B248-Les conditions à remplir pour être enlevés (4).

Article de Henri Viaud-Murat.

Le Seigneur Jésus-Christ reviendra enlever Son Epouse à Sa rencontre. Quelles sont les conditions à remplir pour avoir l’assurance d’être enlevés?

Nous étudierons à présent la troisième condition pour faire partie de l’Epouse qui va être enlevée, (après le salut par la foi en Christ et le baptême d’eau par immersion, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit): recevoir le baptême du Saint-Esprit.

Lorsque nous sommes nés de nouveau en Christ, nous avons tous le Saint-Esprit, mais nous ne sommes pas automatiquement baptisés du Saint-Esprit.

Ceux qui prétendent cela s’appuient souvent à tort sur le passage suivant:

« Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit. Ainsi le corps n’est pas un seul membre, mais il est formé de plusieurs membres » (1 Cor 12: 13-14).

Ce passage ne parle pas du baptême du Saint-Esprit, tel que les disciples l’ont reçu, au jour de la Pentecôte. Mais il signifie que tous ceux qui sont nés de nouveau en Christ sont unis par le même Esprit pour former un seul Corps. Ce Corps de Christ est « plongé » dans le même Esprit, qui assemble et unit toutes ses parties.

Paul parle donc du « baptême » collectif du Corps de Christ, et non du baptême individuel de l’Esprit, que chaque membre du Corps de Christ doit recevoir.

Un certain nombre de lecteurs m’écrivent pour me demander pourquoi l’enlèvement ne devrait-il pas concerner l’ensemble de ceux qui sont simplement nés de nouveau, qu’ils soient baptisés d’eau et d’Esprit ou pas.

La réponse est très simple: le Seigneur vient enlever une Epouse sainte, sans ride ni tache, ni rien de semblable! Il s’agit donc d’une Epouse composée de disciples obéissants, qui ont compris l’ordre que le Seigneur leur a adressé:

« Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit » (Matthieu 28: 19-20).

Pour être sauvé, nous l’avons vu, il nous suffit de nous repentir de nos péchés et de recevoir dans notre coeur Jésus-Christ comme Sauveur et Maître.

Mais comment pourrions-nous prétendre être Ses disciples, si nous commençons par désobéir aux premiers ordres qu’Il nous a donnés? Nul n’est censé ignorer Sa volonté!

C’est pourquoi je continue à l’affirmer avec force: ceux qui ont été sauvés par la foi en Christ, mais qui n’ont pas obéi à Ses premiers commandements, à savoir passer par le baptême d’eau par immersion, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, recevoir le baptême de l’Esprit, et marcher dans la sanctification, ne pourront pas faire partie de l’Epouse fidèle, et ne seront pas enlevés.

Ils peuvent accéder au salut, mais le salut marque le début de notre vie chrétienne! Il faut ensuite parvenir au but que nous fixe le Seigneur!

C’est ainsi que le brigand sur la croix a reçu le salut, mais il ne peut faire partie de l’Epouse de Christ. Sa demeure finale dans l’éternité ne sera pas la Jérusalem Céleste, mais la nouvelle terre peuplée des nations de sauvés (Apocalypse 21: 24).

Les chrétiens nés de nouveau qui ne seront pas enlevés ne perdront pas leur salut, mais ils devront traverser la Tribulation. Ceux qui seront pris par l’Antichrist devront choisir entre accepter sa marque, ce qui signifie la perdition, ou la refuser, ce qui signifie la mort en martyrs.

Ceux qui mourront en martyrs seront très nombreux. Ils ressusciteront au début du millenium, pour régner avec Christ et l’Epouse (Apocalypse 20: 4).

Ainsi, si l’on vous pose la question : « L’Eglise doit-elle traverser la Tribulation, ou sera-t-elle enlevée avant? », vous pouvez répondre: « Les deux! Une partie de l’Eglise visible est composée de l’Epouse de Christ, qui sera enlevée avant la Tribulation, parce qu’elle s’est préparée, mais la partie de l’Eglise visible qui ne se sera pas préparée ne sera pas enlevée, et devra traverser la Tribulation. »

« Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire; car les noces de l’agneau sont venues, et son épouse s’est préparée, et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les oeuvres justes des saints. Et l’ange me dit: Ecris: Heureux ceux qui sont appelés au festin de noces de l’agneau! Et il me dit: Ces paroles sont les véritables paroles de Dieu » (Apoc. 19: 7-9).

Notez qu’il est écrit de l’Epouse de Christ qu’elle s’est préparée, et qu’il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant et pur. Car le fin lin, ce sont les oeuvres justes des saints.

Il est clair que l’Epouse s’est préparée en se sanctifiant. Et nous ne pouvons pas nous sanctifier sans obéir à la Parole de Dieu!

Jésus ordonne à tous Ses disciples d’être baptisés de l’Esprit:

Rappelons à présent quel a été le deuxième commandement adressé par le Seigneur Jésus à Ses disciples, juste avant Son ascension:

« Après qu’il eut souffert, il leur apparut vivant, et leur en donna plusieurs preuves, se montrant à eux pendant quarante jours, et parlant des choses qui concernent le royaume de Dieu. Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il; car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-EspritVous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre (Actes 1: 3-5, 8).

Le verbe grec traduit ici par « recommanda » signifie en réalité: « ordonna, commanda. » Il ne s’agit donc pas d’une simple recommandation, mais d’un ordre précis.

Nous savons, par le Livre des Actes des Apôtres, que TOUS les nouveaux disciples étaient immédiatement baptisés d’eau, et conduits à recevoir le baptême de l’Esprit, tel que les premiers disciples l’avaient reçu, le jour de la Pentecôte.

Après Sa résurrection, et avant Son retour dans le ciel, le Seigneur Jésus avait passé quarante jours avec Ses disciples. Il était même apparu, une fois, à plus de cinq cents disciples à la fois! (1 Cor. 15: 6).

Nous pouvons donc dire que des centaines de disciples avaient entendu les ordres de Jésus. Or, combien étaient-ils à attendre avec foi la venue du Saint-Esprit, le jour de la Pentecôte? Cent vingt! Où étaient donc passés les centaines d’autres? Ils étaient retournés à leurs affaires, et n’avaient pas pris au sérieux l’ordre du Seigneur Jésus. Pourtant ils n’avaient que « peu de jours » à attendre!

Cela signifie déjà que le baptême de l’Esprit est reçu par ceux qui veulent le recevoir, qui le désirent et qui le demandent avec foi, sachant que Dieu veut le donner à tous!

Certains ont été baptisés sans l’avoir demandé, mais il s’agit d’exceptions et non de la règle. Car le Seigneur Jésus a dit:

« Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent » (Luc 11: 13).

Que signifie « être baptisé de l’Esprit »?

Etre baptisé de l’Esprit, c’est être rempli de l’Esprit. Or le Seigneur ne peut, ni ne veut, remplir Ses disciples de Son Esprit, s’ils ne le désirent pas. Mais nous devons vouloir et désirer le baptême de l’Esprit, puisque nous savons que le Seigneur nous a ordonné de le recevoir. Il ne pourrait pas nous ordonner d’être baptisés de l’Esprit, s’Il ne voulait pas le donner à tous Ses disciples!

L’apôtre Paul nous a aussi ordonné d’être remplis de l’Esprit:

« Ne vous enivrez pas de vin: c’est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit » (Eph. 5: 18).

« Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous, car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, afin que la bénédiction d’Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus-Christ, et que nous reçussions par la foi l’Esprit qui avait été promis » (Galates 3: 13-14).

Pourquoi le Seigneur a-t-Il exigé que nous soyons tous remplis de Son Esprit?

Il l’a dit Lui-même:

« Dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit… Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre (Actes 1: 5, 8).

Nous devons donc recevoir la puissance du Saint-Esprit pour être des témoins de Jésus-Christ!

Un témoin de Jésus est quelqu’un qui donne témoignage de ce que Jésus a fait pour lui, et qui manifeste dans sa propre vie les résultats de l’action du Saint-Esprit!

Un témoin de Jésus doit donner au monde l’image de ce que Son Maître est Lui-même! Il doit à la fois manifester dans sa vie la sainteté du Seigneur, et produire les mêmes oeuvres que Lui!

La puissance du Saint-Esprit doit donc se manifester, dans la vie des disciples de Jésus, à la fois par le fruit de l’Esprit, qui est le caractère même de Jésus, et par les dons de l’Esprit, qui sont les mêmes oeuvres de puissance que celles que le Seigneur a accomplies.

Pour que le fruit et les dons de l’Esprit se manifestent dans la vie d’un disciple de Jésus-Christ, il faut que tout ce qui est charnel, terrestre et diabolique disparaisse de sa vie!

Cela ne peut se faire qu’au fur et à mesure que ce disciple passe de l’état de chrétien charnel à celui de chrétien spirituel, au fur et à mesure qu’il se perfectionne et se sanctifie.

C’est par le Saint-Esprit que nous sommes conduits dans toute la Vérité. C’est le Saint-Esprit qui nous conduit à la mise à mort de tout ce qui est charnel en nous, afin que la vie de résurrection de Christ soit aussi manifestée en nous!

C’est simple, dans l’Eglise primitive, même pour servir aux tables, il fallait être rempli de l’Esprit!

« En ce temps-là, le nombre des disciples augmentant, les Hellénistes murmurèrent contre les Hébreux, parce que leurs veuves étaient négligées dans la distribution qui se faisait chaque jour. Les douze convoquèrent la multitude des disciples, et dirent: Il n’est pas convenable que nous laissions la parole de Dieu pour servir aux tables. C’est pourquoi, frères, choisissez parmi vous sept hommes, de qui l’on rende un bon témoignage, qui soient pleins d’Esprit-Saint et de sagesse, et que nous chargerons de cet emploi. Et nous, nous continuerons à nous appliquer à la prière et au ministère de la parole » (Actes 6: 1-4).

Notez que, pour rendre un bon témoignage, semblable au témoignage qu’a rendu le Seigneur Jésus, nous devons être pleins du Saint-Esprit et de sagesse!

Frères et soeurs, que d’échecs, d’erreurs et de drames auraient pu être évités dans l’Eglise si nous avions veillé, dès le départ de notre vie chrétienne, à être remplis de l’Esprit!

Certes, ce n’est pas le fait d’être rempli de l’Esprit qui fait de nous aussitôt des chrétiens spirituels, mais nous recevons au moins l’équipement nécessaire pour nous permettre de devenir des chrétiens spirituels!

C’est pour cela que nous devons être baptisés de l’Esprit dès le début de notre conversion à Christ, mais que nous devons aussi entretenir constamment, et développer, cette plénitude de l’Esprit, en continuant par la suite à nous sanctifier et à nous perfectionner dans le Seigneur!

Le jour de la Pentecôte, cent vingt disciples ont été baptisés de l’Esprit. Mais nous voyons que, quelques jours plus tard, les mêmes, plus quelques autres, ont été à nouveau remplis de l’Esprit:

« Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance » (Actes 4: 31).

Vous pouvez constater que le fait d’être rempli de l’Esprit ne constitue pas une expérience unique et définitive dans la vie du chrétien. Mais que nous devons veiller à être constamment, et toujours plus, remplis du Saint-Esprit. C’est une des conséquences de la sanctification et du perfectionnement des saints!

Que s’est-il passé le jour de la Pentecôte?

La première fois que les disciples ont été remplis de l’Esprit, ce fut le jour de la Pentecôte, dix jours après l’ascension du Seigneur Jésus.

Auparavant, les douze disciples du Seigneur avaient déjà reçu le Saint-Esprit, mais ils n’étaient pas remplis de l’Esprit.

Tout au long du ministère terrestre du Seigneur Jésus, les disciples avaient le Saint-Esprit auprès d’eux et avec eux, mais Il n’était pas en eux. Jésus leur avait dit, lors du dernier repas:

« Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous » (Jean 14: 16-17).

Peu avant la crucifixion du Seigneur, le Saint-Esprit n’était donc pas encore dans les douze disciples, Il était simplement avec eux.

Quand le Saint-Esprit est-Il entré en eux? C’est lorsque le Seigneur Jésus eut soufflé sur eux, après Sa résurrection:

« Le soir de ce jour, qui était le premier de la semaine, les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées, à cause de la crainte qu’ils avaient des Juifs, Jésus vint, se présenta au milieu d’eux, et leur dit: La paix soit avec vous! Et quand il eut dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau: La paix soit avec vous! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. Après ces paroles, il souffla sur eux, et leur dit: Recevez le Saint-Esprit » (Jean 20: 19-22).

C’est à ce moment-là que le Saint-Esprit est entré en eux. Mais ils n’étaient pas encore baptisés, remplis de l’Esprit, ni revêtus de la puissance d’en haut.

Le jour de la Pentecôte, les cent vingt qui étaient assemblés ont reçu ce qui leur avait été promis. Ils ont tous été remplis de l’Esprit.

« Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer » (Actes 1: 1-4).

Jusque-là, le Saint-Esprit était présent sur la terre, mais Il n’avait pas encore été répandu avec puissance.

Ce jour-là, les disciples présents, qui attendaient avec foi la promesse, furent tous remplis de l’Esprit.

Que se passa-t-il, lorsqu’ils furent remplis? Ils se mirent à parler en d’autres langues, selon l’inspiration de l’Esprit. Et la suite nous montre que ce furent des langues existantes.

C’est alors que s’accomplit l’une des promesses que le Seigneur Jésus leur avait faites:

« Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris » (Marc 16: 15-18).

Le Seigneur ne leur avait pas dit qu’ils parleraient tous en langues lorsqu’ils seraient baptisés de l’Esprit. Mais c’est ce qui s’est passé!

Cela signifie que, dès qu’ils ont été remplis de l’Esprit, les disciples n’ont pas résisté. Ils ont eu le besoin d’ouvrir la bouche, pour exprimer ce que le Saint-Esprit leur inspirait.

Ils auraient pu résister, et garder leur bouche fermée, mais ils ont laissé agir le Saint-Esprit en eux.

Il faut dire qu’ils n’avaient pas été soumis à toutes sortes de faux enseignements qui auraient bloqué leur foi! On ne leur avait pas enseigné, par exemple, que le temps des langues était passé, ou que parler en langues était démoniaque, ou que le parler en langues était réservé à certains et pas à d’autres!

Ils savaient simplement que tous ceux qui croiraient à Jésus parleraient de nouvelles langues.

Il ne s’agissait pas non plus d’un don leur permettant d’apprendre avec facilité des langues étrangères, et de devenir des polyglottes accomplis! Non, il s’agit d’un don surnaturel.

On peut donc résumer ainsi ce qui s’est passé le jour de la Pentecôte:

– Tous les disciples présents ont été remplis de l’Esprit.

– Tous ceux qui ont été remplis de l’Esprit se sont mis à parler en d’autres langues (autres que celles qu’ils connaissaient).

Avant d’être remplis de l’Esprit, les disciples étaient craintifs et apeurés. Ils craignaient de rendre publiquement témoignage de leur foi.

Après la Pentecôte, nous constatons que tous ceux qui ont été remplis ont été libérés de toute crainte des hommes, de la persécution ou de la mort. Ils pouvaient témoigner du Seigneur avec puissance et assurance.

Par la suite, tout au long du Livre des Actes, nous constatons que les disciples et les apôtres ont veillé soigneusement à ce que tous les nouveaux convertis soient non seulement baptisés d’eau, mais conduits au baptême du Saint-Esprit.

Philippe à Samarie:

« Philippe, étant descendu dans la ville de Samarie, y prêcha le Christ… Mais, quand ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus-Christ, hommes et femmes se firent baptiser… Les apôtres, qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean. Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu’ils reçussent le Saint-Esprit. Car il n’était encore descendu sur aucun d’eux; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit (Actes 9: 5, 12,14-17).

Notez l’empressement des apôtres à venir sur place, pour vérifier si tout avait été fait dans le respect des ordres du Seigneur.

Les nouveaux convertis avaient été baptisés d’eau, mais aucun n’avait encore reçu le baptême du Saint-Esprit. Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit.

On peut donc recevoir le baptême de l’Esprit directement, sans intermédiaire, comme au jour de la Pentecôte, soit par l’imposition des mains d’un chrétien rempli de l’Esprit.

Il n’est pas écrit ici que ceux qui ont reçu le baptême de l’Esprit ont parlé en langues. Mais il a dû tout de même se passer quelque chose de visible, car Simon le magicien a pu le constater:

« Lorsque Simon vit que le Saint-Esprit était donné par l’imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l’argent, en disant: Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j’imposerai les mains reçoive le Saint-Esprit » (Actes 8: 18-19).

S’il ne s’était rien passé de visible, Simon n’aurait rien vu! Ce qu’il a vu, c’est ce qui s’était passé le jour de la Pentecôte: ils se sont mis à parler en d’autres langues.

Le parler en langues représente donc le signe visible que nous avons été baptisés du Saint-Esprit. Et les disciples pouvaient ainsi toujours constater que le choses se passaient comme pour eux au commencement.

Saul de Tarse:

Saul de Tarse s’était converti sur le chemin de Damas, suite à l’intervention du Seigneur Jésus. Par la suite, le Seigneur lui envoya un disciple nommé Ananias, pour qu’il soit baptisé d’eau et d’Esprit.

« Ananias sortit; et, lorsqu’il fut arrivé dans la maison, il imposa les mains à Saul, en disant: Saul, mon frère, le Seigneur Jésus, qui t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais, m’a envoyé pour que tu recouvres la vue et que tu sois rempli du Saint-Esprit. Au même instant, il tomba de ses yeux comme des écailles, et il recouvra la vue. Il se leva, et fut baptisé » (Actes 9: 17-18).

Là encore, il n’est pas dit que Paul s’est mis à parler en langues. Mais nous savons qu’il parlait abondamment en langues. Il dit aux Corinthiens:

« Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langue plus que vous tous » (1 Cor. 14: 18).

Il a donc certainement commencé à parler en langues à cette occasion, comme pour les disciples au commencement.

Le centenier Corneille et sa famille:

Voici la fin du discours de l’apôtre Pierre:

« Vous savez comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable, car Dieu était avec lui. Nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Ils l’ont tué, en le pendant au bois. Dieu l’a ressuscité le troisième jour, et il a permis qu’il apparût, non à tout le peuple, mais aux témoins choisis d’avance par Dieu, à nous qui avons mangé et bu avec lui, après qu’il fut ressuscité des morts. Et Jésus nous a ordonné de prêcher au peuple et d’attester que c’est lui qui a été établi par Dieu juge des vivants et des morts. Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés » (Actes 10: 38-43).

Ces paroles ont été reçues par tous ceux qui les écoutaient. Ils se sont aussitôt convertis au Seigneur Jésus. Que s’est-il passé ensuite?

« Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole. Tous les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu sur les païens. Car ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu. (10-47) Alors Pierre dit: Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous? Et il ordonna qu’ils fussent baptisés au nom du Seigneur » (Actes 10: 44-48).

Par la suite, quand Pierre a témoigné de ce qui était arrivé, il a dit à l’Eglise de Jérusalem:

« Lorsque je me fus mis à parler, le Saint-Esprit descendit sur eux, comme sur nous au commencement » (Actes 11: 15).

Bien-aimés, il faut toujours qu’il en soit pour nous aujourd’hui comme pour eux au commencement!

Les disciples d’Ephèse:

« Pendant qu’Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir parcouru les hautes provinces de l’Asie, arriva à Ephèse. Ayant rencontré quelques disciples, il leur dit: Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru? Ils lui répondirent: Nous n’avons pas même entendu dire qu’il y ait un Saint-Esprit. Il dit: De quel baptême avez-vous donc été baptisés? Et ils répondirent: Du baptême de Jean. Alors Paul dit: Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c’est-à-dire, en Jésus. Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus. Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient. Ils étaient en tout environ douze hommes » (Actes 19: 1-7).

Notez bien l’empressement de Paul à savoir s’ils avaient bien été baptisés de l’Esprit après leur conversion!

Cela signifie, encore une fois, que le baptême de l’Esprit n’est pas reçu automatiquement à la nouvelle naissance, comme certains l’enseignent à tort. Il peut être reçu à la conversion, mais, s’il ne l’est pas, nous devons immédiatement savoir ce que nous devons faire pour le recevoir!

En résumé:

– Tous les disciples de Jésus-Christ, qui sont passés par la nouvelle naissance, doivent être baptisés du Saint-Esprit immédiatement après leur conversion et, en général, mais pas toujours, après leur baptême d’eau.

– Ce baptême de l’Esprit doit s’effectuer comme pour les premiers disciples au commencement, c’est-à-dire qu’il doit être accompagné du signe surnaturel du parler en de nouvelles langues et, éventuellement, de la prophétie.

Si le signe des langues n’est pas manifesté, cela signifie soit que le baptême de l’Esprit n’a pas été reçu, soit qu’il a été reçu, mais que la personne qui l’a reçu est bloquée dans sa foi et dans sa liberté spirituelle, et que ce blocage (dû en général à un mauvais enseignement, à des craintes ou des doutes) l’empêche de parler en d’autres langues.

A quoi servent le baptême de l’Esprit et le parler en langues?

– La première raison pour laquelle nous devons être baptisés de l’Esprit, c’est que le Seigneur Jésus nous a ordonné de l’être! Le Seigneur sait donc que nous en avons besoin.

– La seconde raison du baptême de l’Esprit, c’est que nous en avons besoin pour être un bon témoin de Jésus-Christ.

– Le baptême de l’Esprit nous donne accès aux dons du Saint-Esprit, décrits dans 1 Corinthiens 12:

« Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité commune. En effet, à l’un est donnée par l’Esprit une parole de sagesse; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit; à un autre, la foi, par le même Esprit; à un autre, le don des guérisons, par le même Esprit; à un autre, le don d’opérer des miracles; à un autre, la prophétie; à un autre, le discernement des esprits; à un autre, la diversité des langues; à un autre, l’interprétation des langues. Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut » (1 Cor. 12: 7-11).

– Le baptême de l’Esprit permet au Saint-Esprit de nous conduire plus facilement dans la sanctification, dans la crucifixion de la chair, et dans la production du fruit de l’Esprit. La raison en est que le Saint-Esprit nous est donné pour nous conduire dans toute la Vérité, et que c’est cette Vérité qui nous affranchit et nous sanctifie:

« Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera » (Jean 16: 13-14).

« Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jean 8: 31-32).

« Sanctifie-les par ta vérité: ta parole est la vérité » (Jean 17: 17).

En ce qui concerne le parler en langues, Paul nous donne un aperçu de l’utilité du parler en langues:

« Recherchez la charité. Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie. En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères. Celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console. Celui qui parle en langue s’édifie lui-même; celui qui prophétise édifie l’Eglise. Je désire que vous parliez tous en langues, mais encore plus que vous prophétisiez. Celui qui prophétise est plus grand que celui qui parle en langues, à moins que ce dernier n’interprète, pour que l’Eglise en reçoive de l’édification » (1 Cor. 14: 1-5).

Ainsi, parler en langues nous permet:

– De parler à Dieu et de Le prier dans une langue directement inspirée par le Saint-Esprit. Nous sommes ainsi certains que notre prière sera entendue, parce qu’elle est inspirée par Dieu Lui-même!

– De nous édifier nous-mêmes spirituellement. Le parler en langues est sans doute le plus puissant moyen d’édification spirituelle que Dieu puisse mettre à notre disposition. Ce qui ne doit pas nous empêcher d’employer aussi tous les autres moyens d’édification qui existent, comme l’étude et la méditation de la Parole de Dieu, la communion fraternelle, le partage du pain et de la coupe, et les autres formes de prières individuelles et collectives.

– D’édifier l’Eglise par un message surnaturel donné dans une langue inconnue, mais qui doit être interprété pour que l’Eglise puisse en bénéficier.

– Nous pouvons aussi rendre grâces à Dieu en langues et chanter en langues (1 Cor 14:15-16).

– En outre, les langues sont un signe pour les non-croyants (1 Cor 14: 22). Cela signifie que des non-croyants peuvent être touchés par un message divin, qui leur sera adressé par quelqu’un qui ne connaît pas leur langue. Ou que tout non-croyant, confronté au parler en langues, est appelé à s’interroger devant ce phénomène étrange, et à comprendre que c’est Dieu qui est à l’oeuvre au travers de cette manifestation surnaturelle.

Nous pouvons comprendre pourquoi le Seigneur nous a ordonné d’être tous baptisés de Son Saint-Esprit! Comment pourrait-Il donc refuser ce don à certains?

Dieu ne fait pas acception de personnes! Il veut remplir et baptiser de Son Esprit tous ceux qui Lui appartiennent!

Comment recevoir le baptême de l’Esprit?

Le baptême du Saint-Esprit peut être reçu avant ou après le baptême d’eau, mais il ne peut être reçu que par ceux qui sont passés par la repentance et la foi en Jésus-Christ.

Il faut tout d’abord être certain que Dieu veut baptiser de Son Esprit tous ceux qui le Lui demandent! Pourquoi pouvons-nous en être certains? Tout simplement parce que le Seigneur Jésus a ordonné à Ses disciples de recevoir ce baptême.

Ainsi, lorsque nous demandons au Seigneur de nous baptiser, ou de nous remplir de Son Esprit, Il nous accorde immédiatement ce que nous avons demandé, que nous ressentions quelque chose ou pas.

L’important, c’est de ne pas attendre de manifestations sensibles, pour croire que nous avons été exaucés. Mais nous comptons uniquement sur la Parole et la promesse du Seigneur!

Si nous savons que nous prions selon Sa volonté, nous savons que nous possédons ce que nous avons demandé, au moment même où nous prions!

« Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée » (1 Jean 5: 14-15).

« C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir » (Marc 11: 24).

Pour être baptisé du Saint-Esprit, il vous suffit donc:

– De demander à Dieu de vous remplir de Son Esprit.

– De croire que Dieu vous a rempli de Son Esprit, dès que vous le Lui avez demandé!

N’attendez pas de vous entendre parler en langues, pour croire que vous avez été baptisé de l’Esprit! Mais croyez d’abord que vous avez été baptisé, parce que vous l’avez demandé, et vous en constaterez bientôt tous les effets!

Ensuite, vous allez montrer à Dieu que vous avez cru en Sa Parole. Car la foi, sans l’action qui correspond à la foi, reste une foi morte. Mettez donc aussitôt votre foi en action!

Puisque vous savez, d’après la Parole de Dieu, que le parler en langues accompagnait le baptême de l’Esprit, au commencement de l’Eglise, il doit en être de même pour vous, comme au commencement!

Ne doutez donc pas que vous parlerez en langues sous l’inspiration de l’Esprit! Si cela ne se fait pas immédiatement, restez dans la foi, et continuez à mettre votre foi en action!

Ne doutez pas, et ne croyez pas que les mots et les sons nouveaux que vous prononcerez par la foi sont « fabriqués » par vous. Vous devez croire que tout ce que vous direz sera inspiré par le Saint-Esprit, puisque vous avez cru que vous avez été baptisé de l’Esprit.

Si vous craignez ou si vous doutez, vous n’êtes pas pleinement dans la foi, et vous ne parviendrez pas à parler en langues dans une pleine liberté. Le Saint-Esprit sera bloqué par votre incrédulité.

Mais si vous croyez que ce que vous dites est inspiré par l’Esprit, vous êtes dans la foi, et vous laisserez couler librement l’inspiration que l’Esprit vous donnera.

Ouvrez donc la bouche par la foi, et exprimez à haute voix tout ce qui vous vient à l’esprit, tout ce que le Saint-Esprit vous donnera de vous exprimer. Croyez que les sons nouveaux, que vous exprimez par la foi, vous sont inspirés par le Saint-Esprit!

Toute expérience qui n’était pas conforme à celle qu’ils avaient vécue au commencement, au jour de la Pentecôte, n’était pas acceptée par les apôtres comme authentique.

Tous ceux qui parlent en langues savent qu’ils peuvent commencer à le faire quand ils le veulent, et arrêter quand ils le veulent. Nous ne pouvons contrôler que l’ouverture et la fermeture de notre bouche, et le volume des sons que nous émettons! Mais c’est le Saint-Esprit qui contrôle la langue que nous exprimons.

Il s’agit toujours d’une langue existante, chez les hommes ou chez les anges! Paul a dit:

« Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit » (1 Cor 13: 1).

Plus loin, dans le même chapitre, il ajoute:

« La charité ne périt jamais. Les prophéties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie, mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra » (1 Cor 13: 8-10).

Il y a donc un temps où nous n’aurons plus besoin des langues! Paul dit que ce sera quand « ce qui est parfait sera venu. » Ce qui est parfait ne viendra que lorsque l’Epouse parfaite sera enlevée à la rencontre du Seigneur dans les airs.

Tant que nous n’aurons pas atteint la perfection totale, à la fois dans notre esprit, notre âme et notre corps, nous aurons besoin du baptême de l’Esprit et du parler en langues!

Nous verrons dans le prochaine étude la dernière condition pour être enlevés: marcher dans la sanctification.

« Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur » (Hébreux 12: 14).

14 commentaires pour B248-Les conditions à remplir pour être enlevés (4).

  1. Ghislaine Guenette dit :

    Merci frère Henri, que Dieu vous bénisse abondamment. Je suis toujours émerveillée, même si je les ai déjà écoutés et lus, c’est comme si la Parole devient toujours plus claire, c’est comme un diamant à plusieurs facettes. Quel beau trésor, merci et gloire à Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit! Amen! Ghislaine.

  2. Yosef dit :

    Je suis béni une fois de plus. Amen.

  3. Amy dit :

    Bonjour Cher frère Henri, parmi les chrétiens nés de nouveau qui sont sûrs et certains que l’enlèvement vient après la Tribulation, pensez-vous que ces personnes seront enlevées? C’est tellement triste de voir des chrétiens avec ce raisonnement. Ils croient aux massacres des chrétiens pendant le règne de l’Antéchrist, la persécution de ceux-ci etc… Le Seigneur enlèvera-t-il ceux qui raisonnent ainsi et qui le prêchent? Bonjour à votre épouse et à tous les frères et soeurs en Christ. Paix et joie pour tous les enfants de notre Seigneur Jésus-Christ, amen!

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Amy, bien entendu, ils peuvent être enlevés, s’ils sont prêts à partir! Mais s’ils sont absolument certains de devoir traverser la Tribulation, ils risquent qu’il leur soit fait selon leur foi!

  4. martinelli jean francois dit :

    Mr Murat, vous dites qu’un chrétien né de nouveau, qui n’a pas recu le Saint-Esprit, ne sera pas enlevé et traversera les tribulations, mais personne ne sait quand les tribulations arriveront exactement. On peut très bien mourir comme né de nouveau, sans avoir reçu le Saint-Esprit, bien avant les tribulations, alors qu’arrive-t-il à ce moment-là? Où se retrouve-t-on? LE CHRIST l’a dit, on ne meurt qu’une fois. Un chrétien né de nouveau, sans avoir reçu le Saint-Esprit, décédé bien avant les tribulations, ne pourrait donc pas « revivre » sous les (futures) tribulations, alors où sera-t-il? Où ira son âme? Me concernant, je suis un homme de 58 ans, né de nouveau, et je sais modestement que j’ai reçu le Saint-Esprit, qui Se manifeste souvent en moi. Je ne suis pas encore baptisé d’eau par immersion. Si je décède bien avant les tribulations, où me retrouverai-je? On ne meurt qu’une fois, alors où serai-je? CORDIALEMENT.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère Jean-François, Tout chrétien né de nouveau, mais non baptisé d’eau et d’esprit, ne fera pas partie de l’Epouse et ne sera pas enlevé. Mais il ne perdra pas son salut, sauf s’il accepte la marque de la Bête, pendant la Tribulation. S’il meurt dans cet état de sauvé, soit avant, soit pendant la Tribulation, son esprit ira au paradis, et ressuscitera à la fin du millenium, au Jugement Dernier, devant le Grand Trône Blanc (Apoc 20: 11-15). Il fera partie des sauvés de la nouvelle terre (Apoc 21: 1, 24). Tandis que tous ceux qui font partie de l’Epouse seront enlevés avant la Tribulation, et demeureront dans la Nouvelle Jérusalem. Ce sera même l’enlèvement de l’Epouse qui marquera le début de la Tribulation. Il est tellement simple d’être baptisé d’eau et d’esprit que ce serait dommage de prendre tant de risques spirituels, en n’obéissant pas aux ordres du Seigneur! L’époque de la Tribulation sera absolument épouvantable! Ce sera le temps de la colère de Dieu et des jugements divins sur une terre impie. Or l’Epouse n’est pas destinée à la colère de Dieu (1 Thes 5: 9). Et Jésus a bien affirmé à l’Eglise de Philadelphie, qui représente l’Eglise fidèle, l’Epouse de Christ, qu’Il la gardera DE la Tribulation: « Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi DE (traduction littérale du grec) l’heure de la tentation (épreuve) qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre » (Apoc. 3: 10). Si le Seigneur préserve Son Epouse de la Tribulation, c’est qu’elle a gardé Sa Parole avec persévérance, c’est-à-dire qu’elle a appris à obéir à tout ce que le Seigneur lui avait ordonné! Alors, mon frère, ne tarde pas à te faire baptiser par immersion!

      • eric etoile dit :

        Mr Murat, merci de votre réponse. Je ne cherche pas à éviter d’être baptisé d’eau, bien au contraire, le Saint-Esprit m’a fait quitter ces églises évangéliques où l’on doit suivre une formation de 6 mois, voire d’1 an ou plus, pour etre baptisé d’eau par immersion. Ces formations sont-elles bibliques? N’etait-on pas baptisé très vite au temps de Jésus? Je cherche donc désespérément un chrétien né de nouveau sur Marseille /region pour me baptiser d’eau par immersion; je précise que j’ai été baptisé bébé par aspersion dans une église catholique, mais un bébé ne choisit pas, et pour moi, cela n’a pas de valeur.

      • Henri Viaud-Murat dit :

        Cher frère Eric, Ne rejette pas par principe toutes les églises, je suis certain que tu peux en trouver une sur Marseille qui acceptera de te baptiser rapidement, surtout si tu insistes avec persévérance! Prie le Seigneur qu’Il te guide et Il le fera. Fais encore peut-être le tour de quelques églises de ton environnement, en te laissant conduire par le Saint-Esprit, et tu trouveras!

  5. Nadine DHERBEY dit :

    Je ne peux que dire amen et amen à ce qui vient d’être enseigné, Henri, car c’est la PURE VÉRITÉ de la PAROLE de DIEU.

  6. Emmanuelle JACQUET dit :

    Bonsoir, D’abord merci pour vos enseignements qui sont clairs et précis et d’une grande bénédiction pour nous tous qui les lisons. Ma question porte sur le passage de Marc 16: 16-17, car ces versets sont souvent cités comme vous l’avez fait ci-dessus. Lors d’une étude biblique dans notre groupe de prière concernant les dons du Saint-Esprit et la guérison, j’ai cité ce passage comme une référence pour affirmer que ces dons devraient être une réalité dans nos vies actuellement… Il m’a été répondu que les versets 9 à 20 de Marc 16 ne font pas partie des plus anciens manuscrits des evangiles et sont donc sujets à des doutes quant à leur origine ?! Quand pensez vous ? Merci d’avance pour votre réponse.

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère Soeur Emmanuelle, Ces versets sont parfaitement inspirés, même s’ils ne figurent pas dans tous les manuscrits (ils figurent dans les meilleurs!). On peut en être certain, parce que les promesses qu’ils contiennent sont manifestées et confirmées dans d’autres passages du Nouveau Testament. Par exemple, la promesse de parler en d’autres langues est confirmée dès le jour de la Pentecôte, la promesse de chasser les démons au nom de Jésus dans de nombreux autres passages, celle de ne pas craindre les serpents également, par exemple quand Paul a été piqué par une vipère à Malte, il n’en a subi aucun dommage. Il en est de même de la promesse d’imposer les mains aux malades au nom du Seigneur. Je dois donc dire que ceux qui doutent de l’inspiration de ces versets ne font donc que prouver leur incrédulité!

  7. Vincent De Paul Taty dit :

    J’ai été grandement béni par ce message. Une phrase à marqué mon subconscient: « Nul n’est censé ignorer Sa volonté. » Dans le commun des mortels on dit: « Nul n’est censé ignorer la loi. » Effectivement, pour être enlevé avec l’Epouse, nous devons connaître la volonté du Maître et obéir à cette volonté. Mais il y a des critères que vous nous demandez de respecter pour être avec l’Epoux au jour de Sa venue inopinée. Il faut être pur et sans tâche, il faut être baptisé par le Saint-Esprit, et autres. Toutes ces choses doivent nous habiter pour prétendre être avec l’Epoux au jour de l’enlèvement. Mais qu’est-ce qui prouve qu’un chrétien est rempli du Saint-Esprit? Le parler en langues suffit-il? L’adversaire ne peut-il pas vous faire parler sa « langue, » c’est-à-dire ce qui ne vient pas de Dieu par Jésus-Christ?

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère, Etre baptisé d’eau et d’Esprit représente le début de notre longue marche chrétienne, qui est plutôt une course vers le but de la perfection, comme le dit Paul. Mais n’oublions pas que tout se fait dans la foi, car c’est Dieu qui doit nous diriger et nous conduire. Parler en langues ne suffit pas, loin de là! C’est nécessaire, mais pas suffisant! Mais nous ne devons surtout pas craindre que l’ennemi nous donne « sa langue »! Car Jésus a promis que, si nous Lui demandons du pain, Il ne nous donnera pas une pierre, ni un serpent, si nous Lui demandons un poisson! Si nous Lui demandons de nous remplir de Son Esprit, ce n’est pas un mauvais esprit qui nous remplira! Et notre parler en langues sera bien inspiré par le Saint-Esprit!

  8. Didier dit :

    Bonjour frère Henri, Merci pour ce dossier complet. Amitié, Didier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s