B305-Ne laissons pas à Satan l’avantage sur nous!

Article de Henri Viaud-Murat.

Paul exhorte les chrétiens de Corinthe à « ne pas laisser à Satan l’avantage sur nous, car nous n’ignorons pas ses desseins » (2 Corinthiens 2: 11). Il est donc clair que si nous ignorons les desseins de Satan, nous lui laisserons l’avantage sur nous! Nous devons donc connaître absolument la manière dont il travaille, afin que nous puissions nous-mêmes prendre l’avantage sur lui!

La Bible nous révèle que Satan était à l’origine Lucifer, un chérubin protecteur doté d’une grande beauté et d’une grande puissance, et qui s’est un jour révolté contre Dieu, en laissant entrer dans son coeur l’orgueil et la jalousie.

Quand l’iniquité fut trouvée dans son coeur, Dieu le précipita hors de Son Ciel, et il devint Satan, l’adversaire, celui qui s’oppose.

Satan fut furieux de voir que Dieu avait donné la domination du monde à Adam et Eve. Dans le jardin d’Eden, il parvint à les faire désobéir au commandement de Dieu, et ils mangèrent le fruit défendu.

Dès lors, l’humanité déchue devint esclave de Satan, qui devint le « dieu de ce monde. »

L’humanité entière est donc aujourd’hui sous la domination tyrannique et féroce de Satan. Le seul moyen de lui échapper est de nous repentir de nos péchés et de recevoir Jésus-Christ, le Fils de Dieu, comme Sauveur et Seigneur de notre vie.

En effet, c’est Jésus qui a vaincu Satan à la croix, et qui l’a dépouillé de toute sa puissance.

« Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amouren qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés » (Colossiens 1: 1214).

« Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il (Jésus) vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses; il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix » (Colossiens 2: 13-15).

L’acte dont les ordonnances nous condamnaient est la Loi de Moïse. Nous étions condamnés à cause de nos péchés. Mais, sur la croix, le Seigneur Jésus a pris sur Lui, dans Son corps, tous nos péchés, notre nature même de péché, toute la condamnation que nous devions subir, ainsi que toute la malédiction résultant du péché. L’acte qui nous condamnait a donc été effacé et détruit.

Tous ceux qui croient en Jésus-Christ ont été délivrés de la puissance des ténèbres, et transportés dans le Royaume de Dieu.

Hélas, le monde dans son ensemble ignore ces réalités. Et, même chez les chrétiens, la connaissance de la Vérité est loin d’être très répandue, en raison de tous les mensonges et toutes les fausses doctrines que Satan, depuis des siècles, a réussi à leur faire accepter, afin de pouvoir continuer à les dominer et à les oppresser.

Satan sait que seule la Vérité de Dieu peut nous affranchir de tous ces mensonges. Il va donc tout faire pour que cette Vérité nous soit cachée, ou qu’elle soit suffisamment déformée pour qu’elle ne soit plus dangereuse pour lui!

C’est pour cela que Satan veut faire douter le monde de son existence même! Il est clair que si nous doutons de l’existence de notre pire ennemi, nous lui laisserons le champ libre! Nous serons incapables de le reconnaître quand il viendra nous attaquer, et nous serons donc également incapables de lui résister et de le vaincre.

Dans nos pays occidentaux dits développés, le malin a réussi à faire croire à beaucoup que Dieu n’existe pas, que Satan et le monde des esprits sont des chimères moyenâgeuses, et que ce n’est pas le propre d’esprits éclairés et raisonnables que de croire à ces fadaises!

En revanche, dans les pays où les gens croient en l’existence d’un monde spirituel, Satan a réussi à leur faire croire aussi qu’ils peuvent, moyennant certains sacrifices ou offrandes, réussir à se protéger des mauvais esprits, alors qu’il ne fait que les lier davantage dans l’occultisme et la sorcellerie.

Satan est un maître en matière de tromperie! Il a parfaitement réussi à séduire et à tromper tous ceux qui le servent. Si ceux-ci savaient quel sera réellement leur sort final, s’ils ne se repentent pas, jamais ils ne se seraient engagés à le servir!

« Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ. Et cela n’est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumièreIl n’est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs oeuvres » (2 Corinthiens 11: 13-15).

Depuis la chute, le monde qui nous entoure, coupé de Dieu et soumis à la domination de Satan, s’est efforcé de construire, essentiellement grâce à la Science, une civilisation qui puisse, autant que possible, le protéger de tous les dangers et l’aider à vivre le mieux possible.

Nous devons bien comprendre que toute la Science des hommes, dans tous les domaines, est fondée uniquement sur l’utilisation de nos cinq sens, qui nous permettent d’observer le monde qui nous entoure, de découvrir les lois qui le gouvernent, et d’utiliser ces lois pour bâtir une société qui puisse répondre le mieux possible aux besoins et aux aspirations de l’humanité.

Prenons le cas de la Science Médicale occidentale. Elle s’est développée, au cours des siècles, par l’observation minutieuse des maladies et par l’expérimentation constante des moyens possibles de les soigner.

La Médecine s’efforce d’aller le plus loin possible dans la compréhension des causes des maladies et des infirmités. Mais elle reste limitée par le fait qu’elle continue à n’avoir accès qu’aux causes observables par nos sens.

Par définition, nos sens n’ont accès qu’au monde matériel qui nous entoure. Même si nous avons inventé toutes sortes de machines et d’instruments qui nous permettent d’étendre considérablement le champ d’exercice de nos sens, jamais ceux-ci ne nous donneront accès au monde spirituel.

Cela signifie que la Médecine n’aura jamais accès à la cause spirituelle des maladies et des infirmités. Car cette cause s’appelle le péché. Pour la Médecine, la notion de péché est complètement exclue de son domaine d’intérêt, parce que le péché ne peut pas être observé par nos sens.

En opposition complète avec la Science des Hommes, la connaissance des réalités divines ne peut jamais être obtenue en utilisant nos sens physiques. Cette connaissance ne peut être obtenue que par une révélation spirituelle. Cette révélation spirituelle ne nous est donnée que de deux manières: soit par une révélation accordée directement par le Saint-Esprit, ou par un envoyé du monde spirituel de Dieu, soit par notre étude personnelle de la Bible, qui est la Parole de Dieu.

Toutefois, avant de savoir que la Bible est la Parole de Dieu, nous devons être passés par une nouvelle naissance spirituelle, en nous repentant de nos péchés, et en ayant reçu Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur.

Un chrétien né de nouveau devrait savoir que la Bible n’est pas un livre comme les autres! Sur notre terre, la Bible est la seule Vérité! Il n’y a sur cette terre aucune autre Vérité, en dehors de la Bible! Dans ce monde, la Bible est la seule fenêtre ouverte sur le monde de Dieu!

Tout autre livre peut nous ouvrir une fenêtre sur telle ou telle vérité partielle. Mais seule la Bible nous ouvre une fenêtre sur la Vérité de Dieu, sur Dieu Lui-même et sur le Royaume de Dieu.

Toutefois, un chrétien né de nouveau, qui sait que la Bible est la Parole de Dieu, va rapidement se trouver confronté à une contradiction fondamentale, entre ce que la Bible lui révèle, et ce que ses sens lui disent.

Pour prendre un exemple concret, celui de la maladie ou de l’infirmité, la contradiction est la suivante: nos sens, et la Médecine, nous disent que nous sommes malades. Les diagnostics, les analyses médicales, les symptômes, les douleurs, etc…, nous le prouvent. Mais la Bible dit autre chose. Elle nous affirme que Jésus, sur la croix, S’est chargé de nos maladies, et que nous avons déjà été guéris, il y a près de 2.000 ans, par Ses meurtrissures.

« Cependant (certainement), ce sont nos souffrances (nos maladies) qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris » (Esaïe 53: 4-5).

« Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies » (Matthieu 8: 16-17).

« Lui (Jésus) qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris » (1 Pierre 2: 24).

Qu’allons-nous donc croire: ce que nous disent la Médecine et nos sens, ou ce que Dieu nous dit dans Sa Parole?

Satan sait très bien que la plupart des chrétiens croient bien plus facilement ce que leurs sens leur disent, ou ce que les grands « spécialistes » de ce monde leur disent, plutôt que ce que Dieu leur dit dans Sa Parole! Pour la bonne raison qu’ils ont été littéralement conditionnés à ne croire qu’à ce qu’ils voient ou à ce qu’ils ressentent, et qu’il leur est très difficile de croire à ce qu’ils ne voient pas, même si cela leur a été annoncé par la Parole de Dieu! Or Dieu veut nous guérir par la seule foi en Sa Parole.

Toutefois, pour croire à ce que nous dit la Parole de Dieu, nous devons apprendre à ne plus croire à ce que nous disent nos sens, quand ce que nous disent nos sens est en contradiction avec ce que la Bible nous dit!

Réfléchissez bien à ce que vous venez de lire! Relisez-le!

Vous connaissez la définition que la Bible donne de la foi:

« Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas » (Hébreux 11: 1).

En d’autre termes, la foi (sous-entendu en Dieu et en Sa Parole), c’est une totale certitude que nous possédons maintenant les choses que Dieu nous a annoncées, et que nous ne voyons pas encore de nos yeux.

Nous comprenons, dès lors, que la foi véritable ne se préoccupe pas des choses que nous voyons de nos yeux, quand ces choses sont en contradiction avec ce que Dieu nous a dit! Parce que nous restons attachés à la Parole que Dieu nous a donnée, et que nous ne nous laissons plus impressionner par ce que nos sens continuent à nous dire!

Parmi toutes les Paroles que Dieu nous a données dans la Bible, il y en a de deux sortes: des Paroles qui concernent des promesses futures, qui ne se sont pas encore réalisées, et des Paroles qui concernent des faits déjà accomplis dans le passé, et qui sont à notre disposition dès maintenant, si nous croyons ce que Dieu nous a dit.

Il est très important de faire cette distinction! Les promesses futures de Dieu se réaliseront certainement, mais nous pouvons mourir sans en voir la réalisation, parce que le temps de cette réalisation n’est pas encore venu de notre vivant.

Tandis qu’un fait déjà accompli dans le passé est à notre disposition dès à présent, si nous connaissons ce qui nous appartient, et si nous savons le saisir par la foi.

Voici un exemple de promesse future non encore réalisée: la promesse d’être enlevés un jour à la rencontre du Seigneur. Nous sommes appelés à croire que le Seigneur Jésus, comme Il l’a promis, viendra un jour enlever ceux qui Lui appartiennent. Mais nous ne pouvons pas être certains que nous serons encore vivants, lorsque cette promesse s’accomplira. Nous pouvons juste l’espérer, mais nous ne pouvons pas en avoir une pleine certitude.

Que nous soyons morts en Christ ou vivants, nous serons enlevés! Mais nous n’avons pas la certitude de faire partie de ceux qui seront transformés en un clin d’oeil et enlevés vivants! Nous devons juste garder la foi que nous ferons partie de ceux qui seront enlevés.

En revanche, le pardon de nos péchés, ainsi que la guérison de nos maladies et de nos infirmités, constituent deux exemples de faits accomplis dans le passé, et qui sont à notre disposition dès maintenant, si nous le savons et si nous le croyons.

Autant nous devons nous attendre à la manifestation future d’une promesse non encore accomplie, autant nous n’avons pas à attendre indéfiniment la manifestation d’un fait déjà accompli dans le passé, et qui est à notre disposition maintenant! Mais nous devons savoir que nous pouvons en profiter dès à présent, car c’est une chose qui nous appartient de plein droit, parce qu’elle est comprise dans l’oeuvre de Christ.

Que diriez-vous, si vous entendiez un pasteur dire à quelqu’un qui cherche à être pardonné de ses péchés: « Tu vas confesser tes péchés au Seigneur, puis tu vas Lui demander qu’Il te pardonne, au nom de Jésus. Ensuite, quand ce sera le moment qu’Il aura fixé pour te pardonner, Il te le fera savoir! »

Vous seriez sans doute révolté d’entendre ce discours! Pourquoi? Parce que vous savez que le pardon de nos péchés est un fait acquis, depuis que le Seigneur Jésus est mort sur la croix pour les expier! Vous savez donc aussi qu’il nous suffit de confesser nos péchés, au nom de Jésus, pour être aussitôt pardonnés, dès à présent!

Il en est exactement de même pour la guérison de nos maladies! Car le pardon de nos péchés ET la guérison de nos maladies nous ont été acquis exactement au même moment, lorsque le Seigneur Jésus S’est chargé sur la croix de nos péchés ET de nos maladies, pour que nous en soyons libérés!

Pourquoi nous est-il plus difficile de croire que nous sommes guéris, que de croire que nous sommes pardonnés? Parce que le fait de croire que nous sommes pardonnés de nos péchés, normalement, n’implique pas l’usage de nos sens. Tandis que nous avons tendance à croire que nous sommes guéris de nos maladies, seulement lorsque nos sens nous confirment que nous sommes bien guéris, parce que nous ne sentons plus aucun symptôme.

Du temps du ministère terrestre du Seigneur Jésus, nous voyons que, dans la plupart des cas, tous les malades étaient guéris instantanément. Sauf à Nazareth, à cause de leur incrédulité.

On doit en conclure que tous ceux qui ont été guéris instantanément l’ont été par leur propre foi, parce qu’ils étaient absolument certains, sans l’ombre d’un doute, que le Seigneur allait les guérir. Pour quelle raison? Parce qu’ils Le voyaient toujours guérir instantanément tous les malades!

Ils connaissaient Sa réputation, ils entendaient sans cesse dire qu’Il guérissait tous les malades, ils venaient assister à Ses prédications, et ils voyaient eux-mêmes les guérisons s’accomplir sous leurs yeux! Ils étaient donc certains qu’il en serait de même pour eux.

Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. La plupart des chrétiens malades ne voient plus de miracles, parce qu’on leur enseigne que le temps des miracles est passé, que Dieu est Souverain, qu’Il fait ce qu’Il veut, et que s’Il ne veut pas les guérir, ils ne seront pas guéris! Comment pourraient-ils avoir la certitude d’être guéris, dans ces conditions? C’est impossible!

La seule manière de voir à nouveau des miracles instantanés consiste à enseigner toute la Vérité de la Parole de Dieu avec persévérance, afin que le coeur des chrétiens soit de plus en plus purifié de tous les mensonges qui s’y sont accumulés! Car, même lorsque nous croyons à la Vérité, si notre coeur est encore encombré de craintes et de doutes, il nous sera très difficile de voir des guérisons et des miracles instantanés, sauf s’il s’agit de la manifestation souveraine d’un don spirituel de Dieu, ce qui est rare.

Satan le sait très bien! Il est donc possible de résumer sa stratégie de la simple manière suivante: Il s’efforce d’attirer constamment nos regards sur les choses visibles ou sensibles, qu’il contrôle, et qu’il nous présente de la manière la plus impressionnante possible, pour nous empêcher de les fixer sur les choses invisibles de la Parole de Dieu, que ce soient des promesses futures ou des faits accomplis!

Rappelez-vous l’apôtre Pierre, qui a marché sur l’eau, tant qu’il a cru à la Parole de Jésus (« Viens! »), mais qui, à un moment donné, a détourné son regard du Seigneur, et s’est laissé impressionner par les vagues et la tempête! Il a commencé aussitôt à couler, et il cria à Jésus, qui le releva, mais qui lui reprocha son incrédulité: « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté? » (Matthieu 14: 22-31).

Comprenez-vous que l’on peut passer en un instant de la foi à l’incrédulité, et, inversement, de l’incrédulité à la foi, dès que nous nous repentons?

Un chrétien qui dépend surtout de ce que ses sens lui disent n’est autre qu’un chrétien charnel! Un chrétien spirituel a appris à ne tenir aucun compte de ce que ses sens lui disent, quand ils contredisent la Parole de Dieu!

Les hommes et les femmes de foi dont nous parle la Bible sont ceux qui ont reçu une Parole de Dieu, et qui ont continué à faire confiance au Seigneur, en dépit de tous les obstacles et de toutes les circonstances négatives qu’ils ont pu rencontrer!

Abraham dut attendre vingt-cinq ans la manifestation de la promesse que Dieu lui avait faite, celle d’avoir un fils de sa femme Sara. Mais nous n’avons pas à attendre vingt-cinq ans la guérison d’une maladie!

Plus notre foi sera pure, sans doutes ni craintes dans notre coeur, et plus la guérison sera instantanée! C’est peut-être dur à accepter, pour ceux qui attendent une guérison depuis longtemps! Mais c’est la vérité!

La foi en une guérison ne consiste pas à attendre que Dieu nous guérisse, ni à attendre longtemps la manifestation d’une guérison que nous croirions avoir « saisie par la foi. » Mais, quels que soient les symptômes, c’est croire que nous sommes guéris maintenant, simplement parce que Dieu le dit dans Sa Parole! Et c’est ensuite de nous comporter, dans nos paroles et dans nos actes, comme si nous étions déjà déjà guéris, parce qu’en fait nous le sommes! Dieu ne peut pas nous mentir, s’Il nous le dit!

Mettez-vous à la place du paralytique auquel Jésus a donné cet ordre: « Lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison! » (Marc 2: 11). Comment auriez-vous réagi à sa place? Il est probable qu’aujourd’hui la plupart des chrétiens auraient dit: « Mais, Seigneur, que me demandes-Tu là? Ne sais-tu pas que je suis paralysé? Je ne peux pas me lever! Guéris-moi d’abord! »

Le paralytique de la Bible n’a rien dit, il ne s’est pas posé de questions, mais il a obéi à l’ordre de Jésus! Il a fait un effort pour se lever, et, en le faisant, le miracle s’est produit!

Je me rappelle avoir vécu une expérience similaire dans un pays étranger. Ayant rencontré dans un espace public une dame en fauteuil rouant, j’ai commencé à l’évangéliser. Puis je lui ai demandé ce qu’elle avait, elle m’a répondu qu’elle avait un problème ou une maladie des pieds qui l’empêchait de marcher. Je lui ai proposé de prier pour elle. Elle me l’a permis. Je lui ai imposé les mains sur ses pieds, et j’ai ordonné à cette maladie de quitter ses pieds. Puis je me suis reculé, et lui ai demandé de se lever, au nom de Jésus. Elle m’a répondu aussitôt: « Mais je vous ai dit que je ne pouvais pas marcher! » Je lui ai proposé de recommencer à prier. Après lui avoir à nouveau imposé les mains sur ses pieds, cette fois, je l’ai saisie par la main droite, et je l’ai tirée fortement en avant, en lui disant: « Au nom de Jésus, levez-vous et marchez! » Elle n’a pas résisté, elle s’est levée et a marché, les bras en l’air, me disant, joyeuse: « Il y a longtemps que je n’ai pas marché comme ça! »

Cela m’a rappelé l’expérience de Pierre et Jean avec le boiteux de la Belle Porte du Temple (Actes 3: 7). Si je n’avais pas tiré cette femme de sa chaise roulante, elle y serait restée! Mais elle a eu la foi nécessaire pour ne pas résister quand je l’ai tirée! Car elle aurait pu retirer sa main, et me redire ce qu’elle m’avait dit au début!

Tout cela pour dire que, si nous n’avons pas encore une foi suffisante pour saisir une guérison qui pourtant nous appartient, et si nous n’avons personne pour nous aider ou prier pour nous avec foi, nous devons sans cesse méditer nous-mêmes la Parole de Dieu, jusqu’à ce qu’elle s’incruste dans notre coeur, et que nous puissions alors mettre notre foi en action.

Au début du XXe siècle, aux Etats-Unis, Lilian Leomans était une femme médecin, également chirurgienne, qui avait commencé à se droguer pour se donner la force d’exercer un métier épuisant. Elle devint tellement dépendante de drogues de plus en plus fortes qu’elle se retrouva à l’article de la mort. Elle cria au Seigneur, qui la guérit surnaturellement.

Elle abandonna peu après la pratique médicale, pour aller donner partout son témoignage, et expliquer aux chrétiens de quelle manière ils pouvaient être guéris par la foi en la Parole de Dieu.

Elle fonda avec sa soeur une « clinique de la foi, » où elles recevaient un nombre limité de malades, le plus souvent incurables, afin d’avoir le temps de s’en occuper correctement.

Sa méthode pour les « soigner » était simple: elle passait plusieurs heures par jour à leur lire tous les passages de la Parole de Dieu qui parlent de la guérison, et leur confiait quelques versets qu’ils devaient méditer sans cesse, et même répéter à haute voix, comme, par exemple: « Jésus S’est chargé de cette maladie, et je suis guéri par Ses meurtrissures. »

La plupart de ces malades furent guéris surnaturellement, par ce moyen tout simple de la foi en la seule Parole de Dieu!

Elle citait l’exemple d’une dame gravement malade, incapable de se lever, au stade terminal de sa maladie, à qui elle lut pendant trois jours les principaux versets de la Bible qui parlent de l’oeuvre de Jésus et de la guérison des malades, essentiellement Esaïe 53, Matthieu 8: 1-17, 1 Pierre 2: 24, et les passages des évangiles décrivant Jésus qui guérit tous les malades.

Au bout de trois jours, elle vit cette dame sortir en courant de sa chambre en criant: « Jésus m’a guérie par Ses meurtrissures! » Et Lilian Yeomans lui répondit en riant: « Mais ça fait trois jours que je te le répète! »

J’aimerais vous citer un court témoignage traduit du livre de T.L. Osborn « Healing the Sick » (La guérison des malades):

« Une dame de l’Etat de New York, alitée depuis plusieurs mois en raison de la tuberculose, méditait les Ecritures, un certain après-midi. C’était une merveilleuse chrétienne, mais elle n’avais jamais entendu la vérité concernant la guérison divine.

Méditant la première épître de Pierre, au chapitre 2, elle parvint au verset 24, qu’elle commença à lire: « Lui qui a porté lui-même nos péchés dans son corps sur le bois… »

Elle se mit alors à pleurer de reconnaissance pour le salut que Jésus lui avait acquis. Elle se réjouit du fait qu’Il avait porté ses péchés sur la croix, et qu’elle avait pu expérimenter ce merveilleux salut qu’Il lui avait donné.

Elle savait que quand cette tuberculose aurait achevé son oeuvre, elle serait prête à mourir.

Tout en se réjouissant de la grâce du pardon qu’elle avait reçu, elle se décida à poursuivre sa lecture: « … et par les meurtrissures duquel vous avez été guéris! »

Elle relut le début de ce verset, réalisant que Jésus avait déjà porté ses péchés. C’était un fait accompli. Et c’est pour cela qu’elle était sauvée. Elle le savait. Son salut était réel pour elle, personne ne pouvait l’en faire douter!

Mais que devait-elle penser de ces mots: « … et par les meurtrissures duquel vous avez été guéris »? Cela pouvait-il être réellement vrai? Oui, se dit-elle, cela doit être vrai! C’est la Parole de Dieu!

Elle appela sa mère d’une voix affaiblie par les ravages de la tuberculose: « Maman! Savais-tu que Dieu a dit dans Sa Parole que j’étais guérie? »

Sa mère lui répondit: « Mais, ma chérie, qu’est-ce que tu veux dire? »

Sa fille lui dit alors, les yeux remplis de larmes: « Regarde ici! Ecoute-moi! « Par les meurtrissures duquel vous avez été guéris »! Maman, c’est déjà fait! Je suis guérie! Va chercher mes vêtements! Oh! Je suis guérie! C’est merveilleux! »

Sa mère fit tout ce qu’elle put pour calmer sa fille et pour l’obliger à rester au lit, et elle n’alla pas lui chercher ses vêtements.

Mais sa fille lui dit: « Est-ce que tu ne nous a pas enseigné que nous devions croire à chaque parole de la Bible? Est-ce que tu n’as pas élevé tes enfants en leur disant que nous devions croire à chaque parole de la Bible? » Et la maman fut incapable de contrôler la joie de sa fille.

L’ancienne tuberculeuse se leva toute seule, s’habilla, quitta sa chambre, en criant dans toute la maison, complètement guérie. Moins de trois semaines plus tard, elle avait repris son poids normal et était parfaitement restaurée. »

Frères et soeurs, il est très probable qu’aujourd’hui, dans notre pays, un chrétien « ordinaire » n’ait pas la réaction de foi de cette malade américaine. Car, chez nous, nous n’avons pas une telle considération pour la Bible, et il est très rare que nous soyons élevés dans un tel respect de la Parole de Dieu! C’est ce qui fait toute la différence!

Les desseins de Satan n’ont pas changé! Il veut toujours nous faire douter de la Parole de notre Dieu, exactement comme au commencement, dans le Jardin d’Eden!

Si nous ne voulons pas lui laisser l’avantage sur nous, nous n’avons qu’une seule chose à faire: être remplis d’une foi pure dans la Parole de notre Dieu, tout particulièrement dans l’oeuvre parfaite accomplie par le Seigneur sur la croix, et ne plus nous laisser impressionner parce que nos sens nous disent!

Tout ce que Jésus-Christ a acquis pour nous à la croix nous appartient dès maintenant! Nous pouvons en jouir dès à présent!

Nous devons être déterminés à mener le bon combat de la foi, et à résister à Satan, en lui citant la Parole de Dieu, jusqu’à ce qu’il s’enfuie loin de nous!

Ne nous laissons jamais décourager par aucun échec, par aucun délai! Soyons convaincus que Dieu est en nous, avec nous et pour nous dans ce combat, et qu’Il désire ardemment nous aider à renouveler notre intelligence et à purifier notre coeur de tout mensonge et de toute incrédulité!

Ne doutez jamais que le Seigneur Jésus, dans Son amour pour nous, veuille nous faire bénéficier de tout ce qu’Il a déjà acquis pour nous à un si grand prix: une pleine purification de toutes nos iniquités, une pleine délivrance de toute oeuvre mauvaise, une pleine guérison de toutes nos maladies et de toutes nos infirmités, et une pleine marche selon Son Esprit!

31 Responses to B305-Ne laissons pas à Satan l’avantage sur nous!

  1. frère Jean dit :

    1 Pierre 2: 24 (Lui qui a porté nos péchés dans son corps sur le bois et par les meurtrissures duquel nous avons été guéris). Le pardon des péchés et la guérison des maladies ont simultanément été acquis une fois pour toutes sur la croix. Cette vérité est une puissante revelation. Merci Seigneur. Frère Jean.

    J'aime

  2. Julie dit :

    Gloire à Toi, Seigneur Jésus, pour l’oeuvre accomplie à la croix; merci encore très cher frère Henri, que le Seigneur vous bénisse abondamment.

    J'aime

  3. Annick dit :

    Bonjour, « Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas » (Hébreux 11: 1). Version Chouraqui: « L’adhérence est la substance de ce qui est espéré, la preuve de ce qui n’est pas visible ». Oui, j’ai la ferme assurance que mon Père céleste m’aime, et son amour se démontre chaque jour dans ma vie, entre autres, ces bénédictions qui se renouvellent chaque matin. Son amour est une démonstration que je ne peux voir, mais c’est une preuve bien réelle, pourtant invisible, mais à l’oeuvre dans ma vie. Allelu Yah!!!

    J'aime

  4. Marcel dit :

    Bonjour frère Henri, que voulait dire Jésus concernant des plus grandes œuvres, dans Jean 14:12? En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père. » Et que dire de Actes 5: 14-15-16: « Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s’augmentait de plus en plus, en sorte qu’on apportait les malades dans les rues et qu’on les plaçait sur des lits et des couchettes, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre au moins couvrît quelqu’un d’eux. La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem, amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs et tous étaient guéris. » Et de Actes 19:11-12: « Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu’on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. »
    Faut-il avoir une onction particulière pour que cela se produise aujourd’hui, en étant un(e) simple disciple de Jésus-Christ, ou cela est-il réservé seulement à des Apôtres? Merci pour ta réponse cher frère. Sois béni!

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère, pas la peine d’avoir une onction particulière, ou d’être un apôtre, pour accomplir les oeuvres de Jésus, ou de plus grandes encore! Il suffit, comme Il le dit Lui-même, de croire en Lui! Je ne pense pas que ces plus grades oeuvres le seront individuellement, mais plutôt qu’elles le seront en nombre. A présent que le Saint-Esprit est répandu, on peut par exemple prier collectivement pour des centaines de milliers de personnes en même temps, et voir toutes sortes de miracles se produire, alors que le Seigneur devait S’adresser à chaque malade individuellement.

      J'aime

  5. jcerber dit :

    Amen, merci Seigneur pour ce Tu as accompli à la Croix, et que Tu as acquis pour nous il y a 2000 ans. Par Ses meurtrissures nous avons été guéris de toutes maladies. Ta parole est la vérité! Nous prenons tout ce que tu nous a acquis, et particulièrement la guérison de toutes les maladies physiques ou mentales! Nous n’acceptons plus les doutes, et brisons toutes les intimidations impressionnantes (passant par les cinq sens) venant de l’ennemi. Et nous prenons les armes données dans Ephésiens 6 pour lui résister, et il fuira loin de nous. Car il a été vaincu à là Croix! Dépouillé! Merci mon frère Henri, que nous aimons dans le Seigneur, pour ces nombreux et précieux témoignages.

    J'aime

  6. Boureima dit :

    Merci Frère Henri pour ce partage. Je suis à ce niveau c’est-à-dire je fais le bon combat pour ma délivrance. En effet je sens des choses qui viennent sur moi, qui touchent mes pieds, qui volent au tour ma tête de mes oreilles, vont bourdonner mes oreilles et me rendent malentendant. Beaucoup de Pasteurs ont prié pour moi. Mais rien. Aujourd’hui je me suis isolé en me fortifiant par vos messages. J’ai constaté mon véritable problème: Garder mon cœur et mes pensées en Christ. Ces derniers jours, j’ai décidé de prendre ma délivrance par la foi en confessant jour et nuit: par le sang versé à La Croix, je suis délivré de toute emprise démoniaque, de tout lins démoniaque, et maintenant je possède une audition parfaite en Christ. Au début ça allait bien, je sentais libéré, mais après une semaine de confession, je me retrouve à la case départ, c’est-à-dire que les choses viennent me couvrir encore plus fort, de sorte que j’ai des difficultés à prononcer mes confessions. Là je crie au Seigneur au secours, et je trouve un peu de force pour continuer. Oh, si mon cœur et mes pensées pouvaient rester gardés en Christ!

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Cher frère, tu dois mener ce combat à partir d’une position de victoire, en croyant que Jésus t’a déjà délivré de toute la puissance des ténèbres (Colossiens 1: 13). Ce n’est pas nécessaire de confesser jour et nuit un verset, mais c’et la foi en ce verset qui compte. Médite sur ta nouvelle identité et ta position en Christ. En Lui, tu es une nouvelle création entièrement libre, déjà bien au-dessus de Satan et de tous ses démons (Ephésiens 1: 21 et 2: 6). Ne te laisse pas impressionner parce que tu sens ou ressens, le malin joue là-dessus pour te troubler. Il ne faut pas que ça aille bien parce que tu te « sens » libéré! Que tu le sentes ou pas, tu es libre!

      Aimé par 3 personnes

      • Boureima dit :

        Amen! Mais en fait, Frère Henri, je m’appuie sur Romains 10: 8-10 pour confesser. J’ai compris qu’il ne faut pas se contenter de croire seulement dans le cœur mais qu’il faut aussi oser confesser ce qu’on croit pour parvenir à la manifestation concrète de ce l’on croit. Peut-être que mon interprétation n’est pas bonne. Merci d’avance pour votre correction ça va beaucoup m’aider à y arriver, au non de Jésus.

        J'aime

      • Henri Viaud-Murat dit :

        Tu as raison, mon frère, nous devons confesser de la bouche, mais nous devons confesser ce que nous croyons d’abord dans le coeur. C’est ce que dit Romains 10. Tu dois bien t’assurer que tu crois dans ton coeur ce que tu confesses. L’avantage de la confession de la Parole, c’est que, à force de l’entendre, on finit par le croire, même si on ne l’a pas cru dès le début!

        Aimé par 1 personne

  7. Tabitha dit :

    Le seul pouvoir que Satan pourrait avoir est celui qu’on veut bien lui laisser. Concernant la guérison, nous étions un jour avec mon mari dans un restaurant, et avons rencontré un monsieur avec lequel nous avions déjà témoigné de Jésus. Il se disait athée, croyait au magnétiseur, après avoir fait une expérience de mort imminente et ne voulait discuter que des gilets jaunes!!! Ce jour-là, il souffrait de sa jambe, depuis 17 jours et avait des difficultés à marcher tellement il souffrait. Mon mari lui a demandé s’il voulait que l’on prie pour lui, afin qu’il soit guéri. Il a accepté, sans trop y croire, et nous lui avons imposé les mains au Nom de Jésus, en ordonnant à cette douleur de partir, Il s’est levé pour voir si cela avait « marché, » car il avait ressenti une chaleur dans la jambe!! Nous lui avons demandé de marcher, ce qu’il fit. Nous lui avons demandé s’il souffrait encore. Nous avons vu alors son visage s’éclairer, il ne souffrait plus, la douleur avait disparu. Nous avons ensuite continué à témoigner de Jésus avec lui. Dieu est le même hier aujourd’hui et pour l’éternité. Merci,Seigneur de ce que Tu as déjà accompli pour nous à la croix, quelle joie et quelle liberté nous avons en Jésus-Christ notre Sauveur!

    Aimé par 2 personnes

  8. Nana Nswal dit :

    Cher pasteur, je vous écris depuis Lubumbashi, en RDC. Je vous ai trouvé par hasard sur YouTube il y a un an et, en vous écoutant, l’Esprit Saint m’a confirmé que vous étiez un serviteur de notre Seigneur Jésus-christ. Je suis une enfant de Dieu aussi et j’aime le Seigneur. Le jour où j’aurais l’occasion de venir en France, si Christ ne revient pas, je passerai vous voir. Merci pour toutes vos prédications.

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère soeur, merci pour l’intention, mais il n’est pas nécessaire de chercher à me voir, car nous aurons largement le temps de faire connaissance après l’enlèvement!

      Aimé par 1 personne

  9. Annick dit :

    Bonjour frère Henri, merci pour ce précieux et vital enseignement. Il est vrai aussi, que nous sommes participants de Sa nature divine, et Jésus n’était pas malade sur terre et encore moins au ciel. Donc, nous avons aussi hérité d’une puissance de vie impérissable, et cette Vie est « ici et maintenant ». J’ai entendu et reçu des enseignements sur la guérison qui ne sont pas à la lumière de Dieu en regard des vôtres, et cela a affecté ma foi, d’où une connaissance profonde et une mise en pratique nécessaire de la Parole. Je crois que les seules souffrances que nous devons supporter, ce sont celles qui en résultent de suivre Jésus coûte que coûte, quoiqu’il arrive. Par contre, dans Luc 5: 12-13: « Et c’est, quand il est dans une des villes, voici, un homme plein de gale, il voit Iéshoua’, tombe sur ses faces et l’implore en disant: «  Adôn, si tu veux, tu peux me purifier » 13: Il tend sa main, le touche et dit : « Je veux, sois pur ! » Vite, la gale s’en va loin de lui. »
    Question : Pourquoi cet homme lui dit: « Si tu veux »? Iéshoua lui répond: « Je veux … » Pour moi, l’homme ne se sentait pas digne d’être guéri? Et le « Je veux » de Iéshoua, résulte de ce qu’Il a tout accompli à la croix? Merci pour vos réponse, Dieu vous bénit.

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Chère soeur, Cet homme croyait que Jésus pouvait le guérir, mais il n’était pas certain qu’Il le veuille. Ce n’était pas forcément parce qu’il se sentait indigne. Et Jésus, en lui révélant Sa volonté, lui a permis d’avoir alors une foi parfaite. C’est le cas de beaucoup de chrétiens, ils savent que Dieu pourrait les guérir, mais ils n’en sont pas certains! C’est la compréhension de l’oeuvre de Christ qui nous donne cette certitude!

      J'aime

      • Annick dit :

        Merci. Oui, oui, tout est clair. Jésus fortifie sa foi. Depuis quelques temps, je pense que le Seigneur veut m’enseigner sur la guérison divine. Au travers de vos enseignements, le Seigneur me parle, et cela réjouit mon coeur. J’ai écouté hier, sur « Jésus, miracles de nos vies » un témoignage d’un ex-musulman, un jeune homme, magnifique, justement sur la guérison. Dieu bénit et Dieu vous bénit. Fraternellement en Christ.

        J'aime

  10. Gisele Mbwentoum dit :

    Amen, Amen, Amen. « Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira » de tous les mensonges de l’ennemi, au travers des *spécialistes* de ce monde visible. Il ne suffit pas juste de lire ces enseignements et de se dire « mon temps viendra ». S’il n’y a pas une réelle envie de rentrer en possession de ces merveilleuses bénédictions de Christ Jésus, nous risquons passer à côté, comme plusieurs avant nous. C’est toujours le moment, c’est-à-dire aujourd’hui pour Jésus, de nous guérir, restaurer nos foyers, nous libérer de toutes malédictions. L’incrédulité entraîne le doute, la peur, bloquant ainsi la grâce dans le spirituel. C’est seulement par la foi que nous pouvons tendre la main pour saisir cette grâce qui est là disponible en tout temps pour nous, et l’amener dans le visible.
    « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il l’a demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. Mais qu’il l’a demande avec foi, sans douter; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur: c’est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies. »
    Je peux témoigner que lorsque j’ai commencé à méditer ces vérités bibliques, à lire les enseignements vrais de notre frère Henri, j’ai pu manifester concrètement la puissance de résurrection de Christ sur la maladie, mon couple… Gloire à Jésus! Merci Père!

    J'aime

  11. Alain Lopez dit :

    Merci frère Henri pour ces vérités de la Parole, le Seigneur a tout accompli, l’ennemi essaiera toujours de semer le doute dans notre esprit, c’est ce qu’il fit dans le jardin. Est-il vrai, mais je n’en suis pas sûr, qu’après que Dieu ait créé l’homme, Il demanda aux anges de bénir et d’honorer Sa création? Chose que Lucifer n’accepta pas, et beaucoup d’anges qui étaient avec lui s’y refusèrent aussi? Ensuite s’ensuivit la tentation dans le jardin. Gloire au Seigneur!

    J'aime

  12. Soldat de Jésus-Christ dit :

    Je dis amen et amen pour cet enseignement, car c’est la PURE VERITE. Satan est le PÈRE DU MENSONGE et est maître artificier pour nous en mettre plein la vue!!! ATTENTION, il est rusé et habile, a une belle apparence pour vous attirer dans son filet. Il connaît très bien la Parole de Dieu, car il l’a citée à Jésus lors de sa tentation dans le désert, mais seulement qu’une partie du verset, et pas l’autre!

    J'aime

  13. Hervé dit :

    MERCI Frère pour cette « piqûre » de rappel. Combien nous sommes oublieux des promesses divines, lorsque nous sommes confrontés au témoignage de nos sens! La médecine humaine vient de nous administrer, lors de cette épidémie de Covid-19, combien elle est gangrénée par les intérêts financiers qui prennent le pas sur la vie des malades. DIEU Merci, nous n’avons pas à nous attendre à de tels systèmes corrompus. La Vérité de la Parole de DIEU nous en rend totalement libres. Quel Sauveur prévenant DIEU nous a donné! Il nous comble chaque jour de toutes les bénédictions qui nous sont nécessaires. L’épidémie que nous observons aujourd’hui nous a démontré combien est fragile et vulnérable tout le système économique des hommes. Si la « Médecine Divine » était connue et appliquée, combien les choses auraient été différentes aujourd’hui! Que chaque chrétien ait à coeur de partager autour de lui ce message de foi que vous nous avez proposé. A DIEU revienne toute la Gloire!

    J'aime

    • Henri Viaud-Murat dit :

      Amen, mon frère, je suis d’accord! Soi béni!

      J'aime

      • Tsinga Claudia dit :

        Merci frère Henri pour ce partage, car j’ai expérimenté cet enseignement ce matin. Gloire à notre Seigneur pour Sa Parole inspirée!

        Aimé par 1 personne

      • Espe dit :

        Je bénis le Seigneur, qui m’a guidé vers cet article dès mon réveil. J’ai passé une nuit avec des rêves, ou songes multiples, des attaques, et femmes de nuit, etc… Suis réveillé, dépassé et troublé, pas même la force de prier, secours général… Une seule chose que j’ai fait, chanter: « Seigneur, prends soin de moi, prends soin de moi Seigneur, seul je ne suis rien, tu le sais Seigneur! » J’ai pris le téléphone, pour continuer la méditation d’hier, et profiter de télécharger Whatsapp… Mais l’Esprit m’envoie sur ma boîte mail, oh lalala! Gloire à Dieu! Rien que le titre m’a poussé, m’a remis les pieds sur terre… Jamais, au grand jamais je ne donnerai l’avantage à l’ennemi, le diable! J’ai lu, je suis fortifié et béni, et je continue à partager cet article dans plusieurs groupes sur Facebook, à plusieurs de mes amis. C’est le pain quotidien que le Seigneur a préparé pour moi, et il est tellement délicieux, que les autres aussi en bénéficient. Homme de Dieu, que le Très-Haut bénisse votre ministère, et qu’Il vous garde, vous donne encore plus de lumières, et de la sagesse! Encore une fois de plus, vous êtes une bénédiction pour moi ce matin! Infiniment merci, homme de Dieu, Henri VM.

        J'aime

      • Henri Viaud-Murat dit :

        Merci Seigneur! A Lui toute la gloire! Car tout ce que nous pouvons faire de bon et de bien, c’est Lui qui nous le donne! Le Seigneur Se sert aussi de toi pour faire du bien à d’autres!

        J'aime

    • Lou Ancelin dit :

      Cher frère Hervé, tu dis: « l’épidémie que nous observons… » Personnellement, je n’observe et n’ai rien observé autour de moi, à part des gens qui mettent des masques parce qu’ils ont peur de se prendre une amende de 1000 € (je vis en Andalousie). Je ne pense pas m’avancer beaucoup en affirmant que tout ce que nous savons de cette « pandémie » nous parvient au travers des écrans. Méfiance!! En tous cas, cet article vient à point nommé (merci frère Henri), car je suis tombée dessus à mon retour de la ville voisine où j’étais allée faire quelques courses, pendant lesquelles j’ai eu l’occasion d’expliquer à quelques personnes intéressées pourquoi je ne porte pas de masque, et pourquoi je refuserai test et vaccin puisque notre Seigneur a déjà tout solutionné à la croix, tel le serpent de bronze élevé par Moise dans le désert (repris comme sigle blasphématoire par l’OMS et les apothicaires d’ailleurs). Le message porte, les gens écoutent et réfléchissent… « Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison » (Matthieu 5: 13-14). Salutations fraternelles.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :