lire un message de La Trompette que tu as traduit (A010 : Êtes-vous sauvés ? article rédigé par David Bay, Directeur de Cutting Edge Ministries.) Voici, je lis : « En effet, le Chrétien reçoit une nouvelle nature spirituelle à la nouvelle naissance, mais il n’est pas débarrassé aussitôt de la nature ancienne qu’il avait depuis sa naissance. » Je suis surprise de lire qu’on n’est pas encore débarrassé du vieil homme, alors que tu ne cesses de nous le dire dans tes écrits. M. Bay voulait-il dire que nous ne sommes pas encore débarrassés « des forteresses » que le vieil homme a eu le temps de bâtir dans notre âme, au temps où nous étions païens ? Je te remercie de m’éclairer. Belle journée cher frère et merci Seigneur pour ton ministère si précieux.
    Evelyne

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Evelyne, Ce n’est pas parce que je traduis un article que je suis forcément d’accord avec tout ce que l’auteur écrit! Soit David Bay n’avait pas encore pleinement compris ce qui est arrivé au « vieil homme », sois il voulait dire que, même après notre nouvelle naissance, nous ne sommes pas complètement débarrassés de tout ce que le vieil homme avait construit en nous, dans notre âme en particulier, comme forteresses à abattre.

  9. DAHO Viviane dit :

    Merci d’abord à cet enseignement qui me conforte dans ma foi et me permet de comprendre qu’avec l’aide de Dieu, par la puissance de l’Esprit, celui qui est en Christ triomphe de tout ce qui est mauvais, gloire à Dieu. Je voudrais vous poser une question qui parfois me chagrine, quel est le sort des enfants partis trop tôt, et qui n’ont pas connu et vécu comme il se doit avec Jésus-Christ ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Viviane, Les enfants morts en bas âge sont sauvés, même s’ils ne font pas partie de l’Eglise, car ils n’ont pas eu le temps de commettre consciemment des péchés dont ils se seraient rendus coupables.

  10. Midabo Kenayo dit :

    Bonsoir frère Henri, J’ai écouté un de vos enseignements audio tirés du site latrompette.net, sur l’attitude des maris envers leurs épouses. Je suis tout à fait d’accord avec vous sur la pureté des époux sur le plan sexuel. Bien qu’encore célibataire, j’y ai trouvé beaucoup d’instructions en ce qui concerne les maris, quant à leur attitude envers leurs femmes. Toutefois, vous n’avez pas parlé des « flirts » entre les époux. Peut-on classer cela dans le même ordre d’idée? Enfin bref, le fait de flirter avec sa femme ou son mari, fait partie d’un des ces « pratiques du monde » qui n’ont rien à faire avec des chrétiens et qui souillent les époux sans qu’ils ne le sachent? Merci de me répondre.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Midabo, Tout dépend de ce que tu entends par « flirter »! S’il s’agit simplement de certains petits jeux affectueux entre un mari et son épouse, cela ne peut être mauvais. Mais s’il s’agit de pratiques charnelles, de perversions ou de vices, le Seigneur montrera aux époux qu’ils doivent les cesser, à mesure qu’ils seront de plus en plus remplis du Saint-Esprit.

  11. Ann dit :

    Je suis tellement bénie par vos messages, frère Henri! Mais je ne comprends pas une chose dans ma vie: je dis que je crois, et dans certains domaines de ma vie (maladie), j’ai beau prier, je ne vois pas une réelle délivrance durable. Je passe le temps à me demander quel péché susbiste dans ma vie, est-ce que ma vie est en règle devant le Seigneur, etc… Comment peut-on croire qu’on est enfant de Dieu et ne pas recevoir la guérison? Cela fait que je suis souvent triste. Pourtant, quand je vous lis, tout semble clair. Comprenez-vous quelque chose à ma situation? Soyez béni et priez pour moi. Fraternellement.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Ann, Je comprends très bien ce que tu vis. La guérison nous a été acquise dans le sacrifice et les meurtrissures de Jésus, mais lutter contra la maladie est un combat que nous devons mener avec foi et persévérance. Le Saint-Esprit veut nous montrer si une maladie pourrait être causée par l’un de nos péchés passés. Mais, une fois ce péché confessé, la bénédiction doit venir. Inutile de fouiller dans ton passé pour essayer d’y découvrir quelque péché caché, c’est l’oeuvre du Saint-Esprit, et Il ne tarde pas à le faire quand on est désireux de marcher dans la vérité! Que le Seigneur te fortifie dans ta foi, par Sa Parole et Son Esprit, et qu’Il te remplisse de cette assurance bénie qui vient de Lui, dans Son amour! J’ai aussi prié pour toi.

      • Ann dit :

        Merci beaucoup, frère Henri. Ce que vous me dites me renvoie à la simplicité de la marche par la foi, à laquelle je m’efforce de m’appliquer chaque jour, après des années d’illusion, où je croyais que j’étais agréable au Seigneur, alors que j’étais dans la religion. Et merci pour tous les commentaires édifiants, surtout les réponses à certaines questions posées par les frères et soeurs, qui ajoutent à ma compréhension. Soyez tous bénis en Christ Jésus. Je vous aime et vous embrasse.

      • Henri Viaud-Murat dit :

        Chère Soeur Ann, je sais que tu es une brebis du Seigneur, Il te tient bien dans Ses mains et S’occupe de toi avec amour!

      • Ann dit :

        Amen! Merci frère Henri.

  12. Sarah ALPHONSO dit :

    Bonsoir Frère Henri, Je n’arrive plus à écouter vos messages sur Source de Vie, pouvez-vous m’informer à ce sujet? Le problème viendrait du site en lui-même… J’ai un peu peur je l’avoue qu’il ne fonctionne plus…

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Sarah, J’en ai parlé à Claude Chaine, responsable du site, et le problème est en train d’être résolu.

  13. Evelyne dit :

    Re-bonjour cher frère Henri. Merci pour ton explication claire. Peux-tu me donner la référence d’un de tes textes qui parlerait du jugement dernier : qui est concerné ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Evelyne, Le meilleur texte est Apoc 20: 11-15. Sont concernés par le jugement dernier: les perdus de tous les temps, ainsi que les sauvés qui ne sont pas déjà ressuscités. Ceux qui sont déjà ressuscités sont les saints qui sont ressuscités au moment de la mort de Jésus, les saints de l’Eglise, les deux témoins de l’Apocalypse, les saints de l’ancienne alliance, et les martyrs de tous les temps, y compris les martyrs de la Tribulation. Tous ceux-là, étant déjà ressuscités, ne sont pas concernés par le jugement dernier.

  14. marie dit :

    Ah, merci pour cette explication: « manger sa chair et boire son sang », je ne savais pas comment expliquer cela à mes petits-enfants. Dieu vous garde tous.
    Marie

  15. Evelyne dit :

    Bonjour cher frère Henri, Je suis heureuse de lire que tu vas bien. Merci à Dieu qui nous tient fermement dans Sa main, si nous le voulons. Peux-tu me dire la différence entre « le manteau de la justice », « le vêtement du salut » et « la robe blanche de fin lin »?
    Belle journée à toi avec notre Jésus.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Evelyne, Ce sont des expressions qui toutes nous demandent de nous « revêtir » de l’homme nouveau que nous sommes en Christ, afin qu’il soit visible dans notre vie. Et cet homme nouveau, lorsqu’il se manifeste dans sa sainteté et sa pureté, permet en même temps à Christ de Se manifester au travers de nous. Ces expressions nous renvoient donc toujours à l’oeuvre de la croix et à la marche par l’esprit.

  16. Hugues PIERRE dit :

    Bonjour mon frère Henri, comment vas-tu ?
    Dans Jean 6 à partir du verset 51, Jésus nous parle longuement de manger Sa chair et boire Son sang. Est-ce ici l’instauration de la cène ? Ou y a-t-il un sens spirituel à Ses déclarations, la chair ne représente-t-elle pas la Parole et le sang l’Esprit ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Hughes, Je vais bien, merci au Seigneur. Dans tout ce passage de Jean, Jésus emploie un langage spirituel, qui doit être compris spirituellement. Il le dit d’ailleurs au verset 63, Ses paroles sont « esprit et vie. » Et Il dit aussi, au verset 35: « Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. » Sur le plan spirituel, « manger la chair de Jésus, » afin de ne plus avoir faim, c’est s’approcher de Lui, venir à Lui, et « boire Son sang, » afin de ne plus avoir soif, c’est croire en Lui. Il est la Parole Vivante. Quand nous nous approchons de Lui pour croire à Ses Paroles, nous « mangeons Sa chair » et nous « buvons Son sang. » Par ailleurs, la Cène nous permet de nous rappeler qu’Il a donné Son corps sur la croix (représenté par le pain) pour porter nos péchés et nos maladies, et qu’Il a versé Son sang (représenté par la coupe) pour nous racheter et nous purifier de tout péché.

  17. christiane dit :

    Cher frère Henri, bonjour, il y a certaines pratiques que je dénonce, par exemple faire payer des CD d’enseignements faits dans l’Assemblée, ou des livres d’auteurs de l’Assemblée, est-ce ce que Jésus a dénoncé également, quand Il a balayé, à coups de fouet, les ventes dans le Temple ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Christiane, Il peut être normal, quand il y a un support (CD ou papier), de faire payer au moins le prix de revient de ce qui est vendu. Mais ce ne serait pas normal de profiter de cette participation pour en retirer un bénéfice indu. Ce qui n’est franchement pas normal, en revanche, c’est de faire payer l’entrée dans un endroit où est prêchée la Parole de Dieu. Qu’on sollicite une participation volontaire aux frais, c’est autre chose. Mais un paiement imposé à tous à l’entrée, c’est scandaleux.

  18. Midabo Kenayo dit :

    Bonjour cher frère Henri, Parlant aux Corinthiens, Paul dit que celui qui se rend coupable d’une faute grave doit être « livré à Satan pour la destruction de la chair, et que l’esprit soit sauvé à la fin ». Dans la mesure où l’apôtre ne donne pas des détails sur comment pratiquer cet acte, je suis d’avis qu’il faut beaucoup de réserve en la matière. J’ai entendu dire qu’un leader spirituel, prenant sa Bible, avait une fois « livré à Satan » un frère et une soeur surpris en fornication dans les locaux de l’église. J’aimerais avoir votre avis là-dessus. Merci.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Midabo. Paul n’a pas fait cela de lui-même. Il était inspiré par le Saint-Esprit pour le faire. Il faut donc être en communion étroite avec le Seigneur pour pouvoir faire cela. C’est donc le Seigneur Lui-même qui, parfois, livre à Satan certains de Ses enfants désobéissants, pour les juger et leur apprendre l’obéissance, et afin qu’ils ne se perdent pas par la pratique du péché. Si nous nous jugions nous-mêmes, cela ne nous arriverait jamais. Si certains livrent à Satan quelqu’un sans que ce soit conduit par le Saint-Esprit, il ne se passera rien.

  19. Hervé dit :

    Bonsoir Frère Henri, Je me réjouis de vous dire qu’on a rencontré le frère Reto et qu’on reçoit notre Baptême le 30 Mars, mon épouse et moi-même; c’est une bonne église, merci pour tout, que Dieu vous bénisse et votre famille aussi.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Hervé, Je me réjouis aussi pour toi et ton épouse! Dieu vous a guidés, parce que vous vouliez Lui obéir!